[FIC] In the Heat of the Night [Terminé]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[FIC] In the Heat of the Night [Terminé]

Message  Jackie Estacado le Jeu 15 Juin - 22:42

Les Derniers Instants de Faustin

3 Mars 2015

Etats Unis; New York; Brooklyn; Brighton Beach

Jackie Estacado n'était pas là pour rigoler aujourd'hui. S'il s'était rendu au Velvet Rope, le lieu phare de Makari Faustin, ce n'était pas pour une visite de courtoisie.
En effet, le Malfrat Russe s'était attisé les foudres de tout le monde, et l'affaire du Diamant était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. Heureusement que le Darkness est là pour le recolmater.
Ce que l'Homme à la Tête de la Famille Franchetti n'avait pas prévu, c'est cette armée de ninjas déboulant de nul part, ainsi que ces deux flics envoyés par Wilson Fisk, et encore moins ce dernier type qui tenait un fusil à pompe de la police dans sa main.
Il le braqua avec l'un de ses pistolets fétiches puis pris soin de l'observer plus ne détail.
Est ce un flic ? Il n'en a pas l'air.
Qu'est ce que ça peut bien te faire Jackie ? Il a une arme, c'est surement un ennemi, tu devrais le tuer.
Je préfère m'assurer que s'en ne soit pas un avant d'attaquer.
Tu me déçois par moment, vivement que tu ais un enfant, que je puisse changer de corps.
Tu peux toujours attendre, en attendant, je vais lancer la discutions.

Jackie : Je crois que je vais encore devoir retarder notre discutions mon cher Makari.

L'homme mentionné était complètement à la merci de la bête, une peur inhabituelle pouvait d'ailleurs se voir sur son visage.
Du coté de l'invité, il avait pointé à son tour son arme sur Jackie, les deux se tenaient tête désormais, prêts à discuter calmement.

Adrien : Vous êtes qui ou quoi ?

Un accent français ?
Leur cœurs ont un gout de cuisse de grenouille.

Jackie : Vous n'êtes pas du coin,, je présume ?

Adrien : En effet, je me présente, Adrien Normikwawal, Lieutenant de la Brigade Criminelle du Bas Rhin, et pour être franc, je suis venu pour régler mes comptes avec celui que vous tenez en otage.

Jackie : Ah Makari, vous devez donc avoir été victime de cette affaire de diamant dont on entend beaucoup parlé aujourd'hui.

Adrien : En effet, moi et mes amis.

Jackie : Bien, comme je suis sympa, je vais vous laisser vous entretenir avec Makari. Vous me dites quand vous aurez fini, que je l'achève moi même.

Adrien : Vous avez un nom au fait ?

Jackie : Jackie Estacado, mais on me surnomme "The Darkness" en référence à l'entité qui vit en moi.

C'est tellement gentil de me mentionner, Jackie.
Il faut savoir que le Darkness a une voix très particulière qui semble sortir de vos entrailles quand elle parle.
Mais Jackie était maintenant habitué à cette voix et il fit comme si il n'avait rien entendu et il enleva le bras démoniaque de la bouche de Faustin pour qu'il puisse parler.

Makari : Vous n'êtes pas humains, ce n'est pas...

Adrien : Ecoute moi bien connard.

Le Français réussit à fermer le clapet du russe.

Adrien : Je pense que Gilbert ne te toi plus rien maintenant, et j'espère que seras content de savoir que tu ne reverras plus jamais tes diamants avant de mourir.

Makari : Vous croyez que vous allez pouvoir les garder sans danger, vous ne savez même pas QUI les convoitent à part moi !

Adrien : Que dis tu ?

Makari : Ces types là habillés en ninja, ils veulent ces Diamants, et ils tueront quiconque les aura.

Adrien : Pourquoi les vouloir dans ce cas là ?

Makari : J'ai je savais quoi faire pour m'assurer de les garder en ma possession.

Adrien : Comment ?

Makari : Je ne vous le dirais pas ! Je préfère crever maintenant que...

D'un coup, un autre bras, plus pointu, vint transpercer le chef mafieux dans le thorax, le tuant presque instantanément. Les réactions suite à ça furent variées.

Enfin !

Adrien : Je n'avais pas fini mais bon, au moins il ne fera plus chier personne.

Jackie : Sa voix me dérangeait.

Adrien : Bon...

Le Franco-serbe rangea son fusil dans son dos car à priori il n'avait plus personne à tuer pour le moment, et Jackie lui semblait assez sympathique, il ne savait pas pourquoi.
C'était réciproque, le possesseur du Darkness trouvait qu'Adrien avait une bonne façon de causer, il l'aimait déjà bien et il ne le tuera pas tant qu'il n'y aura pas raison justifié.

Adrien : Tu veux que je te raccompagne ? J'ai une voiture qui n'est pas vraiment à moi garé de l'autre coté de la route devant le club.

Jackie : Non merci, je péfère marcher à pied, et puis...

Des bruits de pas dans les coulisses de la scène. Quelqu'un arrive et il doit venir de la sortie arrière qui devrait pourtant ne s'ouvrir que depuis l'intérieur. Sauf si...
C'est vrai que j'ai laissé ouvert pour pouvoir ensuite m'échapper.
Tu penseras aux cœurs mon ami j'espère.

Jackie : On a de la visite.

Adrien : Journée de merde...

Deux silhouettes féminines se dessinèrent, apparaissant sur la scène face à notre duo original. Mais leur identité ne sera révélé que dans le prochain chapitre. ^x^
avatar
Jackie Estacado
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 37
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] In the Heat of the Night [Terminé]

Message  Jackie Estacado le Sam 17 Juin - 11:32

L'Agence tous risques

Jackie et Adrien faisaient face à ce qui pouvait s'apparenter à deux nouvelles menaces. Par réflexe ils braquèrent leurs armes respectifs sur les présences féminines qui firent de même en retour.
Sur les deux, celle qui semblait la plus menaçante, c'était celle à gauche car elle semblait déjà sur l'offensive en arrivant, en plus elle avait sorti son arme avec une rapidité qui laissait suggérer qu'elle avait l'habitude de ce genre de situation.
Cette fille avait un look très punk rebelle et elle devait avoir environs 20 ans. Le truc le plus étonnant chez elle était ses cheveux colorés en bleu-clair, chose assez rare aux Etats Unis, contrairement à la France ou pire, le Japon.
Dernière info sur elle, son arme était un revolver allemand au doux nom de Korth Combat et elle le tenait avec perfection, elle n'était là pour rigoler.
La fille à droite par contre, était plus calme et elle semblait chercher quelques chose car elle regarda en premier les environs, dont les nombreux corps par terre, avant de scruter les deux hommes en face d’elle avec méfiance.
Elle portait des vêtements légers, style été, malgré le fait qu'au était qu'en début mars. Elle portait même des spartiates brunes à talon avec de très jolies pieds qui feraient ravir Maxime Moulin.
Ses cheveux avaient leur couleur naturelle gardée intact, à savoir le orange pale. Son age devait être à peu près égale à celui de l'autre fille.
Le revolver de la Rousse était un Mateba Autorevolver qu'elle n'avait pas l'air de bien maîtriser, ce qui donnait à avantage à ses adversaires.
Malheureusement pour le Darkness mais heureusement pour nous, le sang n'aura pas besoin de couler cette fois ci.

Rousse : Qui est Adrien Normikwawal ?

Adrien : C'est moi.

Celle qui avait parlé commença à ranger son arme, suivi par l'autre fille.

Rousse : Tu vois je t'avais dit que Gilbert ne s'était pas foutu de notre gueule sur son nom de famille.

Punk : Au temps pour moi, tu avais raison.

Jackie vit alors Monsieur Normikwawal baisser la pointe de son fusil.
Je crois que je vais suivre la mouvance.
Tu es faible Jackie, très faible.
A son tour il baissa ses deux Colt et rangea son Darkness dans son inventaire pour reprendre son apparence ordinaire. Ce qui rassurait un peu plus les filles.

Rousse : Tu es qui ou quoi toi ?

Punk : En tout cas classe les pouvoirs.

Jackie : Jackie Estacado, alias "The Darkness", mais je crois que vous n'êtes pas là pour moi.

Rousse : Effectivement.

Adrien : Vous me voulez quoi ?

Rousse : Gilbert nous envoie pour te chercher car il aurait des ennuis et besoin d'aide pour quelque chose.

Punk : Les autres nous attendent au van.

Jackie : Plus on est fou, plus on rit.

Adrien : Vous êtes donc des amis à Gilbert ?

Rousse : En quelque sorte... Je m'appelle Nami, mais on me connait plus sous le surnom de la Chatte Voleuse.

J'ai déjà entendu parlé d'elle.
Elle fait parti de l’équipage du Chapeau de Paille, le groupe de pirate le plus recherché au monde.

Des Pirates ? Je vais me régaler...

Chloe : Moi c'est Chloe Price, l'une des rares personnes à avoir survécu à la tempête qui a frappé Arcadia Bay.

Ouais, ça je m'en rappelle bien.
C'était l'année dernière, une tornade avait frappé cette pauvre bourgade et avait tué la grande majorité de ses habitants.
Mais quelques jours auparavant, un tas d’avènements surnaturels avait frappé la ville.
Ça a fait sujet de beaucoup de débat, et bien sur UNIT s'en est mêlé comme d’habitude.

Jackie, ça n'est pas important.
Pense un peu à moi pour une fois, merci bien.
Car n'oublie pas que sans moi, tu serais déjà mort depuis un long, très long moment.


Jackie : Enchanté de vous rencontrer.

Il avait dit ça d'un ton assez froid mais pas méchant, ce qui surpris les autres personnages. Adrien voulut en placer une mais le Destin ne lui en laissa pas le temps.
La double porte d'où il était venu fut défoncé par deux paires de bottes et plusieurs agents en combinaison d'intervention déboulèrent dans la pièce.
Ils n'étaient pas là pour la discutions et ils allaient profiter de l'effet de surprise pour tenter d’abattre leur cibles.
Mais c'était sous estimer l'Italien qui avait de sacrés bons réflexes et déclencha un trou noir sous leur pieds, les aspirant et les tordant dans tous les sens.
Il tua littéralement toute la première salves de corrompus du SWAT qui étaient quand même 6 au total. Un beau score mais pas le temps au repos.

Jackie : Allez y, je vous couvre !

Adrien : Ça marche.

Nami : Chloe ?

Chloe : Je reste ici pour aider ce mec.

Jackie : Tu es sûr de toi ?

Chloe : Je suis une Punk, donc naturellement une ennemie des forces de l'ordre, j'ai l'habitude, surtout avec mon beau-père.

Nami : OK, on y va !

Adrien : Bonne chance !

Le groupe se scinda en deux, et le flic français suivit la pirate jusqu'à la porte arrière qui avait été laissé ouverte et qui donnait sur la ruelle arrière qui était assez grosse pour pouvoir y garder un gros véhicule.
D'ailleurs, un fourgon se trouvait déjà là, pointant vers la sorte menant à une route avoisinante. C'était le très célèbre GMC Van Troisième Génération, le Modèle de 1983 rendu populaire par une série télévisée des années 80.
A l'intérieur, nous pouvions distinguer Jean-Pierre Pernaut qui y était au volant, ainsi que Jean-Luc Mélenchon qui avait ouvert la portière coulissante et invitait tout le monde à rentrer à l'intérieur.
C'est ce qu'ils firent car les sirènes de police se faisaient entendre tout autour d'eux et ils allaient surement bientôt arriver dans la ruelle.
Une fois dans le van, l'ancien prof de français remarqua l'absente.

Jean-Luc : Où est Chloé ?

Nami : Elle aide quelqu'un à couvrir notre sortie, elle nous rejoindre plus tard, j'espère...

Jean-Pierre : OK, accrochez vous bien, ça va swinguer.

Le chauffeur appuya sur le champignon et dégagea de cet endroit, sans se faire remarquer par les renforts qui commençaient à arriver en nombre.
avatar
Jackie Estacado
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 37
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] In the Heat of the Night [Terminé]

Message  Gilbert Montagné le Dim 18 Juin - 10:04

Va donc, va donc chez Speedy, SPEEDY !

New York; Manhattan-Brooklyn; Hugh L. Carey Tunnel

Gilbert Montagné s'était fait retirer ses armes et était maintenant sur le chemin vers le QG de UNIT à New York, comme une vulgaire prisonnier sans pouvoir, le genre de truc qui ne lui correspondait pas du tout.
Heureusement pour le consoler, il n'était pas le seul dans cette situation. Rebecca Chambers et Sherry Birkin étaient aussi présentes et avaient aussi mise en quelque sorte à nu par l'Organisme dépendant de l'ONU.
Nul ne sait ce qu'il adviendra de leurs joujoux personnels mais ils devront faire avec pour le moment.
Avec eux à l'arrière du fourgon qui les transportait, se trouvaient deux soldats de chez UNIT.
Le premier était le Caporal Stevys, un gros crado en surpoids qui puait la merde et qui avait un vocabulaire limité.
En face de lui se trouvait le Private SPEEDY qui était plutôt beau gosse ne apparence, mais il ne fallait se laisser piégé, en vérité c'était encore un plus gros tocard que SPEEDY.
En tout cas les deux étaient potes, et ça se voyait car de temps en temps ils se lançaient la discutions sur divers sujets peu passionnants mais donnait envie aux prisonniers de rire. Ils évitèrent quand même de le faire pour ne pas aggraver leur situation.
Écoutons un exemple d'échange qu'ils ont eu.

SPEEDY : Hé dis Stevys !

Stevys : Quoi ?

SPEEDY : Ça te dérange si j'pisse dans la voiture ?

Stevys : Oui, l'odeur.

SPEEDY : Ah mais non c'est bon, mon urine sent juste l'alcool.

Stevys : Non j'ai dis.

SPEEDY : Oh t'es pas sympa, t'es comme mon ex, sauf que elle c'était une pute.

Stevys : Ah ah ah !

Oui, c'était très gênant, même pour le conducteur et son acolyte qui devaient surement hésiter à se vautrer dans le décor pour en finir avec ça.
Pour info, alors que Stevys possédait une simple M16A4, l'autre gogol avait dans ses mains un Remington Model 11-87 qu'il ne semblait pas vouloir lâcher. Ce qui n'étonna personne vu le caractère du possesseur.
En tout cas le fourgon de UNIT était maintenant dans ce tunnel qui permettait de passer de Manhattan à Brooklyn par dessous l'East River qui séparait les deux arrondissements de cette grosse ville.
La circulation y était importante, mais pas de signes des forces de l'ordre ou de l'armée qui devaient surement être occupé en surface. On pouvait dire que le groupe paramilitaire régnait ne maître ici.
Dû moins le croyaient ils.
Gill, lui, resta focus sur ses pensées et lança un jet d'intelligence pour tenter d'établir un lien mental avec les deux filles qui l'entouraient. Ce qu'il réussit sans problème grâce à sa nature incohérente.
Test, 1 2, 1 2, vous me recevez ?
Je te reçois Gilbert.
Oh mais c'est cool ce truc là, j'ai jamais essayé !
Est ce que vous allez bien ?
Oui, même si tout ça me rappelle étrangement Billy Coen.
Moi j'ai connu pire avec Simmons et le Gouvernement Américain en général, donc je pense être immuniser à toute torture corporelle ou mentale, en plus d'être déjà presque invincible grâce au Virus coulant dans mon corps.
Oh tu me rappelle tant moi ! On devrait peut être coucher ensemble un de ces jours, non !?
Eu... Non ?
Aussi raffinée qu'une joute verbale entre Chris et Leon.

Pilote : Oh merde... Je crois qu'on a un problème !

Tous les regards, même ceux des deux débiles, se tournèrent vers l'avant du véhicule mais surtout vers celui qui avait dit cette phrase.
La discutions mentale dut s'interrompre pour le moment mais il reviendra très vite, je vous le promet.

SPEDDY : Qu'est ce que t'as Bobby, tu t'es chié dessus !? Moi ça m'arrive des fois, je...

Pilote : Non, une Créature Humanoîde fonce sur nous et nous rattrape.

A ce moment là, un cri perça la rivière et le tunnel qui la traversait, une voix que Gilbert avait déjà entendu dans la cave avec Leon.

Marco : GILBEEEEEEEERRRRTTTT !!!!!!!

Sauf que la voix de l'italien était maintenant un peu déformé et bien plus effrayante, ce qui fit que Gilbert avala sa propre salive, sentant qu'il allait passer un mauvais moment.
Maman...
Pour une fois, c'est pas moi qu'il veut féconder.
Sherry...
Quoi !? C'est vrai ! ^^
Est ce que Gilbert allait se faire trouer la bouche ou le cul ? Vous le saurez au prochain épisode !
avatar
Gilbert Montagné
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 933
Réputation : 3
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 20
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] In the Heat of the Night [Terminé]

Message  Jackie Estacado le Lun 19 Juin - 21:15

"Elle" est partout !

Un fourgon du SWAT était garé devant le Velvet Rope, juste entre le véhicule des deux flics cédés et celui avec lequel était venu Adrien.
Ajoutons à cela les deux Chevrolet Impala et les deux Ford Crown Victoria qui établissaient maintenant le périmètre de sécurité avec des cordons ajouter pour faire une sorte de mur à la Trump pour ne pas que les civils et les journalistes ne se mêlent de ce qui ne les regardaient pas.
Ce fut d'ailleurs à leur tour d'arriver ensuite. D'abord les passants curieux, puis les vautours, notamment ceux de CNN, Fox News Channel, BBC World News et BFM TV qui tentaient d'essayer de faire cracher au mur face à eux.
Ensuite arrivèrent deux têtes bien plus importantes pour la suite de l'aventure. Le tout à bord d'une très belle Ford Fusion SE grise banalisée.
C'étaient les Detectives Christian Blake et Carl White de la 15th Precinct Police Station, située près de Hells Kitchen à Manhattan, et ils étaient très connu dans la ville, pour leur efficacité, mais selon certains détracteurs, pour leur corruption.
Il faut que sur ce coup là, ils n'étaient pas sur leur territoire habituel, et ils n'avaient à priori aucune raison d'être mêlé à ce qui se passe à Brooklyn. Mais après tout ce ne sont pas eux qui lancent les dés, ils ne sont juste que les pions qui avancent.
Leur conversation dans la voiture allait dans cette direction.

Carl : Des fois, ça me désole que Fisk ait le contrôle de la Loi dans cette ville.

Chistian : Ne te plains pas, c'est Fisk, ça aurait pu être pire.

Carl : Vraiment ?

Christian : Oui, regarde nous deux par exemple, on ne bosse QUE pour Fisk. Pense à Wilson par exemple qui jongle entre les Chinois, les Yakuzas et Petrovic.

Carl : Ouais tu as raison, faut que j'arrête de me plaindre.

Christian : En plus, ceux qu'on tue le méritaient pour la majorité, rare sont les innocent dont o na fait couler le sang.

Carl fit un petit signe de la tête comme pour approuva et il regarda la foule extérieur commencer à s'amasser autour de la mort.
Ils passèrent sans problème la sécurité et entrèrent dans la zone dangereuse. Puis Blake gare son véhicule sur le trottoir droit, là où il y avait de la place.
Le Duo la quitta juste après pour ensuite s'approcher du Capitaine du SWAT qui était armé d'un Steyr AUG et qui semblait très inquiet.
Blake fut le premier à le remarquer car il le connaissait bien.

Christian : Wilson, qu'est ce qui t'arrives mon vieux ?

Wilson : Oh ça tombe bien que vous soyez là, ce sont mes hommes, ils.. Merde !

Christian : Qu'est ce qu'il se passe avec tes hommes ?

Wilson : Je les ai envoyé à l'intérieur pour tuer Makari Faustin et ensuite j'ai entendu des cris et puis plus rien, j'arrive pas à les joindre avec ma radio, et y aller seul serait suicidaire.

Christian : Attends deux secondes, ils étaient combien ?

Wilson : Je prends toujours 12 hommes avec moi tu le sais bien.

Christian : Et ils ne répondent plus ? Faustin aurait réussi à les tuer ?

Wilson : Je sais pas, j'ai entendu aucun coup de feu.

Christian : Ça craint.

Carl : Et les deux flics morts là bas ?

Wilson : Aucune idée, ils étaient déjà là quand nous sommes arrivés, le videur pareil. Un légiste est en route pour prendre les corps.

Christian : Tu vas faire quoi maintenant.

Wilson : Hé bien j'ai appelé une seconde équipe en renfort, et Fisk nous envoie un de ses hommes pour nous épauler.

Christian : J'espère que ça suffira pour lutter contre Faustin ou qui que ce soit à l'intérieur.

Wilson : Je l'espère aussi.

Justement à l'intérieur, il faisait encore plus sombre qu’auparavant, et seul la lumière de portable de Chloe y laissait voir quelque chose. Jackie, lui, se préparait à la prochaine vague, et réfléchissait à quoi faire après.

Jackie : Les deux entrées sont surveillées, et il y a trop de lumière pour que je puisse y utiliser le Darkness. Tu as une idée de ton coté ?

Chloe : Oui, une bonne d'ailleurs.

Jackie : Je t'écoute.

Chloe : Quand je me faisais chié, j'ai appris grâce à des potes, à comment faire pour créer un Blackout dans le système électrique.

Jackie : Intéressant, il te faut combien de temps pour ça ?

Chloe : 10 minutes, le temps que je règle tout et que je retrouve ce qui me manque.

Jackie : Bien, je m'occuperai de la seconde équipe qui risque d'arriver d'ici là. Je te conseille de te planquer en attendant.

Chloe : OK ça roule.

Finalement ils s'étaient bien trouvés tous les deux, même si il n'était pas son genre à elle.
avatar
Jackie Estacado
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 37
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] In the Heat of the Night [Terminé]

Message  Jackie Estacado le Mar 20 Juin - 20:48

Léon rate quelque chose !

Marco était désormais consumé par le Virus G et il semblait vouloir Gilbert Montagné en priorité, au détriment de ce dernier.
Rebecca Chambers et Sherry Birkin voudraient bien faire quelque chose mais comme pour l'aveugle, elles étaient extrêmement bien menottés par des menottes ultrasofistiqué, du jamais vu.
Stevys et SPEEDY pointaient leurs armes vers la porte arrière du fourgon, au cas où si le Monstre tentait d'entrer par là. Tandis que les deux soldats à l'avant tentèrent de faire du mieux qu'ils pouvaient eux aussi.

Copilote : Amin, essaye de nous sortir d'ici vivant, je vais tenter d'abattre cette chose.

Amin : Inch’Allah !

D'un coup, un gros "Plomp" se fit entendre sur le toit due gros véhicule et celui ci manqua se partir dans le décor, heureusement que le conducteur était bon et qu'il arriva à restabiliser le tout.
Néanmoins, tout le monde savait ce que ça voulait dire.
La Créature est sur le fourgon, on est désormais des proies faciles.
J'espère que Léon va bien car la dernière fois que je l'ai vu, c'était avec le truc qui veut ma peau.
C'est Leon, je suis sûr qu'il va bien et qu'il tente de trouver un moyen de nous rejoindre en ce moment même.
Leon c'est le plus fort du monde, et après il y a Jake !

SPEEDY : Dis Bobby, t'arrive à le fumer le machin !?

Copilote : J'essaye !

Celui que l'attardé appelait Bobby avait baissé la vitre de son coté et il tentait de viser l'arme biologique sur le camion avec son SRM Arms Model 1216 en s'aidant du rétro.
Il tira un premier coup qui toucha la parois, faisant des étincelles.

Copilote : Merde ! C'est pas pratique de viser avec...

Un bras griffu lui attrapa la tête à ce moment là et l’éjecta du véhicule pour aller finir sous les roues de ceux derrière, causant un petit carambolage.
La situation devenait tendu au sein de la prison vulnérable, et très vite une voix vint percer les parois pour faire entendre la raison.

Rebecca : Libérez nous sinon on va tous mourir !

Sherry : Elle a raison !

SPEEDY : Bougez pas où je tire, mauviettes !

Stevys : On contrôle la situation !

Ironie du sort, il fut le prochaine victime du G quand celui transperça la partie du camion juste dans son dos. Ses grandes griffes aiguisées lui traversèrent complètement le torse, le tuant presque instantanément et surprenant son pote qui ne s'y attendait pas.

SPEEDY : Oh putain non pas Stevys !

Furieux de perdre son poto, il tira 3 coups au plafond, ce qui eut son petit effet. Un cri inhumain retentit de la bouche du G et il retira son bras griffu du fourgon, laissant juste un trou sanglant derrière lui.
Le corps de Stevys tomba en avant, signe que la situation n'était clairement pas sous contrôle.

Amin : On sort du tunnel !

Sherry : Pitié libérez nous !

N'ayant rien à perdre à les délivrer, il sortit une une petite télécommande avec un gros bouton rouge qu'il avait sur lui et il appuya dessus, ce qui eut pour effet de les libérer de leur chaînes.
Sérieux, il faut juste une télécommande comme ça pour nous libérer !?
Faut croire.
Je veux la même chez moi !
Finalement, comme promis par celui au commandes de la machine, ils sortirent de sous la rivière pour revoir les couleurs brillantes de New York en dépit de la sombre nuit.
De fortes secousses empêchaient tous ceux dans le fourgon de pouvoir rester stable, ce qui était bien embêtant.
Je crois que je vais gerber !
Évite juste de vomir sur moi, merci.
Oh non, ça va encore être pour ma pomme !
La camion blindé arriva au premier carrefour où le feu était au rouge, ce qui posa problème car un défilé de véhicule avait lieu de la gauche vers la droite, et vice et versa.
Ce coup là, Amin ne le sentait pas du tout, mais c'était soit ça, soit s'arrêter et se faire déchirer la gueule par le 8ème Passager.
Il pria donc ce cher Allah d'être sympa avec lui, et il avertit les autres à l'arrière.

Amin : Sa mère, accrochez vous !

Le fourgon entra dans la zone de la mort et tenta de la passer sans crainte, mais ce serait trop facile, vous ne trouvez pas ? Un semi-remorque percuta l'arrière de la caisse, envoya valser l'intrus qui faisait chier depuis tout à l'heure, et transforma le véhicule en une toupie vivante.
Celle ci stoppa sa chorégraphie contre un poteau, sous la stupeur générale des citoyens de cette ville qui avait pris un sacré coup dans la poire aujourd'hui.
Plus de peur que de mal, il n'y eu aucun mort dans l'équipe des gentils, mais tout le monde fut mis chaos par le choc.
Et quelqu'un, ou plutôt maintenant quelque chose, en profita pour enfin récupérer ce qu'elle voulait récupérer, effrayant les pauvres civils au passage.
avatar
Jackie Estacado
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 37
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] In the Heat of the Night [Terminé]

Message  Jackie Estacado le Mer 21 Juin - 7:15

Blackout

Sur le toit en face du Velvet Rope, un homme drôlement costumé assembla les pièces qu'il sortait de sa mallette pour finalement former un PGM 338.
Ce type n'était autre que Bullseye, l'un des meilleurs tueur à gage du monde et aussi l'un des meilleurs tireurs d'élite du monde. Son plus grand rival étant Deadshot.
Aujourd'hui, c'était Fisk, quelqu'un pour qui il avait l'habitude de bosser, qui lui demanda d'éliminer Makari Faustin qui se trouve planqué dans son club. Malheureusement, il y avait déjà trop de monde pour qu'il puisse passer par l’une des entrées sans être vu, il devait donc attendre que la cible sorte d'elle même du bâtiment.
Pendant ce temps dans la ruelle arrière de celui ci, un Lenco BEAR Armored Vehicle se gara juste devant l’entrée de service et 8 agents du SWAT en sortirent. C'étaient les renforts promis par le Capitaine Wilson.
D'ailleurs, l'un des agents s'occupa de la communication avec ce dernier.

Agent : Capitaine, nous sommes au point de rendez vous.

Wilson : Très bien, entrez dans le club et tentait de faire sortir ce furet de son terrier pour que notre atout puisse l'éliminer sans problème.

Agent : Très bien, les gars vous avez entendu !? Allez allez allez !

L'équipe corrompu entra dans la salle de spectacle et ils déboulèrent à l'arrière du rideau de scène, et ils commencèrent déjà sentir l'odeur de la mort qui allait se présenter à eux.
Quand ils arrivèrent dans la pièce centrale, ils furent choqués de voir le nombre assez conséquent de corps morts entassés rien qu'à cet endroit. Ils n'arriveraient même pas à faire un calcul vite fait bien fait tellement il y en avait.
Parmi eux se trouvaient les membres de la première équipe, tous avec leur cœur qui manquait, ce qui donnait un peu envie de dégueuler rien qu'à voir ça.
Cependant, l'agent qui communiquait avec le chef de la team, garde son calme malgré la situation et utilisa sa radio pour prévenir de la nouvelle.

Agent : Capitaine, on a trouvé ce qui reste de l'équipe, ils sont tous morts.

Wilson : Merde... Est ce que vous voyez le Russe ?

Agent : Non pas pour l'instant.

Soudain, un cri vint de la droite du type à la radio qui se tourna pour découvrir l'un de ses collègues tomber sur le dos, un trou au niveau du cœur. Puis un autre cri le remplaça, à gauche cette fois ci, et un autre corps tomba sans vie.
La dernière chose qu'il vit, c'était une espèce de murène noire aux yeux blancs-jaunes lumineux se fondre sur son organe vitale et puis plus rien, le noir total.
A l'extérieur, l'inquiétude pesait au max.

Wilson : Hé les gars répondez moi ! Qui a crié !? Qu'est ce qui se passe ?

Aucune réponse, ce qui ne laissa pas nos deux détectives impassibles.

Christian : J'ai un mauvais pressentiment Carl.

Carl : C'est ta jambe qui te dit ça ?

Le référence fut suivi d'un petit rire, mais aussi d'une coupure de courant massive qui vint se propager à tout New York City. Un blackout qui donna le noir total aux environs, et donc installa une mauvaise visibilité au périmètre.

Christian : OK c'est bon, on se tire.

Et il partit sans attendre la réponse de son partenaire qui sentit qu'il était préférable de le suivre pour éviter d'être victime du massacre qui allait suivre.
En effet, la porte d'entrée du Velvet Rope fut défoncée de l’intérieur par une puissance inhumaine, et le Darkness en sortit avec son hôte, paré comme jamais au combat.
Tant de sang va couler à cette nuit mortelle !
Pour une fois je suis d'accord avec toi.
Jackie Estacado préféra pour une fois faire confiance en son ami de longue date et il ne sortit pas ses flingues adorés, à la place il généra les Darkness Guns. Une paire de flingues du chaos, dont l'un fonctionne comme un SMG tandis que l'autre permet de créer un boom sonique que tue les simples mortels à coup sûr.
Il déchaîna cette violence mortelle sur Wilson qui ne fit pas long feu puis sur les autres officiers aux alentours qui n'eurent même pas le temps de riposter aux coups. Et même si ils l'avaient fait, ça n'aurait rien changé à cause du bouclier naturel du Darkness.
Depuis son toit, Bullseye assista au massacre de la police impuissante et à la fuite des deux détectives de la scène de crime à bord de leur véhicule.
Il ne put s'empêcher de rigoler en voyant tout ça, ça lui plaisait bien cette violence.

Bullseye : Je déjà bien ce type, dommage qu'il ne soit pas ma cible.

Sentant qu'il n'avait plus besoin d'être ici, il commença à détacher les morceaux de son fusil un par un pour les remettre dans sa mallette.

Bullseye : Mon intuition me dit que ma cible doit déjà être morte, et mon intuition ne me ment jamais.

Une fois le tout emballé, il s'en alla, ni vu ni connu, à la recherche d'un nouveau contrat. Mais au moins, il n'aura pas perdu sa soirée pour rien.
avatar
Jackie Estacado
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 37
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] In the Heat of the Night [Terminé]

Message  Shiho Miyano le Ven 23 Juin - 10:57

The Man from Another Place

???; ???; ???

Gilbert Montagné commença peut à peu à reprendre ses esprits, dû moins le croyait il. Car en se réveillant, il n'était pas le fourgon accidenté où normalement il devrait se trouver.
A la place il était dans endroit bizarre qui semblait presque irréel. C'était un couloir dont il ne voyait le bout nul part, où des rideaux rogues servaient de mur et où des zébrures blanches et brunes servaient motif pour le sol.
En plus, il y avait quelques grains à l'image, on se serrait cru dans une vieille série du tout début des années 90, quand on ressortait encore des années 80, là où Gilbert avait fait ses meilleurs tubes.
The Fool est à part, il ne compte pas.
OK bien...
Je vais où là ?

Regarde derrière le rideau Gilbert.
OK la drôle de voix dans ma tête que je n'ai jamais entendu auparavant !
Il l'écouta et passa sous le rideau pour arriver dans une pièce avec une gueule similaire à quelques différences près. Il y avaient deux fauteuils en cuir noir coté à coté et un autre sur leur coté droit.
Des lampes se trouvaient sur les deux limites des deux fauteuils et une statue d'une femme se pressant un téton et se cachant le pubis se trouvait à l'arrière, entre eux.
Le dernier détail à remarquer, c'était ce Nain qui semblait attendre Gilbert, le tout avec un visage plutôt neutre.

Nain : Je t'en pris Gilbert, tu peux t'asseoir.

Il avait dit ceci avec une voix bizarre, comme si celle ci était à l'envers alors que pourtant il avait dit ces mots à l'endroit. Mais Gill ne prêta pas attention à ces détails, et posa ses douces fesses sur le cuir moulant pour être mieux installé.

Gilbert : Alors, où est la belle serveuse en bikini !?

Nain : Tout de suite elle arrive !

A ces dires, une lumière flachante fit son apparition, en même temps que ce qui semblait être Erza Josse, la belle rousse qui sortait avec Holt et qui l'avait rencontré un soir de Noel où Gilbert était présent.
Un bon vieux slow jazz se lança aussi et la Nain commença à danser dessus en claquant des doigts. Tandis que Erza s'approcha, avec le mouve, et se pencha vers Gilbert avant de lui susurrer quelques mots à l'oreille.

Erza : J'ai toujours voulu te baiser.

Gilbert : Hé bien n'attendons plus.

Et ils se roulèrent un puissant patin, capable de réveiller les morts, en espérant que ça n'arrive pas sinon ce sera grave à la merde à Hollywood.
Quand ils arrêtèrent, Gilbert constata avec stupeur que celle qu'il embrassait avait changé d'apparence. Ce n'était plus Erza Josse mais une jeune femme métissée asiatique/caucasien qui possédait un regard malicieux et parfois froid qui lui semblait familier.

Gilbert : Vous êtes qui ?

??? : Je sais que tu as l'air parfois d'un imbécile mais ce n'est pas une raison pour se comporter comme tel.

Gilbert : Cette voix... Esma ?

Esma : Bravo Monsieur l'Aveugle.

Elle marcha ensuite à reculons jusqu'au siège le plus éloigné de son amour pour s'y installer. La Nain, lui, prit celui qui était juste à coté, pour être plus proche de l'homme avec qui il voulait parler.

Nain : Gilbert, aujourd'hui est ton jour de chance.

Gilbert : Ah bon ?

Nain : Je vais te laisser la possibilité de choisir trois moments du futur que tu pourras découvrir en avant première, mais attention, seulement trois moments du futur.

Gilbert : OK ça roule Raoul ! Je peux commencer ?

Nain : Bien sûr, je veux tu voir ?

Gilbert : Ce qu'il adviendra de Sandra Bullot, la meuf du BSAA que j'ai rencontré pendant mon séjour à Cablebox, juste pour voir si j'ai le temps de la niquer et de me marier avec elle.

Nain : Tu n'auras malheureusement pas le temps de faire toutes ces choses Gilbert, ton corps est entre d'autres mains et la mort s'approche pour elle...

1 Septembre 2015

4ème Reich; New York; Hell's Kitchen; Docks

Sandra Bullot regarda l'heure à sa montre, il était 20 heures passées et la personne qu’elle devait voir n'était toujours pas là. En plus cet entrepôt sombre ne la rassurait pas beaucoup.
En effet, elle était ici pour retrouver Dylan Makoss, un agent de la DSO qui avait des informations concernant la dissimulation d'une attaque bioterroriste par Wilson Fisk sous les ordres d'Hydra avec qui il était associé.
Kingpin comme on l'appelait, était un ennemi dur à avoir car c'était quand même lui qui permettait d'empêcher New York d'être consumée par sa violence.
Grâce à lui, des mafieux qui ne s'entendaient pas, et même des gangs rivaux, ont tous pu faire la paix et celle ci parvient à se maintenant assez efficacement.
Finalement, des phares arrivèrent dans cet endroit non occupé à cette heure là del a journée. Ils venaient d'une Lincoln Town Car L noire qui s'arrêta tout près de l'agent du BSAA.
Cette dernière était plus surprise, il n'avait pas précisé qu'il viendrait en véhicule, et encore moins qu'il aurait un chauffeur personnel qui irait même jusqu'à lui ouvrir la portière pour qu'il puisse bouger son gros cul e feignant de la bagnole.
Sauf que celui qui en sortit n'était pas du tout Dylan mais au contraire celui qu'ils avaient dans le collimateur.

Sandra : Wilson Fisk !?

Wilson : Bonsoir, Sandra Bullot, je sais qui vous êtes et quel lien vous entretenez avec les Avengers.

Sandra : Ouais et ?

Elle n'était pas du tout rassuré et commença à chercher un moyen de s'en aller pour éviter d'y passer.

Wilson : Je pense que j'ai un problème à régler avec vous...

Très vite son attitude calme se changea une forte pulsion de rage et se propulsa sur la petite amie de Maxime Moulin et la chopa à la gorge d'un coup sec qui manqua de briser le cou.
Ne pouvant se débattre, elle commença à suffoquer lentement, sauf qu'elle n'aura pas besoin d'attendre aussi longtemps pour mourir. Car toujours dans son élan, Fisk commença à l'asséner de coups de poing le bas ventre totu en lui gueulant dessus.

Wilson : Vous vous croyez mieux que les autres, alors qu'en réalité vous êtes aussi aveugle et cupides que ceux que vous chassez comme Hydra ! Et moi j'ai horreur des gens comme vous, c'est à cause de vous que mon fils est mort !

La petite souris prisonnière entre les pattes du gros matou n'était déjà plus là mentalement, mais physiquement son ventre s'était fissuré et il eut suffit d'un coup de griffe pour que tout son contenu se déverse sur le sol.
Se répandant jusqu'aux pieds de son tueur qui la lâcha par terre comme une vulgaire carpette.
Il se tourna ensuite vers l'homme qui l'avait amené jusqu'ici.

Wilson : Préviens les autres Francis de mettre en place la suite du plan pour notre prochain invité.

Francis : Bien patron.

L'homme de main s'en alla, et la flash-back se termina.

4 Mars 2015

???; ???; ???

Nain : Tu connais maintenant la fin de Sandra Bullot.

Gilbert : La pauvre...

Nain : Que je veux tu voir en second temps ?

Gilbert : Eu... Ah oui ! Comment vais je mourir !?

Nain : Cette question était prévisible mais simple elle n'est pas.

Gilbert : Merci Yoda.

25 Juin 2017

Etats Unis; New Raccoon City; Base Avengers

Gilbert entra dans l'infirmerie avec Agrid Crunnigan car Anne-Marie Normikwawal car celle ci voulait lui faire un check-up vite fait pour voir si il allait bien. Au cas où si l'entité qui l'avait possédé revenait d'un coup sans prévenir.
Il n'y croyait pas lui personnellement, c'était de l'histoire ancienne, loin derrière lui. Mais il accepta quand même avec son vieux pote au nom chelou était avec lui sur ce coup là.
Très vite, l'infirmière de ce groupe d'aventuriers les accueillit avec une joie certaine sur son visage.

Anne-Marie : Installe toi Gilbert, et Agrid, ferme la porte s'il te plaît.

Agrid : Ça marche.

Gill écouta la dame et il allait s'asseoir sur un lit, dos à celle qui préparait le matériel, puis fidèle à ses habitudes il entama une conversation pour installer une bonne ambiance comme il sait si bien le faire.

Gilbert : Tu sais, aujourd'hui moi et Shiho nous avons décidé d'avoir enfin notre propre enfant et ça a marché, elle est enceinte et déjà grosse. Le bébé devrait arriver demain.

Ses yeux cachés par ses Ray-Ban perlèrent de bonheur.

Gilbert : Ce sera une fille, et j'espère qu'elle sera drôle comme son papa et forte comme sa mère. Je pense que ce sera le plus beau jour de...

Une forte pression de mains inattendue lui retournèrent la tête au sens littéral du terme. L’homme qui avait bravé la mort jusqu'à maintenant, avait perdu la guerre.
Une pointe d'ironie se fit sentir sur la situation.

Anne-Marie : Je n'en pouvais plus de l'entendre parler celui là.

Agrid : J'espère que son remplaçant n'aura aucun problème à le faire.

Anne-Marie : Aucune idée, ce type a un cerveau particulier.

Agrid : Il ne faut pas que Shiho ne le remarque.

Anne-Marie : Elle ne sera pas facile à remplacer, elle refuse d'aller à l'infirmerie et se soigne et fait ses contrôles elle même.

Agrid : Nous l'aurons comme les autres, mais c'est vrai que le Maître nous a prévenu que pour elle ce ne serait pas simple.

Anne-Marie : On la fera en dernier au pire.

Agrid : Mais ne nous précipitons pas, ce serait signer notre intrusion.

Anne-Marie : Un par semaine sera suffisant.

Agrid : En quelques mois, les Avengers ne seront que du passé.

Ils se séparèrent sans dire un mot de plus.

4 Mars 2015

???; ???; ???

Gilbert : What The Fuck !? C'était quoi ça ?

Nain : Tu n'as pas à le savoir.

Gilbert : Puis je au moins voir mon enfant ? Ça c'est possible ?

Nain : Bien entendu.

26 Juin 2017

Japon; Hokkaidō; Sapporo; Hôpital

Shiho Montagné tenait un bébé dans ses mains, c'était le sien, et il venait de sortir de l’endroit magique qui ferait rire un tas d'enfants malpolies.
Heureusement son mari était avec elle pour la soutenir tandis que les médecins étaient sortis pour aller s'occuper d'autres choses.
Les seules autres personnes dans la pièces étaient deux soldats d'UNIT, un homme et une femme, avec leur Béret Rogue de repos, ainsi que le Major-général Takahashi avec une tenue d'officier japonais customisé en tenue d'officier UNIT.
Eux, ils étaient là pour s'assurer que le bébé ne se mette pas à faire des trucs pas cool du genre faire sauter le Japon ou tuer tout le monde avec une AK 47.
Pour le moment, il avait l'air d'un bébé on ne peut plus normal. Mais Gilbert lui même avait été un bébé on ne peut plus normal, mais qui était né dans l'Inframonde.

Takahashi : Pouvez vous nous donner votre enfant pour que l'on puisse faire des analyses...

Shiho : Non.

Takahashi : Je n'ai pas fini ma phrase.

Shiho : C'est non j''ai dit, c'est mon bébé pas le tien, donc tu peux aller te faire cuir tes pâtes chez un grec.

Takahashi : Si c'est comme ça nous le prendrons de force.

L' haut gradé voulut s'approcher de la petite fille mais son papa s'interposa et le chopa par le col avant de le balancer par la fenêtre, du 30ème étage, l'envoyant répandre sa cervelle auprès des passants en contrebas.
Les deux soldats de UNIT furent interloqués par tout ça et ils tentèrent de riposter, ce qui fut vain face au faux Gilbert qui les trucida avant qu'ils n'aient le temps de tirer.
Ceci fait, il retourna auprès de sa femme qui était impressionné par ses prouesses.

Gilbert : Ce n'est pas UNIT qui viendra interrompe ce bon moment que nous passons.

Shiho : C'est clair.

Si seulement elle savait la triste vérité.

4 Mars 2015

???; ???; ???

Nain : Voilà Gilbert, tu as vu les 3 moments du futur que tu souhaitais apercevoir.

Gilbert : Oh putain, il faudra que je prévienne tout le monde de ça pour changer le futur et emmerder tous les voyageurs temporels.

Nain : Il te reste peu de temps avant le réveil, aurais tu quelques questions à poser avant de partir ?

Gilbert : Oui, c'est qui cette Esma là ? C'est la vraie ou c'est le fruit de mon imagination ?

Nain : Je vais la laisser te répondre.

La personne concernée se leva et alla à nouveau susurrer quelques mots que vous n'entendrez pas pour ce coup ci car il faut entretenir le suspense.
Ceci dit, tout devint flou, annonçant le retour au monde réel.
avatar
Shiho Miyano
Arrivants
Arrivants

Messages : 81
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] In the Heat of the Night [Terminé]

Message  Shiho Miyano le Ven 23 Juin - 16:31

Le Grand Absent

Etats Unis; New York; Brooklyn; Carroll Gardens

La GMC de la A-Team roula dans les rues presque tranquilles de ce quartier presque sympa, alors qu'on était passé au prochain jour mais que donc il faisait toujours nuit.
Ils s'approchaient du Nord de l’Arrondissement quand d'un coup ils virent plusieurs véhicules venant de l'autre sens, rouler à tout berzingue, tandis que plusieurs civils venaient de cette direction en courant et en hurlant différentes choses.
Principalement, il était question d'une arme biologique mais aussi d'un fourgon qui s'était crashé au carrefour de Hamilton Ave et Hicks St. Une information qui intéressa beaucoup les 4 héros.

Adrien : Gilbert sait s'attirer des ennuis.

Nami : Il a toujours été comme ça.

Jean-Pierre : Attention, nous y allons.

Jean-Luc : Et nous voici à New York !

Ils se rendirent sans plus tardé au lieu tant évité qui était quasiment vide de vie à leur arrivé, ce qui était très étrange et flippant sachant qu'il était dans l'une des villes les plus vivantes des Etats Unis.
Mais bon, après ce qui s'était passé aujourd'hui et encore là cette nuit, il ne faut pas s'étonner que pendant quelques jours, les habitants ne sortent plus de chez eux.
En tout cas tout ce qu'ils purent voir de vivant de prime abord était une silhouette juste à coté du poteau que le fourgon avait percuté. Mais ils ne purent pas bien voir qui que c'était.
Les lampadaires ne fonctionnaient mystérieusement plus, et les nuages avaient commencé a cacher la source principale de lumière du coin, on se serait cru dans un film de Vampires.

Adrien : Allons voir si il y a des survivants.

Nami : Les deux Jean, vous restez dans le véhicule pour nous couvrir si ça se passe mal.

L'engin emblématique se gara au milieu du carrefour vide, la pirate et la flic français le quittèrent ensuite pour s'approcher de la silhouette qui s'avéra être un soldat de UNIT typé arabe. C'était Amin, le pilote du fourgon.

Nami : Est ce qu'il y a des survivants à l'intérieur ?

Amin : Je sais pas, j'viens d'sortir là, il faut que j'm'aère la tête deux seconde !

Nami : Bon viens Adrien, on va jeter un œil.

Adrien : OK !

La belle rousse s'avança avec ses chaussures ouvertes et son revolver jusqu'à l'arrière du camion blindé qui semblait avoir été forcé de l'extérieur par quelque chose qui avait de la force.
Elle fit signe à Adrien se rester en arrière tandis qu'elle ravalait sa salive et faisait preuve d'un élan de courage qui la surprenait elle même.
A l'intérieur, elle vit trois personnes inconscientes. Un autre type de chez UNIT dont le casque avait bien amorti le coup, et deux femmes qu'elle avait déjà vu à la TV dans des cas d'attentats bioterroristes.

Adrien : Qu'est ce que tu vois ?

Nami : 1 homme, deux femmes, vivants mais dans les vapes. Réveillons les !

Elle monta la première et s'occupa des deux femmes tandis qu'Adrien s'occupait du mec. Après quelques petites claques et secousses bien mérités, ils revinrent à leurs esprits, et celui le plus rapide à agir fut bien sur le gros neuneu.

SPEEDY : Où qu'il est mon fusil !?

Rebecca : J'aurais aimé que tout ça soit un rêve.

Sherry : Où est Gilbert !?

Tout le monde s’échangea des regards perdus suite à cette révélation de ouf guedin. Quelqu'un d'important avait disparu.

Nami : Gilbert était donc bien là avant ?

Sherry : Oui, prisonnier avec nous.

Rebecca : La Créature l'a surement pris.

Adrien : Quelle créature ?

Sherry : Une personne infectée par le Virus voulait prendre Gilbert pour l'infecter car il semble être porteur viable du Virus, dû moins je l'espère pour lui.

SPEEDY : Comment elle sait ça elle !?

Sherry : Mon père en était l'inventeur, et j'étais une porteuse viable du Virus, et je ne sais pas ce que je serais devenu sans l'aide de Claire et Leon mais une chose est sûr, j'ai encore quelques dons de ce truc en moi maintenant.

Nami : Et qu'est ce qu'il se passe si la porteur n'est pas viable ?

Sherry : Si le Virus est injecté par voie directe comme mon père, on devient comme cette Créature qui nous a attaquée, et si si jamais on se fait implanté un embryon par une Créature comme celle ci, l'embryon nous déchire quelques minutes plus tard et grandit de lui même à l'extérieur de notre corps. On y survit pas.

Adrien : Attends deux secondes. Est ce que ça veut dire que ton père t'a injecté un embryon quand il était infecté ?

Sherry : Oui...

Un malaise vint se répandre dans cette épave, parmi ces persos, seule Rebecca était au courant de ça, et elle se dit que c'est une chose que Sherry fut un hôte compatible et qu'elle fut soignée à temps.
Personne n'a jamais pu voir ce qui se passerait pour un hôte compatible si l'embryon se développait complètement. Et a part quelques scientifiques fous et certains cadres avides de fric, personne ne veut le savoir.

Amin : Hé les gars ! Je crois qu'on a un problème !

Adrien fut le premier à sortir du camion pour voir ce qui se passait, et remarqua que l'attention du pilote était centrée sur une jeune femme qui boitait jusque vers eux. Elle était à 10 mètres d'eux.
Le flic qui avait une sacrée bonne vue se demandait l'autre les avait alerté mais il réalisa alors pourquoi, et ça lui rappela de mauvais souvenirs.
La femme, avait une jambe brisée dont le sang avait fini de coagulé et elle la traînait derrière elle en laissant échappé un petit bruit qui donnait l'impression qu'elle allait bientôt la perdre définitivement.
En plus son teint pale, qui allait sorte bien avec ses vêtements gothiques, lui donnait un look de morte. Ajoutons à cela des yeux presque livides et une mâchoire pleine de sang, accompagnés par un râle d'outre-tombe et des bras qui semblaient vouloir toucher Amin.
Une chose était claire, les zombies étaient maintenant de la partie.
avatar
Shiho Miyano
Arrivants
Arrivants

Messages : 81
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] In the Heat of the Night [Terminé]

Message  Jackie Estacado le Ven 23 Juin - 22:25

How Groovy

Brooklyn; Downtown Brooklyn

Gilbert Montagné commença à reprendre conscience, enfin, après avoir voyager à travers le temps et l'espace, ce qu'il n'arriverait jamais à se l'expliquer.
Ce qu'il constata en ouvrant les yeux, c'est qu'il était dans une salle de classe. Ce qui expliqua pourquoi la première odeur qui lui était venu aux narines était celle de la sueur d’étudiants.
Autre chose dans la pièce attira l'attention du mec censé être aveugle, c'était le grand humanoïde immobile en face de lui à son réveil et qui le regarda avec son visage déformé et peu expressif.
Gill se releva rapidement en constata cette présence, car debout il pourra mieux l'observer.
C'était Marco, l'homme de main de Carmine Millione, donc quelqu'un à ranger dans la catégorie "Ennemis" de base, pourtant quelque chose lui disait que ce type n'était plus le même.
En y regardant d'un peu plus près, Gilbert remarqua que l'italien avait tous les symptômes d'une infection principale au Virus G. Dû moins de ce qu'il en avait vu dans des fichiers qu'il avait volé au BSAA.
A savoir un bras dont la peau avait disparu et qui était maintenant une grosse masse de chair et de muscles avec un gros œil au niveau des épaules et des grandes griffes au niveau de la main.
Une espèce d'os commençait à sortir au niveau de l'épaule mutée, tandis que toute la partie humaine de son corps semblait être morte, les yeux blancs vitreux n’aidant pas à ça.
Tant qu'on parlait de son visage, sa bouche se mit à bouger.

Marco : Gilbert.

Ce son que beaucoup décriraient comme inhumain parut mélodieux pour Gilbert, qui on peut le dire, eut un véritable coup de foudre pour celui qui était partout un véritable ennemi détesté pour lui.
Pas autant que Carmine lui même, faut pas déconner non plus.

Gilbert : Marco...

Celui se tourna pour partir, se dandinant avec une gracieuse beaucoup qui submergea l'homme en manque dans de profonds désirs refoulés.
Marco commença à marcher dans ce qui semblait être un dédale de guitares de rocks car c'est métal, puis il se tourna vers Gilbert avec un sourire.
Une voix off, qui n'est autre que celle de Bon Jovi, s'exprima.

Bon Jovi : Le type qui porte des vêtements en lambeaux et qui est vraiment...

Marco : Oh très Rock !

Le français et l'italien se foncent dessus pour pouvoir se mettre leur mains, se lançant des petits regards amoureux avant que le gros lard ne lui fasse un gros smack sur la joue. Gill eut des cœurs dans les yeux.

Bon Jovi : Quand je l'ai rencontré, j'ai tout de suite deviné, qu'entre nous ce serait...

Gilbert : Très rock !

Gilbert escalade alors le Mont Saint Michel avec sa ceinture.

Bon Jovi : Escalader les sommets.

Gilbert trouve la cité perdue de l’Atlantide lors d'une plongée sous-marine.

Bon Jovi : Explorer l'océan.

Gilbert et Marco se promènent dans un Walmart à South Park.

Bon Jovi : Je ferais tout ça pour lui même le shopping, je l'aime tellement.

Ils sont maintenant dans une prairie, telle n’importe quelle comédie romantique, et ils sont en train se s'approcher l'un de l'autre au ralentit.
La Canne de l'aveugle est là aussi et fait la même chose sauf que son amoureux à elle est un porte-manteau.

Bon Jovi : Oui c'est lui, mon rêve fou.

Ils parviennent à se joindre à nouveau les mains, et Esma tente de faire pareil de son coté mais c'est pas facile.

Bon Jovi : Il a même un porte-manteau pour Esmaraldine !

Maintenant Gilbert et Marco dansent ensemble dans un cimetière abandonné.

Bon Jovi : C'est très rock, lui et moi ! Oh très rock !

Esma déboule à ce moment là sur un scooter volé.

Esma : Hé ne m'oubliez pas !

Bon Jovi : Très rock, l'amour guidera nos pas !

Gilbert et Marco courent désormais autour de la planète bleue.

Bon Jovi : On pourra faire le grand tour de la Terre. D'escale en escale...

Chœur : Très rock !

Marco est maintenant en train d'insulter des irlandais tandis que Gilbert achète un hot-dog à un vendeur malpropre, le tout accompagné de sa fidèle Canne.

Bon Jovi : Dépenser notre argent dans les grands restaurants. Le bonheur total...

Gilbert + Esma : Très rock !

Marco fait alors un sourire free-dent comme dans les pubs.

Bon Jovi : Il illumine ma vie d'un sourire enchanté, il est si gros que tout est périmé il pourrait le manger.

Gilbert est en train de tuer des zombies avec ses amies, Léon, Esma, Erza et Nami.

Bon Jovi : Et si je chasse les zombies.

Il regarde d'un coup sa montre et se barre à toute vitesse avec la voiture du groupe, sous la surprise générale, me^me des zombies.

Bon Jovi : Je rentrerai pour dîner à sept heures tapantes !

Les deux amoureux sont maintenant sur un Yacht en train de siroter des cocktails.

Bon Jovi : C'est très rock, lui et moi ! Oh très rock !

La Canne débarque alors avec un plateau repas.

Esma : Hé ne m'oubliez pas !

Bon Jovi : Très rock, l'amour guidera nos pas !

L'aveugle et le débile sont cette fois ci dans un studio d'enregistrement.

Bon Jovi : Il va chanter pour moi, six à sept notes chaque fois.

On passe à leur mariage où tous ceux présentés dans ce chapitre sont pour le coup présents.

Bon Jovi : Et à l'heure de s'dire "oui", on réunira tous nos amis.

On voit ensuite un château en haut d’une colline avec des éclairs qui frappent et la pleine lune.

Bon Jovi : Notre château sera angoissant.

Zoomons pour y voir leur chambre où ils installent des posters de vieux groupes de hard rock connus.

Bon Jovi : On y mettra plein de trucs des années 80 !

Pour finir, Gilbert et Marco poussent tous les deux un berceau tandis que la Canne et le Porte-manteau les suivent.

Bon Jovi : C'est très rock, lui et moi ! Oh très rock !

Dans le berceau se trouve un bébé ressemblant à Gilbert.

Marco : Y'aura un p'tit Gilbert !

Et il y aussi d'autres bébés plus immondes.

Bon Jovi : Très rock, et des trucs chelous aussi !

Esma est dégouttée car ce sont ses gosses.

Bon Jovi : C'est très rock !

Chœur : Très rock !

Tandis que le refrain revient en boucle, Gilbert embrasse ce qu'il pense être Marco, les yeux fermés. Sauf qu'en face ça semble vouloir le repousser.
Il ouvre les yeux et constate qu'il est en train de rouler une pelle à son pote Léon. Il recule d'un coup et commence à postillonner par terre pour se débarrasser des saletés de son geste.

Gilbert : Oh putain t'es pas Marco !

Leon : Je ne veux même pas savoir ce qu'il vient de se passer.

Gilbert : Où est Marco d'ailleurs !?

Leon : Il est mort.

Gilbert : Quoi !?

Cette question était le bon moment pour clore ce chapitre.
avatar
Jackie Estacado
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 37
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] In the Heat of the Night [Terminé]

Message  Henri Petrick le Dim 25 Juin - 18:43

It's Terror Time Again

Brooklyn; Carroll Gardens

La zombie gothique se rapprochait lentement du groupe, prête à les dévorer tout cru. Autant certains personnages avaient l'habitude d’affronter ce genre de créatures, autant pour une Nami, ce fut quelque chose de terrifiant pour elle.

Nami : Oh pitié rassurez moi sur une chose, ils craignent le sel hein !?

Adrien : Non.

Nami : Ça aurait été trop facile évidemment...

D'un coup, Army Of The Night du groupe de Power metal, POWERWOLF, se mit à résonner dans les environs. Il venait du portable de Nami qui eut les yeux et la bouche et qui grossirent en remarquant ça.

Nami : C'EST PAS LE MOMENT !!!

Elle le prit et la jeta au loin et toucha par chance la tête du zombie qui n'en avait que faire d'un projectile aussi misérable.
En plus, son geste n'eut servi à rien, il était déjà trop tard.
Au loin sur Hamilton Ave, de nouvelles ombres apparurent, et du coté de Hicks Street, d'autres personne qui avaient tout aussi vivantes sortirent de bâtiments et d'autres endroits exigus.

Nami : Les gars, vous voyez ça ?

Rebecca : C'est du Déjà-Vu tout ça, mais essayer de tous les tuer serait du suicide.

Sherry : Il faut se barrer.

Les deux filles tentent de se barré de l'autre coté de l'avenue, sous l'autoroute, mais des morts sont déjà là, en train de venir en masse.

Rebecca : Mince, ils sont en train de nous cerner !

Nami : Utilise ton arme toi !

Adrien : Ça ne servirait à rien surtout que j'ai qu'un chargeur, et tu en as une aussi toi.

Les zombies étaient plutôt variés.
On avait quelques militaires et policiers.
Un homme torse nu avant un gros trou dans le bide d'où l'on pouvait apercevoir quelques cotes ainsi que des boyaux dépasser.
Une strip-teaseuse encore ne parfait état avec juste une morsure ua bras.
Et même une mascotte habillée en hot-dog.

Nami : Bon vous pouvez rester là mais moi je m'en v...

Elle tenta de partir vers le Van mais il y avait déjà quelques personnes indésirables entre celui ci et le groupe.
Ils semblaient être fait comme des rats.
C'est alors qu'un cri de désespoir se fit entendre au loin, vers l'Est de Brooklyn, surement à quelques quartiers de là. Ce cri appartenait un chanteur connu qui lui seul pouvait faire ça.

Adrien : C'est Gilbert ! On peut peut-être trouver un moyen de le rejoindre !

Nami : Allez viens !

Elle l'entraîna sans attendre son avis vers la route qui était plus safe que l'avenue et d'où venait la voix. Sauf qu'Adrien trébucha sur le chemin et son arme alla glisser aux pieds d'une zombie pom-pom girl.
C'est ballot.

Nami : Ton flingue ! On est foutu !

Adrien : Non, par là !

Cette fois ci c'est lui qui l'entraîna elle par un court espace sans zombie pour tenter de retrouver leur ami commun. Ce qui était le bon moment pour lancer de la musique pour pimenter le jeu.
De leur cotés, Sherry et Rebecca sentant que la mort était un peu trop proche d'eux. Elles prirent la fuite à leur tour mais à l'opposer des autres personnages.
Elles zigzagues entre les défunts et courent pour leur vie jusqu'à arriver à un autre carrefour où une voiture en sort à pleine vitesse en manquant de les renverser.
C'est celle des deux detectives de la NYPD, qui s'arrêta près d'eux, leur donnant un avant goût d'espoir qui disparut vite. Surtout quand le Detective Blake, qui semblait très furieux et angoissé pour une raison inconnu, leur braqua son SIG-Sauer P226 dessus malgré les remarques de son collègue pour se calmer.
Résultat, les deux femmes prirent la fuite par la route d'où ils venaient mais au bout de plusieurs mètres, un tas de zombies leur bloqua la route, elles durent donc prendre une ruelle adjacente pour s'en sortir.
Elles tombèrent sur deux chemins à prendre, à droite ou à gauche. Elles prirent à droite mais tombèrent sur 4 autres zombies, demi tour donc !
L'autre chemin leur mena jusqu'à une barrière grillagée qu'elles allaient devoir escalader pour espérer pouvoir s'en sortir. Car derrière ça continuait à avancer.
Rebecca fit la courte échelle à son amie qui put grimper jusqu'en haut et qui l'aide ensuite à passer de l'autre coté. Une fois toutes les deux à nouveau sur le sol, elles purent reprendre leur course, mais sans zombie pour le moment.
Pendant ce temps, Nami et Adrien s'étaient engagés dans une ruelle eux aussi pour semer à leur poursuivants. Mais malgré leur lenteur évidente, ils parvenaient à toujours les rattraper.
C'est en passant à coté de deux poubelles en métal que Nami eut une idée, elle l'annonça au français et ensemble, ils prirent chacun un couvercle qu'ils balancèrent en direction des morts derrière eux.
Ils réussirent à décapiter 3 grâce à ça. ce qui faisait au moins quelques poursuivants de moins, c'était déjà ça.
De retour à Sherry et Rebecca qui virent enfin le bout de la ruelle, sauf que le Detective Blake déboula sans prévenir en face d'elles avec son arme, pr'êt à les descendre.
Elles commencèrent à reculer quand d'un coup, ils tombèrent dans un trou sur le sol qui les firent disparaître de la vue de leur ennemi vivant.
Pour Nami et Adrien, la sortie s'annonça aussi à eux et ils semblaient avoir eux aussi réussi à fuir les zombies. En sortant de la ruelle, quel ne fut pas leur surprise de tomber nez à nez avec avec Jackie et Chloe qu’ils avaient laisser au club.
La surprise semblait réciproque, mais avant de pouvoir se dire rebonjour, un projecteur vint tous les éclairer pour annoncer que non, ce n'est pas fini.
Finissons avec l'autre duo qui en se relevant dans ce qui était clairement de l'eau nauséabonde que même un rat n'oserait pas boire, constata qu'elles étaient tombées par chance dans les égouts.
Comme ça elles pourraient espérer ne plus croiser de zombies ou de flics à cran. Mais qui sait quelles autres créatures elles pourraient bien croiser ici ?
avatar
Henri Petrick
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 169
Réputation : 4
Date d'inscription : 12/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] In the Heat of the Night [Terminé]

Message  Shiho Miyano le Dim 25 Juin - 22:53

C'est Batman !

Brooklyn; Downtown Brooklyn

Gilbert Montagné était tout tristouné car encore une fois il venait de perdre une personne qu'il aimait tant et avec qui il venait tout juste de se marier, même si ce coup là c'était dans ses fantasmes.
NNNNOOOOONNNNN MARCO !!!!!
Pas toi !
Avec ta délicieuse odeur de pizza récemment sortie d'un congélateur pas cher chez BUT !
Je voulais t'embrasser, te baiser et de savourer avec un bon Ferrero Rocher en guise d'amuse gueule !
Mais au final je ne peux rien faire de tout ça !
Oh désespoir !
Je sombre à la dérive !
Si c'est comme ça, il ne reste plus qu'une chose à faire...

Gill se leva et voulut partir mais Leon l'en empêcha.

Leon : Tu vas où comme ça ?

Gilbert : Je pars faire le Djihad en Syrie !

L'Agent lui colla une grosse baffe dans la gueule en entendant ce phrase tellement interdite mais aussi tellement utilisée de nos jours.

Leon : Arête un peu des imbécillités Gilbert ! L'heure est grave, est ce que le G t'as implanté un embryon dans ton corps.

Gilbert : Je crois bien que oui.

Leon : Merde...

La mèche blonde pourtant brune ou châtain suivant les épisodes, se tourna vers un collègue à lui qui se trouvait la même pièce qu'eux mais que le veuf n'avait point calculé.

Leon : Dylan, accompagne Gilbert à l'hélicoptère, il faut l'évacuer et lui injecter le DEVIL sur le champ.

Dylan : OK ça roule Leon.

L'Agent de la DSO, qu'on verra dans un RP avec Ada et Henri, alla servir de guide au gentil petit aveugle qui se laissa conduire, non sans discuter sur le chemin.

Gilbert : Vous êtes donc Dylan et vous bossez à la DSO ?

Dylan : Oui, pourquoi ?

Gilbert : Non rien, vous ne préférez pas savoir.

A ce moment là, Leon, qui était resté dans la salle de classe, reçut un appel de sa fidèle Ingrid Hunnigan, toujours là quand il le fallait.

Ingrid : Leon, bonnes nouvelles.

Leon : Enfin ? Je ne les attendais plus.

Ingrid : Le Gouvernement Américain a enfin reconnu officiellement ne plus maîtriser la situation à New York.

Leon : Je les plains, surtout si le Président est vraiment en lien avec la "Famille".

Ingrid : En tout cas, comme raser la ville n'est pas une option envisageable, ils ont accordé le droit au BSAA d’intervenir exceptionnellement sur leur territoire dans le cadre d'aider UNIT et les autres forces sur place à neutraliser toutes les menaces présentes.

Leon : Une décision censée, ça fut du bi...

Des cris retentirent, ils venaient d'un autre endroit du lycée, et étaient vraisemblablement émis par d'autres agents sur place. Ce qui inquiéta notre beau gosse national.

Leon : Hunnigan, je te rappelle, je crois que j'ai un problème à régler.

Ingrid : Ne joue pas trop les héros.

Leon : Désolé, c'est ma spécialité.

Après un échange de sourire, il raccrocha et dégaina son fantôme d'argent et s'avança vers la sortie de la pièce pour voir quel était le problème.
Arrivé dans le couloir, il scruta la direction d'où avait émané le cri digne de Wilhelm, et il reconnut la localisation. C'était le labo de science où ils avaient à priori éliminé une bonne fois pour toute Marco Idracheli.
Aucun de ses collègues en vue, ce n'était pas bon signe.
Armé de son grand courage, il se rendit jusqu'à la pièce cité et la vision qu'il eut une fois là bas fut assez familière mais toute aussi marquante que les autres fois où ça lui était arrivé.
Des corps en charpie, des marques de grosses griffures, du sang partout, quelques organes disséminés dans les coins et surtout tous ses collègues mort sur place et pas à emporter.
Il ne put s'empêcher de glisser une phrase en soupirant.

Leon : Pourquoi faut il toujours qu'ils meurent tous ?

Il aurait mieux fait d'attendre un peu avant de sortir sa petite phrase car l'un des corps bougea en gémissant, mais un du type mort vivant. Voyant ça il se précipita à son chevet pour essayer l'aider du mieux qu'il pouvait.

Leon : Will, tiens le coup, on va te soigner.

Will : Ma survie n'est pas le plus important... Tu dois m'écouter attentivement Leon.

Leon : Je t'écoute.

Will : Le G est toujours vivant... Et il a muté... Il ressemble maintenant à une chauve souris... Comme Batman.

L'afro-américain avait de plus en plus de mal à respirer mais il tenait le coup.

Will : Tu dois à tout pris le tuer... Sinon il fera un carnage... C'est sûr.

Leon : Je le ferais ne t'en fait pas.

Will : Merci....

Il ferma les yeux, définitivement.
L'Agent Kennedy en avait certes marre de perdre tout ceux qu'il connaissait, mais il devait empêcher l'arme biologique de sévir. Surtout qu'il perdrait surement un autre ami en la laissant faire.
C'est pour ça qu'il posa le corps sur le sol et partit aussi vite qu'il put pour à nouveau jouer les héros, comme il sait très bien le faire.
avatar
Shiho Miyano
Arrivants
Arrivants

Messages : 81
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] In the Heat of the Night [Terminé]

Message  Jackie Estacado le Lun 26 Juin - 13:17

De Retour Chez Les Vivants

Brooklyn; Fort Greene

Un barrage militaire séparait les zones pour l'instant non infectés de ceux où les zombies régnaient en maître. Et du coté des vivants, un tas de gens voulant des réponses manifestaient leur colère.
Mais il y avait aussi des journalistes. Parmi eux, nous avions Christine Everhart qui bossait pour la WHiH World News et qui avait des choses à dire aux citoyens américains.

Christine : Pour le moment nous ne savons pas grand chose sur le lien entre tout ce qui arrivé à New York City aujourd'hui même. A savoir des fusillades entre mafieux, un musée qui prend vie, une arme biologique non identifié, le Darkness et maintenant des zombies.
Le Général Don Brabbit de l'US Army est étonnant présent sur les lieues pour venir en aide aux troupes de ce corps de l'armée présentes sur place.
Il n'a pour le moment souhaité faire aucun commentaire, mais avec son expérience vécue, il devrait, on l'espère, réussir à déployer une stratégie pour mettre à terme à ce drame que subit encore cette nuit, la grosse pomme.

Elle laissa ensuite le relais au Présentateur TV et puis elle alal fumer une clope en discutant avec son caméraman et son ingé son.
Pendant ce temps, dans le point de passe entre la zone infectée et celle qui ne l'était pas, se trouvait un immeuble qui avait été réquisitionné par l'Armée dans le but d'établir leur QG provisoire.
C'est là dedans que se trouvant le Général mentionné juste avant et celui ci était en train de regarder avec un regard sévère les quatre poissons que ses hommes avaient péché juste avant.
Enfin ses hommes, c'étaient plutôt ceux du Colonel William Stryker qui là actuellement était dans son coin en train de fumer une Black Devil Chocolat en attendant que ça se passe.
Sur un canapé, en face du Général, se trouvaient de gauche à droite :
- Adrien Normikwawal qui se disait que vraiment c'était une journée de merde.
- Nami qui mine ne rien était rassuré de plus être en zone morte et que si besoin elle saurait jouer e ses charmes pour pouvoir se tirer de là.
- Chloe Price qui défiait sans problème le haut gradé du regard.
- Jackie Estacado qui même si il ne pouvait pas utiliser ses pouvoirs pour le moment, resta plutôt confiant et resta surtout muet.
Finalement, l'homme au regard de fer prit enfin la parole.

Don : Alors comme ça, vous êtes des amis à Gilbert Montagné ?

Nami : Moi oui, Chloe aussi, mais les autres je sais pas à quel point.

Adrien : On s'est connu lors de l'enterrement de Jill Valentine, et on a dû chasser quelques nazis d'Hydra et aussi quelques fanatiques de Crisis lors de cet événement.

Jackie : Je ne connais ce Gilbert que de nom, j'étais juste venu pour tuer Makari Faustin à la base.

Don : Qu'est ce que vous savez sur tout ce qui se passe en ville ?

Nami : Moi je sais rien.

Chloe : Pareil trou duc.

Adrien : Pour les armes biologiques je ne sais rien, mais pour le reste, ça a voir avec ces Diamants assez particulier.

Jackie : je pense que les Ninjas qui les veulent ne sont pas non plus étranger à cette histoire.

Don : C'est ça, j'ai dû mal à croire en votre innocence, surtout quand je sais de part mes collègues comme le Lieutenant-général Thunderbolt Ross que Gilbert Montagné est un psychopathe incontrôlable.

Nami : Vous osez nous accuser !?

Don : Parfaitement, je sais que vous êtes impliqué tout autant que Gilbert, et je le prouverai, croyez moi !

Il approcha son visage de gros connard vers celui de Nami, peu rassurée.

Don : Vous aurez une corde autour du cou, je peux vous en assurer.

A cet instant, il reçut un mollard de la part de la rebelle, en plein sur la joue droite et qui dégoulina jusqu'à son pantalon. Celle qui avait fait ça était en plus fière de son acte.
Pas très content de se prendre projectile, Brabbit sorti de son holster son Glock 37 et la mit sur la tempe de la jeune femme, sous l'inquiétude des autres personnages présents.

Don : Tu veux rire !? Je rirai de ta mort !

William : Allons bon Général, calmez vous un peu.

Don : Ferme là toi, je n'ai pas d'ordre à recevoir de toi !

Ayant la garde baissée par son subordonné, il se prit un poing dans le bide qui le fit reculer de quelques pas. C'était toujours la même personne, l'auteure de cette action.
Trop s'en était trop, le Plus Haut Gradé allait l'abattre, enfin il l'aurait voulu, mais son arme avait disparu de ses mains.

Chloe : C'est ça que tu cherches ?

Il marqua un peu trop tard que c'était elle qui tenait maintenant l'arme entre ses mains, et elle semblait limite mieux s'en servir que le type à qui elle appartenait.
Malgré le fait que la situation c'était retourné pour lui, Brabbit garda son air calme et prêt à en découdre avec l'ennemi. Tandis que le Colonel, lui, resta assis sur sa chaise en ne se mêlant pas des affaires des autres.
On peut dire que la situation était tendue.

Chloe : Assis.

Don : One me donne pas d'or...

Il se prit une balle dans le bide qui lui fit fermer sa sale gueule.
Malheureusement le coup semblait avoir attiré l'attention des soldats postés à l'extérieur de l'appartement. Ils n'allaient surement pas attendre pour débouler à l'intérieur.

Jackie : Les lumières.

Chloe : Ça marche !

Elle tira sur tout ce qui pouvait empêcher l'intervention du Démon.
En parallèle, Nami lança la chanson "We Drink Your Blood" de son groupe de metal préféré qu'elle avait même en fond de son portable.
Quand à Adrien, il emprunta le SIG Sauer M17 du Colonel qui le laissa faire et espérait comme ça, ne rien de prendre dans la figure et survivre surtout.
Une fois la pièce plongé dans la pénombre, la porte s'ouvrit et un premier soldat en entra en vitesse avec sa M4 avant de se prendre une grosse pointe dans le torse qui le propulsa en arrière, percutant ses collègues.
Décidément, c'était une rude journée à New York


Dernière édition par Jackie Estacado le Lun 26 Juin - 17:42, édité 1 fois
avatar
Jackie Estacado
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 37
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] In the Heat of the Night [Terminé]

Message  Jackie Estacado le Lun 26 Juin - 16:50

Coup du hasard

Brooklyn; Sewers

Rebecca Chambers et Sherry Birkin s'avancent dans les eaux sombres et nauséabondes de ce lieu en espérant trouver une sortie. Mais pour le moment elles avaient l'impression d'être perdue dans ce dédale de couloirs sans fin.
En plus l'endroit où elles étaient avait de l'eau leur arrivant jusqu'au genou, si elles pouvaient au moins arriver dans un coin plus sec, pour éviter de choper une merde qui condamnerait leur vie.
Autant la tête scientifique parvenait à garder son calme malgré l'odeur, même si c'était pas facile d'après son visage, pour Sherry c'était encore plus chaud et finalement elle en eut marre.

Sherry : J'en peut plus, faut qu'en sorte d'ici !

Rebecca : Je sais, moi aussi ça m'embête.

Sherry : Dés qu'on est à sec, j’enlève tous mes vêtements mouillés, peu importe si je me retrouve en culotte !

Rebecca : Pareil !

Heureusement, l'espoir mène toujours à des miracles.
Un petit tunnel un peu en hauteur se trouvait à quelques mères à leur gauche. Il signifiait qu'elles allaient enfin pouvoir abandonner leurs habits mouillés qui sécheront dans leur coin tout seul.

Sherry : Par contre la prochaine fois, on se fera le mec plutôt que de choisir cette option là.

Rebecca : Ouais, c'est moins risqué.

Sherry, qui était la plus pressée, passa devant et monta la première sur la petite plateforme surélevé qui menait au tunnel. Sa coéquipière la suivit et arriva en seconde.
Leurs chaussures et leurs pantalons dégoulinèrent à n'en plus s'arrêter, elles allaient devoir remédier à ça, et vite. Car franchement, ce serait con de choper la Gale n'est ce pas ?
Sherry se mit assis contre le mur et enleva ses bottes une par une, puis passa au tour des chaussettes qu'elle eut un peu de mal à tirer puisqu'elles se collaient à sa peau.
Ceci fait, elle put étirer ses orteils qui n'en pouvaient plus de ne plus pouvoir respirer. Et maintenant libres, le plus gros vint caresser son voisin, mettant un peu de grenat en dessous de son ongle.
Juste après, le fibre délicate d'un jeans descendant les caressant tout du long, digne du meilleur film porno pour podophile, mais sans la bite qui vient accompagné le tout.
Une fois les jambes libérés dans leur esclave, les pieds purent se croiser, se lécher et sécher malgré le peu de soleil présent dans le coin.
Leur possesseur lança un coup d’œil à sa camarde qui avait fait de même même si les siens étaient moins beaux et étaient plus vieux. De même pour les échasses juste au dessus.
La fille vivant avec un virus en symbiose dans son corps, regarda les environs, agitants ses jolies pantins, avant de commencer à chanter comme dans une comédie musicale.

Sherry : A l'abri des zombies et des terroristes en cavale.

Elle se lève et commence à marcher, laissant son empreinte nue sur le sol froid et humide.

Sherry : Je regarde vivre les survivants.

Elle sort une photo  de ses parents se trouvant dans un pendentif et elle sourit de façon nostalgique.

Sherry : Chaque jour j'envie leur vie moi qui vis solitaire.

Elle sert plus fermement l'image entre ses délicates mains.

Sherry : Mais leur histoire, je ne la connais pas.

Elle rangea ceci dans la poche de sa veste et commence en regarder le plafond en regardant les cafards se promener et aller rejoindre une carcasse de rat non loin de là.

Sherry : J'apprends leurs chansons, leurs rires, leurs visages. Moi je les vois mais eux ne me voient pas !

Elle sent quelque chose vibrer sur elle, c'est son portable qu'elle avait mis sur vibreur. Elle regarda, c'était un message de Jake justement qui disait :

Hey, tu fais quoi de beau à New York ?
Tu voles de l'argent aux mafieux pour enfin me payer la sommes que tu me dois ? ^x^
Plus sérieusement, j'espère que ça, j'aime pas ce qu'ils disent aux infos.
Après je sais que t'es forte, mais quand même.
Réponds moi dés que tu peux.
Kiss & Love !

Son sourire devient plus joyeux et remplie d'espoir.
Elle tomba sur une échelle la menant à la surface et continua sa chanson.

Sherry : Tout en haut !! Vivre au grand soleil !!

Une fois de retour sur une route qui était bien plus vivantes qui les autres de cette FIC, elle regarda les nuages.

Sherry : Sans regaaardeeeeerrrrrr le ciel !!!

Elle se tourna vers les passants et les voitures autours d'elle.

Sherry : Une seule fois !! Partager leur joie !

Elle monta sans gêne sur un taxi dont le chauffeur était aussi louche que celui du turfu irrité par Maxime Moulin.

Sherry : Jeeeeeeee crois qu'ils n'entendent paaaaaaaaasss la voiiiixxxx !! De mon cœur.

Elle descend enfin de la voiture qui ne lui avait rien demandé.

Sherry : Qui se meurt... Quand je vois, les, gens, d'en, baaaaaaaaaaaaaaaaasssssssssssssss !!!!!!!!!!!!!!!

Un officier de police sortit de nul part et lui enfila une paire de menotte, il s'appelait Sullivan.

Sullivan : Vous vous êtes cru chez Disney ou bien ?

La seule réponse à cette question fut que la fille du Docteur Birkin l'emmena voir du paysage du coin, avec une force surprenante. C'est ainsi qu’ils déboulèrent un l'improviste dans un bar irlandais.

Sherry : En bas j'entends les marchands, les moulins et leurs chiens ! Leur malheur insouciant me brûle et m'enflamme !

Elle monte sans gêne sur une table, sous le regard pervers de tous les mafieux présent dans l'enceinte de la beuverie.

Sherry : Leurs cris qui résonnent jusqu'au fond de notre cul !! Font abattre les lames jusqu'au fond de mon cul !!

Ils applaudirent face à tant de finesse.

Sherry : SI J'AVAIS CETTE VIE !!!!!

Elle sauta dans un tonneau plein de rhum.

Sherry : JE VIVRAIS A LA FOLIE !!!!!!!

Elle plonge alors sous la mer d'alcool.

Sherry : En bas sur les bords de bière !! JE GOUTERRRRRRAAAAAAAAAAAAAAIIISSSSSSS LA JOIE !!!!!

Elle explosa le récipient par la force de sa parole.

Sherry : Les Juifs qui se promènent ! Si pour un jour, un seeeeeeeeeeul jour, je quittais ma tour !!

Elle traîne le flic inconscient avec elle.

Sherry : Ce serait merveilleux !! D'être heureux !! D'être heureux !! A mon tour, faire un tour, alentours de ma tour, rien qu'un jour !!!

Elle sauta par la fenêtre et se fracasse la gueule par terre sans perdre le sourire. Elle se met sur le sol et regarde à nouveau les nuages de nuit.

Sherry : UN JOUUUUURRRRRR EN BAAAAAAAAAASSSSSSSS !!!!!!!!!!!!!!!!!

Puis elle tombe dans l'inconscience.
En bas, pour de vrai cette fois, Rebecca tenait de retrouver sa camarade qui avait disparu sous ses yeux comme un petit chaton tout speed.

Rebecca : Où est ce qu'elle est passée ?

Elle s'arrêta quelques secondes, des bruits de pas et un faisceau de lampe vinrent de droit devant. Allié ou ennemi, elle ne le savait pas.
C'est pour ça qu’elle se planqua dans un petit renfoncement et attendit leur arrivé. Elle entendit deux paires de pas, ils n'étaient donc que deux.
Elle pouvait se les faire.
Elle s'arma d'une barre métallique qu’elle avait trouvé parmi d'autres débris, prête à frapper. Une fois le son assez proche, elle pria Jésus et y alla.
Sortant de sa cachette, elle s'apprêta à asséner un coup mais s'arrêta à la dernière minute en prenant conscience de qui c'étaient.
Un sourire de soulagement apparut sur son visage, enfin une bonne nouvelle.
avatar
Jackie Estacado
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 37
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] In the Heat of the Night [Terminé]

Message  Jackie Estacado le Lun 26 Juin - 20:50

Combat Aérien

Brooklyn; Downtown Brooklyn

L'hélicoptère de la DSO décolla du toit du lycée pour emmener Gilbert Montagné en lieu sûr où il pourra être soigné car en ce moment même, un corps étranglé se développait en secret dans son enveloppe corporel.
D'ailleurs il semblait bien le prendre et il passait son temps à regarder son ventre, un sourire aux lèvres, ce qui surprenait l'agent Dylan qui l'accompagnait.

Dylan : Je vois que vous arrivez à garder une bonne humeur malgré la situation.

Gilbert : En même, je suis enceint, c'est le plus beau jour de ma vie !

Dylan : Eu... Quoi !?

Gilbert : Si c'est une fille, je l’appellerais Bob, et si c'est un garçon pareil !

Ne sachant pas quoi répondre, l'homme avec quelques neurones de fonctionnel laissa l'autre dans ses délires, préférant aller voir ce qui se passait du coté de la cabine de pilotage.

Dylan : Il nous reste combien de temps de route ?

Le pilote parla dans un dialecte qu'il ne comprenait pas. Les seuls choses qu'il réussit à peu près à déchiffrer étaient "IbraTv" et "POCE BLO !".
Ce devait être un langage codé, surement.
C'est après cette réplique incomprise que la diva chancelante fit parler d'elle mais avec un niveau de français bien plus élevé.

Gilbert : Papa revient à l'assaut !

Dylan, sentant que c'était à tout les coups une mauvaise plaisanterie venant du comique de service, mais ses yeux devinrent bien plus gros en voyant que le con avait juste.
Papa revenait bien à l'assaut.
Car à même pas 5 mètres derrière l'hélico, volait en leur direction, Marco sous sa nouvelle forme, bien moins humaine que la précédente.
Son ancienne tête ,celle humaine, était maintenant enfoncé au centre de son propre torse, laissant la place à une remplaçante. Celle ci était en fait l'espèce l'os présent auparavant sur son épaule droite et qui maintenant s'était décalé pour former une tête de chauve-souris qui remplaçait l'ancienne pour toutes les fonctions motrices.
Ses deux bras étaient maintenant tous les deux mutés, avec des yeux sur plusieurs parties d'eux même. Ils étaient aussi plus longs, ressemblant d'avantage à ceux de ces prédateurs nocturnes, sauf pour les longues griffes.
Il y avait même maintenant des sortes d'ailes sur ses coudes qui lui permettaient à la fois de voler mais aussi de bouclier pour se protéger des balles ennemis.
Le bas du corps était encore assez humain, sauf au niveau des pieds qui avaient déjà commencé à se transformer. Seul un morceau de pantalon encore présent pour éviter la censure, permit de bien confirmer que c'était un homme auparavant.
Le Manbat comme on pourrait l'appeler, poussa un premier cri, type chauve-souris avant d'en faire un autre mais plus humain.

Marco : GIIIIILLLBBBBEEERRTTTT !!!!

Dylan : Fais chier !

En voyant celui qui l'avait enfanté maintenant complètement différant, Gilbert prit conscience de merdier dans lequel il était, et surtout de l'étendu de ses conneries.

Gilbert : Mais qu'est ce que je suis en train de foutre !?

Comprenant qu'il ne faisait que du n'importe quoi pour l'instant, il sep rit en main et se foutu un gros coup de poing dans le bide, celui qui te fait bien mal.
Résultat, il gerba par dessus bord tout le contenu de son estomac, dont le précieux mais plus tant que ça embryon du G qui tomba avec le reste de la bouillie sur la route en contrebas qui bordait l'Est River.
Evidemment, vous vous en doutez, quelqu'un n'aima pas cette action.

Marco : NNNNOOOOOOOOOOOO !!!!!!

Gilbert : ET BIM !!!

Dylan : Ça craint pour nous, il est encore plus énervé.

Gilbert : Ne vous en faites pas, je m'en occupe.

Juste après avoir dit ça, il prit son élan et puis s'élança dans le vide pour atterrir sur le Manbat qui ne s'y attendait pas et tenta de se débattre du mieux qu'il pouvait pour espérer pouvoir trancher cet enfoiré en plusieurs morceaux.
C'était mal connaître notre héros national.
Celui afficha un petit sourire débile avant de marteler la touche "X" et de distribuer une dizaine de pains dans la gueule de la pauvre créature affamé. Tout ça sous les yeux de plusieurs personnes en bas qui immortalisèrent cet instant pour toujours.
Continuant dans son action bad ass, Gilbert qui remarqua que son ennemi était bien sonné, lui prit les deux oreilles avec ses mains et commença à pousser de toutes ses forces en arrière.
La tête se décrocha lentement, laissant ses ligaments se révéler au grand public, avant de finalement les éclabousser de toute son hémoglobine. Il la jeta ensuite derrière lui pour finir avec un dernier moment bien dégueulasse.
Il plongea son bras entier dans le cou de la créature pour choper le cœur avant l’extraire du corps et de l'écraser fermement avec sa main, le visage grave.

Gilbert : Je n'ai pas de punchline.

Puis cet organe maintenant inutile alla rejoindre sa copine la tête dans la rivière en contrebas. Gill aussi y fit plouf avec le corps de cette salope de chauve-souris.
Était ce pour autant fini ?
Non, car sur la berge, un couple allemand avait pris tout ça en photo tout en rigolant à voix haute. A priori ils passaient une bonne soirée.

Allemande N°1 : Et toi qui voulait qu'on chez tes grands parents, oh oh oh !

Allemande N°2 : Oh tu parle, hé regarde là bas, un truc tout moche !

En effet, elle pointa du doigt une petite chose s'approchant d'elles. Cette chose n'était autre que l'embryon que Gilbert avait dégobillé juste avant.
Il avait un peu grandi et ressemblait maintenant à une version miniature de Gilbert Montagné en mode Batman, le tout en étant très hideux.
Par contre sa voix, elle était était sublime.

Créature : Juste for tonight, if you stay with me...

D'un coup, allez savoir pourquoi, les deux allemandes eurent leurs iris qui devinrent roses et elles se mirent à chanter avec joie cette chanson populaire des années 80.
Je crois qu'il est l'heure de danser !
avatar
Jackie Estacado
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 37
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] In the Heat of the Night [Terminé]

Message  Claire Redfield le Mar 27 Juin - 11:32

Just For Tonight !

Brooklyn; Greenpoint

Le groupe menait par le Darkness avait réussi à récupérer par on en sait quel miracle un Humvee de l'US Army et là ils étaient pépères en train de rouler sur les routes de la ville.
Ah ! Et ils avaient aussi enfilé des tenues militaires, pour coller avec ce qu'ils conduisaient, et ainsi n'éveiller les soupçons de personne, comme c'est pratique.
Jackie conduisait, Nami le secondait avec le carte de arrondissement et les deux deux autres à l’arrière, plutôt calme. C'est alors qu'une question vint dans la cervelle de Chloe qui la posa ensuite à Nami.

Chloe : Sinon, ils sont où nos deux Jean préférés ? Vous les avez égaré en cours de route ?

Nami : Ah ouais c'est vrai... J'espère que les Zombies ne les ont pas dévoré.

Adrien : Avec le véhicule qu'ils avaient, normalement ils devraient ne rien craindre.

Nami : N'empêche, si j'avais su, je n'aurais pas accepté de faire ça gratuitement, même pour Gilbert.

Adrien : Quel est votre relation avec Gilbert ?

Chloe : C'est compliqué.

Nami : Et personne ne doit le savoir.

Adrien : OK ça marche.

Jackie : Qu'est ce que c'est que ça ?

La Tête Mafieuse stoppa la machine car une foule de fans hystériques bloquait le chemin, alors que pourtant on était en pleine nuit et que vue l'heure, ce genre de scène est plutôt rare.
Il ne savait pas quoi en penser.
Tu en penses quoi de ça ?
Pour une fois que tu demandes mon avis Jackie.
Je dois bien t'avouer que j'en ai aucune idée.
Mais quelque chose me dit que l'on va s'amuser, hé hé !

Bon, sur ce coup on a pas le choix.

Jackie : Ils nous bloquent le chemin, et faire demi tour serait une perte de temps, on va essayer de passer à travers.

Nami : OK, on descend tous !

Chloe : J'espère croiser des zombies car il n'y a pas de raisons que les autres en aient vu et pas moi.

Adrien : Moi je voudrais juste un peu de calme pour une fois.

Le groupe quitta l'engin militaire pour s'approcher de cet étrange regroupement, et c'est ainsi qu’une étrange mélodie commença à traverser leurs tympans.
Elle semblait hypnotique, presque surnaturelle, et celui qui le sentait le plus, c'était celui qui était le plus différent des autres.
Cette chanson !
Elle essaye de m'envoûter, je commence à me perdre !

Sois fort comme tes ancêtres Jackie !
Tu dois trouver ce qui cause tout ça et la stopper coûte que coûte.
Même la Mélodie du Diable est plus charmante que celle ci, crois moi car j'ai vécu en Enfer.
Courage Jackie !


Jackie : Les gars, nous devons stopper tout ça. Les gars ?

Il découvrit avec stupeur que ceux ci avaient maintenant les yeux roses et qu'ils avaient rejoint tous les autres pour chanter Just For Tonight de Gilbert Montagné.
Sur ce coup là, il serait une nouvelle seul.
Ça commence à devenir une habitude.
Ne t'en fais pas Jackie, moi je suis là.
Et je brave la mort pour que tu réussisses.

Vivement que j'ai un garçon pour te dire "Adieu".
Prenons ses forces à deux mains, elle entra dans ce moule disgracieux et brava sa propre volonté pour tenter de trouver l'origine de ce son hypnotique.
Mais plus il progressait, plus il sentait qu'il allait flanché, surtout qu'aucun chemin ne semblait se dessiner, et aucune voie s'ouvrir. Tout se ressemblait, rien ne se différenciait.
Son regarde commençait même à se changer contre son envie.
Non Jackie !
Ne succombe pas au Chant de Dieu, il ne te mènera à rien !
Ecoute moi Jackie !


Jackie : Just For Tonight !

Laisse tomber.
Finalement l'objet de toute cette attention se révéla à tous.
L'embryon était maintenant adulte, tout aussi moche, mais ça voix était encore plus envoûtante et aucun mortel ne pouvait en y échapper.
Allez, let's sing !

Créature : Just for tonight ! When I Walk out into the burning light ! Open your heart and make me feel just fine ! 'Cause I've got to know if you're with me every way my song ! Juste for tonight ! Show me the way...

Un coup de feu vint rompre définitivement ce chanteur avec sa carrière musicale prometteuse. Le coup venait de Leon Kennedy qui s'était glissé discrètement dans son dos et lui en avait logé une à l'arrière de la tête.
La Dernière Créature liée au Virus G était morte, définitivement.
Suite à cette action qui avait sauvé le monde d'une grosse catastrophe imminente, tout le monde redevint normal et se sentait un peu gêné par la situation.
Mais ils applaudirent quand même en joie l'Agent le Moins Secret des Etats Unis d'Amérique. Jackie, qui était le plus proche du héros, s'approcha de lui pour lui causer.

Jackie : Bien joué sur ce coup là, vous avez fait comment car même moi je n'ai pas réussi.

L’interlocuteur ne semblait pas comprendre, il retira a
ses bouchons pour les oreilles, ce qui était plus pratique pour l'écoute.
Et là, il comprit.

Leon : Je ne m'en sépare jamais, c'est pratique quand tu tombes sur un méchant que te racontes sa vie au lieu de te tuer.

Jackie : J'avoue, il m'en faudrait une paire à moi aussi.

Ils rigolèrent, ce qui affecta le public qui fit de même.
En haut, dans un hélico, le collègue du BG regarda al scène.

Dylan : Il faut toujours qu'il se la ramène lui.

Il avait dit ça sans méchanceté car il l'appréciait lui même.
Mais est ce que tout est pour autant fini ?
avatar
Claire Redfield
Arrivants
Arrivants

Messages : 39
Réputation : 0
Date d'inscription : 01/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] In the Heat of the Night [Terminé]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum