[RP] La Mémoire dans la peau [Terminé]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

la mémoire dans la peau

Message  Naru le Mar 25 Oct - 15:14

Il faut croire qu'ils mettent du temps le groupe qui est allé au quatrième chercher les armes, il a du arrivé un truc, mais j’allais pas le dire, Baulard n'étant plus là les autres me faisaient un minimum confiance et j'allais en profiter pour filer à l'anglais et les laissez faire une petite impasse mexicaine.
Bon il fallait faire deux choses en premier les conduire tous en haut pour les faire se confronter en phase deux se barrer à l'anglaise, heureusement qu'en fouillant j'avais déniché un masque à gaz, ça serait pratique pour m'enfuir, mon plan était simple je les fais monter alors que je descends, les zombies avaient du s'éparpiller depuis l’explosion, c'était une aubaine.
Passons à l'action

Naru : bon vous voulez tous qu'on s’en sorte je suppose alors écoutez-bien, vous allez montez jusqu'au quatrième rejoindre les autres et monter sur le toit, vous appellerez ensuite à ce numéro, et vous demanderez de ma part un hélico, vos copains n'ont pas du réussir à activer le chauffage donc, faut se dépécher, moi je vais finir de préparer de quoi faire reculer les ennemis qu'on pourrait rencontrer en montant, je vous rejoins dès que j'ai terminé, je veux pas vous presser mais vos amis ont du avoir des soucis.

Ecoutant mes instructions et bien que peu enchanter de me laisser seul, ils acceptèrent et partirent, les flics me laissèrent quand même deux hommes bien armés pour me "couvrir" soi disant, mais deux serait pas assez pour m'arreter.

Je profitais ensuite que l'un d'eux patrouille devant la pièce pour attraper l'autre et lui briser la nuque par derrière. Je pris mon pasque à gaz et mis sa tenue, je mis ensuite le sac avec le masque et quelques armes ainsi que le plan du batiment dedans, je pris un flingue dans la main et sortit surprenant l'autre par la tenue, ce qui me permit de lui tirer une balle qui le fit s'écrouler d'un coup.
Je me mis en marche vers le bas de l'immeuble arme en main alors que tous les autres se dirigeait vers le haut. Je pris le talkie walkie de l'autre et fit :
Naru : ici Naru, on a eu un problème les zombies sont arrivés jusqu'ici continuez comme je vous ai dit je vous rejoins dès que possible.

Je tirais quelques coups de feu pour faire croire à la défense et couvrir les imaginaires cris de zombies.
lNick sembla me croire et dit qu'ils continuent à monter.
Maintenant je n'avais plus qu'à descendre.

Arrivés au deuxième étage je tombais sur une trentaine de mecs arms jusqu'au dents, à voir leur habit c'était l'US Air Force, mais que faisait ils ici ? J'avais pas prévu ça, c'était la merde.

Au quatrième, plusieurs groupes se retrouvèrent face à face à l'impasse mexicaine, se jaugeant tous, se pointant tous.
Ces alors qu'un des hommes sans nom cria : A terre.

Paul à toi l'antenne


_________________
Faire le mal c'est bien. Mais être maléfique c'est mieux.
Qui aime bien... châtie très fort.
Le mal provoqué par l'Homme n'est rien à côté de celui que je produis.
Quand tu violes une règle... violes-la un bon coup.
L'enfer est pavé de bonnes intentions.
Un bon chef règne par l'exemple... sinon la violence aveugle peut s'avérer utile.
De deux maux, il faut savoir choisir le moindre. Sauf si l'autre est très susceptible.
Un mensonge est une belle histoire uniquement gâchée par la vérité.
Je ne suis pas croyant car je refuse de vénérer un être suffisamment malsain pour avoir inventé le Lundi.
Apprendre à mourir ? Pourquoi donc, on réussit toujours très bien la première fois.
Le sexe est l'une des formes primaires du pouvoir.
Les femmes sont attirées par un vrai homme quelle que soit son apparence.

Ce sont des principes simples non ?
avatar
Naru
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 145
Réputation : 2
Date d'inscription : 18/08/2016
Age : 20
Localisation : Beika ville de Tokyo

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La Mémoire dans la peau [Terminé]

Message  Paul Duquart le Mar 25 Oct - 15:31

Nick Vanders et les autres montèrent jusqu'au 4ème après avoir laisser deux membres du BRI au coté de Naru en espérant qu'ils survivront, mais après qu’ils arrivèrent au bon étage, ils firent face aux trois drôles de dames qui avaient survécu à la trahison de Baulard. Ce fut l'actrice pas trop connue qui prit la parole, en regardant le Lieutenant Brosan.

Laurence : Le type du RAID a tenté de tous nous flinguer, les autres sont morts, il ne reste plus que nous !

Charlie : Quoi, comment ça se fait !?

Costart : Pourtant ça doit faire 10 ans qu'on se connait !

Nick : Attendez si le Chef du RAID était mauvais, il y a des chances pour que...

Agent RAID 1 : On est grillé !

Les membres du RAID braquèrent les autres avec leurs armes, inversement, ils se firent braquer par ceux de la BRI, les autres flics et même des les civils maintenant armés. La situation craignait, on pouvait le dire.

Agent BRI 1 : Bougez plus !

Agent RAID 2 : Non c'est vous qui bougez plus !

Agent BRI 2 : Preum's !

Et comme si ça ne suffisait pas, c'est à ce moment là que déboulèrent de l'étage d'au dessus, Frank Castle et les gars de UNIT sous le direction du Sergent Chef Anderson.

Anderson : Qu'est ce qui se passe ici !?

Frank : Ça ressemble à une Impasse Mexicaine

Anderson : Où est Naru !?

Charlie : Vous êtes sérieux !? Vous croyez vraiment que c'est la priori là !?

Bobby : Hé, tu parles pas comme ça au chef !

Laurence : On s'en branle de Naru !

Une engueulade générale commença sans trop savoir où se terminer.
Pendant ce temps dans le XIIIème Arrondissement de Paris, un beau sniper se promenait tranquillement, le fusil au dos tel un cartable, près du Square René-Le Gall avec sa tenue top discrétion. Pour autant, personne ne le remarqua, dû personne avec un nom, car une jeune fille en chaperon rouge l'interpella en le reconnaissant alors qu'elle était assise sur un banc à attendre inattendu.
Ces deux personnages s'étaient déjà côtoyé en venant dans cette ville, ça leur fit plaisir de se revoir, surtout après les boom boom d'avant.
Mais une question les démangeaient, et ce fut Deadshot le plus rapide à la pose.

Floyd : C'était toi le coup des deux bombes ?

B. B. Hood : Non je pensais que c'était toi.

Floyd : Ah non moi, c'est mon fusil ou rien ,et d'ailleurs je l'aurais eu si la première bombe m'avait distraite.

B. B. Hood : Moi j'ai à peine eu le temps d'arriver quand ça a pété.

Floyd : Tu comptes faire quoi maintenant ?

B. B. Hood : Attendre que ça se dissipe pour me remettre à la poursuite de la cible, je doute qu'elle soit morte là bas.

Floyd : Bien, moi je rentre, je considère mon contrat quand clos.

B. B. Hood : OK, salut et sois prudent sur le chemin.

Floyd : D'ac !

Il continua son chemin, la laissant patienter toute seule.
Non loin de là, dans le XIVème Arrondissement, devant l'entrée des Catacombes de Paris, les Haïtiens étaient en marche. Ils avaient formé des petits groupes de trois après avoir quitté leur véhicules, et ils se rendaient séparément vers la scène de crime.
Ils croisèrent sur le chemin encore quelques civils qui fuyaient l'endroit vers lequel ils se dirigeaient, ce qui voulait dire qu'ils étaient sur la bonne voie et qu'ils n'allaient pas tarder à croiser leur premiers ennemies.
Le groupe de Shamouchou fut justement celui qui tomba sur le premier zombi, alors que la brume était visible au bout de la rue où ils étaient, car il faut dire que celle s'était répandu à plusieurs routes à la ronde, c'était un carnage. Ils ne s'étaient pas équipés de masque à gaz car pas besoin, ils ont le soutient Mawu pour leur quête d'assassinat, et ils étaient désormais immunisé au Virus C. C'est parfaitement logique.
Le Chef des Mercenaires voulait être le premier à lancer les hostilités, c'est pour cela qu'il s'approcha du zombi avec sa machette tout en causant à ses camarades.

Shamouchou : Aujourd'huidui avec la bénédiction de Sakpata, j'vais renvoyer cette âme défunte là où qu'là elle doit être !

Il asséna un coup verticale qui s'enfonça dans le crane du mort puis il lui foutu un coup de pied pour retirer son arme de la boite crânienne et faire tomber sa victime. Malheureusement, l'effet ne fut pas celui espérait, car la créature s'embrasa pour se transformer en Bloodshot, plus rapide et agressif.
Et un poil plus résistant, même si il eut dû mal à résister au coup que lui porta le Chef quand il se releva, il en perdit même la tête, le faisait rejoindre l’au-delà.

Shamouchou : Voyez mes Fréro Delavega, j'ai accompli l'accomplable !

Des rugissements se firent alors entendre, d'autres créatures semblables a celle vaincue sortirent du brouillard bleuté pour attaquer les mercenaires.
Au même moment le bruit d'un hélico se fit entendre au dessus d'eux, c'était celui du BSAA qui arrivait sur les lieux, en dernier, mais c'est gentil quand même de passer.
A l'intérieur, ils s'étaient tous équipés de masque pour ne pas respirer le Virus C, et ils étaient prêt à affronter un bestiaire qu'ils connaissaient bien, ils avaient déjà eu à faire à ces bestioles.
L'Uomo en tête du groupe était en position pour ouvrir les portes et sortir accomplir leur mission, il adressa quelques mots à son équipe avant ça.

Parker : Notre but est de neutraliser la menace bioterroriste, découvrir l'auteur de celle ci et si possible, sauver les civils.

Tout à coup, des turbulences dans l'appareil. Le copilote arriva alors en panique.

Copilote : Le pilote a fait un infarctus !

Parker : Mais perché ils crèvent toujours ces cons !?

Aucune réponse, l'appareil vola tout droit vers l'immeuble qui n'avait pas encore mangé cher et se crasha dans le 4ème étage, détruisant tout sur son passage.
avatar
Paul Duquart
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 57
Réputation : 0
Date d'inscription : 12/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La Mémoire dans la peau [Terminé]

Message  Lelouch Lamperouge le Mar 25 Oct - 17:25

L'équipe de télévision avait perdu la reportrice qu'ils avaient sur place, c'est bien regrettable, du moins pour eux.
Moi je mon coté je continuais à borie mon verre comme un grand, je devais bien être à mon 8ème, ce fut le barman qui fut impressionné, il ne semblait pas près à m'en resservir. Pourtant j'avais toujours soif.
Donc nous étions dans un fâcheux dilemme.
Vais utiliser ou ne pas utiliser mon Geass sur ce pauvre homme qui n'a rien demandé ? Oui, après tout j'ai soif.
Je mis donc ma main comme d'habitude devant mon œil droit pour ouvrir celui de gauche, utilisant mon pouvoir.

"Le mieux que tu puisses faire, c'est de me servir un verre gratuitement à chaque fois que je te le demande, n'est ce pas ?
- Oui bien sur !"

Voila, le tour est joué !
J'attendis donc la suite en regardant le présentateur raconter du rien.
Du rien, encore rien. C'est navrant !
Espérons que la bas, le mouton noir se fasse tuer.
avatar
Lelouch Lamperouge
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 68
Réputation : 0
Date d'inscription : 30/08/2016
Localisation : Britannia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La Mémoire dans la peau [Terminé]

Message  Paul Duquart le Sam 12 Aoû - 10:51

Le brouillard s'était répandu dans sa tête, mais l'italien parvint à ne chasser à surmonter son inconscience pour se réveiller dans l'épave de l'équipe avec lequel ils étaient venus ici. Il s'accrocha à la parois en se relever pour ne pas retomber et ils contempla tous les corps autour de lui d'un air contrarié car encore une fois il était le seul survivant de son équipé.
Mais non, ça n'allait pas se passer comme ça cette fois ci ! Il toussa un petit coup avant d'en gueuler un plus grand.

Parker : Alzatevi ! Sinon je vous encule tous jusqu'au dernier !

C'est marrant puisque d'un coup tous sauf le copilote et le pilote se relevèrent car ils avaient fait sembler de dire qu’ils étaient morts !
Ils se mirent tous au garde à vous, avec leurs drôles de masques à gaz attachés à leur visage qui n'avaient miraculeusement pas cassé avec le crash. Leur Capitaine leur fit savoir alors le prochain ordre.

Parker : Lasciamo questo elicottero !

Soldats : D'accordo capitano !

Ils quittèrent ce qui restait de leur appareil, et les 10 soldats du BSAA purent enfin fouiller le sol bien sale du 4ème étage de l'immeuble où il avait atterri, et où le brouillard menaçant ne se répandait pas encore jusqu'ici malgré le gros trou qu'il y avait maintenant dans le mur.
Néanmoins autour d'eux, les anti-bioterroristes purent voir les ravages de leur intervention qui consisté en une trentaine... Non, une quarantaine de cadavres de diverses espèces, répandus sur le sol, la plupart en hachis ou crêpe après ce qu'ils venaient de se prendre.
Mais miracle ! Il y avait des survivants !
A savoir Nick, Charlie, Anne, Lucie, Frank et Marchenko. Ce fut ne faisait pas non plus masse de gens si on comparait au tas de macchabées juste à coté.
Parker s'approcha de ceux qui étaient les plus proche de lui, à savoir Charlie et Nick, pour s'adresser à eux.

Parker : Tout va bien, aucun blessé ?

Nick : J'ai rien de cassé.

Charlie : Moi non plus, mais la prochaine fois soignez votre entrée en scène !

Anne : Ma copine a la jambe broyé !

Lucie : C'est rien, je vais m'en remettre, même si ça fait un mal de chien putain !

Parker : Antonio, va chercher une trousse de soin pour soigner la dame !

Antonio : Ça marche capitano !

Parker : Othello, amène les des masques pour éviter qu'ils se transforment quand le gaz viendra !

Othello : Si mio capitano !

Le Capitaine attendit le retour de ses deux hommes en regardant l'homme au crane de mort posé sur son tee shirt, sa gueule lui disait quelque chose, il avait déjà dû le voir quelque part.

Parker : Hé, t'es pas ce justicier américain qui sauve al veuve et l'orphelin des méchants en leur massacrant la face façon Rambo ?

Frank : Oui, c'est surement moi.

Parker : je suis ton plus grand fan !

Il se précipita sur lui avec un bout de papier et un stylo.

Parker : Tu peux me signer un autographe au nom de Parker Luciani, grazie mille !

Le lieutenant de la Brigade Criminelle avait envie de se facepalm en voyant cette scène insolite.
Entre temps dehors, Shamouchou et ses deux gars avancèrent, triomphant à chaque Bloodshot croisé, et ils arrivèrent finalement à l'intérieur du brouillard. Et miracle, ils ne se transformèrent pas en zombie, leur connerie de croyance avait fonctionné.
Finalement ils tombèrent sur un groupe de zombinous trop choupinous, une dizaine, et au sein de ce groupe se trouvait un Shrieker avec sa grosse bouboule à la gorge qui poussa un cri pour stimuler les autres autour de lui.
Et ce que les mercenaires ne savaient pas, c'est que le hurleur en question était l'ami Jonathan de Paul, qui n'avait donc pas survécu au coup des bombes, dommage pour lui.
Notre Chef Haïtien monta sur un voiture et pointa de la machette le point faible de la créature.

Shamouchou : Celui qui boubalagomolle ce fils de lala, aura le droit à wamalik dans la voiture !

Ses deux hommes se mirent à mitrailler dans le tas et ils réussirent à détruire la gorge du monstre, ce qui le fit pousser un hurlement encore plus fort qui explosa la tête de tous les zombies au alentour. C'était encore une victoire pour eux.

Shamouchou : Allons narguer ah oui narguouais ce Naroux !

Il descendit de son estrade improvisé et repartit à l'aventure, s'approchant dangereusement de l'immeuble qui voulait être un peu en paix, le pauvre.
Justement en parlant de lui, attardons nous aux faits et gestes de Paul Duquart toujours bloqué dans sa voiture non loin de l'endroit où tout se passait. Cependant il avait marre d'attendre, et il remarqua que la mec qui s'était encastré n'avait pas fissuré son masque et que qu'il était à portée de main puisqu'un trou de sa taille s'était glissé dans la pare-brise.
L'Agent de la DGSE se décida à se reprendre en main et il arracha le masque au mort, en évitant que celui ci soit ensuite au contact au Virus C sinon ce serait compromettant. Maintenant qu'il avait l'objet en sa possession, il s'en équipa.
Il sortit alors de sa ceinture le pistolet qu'il allait ramassé dans la boite à gant juste avant, un Glock 26 de bonne qualité. C'était le moment, le moment de prendre les choses en main.
Il actionna la poignet de sa portière et l'ouvrit en grand avant de sortir et de la refermer derrière lui. Il vérifia ensuite les environs, certes la champ de vision s'était agrandi depuis peu dans cette brume intense mais on y voyait encore pas grand chose. Néanmoins il pouvait dire que pour le moment il ne semblait y avoir aucun danger.
C'est pas pour autant qu'il se reposa sur ses lauréats, surtout quand des bruits de pas de firent entendre au Sud, la nouvelle direction où il pointa son arme.
Était ce le gros lard qui revenait ? Non c'est pas assez sourd pour être lui.
Une silhouette commença à se dessiner, se révélant être... Un chanteur au doux nom de Gilbert Montagné qui passait par là comme par hasard.
Paul qui reconnut le tronche du people, baissa son arme, mais il resta circonspect par une chose qu'il remarqua rapidement et qui l'intriguait.

Paul : Comment ça se fait que vous ne vous transformez pas alors que vous êtes au contact du gaz et sans masque ?

Gilbert : Ah ça !? Loooooongue histoire, ça remonte à ma naissance car voyez vous, je...Attention derrière vous !

Paul ressentit un danger se glisser dans son dos, c'est pour cela qu'il fait un coup de pied retourné qui balaya le chien zombi qui avait essayé de la niquer, et l'envoya s'écrasa contre la voiture, le tuant sur le coup.
C'est ce qu'on appelait un beau coup dans le jargon. Ceci fait, retour à la conversation.

Paul : Vous devriez vous casser d'ici Monsieur Montagné, c'est pas vraiment le meilleur endroit où se promener.

Gilbert : Ouais je sais, mais je cherche une amie qui s'est perdue, une japonaise, vous ne l'auriez pas vu ?

Paul : Non j'ai pas vu une japonaise, par contre je suis là pour attraper un dangereux japonais.

Gilbert : Ah bon !? Qui ça !?

Paul : Bah justement lui là qui tente de passer sans qu'on le voit.

Il pointa du doigt en effet le fugitif en mode Splinter Cell dans ce brouillard qui n'allait pas tarder à se dissiper. Sauf que là) il venait de se faire voir, et en plus de ça, l'aveugle le reconnut.

Gilbert : Naru, nos chemins se croisent à nouveau !

Il s'approcha de façon menaçante vers ce dernier mais finalement décrocha un sourire et lui tendit sa main en se marrant.

Gilbert : Qu'est ce que tu deviens depuis notre aventure à la Maison Blanche ?

Il attendit sa réaction et surtout sa réponse.
avatar
Paul Duquart
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 57
Réputation : 0
Date d'inscription : 12/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La Mémoire dans la peau [Terminé]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum