[FIC] Ailein Bartley [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[FIC] Ailein Bartley [Terminé]

Message  Ophelia Sarkissian le Mar 30 Mai - 21:43

Un ange tombé du ciel

1er Septembre 1987

France; Guyane; Forêt amazonienne

Stéphanie Briquet était une habitante du petit village guyanais, Tanbou lwen, depuis ses 20 ans, sachant qu'elle en a désormais 42. Elle y exerçait la fonction de vétérinaire à plein temps, et malgré le fait qu'il n'y avait qu'une centaine d'habitants dans ce village, ça payait bien.
Au moins assez pour subsister à ses besoins de la vie de tous les jours, mais ce ne sont pas ces besoins qui manquaient. Surtout que la majorité des locaux étaient agriculteurs, on ne manquait pas de nourriture.
Elle aimait cet endroit, ses voisins, la faune locale et au moins ici elle ne se prenait pas la tête avec sa famille pour de raisons farfelues.
La vie parfaite quoi... Mais ce jour là, sa vie paisible allait à nouveau changer par l'apparition d'un nouvel élément venu du ciel.
C'était par une nuit étoilée que ce fut arrivé. Cette nuit là, presque tout le monde était déjà couché, juste quelques miliciens locaux se promenaient sans faire ceux qui dormaient.
Steph, elle, elle ne dormait pas. Au contraire, elle était en train de travailler.
Hé oui car elle était en train de soigner un vieil ami qu'elle connaissait depuis tout petit et qu'elle élevait depuis. Celui ci s'était blessé à la patte et là, dans son cabinet, elle lui bandait la patte.
Mais qui est cet ami ?
C'est Rocard, un jaguar mâle de 11 ans qui s'était fait ça en tentant d'attraper un Ara rouge qui s'était posé près de lui, mais il s'était un peu loupé comme un blaireau.
Notre vétérinaire avait réussi à soigner la bête sans trop de soucie, même si celle ci s'était un peu agité au départ, mais au final, tout s'est bien passé.
La tache accompli, elle laissa Rocard reprendre tranquillement ses esprits et en profita pour ranger le matériel et jeter les gants usés par le sang à la poubelle.
Elle se lava ensuite les mains au lavabo prévu à cet effet et quand ce fut terminer, elle alla dire au revoir à son ami avant de se coucher.
Celui ci était maintenant couché au rebord d'une fenêtre, il semblait être tout autant fatigué que l'humaine et il se laver un peu avant d'aller lui aussi dans les songes.
Il fut interrompu dans sa douche personnelle par des caresses sur son pelage, celles ci le firent ronronner fortement. On peut dire qu'il était content.

Stéphanie : Hé bien, tu es toujours aussi doué pour te blesser mon vieux. Heureusement que je suis toujours là pour pouvoir te rafistoler sinon il y aurait longtemps que tu nous aurais quitté, c'est sûr.

Elle continua ses caresses mais jeta cette fois un œil par la fenêtre, et elle regarda plus précisément le ciel bleuté et illuminé de lumières blanches.
Elle aimait le regarder, ça lui rappelait de bons souvenirs, et surtout ça lui ravivait des espoirs. Comme celui de retrouver un jour l'enfant qu'elle a perdu mais qui n'était pas le sien.
Elle priait en plus profond d'elle que Dieu puisse l'écouter et un jour exaucer son vœu...
Une vive lumière blanche éclata d'un coup, sortant de nul part, l'aveuglant très brièvement. Et ce qu'elle vit ensuite, répondait à ses attentes.
Une sorte de boule de lumière blanche tomba du ciel tel un météore et s'écrasa un peu plus loin dans le village en causant un gros boucan qui réveilla tout le monde.
Un sourire plus que ravie se greffa au visage de la vétérinaire qui connaissait cette scène car elle l'avait déjà vécu 4 ans auparavant.
En effet, la nuit du 1er Septembre 1983, une lumière rouge avait éclaté dans le ciel et une boule tout aussi rougeoyante s'était écrasé dans le village.
Quand elle s'était rendu au lieu du crash avec les autres habitants, elle avait trouvé un bébé rouge avec des cornes qui pleurait avec une voix irréel.
Au départ, elle voulait s'en débarrasser, comme les autres villageois, mais au final personne n'a pu se résoudre à le tuer ou le jeter en pâture aux animaux et Stéphanie décida de l'adopter comme son propre enfant.
Malheureusement quelques temps plus tard, un scientifique français avait rendu une petite visite à la vétérinaire soit disant pour lui proposer un job ailleurs.
Mais dés qu'elle eut le dos tourné, il se tira avec l'enfant  et on ne les a plus jamais revu. Et malheureusement ce type avait utilisé un faux nom donc impossible à retracer.
Et là, le scénario se reproduit, sauf que là la lumière est blanche, et que cette fois ci la courageuse femme ne laissera aucun scientifique chelou s'emparer de SON enfant.
Elle usa de ses jambes pour sortir de son cabinet en vitesse afin de rejoindre l'extérieur, puis elle prit le chemin le plus court pour se rendre au lieu du crash qui était exactement le même que la dernière fois.
Certains autres habitants étaient aussi déjà là, pour la plupart réveillés par ce boucan. Ceux qui étaient là il y a quatre ans avaient un brin de nostalgie qui revenait et ils le partagèrent à ceux qui étaient venus qu'entre temps.
Sauf qu'une chose était différente cette fois, quelque chose d'important...
Ce n'était pas un bébé démon qui gisait à terre, mais bien un bébé ange avec ses ailes fines déployées et qui pleurait d'une voix plus pure que tout ce qui pouvait exister sur cette planète.
Stéphanie le prit dans ses bras, les yeux humides et le souffle coupé. Elle allait pouvoir enfin être une maman à nouveau.
Mais pour combien de temps ?
avatar
Ophelia Sarkissian
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 177
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Ailein Bartley [Terminé]

Message  Ophelia Sarkissian le Dim 11 Juin - 0:03

Besoin d'un Parapluie ?

8 Septembre 1987

Guyane; Tanbou lwen

Une pluie de balles s’abattait sur le village, réduisant à chaque minute le peu d'habitants qui s'y trouvaient jusqu'à n'en laisser qu'une, Stéphanie Briquet.
Celle ci tenait en ces bras, le bébé qu'elle avait récupéré il y a une semaine de cela. Malheureusement, le Destin était un sacré enfoiré et encore une fois, on voulait lui prendre son enfant.
Sauf que cette fois ci, ce n'était pas juste un enlèvement, mais un massacre complet, car un Ange c'est visiblement plus intéressant à prendre qu'un Démon.
Ou juste que ceux qui sont derrière ce coup là sont plus puissant que le type bizarre de la dernière fois. Elle aurait limite préféré que ce soit lui à nouveau que ça.
Pas le temps de penser à ça, elle devait trouver un moyen de d'enfuir du village en évitant ces Commandos qui arpentaient les environs pour supprimer les survivants restants et ne laisser aucune trace de leur présence ici.
Elle avait bien une voiture mais ces enfoirés sont malins et ont fait sauter tous les véhicules à leur arrivé. Prendre la route principale serait suicidaire, et partir dans la Jungle Amazonienne le serait tout autant, elle le sait parfaitement.
Il n'y avait plus qu'une solution à envisager, se planquer jusqu'à ce qu'ils partent. C'était risqué mais bien moins que les autres options.
C'est ce qu'elle fit en allant se réfugier dans sa clinique sans se faire voir avant d'ouvrir une armoire contenant assez de place pour elle et le bébé qu'elle avait nommé Ailein.
C'était en référence à sa grand mère maternelle qui s'appelait comme ça car elle ses parents à elle étaient grecs et elle était née à Tripoli en Grèce.
Maintenant plus en sécurité, la Vétérinaire remarqua que la fille s'agitait un peu et était même presque sur le point de pleurer à cause de l'agitation.
Elle devait la faire taire car des pas s'approchèrent de la clinique, c'est pour ça qu'elle lui chuchota une berceuse créole qu'elle connaissait bien.
Ça semblait marcher, dû moins pour le moment.
Cependant le silence ne fut que de courte durée car un coup de botte vint défoncer la porte d'entrée du lieu, et très vite 6 paires de pied vinrent débouler dans la pièce d'une taille assez considérable.
Stéphanie put voir un peut plus leur attirail grâce à l'ouverture de l'armoire. 4 des soldats d'élite possédaient une Howa Type 64 comme arme principale tandis que les deux autres avaient une Sumitomo Type 62. Le genre d'arme que ne voit jamais en dehors du Japon.
Maintenant qu'elle y pensait, elle avait ces types arriver avec des Mitsubishi Type 73 Light Truck et aussi avec une Toyota Type 73 Medium Truck.
Elle put donc se faire une idée du pays dont venait ces commandos. Mais pourquoi une Organisation Japonaise viendrait en Guyane pour massacrer un village et récupérer un bébé ange ?
Cette phrase et le reste n'avaient aucun sens.
Cependant, il fallait se faire à l'idée que les ennemis, eux étaient réels.
D'ailleurs, une de ceux qui tenait une mitrailleuse prit la parole pour communiquer avec les autres, un peu comme si il était le chef de ce groupe.

Chef : Dispersez vous ! Les pleurs de l'Ange venaient d’ici, il ne doit pas être loin !

Il tourna alors son regards vers la rangée de 3 armoires à sa droite et il poussa un léger ricanement qui laissait suggérer un vil sourire derrière le masque qu'il portait.

Chef : Toi, tu prends l'armoire de gauche, moi je prends celle du milieu et toi celle de droite !

Soldat 1 : Ça marche !

Soldat 2 : Il ne nous échappera pas.

Stéphanie écarquilla des yeux car elle savait qu'à moins d'un gros coup de bol qui n'arrive que dans les films Hollywoodiens, elle ne leur échapperait pas.
Elle ferma donc les yeux en serrant l'enfant en ses bras, tout en priant le bon Dieu pour épargner leur triste vie, ici et maintenant.
La porte s'ouvrit, et une voix monotone s'exclama ensuite.

Soldat 2 : Je le tiens.

Il agrippa le bébé de force en foutant un coup à la tempe de la dame qui se cogna la tête en arrière et fut assommée sur le coup.
Une fois la cible entre les mains de l'homme monocorde, il n'y avait plus aucune raison de laisser ce témoin en vie.

Chef : Poussez vous vous deux, je vais l'achever !

Ne voulant pas gâcher une balle de son précieux joujou, il sortit un Colt 1911 de sa main gauche et s'apprêta à tirer un coup en direction de la tête de la vétos.
La coup partit, mais c'est lui qui vola.
Il ne fut pas le seul par contre. Tous ces camarades dans la baraque volèrent aussi comme lui, tous avaient été percutés paru ne sorte de décharge surnaturelle blanche.
Celle ci eut pour effet de stopper les battements de leur cœurs, les tuant tous. Seule la vétérinaire fut épargnée dans le tas.
On peut dire que le bébé était fort, mais maintenant il pleurait et il semblait n'y avoir plus personne pour pouvoir stopper ceux ci.
Sauf que j'avais visiblement tort.
Un homme assez imposant avec à ses cotés un jeune scientifique un peu stressé par ce qui passait dans le coin, ainsi que deux soldats sans noms.
Son nom était Chōkan Kakuzawa et il était PDG de la Filiale Japonaise de Umbrella Corporation, la Célèbre Entreprise Pharmaceutique.
Ce type était une vraie légende dans son milieu car personne ne saurait lui donner un age exact car on ne sait pas sa date de naissance, et d'après certaines rumeurs, il serait déjà vieux de plus de 5 siècles.
Mais ce ne sont que des rumeurs, ça ne doit pas être vrai... Espérons le.
Armé de son sourire de sociopathe, il regarda les dégâts que venait de causer le bébé, il était plutôt impressionner par ça.

Chōkan : Je crois que nous ne nous sommes pas planté sur la marchandise.

Scientifique : Nous faisons quoi de la vétérinaire ?

Chōkan : On la laisse.

Scientifique : Mais monsieur...

Chōkan : Laisse moi finir Fankī si tu ne veux pas m'énerver... Je disais que visiblement ce petit rejeton ne veut pas qu'on touche à elle, donc laissons là, après tout qui croira une faible chose comme elle ? On ne craint rien.

Fankī : Si vous le dites.

Chōkan : Après, si j'aurais pu, je me serais fait un plaisir à la voir mourir, mais je sais qu'il ne faut pas jouer imprudemment avec les forces qu'on ne connait pas encore. Bref, embarque là, on se se tire.

Une fois le colis ramassé, ils commencèrent à se diriger vers la sortie mais un gros jaguar apparu à l'entré, leur barrant le passage.
Il ne semblait pas vouloir les laisser s'en aller avec la petite fille, ce qui était courageux de la part d'un animal envers un humain qu'il connaissait à peine.
Malheureusement, un coup de feu retentit, le touchant droit dans le cerveau et le tuant sur le coup, pauvre de lui.
Le coup de vint pas des deux soldats bien armé, mais bien du Minebea P9 du Chef-directeur Kakuzawa qui prit du plaisir à faire cela.

Chōkan : Bah voilà, ça compenserait le fait d'avoir laisser la vie sauve à l'autre humaine.

Plus aucun obstacle sur la route, les Forces d'Umbrella purent partir, ne laissant derrière eux qu'une ribambelle de corps sans vie, sauf un, celui de Stéphanie Briquet.
avatar
Ophelia Sarkissian
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 177
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Ailein Bartley [Terminé]

Message  Baptiste Sixte le Lun 12 Juin - 10:43

30 Ans Plus Tard

1 Avril 2017

Guyane; Nouvo Vilaj

Après le massacre au village, la vie avait mis du temps avant de pouvoir continuer, mais final elle était revenu et s'était bien agrandi. En effet, nous avions maintenant une petite ville de plus de 1000 habitants à la place du bled paumé d'une centaine d'habitants.
La modernité avait donc fait son passage, on en oublia même ce qui s'était passé ici, et même si Umbrella Corporation fut coulée officiellement en 2003, jamais la faute ne leur fut jeter pour le massacre de Tanbou lwen.
Mais ça allait chance, tout ça au cours d'une journée symbolise les plaisanteries et farces en tout genre.
Un véhicule un peu particulier attira les attentions des citoyens en passant devant eux, c'était une Peugeot 301 noire blindée aux vitres entièrement teintés et avec le logo d'Armacham Technology Corporation un peu partout dessus.
Mais qui pouvait donc bien se trouver à l'intérieur de cette voiture ?
Je pense que vous en avez une vague idée mais écoutons voir les discutions qui se passent sur la banquette arrière pour en avoir le cœur net.

Ailein : Que s'est il passé en 2004 ?

Baptiste : Hé bien, une série de morts à priori "naturelles", de meurtres et de suicides s'est abattu dans le monde entier. A priori aucun rapport entre eux, mais quelque chose clochait, et donc tout le monde a essayé d'enquêter là dessus en vain.

Ailein : Donc au final on ne sait rien ?

Baptiste : Oui et non. Officiellement on se sait rien, mais officieusement ça à l'air d'être autre chose.

Ailein : Continue.

Baptiste : Je sais que UNIT s'est intéressait à ce sujet et qu'ils ont parlé d'une espèce de carnet qu'ils ont surnommé "Death Note" et qui pourrait tuer  quiconque aurait son nom écrit dedans.

Ailein : Flippant.

Baptiste : J'en sais pas plus que ça, c'est déjà une chance que j'ai eu ces infos, par contre je connais quelque qu'un qui en sait plus.

Ailein : Qui ?

Baptiste : Henri Petrick.

Ailein : Et tu ne lui a pas demandé des infos si il est au courant de plusieurs choses ?

Baptiste : Je voulais, mais il m'a dit qu'il en voulait pas en parler mais qu'il sait exactement le fin mot de cette histoire.

Ailein : Donc finalement, on ne saura jamais le fin mot de cette affaire ?

Baptiste : C'est pas si sûr que ça. J'ai reçu un message de sa fille que disait qu'il lui avait tout dit et que si on voulait le savoir, elle était prête à nous le dire. Après tout pour elle, on est comme une famille.

Ailein : Même si tu ne fais plus partie des Avengers.

Baptiste : Ouais je sais, mais je resterai sur mon choix, c'est mieux pour Naomi.

Ailein : Je comprends, ne t'en fais pas. Et je vous souhaite de vivre une vie épanouissante entre vous deux.

Baptiste : Merci Ailein.

Un silence s'installa entre la copine de Holt Valentine et le PDG d'ATC.
A l'avant, la discutions avait atteint les oreilles indiscrètes des deux gardes du corps qu'il avait engagé après avoir quitté les Avengers et qui ne faisaient pas parti de sa société.
Celui qui tenait le volant se nommait Stan Taggart, il était grand, noir, musclé et peu bavard. L'autre, Joseph Caubin, était l'opposé.

Joseph : Stan, t'en penses quoi de cette histoire ?

Stan : Rien.

Joseph : Moi je rêverai tellement d'avoir un carnet comme ça, comme ça je pourrai y mettre le nom de toutes mes ex pour pouvoir toutes les faire mourir d'un coup. Et toi tu trouves pas ça cool ?

Stan : Non.

Joseph : Ah bon pourquoi ?

Stan : Parce que.

Joseph : Oh allez, tu sais qu'entre nous, tu peux me répondre, je ne le dirai à personne d'autres.

Stan : Si tu continues de parler, tu valses, pigé ?

Jospeh : OK OK OK ! Pas besoin d'ne faire tout un fromage ! T'es pas cool mec !

Le copilote fit la gueule à son camarade qui s'en fichait complètement et préférait rester concentrer sur la route plutôt qu'écouter ces âneries là.
Cette petite dispute digne d'un épisode de Scènes de Ménages sur M6 avait attiré l'attention des deux passagers sur la banquette arrière. La Fille Grecque s'était retenu de rire tandis que Bap préféra détourner le regard pour faire genre qu'il n'avait rien entendu.
Leur discutions à eux pouvait donc continuer, histoire de varier.

Ailein : Bap ?

Baptiste : Oui ?

Ailein : Je me demandais, pourquoi as tu engagé ces gardes du corps là au lieu de prendre des gars de ton entreprise ?

Baptiste : Parce que je fais moyennement confiance en ma propre entreprise, et j'ai de quoi ne leur faire confiance après tout ce qui s'est passé dans les coulisses d'Armacham Technology Corporation.

Ailein : Ah...

Baptiste : Moi aussi j'ai une question pour toi.

Ailein : Ah ?

Baptiste : Ça te fait comment de revenir ici ? Personnellement, ça me fait bizarre, j'ai comme l’impression de connaître très bien l’endroit alors je n'y ai aucun souvenir et que je n'y suis rester que très peu de temps.

Ailein : Pareil, ça me fait la même chose.

Maintenant qu'elle disait ça, elle eut une sorte d'étrange nostalgie qui commençait à lui envahir le cœur.
Elle posa sa tête devant la vitre et ferme les yeux quelques seconde, comme pour essayer de faire un voyage magique dans le temps.
avatar
Baptiste Sixte
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 326
Réputation : 0
Date d'inscription : 05/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Ailein Bartley [Terminé]

Message  Claire Redfield le Lun 19 Juin - 19:21

Nouvelle Famille

23 Juillet 1988

Japon; Tokyo; Quartier Général Umbrella Japan Co.

On toqua à la porte du bureau du PDG de cette filliale et celui y était présent, en train lire le Tokyo Journal pour voir les différentes infos qui s'y trouvait. Mais rien de bien intéressant aujourd'hui.
Il posa son regard de Bad Guy sur la porte puis pris la parole.

Chōka : Entrez !

La porte s'ouvrit en grand, révélant la secrétaire personnelle du monsieur qui était accompagnée de eux autres personnes.

Secrétaire : Monsieur Kakuzawa, vos invités sont arrivés.

Chōka : Bien Britanny, tu peux nous laisser.

Elle s'en alla en fermant derrière elle. Les invités, un homme et une femme possédaient des tenues plus aisées, s’avancèrent vers le bureau du maître des lieues qui en signe de politesse, se leva pour les saluer.

Chōka : Náthan et Rachḗl Bartley, les deux plus grandes têtes scientifiques d'Umbrella Europe ! Je suis content que vous ayez pu venir !

Náthan : Et nous nous sommes sommes heureux de pouvoir visiter la Branche Japonaise.

Rachḗl : Surtout qu'on entend que parler de Umbrella USA, alors que ce n'est même pas là bas que se situe la société mère.

Chōka : Que voulez vous, la vie est parfois injuste. Sinon comment vous allez ?

Rachḗl : Ça peut aller.

Náthan : L'URSS est sur le point de s'écrouler et la Guerre Froide va peut être enfin finir, ce que j'espère car ça nous sera profitable. Comment on peut se développer correctement si un mur s'installe en plein milieu de notre organisation ?

Chōka : C'est impossible.

Náthan : C'est bien ce que je dis.

Rachḗl : Comment va l'Ange ?

Kakuzawa esquissa un sourire sadique, ils allaient pouvoir en venir au sujet principal.

Chōka : Elle va bien.

Rachḗl : Ah c'est une fille.

Náthan : Peut on la voir ?

Chōka : Bien sur, suivez moi.

Il prit la tête du chemin et vérifia sur lui qu'il avait bien son pistolet sur lui. Le Couple Bartley le suivit avec enthousiasme, puis après plusieurs minutes ils arrivèrent devant une porte gardée par deux soldats privés d'Umbrella armés de MP5A3.
Voyant que c'était le directeurs, ils le laissèrent passer lui et les deux scientifiques grecs. Ils entraient maintenant de la chambre de l'Ange.
Celui ci était de l'autre coté de la grande vitre blindés, dans son berceau en train de dormir, et l'on pouvait voir ses deux ailes lui couvrirent le torse comme le font les chauves souris en pionçant.
Dans la première pièce se trouvait Fankī, le scientifique japonais en charge du projet, qui semblait surpris de la présence des 3 autres persos.

Fankī : Vous êtes qui vous ?

Chōka : Ce sont ceux qui vont continuer ton travail à ta place.

Fankī : Quoi !? Mais je...

Chōka : Cela fait presque un an qu'on a cette merveille entre nos mains et rien n'a bougé.

Fankī : Donc vous me virez du projet !?

Chōka : Non.

Le Directeur dégaina son arme et en logea une dans le crane de son employé, faisant sursauter le couple de surdoués qui préfèrent ne rien ajouter à cela.

Chōka : Il y aurait trop de paperasses à remplir.

Il rangea son arme là où elle sera sage et se tourne vers ses invités.

Chōka : Trop de temps de perdu, il faut découvrir tous les pouvoirs que la petite a et surtout comprendre comment cela fonctionne, et le moyen de les reproduire.

Náthan : Notre but sera donc de collecter ces infos ?

Chōka : Vous avez tout compris.

Rachḗl : Il faudra donc être en quelques sortes être ses parents de substitutions pour espérer avoir sa coopération et ainsi rendre la tache plus facile.

Chōka : Vous faites comme vous le sentez, tant que vous avec des résultats. Sur ce, je vous laisse vous familiariser avec vos nouveaux locaux. Si vous avez d'autres questions, vous avez où me trouver.

Il prit la direction de la porte de sortie du labo mais il s'arrête juste quand la porte automatique s'ouvrit.

Chōka : Au faite, elle s'appelle Ailein, je pense que ça pourra vous être utile.

Il poussa un petit ricanement et s'éclipsa de la scène, laissant la voie complètement libre pour les nouveaux parents de l'Ange.
avatar
Claire Redfield
Arrivants
Arrivants

Messages : 43
Réputation : 0
Date d'inscription : 01/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Ailein Bartley [Terminé]

Message  Ophelia Sarkissian le Mer 12 Juil - 12:33

Go To USA

23 Août 1990

Il était à peine 6 heure du matin dans la Capitale Nippone et il s'était passé deux ans depuis les derniers événements, pas deux ans à ne rien branler. Le Couple Bartley avait bien étudiée la petite Ailein et avait noté plusieurs choses intéressantes à son sujet qui seraient trop longue à expliquer.
Mais patience vous en verrez un peu dans ce chapitre mes amis.
Náthan était déjà dans la labo dans le sens où cette nuit il avait fait nuit blanche, car quelque chose l'avait intrigué et il voulait faire quelques recherches et analyses pour voir si c'était bien ce qu'il pensait.
Et non, il s'était planté donc il avait gâché une nuit pour rien et là même le café le tenait à peine réveillé. Il avait donc décider de prendre une petite pause en attendant l'arrivée de sa femme pour prendre le relais.
Il jouait au Démineur avec son Windows 3.0, c'était un jeu très à la mode, et une vraie tuerie en soi. Notre chercheur se demandait même qui avait l'idée de ça car c'était bien trouvé.
Finalement après quelques parties épiques digne d'un Sherlock Holmes, il entendit la porte d'entrée du labo s'ouvrir et quelqu'un entrer avec des talons hautes.
Il devinait à qui ils appartenaient, et le baiser qu'il reçut juste après lui confirma l'identité de la personne. C'était Rachḗl qui avait l'air d'avoir passé une bonne nuit mais ne s'était pas très bien coiffé sur ce coup là.

Rachḗl : Je vois qu'on se la coule douce.

Náthan : Ces recherches m'ont crevé, j'ai un peu joué en attendant que tu sois réveillée pour que je te passe le relais.

Rachḗl : Et alors, les Résultats ?

Náthan : Nuls, fausse impression désolé.

Rachḗl : Oh c'est pas grave, tu feras mieux la prochaine fois.

Náthan : Je pense que ne pas t'avoir à mes cotés a dû pas embrouiller mon esprit.

Elle rigola à sa remarque, lui esquissa un sourire niai.

Rachḗl : Et Ailein, elle va comment ?

Náthan : Là elle est en pleine phase de rêve intense.

Rachḗl : Cool, on va donc pouvoir continuer de noter la limite de ses hallucinations.

Náthan : Ouais je te laisse t'en charger, je vais aller me coucher.

Rachḗl : Bonne nuit mon tigre.

Náthan : Bonne journée ma loutre.

Il se leva sa chaise et fit le chemin inverse de sa femme, la laissant seule dans la première du bureau. Celle se tourna alors vers la vitre censée montrer la seconde pièce mais comme à chaque fois en cas de rêves intenses, celle ci était entièrement blanche, ne laissant rien transparaître.
La chercheuse européenne avait pris l'habitude de ça, elle avait fait ça quelques fois depuis quelques mois. C'était toujours dans des phases de sommeils très profonds.
C'était aussi l'un des pouvoirs qui avait été relevé de sa mort. En effet, Ailein pouvait créer des illusions aux personnes se trouvant près d'elle et celle ci changeaient suivant son humeur et le ressentiment qu'elle avait pour les personnes touchés.
Les deux scientifiques n'avaient donc pas eu de problème jusque là puisqu'ils étaient ses "parents" de substitution. Mais le stagiaire du moi dernier, il n'était plus le même en ressortant de cette pièce et il s'était suicidé quelques heures plus tard.
Il fallait être prudent, mais ça elle pouvait le faire.
Là, elle s'approcha de son bureau personnelle pour y prendre son carnet de note qu'elle tenait au sujet de ce pouvoir. Au moment où elle le prit, la porte d’entrée s'ouvrit et trois visages entrèrent dans la pièce.
L'un d'eux, elle le connaissait bien, c'était celui du gérant de l'endroit qui avait toujours l'air malfaisant, peu importe la situation ou le moment. On peut dire qu'il y en a qui ne sont pas gâtés niveau gueule, même si pour le coup ça représentait bien sa personnalité machiavélique et manipulatrice.
Un des autres visages, elle ne l'avait l'avait jamais rencontré en vrai mais elle le connaissait bien de nom et avait déjà vu sa photo à quelques reprises.
Ce cher William Birkin était aussi connu qu'elle et son mari sauf que lui il était chercher pour la Division outre atlantique, pour ne pas dire américaine.
Il était accompagné pour le coup de sa très jeune assistante Monica qui était presque collée à lui presque comme si c'était sa femme, ce qui n'était pourtant pas le cas, ils ne sortaient même pas ensemble.
Néanmoins leur présences ici aux deux américains troubla l'esprit affûté de la grecque qui posa très vite la question qui allait avec.

Rachḗl : Directeur Kakuzawa, qu'est ce qui se passe ?

Chōka : Ah Rachḗl, je voulais vous prévenir plus tôt mais je n'ai pas pu désolé.

Rachḗl : On est viré du Projet ?

Chōka : Bien sur que non voyons ! Vous êtes trop précieux pour ça. C'est juste que que je ne serais plus le seul à diriger ce Projet.

William : En effet, Umbrella Japan et USA ont formé une alliance pour ce projet.

Chōka : J'ai eu assez d'informations de votre part pour pouvoir créer des puissantes armes grâce aux pouvoirs du Sujet, je n'ai plus besoin d'elle ici.

William : Alors que nous, nous avons prévu d'expérimenté quelques Virus que nous possédons pour voir ces effets sur elle, ce qui fait qu'elle devra venir dans l'installation que je dirige.

Chōka : Des questions ?

Rachḗl : Quand se déroulera le départ d'Ailein ?

Chōka : Demain matin à l'aube, et si vous souhaitez continuer votre rôle, je vous conseille de préparer vos affaires.

William : Mais je souhaiterai quand même découvrir la petite juste pour avoir une première impression sur elle.

Rachḗl : C'est à dire que là elle est en pleine phase de rêves intenses, ce qui peut être dérangé pour des inconnus qui s'approcheraient d'elle à ce moment là.

Chōka : Un de nos stagiaires s'est suicidé à cause de ça, heureusement j'ai pu étouffer l'affaire sans problème.

William : Je souhaite quand même la voir, alors vous pouvez m'accompagner au pire.

Rachḗl : Si vous voulez.

William : Monica, restez donc avec le directeur en attendant.

Monica : Bien entendu Docteur.

Les deux chercheurs de renommé s'approchèrent de la porte menant à Ailein. Celle ci s'ouvrit, dévoilant un éclat de lumière, puis ils entrèrent dedans, disparaissant dans celui ci.
Qui sait ce qu'ils verront là bas ?
avatar
Ophelia Sarkissian
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 177
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Ailein Bartley [Terminé]

Message  Ophelia Sarkissian le Mer 12 Juil - 17:35

Virus de l'Amour

31 Octobre 1992

Etats Unis; Raccoon City; Cedar District

Don't Let The Sun Go Down On Me d'Elton John en compagnie de George Michael passait à la radio de l'appartement des Bartley. Malgré que la chanson soit vieille, elle faisait toujours un sacré tube.
Il était quinze heure et Rachḗl était déjà habillée en jolie sorcière à talon haut car elle aimait la fête d'Halloween et avait convaincu son mari de faire un effort pour le coup. Résultat, il s'est zappé en zombie pour bien aller avec la sorcière.
En là ils se préparaient à se rendre chez les Valentine dans une petite ville du Colorado où ils avaient prévu de rester quelques jours pour les Vacances.
Malheureusement il y avait quelque chose à faire avant de partir, et ça concernait Ailein, celle qui officiellement leur fille.
William Birkin avait prévu d'utiliser un Virus qu'il avait nommé Virus A comme Amour à la française. En effet le virus devrait si tout marche bien rendre la personne touchée follement amoureuse à qui appartient la cellule où le virus s'est développé.
C'était très compliqué voir irréaliste mais ça n'a pas empêché Umbrella de réussir à le faire.
Vous vous demandez à qui appartenait la cellule en question ?
Holt Valentine, le fils de Brandi. Les Bartley avait récupéré un cheveu de lui la dernière fois qu'ils étaient passés chez eux, toujours sous les ordres du Docteur Birkin.
Quand ce dernier avait appris qu'ils se rendaient à nouveau chez eux, et donc cette fois ci avec leur fille, il a voulu enclenché la prochaine phase du plan délirant qu'il avait en tête.
Pour cela, il fallait injecter le Virus dans Ailein et il ne pouvaient pas le faire tant qu’elle serait consciente. Car maintenant quelle avait 5 ans, ils ne pouvaient plus se montrer directement face à elle puisque sa mémoire fonctionnant correctement, ça pourrait causer des problèmes futurs.
L'autre choix était de la séquestrer au labo toute sa vie mais les Bartley avaient refusé cette méthode et ils se portaient garant de lui donner une vie où elle ne se doute de rien.
Au final, les parents d'Ailein devaient l'endormir et c'est ce qu'ils avaient fait ne mettant des somnifères dans son verre d'eau. Il fallait juste espérer qu'elle ne soit pas immuniser à ça.
Heureusement, ils purent constater depuis la cuisine où ils se trouvaient, qu'elle s'était endormie comme il fallait, sur le canapé avec son costume de soldat zombie.
Elle était toute mignonne et déjà très belle malgré l'age, c'est dommage que tout ça était obligé d'arriver. Náthan baissa son regard pour fixer le carrelage, l'air songeur, ce que Rachḗl.

Náthan : Je ne pensais pas dire ça un jour, mais je me suis attachée à cette fille.

Rachḗl : Moi aussi.

Náthan : J'espère qu'ils ne dépasseront pas les bornes avec ces substances qu'ils lui injectent.

Rachḗl : Je crains à chaque fois le pire, mais elle est forte, tant mieux.

A ce moment là, on toqua à sa porte d'entrée.

Rachḗl : Ce doit être eux.

Náthan : Je vais ouvrir.

Il se rendit à la porte s’entre et l'ouvrit de façon sèche.
Sur le palier, on avait Monica, l'assistante du Docteur Birkin, et deux soldats de l'USS avecu ne tenue plus moderne que au début de cette histoire, normal dû fait que la décennie avait changé.
Ils entrèrent dans ce beau salon à l'américaine et la femme en tenue jaunâtre lança un petit regard vieux à Náthan puis à Rachḗl qui arrivait vers eux, comme si elle ne les aimait pas.
Cela se fit ensuite ressentir dans le timbre de sa voix, plus froid qu'un connard.

Monica : Ça n'a pas été trop dur à faire ?

Náthan : Non.

Monica : Bien.

L’attaché-case qu'elle portait dans sa main se posa sur le sol et s'ouvrit, révélant la seringue avec la fiole juste à coté. Celle émanait une lueur rose vif qui allait bien avec son nom.
Elle mit la substance virale dans l'outil et s'approcha de la petite étendue sur le canapé pour lui faire une petite piqûre de rien du tout au niveau du cou.
Elle prit bien son temps ,ce qui mit un peu mal à l'aise les deux chercheurs européens qui préfèrent regarder ailleurs en attendant que ça se passe.
Une fois la seringue vidée de son contenue, l'assistante rangea tout dans la boite et la reprit à une main avant de se tourner vers ses collègues.

Monica : N’oubliez surtout pas la chose la plus importante. N'interférez pas entre les deux sujets de ce Test. Ce n'est pas parce que vous avez une bonne et forte réputation dans la boite qu'un accident ne peut pas vite arriver. Ce serait dommage que la petite se retrouve orpheline.

Náthan : Vous n'avez pas mieux qu'une menace à nous faire ?

Monica : C'est juste une mise ne garde, mais si vous le prenez ainsi, soit.

Elle s'en alla sans dire au revoir, accompagnée des deux autres types.
Une fois sûr qu'elle était loin, le couple se regarda dans les yeux.

Náthan : C'est juste une conne, il faut laisser pisser.

Rachḗl : Je sais...

Ça ne la rassurait pas pour autant.
Son regard se porta lui sur leur fille.
Une goutte tomba au sol.
avatar
Ophelia Sarkissian
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 177
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Ailein Bartley [Terminé]

Message  Gilbert Montagné le Mer 12 Juil - 18:34

Le Plan

15 Mars 1997

Dés que le vent soufflera de Renaud était joué à la Radio, ce qui était fort étonnant, n'oublions pas que nous sommes aux Etats Unis les gens.
Nous n'avions pas changé d'endroit depuis la dernière fois et il était à nouveau 16 heures sur toutes pendules Sauf que 5 longues années s'étaient passées entre temps et Umbrella Corporation n'avait pas pris ses vacances entre temps.
Le Test sur Ailein et Holt était succès retentissait car elle était tombée immédiatement amoureuse de lui et avait même développé un amoureux limite obsessionnel pour lui.
En plus aucun des deux ne se doutaient de quelque chose, ni même la famille du garçon. Autant dire que William Birkin qui bossait en parallèle sur le virus G, avait vu ça d'un très bon œil.
Quelle était la prochaine étape ?
Hé bien celle ci arriva après une longue phase d'observation pour voir si rien ne changeait, et vous ne devinerez jamais qui c'est de qui elle venait.
Chōkan Kakuzawa, qui au passage n'avait toujours pas vieilli, était celui ci qui avait lancé les nouveaux dés sur ce plateau devenant de plus ne plus instable, mais ça n'était pas grave.
Il avait envoyé un nouveau implant microscopique que ses chercheurs avaient inventé et que si il marchait bien, devrait permettre de la contrôler comme un pantin.
Le rêve ultime de toute entreprise maléfique, après dominer le Monde.
Cet implant avait mis sur la pauvre Ailein le 12 du mois après avoir été endormie comme d'habitude, on ne comptait plus les fois où ça se passait comme ça.
Une fois installé, l'objet microscopique restait en sommeil jusqu'à ce qu'on lui donne les bons mots pour continuer.
Pour l'activer, il fallait dire "Canard - Donald Trump - Bite - Lama - Musique - Avion - Parapluie - Nez - Lettre.".
Pour le désactiver, il fallait dire la même chose mais dans l'ordre inverse.
Pour le détruire définitivement, le code était "0 - 0 - 28 - 478 - Spencer - Wesker - Birkin - Kakuzawa - B - O - O - M.". Seules les personnes dont les noms font partis du code étaient au courant de celui ci.
Les Bartley ne connaissaient pas celui ci mais ils auraient aimé le savoir. Cependant ils allaient devoir faire la Mission de ce soir, coûte que coûte.
Celle ci consistait à activer l'implant quand ils seraient au Zoo de Raccoon City ce soir avec les Valentine, durant le concert qui s'y déroule.
C’est Wesker qui se chargera de l'activer, tandis que deux soldats de l'USS s’occuperont de lui mettre une oreillette pour qu'il puisse lui glisser les instructions à faire.
L'un des buts de la mission était de voir si Ailein, même sous le contrôle de l'implant, serait capable de faire mourir Holt. C'était un objectif plus secondaire mais il existait tout de même.
Tout ceci ne plaisait pas vraiment aux parents de la fille mais bien sûr ils n'avaient rien dit. Sinon ils seraient très certainement mort ensuite.
Finalement on en revient à l'heure indiquée plus tôt à cette date là, quand la musique cessa enfin de tourner, bordel de merde.
Ailein était pour une fois réveillée et elle regardait un cartoon qui passait une chaîne, ne se doutant pas dû tout de la conversation qui se déroulait non loin de là dans la cuisine, entre deux adultes.

Rachḗl : Pourquoi est ce qu'on a accepté cette mission ? On aurait pas pu appliquer notre plan avant ?

Náthan : Je te l'ai déjà dit, ce serait suicidaire de le faire avant.

Rachḗl : Il doit y avoir un moyen Nát.

Náthan : Si il y en avait vraiment un, je l'aurais saisi mais c'est pas le cas.

Rachḗl : C'est pas possible...

Elle commença à pleurer mais son mari tenta de la rassurer.

Náthan : Calme toi, nous devons rester fort si nous voulons que le Plan marche.

Rachḗl : Oui, mais Brandi est notre amie, et elle va mourir.

Náthan : Je sais, mais si on trahit Umbrella, dés maintenant, ils nous trouveront, nous tuerons, et qui c'est ce qui adviendra aux Valentine qui sont dans leur collimateur. C'est vache de dire ça, mais aucune option n'est sans mort, désolé.

Suite à cette triste conclusion, sa femme le prit dans ses bras et ils échangèrent leurs larmes car ils pouvaient se permettre de ça juste maintenant. Après ils devront reprendre leur jeu d'acteur pour que tout se passe bien.
Une fois le câlin fini, la conversation reprit.

Náthan : Gilbert nous attendra à l’entrée arrière avec sa voiture, il faudra donc être rapide et surtout être les premiers à reprendre Ailein.

Rachḗl : J'espère que ça marchera.

Náthan : J'espère aussi.

Rachḗl : Bon nous devrions nous préparer là.

Reprenant un peu leur souffle, ils restèrent forts jusqu'à la mort.
avatar
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 933
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 20
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Ailein Bartley [Terminé]

Message  Ophelia Sarkissian le Jeu 13 Juil - 0:05

Séjour Chez UNIT

16 Mars 1997

Etats Unis; New York; QG UNIT

Pour une fois, il faisait jour, ce qui changeait des autres chapitres.
Nous avions changé de décor, passant de Raccoon City à New York, une ville bien plus connue à l'international, et même aux Etats Unis. Plus précisément dans le bâtiment qu'occupait UNIT à Staten Island.
Dans une salle d'interrogatoire sommes toute classique, quoique bien mieux éclairée que celles des flics de séries policières. Avec aussi un meilleur système de sécurité.
Ailein Barley se trouvait dans cette pièce, assise devant la table du coté de ceux qui sont interrogés. C'était injuste pour elle car si il y avait bien une victime de cette histoire, c'était elle, encore plus que son amoureux artificiel.
D'ailleurs, ses douloureux souvenirs de la veille lui revinrent, encore et encore, sans s'arrêter. Elle n'avait même pas pu fermer l’œil de la nuit et avait des cernes incroyables.
En plus de ce traumatisme, elle se posait un tas de questions sur ce qui était arrivé à Holt et sur ce qu'elle doit faire maintenant. Sa vie ayant perdu en sens après avoir massacré ces gens, puis ses parents.
Elle était vraiment à deux doigts de craquer mentalement.
La pièce ajouta au bout d'un moment un autre personne par la porte d'entrée, c'était le Sergent-chef Mace, un brin grognon, qui tenait dans ses mains un dossier qu'il lisait et il ne prêta aucune attention à la fille en allant s'asseoir.
A la place, il baragouinait des choses inintelligibles et mit plusieurs secondes une fois assis avant de fermer cela et de prendre enfin le temps de regarder la Fille Bartley droit dans les yeux.
Aucune pointe de sympathie là dedans, la question en était de même.

Mace : Je te conseille de te tenir calme et de répondre à mes questions sans dériver.

Ailein : A quoi bon me laissait vivante, ma vie n'a été qu'un vaste mensonge depuis le déb...

Un coup sur le table la fit sursauter. C'était le vilain monsieur qui venait de taper du poing, ce qui énerva Ailein qui approchait de plus en plus de la milite en lui lançant un regard haineux.

Mace : Je m'en fiche de savoir que t'as vie c'était de la merde ! Tout ce qui m'intéresse est que tu es un Ange et je veux tout savoir à ton sujet !

Ailein : Va te faire foutre !

A ce moment là tout bascula.
La paume de la main de l'homme au sang chaud vint heurter la mâchoire de la fille de 10 ans par le biais de sa joue droite, et ses fesses heurtèrent ensuite le sol, sonnant le glas dans la salle avec verre.
Ne réalisant pas l'impact de son acte, le Sergent-chef se lava sa chaise et pointa du doigt celle qu'il venait de gifler, avec une hardeur dans son ton.

Mace : Tu crois vraiment qu'une chose comme toi peut...

La table juste devant lui fut projeté contre le vire, frappant les hommes derrière, les tuant très certainement. Surpris par cela, sa colère se transforma très rapidement en peur.
Il se retrouva même paralysé quand il vit la fille se relever, l'air de rien, mais elle n'était las même. Sa peau était devenue plus blanche blanche, ses yeux éclairent d'une lumière blanche vive et en plus de ça, ses ailes qui avaient disparues pendant son séjour au Japon étaient revenues comme par miracle.
Ce n'était plus Ailein Bartley, l'humaine, mais Ailein Barley, l'Ange, et elle allait le faire comprendre à tous ces connards.
Avant que le bras du militaire n'ait eu le temps d’atteindre son holster, celui ci se fit soulever dans les airs par une force puissante qui exercer une forte pression au niveau de la gorge.
Ceux pour qui ça rappelle Star Wars sont des bons.
Sauf que ça elle n'allait pas au bout de l'exercice et préféra le balancer contre la porte métallique pour l'ouvrir d'une manière plutôt bourrine, mais ça marchait.
Elle avança avec sa petite jusqu'au couloir où elle se fit très vite encercle par deux groupes d'hommes aux bérets bleus. Ils étaient prêt à la fusilier et arrivèrent à tirer, sauf que le résultat leur retomba très vite sur la gueule.
Tels les mec d'Umbrella dans le Chapitre 2, une décharge d'énergie blanchâtre les propulsa tous en arrière, faisant stopper leurs battements de cœur au passage.
Elle prit le chemin de gauche, passa sur les morts et tomba bientôt sur un groupe de 5 venant d'une pièce adjacente. Elle les regarda droit bien dans les yeux pour faire son effet.

Ailein : Mourrez !

Ils s'effondrèrent à leur tour, la fille passant à coté d'eux sans problème.
A un moment donné elle s'arrêta devant une caméra de sécurité qui la filmait et la regarda comme si elle avait une intention derrière la tête.
Dans la salle de sécurité du 13ème étages, les hommes présents eurent l'impression de prendre feu et ils commencèrent à se rouler par terre sans résultat. A leur tour leur cœur lâcha, la douleur trop forte et incessante.
En vérité, ils avaient victime d'une hallucination de sa part, les malheureux.
On peut dire qu'elle était puissante la petite.
Pendant ce temps de son bureau, le Colonel Ahmed Melabahr était en train de lire un livre qui lui plaisait bien jusque là. C'était Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary Shelley, un classique.
Il fut coupé net dans sa lecture par quelqu'un entrant dans sa pièce, ce n'était que son invité de marque qu'il avait fait venir pour le cas d'Ailein. A savoir le Brigadier-général Winifred Bambera de la branche Sud-Américaine de UNIT.
Celle ci semblait assez effrayée, ce qui n'était pas bon signe et ne rassura pas Ahmed.

Ahmed : Que ce passe t-il !?

Winifred : Ailein s'est échappée de la salle d'interrogatoire et elle est en train de tuer tout le monde !

Ahmed : Fuck ! Qu'est ce que Mace a encore fait !?

Winifred : Venez vite, on doit partir !

Ahmed : Partir !? Non, suivez moi plutôt !

Winifred : Quoi !? Mais vous êtes fou !?

Il ne l'écouta pas, malgré qu'elle était plus haute gradée que lui et il passa à coté d'elle e la bousculant presque avant de diriger vers l'endroit où se trouvait l'Ange aux dernière nouvelles.
Un peu exaspérée, Bambera le suivit, en se plaignant au passage.
Ils arrivèrent bien vite dans un couloir où d'un coté se trouvait la Petite Bartley, et du coté des officiers, le Private Homit dont les camarades étaient déjà mort. Il eut le temps de prononcer ses dernières paroles avant de crever.

Homit : Je voulais ma promotion !

Il se fit alors écraser par la lampe du plafond que l'ennemi avait manipulé avec sa télékinésie angélique. Maintenant il n'y avait plus que le Colonel et al Brigadière sur le chemin.
L'un était plus confiant que l'autre tandis que la mort s'approchait à petit pas vers eux.

Ahmed : Ailein, soit raisonnable, arrête ce massacre.

Ailein : Si tu veux finir comme mes enfoirés de parents, reste sur mon chemin.

Ahmed : Tu es en train de devenir l'arme que Umbrella voulait que tu deviennes.

Ailein : Justement, ils vont être surpris de voir leur armes se retourner contre eux même.

Ahmed : Ailein s'il te plaît...

Ailein : Dégage de mon chemin !!

Winifred : On ferait mieux de l'écout...

Avant de pouvoir finir sa phrase, les pieds du Colonel accoururent jusqu'à sa nouvelle protégée et ses bras l'enlacèrent tellement bien qu'elle n'eut même pas le temps de se défendre.
Bambera était sur le cul de l'action de son subordonnée.
Ailein reprit une apparence plus humaine en gardant toutefois ses ailes.

Ailein : Qu'est ce que vous faites !?

Ahmed : Je regrette si ils ont été durs avec toi, je leur avais pourtant dit de faire d'empathie avec toi mais ils te voient comme quelqu'un de différent, pas moi.

Ailein : Qu'est ce que vous dites ?

Ahmed : Moi aussi j'ai vécu rejeté dans mon pays natal avec d'horribles parents, j'ai dû au final tout abandonner et fuir aux Etats Unis grâce à mon Oncle.

Ailein : Je...

Ahmed : Quand j'ai eu des infos anonymes sur ton Histoire, ça m'a bouleversé, je ne pouvais pas croire ce qui t'arrivais et je suis désolé si on a pas pu intervenir plus tôt.

L'Ange Bartley ne savait pas quoi dire, mais ce discours la toucha beaucoup, et bientôt des larmes vinrent se joindre sur le visage des deux personnages.

Ahmed : Ici tu seras à l'abri d'Umbrella je te le promet. Tant que je serai vivant ils ne te reprendront pas.

Ailein : Merci.

Bambera regarda ça au loin et fut touchée par cette élan de tendresse qui se déroulait devant elle, elle n'avait jamais vu ça auparavant et prononça à voix basse la dernière phrase du chapitre.

Winifred : Il a su se montrer plus humain que moi sur ce coup là.

Elle s'en alla pour faire casser l'alerte.
C'était un chapitre de l'Histoire qui se terminait.
avatar
Ophelia Sarkissian
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 177
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Ailein Bartley [Terminé]

Message  Baptiste Sixte le Ven 14 Juil - 16:05

Retrouvailles au Présent

1 Avril 2017

France; Guyane; Nouvo Vilajj

Ailein Bartley rouvrit finalement les yeux alors que Docteur Renaud, Mister Renard passait à la radio et elle remarqua alors à travers la vitre qu'ils arrivaient enfin à la bonne adresse où ils avaient de la chance, il y avait de la place libre juste devant la maison.
Les roues se mirent sur le bon périmètre, ne dépassant aucune ligne et Stan coupa le moteur sans prêter attention à Jospeh qui lui faisait les yeux doux comme un chat avec des bottes.
La brunette maintenant âgé de presque 30 ans décolla sa joue droite de la vitre contre laquelle elle était appuyé et elle craqua un peu son cou pour le détendre.

Ailein : Je crois qu'on est arrivé.

Baptiste : Il faut espérer de de mauvaises surprises ne nous attendent pas.

Bap qui du coté e la route, s'assura bien qu'aucune voiture ne venait et il ouvrit la portière pour sortir, la fermant derrière lui. Il longea la carrosserie pour arriver sur le trottoir où il vit son amie poser ses ses converses sur le sol en piteux état.
Elle claqua la portière et se mit à coté du Directeur d'Armacham pour contempler avec lui la baraque où vivait celle qui les avait recueilli à leur "naissance".
L'endroit était en aussi bonne condition que le trottoir dégueulassé, on sentait qu'on avait pas affaire à une ville riche. En plus, ils avaient croisé la route de plusieurs mendiants et sans abris sur le chemin.
C'est à se demander ce que fout le gouvernement...
Ah non autant pour moins, ils sont trop occupés à s'enrichir sur le dos des "Vrais Français" qu'ils ne peuvent s'occuper des "Autres Français".
C'est beau l'avidité et le pouvoir.
Pile poil le truc que Baptiste déteste par dessus tout.
Bref, tout ça pour dire qu'ils plaignaient déjà la pauvre Stéphanie Briquet de vivre dans ce taudis, déjà qu'elle n'était plus tout jeune, maintenant âgée de 72 ans.
Mais bon, dans cette ville il y avait des moins bien logés qu'elle donc elle était encore chanceuse si l'on peut dire.
Les deux gardes du corps de Baptiste avaient bien verrouillés la voiture et maintenant ils contemplaient leur Boss et son amie regarder cette maison sans étage.
Pour eux ça ne leur évoquait rien, c'est normal en soi.

Joseph : Il se mijote quoi dans leur tête.

Stan : J'en sais rien.

Jospeh : Tu crois qu'ils peuvent se souvenir de plus de trucs que nous les Humains Normaux ?

Stan : Je m'en fiche.

Joseph : Et dis...

Stan : Si tu te tais pas, je te casse la gueule.

Finalement, la Guyane put apprécier un peu de silence après cette voix agaçante, ce qui était bien ses oreilles. Les oiseaux purent à nouveau chantonner et les singes crier leur joie dans le lointain.
Ailein afficha alors un sourire admiratif et rempli de joie à l'idée de revoir sa première maman adoptive et elle voulut transmettre cela à son demi-frère.

Ailein : On y va ?

Baptiste : Avec joie.

La fille passa la première et toqua à la porte qui manqua presque de s'écrouler, car la sonnette était cassée et il y avait un petit mot dessus pour le dire.
On entendit bientôt les verrous s'enlever de ce portail de bois et celui ci s'ouvrir, révélant une femme au visage fatigué avec le temps mais au teint de peau toujours à PANTONE 7522 C.
Celle ci reconnut presque instantanément ceux qu’elle avait élevé comme ses petits et elle manqua presque de s’écrouler sur le coup, mais Bap eut le bon reflex de la retenir et la remettre bien droit sur ses pieds.

Stéphanie : Oh mes enfants, je n’espérais plus vous revoir un jour !

Bap : Vous auriez dû, ce n'est pas notre genre.

Stéphanie : Tu peux me tutoyer, t'es comme mon sang.

Bap : Merci.

Ailein : Ça ne te dérange pas si on t'appelle maman ?

Stéphanie : Oh bien sur que non Ailein !

Très enjouée, celle qui n'avait même pas un mois la dernière fois qu'elle l'avait, lui sauta au cou pour lui faire un câlin sous le coup de l'émotion. Puis elle lâcha son étreinte pour ne pas l'étouffer.
Bap fit de même, en plus doux car c'était son genre, et ensuite ils furent tous inviter à entrer pour boire un coup. Pour Ailein se sera du café, pour Baptiste de l'eau plate et pour les deux gardes de la bière.
Les deux enfants adultes s'installèrent après sur un canapé déchiré par endroit avec l'un des pieds qui était remplacé par un livre. La déco était plutôt déplorable et vide, ça faisait peine à voir.
Stéph leur ramena tout ça et se posa à son tour sur une chaise bancale en face de l'Ange et du Démon. Les deux autres préférèrent rester debout pour faire leur job.
Prenant leur boissons, les personnages pouvaient désormais discuter.

Stéphanie : Je vous ai vu à la TV, vous êtes de vrais héros vous, avec ces Avengers. Quand j'ai entendu ça la première fois, je n'y croyais pas, mais au final vous avez fait vos preuves. Vous avez même sauvé le monde le Jour de l'An de cette entité très puissante, je ne sais pas comment vous avez fait mais bravo.

Baptiste : Ce n'est rien, qui pourrait mieux sauver le Monde qu'un groupe d'utopistes dirigé par un Démon, même si je n'étais déjà plus le Chef à ce moment là.

Ailein : Tu nous a reconnu maman, à la TV ?

Stéphanie : Bien entendu. Quand je vous ai vu pour la première fois, j'ai vu ce coté céleste sortir de vous et même si je n'ai pas voulu y croire, c'était trop évident pour être faux.

Baptiste : Tu as une étonnante bonne intuition.

Stéphanie : Je sais, on me le disait toujours, et ça n'a pas vieilli ce don en moi.

Ailein : Tu es remarquable maman.

Stéphanie : Oh assez parlé de moi, parlez moi un peu de vous, de toutes ces aventures qui vous avez vécu et qui ne sont pas passés à la TV. Notamment ce qui vous est arrivé après vous être fait enlevé de mes mains.

Ailein : Eu...

Baptiste : Ce n'est pas simple.

Stéphanie : J'ai tout mon temps, ne vous en faites pas.

Baptiste : On commence par toi Ailein, je trouve que mon histoire est moins intéressante.

Ailein : Oh si tu le dis, je veux bien. Hé bien, après que Umbrella ait décimé ce village, sa Division Japonaise m'a séquestré dans un de ses labo pendant...

Voici une histoire dont l'on connait déjà les grandes lignes.
avatar
Baptiste Sixte
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 326
Réputation : 0
Date d'inscription : 05/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Ailein Bartley [Terminé]

Message  Ailein Bartley le Sam 15 Juil - 11:58

Profite bien de ta Vie

Ailain Bartley avait enfin terminé de narrer tout ce qu'elle connaissait sur son passé et sur les événements suivant sa sortie de chez UNIT. Un lot de moments épiques en sommes.
Stéphanie était heureuse d'avoir entendu ça, elle pouvait ainsi voir que cette petit bouille angélique avait su montrer du courage et surtout résister à toutes les merdes qui lui étaient arrivées. Même si elle avait aussi fait quelques conneries.
Baptiste découvrait certains détails de sa vie, ce qui venait lui faire rendre compte qu'au final, malgré un père bossant pour Hydra qui a orchestré le meurtre de sa famille, il avait eu une enfance sympa comparant à certaines personnes.
Evidemment, il manquait beaucoup d'informations dans son récit, notamment sur les passages où elle était trop jeune pour s'en souvenir et sur les vrais intentions de ses parents.
Elle aura aimé pouvoir en savoir plus de ce coté là, c'est dommage.
Après tout ça, elle laissa la parole à sa mère guyanaise pour qu'elle puis surement laisser son autre enfant raconter la sienne d'histoire car c'est vrai que lui aussi avait des choses intéressantes à raconter, même si il pensait le contraire.
Sauf que ce n'est pas ainsi que s’orienta la conversation en enfin, il semblait qu'Ailein Bartley avait toute l'attention du scénario pour cette fois là.
La vieille femme se leva d'un coup en s'aidant de l'accoudoir faiblard.

Stéphanie : J'ai quelque chose à te donner Ailein.

Et elle partit dans la pièce qui semblait être la chambre à coucher.
L'Ange et le Démon ne comprenaient pas et se regardèrent avec doute.

Ailein : Tu penses qu'elle va revenir avec quoi ?

Baptiste : Je n'en ai aucune idée ma sœur.

Stéphanie revint finalement avec une vieille boite poussiéreuse dans sa main, elle devait avoir traînée dans un placard pendant de nombreuses années pour être dans cet état là.
L'ancienne vétérinaire la posa sur la table puis retourna s'asseoir à sa place avant de lancer une conversation qu'elle voulait tenir depuis un long moment.

Stéphanie : Avant d'ouvrir cette boite, je dois te dire plusieurs choses, surtout au sujet des Bartley...

Ailein : C'étaient des connards, ils ont mérité leur sort.

Stéphanie : Tu te trompes à leur sujet.

Ailein : Je ne pense pas.

La Fille Grecque semblait être énervé rien qu'à les entendre être mentionné, mais malgré cette réaction, celle qu'elle considérait que sa vraie mère garda son calme et expliqua avec sérénité.

Stéphanie : Náthan et Rachḗl sont venus me voir en 95 pour en savoir plus sur ce qui s'est passé durant le massacre de mon village mais aussi pour me dire ce que tu étais devenu. Ils m'avaient dit à l'époque qu'ils essayeraient de faire en sorte dés que le moment serait venu, d'échapper aux griffes acérés d'Umbrella qui était une société très puissante à l'époque...

Baptiste : Presque autant qu'Armacham.

Stéphanie : Ils m'ont alors promis qu'ils essayeraient de faire en sorte que je puisse au moins te revoir une fois dans ma vie et ils m'ont remercié de t'avoir élevé même si ce fut malheureusement pendant une courte période.

Alein : Ce ne peut pas être vrai. C'étaient les plus grosses têtes scientifiques d'Umbrella en Europe, ils étaient surement aussi monstrueux qu'un Birkin ou qu'un Wesker.

Je peux vous dire qu'il y en a un qui a dû éternuer quand son nom fut mentionné.

Stéphanie : Je continue. Deux ans plus tard, un homme est venu toquer à ma porte. J'ai été surpris de voir que c'était le célèbre chanteur français, Gilbert Montagné...

Tout le monde fut surpris en entendant ce nom.

Stéphanie : Il m'a dit que les Bartley étaient morts et il m'a remis cette boite en me disant de la remettre à Ailein le jour où elle viendra ici, et de ne surtout pas la perdre.

Baptiste : Et après ?

Stéphanie : On a fait une soirée karaoké où j'ai gagné mais c'est une autre histoire. En tout cas j'ai gardé cette botie pendant toutes ces années en faisant bien gaffe à ce personne ne me la prenne, que ça soit des hommes d'Umbrella, de Wesker ou de Tricell.

Ailein : Qu'est ce qu'il y a dedans ?

Stéphanie : Ça, c'est à toi de le découvrir mon ange.

Notre Agent du BSAA regarda cette vieille boite avec intérêt, car même si elle n'aimait pas les Bartley, il était intrigué par le contenu qui s'y trouvait. En plus l'implication de Gilbert là dedans parsemait encore plus les doutes dans sa tête.
Finalement, voulant à tout pris le savoir, elle prit l'objet entre ses mains et l’ouvrit d'un coup sec, ce qui était simple vu l'état dans lequel il était.
A l'intérieur de trouvaient de nombreux documents portant son nom ou celui du Projet "Un Ange tombé du ciel", ou même aucun des deux, ainsi qu'une cassette où une étiquette indiquait "Profite bien de ta Vie".
Tout ci laissait de nombreuses questions se profiler.

Ailein : Qu'est ce que c'est que tout ça ?

Baptiste : Je pense qu'il faut regarder cette cassette.

Stéphanie : Par chance j'ai encore un vieux magnétoscope en dessous de ma TV car j'ai jamais eu le moyens de le remplacer par un lecteur DVD.

La Femme de plus de 70 ans prit la cassette des mains de celle de 30 ans et alla l'insérer dans l'appareil mentionné avant d'allumer le TV pour voir ce qu'il y avait.
En retournant s'asseoir, la vidéo se lança et on pouvait y voir l'appartement qu'avait occupé les Bartley à l'époque, plus précisément leur chambre. D'ailleurs Rachḗl était déjà assise sur le lit, face à la caméra, toute souriante, et Náthan qui avait avait lancé l'enregistrement alla la rejoindre avec ce même sourire qui se voulait rassurant.

Rachḗl : Salut Ailein.

Náthan : On espère que tu vas bien.

Rachḗl : Je ne sais pas à quel age tu verras cet enregistrement mais si tu le vois, je pense que tu le sais déjà, mais ça veut dire que nous sommes malheureusement mort avant d'avoir pu mener à bien notre plan pour te sauver d'Umbrella.

Náthan : Néanmoins si tu vois ceci c'est que tu as réussi par un quelconque moyen à leur échapper et c'est ça qui compte.

Rachḗl : Tout ceci pour te dire qu'on t'aime beaucoup et désolé si on a pu beaucoup te le monter, Birkin ne nous le permettait pas à certains moments dans le cadre de ses expériences.

Náthan : Mais nous considérons quand même que notre véritable fille et nous voulons que tu ais une vie meilleure.

Rachḗl : On espère aussi que Umbrella a fini par couler dans le monde que tu vis et que donc ils ont payé pour ce qu'ils ont fait.

Náthan : On a filé assez d'infos à UNIT pour normalement réussir à faire ça, il faut espérer qu'ils se soient bien débrouillés.

Rachḗl : Si jamais ce n'est pas le cas, tous les documents que tu trouveras contiennent des infos sur plusieurs compromettantes membres d'Umbrella, leur projets et notamment celui où tu as malheureusement été la victime.

Náthan : Pour ces infos ne servent pas qu'à ça.

Rachḗl : Ils sont aussi là pour toi, pour que tu en saches plus sur ce qui a été fait sur toi, car tu es en droit de le savoir, c'est important.

Náthan : On arrive déjà la fin de cette bande.

Rachḗl : On espère que tu sauras bien te servir de tout ce que tu as appris dans cette cassette et on te souhaite un avenir meilleur.

Náthan : Si Holt est encore vivant, il est aussi en droit de savoir tout ça.

Rachḗl : Tu vas nous manquer Ailein... Profite bien de ta Vie.

Un écran avec des parasites prit la place ensuite.
Les mains tremblantes, le regard triste et le souffle coupé, Ailein éclata en sanglant suite à ce qu'elle venait de voir. Elle se maudissait de les avoir tué, surtout après tout ce qu'ils avaient risqué pour elle.
Baptiste, en bon gentleman, prit sa sœur dans ses bras pour la réconforter.
Ce n'était pas le moment de faiblir, il fallait se relever la tête haute.
avatar
Ailein Bartley
Arrivants
Arrivants

Messages : 11
Réputation : 0
Date d'inscription : 14/07/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Ailein Bartley [Terminé]

Message  Ailein Bartley le Sam 15 Juil - 21:08

Ce n'est pas fini

Quatre personnes quittèrent la Demeure de Stéphanie Briquet, c'étaient ceux là même qui étaient rentrés quelques heures plus tôt. Ils remontèrent dans leur voiture et quittèrent les lieux promptement sans retour.
Un homme les observa partir alors qu'il faisait semblant de réparer une cabine téléphonique défectueuse. Il était déjà en train de faire cela à leur arrivé, ce qui avait renforcé son coté louche à quiconque lui jettera un œil un tout petit peu attentif.
Heureusement pour lui, ça ne semblait pas être le cas.
Ce type, typé asiatique, arrête sa fausse activité et passa un coup de fils à quelqu'un d'important, dû moins pour lui.

Homme : Kakuzawa-san, ils sont partis.

Chōka (T) : Élimine la vieille.

Homme : Et les autres ?

Chōka (T) : Je souhaite d'abord les rencontrer en tête à tête, avant de voir celles ci coupés.

Homme : Bien reçu.

Il rangea l'engin envoyant des ondes et il traversa la rue vide de circulations pour arriver devant le domicile, armé AMT AutoMag III comme seule arme. Il n'était pas venu ici pour cueillir des marguerites.
Devant la porte, il posa son oreille contre celle ci pour entendre ce qu'il sep assait de l'autre coté. Seule Trois nuits par semaine d'Indochine fut audible, assez fort, mais bon elle n'avait surement plus toute son audition la mamie.
Le subordonné se remit droit et remarqua que la porte était fragile et qu'un seul coup de pied suffirait à l'anéantir définitivement. C'est ce qu'il fut, faisant une entrée magistrale dans le salon.
Mais personne en vue, même pas vieille.
La seule sensation qu'il eut juste après ça, c'est celle d'un poignard plantait dans le bas coté de son corps, puis un autre, et un autre, puis il mourut avant de pouvoir comprendre ce qui lui arrivait.
Son corps tomba lourdement en avant, juste devant la meurtrière qui était celle qu'il cherchait. Il ne faut pas sous estimer les personnes âgées.
Essayant sa lame avec un mouchoir, elle constata des dégâts causés à sa porte et elle soupira avant de se tourner vers le cadavre.

Stéphanie : Merci pour la porte, qui va la réparer maintenant ? Pas toi déjà.

N'ayant pas de moyen sous la main pour se débarrasser du corps, elle appela un ami pour l'aider car ses vieux os l'encombraient pas mal.
En tout cas une chose était sur, cette histoire n'était pas terminée.
avatar
Ailein Bartley
Arrivants
Arrivants

Messages : 11
Réputation : 0
Date d'inscription : 14/07/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Ailein Bartley [Terminé]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum