[FIC] Bande d'Illuminés ! [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[FIC] Bande d'Illuminés ! [Terminé]

Message  Jackie Estacado le Mer 16 Nov - 15:09

24 Juillet 2004

Etats Unis; New York; Bronx

Encore un nouveau flash-back, j'espère que celui montrant ma première rencontre avec pas mal de gros pontes vous aura plus. Dans le cas contraire, je ne peux pas remonter dans le temps, navré.
Aujourd'hui je vous parler d'une autre période, cette fois ci dans les années 2000, au début du siècle.
J'avais 18 ans à cette époque là, et j'étais déjà un tueur né, et le favori de mon Oncle Paulie. Il faisait souvent appel à moi quand je devais me débarrasser d'une grosse menace pour lui. Le menu fretin il le laissait aux autres. Non ça c'était du travail du professionnel, du travail pour moi.
Je ne vous cache pas qu'à l'époque mon Oncle avait déjà commencer à sombre, même si lentement, vers la paranoïa et le stress, ce qui causa sa perte au final. Après, c'est pas ses amies qui auraient arranger la chose, on aurait dit qu'ils s'étaient passé le mot à ce moment là. Je vais prendre pour exemple Carmine Millione, son meilleur pote si je puis dire, qui était devenu super susceptible et un rien l'aurait fait zigouiller n’importe qui. Alors je vous laisse imaginer sa tronche quand le chanteur préféré de sa fille à refuser de chanter pour l'anniversaire de celle ci.
Résultat il avait prévu une vengeance durant le mariage de celui ci, le même jour que l'annif, et tout ça retombait sur les épaules de Paulie qui n'entendait que cette histoire, ce qui semblait le toucher aussi.
Mais bon au moins, on peut dire une chose, j'étais dans ses bonnes grâces comme vous pouvez le voir. J'étais devenu ce pour quoi il m'avait adopté. Heureusement que Jenny n'était pas au courant, heureusement...
Ce jour là, je fus envoyé en mission justement, mon Oncle voulait que je règle une histoire en vitesse tandis qu'il s'occupait de calmer la colère de son ami. Il demanda alors à une autre de ses relations d'aller me déposer à University Heights dans le Bronx. Cette vieille connaissance se nommait Eddie Shrote, un Capitaine de la NYPD qui avait une très bonne et grande réputation malgré le fait qu'il soit aussi pourri qu'un vieil os prémâché. Bien évidemment il évita de me faire la route dans une voiture de patrouille, il en prit une banalisée, faut pas être con tout de même.
Néanmoins il n'avait pas le sens de la conversation mais c'était peut être dû au fait que LUI ne m'appréciait pas, contrairement à mon Oncle. Et je peux vous dire que dés que l'occasion s'est présenté, il n'a pas hésité à me sauter dessus. Et il en a payé les frais. J'ai encore son cœur en moi, c'est pour dire.
Bon, vous voulez savoir ce que j'avais à foutre dans l’arrondissement le plus malfamé de New York ? Hé bien je devais me charger d'éliminer un groupe de décérébrés mentaux qui se trouvaient dans leur petite planque dans un viel appart miteux dans un immeuble lui même déglingué depuis des lustres.
Pour ce que j'en savais, ces débiles n'étaient pas inoffensifs, bien au contraire ils seraient même plutôt dangereux. C'est surement pour cela que Paulie à fait appel à moi. Ces Connards ne nommeraient Crisis et ils seraient plutôt nombreux, je sais pas les chiffres, mais nombreux c'est sur. Je sais aussi que ces gugusses croient en un monde où les armes biologiques et les humains vont de pair, et qu'ils auraient déjà commis des attentats un peu partout dans le monde, et ils auraient un paquet d'ennemies dans le dos, dont Paulie Franchetti. Celui ci a fait des recherches et il a trouvé que la dirigeante de cette secte de dégénérés était de passage dans leur planque de New York en ce moment même, et que c'était donc le bon moment pour lui faire sa fête. Il n'a pas mis longtemps pour trouver la planque en question, et me voila ! Prêt à en découvre avec cette bande d'illuminés !
La voiture s'arrêta devant l'immeuble où je sentis un regard m’espionner, je regardai brièvement à l'extérieur mais je ne vis qu'une belle rousse de l'autre coté du trottoir en train d'écouter de la musique avec son Walkman. Ce qui m'avait rendu suspicieux, parce que soit c'était un grosse hipster, soit elle était du type louche.
Dans tous les cas, je préférai jouer la carte de la prudence.

"Eddie, surveille cette femme, je ne pense pas qu'elle soit de cette Crisis, mais il y a quelque chose qui me dérange chez elle. Si elle tente quoi que ce soit, t'appelles tes renforts.
- Ouais ouais, allez vas y !"

Je sortis du véhicule, et je vous passe les détails, me voila dans l'immeuble avec mon manteau noir en cuir, sous lequel je cachais mes deux bijoux. Bien vite, je croisai en me dirigeant vers l'appart qui était au rez de chaussé, deux types portant un uniforme militaire avec un badge sur leur épaule où deux M16 se croisaient, avec le mot Deux. Je ne connaissais pas la signification de ce symbole, et je m'en fichais donc ça aidait pas non plus.
Je vis alors leur regard se poser sur moi, ils semblaient méfié, sur leur gardes, et les trois autres dans le couloir l'étaient tout autant. Je poussai un petit sourire, je crois qu'il était temps de se mettre en avant.

"Autant être clair, je ne suis pas venu pour répandre ma bonne foi, mais du sang."

A ces mots, je sortis mes deux flingues et je mitraillai le tas, ce qui allait surement se faire entendre dans tout le bâtiment, dommage pour les voisins. Enfin bref j'abattu sans mal les 5 types avant de me rendre juste devant le palier de la bonne porte qui sauta dans un gros coup de pied dedans. Elle sauta et toucha les deux types de l'autre coté qui moururent à l'impact du sol.
Vous croyez que j'exagère ? Oui, peut être un peu, mais c'est plus drôle comme ça.
Usant de mes munitions magiques, j'éliminai quelques gars juste devant moi, et furent tous descendu jusqu'au moment où j'eus besoin de changer de chargeur, ce que je fis avec une rapidité exemplaire.
Un un geste, ma vision se centra sur les deux dernières personnes présentes dans la pièce. A savoir une femme blonde et distinguée qui se trouvait assise à sa table en train de boire une tasse de thé en étant indifférente à ce que je faisais. Ainsi qu'un type avec un bouc brun et des cheveux en pétard, il semblait déjà plus à fond sur ma présence puisqu'il me braquait avec son joujou juste bon à casser des noisettes.
J'avais fini de recharger et j'étais prêt à les sauce,r seulement voila, j'avais mal fait mon calcul car le canon d'un gun se fit sentir à l’arrière de mon crane. Ils étaient trois au final.
Une voix de femme souffla dans mon cou, une voix grave et autoritaire, avec un accent mi japonais, mi français

"Pose ton arme, c'est un conseil.
- J'apprécie ce conseil."

Un peu d'ironie ne fait pas de mal, et je sentais bien qu'il fallait que je joue le jeu donc je me mis à obéir en posant mes beaux Colt à terre. Ceci fait, la blonde à la table posa enfin le regard sur moi, mais celui ci ne semblait pas haineux, malgré le fait que j'avais tué presque tous ses hommes présents ici.

"Bonsoir Monsieur... ?
- Jackie, Jackie Estacado, je viens d'ici de la part de Paulie Franchetti, il voulait vous faire part de sa gratitude madame... ?
- Clean, Samantha Clean."

Une petite musique venant d'un film d'espionnage anglais à succès joua très brièvement, je ne saurai dire ce que c'était, mais l'autre mec semblait pas mal anxieux, et ça allait se sentir dans sa voix.

"Pourquoi on le tue pas ? C'est une menace, et ils venaient pour vous tuer.
- Parce que c'est plus drôle ainsi.
- Mais...
- Chut ! Bon mon cher ami, je vous présente mon Second, Packie Packou, que vous pouvez voir juste là. Et Léa Irving qui vous tient en joue, elle est une cousine de ce célèbre membre de Tricell et maniât du pétrole, Ricardo Irving.
- Ça sentant au niveau du nom, fis je remarqué.
- C'est vrai, je vous l'accorde."

je poussai un petit rire, et elle me suivit dans mon élan. Je dois avouer qu'elle avait de l'humeur pour une folle, même si ces deux chiens de gardes ne semblaient pas comprendre la blague. Pas bien grave, quelque chose de plus important allait se produire. En effet des bruits de pas se firent entendre, laissant présager une intervention dans... Maintenant.
Deux Femmes entrèrent dans la pièce en nous braquant avec leurs armes. La première était une blonde avec une gueule d'allemand sévère qui tenait un Beneli M3T. La seconde était la rousse pas très discrète de tout à l'heure qui semblait limite sortir tout droit de Fairy Tail, mais évidemment une telle chose est impossible.
Nous, la gente masculine était en sous nombre par rapport à celle féminine qui était le double.
Je préférai donc me taire et écouter ce qu'elles avaient à dire.

"On vous tient salopards ! Commença la hyène aux cheveux blonds.
- Merci pour ton aide qui que tu sois ! S'adressa à moi la titante aux cheveux roux.
- De rien, lui répondis je.
- Ferme là toi, s'adressa sévèrement à moi l'éclair rose qui me tenait.
- On fait quoi Samantha !? Demanda à voix haute le frisé.
- On fait le plan B, termina la Big boss des Tarés."

Soudainement, une explosion de fumée se déclencha sous la table où se trouvait l'autre femme, et celle ci se dispersa dans toute la pièce, nous faisant plus rien y voir. Et quand elle eut disparu, la Samantha et le Packie aussi, mais pas la Léa qui me tenait. Heureusement pour moi, cette dernière fut un peu décontenancée par le fait qu'on l'est abandonné comme un enfant dans un supermarché, qu'elle baissa sa garde et se prit un tir qui lui toucha l'épaule et lui fit perdre son arme. Le tir venait du fusil d'assaut de la rousse.
Elle s'approchait de la raclure de Crisis et la plaqua contre le mur avant de lui passer des menottes plutôt spéciales, en mode flicarde malgré qu'elle n'en était clairement pas une. Ce geste semblait décevoir la hyène allemande qui devait être la chef, je serai prêt à le parier.

"Pourquoi tu lui en as pas juste collé une dans la tête.
- Ecoute, tu es peut être la Chef qui aime être expéditive, mais je ne suis pas comme toi Hyena.
- On en reparlera Titania, toi et Holt, vous vous lâchez un peu trop à mon gout.
- On verra.
- Vous semblez bien vous aimer, fit remarquer la Irving."

Cette remarqua sembla leur déplaire, mais ils firent mine de n'avoir rien entendu.

"Bon je vais l'amener vers notre véhicule, tu devrais prévenir les autres que c'est bon, on a géré."

Puis elle partit, laissant sa chef seul avec moi. Mais au lieu de prendre sa radio, cette dernière tourna son regard d'allemande vers moi pour me causer, car oui j'existais quand même.

"Qu'est ce que vous faites encore là, vous devriez partir.
- Mon "ami" dans la voiture a surement appelé des renforts, je vais les attendre, c'est vous qui devriez partir.
- Ouais... Bon Crank, Razor et Freak, on s'tire !"

Et la voila qui disparut, je me retrouvai seul dans cette pièce où le sol était encore tapissait des corps de mes ennemies. Ce qui est sur, c'est que j'allais me marrer à expliquer ça à mon Oncle.
C'est tout pour cette histoire.
avatar
Jackie Estacado
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 60
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum