[FIC] Petite Fable [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[FIC] Petite Fable [Terminé]

Message  Alain Verger le Sam 22 Juil - 20:29

17 Août 2007

Belgique; Liège; Appartement

Alain Verger était sur une chaise, les coudes posés sur son dossier, vérifiant que son Colt Boa était bien chargé. Il était tourné vers ce qui pourrait s'apparenter à sa prochaine victime.
Oui, c'était loin d'être la première personne qu'il tuerait, il était spécialiste dans la matière, même si la plupart du temps c'était pas beau à voir.
Ce coup là il s'était introduit en douce dans l'appart de Stéphanie Fransfort, une étudiante de la FAC de Psychologie de 20 ans qui vivait ici avec son petit ami qui n'était pas malheureusement pas là en ce moment car en mission au Mali avec la Légion Étrangère.
Le psychopathe l'avait repéré un jour alors qu'il était de passage dans la coin, puis il l'avait suivi pendant 1 semaine avant de finalement la coincer aujourd'hui alors qu'elle rentrait des courses.
Il l'avait ligoté et attaché à une chaise, et là il s'était préparé à son réveil qui ne devrait plus tarder.
En attendant, il pouvait l'observer en silence, de la tête aux pieds.
Ses cheveux blonds étaient raides et mi longs, laissant apercevoir son visage rougeoyant qui était ni trop fin ni trop épais, juste comme il faut.
En dessous de son cou, ses petits seins étaient cachés par un débardeur noir avec Hannah Montana écrit dessus, ce qui laissait entendre que ses goûts n'étaient pas très raffiné. Faut espérer qu'on lui ait donné ce haut.
Le Pantacourt qu'elle portait était tout aussi noir et allait bien avec ses sandales et ses ongles d’orteils de la même couleur. Elle avait de quoi ravir le cœur des hommes, mais surtout l'envie sexuelle de l’intrus.
Pourtant, il se retenait, ce qui était rare.
Avait il quelque chose d'autre en tête ?
Seules ses autres personnalités pourront vous répondre.
Au moins, bonne nouvelle, la Belle au bois dormant sortait enfin de se torpeur et prenait enfin conscience de ce qui était en train de lui.
Elle tenta de crier et de se libérer, en vain, c'était une demoiselle en détresse.
Alain, le taré le plus dépressif et meurtrier de la planète, rigolait en voyant sa proie tenter d'échapper à son emprise, sans y arriver. Tel un Ramsay Bolton, ça le faisait rire.

Alain : Cours cours petite hirondelle, que je puisse t'arracher tes ailes avant de t'écraser avec ma 4L, oh ma belle.

En plus, il savait faire de la poésie, que peut on dire de mieux ma bonne dame !?
Par contre Stéphanie ne semblait pas être du même avis, et son regard était le même qu'aurait une petit souris inoffensive face à un gros bulldozer piloté par Mister Bean.
Monsieur Verger, déçu par ce regard, tira un coup à coté de la dame juste pour l'effrayer encore plus ,et aussi pour comprendre qu'elle ferait mieux d'arrêter de faire la conne si elle ne voulait pas qu'il l'étripe là tout de suite.

Alain : Ecoute Stéphanie, je vais te raconter une petite fable que je viens juste d'inventer. C'est celle de ma Bite et de ta Chatte.

Le regard de la dame se perdit aux alentours, comme pour chercher quelque chose pour l'aider à sortir de ce pétrin. Ce qui ne plus pas à l'invité.

Alain : REGARDE MOI SI TU NE VEUX PAS QUE JE TE RENTRE CE FLINGUE PAR LE RECTUM !!

Elle l'écouta et se retrouve obligé d'écouter l'histoire rocambolesque de son ravisseur qui devait avoir un sacré grain dans la tête, un mélange entre Gilbert Montagné et le Joker, en pire.

Alain : Ma Bite se promenait tranquillement dans la rue quand elle croisa ta Chatte et lui demanda "Veux tu être ma femme ?", mais ta Chatte lui répondit "Bien sur que non voyons !", alors ma Bite garda son calme et LUI FRACASSA LA GUEULE A TA CHATTE DE MERDE !!

Il reprit son souffle après s'être vidé les poumons.

Alain : Alors, tu la trouves comment cette histoire ?

Aucune réponse.

Alain : Ah oui c'est vrai, attend je t’enlève ça !

Il se leva de sa chaise et s'avança vers sa belle pour lui retirer ce bandeau lui couvrant la bouche et l'empêchant de s'exprimer.

Alain : Alors ?

Stéphanie : T'es qu'un sale enfoiré !! A l'aide !! Aidez m...

Un pain dans la gueule et elle retourna dans les songes.
Cette action stupide de sa part avait encore plus déçu l'homme en quête d'amour pour qui ça faisait mal à son petit cœur innocent.

Alain : Tu devrais pourtant savoir que ce quartier est rempli est remplie de Jawads et que donc crier ne sert à rien. Enfin bon j'ai une solution que tu devrais te rendre un peu moins conne ma Stéphanie.

Il sortit une seringue avec encore un peu de sang dessus de sa poche et il injecta dans son contenu dans le cou de la dame en espérant que ce n'étaient des conneries ce qui était dit sur ce Virus.
Il devait juste attendre que Stéph se réveille à nouveau.
Il pouvait en profiter en attendant.
Ses mains baladeuses vinrent tâter la marchandise qui était de taille plutôt honorable, après il ne peut pas tout demander non plus, sauf au Père Noel.
Son nez se dirigez vers ses jambes aux minuscules poils et sentit cette bonne odeur émanant de ceux ci, puis il goûta tout ça d'un long coup de langue du haut vers le bas.
Elle avait bon gout, c'était pour le Plan B au cas où le Virus ne fait pas effet.
Sa langue alla voir du coté de ses pieds, passant à travers le cuir de ses chaussures jusqu'à touché le vernis.
C'est à ce moment là qu'elle commença à reprendre conscience, mais quelque chose avait changé en elle, elle n'avait plus peur, au contraire.
Alain se remit debout et même si la forme semblait bonne, il resta méfiant sur le fond et il reposa une question.

Alain : Ma Petite Fable, t'en penses quoi maintenant que j'ai remis tes neurones en place ?

Les yeux de l’otage s'écarquillèrent de joie face à ces magnifiques lèvres qui venaient de bouger pour prononcer de savoureux mots.

Stéphanie : Cette fable est magnifique, mais à en parler, j'aimerais tellement faire la rencontre de ta bite pour voir si elle est aussi belle que dans mes rêves !

Le produit avait marché, il en était désormais convaincu.
Il pouvait maintenant passer à la prochaine étape.

Alain : C'est si gentil à proposer ma belle gourdasse à moi et rien qu'à moi, je vais te la présenter !

Enthousiaste à l'idée de cette rencontre, il baissa son pantalon puis son slip, et la suite ne vous sera pas raconté.
Oh ! Il y a des enfants qui regardent !
Sachez juste qu'ils vécurent heureux durant au moins les 7 prochaines années.
avatar
Alain Verger
Arrivants
Arrivants

Messages : 32
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum