[FIC] Retour à l'enfance [Terminée]

Aller en bas

[FIC] Retour à l'enfance [Terminée] Empty [FIC] Retour à l'enfance [Terminée]

Message  Gilbert Montagné le Sam 28 Nov - 23:40

[Même code de couleurs que pour la FIC Organsiation Noire]

Baijiu

13 Octobre 2015

2 semaines, cela faisait déjà deux semaines que j'étais devenue cette fille de 8 ans appelée Aï Haibara.
Deux semaines que je n'avais plus vu Gilbert et il me manquait affreusement.
J'avais intégré la classe 3B1 de l'Ecole Primaire de Torunu dans l’arrondissement d'Edogawa de Tokyo, mais moi je vivais dans un autre coin de la ville, Arrondissement Beika, avec Zarick.
Mais bon ne voyons pas le mal partout, au moins mon "papounet" est là pour me soutenir, ça faisait du bien.
Léon continuait ses investigations aux States et sinon... Ah non je vous parlerai de ces trois là plus tard.
Là, c'était Samedi et je regardais la télévision, il était 11 heures du mat.
Papa n'était pas là, il était de sortie avec d'autres gourous.
Pas grave, j'avais de quoi m'occuper de mes heures libres, autre que regarder la TV.
Habituellement j'essayais de me rappeler des ingrédients pour faire l'APTX 4869, mais je n'e avais qu'une partie, mais avec ce que j'avais, j'espérais au moins faire un antidote temporaire.
Après plusieurs nuits presque blanches, je commençais à me dire qu'il allait falloir que je tombe sur eux pour avancer dans mes recherches.
Bref j'étais sur le canapé du salon à regarder l'Inspecteur Balden avec une rhume qui m’empêchait de bosser aujourd'hui.
Je vais vous présenter un peu la scène de l'épisode.
L'Inspecteur Balden venait d'entrer dans la pièce des suspects avec son chapeau pyramide.
Il s'avança vers les 4 suspects et s'exclama haut et fort avec sa voix de ténor.

Balden : Je sais qui est le meurtrier de Madame Tomato !

Suspects : Oh  ! C'est qui !?

Balden : C'est moi !

Suspects : Quoi !?

Malheureusement on sonna à la porte à ce moment là, me rappelant que la veille, j'avais demandé à Lucy Dodgera de venir ici pour discuter en tête à tête et lui demander un service.
Je bougeais un peu mes jambes et je me rendis à l'entré, c'est fous l'impression qu'on a de se déplacer plus lentement quand on a 8 ans à nouveau !
J'ouvris la porte pour trouver la jeune blonde vêtu d'un tee-shirt noir avec un mec pendu à un arbre mis en blanc dessus, elle avait aussi un jeans et des ballerines blanches qu'elle enleva à la tradition japonaise en entrant.
Juste derrière elle se trouvait son majordome, je ne l'avais encore jamais rencontré et Lucy semblait en pleine forme et tortilla ses pieds de droit à gauche.

Lucy : Je les entretiens pour ma meuf, c'est son fétichisme, moi c'est les photos de François Hollande entrain de faire de la corde à sauter dans un champ de mines avec un anaconda en guise de corde.

Moi : Eu... Installe toi.

Lucy : Attends, tu permets, je vais fouiller le frigo, j'ai faim mais pour la boisson t'inquiète j'en ais, en plus t'as l'air enrhumée, c'est efficace contre ça. Sangoku, sort le Baijiu !

Sangoku : Tout de suite madame.

Oh la la, c'était bien parti !
Je repris place sur le canapé en soupirant, Sangoku se mit ma droite avec le sac de madame et sortit une bouteille d'alcool chinois et la posa sur la table en verre.
Lucy revint de la cuisine avec trois verres prévus pour ça, dans une main, et un vieux kebab qu'on avait plus revu depuis 20 ans, dans l'autre main.
Elle le jeta sans respect sur la table et posa la verrerie devant chacun de nous, elle était maintenant assise à ma gauche.

Lucy : Allez bois, c'est bon pour le morale.

Elle avait remplie de verre à ras bord mais je commençais à le siroter.

Lucy : Léon m'a grosso modo raconte ce qui vous est arrivé, c'est triste, les autres s'inquiètent mais je ne peux rien leur dire pour le moment, pas que cet agent me fait peur, non pas du tout ! Mais c'est plutôt cette Organisation des Hommes en Noir" dont on ne sait pas le vrais nom.

Moi : Je sais...

Lucy : Tu tiens le coup ?

Moi : J'essais, et vous ça va ?

Lucy : Ça peut aller, à part pour ma meuf qui prend cher en ce moment.

Moi : Ouais... Vipère.

Lucy : Tu sais !?

Moi : Gilbert aussi, mais nous n'avons rien dis à personne car je pense que le cas Ophelia Sarkissian n'est pas désespéré, je suis sur qu'on peut arriver à la raisonner.

Lucy : J'essaye déjà et je crois que ça marche un peu.

Moi : C'est qui qui domine au lit ?

Lucy : Hum Hum.... Oh ce vilain chat dans la gorge ! Bref tu voulais me demande quoi au juste ?

Moi : Convaincre quelqu'un de venir ici me rencontrer.

Lucy : Qui ça, le Pape François ?

Moi : Westhon Yeston, le maire de New Raccoon City.

Lucy : Puis je, sans t'offenser, te demander pourquoi ?

Moi : Il connait mon ancienne moi car ma sœur était sa maîtresse.

Lucy : Ah ouais OK, donc il est mêlé à tout ça ?

Moi : Ouais... et... je......

Mon 3ème verre fut celui de trop, je commençais à me sentir très mal, je voyais trouble et sentis des éclairs me parcourir les os, mon cœur était bouillonnant.
La jeune blonde le remarqua et commença à s'inquiéter, elle se leva et ordonna à son servant de m'allonger sur le sofa.

Lucy : Hé Esma, tu gères aussi mal l'alcool en temps normal !?

Moi : Non... C'est mon corps... Arh !!!

Mon cœur, il me faisait mal !
C'était encore pire que cette nuit là au manoir !
Je sentis mon corps grandir et j'entendis mes vêtements se déchirer.
Finalement je repris ma taille d'origine et la douleur s'arrêta pour le moment, je réussis à garder conscience, ce qui était bien.
Lucy me regarda avec un gros "What The Fuck" gravé sur le front tandis que l'homme ne fronça même pas un sourcil, trop sérieux le mec.

Lucy : Je savais bien que l'alcool faisait des miracles, mais à ce point.

Moi : J'ai toujours mon rhume.

Sangoku : Dois je chercher des vêtements ?

Moi : Non c'est bon... En plus ça n'a pas l'air de vous choquer plus que ça.

Sangoku : L'habitude...

Lucy : Des orgies entre filles, il faut bien quelqu'un pour nous surveiller.

Sangoku : Exact madame.

Moi : En tout cas reste à voir si l'effet est temporaire ou non.

Lucy : Ça c'est ton domaine, pas le mien.

Moi : Bon, je crois que je vais pouvoir me débrouiller, mène la mission correctement, on se reverra une autre fois.

Lucy : J'ai l'impression de me faire jeter à la porte... Mais bref, garde le reste de la bouteille, salut à la prochaine.

Elle quitta la propriété avec son fidèle serviteur, me laissant dans le salon un peu plus seule avec mes pensées.
Je sens les douleurs revenir... Je m'en doutais mais au moins cet alcool pourrait m'être utile comme ingrédient pour l'Antidote.
Je sentis à nouveau mes os faire des siennes.
Je vous passe les douloureux détails mais je fus de retour comme une gamine de 8 ans.
Maudit Apotoxine !
Enfin bon, une nouvelle lueur d'espoir était venue à moi.


Dernière édition par Gilbert Montagné le Lun 30 Nov - 0:01, édité 1 fois
Gilbert Montagné
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 942
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 22
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Retour à l'enfance [Terminée] Empty Suite

Message  Gilbert Montagné le Lun 30 Nov - 0:00

Les Trois Débiles

15 Octobre 2015

Japon; Tokyo; ???

Je me tenais froidement, droite sur mes pompes, devant la foule rassemblée devant moi.
Je me sentais l'âme d'un Führer et je pris la parole pour empoigner un long discours avec fierté.

Moi : Alors combien avons nous de chances d'avoir deux, si vous aviez dressé le tableau, vous devriez le savoir. Il suffit de compter dans combien de cases il y a le chiffre 2, ainsi vous obtiendrez la valeur de X. Ensuite donc pour p(X=2) nous divisons le nombre d'issues réalisant la condition avec le nombre d'issues possibles et nous obtenons... 100% !

Je tournai ma tête vers l'homme à ma droite ayant son croissant trempé depuis 5 minutes dans son café maintenant tiède, il me regarda comme une extra-terrestre.

Moi : Donc Sylkabe-sensei, voici ma réponse.

Sylkabe : Mais j'ai juste demandé combien faisait 1+1 comme rappel des autres années.

Moi : Maintenant vous êtes sur que c'est deux.

Sylkabe : Je savais que vous étiez surdoué mais là... Retournez à votre place.

Je m'en allais obéir au prof originaire du pays de l'accordéon et je me retrouvais assise aux cotés... Des Trois Mousquetaires versions débiles...
On va aller du pire au moins pire, commençons par Genta Kojima qui était un gros lard habillé en vert, les cheveux courts noirs, une tête d’œuf, un visage qu'on a envie de claquer et il pensait tout le temps à manger.
Ensuite vint Ayumi Yoshida, la demoiselle en détresse habillée en rose, cheveux noirs, une intelligence d’huître comme Genta mais au moins elle était la lueur de joie dans cette chasse aux hommes en noir.
Pour finir Mitsuhiko Tsuburaya, il a le béguin à la fois pour moi et pour Ayumi, lui au moins semble avoir des neurones mais bon il s'en sert souvent mal, il s'habit en bleu.
Moi perso, j'ai choisi du mauve-noir aujourd'hui.
Ils formaient à eux trois les "Détectives Boys", ils menaient des enquêtes en ville et fouiner là où il ne fallait pas.
Genta était le chef et les demandes d'enquêtes étaient mises dans son casier à chaussure, aujourd'hui il n'y en avait pas.
Ils m'avaient supplié de rejoindre leur groupe, sachant que j'étais surdouée et se rappelant que je leur avais mythoné que j'étais une lointaine cousine de Gilbert Montagné, et désormais leur popularité s'était accru.
Grace aux enquêtes résolus par moi, la police les prenait au sérieux et les écoutait avec attention lors des enquêtes, enfin surtout moi.
Bref ne vous endormez ! Le cours alla très vite même si Ayu me saoulait à me faire des remarques sur mon intervention orale.
Arriva la fin de la journée puis les fin de nos taches ménagères, d'ailleurs ça c'est ce qui manque au système scolaire français.
Nous rentrâmes ensemble, se promenant à travers les différents quartiers de la ville, moi mon but était d'aller à l'arrondissement Beika.
Là on était à coté, dans l'arrondissement Haido et j'écoutais les 3 guignols discuter entre eux, je vous fais pars de leur récit.

Genta : J'ai faim !

Mit : Tu as tout le temps faim toi de toute façon.

Ayu : Tu devrais manger moins Genta-kun.

Genta : Manger moins !? Plutôt mourir oui !

Ayu : Fais pas ton rabat joie !

Genta : Nananère, je ne t'écoutes plus !

Mit : Fais pas ton gamin !

Genta : Mais nous sommes des gamins.

Mit : Bah toi c'est pire.

Moi : Vous pourriez vous calmer.

Ayumi : Aï-chan a raison, vous faites pitié Genta-kun et Mitsuhiko-kun.

Genta + Mit : D'accord...

Le reste du trajet se passa sans encombre et après des séparations, je me retrouvai seule le reste du chemin mais pas grave, j'arrivai bien vite devant cette demeure au look innovant et j'ouvris la porte avec ma clé.

Moi : Zarick, je suis rentré !

Zarick : Ah Aï-kun... Ah ah !

Moi : Tu ne vas pas t'y mettre aussi.

Zarick : Il n'y a pas de micro mais mieux vaut être trop prudent.

Je posai mon cartable sur la table basse et j'en sortis mes affaires.
Mon beau père vint me voir avec un petit sourire qui montrait qu'il avait quelque chose à me dire.

Zarick : Lucy a appelé il y a une heure en me disant  que le docteur viendra Samedi pour te soigner de cette satanée maladie.

Moi : Le Maire Yeston viendra Samedi, elle aurait pu donner l'heure mais bon.

Zarick : Je rentrerai tard Samedi, j'espère que tout se passera bien.

Moi : Normalement il est digne de confiance, normalement... Mais j'ai de quoi me protéger au cas où.

Zarick : Nous l'aurons cette Organisation.

Moi : Déjà savoir leur vrai nom, ce serait bien.

Zarick : J'ai suivi les infos, les Avengers sont entrain de foutre une branlée à Hydra.

Moi : J'aurais tellement voulu y participer avec Gillou, mais bon il restera peut être du Justin Hammer à notre retour.

Zarick : Allez courage !

Il me fit une petite tape de soutien dans le dos et partit grand sourire vers sa pièce spéciale incantation.
Je savais que le chemin était encore long, qu'il me faudrait des alliées pour y parvenir, mais j'y arriverai, il le faut.
Soudainement, alors que mon regard balayait la zone, il me sembla voir pendant 1 demi-seconde une silhouette à la fenêtre face à moi.
Aussitôt je m'y précipitai pour voir, mais rien, juste le vent qui faisait souffler des branchages.
J'avais du mal à imaginer que Gin nous ait déjà trouvé alors je mis ça sur le compte de mon imagination.
Même si au fond de moi, j'avais un très très mauvais pressentiment.


Dernière édition par Gilbert Montagné le Ven 4 Déc - 20:38, édité 1 fois
Gilbert Montagné
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 942
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 22
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Retour à l'enfance [Terminée] Empty Re: [FIC] Retour à l'enfance [Terminée]

Message  Gilbert Montagné le Ven 4 Déc - 20:33

Une affaire

16 Octobre 2015

Tokyo; Ecole Primaire Torunu

Pfff, aujourd'hui on eut le droit à une dictée avec Sylkabe-sensei, ce prof me faisait bien rire, je vous laisse écouter.

Sylkabe : Je suis Suisse. Je suis Suisse. Je suis Suisse et Allah est mon ami. Je vais écrire Allah au tableau.

Élève 1 : C'est qui Allah ?

Sylkabe : C'est Gosho Aoyama, non j'déconne !

Élève 2 : C'est quoi Gosho ?

Sylkabe : C'est le concierge.

Élève 3 : Je pensais que le concierge, c'était Wes Craven.

Sylkabe : Non ça c'est dans Scream !

Élève 4 : Mais sinon...

Sylkabe : Chut chut chut ! Si l'un de vous l'ouvre encore une fois, Tonton Neiji viendra avec ses ciseaux, vous voulez voir Tonton Neiji avec ses ciseaux ?

Tous sauf moi : Non !!!

Sylkabe : Putain, et je peux même pas espérer que Maxime Moulin me sorte de ce pétrin, il est mort... J'ai dis ça à voix haut ? Pas grave, reprenons. Je suis Suisse et Allah est mon ami sauf le Dimanche, Dimanche c'est Derrick, mais là il y a Mélianne qui m'appelle sur mon portable... Ceux qui ont noté la fin de la phrase sont des demeurés et auront double corvée.

Genta + Ayumi : Oh non !

Moi [Tout bas] : Idiots....

Je prie qu'un miracle vienne égayer cette journée, ma vie...
Comme Gilbert...
Gillou...
Reviens...
Ma vie est morne depuis que tu n'es plus là.
Comme si on m'avait enlevé quelque chose de moi, une morceau de mon âme.
Comme si j'étais morte cette nuit là dans le feu qui a incendié le manoir où nous logions.
Peut être est ce le cas ?
Peut être que tout ceci n'est que le fruit de mon imagination post-mortem ?
Quoi ?
Ce genre de théories est répandu au cinéma et est même très prisé.
Qu'est ce qu’ils regardent tous comme ça ?
Tous les élèves, et même le prof, regardent désormais vers la fenêtre où il y a de l'agitation.
A les entendre parler, il s'est passé quelque chose de grave.
Oh non...
Ça veut dire que forcément ils...

Genta [Criant] : C'est un nouveau mystère pour les Detective Boys !

Mit [Criant] : Bien dit Genta-kun !

Ayumi [Criant] : Allez viens Aï-chan !

Moi : Ouais... j’arrive.

Bon...
Avec un peu de chance, je vais m'amuser.
Il faut que j'imagine pour Gill à mes cotés.
Si j'y crois assez, ça peut devenir aussi absurde qu'en sa présence.
Allez hop, en route vers l 'aventure !
Sans demander la permission à l'enseignant, nous nous levons pour descendre jusqu'à la cour avant de l'école.
Nous tombons ainsi sur la scène de crime, qui est... Autant de ne pas vous le cacher, surprenante.
Mon vœu a été exaucé.
On dirait presque une blague un peu lourdingue d'un mec bourré.
Étalé sur le sol, se trouve un gamin enveloppé dans trois litres de sperme, mort asphyxié.
Trois suspects se trouvent près du corps et à priori l'un d'eux à fait le coup.
Nous avons un Curé, un Imam et un Rabbin.
Oui, je vous le jure.
L'esprit de Gilbert doit veiller sur nous.
Enfin, spirituellement parlant, vu qu'il n'est pas mort.
Deux policières en uniforme se trouvent sur place, pour les interroger.
On les connait déjà, moi et les crétins, vu qu'elles s'occupent souvent de la circulation en face de notre prison.
Yumi Miyamoto et Naeko Miike, deux personnalités opposées, vous le comprendrez vite.
D'ailleurs, passons vite au dialogue, aussi surprenant puisse t-il l'être.

Yumi : Oh non pas encore vous les mioches ! Vous n'avez rien à faire ici, il vaut mieux rentrer pour ne pas assister à ce truc dégueulasse qu'il y a là.

Naeko : Et pour ne pas que vous vous mettiez en danger surtout.

Yumi : Oui aussi, c'est vrai.

Genta [Criant] : Non, nous allons résoudre cette enquête !

Mit [Criant] : Il va nous falloir interroger les suspects pour cela !

Ayumi [Criant] : Allez parlez messieurs !

Curé : M'enfin, de telles accusations sous la présence de notre Père, c'est insensé !

Imam : Je vais vous buter bandes de mécréants !

Rabbin : Je suis hyper cliché, Mazel Tov !

Genta : Hé bien...

Ayumi : Je...

Mit : On va trouvé, j'espère.

Moi : Ils ont tous les trois fait le coup.

Tous les regards se tournent vers moi, comme d’habitude.
Suis je la seule à avoir un cerveau biologiquement stable ici ?

Moi : Pour avoir autant de spermes ils devaient être au moins trois, et puis ceux là ont encore du liquide sur leur vêtement.

Yumi : C'est donc ça que tu essayes de me montrer depuis tout à l'heure Naeko ! Pourquoi tu ne me l'as pas simplement dit ?

Naeko : C'est dégueulasse...

Yumi : Bon, un dernier mot à dire vous trois ?

Curé : Hérétique !

Imam : Mécréante !

Rabbin : Nazie !

Yumi : Allez, tout ça au commissariat central et puis on en reparle plus !

Une affaire rondement menée.
Comme du temps de mon mari.
Ça a impressionné les trois moutards à mes cotés qui doivent me voir comme une Déesse à présent.
Grand bien leur fasse.

Ayumi : Tu dois être notre nouvelle leader !

Genta : Tu nous feras de la bouffe !

Mit : Arrête toujours de penser à la bouffe Genta-kun !

Moi : Merci les amis.

Bizarre, ça sonnait sincère de ma part.
Peut être que je commence à m'attacher à ces larves.
Ils ont petit coté marrant, de par leur bêtises.
Un peu comme Perceval et Karadoc.
C'est vrai que c'est pas en me morfondant sur mon sort que je vais le retrouver.
En plus, grâce au Baijiu de Lucy, j'ai déjà une base pour développer un antidote à ce douloureux poison.
Il faut que je profite de ces moments là comme ça pour me détendre un peu, afin de ne pas trop me surcharger les méninges, sans non plus faire en sorte à ce que les Corbeaux me retrouvent et mettent fin définitivement à mes recherches de façon précoce.
Je ne risque pas de m'ennuyer puisque depuis que j'ai rejoins les Detective Boys, on tombe sur une affaire chaque jour, et elles sont loin d'être choupinettes comme vous avez pu le voir.
En attendant, j'espère que Leon s'en sort de son coté vu que je n'ai pas de nouvelles de se part.
Je ne voudrais pas qu'il lui arrive quelque chose à lui aussi, ou bien à Lucy.
Gilbert Montagné
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 942
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 22
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Retour à l'enfance [Terminée] Empty Re: [FIC] Retour à l'enfance [Terminée]

Message  Clara Lille le Lun 4 Mar - 16:38

Un Agent Américain en Danger

18 Octobre 2015

Etats Unis; Washington D.C.; Restaurant Le Valeureux

Une femme se tient assise, seule à une table, dégustant une savoureuse poularde en vessie.
Elle est la seule cliente de cet établissement, à sa demande personnelle, alors que plusieurs agents en uniformes sont postés dans les quatre coins de la pièce sans avoir le droit de se servir eux.
Elle semble attendre quelqu'un, mais qui ?
La réponse nous est donnée quand la porte s'ouvre et révèle une icone du Forum, Leon Scott Kennedy.
Ce dernier s'approche de la seule table occupée, non sans garder une certaine assurance ainsi qu'une pincée d'amertume à l'encontre de cette personne habillée formellement. Néanmoins il va garder son calme pour s'adresser à elle, afin de ne pas faire tout partir en couille.
Il s’assoit face à elle, puis elle s'essuie la bouche avec une serviette afin de pouvoir lui répondre convenablement.

Leon : Bonjour Directeur du Federal Bureau of Investigation Tammy Hattley.

Tammy : Bonjour Agent Spécial de la Division of Security Operations Leon Scott Kennedy.

Leon : Les politesses étant faites, nous pouvons entrer dans le vive du sujet.

Tammy : Cela tombe bien puisque nous avons peu de temps devant nous.

Leon : Comment ça ?

Tammy : Vous ne savez pas à qui vous avez affaire ?

Leon : Une sorte de Famille, pour qui vous avez déjà trempé même si nous n'avons pu jamais le prouver.

Tammy : Pire. La Famille, que je connais encore bien aujourd'hui, a été dirigé depuis que je la connais par un homme impatient et loin d'être aussi malin qu'il ne se le prétendait. Je suis surprise d'ailleurs qu'ils vous aient fallu autant de temps pour découvrir ce qu'il mijotait, malgré le fait qu'il ne soit pas discret.

Leon : Quelle est la différence avec l'Organisation Noire ?

Tammy : Ces derniers ont un chef bien plus compétent et qui sait rester dans l'ombre. La preuve, je n'ai jamais réussi à découvrir son identité actuelle, bien qu’autrefois il était connue en étant Renya Karasuma, un milliardaire sans scrupule mais qui imposait une loyauté farouche de la part de ses hommes.

Leon : J'ai déjà entendu ce nom. Holt Valentine et Gilbert Montagné ont visité son manoir à l'abandonné à une époque, mais je n'en sais pas plus. D'ailleurs tant qu'on parle de Gilbert, je cherche à le délivrer de leur mains.

Tammy : Bonne chance pour cela, c'est quasiment un suicide de votre part.

Leon : je n'ai toujours pas compris pour vous avez accepté aussi facilement de m'aider, et aussi pourquoi le temps était compté ?

Tammy : Je suis devenue une plaie à leur yeux et je suis encore étonnée qu'ils ne m'aient tué. Voilà pourquoi j'ai accepté de tout vous révéler tout ce que je sais, ainsi que de profiter de mes derniers repas de condamné.

Leon : Je pourrai vous prot...

Tammy : Inutile, je n'ai plus rien à perdre de toute façon, contrairement à vous avec votre femme Ada Wong, et votre fille, Sienna Valentine.

Leon : Si vous le savez, ils doivent le savoir.

Tammy : Vous les mettez en danger de mort en vous aventurant sur cette route, bien que ça soit pour sauver un ami.

Leon : Moi qui croyait avoir tout vu avec la Famille.

Tammy : Si jamais il venait à se passer quelque chose aujourd'hui, vous serez protégé. Les agents Arinori, Markham, Mockta et Wellers ici présent vous escorteront jusqu'en lieu sûr.

Leon : Merci pour ça.

Tammy : Pas de quoi. Etes vous en relations avec James Black ?

Leon : Le supérieur de Shūichi Akai ? Oui, c'est lui qui m'a parlé de vous en premier lieu lors de notre rencontre.

Tammy : Vous lui passerez le bonjour de ma part quand vous le verrez.

Leon : Pour en revenir à Gilbert, vous avez des infos à ce sujet ?

Tammy : Pas grand chose, je sais juste qu'ils vont mener des recherches du lui pour mener à bien l'un des plus grands projets du patron.

Leon : Je devine que ce n'est pas la Philanthropie.

Tammy : La Vie Éternelle.

Leon : Pour un vieux de 150 ans, je crois qu'il l'a déjà atteint.

Tammy : Je n'en suis pas si sûr. Son autre objectif, à contrario, c'est de travailler sur l'arme la plus mortelle jamais conçue, un poison redoutable.

Leon : Du classique. Être immortel et surpuissant. Il aurait dû postulé chez Umbrella Corporation.

Tammy : Vous devriez mettre de coté cette idée. Comme on ne connait rien de sa vie après sa "mort", qui sait...

Le coup fatal.
Un trou vient d'apparaître sur la glace de la fenêtre tout à droite de la Directrice.
Un autre suivi sur le même coté du crane de cette dernière, qui tombe à l'opposé, sur le sol.
Du sang s'écoule et se répand sur le tapis, le salissant de sa couleur sombre et dégoûtante.
Les quatre gardes postés à l'intérieur réagissent au quart de tour et dégainent leur Glock pour tenter de riposter à ce tireur embusqué qui est pour l'instant hors de porté. Au même moment, Leon s'élance derrière lui, faisant tomber sa chaise, et part se planquer derrière une table adjacente.
Désormais à couvert derrière ce morceau de bois, il sort le Springfield Armory TRP Operator qu'i la sur lui et essaye à son tour d'avoir un bon angle de vue pour au savoir où se trouve le sniper. A en croire sa brève analyse, il en conclut que le tir a été envoyé depuis le toit de la librairie d'en face.
Un autre projectile est tiré, cette fois ci c'est Wellers qui est mortellement touché.
Ses collègues, sentant que c'est la merde et voulant suivre les ordres, finissent par prendre la parole.

Markham : Il faut l'escorter loin de là !

Mockta : Je vous couvre en faisant diversion, tirez vous !

Arinori : Kennedy venez !

Sentant que c'est la meilleure chose à faire, il se lève en vitesse et tel le Servel qu'il choisira comme blason en tant que membre des Avengers 3 ans plus tard. Il parvient à atteindre un coin où on ne peut plus lui tirer dessus, accompagné de deux des trois agents encore en vie. Ensemble ils peuvent donc prendre la sortie de secours.
La porte les mène à une vieille ruelle peu entretenu où d'un coté se trouve une grille à moitié défoncée où derrière ça mène à l'avant du restaurant, donc en vue du tireur.De l'autre coté, il y a une BMW 325 XI. noire entièrement teintée appartenant au FBI qui est leur moyen de s'en aller sans encontre.
Arinori part en avant pour aller prendre le volant tandis que Markham se met de l'autre coté afin de se mettre sur le siège d'à coté. Leon a juste le temps de commencer à les rejoindre, que tout s'écroule.
Les deux agents sont à terre, tous les deux touchés à un endroit vital par un gaucher très précis.
Un éclair interne immobilise pendant quelques secondes le survivant de l'enfer quand il voit ce à quoi il a affaire. Un homme tout de noir vêtu, les cheveux argentés, un sourire à vous hanter toute une vie, des yeux dégageant les pires intentions et un Beretta 92FS avec supresseur ajouté comme cerise sur le gâteau.
Ce malfrat ne lui est pas inconnu puisqu'il l'a entraperçu cette nuit là, quand Shiho a été rapetissé, juste avant qu'il n'intervienne et lui sauve la vie. Nul doute qu'il fait parti de cette Organisation Noire rien qu'à cette information;
Cependant, bien que son corps tente de lui faire comprendre, le vaillant héros ne sait pas à quel monstre il a affaire.
Nous ne pouvons pas lui en vouloir quand on voit ce qu'il a affronté par le passé, mais il ne faut pas qu'il en soit trop confiant, sinon ça le tuera.
Nous te faisons confiance Leon.

Leon : Tu es seul ?

Gin : Deux tireurs couvrent l'entré et j'ai quelqu'un qui s'occupe de garder ma voiture pendant que je m'occupe personnellement de ton compte.

Leon : Je suis honoré de ne pas avoir à confronter de simples sbires sans nom pour une fois.

Gin : Tu peux retenir le mien si tu veux, même si ça ne te sera pas utile. Gin.

Leon : Tes parents devaient être de sacrés alcooliques.

Gin : Nous fonctionnons pas noms de codes.

Leon : Autant pour moi, c'est ton chef qui doit l'être.

Gin : Cette personne voulait que ton cas soit aussi vite réglé que pour les autres, mais j'ai envie de le faire un peu durer, car je voudrais savoir quelques trucs.

Leon : Que veux tu savoir ?

Gin : Sherry, ou plutôt devrais je dire Shiho...

Leon : Esmaraldine.

Gin : Ce n'est pas son vrai nom.

Leon : OK bon continue.

Gin : Sa seconde vie, elle était comment ?

Leon : Dépressive sur plus de la moitié, mais plus joyeuse sur la fin.

Gin : Je suis rassuré. Ça m'aurait déçu qu'elle profite de ce long moment sans moi dans sa vie.

Leon : Quelque chose me dit que tu as été un poids mort dans sa première vie.

Gin : Ce que nous avons vécu elle et moi, c'est...

Avant de pouvoir conclure sur cette phrase qui met mal à l'aise, un nouveau coup survient d'un toit pour le toucher dans le torse, surprenant l'insurprenable qui s'est fait avoir sur ce coup là.
Leon se retourne, lui aussi surpris, car c'est impossible que ça soit l'un de leur gars qui ait fait ça.
Une Volvo S40 au look service service secret déboule de l'entrée barrée de la ruelle et défonce pauvre grillage qui n'a rien demandé, laissant une voie de livre à celui qui est en fâcheuse posture. Les portière s'ouvrent à lui et il se presse de s'y rendre avant que le tueur glacial se remette de la balle qu'il s'est pris.
Une fois le VIP sur la banquette arrière, une pédale est pressée et le véhicule recule jusqu'à ressortir de la ruelle se faire crisser ses pneus vers la gauche pour ensuite se tirer vers la droite, en évitant de possible tirs en hauteur.
Maintenant à l'abris, Leon peut se confier à ses sauveurs à qui il doit la vie, bien qu'il aurait surement trouver lui même un moyen de se tirer de ce guêpier, comme à son habitude.

Leon : Merci à vous de m'avoir sorti de là.

Tim : Oh c'est Akai que vous pourrez remercier car c'est lui qui nous a prévenu que vous courriez un grand danger. Au fait moi c'est Tim et elle c'est Ishida.

Ishida : Reste concentré sur la route, on est pas encore sorti d'affaire.

Leon : C'est qui qui a tiré sur le requin blanc ?

Ishida : C'est Akai.

Leon : En effet, je vais même le remercier de deux fois plutôt qu'une.

Tant qu'on parle du loup, de loin une lunette de visée observe la voiture se rendre dans une cachette.
Un sourire classe et bienveillant apparaît sur celui qui manie le fusil.
Celui n'est cependant que de courte durée, car Korn et Chianti, les deux snipers ennemis, ne sont pas loin.
Il doit se tirer de là, en évitant aussi au passage, Vodka et surtout Gin.
Clara Lille
Clara Lille
Anciers
Anciers

Messages : 124
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Retour à l'enfance [Terminée] Empty Re: [FIC] Retour à l'enfance [Terminée]

Message  Clara Lille le Lun 4 Mar - 16:39

La Rencontre

20 Octobre 2015

Non...
Nooooonnn...
Non non non non non...
Pas lui...
Pas là...
Pitié...
Mes amis...
Ne mourrez pas...

Gin : Sherry...

Non !
Je dois faire quelque chose !

Moi : Prends ma vie, mais pas la leur !

Gin : Tu sais très bien que ça ne va pas se passer comme ça.

Moi : Prend moi, mon corps, mais pitié, laisse les partir !

Gin : Ta proposition me plaît bien, mais ne plaira pas au Boss. En plus je ne suis pas seul aujourd'hui, alors désolé, mais ça sera un non.

Les ombres tout autour nous observent, recouvrant l'entièreté de la pièce.
Il faut que je tente autre chose, il faut que...

Lucy : Ne t'en fait pas Shiho, je suis sûre et certaine que tu parviendras à l'avoir ce petit enculé.

Moi : Lucy...

Un tir à la tête.
Non !
Pourquoi je dois vivre ça !?
Je dois faire quelque chose, je dois agir !
Mais mon corps refuse de bouger !
Il doit le faire, allez !

Gin : Au suivants.

Ada : Reste calme Shiho, tu ne dois pas le laisser t'avoir par les émotions.

Leon : Je suis content de vous avoir rencontré toi et Gilbert.

Shiho : Mes amies...

Encore un coup !
Putain de merde !
Qu'il arrête, pitié, pitié !
Je ne dois pas pleurer, je ne dois pas pleurer !
Ça sort tout seul, merde !
Je lui montre mes faiblesses !

Gilbert : Shiho, regarde moi ma Canne d'Amour.

Shiho : Je te regarde Gilbert, mon Idole.

Gilbert : Je voulais simplement te dire que si j'existe, si j'existe, c'est d'être fan, c'est d'être fan.

Shiho : Si j'existe, ma vie, c'est d'être fan, c'est d'être fan, sans répit, jour et nuit, mais qui peut dire je t'aime donc je suis.

Gilbert : J'en ai suivi des galères, pris des trains, fait des kilomètres, pour te voir.

Shiho : J'en ai connu des hôtels, en attendant un signe, un geste, de ta part.

Gilbert : Je suis fan.

Shiho : Gilbert...

La coup art de lui même, sans que je ne puisse rien y faire.
Celui qui m'avait appris à vivre vient juste de périr devant moi.
Je, je, je vais craquer, je, je, je vais exploser...
Ça bouillonne au fond de moi, j'ai envie de tuer tout le monde ici et là, quitte à en crever.

Gin : Maintenant à ton tour Sherry.

Qu'il ne s'approche pas de moi !
Pas encore !

Shiho : Ne me touche pas !

Lucy : Shiho ?

Lucy !?
Attends on est où là !?
Mon cœur !
Je dois me calmer !
Je suis dans notre planque, dans notre habitation actuelle.
Tout va bien.
Par contre, qu'est ce que Lucy fout là ?
Surtout que je suis actuellement peu vêtue et dans mon lit, c'est pas le top.

Shiho : Lucy, qu'est ce que tu fais là ?

Lucy : Zarick nous a ouvert à moi, Sangoku et le Maire. Ils sont tous dans le salon, et ton père m'a demandé d'aller te réveiller, comme je suis une fille et toi aussi, donc ça ne craint rien.

Shiho : C'est vrai qu'il ne sait pas que tu es une vraie prédatrice sexuelle avec les filles.

Lucy : Oh je ne te ferai rien à toi, je suis ta pote !

Shiho : Tu m'aideras à m'habiller car j'ai un peu la tête dans le cul ?

Lucy : Bien sûr ! Sinon, c'était quoi ce cauchemar pour que tu cris autant ?

Shiho : Rien, j'ai juste rêvé du Croquemitaine.

Lucy : Le type que Leon a croisé l'autre jour ?

Shiho : Oui, et si un jour si viens à le crois, il vaut mieux fuir que de l'attaquer de front, si tu veux avoir une chance de gagner.

Lucy : Il ne peut pas être aussi dangereux, si ?

Shiho : Je m'avance peut être mais je dirais qu'il l'est bien plus que l'Homme Pourpre et ce Naru que tu as rencontré, réunis ensemble. Déjà parce qu'il n'a pas besoin de pouvoir pour éliminer plein de gens, et en plus il n'a aucune morale qui vient l'empêcher d'effectuer ses actes.

Lucy : Comment ça se fait que tu le connaisses autant ?

Shiho : Je ne préfère pas en parler, pas aujourd'hui.

Lucy : D'accord, pas de problème.

Shiho : Maintenant dépêchons avant qu'ils ne s'impatientent.

Ceci dit, je peux me changer en sa compagnie.
Avec Gilbert et Zarick, c'est l'une des rares personnes auxquelles je peux autant me découvrir.
Au sens propre ainsi qu'au figuré.
Une fois correctement habillée, je descends avec elle, rejoindre les autres que je découvre en arrivant au salon.
Mon père est assis sur le fauteuil qu'il a choisi comme étant le sien, juste à gauche de la télévision.
Le Majordome de Lucy est le seul debout, juste derrière le canapé où se trouve celui qui m'intéresse.
Westhon Yeston, Bourgmestre de la ville du raton laveur. ce qui sonne classe dit comme ça.
Je me rappelle désormais entièrement, depuis que mon ancienne mémoire a fusionné avec la nouvelle.
Il avait jadis une une liaison avec ma sœur, bien que je n'en sache pas plus à ce sujet.
L'heure des révélations a sonné. Je m'assois à coté de lui, puis Lucy juste à mes cotés.

Shiho : Westhon, je peux enfin te rencontrer en tant que Shiho Miyano après t'avoir connu en tant qu'Esmaraldine Montagné.

Westhon : Je suis content de te voir, et j'aurais voulu te reconnaître plus tôt pour pouvoir te mettre dans la confidence.

Shiho : Tu... Tu pleures ?

Westhon : Tu me rappelles ta sœur, je...

D'un coup, il me prend dans ses bras, ce qui se fait bien sentir.
Il ne faut pas oublier que j'ai le corps d'une gamine de 8 ans, et que lui il a la quarantaine.
Dit comme ça, ça fait très pédophile.
En tout cas, je ne sais pas trop comment réagir face à ça.
J'aimerais être émue, sauf que mon cœur ne veut pas s'exprimer en public, donc c'est surtout malaisant.
Après, je lui en veux pas, et très vite je retrouve le bonheur de pouvoir respirer.

Westhon : Désolé, c'est juste que...

Shiho : Je comprends.

Sangoku : Moi pas.

Lucy : T'inquiète, laisse les parler, je suis sûre qu'on comprendra mieux.

Westhon : J'ai fréquenté Akemi, sa sœur pendant 3 ans à l'époque, alors que mon mariage battait de l'aile. Nous étions même parti sur un divorce à l'amiable qui se déroulait sans encombre, jusqu'au jour où les Corbeaux l'ont eu. Par la suite j'ai perdu mon ex femme à cause d'une tumeur au cerveau et que j'ai eu la charge seul de m'occuper de notre fils. Aujourd'hui, il a eu lui même des gosses et ils sont tous potentiellement en danger tant que je serai vivant.

Lucy : Pourquoi ?

Westhon : Akemi et moi, nous nous sommes connu grâce à l'Organisation Noire, car ces derniers nous faisaient chanter tous les deux. Moi de par mon défunt frère, et elle par toi Shiho. Nous avons trouver de l'espoir en chacun d'entre nous, et je m'en veux toujours de ne pas avoir su vous protéger.

Shiho : Tu t'es rattrapé avec les habitants de New Raccoon City, même si les grands esprits s'acharnent à vouloir leur éradication.

Zarick : Pourtant j'ai vérifié moi même, et aucun maléfice n'a été lancé sur cette ville.

Lucy : Et c'est qui qui dirige ces méchants ? Vous connaissez au moins son identité ?

Westhon : Je connais seulement son ancienne identité, Renya Karasuma, mais officiellement ce dernier est mort il y a 50 ans. Officieusement, il est toujours vivant mais sous une autre identité, que peu connaisse.

Shiho : Je connais ses deux identités, grâce au Croquemitaine.

Lucy : Et donc ?

Shiho : Je ne te le dirai pas.

Lucy : Bah pourquoi ?

Shiho : Je commence à bien te connaître, et c'est pareil pour Leon. Je sais que vous deux vous iriez tenté un coup contre lui directement, comme à votre habitude. Pourtant, même bien préparé et avec l'appuie des vengeurs, vous ne feriez que mourir sans rien accomplir.

Lucy : Oh c'est mal me con.. Ouais bon c'est un peu vrai !

Shiho : Il faut voir l'Organisation Noire comme Hydra ou la Main,  mais en pire. Il faut faire pallier par pallier si on veut avoir une chance de l'éradiquer, sinon ils sauront nous avoir par derrière. D'abord on sabote leur opérations et on élimine les petits chefs, puis ensuite on fait les plus gros avant de s'attaque au Patron.

Lucy : Tu ne veux vraiment pas me le dire à moi qui c'est ?

Shiho : Pas pour l'instant, je veux d'abord m'assurer que vous n'irez pas courir au suicide.

Lucy : Est ce qu'au moins c'est quelqu'un que je connais ?

Shiho : Je peux juste te dire que toi et Leon vous l'avez au moins rencontré une fois.

Lucy : Cool, je vais pouvoir faire comme le Mentaliste et aller marquer tous les noms sur une feuille !

Sangoku : Lucy, sans vouloir t'offenser, mais est ce que tu penses réussir à te souvenir de toutes les personnes que tu as rencontré, toi et Leon, dans vos vies ?

Lucy : Je vais essayer au moins.

N'empêche, cette rencontre a eu du bon au final.
Pour l'instant, j'ai bien l'impression que m'a sœur n'avait pas choisi un trou du cul comme copain.
On est cependant loin d'être sorti de l'auberge.
Descendre tous ces rats du caniveau nous prendra au moins des mois, si on a de la chance.
Clara Lille
Clara Lille
Anciers
Anciers

Messages : 124
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Retour à l'enfance [Terminée] Empty Re: [FIC] Retour à l'enfance [Terminée]

Message  Clara Lille le Lun 4 Mar - 16:39

Découverte

22 Octobre 2015

Tokyo; Kasai Rinkai Park

Un autre jour en tant que gamine.
Je commence à m'y habituer après plus de trois semaines comme ça, ce qui est tout autant bon signe que mauvais signe, suivant le point de vue qu'on adopte sur la situation.
Cette fois ci je passe un peu de temps avec les Detective Boys après les cours, pour jouer un peu au football.
Je suis gardienne, ça m'évite de courir après la balle, mais c'est pas forcément facile non plus.
Surtout quand le devoir nous appelle !
Je vous laisse le deviner, il y a eu un nouveau crime commis pendant notre temps passé ensemble, parce que nous portons la poisse partout où nous passons, et c'est ça qui est beau.
Ce coup ci, ce fut un meurtre, plus précisément celui d'un important homme d'affaire bossant pour la Tentsu, une entreprise faisant dans la recherche médicale. Il a été retrouvé mort sur l'herbe par Genta, un gros trou dans la poitrine de la taille d'un ballon de basket.
L'auteur de cet assassinat était un pigeon enrhumé répondant à un nom qui a foncé tête baissé contre la victime ne pensant qu'il s'agissait d'un gros ver de terre. Malgré cette nature accidentelle, il finira ses jours au trou.
C'est pas moi qui dicte mais Ninzaburo Shiratori, l'inspecteur en charge de l'affaire.
Au passage, ce dernier est en couple avec notre prof Sylkabe, ce qui est à rajouter au carton des coïncidences.
Là, je me tiens un peu à l'écart pendant que mes "collègues" règlent les derniers détails avec la police.
J'entends certains des agents sur place parler de la Maison Saeki, une demeure qui abriterait des fantômes et qui serait hantée par ceux ci, causant la mort de tous ceux qui y pénétreraient.  Enfin ça c'était à la base, mais après l'incendie d'il y a quelques années, le nombre de morts à diminué, bien qu'il continue à y en avoir de temps en temps.
Moi et Gilbert on avait jadis prévu de la visiter, mais nous avons perdu un peu en intérêt avec ce dernier point.
L'amusement ne sera pas le même, si le danger est bien moins présent.
Enfin pour la visiter ensemble, il faudrait encore que...

??? : Sherry...

Je... Je... J'ai bien entendu... ?
Mon nom de code...
Ils m'ont retrouvé...
Je vais mourir...

??? : Allons, retourne toi pour que nous fassions face.

Je lui obéis pour faire face à ce qui semble être un simple policier en uniforme.
Sauf que je pense l'avoir reconnu.
Cette façon de parler, cet art du déguisement, cette longévité, cet anglais parlé...
Ça ne peut être qu'elle.

Moi : Berumotto...

Vermouth : Je préfère Vermouth.

La deuxième pire chose qui puisse me tomber dessus venant d'eux.
Nous avons eu une histoire compliquée, si l'on peut résumer ça ainsi.
Ne vous fiez pas à son apparence, derrière ce masque se cache une femme aux longs cheveux blonds-gris.
Je dois réfléchir à un moyen de m'enfuir, si c'est encore possible, et en attend...

Vermouth : N'essaye pas de t'enfuir, de toute façon il n'y a que moi ici, je suis là sous ma propre directive.

Moi : C'est que tu bosses suivant suivant tes intérêts, mais ça veut dire que...

Vermouth : Je n'ai dévoilé ton identité à personne.

Moi : Pourquoi ? Aux dernières nouvelles, tu voulais ma mort.

Vermouth : Je ne t'apprécie toujours pas, mais je vais avoir besoin de toi pour sauver une personne que nous adorons tous les deux.

Moi : Tu ne parles tout de même pas de mon mari ?

Vermouth : C'est bien le cas.

Moi : J'ai dû mal à comprendre le délire.

Vermouth : Je suis depuis longtemps une fan de ses chansons.

Moi : Mais encore ?

Vermouth : Il m'a sauvé la vie après ta mort, et avant que vous ne vous vous rencontriez. Je te le considère depuis un peu comme mon ange gardien puisqu'il a permis de retrouver un peu la Foi.

Moi : Gillou ne m'en a jamais parlé.

Vermouth : A l'époque, j'étais encore Sharon Vineyard, mais je ne vais pas en dire plus, je le lui laisserai le plaisir de te le dire quand vous vous retrouverez.

Moi : Depuis quand as tu découvert que j'étais Aï Haibara ?

Vermouth : Depuis que j'ai été chargée de surveiller les allées et venues de cette Lucy Dodgera dans ce pays, puisque c'est une connaissance à toi et c'est très suspicieux.

Moi : Je lui avais demandé d'être discrète, mais c'est vrai que c'est pas son fort.

Vermouth : Ne t'en fais pas, je vais essayer de faire en sorte que personne d'autres ne découvre ta survie, mais vous allez devoir être très prudent de votre coté.

Moi : Merci... Je suppose ?

Vermouth : Je t'enverrai un moyen de me joindre si vous avez besoin d'un coup de main, mais sachez le bien que je ne peux pas m'allier à vous directement, je ne suis pas folle. Sache aussi que Gilbert va bien et est bien traité, malgré qu'il n'aide pas pour sa survie.

Moi : C'est tout lui.

Vermouth : Après, une fois qu'il sera sauvé, je n'aurais aucune pitié pour te tuer toi et tes amis si on me l'ordonne.

Moi : Je m'en doute, ne t'en fais pas.

Vermouth : Je vais déjà devoir te laisser, car je crois qu'on attire l'attention des autres.

En effet, elle a raison, que ça soit l'Inspecteur ou les marmots, ils nous regardent.
Faut croire qu'un flic et une gamine qui parlent en anglais ici, ça doit choquer.

Shiratori : Je peux savoir vous parlez en anglais ?

Vermouth : Pour niquer ta mère.

Shiratori : Vous êtes viré.

Vermouth : Merci, au revoir.

C'est ainsi que l'espionne trouve la meilleure excuse pour se tirer de là sans suspicions.
De mon coté, je retrouve ma belle bande de petites aventuriers qui ont des yeux de merlan frit.

Ayumi : Oh Aï-chan, je ne savais pas que tu savais aussi bien parler français !

Mit : C'est anglais en fait.

Ayumi : Tu peux nous en refaire une !

Moi : Ta mère je l'ai pris l'autre jour et je l'ai baisé contre la cheminé de ton père.

Ayumi : Oh c'est super !

Genta : Ça veut dire quoi ?

Moi : Que je vous apprécie bien vous trois.

Mit : Merci Haibara-san.

Cessons un peu la plaisanterie car il y a une part de vérité dedans.
Je commence un peu à les apprécier comme vous pouvez le voir, malgré le fait que ça soit des gamins.
Je suis contente de les avoir rencontré, ça me permet d'avoir un peu d'humour en attendant le retour de Gilbert.
Bien que je me doute que la bonne humeur s'éteindra vite quand nous nous confronterons à eux.
Clara Lille
Clara Lille
Anciers
Anciers

Messages : 124
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Retour à l'enfance [Terminée] Empty Re: [FIC] Retour à l'enfance [Terminée]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum