[FIC] Organisation Noire [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[FIC] Organisation Noire [Terminé]

Message  Gilbert Montagné le Jeu 6 Aoû - 1:58

(Les Dialogues dans cette FIC seront en plusieurs langues mais traduit directement en français donc j'ai décidé de faire un petit code de couleur pour ne pas se perdre ^^)

- Dialogue Anglais
- Dialogue Français
- Dialogue Japonais
- Dialogue Italien

La Mort tant attendu

26 Septembre 2015

Etats Unis; Pennsylvanie; Pénitencier d’Allenwood

6 Heures du matin, un calme régnait dans cette prison fédérale qui laissait présagé la tempête arrivant.
A l'extérieur le temps était gris clair et la lumière commençait à apparaître en vue même si le soleil était caché par les nuages.
Quand à l'intérieur, les prisonniers dormaient pour la plupart, mais nous allons nous concentrer sur un individu en particulier.
Ce n'est autre que le célèbre Carmine Millione, un ponte déchu de la mafia sicilienne.
Il avait tout perdu à cause de la vengeance de Gilbert Montagné et ses amies.
Et il allait surement vivre le restant de ses jours avec des regrets, de la culpabilité et surtout sans l'envie de vivre.
Et c'était le plan de son ennemi en plus ,le faire souffrir autans qu'il a souffert.
Là actuellement il était dans sa cellule personnel qui était très propre et presque vide, juste un lit sans drap et des WC, rien d'autres.
Enfin si, il avait toujours quelques affaires personnels comme une photo de sa fille lors de son 17ème anniversaire, quand elle était encore vivante, avant que Gilbert ne l'a lui prive.
Tous les jours il se rappela de cette journée où tout a basculé puis de son arrivé ici et des nombreuses tentatives de meurtres à son encontre car d'autres Familles Mafieuses Italiennes voulaient le faire taire et même si il n'avait plus gout à vivre, il ne voulait pas les laisser le tuer, si une seule personne devait le tuer, ce serait lui même.
Actuellement il était couché sur le lit, réveillé, entrain de contemplé une autre photo de sa fille, prise lors d'un concert de Gilbert Montagné, rien de t'entendre ce nom résonné dans sa tête l'énervé et il ne put s'empêcher de se parler à lui même pour se consoler.

Carmine : Maudit Gilbert Montagné, quand je te pensais enfin mort, j'apprends que tu es toujours vivant, je voudrais tellement t'étriper de mes mains et te faire bouffer tes organes avant de te jeter dans une benne à ordure que je ferais exploser pour être sur qu'il ne rester rien de toi, connard.

Il continua à insulter à voix basse le chanteur français très connu.
Devant la cellule, se trouvaient deux personnes qui gardait la porte pour contrôler les personnes qui entraient et sortaient, ainsi que de veiller sur Carmine tout court.
C'étaient deux agents de la FBP (Federal Bureau of Prisons), celui à gauche ne regardant de l'extérieur faisait 1M58 et était de type hispanique avec des lunettes de vue et une barbe de 3 jours. L'autre faisait 1M93, était blanc comme neige, possédait un petit bouc noir et avait une mâchoire très carré.
Ils étaient toujours fidèles à leur poste, même si en vrais, ils se relayaient souvent quand il y avait besoin de dormir, l'agent de droite bailla justement un grand coup, ce qui son collègue remarqua.

Agent Nain : Mal dormi ?

Agent Géant : Ouais, putain, je pense à ma petite amie, elle attend ma réponse pour savoir si je m'engage vraiment pour une relation de longue durée.

AN : Et ?

AG : Je veux pas la perdre, après tout ce qui nous ait arrivé, quand elle m'a révélé ses sentiments, j'étais surpris, surtout quand elle m'a apprit que ça faisait longtemps qu'elle éprouvait de l'amour et moi j'ai mis du temps avant de ressentir la même chose, mais j'étais aveugle et je pensais qu'elle ne ressentait rien envers moi.

AN : T'es vraiment une bille en amour.

AG : Ouais bon je te raconte la suite après, quelqu'un arrive.

En effet, un jeune homme de 27 ans (Image) était entrain de s'approcher tranquillement avec un regard de beau gosse ténébreux qui ne montra aucune émotion en particulier.
Son nom est Shuichi Akai, un agent du FBI, américano-japonais et c'est tout ce que vous saurez de lui pour le moment.
Il s'arrêta devant les deux garde et sortit son badge du FBI que l'agent super blanc regarda attentivement.

AG : Vous pouvez passer (Lui rend son badge) Ouais bon comme je te disais....

Le métisse passa la porte et la referma derrière lui avant de contempler le regard surprit du Parrain déchu qu ise demandait ce que pouvait bien lui vouloir le FBI.

Carmine : Je n'ai rien à vous dire, désoler.

Shuichi : Alors, c'est comme ça que l'on accueil une vieille amie ?

Carmine : Vermouth, non ne me dis pas... J'ai jamais rien dis sur votre organisation alors ne me tuez pas.

Vermouth : Contente de voir que tu sais très bien lire les intentions des personnes que tu vois, mais ton don ne te sauvera pas cette fois.

Carmine : Je peux au moins savoir pourquoi.

Vermouth : Ton "ami" Gilbert nous intéresse, et pour mener à bien notre plan, nous avons besoin de lui passer un petit message.

Carmine : J'ai compris, et je sais que crier ne ferait qu'augmenter le nombre de victime, alors dépêche toi et fais en sorte que je meurs instantanément.

Vermouth : Au revoir Carmine.

Elle avait sorti un Tokarev TT 33 (Image) et l'avait équipé d'un silencieux puis mit dans un sachet plastique pour pouvoir récupérer la douille et ne pas s'asperger de poudre.
Quelques minutes plus tard "Akai" quitta la pièce et salua les deux agents d'un mouvement de tête, mais c'est alors que le petit garde prit la parole.

AN : Vous avez eu ce que vous voulez savoir.

Shuichi : Pas encore, mais je reviendrais.

AG : Au plaisir de vous revoir. Bon je te disais qu'on était sous le grand chêne avec la pluie torrentiel...

La Tueuse habillement déguisé s'en alla pénarde sans se faire remarquer.
Mais quel était le message adressé à Gilbert ? Et était il vraiment adressé à lui ?


Dernière édition par Gilbert Montagné le Ven 7 Aoû - 12:21, édité 3 fois
avatar
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 933
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 20
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Organisation Noire [Terminé]

Message  Gilbert Montagné le Ven 7 Aoû - 11:56

Réveil Brusque

New Raccoon City; Base Avengers

9H51 du matin, le soleil s'était bien levé sur le ville et c'était une belle journée ensoleillé qui s'annonçait.
L'ambiance était au repos dans la base car la quasitotalité des Avengers étaient revenus d'une mission chiante. Les seuls qui n'y étaient pas étaient Wesker qui était à la Maison Blanche actuellement, il faut bien qu'il fasse son taf de Président des Etats Unis, ainsi que Léon Kennedy qui était malade, une vilaine grippe, et pour finir notre charmant couple de nouveaux détectives qui étaient rentrés à 2 heures du mat après leur aventure à Atlanta.
Ces deux là venaient de se réveiller dans leur lit commun dans leur chambre commune.
Les murs étaient peints en rose car Gilbert adorait cette couleur, il y avait des posters de Channing Tatum, de Shakira et aussi des posters de gentils petits chatons.
Il y avait aussi accroché à la porte, non pas le calendrier qui était sur le bureau mais l'Arbre à Ennemis où figuraient les ennemis importants de Gilbert et Esma, leur organisation et les liens entre eux. Pas mal d'entre eux avaient une croix rouge sur leur photo.
Pour en revenir aux deux personnes qui nous intéresse, elles étaient au pieu, couvertes par une seule fine couverture, et entrain de s'embrasser lentement et langoureusement.
Mais alors qu'ils allaient passer à des choses plus intéressante, quelqu'un frappa violemment à la porte.
Evidemment ça fit râler notre couple.

Gilbert : T'as vu, je te l'avais dis, ça fait depuis qu'on est arrivé ici, que dés qu'on veut faire l'amour, on vient nous déranger, pourtant j'ai pas encore trouvé où ils ont planqué les caméras.

Esma : Vas ouvrir steuplé.

Gilbert : OK chérie.

Gill leva son gros cul du lit et mit un slip kangourou avant de partir vers la porte et l'ouvrit un geste sec et vif.
Il vit alors Léon en sueur et en peignoir, avec son masque de malade qui recouvrait sa bouche, et il semblait assez en colère.

Gilbert : Léon, ça gaze ?

Léon : Qu'est ce que c'est que ça !?

Il montra un journal avec sa main gauche et pointa du doigt la photo à la une de celui ci.
On y voyait Gilbert Montagné et Esmaraldine, déguisé en Léon, sortirent de la maison de Monsieur Stevens.
Le gros titre disait "Les Nouveaux Sherlock et Watson".
Le chanteur semblait embarrassé en voyant ça, il ne pensait pas que la nouvelle parviendrait jusqu'ici.
Merde, je fais quoi moi ? Il va me tuer, bon je vais essayer de lui dire la vérité

Gilbert : C'était pour s'amuser !

Léon : Mais tu te moque de moi !? Je suis un Agent Secret, pas un Détective Privé, quand mes supérieurs vont voir ça, ils vont me balancer par la fenêtre !

Gilbert : Ça va coûter cher à réparer.

Léon : Tu répare ça tout de suite, tu te démerde mais tu me....

Soudain une piqûre vint lui toucher le cou comme si ça venait d'un moustique.

Léon : Qu'est ce que....

Tout à coup il s'écroula par terre comme une grosse merde car la piqûre venait enfaîte de la montre Tranquillisante et s'était Esma qui s'en était servi sans se faire remarquer.
Elle alla rejoindre son mari après avoir mit une culotte et un soutient gorge.

Esma : On ferait mieux de se barrer avant qu'il se réveil et nous trucide.

Gilbert : Déguise toi en lui et prend le Masque pour prendre sa voix, je vais aller faire un tour au salon privé.

Evidemment il alla s'habiller avant de se promener, un simple Tee Shirt Blanc à manque courte, un jeans bleu et des mocassins et le tour est joué.
Après quelque minutes passés dans les couloirs à saluer les différents soldats d'Armée de l'air, il arriva au salon privé où la Fenêtre Noir était posé sur le canapé. Il n'avait pas encore comprit qu'est ce foutait un objet en tant que membre des Avengers mais bon, pas grave, mieux vaut pas se poser de question.
Il vit alors Glenn Talbot arriver, accompagné d'une personne que le bon mari connaissait bien, Helena Harper, une collègue de Léon.
Il les salua tous les deux et le colonel prit la parole.

Glenn : Madame Harper a quelque chose d'important à vous dire, je vous laisse.

Il s'en alla, les laissant tous les deux seul à seul.

Gilbert : Que me veut ta venu ici.

Helena : Vous m'aviez demandé, toi et Léon, de vous prévenir si un jour ce que tu savais se produisait.

Gill comprit immédiatement où elle voulait en venir.

Gilbert : Carmine Millione est mort ?

Helena : Oui, assassiné dans sa cellule ce matin, Hunnigan vous attend là bas, elle aimerait que Léon vienne aussi si il se sent mieux.

Gilbert : Je vais essayé de voir avec lui.

Helena : Mais à priori, cette mort à l'air plus douteuse que ce qu'elle en a l'air. Faites attentions.

Gilbert : Merci, on fera gaffe.

Elle tourna des talons et quitta la pièce, laissant Gilbert dans ses pensées.
J'ai comme l'impression que ce n'est pas un simple règlement de compte d'une autre Famille Mafieuse, mais je dois m'y rendre et en avoir le cœur net.
Mais faudra pas compté sur Léon, je vais emmené Esma, elle sera sous ses traits de toute façon.
Il retourna dans la chambre pour prévenir sa bien aimée de ce qui les attendait.
avatar
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 933
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 20
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Organisation Noire [Terminé]

Message  Gilbert Montagné le Ven 7 Aoû - 20:35

Le Message

Etats Unis; Pennsylvanie; Pénitencier d’Allenwood

Une Acura TSX 2e génération (Photo) se gara devant la prison vers midi avec Gilbert Montagné et un Faux Léon S Kennedy à son bord.
A l'arrêt, l'homme lança un petit regard à sa conjointe qui remarqua l’anxiété qui coulait dans ses yeux.
Il coupa alors le moteur et sortit de la voiture, suivit par son épouse qui s'inquiétait de le voir aussi tendu, lui qui était super joyeux en général.
Mais bon elle savait que l'homme qui était mort était celui qui avait causé la mort de son Ex femme et de la famille de cette dernières ainsi que de nombreux amies des deux présents pour l'occasion.
Holt Valentine, Clint et Gilbert étant les rares survivants de l'époque même si les deux premiers étaient partis juste avant le drame.
D'ailleurs Gill était triste d'apprendre que son ami était mort et il ne comprenait pas en quoi Maxime et les autres lui en voulait d'avoir torturé et tué celle qui avait buté l'Ex de Holt ainsi que sa petite amie du moment Erza et l'enfant qu'elle attendait de lui.
Gill avait été dans un cas du même genre, mais pire quand même.
Bon après le chanteur n'était pas un fana de la justice tel que nous la connaissons et il serait l'opposé de Conan Edogawa, le héros de Détective Conan.
En ce qui concerne Clint, la partie qui avait le plus étonné le bon juif était son retour d'entre les morts mais en tout cas il avait envie de le revoir un de ces quatre pour se parler un peu du bon vieux temps.
Revenons au présent, alors que le couple s'avançait vers l'entré, ils virent arrivé devant eux une femme qu'ils connaissaient bien, ils avaient même vu son frère il y a peu de temps.
Ingrid Hunnigan leur montra un petit sourire naturel histoire de les rassurer un peu même si elle aussi devait être un peu tendu.
Esma se prit alors au jeu d'être Léon et se lança franchement en essayant d’imité son coté tombeur à ce dernier.

Esma ( Voix Léon) : Hé Ingrid ! Comment vas tu ? Les gosses ça va ? T'es chaude pour se voir, Ada n'est pas là aujourd'hui et puis t'en fais pas pour la grippe, le masque que j'ai t'empêchera de l'attraper. Et sinon je voulais vérifier un truc. (Elle lui enlève les lunettes) Oh putain t'es moche ! (Lui remet les lunettes) Tout compte fait je me sens pas bien, on fera ça jamais, ça te dis ?

Ingrid : Vous l'imitez assez mal Esmaraldine.

Esma (VL) : Mince vous savez.

La jeune femme enleva le masque modificateur de voix puis retira son masque en latex pour révélé son vrais visage avant de ranger le tout dans ses poches.

Esma : J'ai mis 7 heures à faire ce masque.

Ingrid : C'est vrais qu'il est très réaliste mais nous avons vite découvert que Léon n'avait pas bougé de New Raccoon City hier soir donc nous savions que c'était un imposteur avec Gilbert, et il ne fallut pas longtemps pour deviner que c'était en réalité sa femme à ses cotés.

Gilbert : Enfin bon, pouvez vous nous expliquer la situation ?

Ingrid : Quelqu'un s'est fait passé pour l'agent Shuichi Akai vers 6 heures du matin et s'est introduit dans la cellule gardée de Carmine Millione avant de l'éliminer avec un pistolet silencieux. Nous n'avons pas pu déterminer quel il s’agissait, juste qu'elle était de calibre 9mm. Aucune douille et pas de trace de poudre, du travail de professionnel. Les deux gardes à l'entré de la cellule n’ont rien remarqué et ceux à l'entré de la prison n'ont pas bien fait la vérification habituelle. Pour finir un message a été écrit avec le sang de la victime, il est peut être adressé à vous, allez savoir.

Esma : Quelqu'un sait où est le vrais Sushi machin ?

Ingrid : Le voila qui arrive, on attendait de voir ce qu'il a à nous dire.

En effet un pick up tout noir du modèle Chevrolet C1500 (Photo) s'était arrêté à coté de la voiture du couple. Un homme mystérieux avec un air froid et distant en descendit et s'approcha des 3 personnages.

Shuichi : Je pense que vous devez être Ingrid Hunnigan, enchanté, et vous Gilbert Montagné, mais elle je ne pense pas qu'elle soit Léon Kennedy.

Esma : Esmaraldine Montagné.

Ingrid : Vous savez comment quelqu'un a t-il pu se faire passer pour vous ?

Shuichi : Je me demande aussi, surement quelque me connaissant pour faire un costume me ressemblant comme deux gouttes d'eau et sachant imiter ma voix, enfin je pense, ou imiter une voix d'homme en tout cas. Et avant que vous me poser la question, mon badge a mystérieusement disparu hier soir et je ne l'ai retrouvé que 30 minutes auparavant en retournant dans mon véhicule après m'être arrêté à une station service.

Gilbert : Sinon on peut voir le message ?

Ingrid : Très bien, mais ne vous en faites pas le corps a déjà été emporté.

Gilbert : Dommage, je voulais voir ce que ça ferait de le voir mort.

Esma : Tu pourras toujours faire un tour chez le légiste Gillou.

Le quatuor se mit alors en route vers la scène de crime où ils arrivèrent 4 minutes plus tard.
Le premier truc qu'ils virent en entrant était le message écrit en rogue sang sur le mur en face d'eux et qui était placé de tel sorte qu'on le voit avant d'apercevoir le corps du défunt.
Il était écrit "Sherry" et les 4 personnes intrigués s'arrêtèrent devant pour l'étudier.
Ils étaient seuls dans la pièce, ce qui les mettaient un peu en intimité entre eux.

Ingrid : Est ce que ça vous dit quelque chose en particulier ce mot ?

Gilbert : Sherry Birkin ? Non aucun rapport.

Shuichi : Xérès, une sorte de vin blanc très doux plus connu sous le nom Sherry.

Gilbert : Mais qu'est ce que le nom d'un alcool vient faire là ?

Shuichi : J'ai peut être une idée... Mais non ça ne peut pas être ça.

Gilbert : Une idée ma belle ? Esma ?

Il se tourna vers sa femme qui avait les yeux grands ouverts et regardait le sol avec un air vide tout en tremblant de peur.
Tout lui revint en tête, des souvenirs qu'elle ne devrait pas avoir, et une voix terrifiante résonna dans sa tête en disant "Sherry". Gill s'inquiéta instantanément en la voyant ainsi et la secoua légèrement pour la faire reprendre conscience.

Gilbert : Esma, qu'est ce qui t'arrive ?

Elle sembla reprendre ses esprits tandis que les deux agents fédéraux regardaient en silence derrière.

Esma : Sherry était le nom de code que je possédais dans l'Organisation Noire.

Gilbert : Hein ? Mais qu'est ce que tu raconte ?

La jeune femme se tourna vers son époux et les autres pour parler.

Esma : Gillou, je ne t'ai jamais parlé de mes origines car à vrais dire jusqu'à maintenant je n'en savais presque rien. Zarick m'a dit qu'il m'avait créé à partir d'une canne en particulier, il l'avait remporté aux enchères et d'après ce qu'il savait, elle avait été aspergé du sang d'une personne au moment de sa mort. Il a pu donc en quelque manière transféré son âme même sans souvenir dans cette canne, et ça a donné moi.

Ingrid : Qui était cette personne.

Esma : Shiho Miyano.

Akai sembla réagir au nom de la personne mais retrouva rapidement son masque sans expression.

Esma : Mais maintenant tous les souvenirs sont revenus et ont défilé dans ma tête en voyant ce message sur le mur.

Elle sentit alors une main se poser sur son épaule pour la rassurer, c'était le doux faux aveugle qui lui lança un petit sourire, ce qui la calma un peu.

Esma : Donc je suis techniquement cette Shiho Miyano, une femme dont les parents ont travaillé pour une mystérieuse Organisation Noire dont très peu de personnes savent le vrais nom, même moi, ils sont morts assez rapidement dans un accident de voiture assez étrange mais je ne m'étais jamais posé de question et ma sœur Akemi était là pour me rassurer. L'organisation m'avait demandé de continuer le travail de mes parents, à savoir l'Apoptoxin 4869, APTX 4869, une toxine qui devait normalement donner l'immortalité mais après quelques années de travail j'avais réussis à créer sans le vouloir tout autre chose, un poison mortel introuvable...

Gilbert : Comment ça ?

Esma : L'APTX 4869 était capable au final comme un poison mortel indétectable, une vrais arme dangereuse....

Gilbert : Ce n'était pas ta faute.

Gill avait du mal à savoir si c'était encore sa Esmaraldine qui parlait où si c'était Shiho Miyano.

Esma : Pendant ce temps Akemi qui vivait un peu en dehors de l'Organisation même si elle était surveillé par eux, essayait de m'en faire sortir, de me faire vivre une vie normal car il faut dire que j'étais froide et distante à l'époque, comme tout membre d'eux. Elle est même allé jusqu'à bossé pour eux en tant que cambrioleuse mais alors qu'ils lui ont promis de me relâcher après un dernier casse, ils l'ont trahi et tué ainsi que les autres personnes qui y ont participé. Ces idiots l'avaient laissé vivantes tout ce temps pour être sur que je continue à travaille pour eux avec mes grandes compétences et là ils venaient de se foirer. J'ai vite appris ce qui s'était passé et je leur ais exigé une explication, ils m'ont envoyé paître. Pour me venger j'ai détruit toutes les données concernant l'APTX 4869 et les échantillons aussi. C'est ensuite qu'ils m’ont refroidi avant que j'ai pu m'enfuir, j'avais 18 ans au moment de ma mort. Enfin de la mort de Shiho Miyano.

Les 3 autres personnes étaient bouche bée devant ce qu'ils avaient entendu même Akai et ils ne savaient pas comment réagir.
Finalement ce fut Gilbert qui posa une question.

Gilbert : Et donc ton nom de code était Sherry ?

Esma : Oui, tous les membres hauts placés portent un nom de code d'alcool. Mais bon ma mort remonte à il y a quinze ans.

Gilbert : Mais à priori cette organisation court toujours et ils ont remarqué que tu étais vivante et t'ont laissé ce message pour te le faire savoir.

Esma : Mais à ce propos, il y a un gros problème....

Shuichi : Elle ne lui ressemble pas physiquement en tout cas.

Les yeux dans la pièce se tournèrent vers l'homme glacial qui venait de parler.

Esma : Il a raison, quand je pris cette apparence après t'avoir embrassé, ce fut le fruit du hasard, mon corps ne ressemble pas celui de Shiho Miyano et je ne pense pas qu'ils m'aient reconnu par ma personnalité, même si avant qu'on se connaisse, j'étais aussi froide et distante, et sarcastique qu'elle, ça a changé.

Gilbert : Même si t'es toujours sarcastique.

Ingrid : Comment savez vous cela Monsieur Akai ?

L'agent du FBI soupira tandis que Esma gloussa à la remarque de Gillou.

Shuichi : Suivez moi, mon ordi est dans mon pick up, j'ai quelques trucs à vous dire et montrer.

Tous le suivirent, ne sachant pas vraiment vers quoi s'aventurer.


Dernière édition par Gilbert Montagné le Ven 7 Aoû - 23:43, édité 1 fois
avatar
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 933
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 20
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Organisation Noire [Terminé]

Message  Gilbert Montagné le Ven 7 Aoû - 23:43

Sherry

5 Mai 2015

Etats Unis; Seattle; Cabaret Français Dodu

De la fumée provenait de la partie fumeur du cabaret presque vide, seulement deux personnes dont le fumeur se trouvaient dans cette partie là et 3 autres personnes dans le reste de la pièce. Un magicien super nul était entrain de faire foirer tous ses tours sur le devant de la scène.
Mais concentrons nous sur celui qui fumait des Jiloises Caporal (Inspirés des Gauloises Caporal/Brunes) qui avait justement la clope au bec, comme toujours. Gin (Image), tel était son nom de code, regardait son associé devant lui qui regardait le spectacle tranquillement en buvant un cognac tandis que le fumeur n'avait pas encore touché à son sherry.
Il était assez préoccupé des récents événements même si il montrait peu ses émotions car c'était un tueur froid en tant normal et un très bon sniper.
Il gardait toujours son Beretta M92F planqué dans le coté droit de son manteau au cas où il devrait dégainé subitement car oui il est gaucher.
Son ami rigola un petit coup avant de se reconcentrer sur lui.
Son nom de code à lui était Vodka (Image) et c'était un très proche ami de Gin même si souvent les autres membres le considérait comme "sa" secrétaire.

Vodka : Grand frère, qu'est ce qui a, je sais que c'est pas ton genre de te marrer mais tu semble anxieux en ce moment.

Gin : Rien... C'est juste que je la tenais presque entre mes mains...

Vodka : Tu ne pouvais pas savoir... Personne même pas Cette Personne (Ano Kata) ne pouvait prévoir ce qui est arrivé à New Raccoon City, on serait surement mort à l'heure actuel si on s'y était rendu le jour même.

Gin : Exact.

Vodka : Par contre j'ai vu à quoi ressemblait cette Shiho Miyano et je ne suis pas le seul à m'être posé cette question, surtout que je n'étais pas là à l'époque où vous vous êtes connu, mais comment tu as fait pour la reconnaître car moi je vois deux personnes différentes.

Gin : Son regard.... J'ai vu son regard une fois à la TV et je ne l'ai pas cru au début mais ensuite je me suis rendu à un concert de Gilbert Montagné où elle se trouvait... Et j'ai reconnu son doux parfum.

Il commença à se l’imaginer toute nu dans sa tête et des souvenirs lui revinrent en mémoire, ce qui le fit ricaner sadiquement.

Gin : Sherry.

Vodka : En tout cas tu devrais être content, là au moins on est sur qu'elle est morte et qu'elle ne pourra jamais balancer d'infos sur nous.

Gin : J'aurais quand même voulu être là quand elle est morte pour la deuxième fois, pour savourer ce moment.

Un grand sourire machiavélique traversa son visage, étonnant un peu son petite frère.

Vodka : Tu ne m'a jamais raconté la mort de sa sœur, et aussi sa mort à elle, je voudrais savoir comment ça s'est passé.

Gin : Très bien...

7 Juin 2000

Japon; Tokyo; Entrepôt 32 Port Edogawa

Il était 19H47 dans l’arrondissement du même nom, cette zone du port semblait vide de toute forme de vie.
Mais dans cet entrepôt une clope vint toucher le sol avec de se faire écraser par une botte noir appartenant à Gin qui releva un peu son chapeau en caressant en même temps ses cheveux argentés.
Son collègue qui était avec lui, Scotch, un assassin français qui bossait depuis 30 ans pour l'Organisation, regardait sa montre avec impatience.

Scotch : Elle a 10 minutes de retard.

Gin : Cela nous donne une raison de plus d'en finir avec Masami Hirota.

??? (Au loin) : Je préfère que l'on m'appel par mon vrais nom.

Une silhouette féminine (Image) entra alors dans l'entrepôt, armé d'un Colt 1911, et braqua les deux hommes en noir, Gin ricana comme à son habitude.

Gin : Akemi Miyano.

Akemi : Je me doutais bien que c'était un piège, alors j'ai planqué l'argent du casse dans un lieu que vous ne trouverez jamais, maintenant vous allez laisser ma petite sœur en paix sinon...

Gin : Vous allez nous tuer ?

Il sortit à son tour son célèbre Beretta armé d'un silencieux.

Gin : Vous n'en aurez pas le cran, vous êtes trop gentil pour pouvoir tuer quelqu'un de sang froid, hors moi je n'ai aucun mal à me débarrasser des traitres ou des poids gênants.

Il commença à s'approcher mais Akemi prit un ton plus en colère.

Akemi : N'approchez pas !

Gin : Où est l'argent, votre mort sera plus rapide si vous nous le dites maintenant.

Akemi : Vous ne le saurez jamais !

Une balle passa à coté de Gin et se logea dans l'épaule de la dame qui lâcha son arme avant de se tenir sa blessure en gémissant. Le coup venait du Colt de Scotch qui fit signe à Gin qu'il lui laissait s'occuper d'elle pour la suite.

Gin : Je crois que l'on va s'amuser...

Akemi trembla de peur mais essaya de cacher ses émotions comme sa sœur, mais elle n'y arriva pas. Pour autans elle n'allait pas craquer et elle ne dirait rien.

10 Juin 2000

Tokyo; Centre de Recherche

Gin s'avança dans les couloirs du centre, un petit sourire au visage qui en disait long.
Il n'était miraculeusement pas entrain de fumer et il tenait fermement son arme fétiche dans sa main gauche.
Mais alors qu'il était à 5 mètres du labo de Sherry, il tomba sur Vermouth (Image).
Une femme connu dans le monde entier comme Sharon Vineyard, une célèbre actrice américaine de 29 ans, et elle est connue au sein de leur organisation comme la "Favorite" du Boss et la plupart savait qu'elle avait le béguin pour gin même si ce dernier avait plus d'yeux pour Shiho Miyano.
D'ailleurs là il la dévisagea un peu en voyant qu'elle lui bloquait un peu le chemin.

Gin : Qu'est ce que tu me veux ?

Vermouth : Besoin d'aide pour te débarrasser d'elle ?

Gin : Non, je préfère faire sa de façon personnel.

Vermouth : Comme tu veux.

Elle s'en alla avec le sourire, espérant qu'après ça il prêtera enfin plus d'attention à elle.
La chevelure argenté entra dans le labo et fit sursauter la jeune et belle Sherry (Image) qui s'apprêtait à partir après avoir saccager l'endroit.
Reconnaissant Gin, elle se retrouva tétaniser par la peur mais essaya de garder un masque froid sur son visage, ce qu'elle arriva très bien à faire.

Gin : Tu nous quitte ?

Sherry : Je pensais prendre l'air, pour le restant de ma vie.

Gin : Toujours aussi cynique, froide et sarcastique.

Sherry : Et toi toujours aussi effrayant et sanguinaire.

Gin : On se connait très bien, tu sais ce qui va se passer.

Sans qu'elle ne puisse répondre, une balle vint la traverser, passant juste à coté du cœur. Une autre traversa le poumon droit, une autre la jambe gauche et une dernière l'épaule gauche.
Elle tomba au sol et commença à suffoquer tout en se vidant de son sang.

Gin : Sherry... Tu vas me manquer.

Sherry : Tiens c'est drôle... Toi, tu me manqueras pas...

Gin : Tes cheveux sont vraiment beaux, noyés dans ton sang.

Sherry : Espèce de.... Connard....

Il ne lui fallut que peu de temps avant qu'elle succombe enfin de ses blessures devant les yeux ravis de Gin.
Mais le sang avait coulé jusqu'à une canne appartenant à un des scientifiques qui travaillait avec Shiho et l'avait entièrement recouvert.
Ce que le tueur au sang froid ne savait pas, c'est que cet objet ordinaire allait faire revivre Sherry quelques années plus tard.


Dernière édition par Gilbert Montagné le Lun 10 Aoû - 15:20, édité 8 fois
avatar
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 933
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 20
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Organisation Noire [Terminé]

Message  Gilbert Montagné le Sam 8 Aoû - 20:46

Implication du FBI

26 Septembre 2015

Etats Unis; Pennsylvanie; Pénitencier d’Allenwood

Tout le monde regarda assez circonspect l'ordi portable où se trouvaient quelques infos sur cette Organisation Noire. Akai resta silencieux un moment avant de commencer à parler.

Shuichi : Voila tout ce que j'ai pu récupérer pendant mes 3 ans d'infiltrations chez eux.

Gilbert : Vous y étiez infiltré ?

Shuichi : Oui, j'ai commencé ceci il y a 5 ans et j'ai fais mes preuves en temps qu’excellent sniper pour eux en tant que Dai Moroboshi, j'ai même réussit à devenir brièvement un Haut Placé avec pour nom de code Rye mais je n'ai pas pu profité de ce bref temps pour récupérer de bonnes infos avant que ma couverture ne souffle.

Gilbert : D'après ce que je vois ils auraient commencé leurs activités il y a un demi siècle.

Esma : C'est exact. L'Organisation fait dans à peu près tout; Chantage, espionnage, corruption, braquage de banques, assassinats... Et elle s'occupe aussi du domaine scientifique et informatique pour de sombres projets.

Shuichi : Mais ce qui est sur c'est qu’elle agit de plus grand secret et souhaite continuait à rester secrète.

Esma : Quand on rejoint l'Organisation, il y a deux moyens d'en sortir, mourir ou les trahir, qui revient au même car ils vous tueront. D'ailleurs je suis étonné que vous soyez encore vivant.

Shuichi : Ils me craignent à cause de ça d'ailleurs, ils croient que je suis le Silber Bullet qui pourra lesf aire tomber.

Ingrid : Mais je me demandé, comment est ce que votre couverture fut grillé ?

Shuichi : De façon assez débile....

11 Février 2013

Japon; Tokyo; Shinjuku Goyen

Un homme assez tendu était entrain de marcher dans le parc (Image) avec un journal sous le bras, une casquette et des lunettes de soleil pour ne pas se faire reconnaître.
C'était Frederique Poppel, un grand acteur de cinéma français très connu, même au Japon. Il avait joué dernièrement dans "La Salope" de Jean Bon et aussi dans un court métrage réalisé par lui même "C'est nul, je n'ai pas été invité à la fête !".
Il arriva dans un coin calme et dégagé de la zone pleine de verdure puis il il se dirigea vers un banc mais fut stoppé dans sa marche par un jeune homme (Image) qui sembla le reconnaître et montra des yeux émerveillés. On aurait dit un fan qui reconnaissait un acteur fétiche.

Fan : Oh mon dieu, c'est Frederique Poppel !

Evidemment tous les regards se tournèrent vers l'homme qui aurait voulu ne pas se faire remarquer.

Fred (Ton Gêné) : Je suis là en vacance, incognito.

Tooru : Pouvez vous juste me signer un autographe au nom de Tooru Amuro.

Il lui tendit avec un sourire joyeux un petit calepin tandis que l'acteur sortit son stylo qui'l emmenait partout et signa de sa plus belle écriture.

Tooru : Merci, et au revoir !

Fred : Au revoir.

Le fan trop content d'avoir eu ce qu'il voulait s'éloigna, permettant à Frederique de s'asseoir enfin sur le banc et déplier son journal pour commencer à faire semblant de le lire.
A 700 mètres de là, sur le toit d'un immeuble quasiment à l'abandon, se trouvait Shuichi Akai posait sur le rebord, entrain de viser la stars avec son fusil à lunette Sako TRG-42 (Photo).
Il esquissa un petit sourire de sadique et prit sa radio miniature qu'il avait sur lui.

Rye : Ici Rye, cible en visuel sur le banc à 11 heures.

Scotch (R) : Bien reçu, j'arrive.

Le sniper continua à garder l'homme bien en vue mais quelque de totalement d'imprévu se passa sous ses yeux.
Un homme arriva et s'approcha pour parler à Frederique.
Akai le reconnu immédiatement et s'énerva un peu.

Rye : Andre, qu'est ce que tu viens faire ici ?

Andre Camel (Photo) montra son badge du FBI à Frederique qui commença à flipper un peu.

Andre : Ils ont prévu de vous tuer, venez avec moi discrètement si vous voulez la vie sauve.

Fred : D'accord.

La cible se leva et suivit l'agent du FBI sous les yeux de Scotch qui n'aima pas la tournure de la situation et prit sa radio.

Scotch : Rye, tu dois tirer maintenant.

Rye : Bien reçu.

Shuichi se retrouva à faire un dur choix, il ne pouvait pas se contenter de les blesser, non il devait soit tuer Andre et la cible pour maintenir sa couverture, soit il devait tirer sur Scotch, permettant aux autres d'avoir le temps de fuir. Si il en tirait pas du tout Scotch préviendrait l'autre membre et ils se débarrasseraient des deux agents et en plus Akai risquait d'être démasqué.
Il soupira et tira un coup dans la frustration.
Des cris retentirent quand le corps de Scotch tomba au sol après s'être prit une balle dans l'un de ses poumons.
Fidèle à sa réputation, Akai avait réussit son tir, mais il aurait voulu éviter de le tuer si possible mais dans la précipitation c'est déjà cool qu'il l'ait touché.
Evidemment Camel profita de l'agitation pour fuir avec le VIP tandis que le fan joyeux de tout à l'heure se rapprocha un peu du cadavre de Scotch, encore consterné par ce qu'il venait de voir.
Il prit alors la radio qu'il avait sur lui.

Tooru : Rye, qui aurait pensé que tu serais à la solde du FBI ?

Rye : Déjà pas toi Bourbon.

Et la conversation coupa net, le traître ayant jeté sa radio au sol avant de l'écraser.
Il aurait bien pu abattre Bourbon avec son arme car il était en visuel mais il avait déjà fait assez de dégât, et si il l'avait tué de sang froid comme ça, il ne valait alors pas mieux qu'eux.
Il préféra se retirer le plus rapidement possible, il allait avoir une discutions chaleureuse avec son collègue Camel.


Dernière édition par Gilbert Montagné le Mar 11 Aoû - 12:52, édité 1 fois
avatar
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 933
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 20
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Organisation Noire [Terminé]

Message  Gilbert Montagné le Lun 10 Aoû - 16:08

Se préparer à partir

26 Septembre 2015

Etats Unis; Pennsylvanie; Pénitencier d’Allenwood

Shuichi reprit son souffle après avoir raconté comment Camel avait foutu en l'air 3 ans d'infiltration chez les ennemis. Hunnigan était vraiment surprit de tout ce qu'elle avait apprit en moins d'une heure, elle et à priori ses supérieurs ne semblaient pas au courant de l'existence de cette organisation. Monsieur Montagné quand à lui regarda avec tristesse sa femme en se demandant comment elle avait pu tenir autans de temps dans l'Organisation Noire quand elle était Shiho Miyano sans devenir vraiment comme eux. Cette dernière écoutait Akai en regardant le sol, les cheveux cachant son visage pour ne laisser transparaître aucune émotion.

Shuichi : Après ça, j'ai dû me cacher sous la protection de mes collègue et on dû renoncer à notre mission quand la CIA arriva et prit la relève de force en disant que on a rien à faire au Japon, notre mission est de nous occupé de la présence de l'Organisation Noire aux Etats Unis, et ils n'avaient pas tord. En tout cas tout ce que je viens de vous révéler devra rester secret, et si vous devez le dire, dites le à des personnes à qui vous faites confiance à 120 % et faites ça discrètement, ils sont partout.

Ingrid : C'est rassurant...

Esma : De toute façon, on devra se rendre au Japon pour enquêter.

Ingrid : Vous êtes sur que c'est prudent.

Shuichi : Ils n’ont pas vraiment le choix, la mort de Carmine et le message montrent qu'ils vous ont à l’œil et savent que tu es Sherry. Ils vous tueront très certainement si vous ne faites rien, donc soit vous essayez de les avoir avant qu'ils vous aient, soit vous vivez reclus comme moi j'ai fais en espérant chaque jour qu'ils ne vous retrouvent pas.

Esma : J'ai déjà fais mon choix...

Gilbert : Et moi je la suivrais où qu'elle va.

Shuichi : J'ai un contact à la CIA qui est mêlé à ça et qui se trouve là bas, je vais le prévenir de votre venu.

Esma : Nous partirons ce soir.

Shuichi : Très bien.

Akai s'écarta avec son ordi pour envoyez un mail sécurisé à son ami.

Ingrid : Je dois y aller, mais faites attention à vous quand vous serez là bas.

Ils hochèrent la tête et l'agent de liaison quitta la zone avec une marche ferme.
Gilbert continua à regarder sa meuf et remarquait qu'elle n'était pas dans son assiette malgré qu'elle cachait ses sentiments.

Gilbert : Tu sais, tu peux me dire ce que tu ressens là.

Esma : Tous ces souvenirs sont revenus comme ça d'un coup, et pour la plupart des mauvais que j'aurais voulu ne jamais me rappeler, des sentiments enfuis que je voulais oublié.

Gilbert : Comme ce que tu as ressenti en mourant, ou la perte de ta sœur ?

Esma : Ouais, Akemi, c'était un Ange qui veillait sur moi et ils l'ont tué froidement. Officiellement ce serait les Yakuzas qui auraient fait le coup, mon cul oui !

Gilbert : Je suis désolé pour elle.

Esma : Tu n'y peux rien, ce n'est pas de ta faute.

Gilbert : Je sens que le combat sera dur, mais on les aura, j'espère.

Esma : Quand tout sera fini, je pense que je reprendrais mon vrais nom, même si je ne reprendrais surement jamais mon ancienne apparence.

Gilbert : Ne jamais dire jamais, personne n'aurait cru à notre tour il y a deux semaines, comme ça pif pouf.

Esma : Ouais c'est vrais, tout est possible.

Gilbert : Shiho, c'est un jolie prénom.

Esma : C'est vrais que le préfère à Esmaraldine.

Gilbert : C'est différent faut dire... Mieux vaut pas que Zarick apprenne la guerre qui l'on a l'intention de mener car il ne serait pas vraiment d'accord.

Esma : Ouais, il dirait qu'on est fous d'y aller qu'à d'eux, même si la CIA est avec nous.

Gilbert : Bon après la CIA, ils sont plus tarés que le FBI.

Esma : Dis celui qui ne valait pas mieux à une époque.

Gilbert : Je me suis calmé, mon sens de la justice à reprit le dessus.

Esma : Sérieusement ?

Gilbert : Hé bien faut dire que j’évite de tuer des innocents maintenant, après tué des enfoirés, ça me plait toujours, Léon est d'accord avec moi sur ce point, Holt aussi l'était.

Esma : Moi je sais pas, si on pouvait les coincer vivant pour avoir des infos, ce serait bien aussi.

Gilbert : Juste pour toi, je serais un vrais justicier pour cette Mission qui te concerne bien. Mais juste pour l'Organisation Noire, le reste faut que je me défoule.

Esma : Marché conclu.

Gilbert : Un vieil homme de 63 ans et une jeune femme de 18 ans qui luttent contre des supers méchants secrets, voila ce qui nous attend.

Esma (Rigole) : Merci de me faire oublier mes soucies.

Akai revint les voir et fut étonné de les voir souriant car ils tiraient une tronche quand il aurait parti.

Shuichi : Je vous attendrais à l'Aéroport International de Harrisburg vue qu'il y a un vol pour Tokyo ce soir et c'est le plus proche de notre position, je serais là pour être sur que tout se passe bien jusque là, j'espère que vous vous en sortirez.

Gilbert : Nous aussi.

Il leur fit un signe de la tête et retourna dans sa chevrolet pour partir loin d'ici.
Le couple prit alors la direction de leur voiture personnel sous le regard percent de Gin non loin de là avec son partenaire, Vodka.
La clope au bec comme d'hab, il se tourna vers l'autre tout en ricanant.

Gin : Ils foncent tout droit vers notre piège.

Vodka : Doit on envoyé quelqu'un sur leur vol pour les espionner ?

Gin : Non c'est bon, mieux vaut ne pas se faire remarquer pour l'instant pour qu'ils ne se méfient de rien.

Ils retournèrent tous les deux à la belle voiture de Gin, une Porsche 356A (Photo), puis ils quittèrent l'endroit sans être vu.
Gilbert et Esma étaient entrain de se diriger tout droit vers la gueule de loup un peu à leur insu.
avatar
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 933
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 20
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Organisation Noire [Terminé]

Message  Gilbert Montagné le Lun 10 Aoû - 16:12

Le Vol

Boeing 777; Au dessus de l'Océan Pacifique

21H12, Gilbert avait fini de réglé sa montre à 13H12, l'heure actuel à Tokyo car chez eux ils étaient déjà le lendemain.
Sa belle femme dormait à poing fermé sur le siège d'à coté, se remettant de ses émotions, ils étaient en première classe.
Ils venaient de passer sur la TV, le film "La Bête et le Clochard" de Frederique Poppel avec en guest stars son fils Stive.
Ce film était vraiment nul et bourré d'incohérence, comme la scène où d'un plan à l'autre, le perso principal passe d'une hache dans la main à une tronçonneuse.
Gilbert était vraiment remonté et pour se passer les nerds, il avait étranglé à main nu le con derrière qui s'amusait à foutre des coups dans le siège en rigolant.
Puis il décida de regarder ce qui se passait au tour de lui tandis qu'il jouait à "The Evil Within" Edition Clodos sur sa tablette tactile.
Hé bien justement on parlait du loup tout à l'heure, Stive Poppel était lui aussi dans l'avion et d'ailleurs il avait critiqué le mec qui lui ressemblait comme deux gouttes d'eaux et avait le même nom que lui dans le film, oui il est débile quand il s'y met.
Ensuite il se leva de son siège et s'arrêta devant une belle hôtesse blonde, de la bave lui coula des lèvres et son mode pervers s'enclencha.

Stive : Tu baise salope !?

Hôtesse : Que dites vous, parlez anglais.

Stive : Je t'encule, ah ah ah ah !

Hôtesse : Oh mon dieu ! A l'aide !

Heureusement pour elle, le pilote et le copilote arrivèrent pour l'aider en tabassant le pauvre violeur jusqu'à qu'il soit complètement amoché.
Un cri retentit dans le même temps, venant des toilettes et un homme en sortit en tirant sur quelque chose.
C'était Jean Marie Bigard qui s'était coincé les couilles dans les chiottes car il avait appuyé sur le bouton "Push" alors qu'il était assit et donc elles furent aspirés avec la merde.
Là il se débattu du mieux qu'il peu pour les décoincer tout en reculant dans la rangée et en criant comme un malade.
Finalement elles revinrent à lui en allant de tous les sens, blessant 26 personnes dont le pilote et le Copilote.
Au même moment Gilbert reçut un mail sur sa messagerie et décida de se concentrer là dessus, ignorant les conneries qui pouvaient se passer ensuite.
Le message venait d'un revenant qui n'est autre que Holt Valentine.

Mail : Yo Gilbert, c'est Holt ^^. J'ai appris que t'étais vivant, et donc je voulais te dire que moi aussi, mais ne le dis pas aux autres, je voudrais que ça reste secret le plus longtemps possible car je suis un peu un hors la loi maintenant. En tout cas j'espère que Sienna se porte bien avec vous et sinon je voudrais aussi prendre de tes nouvelles pour voir comment tu vas. ^^

Réponse : Content de voir que tu es pas mort même si je me demande ce que tu as fais pour te causer tous ces ennuis, bref là je pars à Tokyo avec Esma, ma femme mais bon ça tu sais. Mais ne viens pas, mieux vaut que tu ne te mêle pas pour le moment à nos affaires, si j'ai besoin de toi, je te préviendrais. C'est un gros truc et on sera aidé par les fédéraux américains donc voila, merci de ton mail.  Very Happy

Il l'envoya et afficha un grand sourire sur son visage, Holt était vivant, c'était chouette.
Une main vint de poser sur son épaule, c'était la princesse aux bois dormant qui fut réveillé par tout le raffut dans l'avion.

Esma : C'était qui Gillou ?

Gilbert : Holt, il est vivant et lui aussi il a ses trucs secrets.

Esma : OK, je ne sais pas quoi pensé de ce type, tu traînais en général avec lui quand j'étais pas là, il me semble assez bizarre et pourtant je connais un type vraiment bizarre qui est devenu mon mari et qui se trouve avec moi en ce moment même.

Gilbert : L'homme avec une tête d'ampoule à ta droite ?

Homme : J'ai entendu !

Esma : Non toi, gros bêta !

Gilbert : Ah OK Shi... Esma.

Esma : Tu peu m'appeler Shiho si tu veux quand on est en intime, histoire de t'habituer pour plus tard, mais en dehors c'est Esma, t'as bien fais.

Gilbert : Où je pourrais t'appeler Aï Haibara, ça passera mieux.

Esma : Et puis quoi encore Monsieur Conan Edogawa ?

Homme : Vous êtes vraiment bizarre, je vais éteindre ma tête.

Gilbert : T'en pense quoi des Avengers là ?

Esma : Ça fait bizarre qu'ils te prennent en idole, sinon pour les membres Carton Man, Capitaine France, l'Incroyable Hugues, Œil de Bigleux, Tort et la Fenêtre Noire mes font rire.

Gilbert : Ouais, ils les ont trouvé où ?

Esma : Les 3 soldats qui viennent d'arriver, ils ont l'air d'en avoir bavé, au point qu'ils ne veulent plus tuer, à propos d'un truc qui s'est passé à Dubaï j'ai entendu dire.

Gilbert : Ouais. Sinon j'ai pas trop suivi l'histoire de cette Sulfura Westher que tout le monde semble detester et de sa clone, je crois que c'est ça, Angel Croft, où c'est pas mieux. Hein !?

Esma : M'en parle pas, ils parlaient l'autre fois d'un Ahah Merde et d'un Connard, je comprend rien je me sens paumé.

Gilbert : C'est dommage que Baptiste soit mort, il avait l'air sympa et un bon chef, ça ma fait rire quand j'ai su c'était Maxime le premier chef et donc celui qui a créé ce groupe, mort de rire.

Esma : N'importe quoi. Moi c'est Lucy qui j'apprécie bien, on est devenu les Best Friends, c'est pour dire. J'aurais vraiment envie de la prévenir où nous allons mais là je peux pas et au téléphone, je risquerais de la mettre en danger. J'aurais dû lui demander son adresse mail.

Gilbert : Après on a Léon, mon meilleur ami, l'autre japonais j’oublie tout le temps son nom et Albert Wesker... Non je croyais qu'on avait raté une saison, mais non là c'est une série entière qu'on a loupé.

Esma : Le 4ème Reich, Wesker Président des Etats Unis, le Retour d'Umbrella avec cette Natalya Vipèra, Alex Wesker sur le devant de la scène, Armacham qui se autotrucide et j'en passe.

Gilbert : J'ai entendu dire que Lucy sortirait avec l'une des chefs d'Hydra, une certaine Vipère.

Esma : Oh, elle me parle d'une Ophelia Sarkissian de temps en temps, je sais pas si c'est elle.

Gilbert : C'est bon, rien que dans parlé, mon cerveau a grillé... Normikwawal devenu un zombie serpent, non mais quel est le fuck ?

Soudain un cri retentit, c'était un Stewart qui vint en courant.

Stewart : Le pilote ! Il est mort ! Dans les toilettes !

Gilbert : Une nouvelle affaire pour nous.

Esma : Jamais de repos.

Ils se levèrent pour mettre à fond leur méninges et résoudre le crime qui venait de se produire.
Le vol allait être très très long.
avatar
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 933
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 20
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Organisation Noire [Terminé]

Message  Gilbert Montagné le Lun 10 Aoû - 21:46

Nouvelle Maison

7 Septembre 2015

Etats Unis; New Raccoon City; Base Avengers

Baptiste Sixte était dans le laboratoire de Carton Man et les deux semblaient se poser beaucoup de questions sans trouver de réponses.

CM : La même Sarah Kyrine ?

Baptiste : Ouais... Et ce qui me fait flippé c'est que je suis tombé sur elle à chaque fois ! C'est inquiétant.... Mais voila ça me revient Sarah Kyrine elle traînait sur le forum où Maxime Moulin jouait avec ses amis, un forum Resident Evil.

CM : Resident Evil 7, ils voulaient qu'on s'inscrive à notre arrivé, je l'ai jamais fais.

Baptiste : Ouais c'est ça Resident Evil 7.... Comme ce que m'a dit Well et son assistante dans le premier monde, ils m’ont dit de retourner sur Resident Evil 7, et cette Sarah Kyrine est sur Resident Evil 7 dans notre monde, c'est pas un hasard, il y a un message mais je ne sais pas quoi.
C'est alors que les deux personnages commencent à s'effacer comme si ils n'avaient jamais été là.
L'ordi du scientifique s'alluma soudainement et la tête de Sarah Kyrine apparut sur l'écran et prit la parole.

Sarah : C'est toujours en commençant par la source des choses que l'on trouve la réponse, et mieux se dépêcher car quand les rennes voleront, il sera déjà trop tard....

L'écran s'éteignit subitement après cette phrase énigmatique.

27 Septembre 2015

Japon; Tokyo; Nakano

16H51, Gilbert se réveilla subitement coté passager dans la Toyota Passo Sette (Image) d'occasion que Esma conduisait.
Il avait fait un rêve et sa femme fut surprise de son réveil.

Esma : Tu parlais alors que tu dormais, de Resident Evil 7 et d'une certaine Sarah Kyrine.

Gilbert : J'ai fais un rêve bizarre, j'avais comme l'impression qu'une partie de se rêve était quelque chose qui s'était produit dans le passé mais j'étais pas là à cette époque là.

Esma : Normalement je devrais dire que c'est impossible mais....

Gilbert : Il faut que j'ai une discutions avec Carton Man à notre retour aux Etats Unis.

Esma : Et sinon tu étais déjà venu au Japon ?

Gilbert : Plusieurs fois pour des concerts. Une seule fois avec Holt pour se reposer, on avait visité un manoir étrange où l'ancien propriétaire, Renya Karasuma, un vieil homme de 99 ans fana des corbeaux a mystérieusement disparu 50 ans auparavant. 10 ans plus tard des personnalités assez importantes s'étaient organisés dans une vente aux enchères dans ce manoir, mais deux mystérieux étrangers seraient arrivés et leur auraient filé de la Marijuana en guise de remerciement pour les avoir loger. Résultat tous les invités ont fumé de la bonne puis sont devenus fous et se sont entretués. Résultat les deux mystérieuses personnes sont partis en emportant tous les objets qui devaient être vendu aux enchères. Sympa quoi ?

Esma : Ouais c'est sur, tu trouve toujours de superbes histoires qui plombent l'ambiance.

Elle poussa un petit rire taquin et continua sa conduire parfaitement sur la route même si ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas eu le volant à droite.
Ils arrivèrent finalement devant la maison et Gilbert remarqua un van d'exterminateurs de guèpes.
Qu'est ce qu'ils foutent là, c'est la CIA qui les a envoyé ?
Esma gara la voiture juste derrière l'autre véhicule et coupa le contact avant de ranger les clés dans sa poche avant droite.
Elle quitta la voiture et verrouilla les portières quand son mari eut descendu lui aussi.
Celui ci s'avança vers le van jusqu'à arriver au niveau du conducteur car en effet deux personnes se trouvaient à l'avant et le pilote le regarda avec un air "C'est moi que tu regarde ?"
Il toqua à la vitre et l'exterminateur agacé la descendit, ils portaient les deux des lunettes de soleil et une casquette.

Exterminateur 1 : Qu'est ce que tu veux ?

Gilbert : Nous sommes les nouveaux proprios de la baraque là alors on se calme là hein ?

Exterminateur 2 : Dis leur.

Exterminateur 1 : Nos collègues sont à l'intérieur, si vous avez des questions, voyez ça avec eux.

Et il remonta la vitre avec une grande impolitesse, Gilbert voulait sortir son gun et leur exploser la tronche mais il avait promis à sa femme d'être un justicier pour cette Guerre. Et il tenait toujours ses promesses, alors il évita de se transformer en Tueur Psychopathe et se dirigea en vitesse vers le Manoir pour se calmer alors que la jeune femme essaya de le rattraper en comprenant bien pourquoi il était comme ça.
En quelques secondes, les deux furent à l'intérieur, et la porte se referma derrière eux.
Ils se retrouvèrent dans un grand hall avec une architecture française, et avec comme d'hab l'escalier central qui menait à l'étage et avec les grands portraits de personnes qui étaient inconnus aux deux français.
Finalement un homme arriva de la pièce de droite, il semblait être un exterminateur au niveau de ses habits mais il montra alors un badge et se présenta.

Carlton : Agent Carlton Smith, CIA, désoler si nos collègues étaient un peu dur à l'extérieur, ils jouaient leur rôle.

Esma : Carlton Smith ? Ce nom me dit quelque chose...

Gilbert : Hé ouais, vous étiez pas le mec de la CIA en Edonia le jour où il y a l'attaque des entités, vous aviez essayé de buter les 3 soldats de la Delta Force si je me souviens bien.

Carlton : Ouais c'est ça, mais maintenant ils sont intouchables. Heureusement que j'étais parti avant le drame.

Esma : Je croyais que vous vous occupiez de la mission concernant vous savez qui ? A moins que vous soyez multifonction ?

Carlton : Très drôle, on m'avait affecté à la Mission en Edonia car j'ai une très bonne réputation, après celle ci, je suis revenu continuer notre mission ici... Mais bref nous avons fouillé partout pour voir si nos ennemis communs avaient placés des micros ou des caméras, rien, alors nous en avons placé nous même pour vous surveiller et s'assurer qu'il ne vous arrivera rien.

Esma : Et aussi pour me mater à poil, pervers...

Gilbert : Vous êtes donc l'ami d'Akai, c'est ça ?

??? : Non c'est moi.

Ils se tournèrent tous vers la voix féminine pour voir une femme blonde, la trentaine, arriver de la pièce de gauche, elle avait des petits seins et de longs cheveux raides.

Jean : Jean Smith, et pour répondre à votre prochaine question, je n'ai aucun lien de parenté avec Carlton.

Gilbert : Non j'allais surtout demander pourquoi vous avez un prénom de mec.

Esma (En ricanant) : Je vois que je ne suis pas la seule qui aime les vieux, vous allez profiter du spectacle vous aussi.

Carlton (En grinçant des dents) : C'est ça, marrez vous.

Jean (Ignorant les remarques) : Le Manoir est composé de quinze chambres à l'étage, 14 étant pour les invités. De quatre salles de bains avec WC intégrés, deux en haut, 2 en bas. 3 salons, 2 cuisines et une grande salle à manger en bas....

Gilbert : C'est bon, c'est bon, on fera la visite avec l'aide d'un plan si possible.

Jean : D'accord, tenez.

Elle lui donna la carte du manoir.
Puis elle se dirigea vers la sorite avec son collègue et les salua pour leur dire au revoir.
Une fois seul à seul, Esma prit la parole.

Esma : Chouette baraque pour nous.

Gilbert : Ouais c'est sur. Sinon une idée de par où commencer notre recherche demain ?

Esma : Le Centre de Recherche où je travaillais, c'est un bon endroit pour commencer même si j'ai appris qu'il fut fermé il y a plusieurs mois après un mystérieux incendie, mais bon c'est un bon point de départ.

Gilbert : En tout cas, c'est l'heure de visiter cet endroit.

Ils commencèrent en partant de la gauche, cette visite leur prit le reste de la journée.
En tout cas le lendemain, ils avaient du boulot à faire, et valait mieux le faire bien.
avatar
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 933
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 20
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Organisation Noire [Terminé]

Message  Gilbert Montagné le Mar 11 Aoû - 13:41

Nuit Agitée

6 Juin 2000

Tokyo; Café Miro 81

Dans l’arrondissement d'Adachi se trouvait ce café français où avaient l'habitude de se réunir, Shiho et sa sœur.
Justement ce jour là fut une de ces réunions et sans qu'elles le sachent, leur dernière réunion.
Elles buvaient tranquillement du café, un doux pour Akemi et un dur pour la chimiste.

Shiho : Tu es vraiment sur de ce que tu fais ?

Akemi : Inutile de t'inquiéter, je fais ça pour toi en plus. Ils m'ont promis de te laisser faire ta vie si ce gros braquage réussissait.

Shiho : Je pense que je devrais dire merci, alors merci sœurette.

Akemi : Et en plus j'ai déjà prévu le coup, j'ai déjà réservé deux places pour le prochain concert de Gilbert Montagné qui vient chez nous le 12, je sais que tu adore ses chansons, ça te fera plaisir.

Shiho : Tu aurais pas dû....

Akemi : Je ferais tout pour rendre heureuse ma sœur. Et puis après ça, essaye d'avoir une "Vie", trouve toi des ami, et aussi un petit ami.

Shiho : Je ne sais pas si j'en suis capable, si je ne te compte pas, j'ai quasiment toujours était seule.

Akemi : Il n'est jamais trop tard pour se sociabiliser.

Shiho : Merci...

Le sourire angélique d'Akemi redonnait souvent espoir à la cadette de la famille. Heureusement qu'elle était là pour lui redonner courage car sinon elle aurait vite sombré de l'autre coté de la force sans aucun échappatoire.

28 Septembre 2015

Tokyo; Manoir Montagné

Esma se réveilla dans le lit d'un coup net avec le cœur qui battait la chamade.
Elle venait de rêver de la dernière fois qu'elle a vu sa sœur vivante puis le rêve tourna en cauchemar et elle avait entendu Gin dire "Sherry" avant de tirer sur Akemi, voila pourquoi Esma se réveilla comme ça.
Ce n'était qu'un cauchemar, pas de quoi s'inquiéter
Elle afficha un petit sourire sur son visage qui coupa court car elle ne rendit compte que Gilbert ne semblait pas s'être réveillé.
Elle tourna sa tête à droite et ne vit personne, il n'était pas là.
Mince, ou est il !? Bon calme toi, la CIA nous observe, si il lui était arrivé quelque chose, ils le sauraient, il a dû juste aller aux toilettes, rien de plus.
Elle regarda le réveil et vit qu'il était 1H01, elle soupira puis se rallongea et ferma les yeux.
Mais le sommeil n'arriva pas, et pire que ça, il ne revenait pas.
A 1H24, elle décida de se lever en mettant une robe de chambre pour aller le chercher.
Elle prit au passage une lampe de poche mais remarqua au passage en fouillant les tiroirs, que les armes de son mari n'étaient plus là.
C'est pas bon, pas bon du tout.
Elle ouvrit lentement la porte et regarde à l'extérieur, rien dans le couloir.
Elle essaya d'allumer la lumière mais comme elle l'avait senti à plein nez, plus de courants.
L'ambiance typique d'un film d'horreur était mise en place.
Esma arpenta les couloirs jusqu'à arriver au hall, elle descendit ensuite les escaliers et confirma ses prochains soupçons en s'approchant de la porte d'entrer.
J'arrive pas à l'ouvrir, on dirait que mes pires craintes sont entrain de se réaliser.

Gin : Sherry.

Les yeux de la jeune femmes s'ouvrirent en grand, quand à son corps, il fut tétaniser par la peur.
Malgré ça, elle put reprendre après quelque secondes le contrôle de ses membres et se tourna vers sa plus grande crainte.
L'Homme aux cheveux argentés et à la clope au bec se trouvait là en braquant son Beretta 92 sur elle.
Ses yeux démoniaques regardaient de façon perverse sa cible et il afficha son ténébreux sourire.
Esmaraldine quand à elle, avait affiché son masque inexpressif pour ne pas lui laisser le plaisir de la voir apeuré.

Esma : Où est Gilbert ?

Gin : Ah, même si en apparence tu semble différente, en se penchant un peu sur toi, on découvre que tu es toujours la même, toujours aussi froide et sarcastique.

Esma : Je devrais vous remercier pour cela...

Gin : Tu vas maintenant mourir sans même savoir ce qui est advenu de celui dont tu as dévoué ta vie et ton cœur.

Esma : Tant que ce n'est pas toi cette personne.

Il garda sa même expression et finalement Esma ferma les yeux, attendant la mort arriver.
Mais ce fut un coup de feu qui la fit ouvrir les yeux, il ne pouvait pas Provence de Gin car il avait un silencieux.
Elle vit d'ailleurs son ennemi au sol mort et quelqu'un juste derrière, tenant un revolver magnum dans sa main.

Esma : Gillou !

Gilbert : Esma !

Il s'approcha d'elle et la serra dans ses bras, elle versa de nombreuses larmes car il venait de tuer la personne qu'elle craignait le plus.
Mais elle sentit alors quelque chose qui clochait, mais elle ne savait pas quoi.

Esma : Où étais tu pendant ce temps ?

Gilbert : Il m'a assommé alors que je suis descendu pour enquêter sur un bruit. Mais maintenant tout va bien.

Esma : Pourquoi ne t'as t-il pas tué ? Et où sont les mecs de la CIA ? Et c'est du sang sur tes vétem... Oh non !

Elle recula d'un coup et vit un sourire de psychopathe s'afficher sur le faux Gilbert qui enleva le masque en latex sous ses yeux écarquillés.
C'était Vermouth qui jeta le masque par terre et braqua le revolver sur elle.

Esma : Quoi !? Mais c'est pas logique !?

Vermouth : Bon réveil !

Un tir, puis le silence.
Elle se réveilla en sursaut, pour de vrais cette fois, dans le lit, la bouche grande ouverte, les yeux aussi et en haletant fortement.
Ça réveilla aussi Gilbert qui s'inquiéta un peu de voir une telle réaction de sa femme après un cauchemar.

Gilbert : Esma, qu'est ce qui t'arrive !?

Esma : C'est rien, juste un très mauvais rêve.

Gilbert : Non c'est pas juste un mauvais rêve, qu'est ce qu'il y avait dedans.

Esma : Tu étais mort, Gin était sur le point de me tuer et c'est Vermouth qui l'a fait.

Gilbert : Gin ? Vermouth ?

Esma : Bon, je te raconterais tout demain, j'ai besoin de me calmer.

Gilbert : D'accord, hé bien bonne nuit ma canne d'amour.

Elle se rallongea et se pencha sur la gauche avant de fermer les yeux pour essayer de se rendormir.
Gill lui resta sur le dos, les yeux fixé sur le plafond, perdu dans ses pensées.
Qui sont Gin et Vermouth, elle à l'air d'avoir vraiment peur d'eux, bon elle me dira tout demain, enfin j'espère, je ne veux pas la forcer non plus, déjà que ça lui a fait dû mal d'avoir toutes ses vieilles blessures se rouvrir. Et puis moi aussi j'ai fais un rêve bizarre aujourd'hui, j'arrive étrangement à mon rappeler par cœur. "C'est toujours en commençant par la source des choses que l'on trouve la réponse, et mieux se dépêcher car quand les rennes voleront, il sera déjà trop tard...." C'est ce qu'elle disait dedans, mais ça veut dire quoi ? La source des choses, le forum Resident Evil 7 peut être ? Les rennes qui volent, c'est Noel, ouais ça doit être ça. Mais donc à Noel il sera trop tard, mais trop tard pour quoi ? Bon bref, mieux que je réfléchisse à ça après une bonne nuit de sommeil.
Il ferma les yeux à son tour.
A quelques pâtés de maison d'ici, dans une planque de la CIA, les agents Jean et Carlton Smith regardaient le moniteur qui affichait toutes les caméras du manoir.
Ils buvaient du café tranquillement et avaient assisté au étonnant réveil de Madame Montagné.

Jean : La pauvre, ça doit lui faire dû mal tout ce qui lui arrive sur la figure comme ça d'un coup.

Carlton : Mais bon il faut parfois savoir affronté la réalité, et je trouve qu'elle s'en sort bien.

Jean : Mais c'est bizarre, elle ne semble pas lui avoir raconté grand chose sur l'Organisation, pourtant elle en y a été mêlé depuis sa naissance techniquement.

Carlton : Les femmes ont leur secrets, elles ne disent pas toutes leurs infos à leur maris.

Jean : Bon je vais aller me reposer.

Carlton : Ouais, et réveille les deux autres gugusses, c'est à leur tour maintenant.

La relève allait arrivé mais est ce que la protection de la CIA allait suffire pour arrêter ce qui allait se produire ?


Dernière édition par Gilbert Montagné le Mer 12 Aoû - 16:05, édité 1 fois
avatar
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 933
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 20
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Organisation Noire [Terminé]

Message  Gilbert Montagné le Mar 11 Aoû - 21:43

Le Centre de Recherche

Tokyo; Ota

Une belle voiture blanche arpentait les routes de la capital pour se rendre à un but inconnu aux yeux de tous sauf des deux occupants, Gilbert et Esmaraldine Montagné.
Cette dernière était un peu stressé, et Gill le savait mais ne savait pas quoi faire exactement. Il se rappela alors la conversation qu'ils ont la nuit dernière et finalement il brisa le silence.

Gilbert : Pourrais tu me parler de Gin et de Vermouth, tu m'as dis que tu me raconterais tout aujourd'hui.

Esma : C'est vrais... Commençons par Gin comme ça ce sera fait.

Gilbert : Tu as l'air d'en avoir très peur.

Esma : Forcément que j'en ais peur ! C'est un malade mentale, un psycho pervers, un tueur froid ! Quelqu'un de très très dangereux, même la personne la plus dangereuse que je connaisse, il ne faut jamais être la cible de ce type.

Gilbert : En gros le mec, c'est Daesch à lui tout seul en terme de dangerosité ?

Esma : Peut être même pire, même le Patron de l'Organisation est un ange comparait à lui.

Gilbert : Mais il n'y a pas que ça, n'est ce pas ?

Esma : Oui en effet... Il me connait très bien, autans que toi, c'est pour dire.

Gilbert : Enfin moi je suis ton mari donc c'est normal.

Esma : Je suis sur que c'est lui qui m'a retrouvé, ses yeux d'aigles vicieux et son odorat de berger allemand ont dû lui faire comprendre qui j'étais.

Gilbert : J'ai dû mal à voir comment c'est... Oh non.

Esma : Je ne t'en dirais pas plus maintenant sur lui... Je ne suis pas encore prête à te dire comment était notre relation... Même Akemi n'était pas au courante, il y avait juste Vermouth qui savait exactement....

Gilbert : Et donc cette et ce Vermouth ?

Esma : C'est une femme américaine plus connu sous le faux nom de Sharon Vineyard...

Gilbert : L'actrice morte il y a 5 ans !?

Esma : Ouais, et j'ai remarqué aussi qu'elle était maintenant sous la couverture de Chris Vineyard, la fille de Sharon.

Gilbert : Mais comment est ce possible ?

Esma : Elle ne semble pas vieillir, je ne sais pas comment mais j'aimerais le découvrir. En tout cas c'est une pro du déguisement, je suis même presque sur que c'est elle qui s'est fait passé pour Shuichi Akai dans la prison avant hier.

Gilbert : Elle doit avoir les seins plats alors.

Esma : Au moment de ma mort, elle était super jalouse de ma relation avec Gin car elle l'aimait mais ce dernier... n'avait d'yeux... que pour... moi....

Gilbert : Respire.

Esma : Je ne saurais dire comment a évolué leur relation, sinon je peux aussi dire que c'est la chouchou du Boss, c'est la raison pour laquelle elle n'est pas encore morte à l'heure actuelle car beaucoup de membres n'aiment pas sa façon de jouer perso et indépendante. Je ne saurais même pas te dire si elle est vraiment fidèle à l'organisation.

Gilbert : Une possible alliée, surtout qu'elle me doit la vie.

Esma : On verra... Mais par contre comment ça elle te doit la vie ?

Gilbert : Longue histoire, je t'en parlerais une autre fois, on approche du centre.

Esma : OK.

Gilbert : Juste pour finir, je devine que tes compétences de Shiho sont revenus avec les souvenirs.

Esma : Yep, tu as vu que je savais à nouveau parlé parfaitement japonais... Et sinon je suis à nouveau la surdoué pro en chimie.

Gilbert : C'est cool, tu pourras aider Carton Man au laboratoire, la Chimiste avec l'Ingénieur.

Esma : Ouais, je me sentirais plus utile.

Gilbert : Je serais Sherlock Holmes et toi Watson, et aussi un peu ma Irène Adler.

Esma : Sauf que je ne te trahirais pas.

Gilbert rigola tandis que la silhouette du bâtiment se décida à vue d’œil.
C'était un grand bâtiments visible de très loin et reconnaissable par sa teinte noire et son coté délabré dû à l’incendie.
La Belle Canne, comme le dirait Gilbert, gara le véhicule près du portail d'entré pour coupa les moteurs, elle remarqua que son gendre était intrigué par le bâtiment.

Gilbert : Quand a eu lieu l’incendie ?

Esma : Fin d'Avril.

Gilbert : Ouais logique, peu de temps après que tu ais pris une apparence humaine.

Esma : Ouais dans le doute, ils ont fait disparaître les preuves pour que je ne puisse pas les prendre.

Gilbert : Ils sont vraiment prudent, et je devine que le centre appartenait à une entreprise imaginaire ?

Esma : Yep !

Gilbert : Bon allons y, il n'y personne dans les environs.

Il ouvrit la portière et fit signe à sa femme de le suivre, et donc après avoir verrouille les portières, ils arrivèrent dans la grille d'entrée qui menait à la cour avant où se trouvait une grosse pancarte avec le non de la fausse société à moitié effacé.
Malheureusement le portail avait un cadenas qui l'empêchait de l'ouvrir.
Heureusement Gilbert sortit une grosse pince de sa petite veste et péta le cadenas avec force.
Esma pouffa de rire en voyant ça.

Esma : Je ne veux pas savoir ce qu'il y a d'autres dans ta veste.

Gilbert : Les outils nécessaires à la survie.

Il sortit alors un sandwich avec du beurre de cacahuète et du chien, car il aimait manger chinois, et du chinois des fois aussi.
La jolie brune ouvrit la grille et lui fit signe de la suivre avant de refermer ça derrière elle, et pendant qu'il mangeait, ils avancèrent jusqu'à la porte d'entré en chêne avec des traces de brûlures et qui semblait avoir perdu de sa résistance.
Elle ouvrit donc la paire de potes sans mal et ils entrèrent dans un petit hall d'accueil typique de ce genre de centre, sauf que les murs blancs étaient devenus gris/noir après l'incident.
Après quelques pas à l'intérieur, Gilbert lança une question.

Gilbert : On cherche quoi ?

Esma : N'importe quoi qui peut nous renseigner sur l'Organisation, séparons nous d'ailleurs, ça nous fera perdre moins de temps. Et en cas de problème, on a nos badges de détectives, tu les as toujours.

Gilbert : Je t'ai dis, les outils nécessaires à la survie.

Il sortit les deux badges de sa veste, en posa un sur lui et donna l'autre à Esma pour qu'elle le mette aussi.

Gilbert : Et de toute façon, j'ai mes lunettes modifiés qui permettent de suivre les traceurs des badges, d'écouter des conversation lointaines et de jouer la Cucaracha chantait par Jean Louis Borloo complètement raide.

Esma : OK cool.

Ils se quittèrent donc en arrivant à un embranchement après un baiser pour leur souhaiter bonne chance.
Gilbert arriva dans un open space plongé dans les ténèbres où l'odeur de brûlé semblait avoir marqué l'endroit.
Le chanteur pointa sa montre lampe dans la pièce pour éclairer les environs, il pouvait voir des livres et classeurs calcinés, ce qui restaient d'ordinateurs et d'autres babioles.
Alors qu'il avançait dans la pièce, Gill sentit ses jambes s’engourdir et des vertiges lui arriver.
Le décor à ses alentours fit un bond dans le temps, revenant en l'an 2000.
Il pouvait voir des personnes vêtus de noir se déplacer tout autour et même le traverser comme si il n'était pas présent.
Il ne put s'empêcher de regarder les alentours avec des gouttes de sueurs qui coulaient le long de son front.
Je croyais qu'il n'y avait que dans les films que ça arrivait ce genre de choses.
Mais son regard se focalisa sur une personne ne particulier qui semblait ne pas être en très grande forme.
C'était quelqu'un que Gilbert connait puisqu'il avait failli le tuer quand il était possédé par une entité.
Oui je veux parler de Westhon Yeston, le Maire de New Raccoon City depuis son inauguration en 2008.
Une voix glacial résonna alors dans la pièce pourtant déjà bruyante, celle ci fit sursauter l'homme politique.

Gin : Monsieur Yeston, quel bonheur de vous revoir, hé hé hé !

Westhon regarda avec méprit l'homme aux cheveux argentés et lui posa une question clair et net.

Westhon : Où est Shiho !?

Gin : Sherry vous voulez dire, je crains qu'elle nous ais quitté pas plus tard qu'il y a deux heures, quel dommage.

Westhon : Vous l'avez tué, espèce d'enfoiré ! D'abord Akemi, maintenant elle !

Gin : Baissez d'un ton... Je vais être très clair, soit vous vous calmez tout de suite et nous continuons notre accord pour vous faire monter en politique, soit les deux sœurs auront bientôt la compagnie de votre fils, votre femme, vous ainsi que les autres personnes qui vous sont cher.

Yeston grinça des dents tellement violemment qu'il s'en cassa une, ça le fit mal sur le coup mais il ne voulait pas montrer sa douleur à Gin et il savait très bien qu'il ne gagnerait pas cette guerre, pas maintenant en tout cas.

Westhon : Je veux juste être très clair, je ne veux plus jamais vous revoir, si vous voulez me parler, envoyez n’importe quel autre de vos gars que vous.

Gin : Marché conclu.

Et l'homme en deuil tourna des talons en serrant les poings avant de partir.
Gilbert était sans voix et c'est une voix qui l'appelait qui lui fit revenir dans le présent.
C'était Esma qui montra une expression inquiète sur son visage en faisant des signes à son tendre époux pour le faire réagir, ce qu'il fit finalement en affichant une tête qui lui disait qu'il revenait de loin.

Esma : Qu'est ce que t'as ? J'ai eu le temps de faire tout le tour du centre avant de te trouver comme ça ici.

Gilbert : Comment ? On est là depuis combien de temps ?

Esma : 3 heures, et la nuit va tomber d'ici 2 heures, faut rentrer.

Gilbert : Tu as pu trouver quelque chose ?

Esma : Non rien du tout, ils ont fait du travail de pro, par contre j'ai cru entendre des bruits de pas, on ferait mieux de partir.

Sans qu'il ne puisse répondre, elle l’entraîna vers la sortie menant à l'entrée mais en revenant à l'embranchement, ils tombèrent nez à nez avec deux policiers en uniforme qui ne semblaient pas apprécier leur présence ici.
Au même moment, à l'extérieur, de l'autre coté de la rue, se trouvait une Porsche Noire qui appartenait à une silhouette connu.
Gin et Vodka étaient tous les deux devant, et ils intriguaient les passants car des voitures avec des volants à gauche, ça avait la classe dans le coin.
Et aussi parce qu’ils avaient un look de mafieux, ça aussi ça attirait un peu l'attention.

Vodka : Hé grand frère, Tequila m'avait raconté une fois que tu avais visité une fois la Maison Saeki, c'est vrais ?

Gin : Ouais, c'était quelques mois avant qu'un idiot de flic français ne la fasse cramer. Mais je suis toujours vivant, c'était du flanc cette malédiction.

Vodka : Ou c'est que tu as fais peur aux fantômes qui sait.

Gin : Peut être... En tout cas nous devrions y aller maintenant, il ne faudrait pas qu'elle me voit tout de suite, je veux savourer le moment propice.

Il appuya sur l'accélérateur et partit loin d'ici comme si ils n'avaient jamais été là.
Une demi heure plus tard, le couple avait enfin réussit a apaiser par un moyen inconnu les méfiances des policiers et de l'Inspecteur Kanagawa qui était venu entre temps, même si c'est Esmaraldine qui parlait car Gilbert a un peu de mal avec le japonais.

Kanagawa : J'espère ne plus vous revoir là où vous ne devez pas vous trouver.

Esma : Désoler.

Kanagawa : Même si je sens que vous me cachez des choses, je ferme l’œil pour l'instant, au revoir.

L'inspecteur s'en alla avec méfiance, les deux policiers firent de même, laissant le gentil couple rejoindre leur véhicule et prendre le chemin vers la maison.
Mais Gill ne put s'empêcher de poser une question en cours de route.

Gilbert : J'ai comme remonté dans le temps là bas.

Esma : Comment ça ? Qu'est ce que t'as vu ?

Gilbert : Une discutions tendu entre un mec que je pense être Gin et le Maire de la ville, Westhon Yeston, ça avait l'air de remonté au jour de ta mort. Il semblait te connaitre toi et ta sœur, et de ce que j'ai compris l'Organisation Noire l'a aidé à devenir ce qu'il est aujourd'hui. Peux tu me dire ce que tu sais de lui en toute sincérité.

Esma : Hé bien, je ne sais pas grand chose de lui, la personne qui en savait le plus était Akemi... Elle ne m'a jamais dis comment ils s'étaient rencontrés mais ce que je savais c'est qu'i lavait une femme et un fils, mais que malgré ça il ressentait de vrais sentiments pour ma sœur et voulait à tout pris la protéger, moi comprit, sachant dans quel galère j'étais. Mais je crois qu'Akemi ne l'a prévenu qu'au dernier moment à propos du braquage final, sachant qu'il l'aurait surement dissuadé de faire quelque chose d'aussi dangereux même si il savait que c'était pour une bonne chose...

Gilbert : Est il vraiment fiable ce type ?

Esma : Je pense que oui, ce n'est pas vraiment une mauvaise personne pour ce que j'en sais, après je peux me planter mais je crois qu'il serait de notre coté, même si son accord avec eux me semble assez égoïste, mais bon le monde est gris, les gens sont plus ou moins mauvais.

Gilbert : C'est vrais... Bibi est un exemple.

Elle éclata de rire à cette remarque, et lui aussi fut prit dans la poilade.
Au moins ils pensaient à autre chose pour le moment, ça faisait du bien.
Mais ils allaient bientôt revenir à la dure réalité.


Dernière édition par Gilbert Montagné le Ven 14 Aoû - 22:54, édité 1 fois
avatar
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 933
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 20
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Organisation Noire [Terminé]

Message  Gilbert Montagné le Ven 14 Aoû - 22:52

Le Piège

29 Septembre 2015

Tokyo; Manoir Montagné

3 heures du matin, le ciel était dégagé et un petit vent froid soufflait dans la grande ville endormi.
Dans la planque de la CIA, les Smith étaient entrain de roupiller pendant que les deux autres surveillés les moniteurs tout en discutant de tout et de rien, car il fallait bien se tenir occuper.

Agent 1 : Non mais c'est Salamèche qui bat Carapuce, il n'y a pas photo !

Agent 2 : T'es fous, Salamèche est de type feu, comment tu veux qu'il batte l'autre de type eau ?

Agent 1 : J'y arrive bien moi !

Agent 2 : Menteur, prouve le !

Agent 1 : Eu attends, il y a un problème....

Agent 2 : Quoi !?

Agent 1 : Réveil les autres, on a plus d'images !

En effet tous les écrans étaient devenus noir sans aucune explication, ça sentait pas bon.
Très peu de temps auparavant dans la Manoir non loin de là, l'un des salon avait la lumière allumé.
Gilbert s'y trouvait, assit sur le canapé, entrain de regarder "Les Sous-doués en vacances" où il y avait la scène (Vidéo) où il y a Guy Marchand qui chante "Destinée" (Chanson).
Gill aimait ce film même si il préférait le premier, il aimait encore le second opus.
Mais alors qu'il chantait lui aussi en même temps cette chanson qu'il adorait, le courant se coupa net et il se retrouva dans une pièce sombre, juste éclairé par la lueur de la Lune.
Putain, qu'est ce que c'est encore que ça ?
Aussitôt Oscillo, le courageux aventurier s'empara de sa lampe torche posait sur la table basse à coté du verre où il restait un fond de Vodka.
Il s'empressa de l'allumer avant de regarder partout autour de lui, et même se retourner subitement en fixant la pièce d'à coté qui était l'une des cuisines mais ne vit personne.
Il souffla un peu et s'essuya le front.
De quoi je m'inquiète, ça doit être rien et même si c'était le cas les caméras fonctionnent toujours vue que c'est juste une panne de courant, donc si il y avait quelqu'un dans la maison, la CIA déboulerait rapidement ici.
Il leva son gros cul et et décida d'aller dans la cuisine se chercher quelque chose dans le frigo en espérant que le courant reviendrait, et au pire il irait se coucher et irait voir le problème demain.
Une fois arrivé devant le meuble tant convoité, il l'ouvrit et se douta que il n'était plus alimenté à cause de la panne.
Il regarda ensuite les différentes choses qui se présentaient à lui.
En portant de devant, une boite de donuts datant d'une époque inconnu, une bouteille de bière "Duff", un cœur humain, une brique de lait "Ebola" et la tête découpé d'un Silurien.
Il prit la bière et la décapsulant avec les dents avant d'en prendre une gorgée en refermant le frigo.
A peine le petit bruit de fermeture fut entendu qu'il fit un salto arrière pour atterrir sur la table en évitant le coup de couteau portait par un assaillant qui s'était planqué derrière la porte du frigo quand Gill fouillait à l'intérieur. Et comme ce dernier n'était pas dupe, il avait anticipé cette agression.
L'agresseur fut surprit de rater son coup mais ne put enchaîner une autre attaque car il se prit un pied dans la gueule qui l'envoya valdinguer contre l'évier, faisant tomber une tonne d’ustensile tout autour.
Lé héros prit un élan et sauta de la table jusqu'au mec pour le plaquer de force à l'endroit où il se tenait, puis il prit une des louche qui était tombé et lui fracassa le crane à 4 reprise avec jusqu'à qu'il en soit mort.
En haut, au premier étage, dans la chambre à coucher principale, une jeune femme faiblement vêtue se réveilla à cause de l'agitation d'en bas.
Elle se rinça les yeux avec ses doigts en baillant puis elle prit une lampe torche qui traînait sur la table de chevet qui était de son coté et l'alluma.
Qu'est ce qui se passe en bas ? Faut que j'aille vérifier.
Mais juste au moment où elle enlevait les draps pour se lever, la poignet de porte bougea et celle ci s'ouvrir sous les yeux ébahis de la femme qui vit un homme encagoulé de petite taille rentré dans la pièce avec une machette dans la main gauche.
Sans perdre de temps, elle se précipita dans la commode de son mari et prit la revolver de ce dernier pour abattre cet homme au plus vite.
Mais c'était sous estimé la rapidité de ce dernier qui donna un coup de machette à l'arme qui tomba et glissa sous le lit.
C'était mal parti pour elle, heureusement elle eut le réflexe de se jeter hors de son ravisseur et tomba du lit comme une grosse merde, malgré ça elle put se relever assez rapidement.
L'homme dangereux contourna l'objet qui les séparer pour en finir avec elle, lui laissant quelques secondes pour préparer son coup, et quand il fut à porté, elle lui asséna un coup de lampe torche qu'il n'avait pas vu venir.
En représailles, il lui retourna le coup en lui tailladant la cuisse droite, ce qui la fit grincer des dents mais elle ne laisse aucune larme couler et lui fit un coup de pied retourné, l'envoyant dans le décor et le faisant sonner KO.
La machette quand à fut envoyer sous un meuble par précaution par Esma tendit qu'elle se baisse pour reprendre l'arme sous le lit.
Sauf qu'il n'y avait aucune secondes de répit puisqu'un autre type déboula pour aider son pote, armé d'un batte de Baseball en aluminium.
Il vit l'autre type dans les vapes et alla voir si il allait bien, avant de le secouer, ce qui le fit reprendre conscience.
Pour de court durée car deux coups de feux retentirent et les deux agresseurs tombèrent comme des mouches par terre, morts.
Esmaraldine aurait voulu en garder un vivant, mais là elle était préoccupé par autre chose, le bien être de son conjoint.
Revenons voir ce dernier justement qui était retourné au salon de tout à l'heure car c'était le chemin le plus court pour retourner au hall et ainsi rejoindre sa conjointe en haut, voir si elle allait bien.
Cependant, il s'arrêta au milieu de la pièce en entendant le cliquetis d'une arme derrière lui, il se retourna lentement en levant les mains en l'air pour voir un autre type cagoulé comme celui de la cuisine, et vêtu de noir aussi, lui braquer un Glock 39 (Photo) équipé d'un silencieux.
Mais ce qui étonna le grand détective, c'est qu'il n'était pas encore mort.


Gilbert : Vous n'osez pas tirer ou vous voulez d'abord étaler votre vie, le temps qu'un allié vienne m'aider ?


Homme : Nous ne sommes pas là pour vous tuer, même si mon collègue de tout à l'heure vous a laissé pensé le contraire, c'était un psycho, tant pis pour lui.

Gilbert : Vu votre façon de parler, vous devez être le chef.

Chef : C'est bien ça, maintenant la ferme !

Soudan deux coups de feux se firent entendre à l'étage, ce qui fit crispé Gilbert.

Gilbert : Esma !

Chef : Bizarre....

Gilbert : Je croyais que vous nous vouliez vivant !?

Chef : Vous, pas elle, c'est un témoin gênant.

Gill ne savait pas ce qui le retenait de lui sauter dessus pour lui péter sa gueule mais il avait besoin de ce mec vivant pour récolter des infos, ensuite il pourrait le tuer.
Coup de chance à l'extérieur, un van d'exterminateur freina sec devant le manoir et 4 personnes en descendirent, seulement équipés de pistolets car leur supérieurs n'avaient pas pensé à leur filer des gilets par balle durant leur mission au Japon.
Les Smith furent les premiers à atteindre la grande porte d'entré, l'homme prit la parole aux deux autres agents en arrière.

Carlton : Vous deux, restez là et empêchez quiconque d'entrer ou de sortir avant l'arriver de la police !

Il défonça alors la porte à coup de pied et entra avec sa collègue avec le même nom de famille.
Ils braquèrent leurs armes un peu partout jusqu'à ce que deux coups de feux retentirent du premier étage.

Carlton : Je vais en haut, occupez vous du bas !

Jean : Soyez prudent.

Après avoir gravi les marches, il passa la porte face à lui et courut dans le couloir jusqu'à arriver devant la chambre du couple dont la porte était ouverte.
Une fois dans la pièce, il trouva deux cadavres à terre, ainsi que Esma accroupi dans un coin avec une blessure à la jambe et un revolver dans les mains.
Comme toute personne bien intentionnée, il alla à son chevet pour vérifier son état.

Carlton : Rien de grave ?

Esma : Il me faut nettoyer la blessure pour empêcher l'infection et bander le tout pour éviter que je me vide de mon sang.

Carlton : Je vais vous emmener à la salle de bain la plus proche, accrochez vous à moi.

Il la souleva du sol puis l'épaula pour la faire sortir de la pièce et soigner sa blessure.
Au salon, Gilbert était toujours tenu en joue par l'ennemi qui commençait à s'impatienter.

Chef : Bon, qu'est ce qu'ils foutent les autres là haut !?

Jean : Ils jouent à cache cache.

Surprit, le mécréant se retourna mais vit un coup de pied toucher son arme, la faisant voler très loin, puis il se prit un poing dans le bide qui le fit tomber à genou.
L'agent de la CIA avait réussit son entré en scène.

Gilbert : Je commençais à croire que vous ne viendriez pas.

Jean : Désoler, un petit problème de.....

Un tir... Et le charmant sourire de la femme trentenaire disparu sans jamais revenir, son esprit s'en allant au large.
Un autre... Plus doux, toucha le chanteur au niveau du bassin, il tomba au sol en crispant.
De derrière lui vint Vodka, et de l'autre entré de la pièce, Gin, souriant comme le chacal qu'il était avec ses yeux d'aigle près à fondre sur sa proie.
Le petit malfrat enleva finalement sa cagoule, révélant de longs cheveux noirs allant jusqu'aux épaules.
Il se releva pour voir ceux qu'il pensait être ses sauveurs.

Chef : Vous m'avez sauvé la vie les gars, on peut finir la mission.

Gin : Oh, mais tu as déjà raté ta mission.

Chef : Quoi mais non ! Je n'allais rien dire de toute façon.

Gin : Ça je m'en fiche, le Boss voulait que vous mourriez tous de toute façon.

Chef : Non !

Gin : Si.

Pan !
Maintenant que ce problème était réglé, le tueur ayant trop la classe fit signe à sa secrétaire d’assommer cible, ce qu'elle fit.
Ensuite il s'alluma une Jilloise et prit une bouffée avant de parler.

Gin : Met le dans le coffre, je m'occupe de faire disparaître les preuves, et d'en finir avec "Sherry".

Vodka : Bonne chance, grand frère.

Ça allait sentir le roussit pour Sherry, cette dernière venait de se faire rafistoler façon Mac Gyver, sa jambe, grâce à Carlton Smith qui lui rendit un sourire pour la rassurer au maximum.

Carlton : Ça va mieux ?

Esma : Oui, merci de votre aide.

Carlton : Oh ce n'est rien, on devrait aller voir comment vont les autres.

Esma : Vous ne trouvez pas que ça sent le cramé ?

Carlton : Maintenant que vous le dites, oui, restez ici, je vais juste voir d'où ça vient.

Il se leva, l'arme en main et quitta la pièce en laissant la porte ouverte et en tournant à gauche, disparaissant de la vue de la jeune femme.
Celle ci resta toute seule face à ses peines.
Gillou, Ne meurs pas, je ne veux pas me retrouver seule à nouveau... Surtout face à Gin.
Ce qui l'inquiéta encore plus, fut la fumée qui se montra sans crier gare, de la fumée noire.
Elle comprit alors ce qui se passait.
Ils font brûler l'endroit.... Si j'ai juste alors je suis entrain d'attendre inutilement une personne qui ne reviendra jamais, je dois dégager !
Elle se leva en s'appuyant au radiateur et boita jusqu'au couloir où elle se figea après s'être tournée à gauche.
Un mur de flamme empêchait apparemment toute tentative de sortie par là.
Et devant, une ombre noire menaçante, se tenant là sans bouger.
Un flash apparut et une douleur au niveau du ventre fit comprendre à la Canne Humaine qu'elle s'était prise une balle dans le bide.
Tombant à genou, crachant du sang sur le sol, se tenant sa blessure, regardant son meurtrier devant elle, elle prit la parole.

Esma : Gin...

Gin : Sherry, tu m'as manqué.

Esma : Pourquoi tu me tues pas !? Comment tu as dû déjà tuer mon mari !

Gin : Oh, je te réserve une surprise d'abord.

Le Tueur s'approcha fièrement de sa proie et sortit une petite pilule avec une capsule rouge et blanche qu'elle reconnu instantanément.

Esma : Apotoxine... Impossible !

Gin : Nos chercheurs ont du fait du bon boulot, on a fait quelques essaies et ce petit bijou marche bien. En plus tu vas avoir l’honneur d'en faire aussi l'expérience, après tout, c'est ton oeuvre à la base.

Il lui foutu une droite, elle tomba sur le coté et ne bougea plus, paralysé par la peur. Il prit sa bouche et lui mis le bébé dedans avant de prendre sa gourde qu'il a toujours sur lui et lui faire boire le contenu pour être sur qu'elle l'avale.
Ceci fait, il s'éloigna dans les flammes alors que sa "Sherry" se tortillait de douleur.
Elle sentit comme un éclair foudroyer son corps, une douleur intense provint des os qui semblaient se rétracter.
Elle poussa un dernier cri avant de sombre dans l'inconscience alors qu'il lui semblait voir une nouvelle silhouette sortir du brasier au dernier moment.
Était ce son imagination ? Fort heureusement que non...
avatar
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 933
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 20
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Organisation Noire [Terminé]

Message  Gilbert Montagné le Sam 28 Nov - 15:15

Changements au réveil

???; ???; ???

Suis je morte ? Bien sur que non sinon ce chapitre ne servirait à rien et l'histoire se terminerait trop tragiquement pour l'auteur.
Et puis je suis Esmaraldine Montagné et Shiho Miyano, survivante de l'Enfer, alors je mourrais avec mon époux de vieillesse, merci bien !
Bon là j'étais dans le noir, mais genre complet tu vois ?
Plus rien ne me parvenait, à mon ouïe, mon odorat et n'importe quel autre de mes sens.
Cela semblait durer une éternité, mais bon être seule dans une zone noire, j'avais l'habitude.
Fort heureusement pour moi, une petite lumière blanche se dessina au loin, et je pris alors une forme physique dans ce nul part.
Plus j'avançais, et plus je recroisai des personnages de ma vie, me faisant revivre des grandes moments de ma vie... Comme dans Beyond Two Souls sauf que là leur réplique sont un peu différentes, ma mémoire déraille.
Je vous laisser écouter les différents personnages.

Akemi : Tu dois trouver un petit ami, Shiho.

Gin : Sherry...

Zarrick : Elle s'appelle Esmaraldine et t'accompagneras partout maintenant.

Agrid : Vous savez, votre "ami" est un vrais fous fous, je l'aime bien.

Léon : Sortez de chez moi !

Moi-même (En Canne) : J'aurais pu t'aider mais je me suis dis que tu t'en sortais bien contre ce pompier possédé.

Holt : Tu sais où est Gilbert ? Il fait la gueule depuis le coup au zoo.

Ada : Désoler d'avoir mal jugé Gilbert, tu le connais mieux que nous après tout.

Maxime : Hé, tu es la canne parlante de Gilbert !?

Moi-même (Canne) : Tu pourrais penser à moi, au lieu de draguer les jolies minettes du BSAA !

Gilbert : Esmaraldine, je t'aime !

Andrew : Oh you're in my veins !

Moi-même (Humaine) : Nous allons mourir ensemble, Gillou.

Baptiste : Vous formez un drôle de couple.

Martin : Vous êtes de vrais héros, pas comme moi...

Bauer : Je crois qu'il est temps de se réveiller.

En effet, la lumière me toucha et je sentais mes paupières commencer à s'ouvrir.
J'ouvris doucement mes yeux, voyant le plafond où se trouvait une petite araignée immobile, faisant comme si je ne l'avais pas vue.
Mes oreilles portèrent leur attention sur le bruit ambiant, je pouvais entendre le son d'une télé dans une autre pièce.
C'était... bien Tom & Jerry que j'entendais !? Ouais je reconnaîtrais à coup sur ce dessin animé !
Je regardai brièvement à gauche et à droite et reconnu  alors la déco d'une clinique médicale.
Quel comble ! Qui avait bien pu me sauver !?
J'eus très vite une voix qui capta mon attention.

??? : Vous êtes enfin réveillé.

Des gouttes de sueurs me coulèrent le long des joues alors que je me mis assise très rapidement pour voir qui avait parlé.
Je vis alors un homme asiatique, la vingtaine, les cheveux châtains et un peu en pagaille, des lunettes ovales sur le pif, un sourire bienveillant, il était habillé d'un pull vert recouvert d'une fine veste beige.
Ce type, un médecin à priori, se leva de la chaise où il était posé, montrant qu'il faisait un bon mètre quatre-vingt.

Tomoaki : Je me présente, Tomoaki Araide, comprenez vous le japonais ?

Moi : Oui, où suis je ?

Tomoaki : Dans ma clinique, un ami à moi vous a trouvé dans cet état, je vais aller le chercher.

Il se leva et quitta la pièce, me laissant perplexe.
Un ami à lui... Qui ?
J'eus très rapidement la réponse en voyant un agent de la DSO très connu dans le monde, vous devez savoir de qui je parle.
Il alla s'asseoir à mon chevet avec un air grave sur son visage.

Léon : Alors, tout d'abord....

Clac ! Ma joue devint toute rouge suite à la baffe que je venais de me manger.

Léon : Gilbert en aura aussi une en temps voulu. Franchement ça ne se fait pas tout ce que vous m'avez fait dans el dos.

Moi : Je sais, je l'ai mérité...

Léon : Enfin bon, il y a plus important actuellement.

Moi : Gilbert est surement mort et moi aussi quand ils vont apprendre ma survie.

Léon : Hum.... Tu n'as pas remarqué un changement Esma ?

Moi : Comment ça ? Je...

Mes yeux s'écarquillèrent quand je remarquais que quelque chose n'allait pas.
Mes mains étaient plus petites ! Mon corps aussi !
Je sautai hors du lit pour aller au fond de la pièce où se trouvait un miroir où je constatais avec horreur que.... J'avais l'apparence d'une petite fille.
Léon vint alors poser une main sur mon épaule et me fit m'asseoir sur le lit.

Léon : Mon ami est formel... Tu as 8 ans.

Moi : Comment est ce possible !?

Léon : Alors là, c'est plutôt toi qui devrait savoir, d'après ce qu'Hunnigan m'a dis sur ce qu'elle savait de ton ancienne vie.

Moi : Gin m'a pourtant dit que le poison avait déjà été testé et qu'il fonctionnait....

Léon : Si tu le dis....

Moi : Oh non ! Ça voudrait dire qu'il existe un effet imprévu qui ne se produit qu'à une condition particulière, et cette condition particulière s'est présenté quand il me l'a donné. L'effet en question a régressé mes cellules de 10 ans en arrière.

Léon : Et tu peux inverser ça ?

Moi : Je pourrais créer un antidote mais... Je ne me rappel pas de tout les ingrédients pour créer le poison de base, il faudrait déjà que j'ai ça, et puis....

Léon : Et puis ?

Moi : Mieux vaut que je reste sous cette forme là pour l'instant, pour pas qu'ils sachent que je suis vivante et qu'ils finissent le boulot en tuant ceux qui m'ont aidé au passage.

Léon : Comme Zarick et moi nous le pensions.

Moi : Il est là !?

Léon : Oui, nous sommes venus ici ensemble, je vais le faire venir et vous pourrez discuter de votre nouvelle identité seul à seul.

Moi : Juste une seconde... Gilbert n'est pas mort c'est ça ?

Léon : En effet, aucun des cadavres ne correspond à lui, ils ont dû l'enlever.

Moi : D'accord... Merci.

Il s'en alla, j'étais déjà plus heureuse de savoir que Gillou était surement encore vivant, ça me redonna espoir.
Vint celui que je considérais un peu comme mon 2ème père, en même temps je lui devais la vie.
Mon premier reflex fut de me lever et de le prendre dans mes bras.

Moi : Je ne pensais plus te revoir !

Des larmes me coulèrent sur les joues et il se dégagea délicatement de mon accolade.

Zarick : Ah Esma.... Ne me refais plus peur comme ça.

Moi : Gilbert est...

Zarick : Retenu prisonnier par cette organisation... A vrai dire que le savais depuis le début qui tu étais vraiment mais je n'ai rien dis pour te protéger, j'espère que tu ne m'en veux pas.

Moi : Non... J'aurais préféré de jamais ravoir à faire face à eux, maintenant ils ont gagné la bataille et je suis onligé de me cacher en attendant d'avoir un plan.

Zarick : T'inquiète pas, Léon nous a dégoté une planque où nous vivrons jusqu'à que les problèmes soient réglés.

Moi : Jusqu'à que cette organisation en paye le prix.

Zarick : Bon, habits toi, nous allons t'emmener au logement.

Moi : Donc tu seras avec moi ?

Zarick : Oui, je ne te quitte plus des yeux, Léon lui s'occupera de les chasser sur le sol américain.

Moi : OK.

Il quitta la pièce, me laissant seule.
Mon cœur était rempli d'inquiétude et de haine, mais j'allais devoir les contenir un petit moment avant de les relâcher dans l'air.
avatar
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 933
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 20
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Organisation Noire [Terminé]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum