[FIC] Outbreak Files 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[FIC] Outbreak Files 3

Message  Henri/Laura Petrick le Jeu 10 Aoû - 11:13

Raconte Moi une Histoire Papa !

12 Janvier 2000

France; Sénart; Appartement Petrick

La lampe de chevet était dans la seule source de lumière dans la chambre de la petite Laura Petrick de 6 ans qui était effrayée par l'orage qui grondait à l'extérieur, ainsi que les coups de pluie qui frappaient contre les volets.
Son Père Favori, Henri, était là pour la border et tenter de la rassurer en lui caressant la tête avec un sourire, tandis que l'autre père était aux abonnés absent, comme d'habitude.
Sauf ses bonnes manières ne semblait pas l'apaiser, elle avait toujours aussi peur.
Surtout qu'un un éclair éclata au loin et qu'un gros boom s'en suivit, signifiant qu'il n'était pas si loin que ça.
Par réflexe, elle planqua sa tête sous ses couvertures, ce qui fit marrer un peu celui qui avait vu pire.

Henri : Laura, ce n'est pas ce vilain orage qui va te manger.

Laura : Mais papa, si il frappe là, je vais mourir.

Henri : Mais non tu vas pas mourir, le toit est solide et je suis là pour te protéger.

Elle sortit sa tête du drap avec un fière sourire, les yeux fermés et une dent de chat qui dépassait de sa bouche.

Laura : Alors, raconte moi une histoire papa !

Henri : Ah c'était donc ça, tu utilises tes peurs pour me soutirer des infos ? Arg, tu as réussi, je suis sans défense !

Laura : Je suis une superbe pirate de l'espace ! Je t'oblige à me dire tout ce qui tu sais, et plus encore !

Henri : D'accord d'accord, je vais tout te dire !

Le fier père essaya de trouver une bonne histoire à raconter, un éclair frappa alors son esprit.
Il en avait une, qui serait idéale pour apprendre à Laura de ne pas avoir peur de l'orage, mais après ne serait ce pas trop dur à raconter ? Surtout pour une fille de son age.
Après, arrivera t-il aussi à la raconter ?
Sachant qu'il n'en a parlé à personne, même pas à sa sœur, depuis que cette histoire est du passé.
Il y réfléchissait, perdant son regard sur la tapisserie avoisinante.
Il avait d'un coté envie d'en parler à quelqu'un de proche, comme sa fille.
Mais d'un autre coté, ce démon continuait à le rogner de l'intérieur, et il ne se sentait pas prêt à le faire.
Seulement, le sera t-il un jour ?
Ces sentiments contradictoires s'affrontaient pour des raisons plus ou moins valable.
Pendant que la spectatrice se demandait ce qui se passait, ne pouvant y assister.
Après quelques minutes passées dans sa tête, alors que les forces se montraient de plus en plus fortes en dehors de la baraque, il eut ce regard révélateur d'une prise de décision définitive.
Le même regard qu'il avait en ayant résolu une affaire.
Celui du petit chaton dans ses couettes reprit de sa vivacité, sans présence d'une pointe de sommeil.
Henri était maintenant prêt à raconter son douloureux vécu.

Henri : Laura, tu étais peut être un peu trop jeune à l'époque, mais te rappelles tu du voyage de ton papa à Raccoon City ? Celui où il a eu un petit contretemps l'empêchant de revenir de suite.

Laura : Non, pourquoi ?

Henri : Car c'est ce dont je vais te parler aujourd'hui.

Laura : Chouette, je veux l'entendre !

Henri : D'accord, accroche toi bien je vais commencer.

Il se mit dans une position plus confortable sur son tabouret et souffla un bon coup avant de partir sur son élan.

Henri : Tout a commencé fin Septembre 98 aux Etats Unis pour une affaire qui aurait dû être simple au départ...

Un flash lumineux prend tout l'écran, nous plongeant dans le passé.

24 Septembre 1998

Etats Unis; Stone Ville; Motel

Les affaires étaient déjà déballées depuis un petit moment, et là actuellement Henri était en train de préparer son matériel avant de partir pour le ville voisine pour remplir sa mission.
Il vérifiait actuellement si son appareil photo fonctionnait bien.
Il était ici pour ce qui semblait à une affaire d'adultère des plus banales.
Une femme, Julie Partinson, avait épousé un bel américain qu'elle avait rencontré alors qu'il était en voyage à Paris et tout semblait se passer bien pour les deux.
Sauf que dernièrement il est parti à Raccoon City aux USA dans le cadre du travail, et il a commencé à devenir plus mystérieux, plus distant, sans aucune raison.
Notre détective savait déjà ce que ça voulait dire, mais la femme souhaitait absolument en avoir la preuve.
Et puis il faut bien payer son loyer, donc il partit direction les Etats Unis pour le faire.
C'est pas la première fois qu'il partait dans un autre pays pour faire ce genre de trucs.
Au moins, il peut voir du paysage un peu différent, et son anglais est correcte donc aucun problème.
Pour éviter d'être repéré, il s'était installé dans la ville la plus proche de Raccoon City, et maintenant il préférait attendre qu'il fasse nuit pour opérer sans problème.
Si le matériel fonctionne comme il faut, car le flash avait tendance à s'activer tout seul, ce qui est embêtant quand on veut se la jouer discret.
A coté de lui traînait une photo du type qu'il devait prendre en flagrant délit, à savoir Sean Partinson qui n'avait pas une tête à faire du mal à une mouche mais mieux vaut toujours se méfier. Parfois les apparences sont trompeuses.
Heureusement, Henri n'étant pas bête, et profitant d'être dans ce beau pays de liberté, il avait emporté son FN Five-seveN juste au cas où la situation venait à dégénérer.
On parle quand même des USA, là où les tueries dans les collèges sont monnaies courantes.
Alors même si à l'époque il n'y avait pas encore eu Columbine, il fallait tout de même se méfier.
Mais alors qu'Henri faisait tout son bazar, on toqua à sa porte.
Il n'attendait personne, ce qui le rendait immédiatement très méfiant.
Il garda une main à son holster et se leva pour aller ouvrir.
Une fois devant la porte, il la déverrouilla et l'ouvrit lentement pour voir se dessiner une gueule trop gentil pour être vrai.
Un homme bien habillé se tenait juste devant, avec un symbole peu rassurant sur lui et une sorte de brochure entre les mains.
Henri regrettait déjà de lui avoir ouvert.

Burk : Bonjour, mon nom est Burk, et je viens vous conseille de rejoindre la parole de Ron Hubbard qui est la seule parole qui compte.

Henri : C'est la Scientologie c'est ça ?

Burk : Oui, c'est formidable non ?

Henri : Vos conneries de m'intéressent pas.

Burk : Quoi !? Je vais vous coller un procès.

Henri : Si vous n'avez que ça à faire, allez bonne journée à vous.

Sans attendre une réponse de sa part, il claqua la porte à son visage.
Puis il retourna à sa tache d'entretien, laissant l'autre maudire de son coté sans y prêter attention.
L'Eglise de la Scientologie ne l'arrêtera pas dans sa tache.
C'est autre chose qui s'en occupera.
C'est quelque de plus dangereux et moins gueulard.
Le Bioterrorisme.
avatar
Henri/Laura Petrick
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 175
Réputation : 4
Date d'inscription : 12/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Outbreak Files 3

Message  Henri/Laura Petrick le Mer 6 Sep - 0:08

Fear the Resident Evil

Etats Unis; Raccoon City; French Street

Une paire d'yeux déjà fatigués à cette époque là, scrutaient la fenêtre de l'appartement d'une certaine Fiona Suiney, veuve depuis 3 ans maintenant et qui vivait seule avec son enfant ici depuis 5 mois déjà.
Henri, à qui appartenait ces globes oculaires, était encore plus convaincu d'un simple cas d’adultère.
Cette femme doit bien avoir de manques, et Sean Partinson doit bien les compenser.
Il ne comprendra jamais ces couples qui se cachent de telles choses, et qui vont voir ailleurs en se foutant royalement de ce que pense l'autre.
Bernard était comme ça aussi, à son grand désarrois.
Alors que lui, Henri, ne le fera jamais car ça grande force était l’honnêteté.
Si jamais il devait voir ailleurs, il en discuterait à son partenaire avant tout.
Enfin bon, ce genre de discutions mentale ne lui rapportera aucun salaire.
Maintenant qu'il avait repéré l’endroit d'où il les observera, il ne restait plus qu'à y monter.
Heureusement, il y avait une cage d'escaliers de secours sur le bâtiment d'en face qui lui permettrait d'avoir une vue.
Armé de son appareil photographique reflex numérique, il commença à s'avancer pour s'y rendre mais il heurta quelque chose en passant à coté d'une benne à ordure.
En vérifiant de plus près après s'être baissé, il vit que c'était une paire de jambes qu'il venait de toucher du pied.
Elles appartenaient à une personne assise contre le mur tagué, juste à coté de la benne, c'est pour ça qu'il ne l'avait pas vu.
Elle avait les yeux fermés, l'air dormant.
C'était une femme dans un look plutôt punk-rock qu'il connaissait bien car il côtoyait pas mal le milieu de la guitare comme passe-temps à coté des affaires. Ses groupes préférés étaient des rockeurs, principalement dans le Hard Rock comme AC/DC, Bon Jovi ou encore Guns N' Roses.
Il aimait bien son look, c'est dommage qu’elle se retrouve à traîner dans ce coin là.
Elle risquait de choper une maladie, quelque chose de pas sympa en tout cas.
Il lui fit quelques petites claques pas trop forte dans le but de la réveiller, sans succès apparent.
C'est alors qu'il remarqua un détail qui l'attrista au plus profond de son cœur trop aimable.
De la poudre brune gisait au sol et aussi sur la main gauche de la madame avec un bout de papier traînant par terre.
Maintenant c'était clair, elle ne se réveillera jamais.
Ce n'était qu'une pauvre junkie qui avait encore dépéris face au pouvoir de la drogue, en l’occurrence de l’héroïne sur ce coup ci. Il ne pouvait plus rien faire pour elle.
Il se releva, tenta de calmer la tristesse qui l'avait subitement envahi.
Car même si c'était une inconnue, Henri avait toujours de la compassion en son être.
C'est ce qui le caractérisé, gentil mais pas non plus con, au contraire.
Maintenant il devait se recentrer sur ses priorités encore vivantes.
Il grimpa l'échelle à proximité et monta les marches jusqu'à arriver à un niveau avec un angle de vue convenable.
Ceci fait, il s'installa, arma son appareil et commença à regarder par celui ci pour voir si tout convenait.
L'objectif capta la bonne fenêtre, donnant sur une chambre typique américaine dont la seule vraie source de lumière étaient les néons de la route principale qui se répandaient jusque là.
Personne pour l'instant.
Une petite attente s'imposa, de tout façon Henri était bien installé.
Durant ce temps, il écouta la douce mélodie de les circulation, des chats qui se baladent et de coups de feu lointains. C'est beau l’Amérique.
L'air polluée était plutôt fraîche, en même temps la nuit était tombée.
Finalement une autre source de lumière apparut dans la chambre, c'était le bon signe.
Il jeta à nouveau un œil, les deux cibles étaient là, en train de s'embrasser.
Allez, une photo.
L'homme commença à retirer son haut.
Hop, une autre.
La femme fait de même, Sean lui dégrafe ensuite le soutien-gorge.
Continuons, une troisième.
Attendez, quelqu'un d'autre arrive dans la pièce.
C'est l'enfant de la dame qui n'a pas l'air d'être surpris de voir sa mère dans les bras de cet homme. Peut être que c'est pas inconnu à ses yeux.
Quand même, c'était assez osé pour la gamin de venir comme ça sans prévenir.
Fiona et Sean arrêtent le petit manège et la première tenter visiblement de convaincre son enfant de s'en aller.
Sauf que celui ci lui sauta dessus et commence à... Quoi !?
Henri recula d'un coup, ne comprenant pas ce qui arrive.
Le môme venait juste d'arracher un morceau de la poitrine de sa mère.
Du cannibalisme ?
Il avait entendu parlé de cas dans le genre dans le coin et aussi de la fameuse affaire du Manoir Spencer.
Des survivants de cas cas avaient parlé de zombies mais personne ne les avaient cru.
Cela se pourrait t-il que...
Non, il doit y avoir une explication tangible à tout ça.
Bref, pour être sûr qu'on le croit, notre bon détective devait ramasser des preuves.
Ou plutôt en créer d'une certaine manière. Il avait de quoi le faire sur lui, et il retourna donc à sa tache, tirant plus flashs.
Sean et Fiona étaient allongés sur le sol, couverts de morsures, et à première vue morts.
Leur meurtrier n'était déjà plus là, ce qui rassurait pas, et Henri regard un peu autour de lui, juste au cas où.
Pour l'instant, il était à l'abris là où il était, et tant mieux. Il ne voulait pas être la prochaine victime de cet enfant enragé comme un chien.
Plus rien ne bougeait dans l'appart, donc quelques photos ne feront pas de mal à personne, hormis la femme de Sean quand elle apprendra toute cette folle histoire.
L’œil de l'appareil photo remarqua alors un mouvement bref mais bien présent venant du corps de Fiona. Était elle encore vivante ? Ce serait impossible vu ses blessures, et pourtant.
Le regard incrédule observa son corps se releva lentement mais sûrement, suivi par celui du fiancé infidèle pourtant dans le même état qu'elle. Le terre ne tournait vraisemblablement normalement.
Après avoir récoltée quelques preuves supplémentaires, Henri se tira avant d'en voir plus, car son cerveau avait déjà beaucoup d'informations à emmagasiné sur ce coup là.
Il avait la désagréable sensation d'être dans un film d'horreur, alors que pourtant ça ne faisait que commencer.
A peine descendu de son perchoir, il glissa dans la précipitation et tomba à la ramasse juste à coté de la benne de tout à l'heure, manquant de se prendre de la poudre au visage.
Il posa ses deux mains sur le sol humide de la ruelle pour s'aider à se relever.
Celles ci enlevèrent tout ce qui s'était accroché à son manteau pour ne pas avoir l'air d'un sans abris.
Mais alors qu'il faisait ça, il sentit un frisson lui parcourir le corps.
Les neurones s'étaient connectés pour faire un rapport inquiétant.
Il tourna son regard vers l'endroit où se trouvait le corps de la junkie.
Il n'y était plus.
avatar
Henri/Laura Petrick
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 175
Réputation : 4
Date d'inscription : 12/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Outbreak Files 3

Message  Henri/Laura Petrick le Lun 11 Sep - 15:11

La Nuit des morts-vivants

28 Septembre 1998

Raccoon City;

(Suite en cours)
avatar
Henri/Laura Petrick
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 175
Réputation : 4
Date d'inscription : 12/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Outbreak Files 3

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum