[FIC] Les Diamants sont Eternels [Terminé]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [FIC] Les Diamants sont Eternels [Terminé]

Message  Gilbert Montagné le Lun 29 Mai - 9:31

Seuls au Crépuscule

Maintenant que que les deux autres étaient partis de leur coté régler les deux autres problèmes, Maxime Moulin en avait un à régler, c'était celui de ces Diamants qui semblaient porter malheur.
Il était toujours dans ce parc de Jersey City, sauf qu'il était désormais assis sur un banc tout seul. D'ailleurs les autres visiteurs commençaient à se faire rare à cette heure là de la journée.
En effet, c'était déjà le crépuscule, ce qui voulait dire que le soleil ne serait bientôt plus là, ce qui rendrait l'ambiance encore plus pesante.
Tenant la bourse dans ses mains, le pauvre homme était perdu dans ses pensées. Il était comme déconnecté de tout ce qui se passait autour de lui.
Qu'est ce que fout Maurice !?
Il devrait déjà être là !
Putain...
En plus, j'aime pas ça. J'ai comme l’impression d'être observé.
Surement rien, surement un chat, ou le vent....
Mais qu'est que je raconte moi !?
Le vent !
Mais je suis débile ou quoi !? Comment le vent pourrait m'observer !?
Je suis con !
Il y a forcément quelque chose, là, quelque part, qui est prête à me trucider dés que j'aurais le dos tourner !
Elle a peut être déjà tuer Maurice, qui c'est !?
Oh bordel, j'ai la trouille de ma vie !
J'aurais dû choisir de buter l'un des cons au lieu de faire ça !
Surtout que la dernière fois que j'ai dû faire un truc dans ce genre là, ça c'est très mal fini à la fin...


15 Novembre 2009

France; Paris; 8ème Arrondissement

Un bâtiment en ruine, plus un chat dans la rue et un dangereux brouillard radioactif inondant les environs. On se serait cru en plein scénario apocalypse digne de la meilleur partie de JDR au monde.
Deux personnes se trouvaient juste devant ce qui restait du Palais de l'Élysée. Ils étaient munis de combinaison antiradiation. C'étaient le jeune lycéen que l'on connait tous et le Président de la République.

Nicolas : Putain de merde ! Je vous ai juste demandé de surveiller mon bureau pendant que je me cherchais un café et voilà où on en est ! Saloperie de stagiaire de merde, casse pauv'e con !

Ah ouais, quand même.

3 Mars 2015

Etats Unis; Jersey City; West Side

Je vais encore foutre la zizanie en ville...
Je suis vraiment trop nul....
Lors d'un stage en plus...

Tous ces souvenirs avaient ravivés de mauvais sentiments pour lui et il versa quelques larmes sur son bas de jogging. Il avait causé tant de morts ce jour là.
Il avait peur que ça soit encore le cas aujourd'hui.
Une main chaleureuse vint se poser sur sa jambe, comme pour le réconforter avec sa présence.
Maxime fut surpris par ce geste inattendu et il leva la tête pour voir que cette main appartenait à Maurice Joubert, ce dernier avait enfin fini par répondre présent.
Il était accompagné par un autre membre de la Néo Crisis, à savoir Kenny McCormick, le chouchou de Del Soluce. Celui ci aimait toujours porter son anorak orange, c'était une vieille habitude qui datait du primaire.
L'ami du héros affichait une pointe d'inquiétude dans son regard, il laissa alors exprimer ses craintes.

Maurice : Qu'est ce qu'il y a Maxime, et qu'est ce que tu tiens dans ta main ?

Maxime : Les Diamants...

Maurice : Oh ben c'est cool non ? Pourquoi ne pas les filer au Russe ?

Maxime : Il ne faut pas ! La dernière fois que quelqu'un les a tripouillé, tous les objets du coin se sont animés pour tenter de nous tuer !

Maurice : Sérieux !?

Maxime : Ouais, il ne faut donc laisser personne d'autre y touche ! C'est pour ça que j'ai fait appel à toi pour m'aider à trouver un endroit où les planquer ou les détruire.

Maurice : Hé bien, on peut toujours se rendre à l'Aciérie de la ville, on les fera fondre à la Terminator 2.

Kenny : Ça me parait être une bonne idée.

Maxime : OK, allons y.

Max se leva durement du banc et ensemble ils commencèrent à partir de la zone, même si Maurice continua la conversation avec un peu plus de gaieté.

Maurice : Je suis sur que sur notre route, on va croiser Hydra qui va tenter d'obtenir ces Diamants.

Maxime : Mais qu'est ce que tu as avec Hydra ?

Maurice : Je trouve que la meilleure hypothèse, t'en as une autre toi ?

Maxime : Moi je parierais plutôt sur UNIT.

Maurice : Et eux, qu'est ce qu'ils viennent faire là ?

Maxime : Aucune idée, faudra demander à Gilbert.

Tandis que Maurice se demandait de quel Gilbert son pote parler, des ombres commencèrent à se mouvoir tout autour sans être vu pour le moment.
Mais bientôt, elles passeront à l’offensive.
avatar
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 933
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 20
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Les Diamants sont Eternels [Terminé]

Message  Gilbert Montagné le Mer 31 Mai - 16:59

Les Vrais Amis

New York; Manhattan; 9ème Avenue

Une saucisse chaude vient se glisser entre deux tranches de pains bien fraîche. Une fois bien installé, en sécurité, elle put finir dans la bouche d'un homme caucasien aux mains bien grasses.
Un autre blanc vint retrouver ses deux potes, un visiblement portoricain et l'autre afro. Ils étaient tous les trois vêtus de tenues de jeunes avec des numéros partout et avec surtout le sweat à capuche qui va avec.
On ne pouvait les entendre parler, mais vu leurs émotions positives, ce devait être une sortie entre pote. Puis tel le Trio de GTA V, ils entrèrent dans un bar, irlandais, et disparurent de notre champ de vision.
Deux flics visiblement très bien armés, patrouillaient sur le trottoir droit d'un pas lent qui leur étaient caractéristique. La ville devait avoir déployé plus de troupes suite aux nombreux événements qui ont frappé la ville depuis la matinée.
Pour aller avec cette théorie, un véhicule de l'armée passa sur juste, grillant d'autres voitures. C'était un Humvee, tout ce qu'il y avait de plus classique.
Tout cette agitation était bien surprenante en temps normal, mais là elle l'était encore plus, ce qui pouvait donner une sensation de tournis. Ou bien...
Oh putain, j'me fais chier !
Un homme se faisait bien chié car ça faisait déjà 5 minutes que le feu était au rouge, et c'était Gilbert Montagné. L'actuel copilote d'une Buick Terraza et qui avait son visage littéralement collé contre la vitre, ce qui laissera certainement des traces.
Je savais bien qu'on aura dû prendre le métro !
Putain...
Heureusement que c'est le Sud de Manhattan où l'on doit se rendre, et pas le Bord ou bien les autres Arrondissements.
L’heure de pointe ça ne pardonne jamais et surtout pas à New York.
Bon, je crois que je vais causer avec les autres.

Gilbert tourna son attention vers le conducteur, Leon Scott Kennedy, le célèbre agent de la DSO qui est toujours vivant contrairement à la majeure partie de ceux qu'il a côtoyé dans sa vie.
Gilbert le considérait comme son Best Friend, il ne savait pas si c'était réciproque mais s'en fichait et si jamais l'un ou l'autre est danger, ils peuvent se compter dessus mutuellement pour s'en sortir.
Là, le pilote calme ne laissait aucune émotion filtrait de son visage et il regardait comme l'agitation sur la route comme si c'était rien. Gill brisa son attention.

Gilbert : Hé Leon, il y a une question que je voulais te poser depuis tout à l'heure... Je peux ?

Il réussit à lui décrocher un petit sourire ainsi qu'un regard furtif en sa direction, le tout accompagner de paroles.

Leon : Ouais bien sur Gilbert.

Gilbert : Qu'est ce qu'elles font là les filles derrières ?
Il pointa du doigt les deux passagères sur la banquette arrière.
Sherry Birkin que Leon a sauvé des griffes de son père lors de l'Incident de Raccoon City avec l'aide de Claire Redfield, d'Ada Wong et d'Annette Birkin, sa mère. Depuis les deux étaient sous contrôle du gouvernement américain et oublié de bosser pour eux.
La petite fille a donc grandi dans cette prison avec le soutien de ses parents de remplacement, et sous la surveillance d'Albert Wesker et Derek C. Simmons, deux gros tarés. Heureusement pour elle, l'un a changé de carrière et l'autre est mort, donc plus de problème de ce coté là.
A sa droite se trouvait Rebecca Chambers, ancienne STARS de Racoon City encore vivante à l'heure actuelle comme Chris Redfield, Barry Burton et Albert Wesker.
Elle est actuellement Conseillère pour le BSAA et passe la plupart de son temps dans des labos pour étudier les nouveaux virus utilisés par les bioterroristes.
Elles entendirent évidemment la remarque de Gilbert et elles le virent les pointer du doigt.
Sherry plissa les yeux en rigolant car elle était gênée par cela. Rebecca quand à elle, elle tenta de se retenir de rire et tapa l'index du chanteur avec sa main.

Rebecca : On ne pointe pas du doigt quelqu'un, c'est malpolie.

Sherry : Bien remballée !

Leon : Elles t’ont eu sur ce coup là.

Gilbert feignit une mien triste et boudeur puis insista encore plus.

Gilbert : Ça ne répond pas à ma question.

Leon : Elles étaient au Manoir avec moi, et Ada a insisté pour qu'elles viennent avec moi, soit disant que je suis trop vieux pour ces conneries.

Sherry : C'est vrai laisse faire les jeunes papy !

Rebecca : On laissera la vitre ouverte avant de partir, histoire que ne manquiez pas d'air dedans.

Elles se foutaient royalement la gueules des deux hommes d'age mûr, ceux ci n'avaient rien pour répliquer, ils laissaient donc faire.
Finalement ce fut Leon qui reprit la conversation, son timbre de voix devint plus grave, laissant s'échapper une pointe d'inquiétude.

Leon : J'espère juste ne pas vous perdre, j'en ai marre de voir mourir mes amis les uns après les autres... Je parle surtout pour toi Gilbert.

Il lança un bref regard en sa direction qui montrait furtivement toute la tristesse qu'il cachait au plus profond de lui.

Leon : Car c'est surtout mes amis masculins qui périssent, j'ai plus de chances avec les femmes de ce coté là... Mais quand même....

Les deux femmes à l'arrière ne savaient pas quoi dire sur ça, c'était gênant. Surtout pour Rebecca qui connaissait pas tant que ça l'Agent Kennedy, contrairement à Sherry qui était surement l'une des personnes qui le comprenait le plus au monde.
Gilbert lui, tapota un peu la jambe de son ami et garda son sourire habituel au visage.

Gilbert : Je ne vais pas crever vieux, c'est la mort qui périra de mes mains.

Cette remarqua eut bon effet sur Leon qui se retint d'un rire et commença à moins déprimer.

Gilbert : Je ne te lâcherai jamais mon ami, je t'en fait la promesse. Et franchement je suis heureux de t'avoir rencontré, même si ça aurait pu se faire dans de meilleurs conditions, mais c'est toujours comme ça avec moi ! La première fois que j'ai rencontré Holt Valentine, il avait trois mois et je l'ai confondu avec une bûche en bois, il a donc fini dans la cheminée !

Leon : Vraiment ?

Gilbert : J'invente pas, et sa sœur c'était pareil sauf que c'était avec du charbon que je l'avais confondu.

Leon explosa de rire en entendant cette fin de l'histoire, et les 3 autres le suivirent dans son amusant, détendant l’atmosphère.
Gillou profita du retour de la bonne humeur pour se retourner et poser une question à l'attention de Rebecca.

Gilbert : Depuis quand tu bosses pour le gouvernement américain toi ?

Rebecca : Depuis qu'ils m’ont demandé mon aide pour créer des vaccins dans lutte contre le bioterrorisme. C'est moins cool que ce que je fais pour le BSAA, mais après je peux faire les deux, et ça paye bien en plus.

Gilbert : Sympa, j'y penserai à l'occasion.

Sherry : Je ne pense pas que ça soit une bonne idée.

Gilbert : Ah bon, pourquoi ?

Leon : Hé bien, t'es peut être un peu trop délirant pour eux Gilbert.

Gilbert : Même pas vrai !

Gilbert refit la même tronche boudeuse que tout à l'heure, amusant ses petits camarades.
Le feu profita de ce moment de calme et de joie pour enfin passer au rogue et faire avancer l’intrigue.
avatar
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 933
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 20
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Les Diamants sont Eternels [Terminé]

Message  Shiho Miyano le Mer 31 Mai - 22:28

Ninja !

Jersey City; Parking

Les trois membres de Néo Crisis le parc super creepy alors que les derniers rayons du soleil était visible sur le ciel. Tandis qu’autour d'eux, un silence inquiétant ne laissant présager rien de bon.
Aucun bruit de moteur de voiture, aucune engueulade, aucun miaulement de chat en chaleur ou même d'oiseaux chantant comme ils savent bien le faire.
Tout ce vide de vie donnait l'impression qu'il avait débarqué dans une ville fantôme, dans une autre dimension ou qu'ils étaient dans Seuls Two. Idée qui vient en tête de Maxime.
Il scruta les environs alors qu'ils se baladaient entre les rares voitures présentes dans le coin, mais rien.
Ça va, tant qu'Eric et Ramzy ne sont pas dans le coin, c'est que ça ne doit pas être ça...
J'espère juste que c'est pas une énième invasion de zombies.
Ce serait trop classique.
Même si j'aime les zombies, mais les vrais zombies.
Je préfère ceux de Romero qui restent sagement dans ta TV et ne viennent pas te faire chier pour te manger.
Bref, plus vite on serait parti, mieux ce sera.

Ils arrivèrent enfin au bon véhicule, une Ford Transit Connect Seconde Génération verte foncée qui était éclairée par un seule lampadaire, lui conférait tout le centre de l'attention.
Surement juste le destin, il faut l'espérer.
Maurice tenta de déverrouiller les portes à distance mais il les ferma à la place, ce qui voulait dire qu'elles n'avaient été fermés auparavant.

Maurice : Bizarre, j'étais pourtant sûr d'avoir verrouiller en sortant.

Kenny : Maurice, donne moi les Diamants, comme ça je les garde à l’arrière avec moi.

Maurice : Bonne idée.

Il lui passa la bourse comme dit, et l'homme à l'anorak orange alla ouvrir les portes arrières pour entrer dans le véhicule. Sauf qu'immédiatement après l’avoir fait, il se fit empaler par une paire de saïs tenue par quelqu'un habillé tel un ninja.
Ce dernier était à l’intérieur de la petite camionnette et il ramassa la bourse sur le mort, comme si il était chez lui.

Maxime : Oh mon dieu il a tué Kenny !

Maurice : Espèce d'enf...

Une fine lame de sabre passa à travers sa gorge, de gauche à droite, emportant sa tête au passage. Créant un trou par lequel sortit un long et fort taux de globules rouges qui touchèrent Max puisqu'il se trouvait juste à coté.
Avant de pouvoir prendre conscience de ce qu'il se passait sous yeux, le vaillant adolescent vit d'autres ombres sortirent des ténèbres dont une qui fonça vers lui pour l'attaquer.
Il avait comme arme, un Kama, et il était très rapide. Max n'eut juste le temps de se péter la gueule en arrière pour esquiver le coup.
Le Ninja n'eut le temps de s'arrêter et il tua celui qui avait tué Maurice et qui le tua en même temps avec un coup de katana.
Ils s'étaient entre tués, littéralement, c'était magique.
Maxime quand à lui, avait maintenant le cul à terre, et le visage teint en rouge. Il remarqua que les ombres avaient arrêté de se mouvoir, et que le tueur de Kenny s'était barré avec les Diamants.
Qu'est ce qu'ils vient de se passer ?
C'étaient bien des Ninjas ?
J'ai pas rêvé !?
C'est quoi ce bordel !?
UNIT, ça passe encore, même Hydra, mais ça !
Qu'est ce que des putains de ninjas en ont a foutre de putains de diamants de merde qui provoquent des ennuis à tout le monde !?
J'ai dû mal à croire que je viens de penser cette phrase.
Mais c'est quand même vrai, ces diamants ne viennent pas du japon à ce que je sache donc c'est vraiment bizarre.
Je me demande ce qu'en pense Maurice.

Le lycéen tourna son regard vers son ami pour se rendre compte que celui ci avait perdu la tête. Son cerveau planta à la vue de cette donnée avant de se réactiver et de prendre en charge toutes les émotions à venir.

Maxime : Oh non Maurice, pas toi... Ça ne peut pas être possible...

Son teint devint pale, ses membres se mirent à trembler, ses yeux versèrent leurs larmes et il bafouilla ses paroles. Cette vision d'un ami avec un trou au niveau du cou d'où on pouvait voir des os et d'autres trucs bien gores.
Cette vision là l'horrifiait, tout semblait bouger dans le corps du jeune adulte. Trop de choses bougeaient, et ça allait bien finir par remonter.

Maxime : J'vais gerber !

Il rendit son petit déjeuner juste à coté de la tête de son pote, tout en pleurant, ce qui était très triste et dégueulasse.
C'était vraiment une journée de merde pour lui, en plus il ne sait pas parler anglais donc il ne peut pas appeler la Police.
Il était juste livré à lui même et à la crainte que les ombres reviennent.
avatar
Shiho Miyano
Arrivants
Arrivants

Messages : 81
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Les Diamants sont Eternels [Terminé]

Message  Shiho Miyano le Dim 4 Juin - 23:12

Devancés

Le véhicule familiale piloté par la DSO s'arrêta juste devant le Coniglio Asleep qui était fermé à cette heure là de la journée. Ça allait barder pour Carmine si il était encore à l'intérieur.
Gilbert vérifia ses armes juste au cas où. Son Franchi SPAS 12 était paré à l'attaque, pareil pour son S&W Modele 686 qui était en retrait pour l'instant, attendant un appel pour lui.
L'aveugle tourne son regard scrutateur vers Leon qui tenait son Silver Ghost dans ses fines main. Il avait aussi bien évidemment une arme de secours sur lui, son fidèle Heckler & Koch VP70M qu'il garde sur lui depuis son unique jour dans la police de Raccoon City.
Les deux à l'avant avaient donc tout de près, mais était ce de même pour l'arrière. Le Chauffeur se le demandait et il jeta un coup d’œil dans le rétro du milieu.

Leon : Vous êtes bien équipé derrière ?

Sherry : Affirmatif Leon !

Elle s'amusa à secouer son Triple Shot sous le regard de son paternel de substitution juste pour l'agacer un petit peu, ce qui ne marcha pas, il esquissa juste un bref sourire avant de regarder sur son arme secondaire était bien là.
Le Sentinel Nine était bien dans le holster, il pouvait être fier de sa fille qui n'avait visiblement rien oublié, même pas son petit coté espiègle qu'elle avait pas mal développé depuis sa relation avec Jake Muller, le fils de Wesker.
Leon était content était content de leur relation, un petit ami, c'est vraiment ce qui lui manquait. En plus ce mercenaire a su montrer les bons cotés qu'il avait, contrairement à son père qui part de plus en plus en couille au fur et à mesure que les années passent.
Mais enfin bon, nous ne sommes pas là pour parler de ça, allons voir du coté de la jolie professeur.

Rebecca : Moi j'ai toujours mon vieil ami avec moi.

Elle montrait le Samurai Edge qu'elle avait sur elle depuis son séjour chez les STARS et qui lui avait porté bonheur à l'époque. Que ce soit lors de son aventure au centre de formation avec Billy Coen ou la suite au Manoir avec Chris Redfield.
Donc tout le monde semblait prêt au final, laissant le meneur l'occasion de lâcher la phrase de départ.

Leon : Hé bien, allons rendre une petite visite culinaires à ces types !

Il sortit ensuite du véhicule, Gilbert suivit et les deux femmes en dernier.
Heureusement que la nuit commençait à tomber et que ça réduisait un peu la visibilité de leur armes car sinon ils auraient eu surement quelques problème avec la police....
Ou peut pas car les habitants de New York s'en branlent en fait.
En tout cas Leon s'approcha de la porte vitré avec un écriteau juste derrière qui indiquait que c'était fermé et il se prépara à l’ouvrir. Mais d'abord il lança un regard aux autres pour qu'ils se tiennent près au cas où.
Ils approuvèrent de la tête, en tenant fermement leur joujoux.
Mister Kennedy ouvrit la porte lentement d’une main et braqua avec l'autre main l'intérieur, l'éclairant de la lampe se trouvait sur son flingue.
Une chose était sûr il faisait sombre dedans puisque toutes les volets avaient été fermé un précipitamment, mais par contre une chose était sûr rien qu'en rentrant, c'était l'odeur.
Une puanteur atroce arpentait les lieues, comme si un chat... Non, plusieurs chats avaient crevé dans le coin. L'explication à ça ne tarda pas à venir aux yeux du premier entré qui fut sur le coup très surpris mais garda son calme.

Leon : Je crois que la fête a commencé sans nous mes amis.

En effet, de nombreux corps jonchaient cette salle principale du restau, dans des positions diverses et variés, plus ou moins explicites.
On pouvait reconnaître ce qui semblait être les malfrats de la Famille Millione qui s'étaient fait charcuter à l'arme blanche, du type sabre plus précisément. Les responsables de ce carnage n'étaient cependant pas visible pour nous le signaler.
Trois victimes sortaient du lot, c'étaient un simple serveur, le type à l’accueille et peut être une cliente qui au niveau de l'endroit où elle est morte, était en train de savourer son dernier repas quand cela est arrivé.
On peut dire qu'ils n’ont pas eu de chance ceux là, surtout que vu la chaleur dégageant encore des plats sur la table de la dame, le massacre avait dû avoir lieu même pas 10 minutes avant l'arrivé de nos héros.
Qui sait ce qui serait arrivé et sur quoi ils seraient tombés si ils étaient arrivés plus tôt. Ils seraient peut être mort, on ne sait pas.
Cependant une chose était sur, et Gill fut le premier à le remarquer.

Gilbert : Carmine n'est pas parmi les victimes.

Leon : Soit il est dans une autre pièce, surement mort, soit il a pu se tirer de cette attaque. Fouillons le reste du restaurant.

Sherry : Je vais fouiller l'arrière salle.

Rebecca : Je viens avec toi.

Leon : Moi et Gilbert, on fouillera la cave.

Gilbert : Soyez prudente, ceux qui ont fait ça sont peut être encore là.

Sherry : Ça marche !

Les deux femmes plutôt chaleureuses prirent la porte menant à l'arrière salle, tandis que les deux bonhommes se tournèrent vers celle qui menait à la cave. Elle était d'ailleurs ouverte, ce qui suggérait que quelqu'un s'y était rendu ou en était sorti.
Le genre de truc qui ne rassurait pas ceux qui allaient s'y rendre.

Gilbert : Tu penses qu'on tombera sur quoi là bas ?

Leon : Des B.O.W. pour ne pas changer.

Gilbert : J'y vais ou tu y vas en avant ?

Leon : Je préfère y aller en avant, ça me porte malheur de laisser mes amis y aller avant moi.

Il partit donc le premier, le chanteur suivit, un peu angoissé.
J'ai envie de pisser...
Sa vessie allait prendre un sacré coup par la suite.
avatar
Shiho Miyano
Arrivants
Arrivants

Messages : 81
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Les Diamants sont Eternels [Terminé]

Message  Shiho Miyano le Lun 5 Juin - 20:41

Le "G"

Gilbert regarda Leon descendre les escaliers de la cave en premier, arme de son pistolet lampe de poche, et il le suivit avec une crainte qu'il ne se connaissait pas capable d'avoir.
Cette peur, il avait commencé à la ressentir quand il s'était lancé à la poursuite de Carmine Millione dans l'espoir de se venger de la mort de sa femme. Sur ça, Gill était plus que détermine que jamais à faire cette vengeance.
Mais comme dit, il ressentait cette angoisse qui le tiraillait au plus profond de son être, et il ne savait pas si ça venait du fait qu'il avait peur de ne pas réussir à accomplir cette tache, ou si c'était par peur d’entraîner Leon vers une mort possible, ou si c'était encore quelque chose d'autre.
En vérité ce dont il avait peur, mais ça il ne le savait pas, c'était ne plus jamais revoir Esma, la Canne avec qui il avait vécu beaucoup d'aventure et pour qui il avait développé des sentiments.
En espoir d'éclairer un peu ces ténèbres là, il appuya sur un bouton qui certes ne lui permit pas de découvrir ce que je vous avais dit, mais au moins ils purent mieux voir dans cette cave.
L'Agent de la DSO put ainsi économiser de la batterie poru sa lampe, et avec son ami, ils descendirent le reste des marches pour se retrouver dans une petite pièce, digne des films de Mafieux. Ce genre de petite pièce où on aime enfermé des gens jusqu'à leur faire perdre la raison.
Sauf que là il n'y avait qu'une seule personne, dans un sale état, c'était Marco, l'un des sbires les plus fidèles de Carmine. Il était à moitié écroulé sur une table avec des outils, haletant comme un veau qu'on égorgerait et étant couvert de sang.
Pour notre héros pas vraiment aveugle, une chose était clair, il allait pouvoir profiter de ce moment là pour récupérer des infos.

Gilbert : Où est Carmine Millione !?

Marco : Vous arrivez trop tard... Le Don est déjà parti, avant que les... Ninjas n'arrivent...

Gilbert : Des Ninjas !?

Marco : Ouais, ils voulaient faire passer un message au Don... Pour qu'il n'aille plus jouer avec ces Diamants qui... D'après eux, renfermeraient des pouvoirs qu'un simple mortel ne peut pas contrôler...

Gill, interloqué par ses dires, tourna son regard vers Leon.

Gilbert : T'en penses quoi Léon ?

Leon : J'en pense qu'on a plus rien à faire là, donc essayons d'en finir avec lui.

Gill approuva de la tête et regarda à nouveau Marco.

Gilbert : Est ce que tu sais où est parti Carmine ?

Marco : Oui... Mais je ne vous le dirais pas...

A ces mots, il rigola, mais quelque chose semblait clocher.
Leon fut le premier à le remarquer et il fit signe à son ami de regard par terre, près de Marco. Il y avait un flacon de virus dont il en échappait encore un liquide violet.
Gilbert ne voyait pas ce que c'était, mais la voix de la connaissance vint l'éclairer de sa lumière.

Leon : C'est le Virus G.

Gilbert : J'ai jamais eu affaire à ce virus, il est cool ?

Leon : Pas du tout, il faut qu'on...

Marco : Ça ne sert à rien !

L'homme qui semblait mal en point, se releva presque sans problème pour faire face au duo de justiciers. Il avait visiblement regagné en vitalité.

Marco : Je ne vous laisserai vous en tirer comme ça, je...

Leon : Je crois qu'on t'a assez entendu parler.

A cet instant, il lui logea une balle pleine tête. Marco tomba donc en arrière avec un trou dans le crane, à première vue il était raide.
Pourtant Leon continuait de braquer son arme vers lui et il prit la parole.

Leon : Gilbert, monte prévenir les autres qu'on a affaire au Virus G, moi je reste ici pour te couvrir.

Gilbert : Eu d'accord !

Sans perdre une minute, l'Agent du BSAA se retourna et il commença à courir dans l'escalier car il n'était pas un enfant, physiquement du moins. Durant sa montée, il entendit des coups de feu derrière lui et un cri humain devenir monstrueux, il ne préféra pas se retourner.
Quoi que ce soit, ça a pas l'air sympa !
J'espère juste que c'est un Tyrant.
J'ai jamais pu en rencontrer un de ma vie !
Ni en battre un !
Même si là ma survie prime sur cette exploit !

Arrivant en haut de l'escalier, le brave homme claqua la porte derrière lui et plaça à la hâte divers objet juste devant pour empêcher quiconque de passer.
Ceci fait, il posa ses deux mains contre le morceau de bois et souffla un peu.

Gilbert : On est sauvé !

??? : Plus un geste !

Un faisceau de lumière vint créer une ombre face à lui, et diverses autres figures noires déboulèrent dans le coin en braquant ce qui semblait être des armes à feu sur lui.
Oh merde !
Je paris que c'est UNIT !

Il leva les mains en l'air et se retourna en douceur pour voir qu'il avait raison ce con. Plusieurs soldats de cette Organisation crée par l'ONU entouraient le célèbre chanteur passionné d'armes à feu.
D'ailleurs, son premier réflexe fut d'analyser leur équipement.
Des M16, ça ne m'étonne pas, c'est assez fréquent dans toute organisation militaire.
C'est comme les AK chez les Russes.
Un Kel-Tec KSG, c'est plutôt récent ça.
OOOOHHH !!
Un Taurus Raging Bull, j'adore ce flingue !


??? : Comme on se retrouve Gilbert !

Cette voix...

Gilbert : Kevin Costner !

Hé bien, c'était bien la Célèbre Tête d'Hollywood qui tenait le beau magnum et qui semblait être à la tête de cette section de 24 hommes.
Gill avait mis du temps à tous les compter. En tout cas l'Acteur de Danse avec les loups avait toujours son charisme à l'oeuvre, celui ci dépassait sans problème celui du français.

Kevin : Gilbert, que deviens tu mon cher rival ?

Gilbert : Oh ça va bien depuis que j'ai ruiné ta tentative de carrière musicale, qu'est ce que tu deviens ?

Kevin : J'ai décidé de rejoindre cette magnifique organisation quand j'ai appris que tu étais un de pires ennemies.

Gilbert : Oh tant mieux pour toi, tu salueras ta femme et tes gosses de ma part !

Kevin : Bien entendu ! Caporal Stevys !?

Stevys : Ouaip !?

Kevin : Veuillez l'emmener rejoindre ses deux camarades et emmenez les au QG.

Stevys : Ça marche Sergeant-chef Bidule !

Kevin : Les autres, vous fouillez le reste du restaurant avec moi, en route pour l'aventure !

Tel Robin des bois, il s'éclipsa de la scène à la vitesse d'une flèche.
Tandis que son ennemi juré alla à la case prison sans empocher le fric.
avatar
Shiho Miyano
Arrivants
Arrivants

Messages : 81
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Les Diamants sont Eternels [Terminé]

Message  Gilbert Montagné le Jeu 15 Juin - 22:37

Nobody Live

Adrien Normikwawal avait garé le véhicule de police sur le trottoir en face du Velvet Rope et il avait attendu que la nuit tombé et que donc le club soit fermé pour commencer à agir.
Tous les civils en étaient sortis, mais le videur était toujours là, ce qui impliquait que Makari Faustin était toujours à l'intérieur, avec surement un tas d'hommes de main.
Il n'y avait aucun doute sur le fait que ce type savait ce qu'il lui attendait, et donc il devait s'être préparé pour ça. Sauf que rien n'arrêtera le Lieutenant de Police le plus classe et cool et Bas-Rhin.
Même si il aurait vraiment avoir tout son attirail sur lui, mais bon il a pu trouver un Mossberg 590 dans le coffre du véhicule et puis il avait toujours son fidèle Sig-Saurer sur lui.
de quoi dégommer pas mal de personnes sur le passage.
Faustin ne sait pas ce qui l'attend.
Car le Lieutenant Normikwawal n'est pas là pour rigoler.
Il a vraiment eu une journée de merde, et là il ne veut qu'une chose rentrer chez lui en s'assurant qu'aucun mafieux à la con ne viendra trucider sa femme et ses enfants au passage.

Il était près à sortir du véhicule mais il se ravisa au dernier moment car il vit un véhicule de patrouille de la NYPD arriver, c'était une Ford Taurus Police Interceptor. Elle se gara juste devant le club et à peu près parallèlement à celle où se trouvait Adrien.
Deux officiers en sortirent et commencèrent à s'approcher du videur. Notre Bon Flic sentit émaner de leur regards de mauvaises attentions, et dieu seul sait qu'il avait raison.
Au moment où le russe tente de leur bloquer le chemin, l'un des policiers sort son arme de poing et lui loge une balle dans la tête qui vint asperger la porte juste derrière.
Après cet acte, ils ne semblaient pas dérangés par cette violence et ils entrèrent dans la façade soviétique pour alors dégommer d'autres ruskofs.
Tout ceci aurait dû étonné Adrien, ce ne fut pas le cas.
Moi qui pensait que la corruption dans le Police de New York City n'était que une légende, j'étais bien naïf sur le coup.
Bon, j'ai perdu l'effet de surprise, mais au moins ils vont peut être pouvoir en éliminer quelques uns avant de passer à mon tour.
Sur ce, je sors.

Il sorti de la voiture, ferma derrière lui et traversa la route peu fréquenté vu l'heure pour arriver bien vite de l'autre coté.
C'est à ce moment là qu'à sa grande surprise, il vit les deux pourris d'avant ressortir en vitesse en bloquant la porte derrière eux, une crainte perlant sur leur visage à la vitesse de leurs froides sueurs.

Officier 1 : C'est quoi ce bordel !?

Officier 2 : Je sais pas, t'as eu le temps de le bien le voir !?

Officier 1 : Non je... Oh non.

Il remarqua la présence du français et voulut le flinguer par réflexe sauf qu'il n'était pas le meilleur à ce niveau. A la place sa tête passage de l'état solide à l'état bouillie en même une seconde.
L'autre, pris de panique, s'en logea une dans le crane pour éviter d'avoir à parler face à la torture, car on ne sait jamais.
Ils n'auront pas fait long feu ceux là.
Par contre, je ne sais pas ce qui leur à fait peur, mais j'aime pas ça.
J'espère juste que ce n'est pas encore une statue vivante.

Il ouvrit la première double porte battante du bout du fusil puis passa le seconde pour ensuite arriver au cœur de la zone, un endroit où de nombreux artistes de New York ont fait leur show pour la première fois.
Sauf que l'endroit était maintenant parsemé de tellement de corps que l'odeur y était épouvantable et les mouches très abondantes. Notre héros reconnut ce qui pouvait s'apparenter aux hommes de Faustin, mais il y avait aussi pas mal de personnes en tenue de ninjas parmi les défunts.
Ils avaient néanmoins tous un point commun, même Vlad qui en faisait parti, ils avaient tous un trou béant au niveau du cœur et celui ci s'était fait la malle.
Pas bien loin cependant, car le responsable de tout ceci était caché dans sa propre ombre, au carré VIP avec comme invité d'honneur, l'un des plus puissants chez de la Pègre Russe à New York.
Celui ci avait la bouche bâillonne par une espèce de petite murène tandis que ses bras étaient immobilisés par deux serpents dragons de l'Enfer sortant du dos du teneur en otage.
Cette personne braquait l'un de ces Colt 45 sur la tempe du Russe tandis que l'autre était en l'honneur de l'arrivé d'Adrien sur la sombre scène.

??? : Je crois que je vais encore devoir retarder notre discutions mon cher Makari.

Une chose était sûr, la nuit ne faisait que commencer.

A Suivre !
avatar
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 933
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 20
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Les Diamants sont Eternels [Terminé]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum