[FIC] Quatre Univers en Un ! [Terminé]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

[FIC] Quatre Univers en Un ! [Terminé]

Message  G-Man le Ven 9 Fév - 0:02

Chapitre 1 : Match du Siècle

22 Juillet 2018

France; Sacramento; Golden 1 Center

Un formidable tournois de la WWE avait lieu en ce moment même dans la Capital de la Californie et le combat qui avait lieu à 22H30 était celui opposant deux mastodontes français et ennemis depuis toujours d'après leur storyline.
Leur nom ? Oh mais je connais deux personnes qui vont vous le dire.
En effet en hauteur, dans la cabine des commentaires, nous avions le droit à la présence de deux célèbres commentatrices de catch qui étaient en train de décrire le match face à elle à tous ceux qui le regardait.
L'une était une magnifique femme brune et l'autre une masculine femme aux cheveux roses foncés.
Écoutons les un peu pour voir ce qu'elles pouvaient bien dire.

Megan : Oh la la ma chère Gally, Alcatraz nous fait sa fameuse botte du soldat en deuil !

Gally : C'est clair Megan, il ne faut pas oublier que DarkMax, alias Maxime Neuder, est le meurtrier de son équipe !

Megan : Le Catch, c'est pas facile tous les jours !

Gally : Ah ça oui !

Avançons un peu dans le spectacle pour découvrir une autre partie de leur improvisation.

Megan : Gally, il parait que tu écris un roman intitulé "Kylya Crowy, la Légende de TerraSave", est ce vrai !?

Gally : Non !

Allons vers la fin du show car là je vous garantie que ça vaudra le coup.

Gally : Les Rumeurs disent que Megan Shay et son petit ami, Matthieu Sommet, prévoient de fonder leur propre entreprise de Sécurité Privée et de Technologie ! Histoire de concurrencer Armacham qui laisse à désirer dernièrement !
Tu réponds quoi !?

Megan : Tout est vrai, et cette entreprise s'appellera la Ultor Corporation !

Gally : En tout cas, ça sonne déjà mieux que la Scopriana Corporation !

Megan : En effet, et pour nos auditeurs qui ne sachent pas de quoi l'on parle, il s'agit d'une entreprise de Luxe et Haute Couture !

Gally : Et même le célèbre mannequin irlandais Albator Twis bosse pour cette compagnie.

Megan : J'ai trop envie de lui mordre les tétons quand je le vois sur des affiches !

Gally : Et moi de lui arracher le slip pour lui...

France; New Raccoon City, Valiant

Gilbert Montagné qui était en train de mater ces commentaires à ce moment, jugea prudent d'éteindre la TV pour que les enfants ne soient pas choquer par les obscénités dites à l'écran.
Sa Femme, Shiho, qui était sous bras gauche était fort étonnée qu'il ait réussi à prendre une initiative aussi raisonnable que celle ci, sachant qu'on parlait du mec qui aimait se balader à poil dans le vaisseaux sans prévenir.
Son autre femme, Haruhi Suzumiya, était en train de pioncer en ronflant fortement sous son autre bras car un Dieu ça doit quand même dormir un peu pour récupérer de ses forces, et puis le catch ça ne l'a jamais intéressé.
Leon Scott Kennedy était de son coté assis tranquillement sur un fauteuil seul et il regarda sa montre, voyant qu'il était désormais 23H45. Dis donc, le match avait duré sacrément longtemps !
Hum, excusez moi, je suis le Narrateur, faut que je calme mes ardeurs.
Le dernier membre des Avengers était pour le moment pas là mais il allait surement montrer le bout de sa bite car c'était Albert Wesker, qui n'était plus que l'ombre de lui même.
Les autres membres de ce groupe avaient pris leur RTT et ne seront donc pas dans cette FIC, tant pis !
Finalement, l'homme le plus préoccupé par l'heure fut le premier à s'exprimer.

Leon : On fait encore quelque chose ou on va se coucher ?

Gilbert : T'es déjà fatigué Léon ?

Shiho : Bah oui t'oublies qu'il est vieux le pauvre, il faut qu'il dorme 14 heures par jour sinon son corps ne le supporterait pas.

Leon : Alors déjà c'est Leon et pas Léon, et puis je suis pas vieux, enfin pas tant que ça.

Shiho : Je crois que papy est en train de rouspéter là.

Leon : Je ne suis pas vieux j'ai dit.

Shiho : En plus il se répète le pauvre, il doit commencer à avoir Alzheimer.

Leon : Je ne... Bon OK j'ai compris, je laisse tomber.

Shiho : Mince, j'ai mis 10 secondes à énerver Leon, je crois que j'arriverai jamais à battre ton record de 1 centième de seconde Gillou.

Gilbert : Oh je suis sûr que tu arriveras un jour car après tout tu es ma seule et unique femme.

Shiho : Et tu fais quoi des autres, comme celle que tu as sous le bras ?

Gilbert : Je suis sûr que ça ferait un magnifique tapis en peau de fourrure à mettre dans ma...

??? : JJJ''AAAAARRRRIIIIIIIIIIIIIIIIVVVEEEEE !!!!!!!!!!!!!!

Une silhouette passa au dessus de la tête des amoureux pour s'encastrer dans la TV et se prendre un sacré coup de jus au passage. C'était ce bon vieux Wesker qui retira son crane de là et profita de sa nouvelle coupe frisée et de son teint plus que sombre pour s'adresser à ses amies.

Albert : ET POURQUOI LA TV EST CASSEE !?

Shiho : Peut être parce qu'un idiot est rentré dedans ?

Un fou rire fut entendu après cette phrase et il venait de Leon dont on avait pas l'habitude de voir être pliait de rire, et pourtant que ça blaguait sur son pote Albert, là il y a moyen de le faire perdre ses moyens mais positivement cette fois ci.
Le plus étonnant dans tout ça, c'est que tout ça réuni ne réussit même pas à réveiller le loir au ruban orange.
Malheureusement il allait bientôt devoir interrompre son hibernation car de graves choses allaient venir en ce monde.
avatar
G-Man
Arrivants
Arrivants

Messages : 61
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Quatre Univers en Un ! [Terminé]

Message  Curie le Sam 10 Fév - 0:04

Chapitre 2 : Les Méchants

France; Montagnes Arklay; Château Redfield

Dans un des labos du sous sol de ce cette lugubre bâtisse, un homme était en train de régler les derniers paramètres d'une grosse machine qui faisait un sacré boucan. Son équipe scientifique était exténué, lui moins, mais tout ça allait avoir son prix.
Quand finalement les derniers détails fut réglé, ses yeux de chats se posèrent sur le résultat final et un sourire de félin s’esquissa sur le bout de ses lèvres. Il lui manquait juste des moustaches.
Il se tourna ensuite vers ses hommes qui n'étaient pas armés contrairement aux soldats de l'HCF dans le reste de la demeure, puis il se mit à applaudir tout en poussant un petit rire qui lui était caractéristique.

Homme : Vous avez tous fait du bon boulot, vous avez mériter de souffler un coup.

Scientifiques : Merci Wesker !

Charmé par ce compliment en chœur, il prit un verre d'eau qui traînait sur la table et le leva ne l'air.

Wesker : Un Toast à nous tous !

Scientifiques : OUAIS !!!

Quelqu'un mit alors le tube des années 80, Crash de The Primitives, qu'il connaissait bien car il était déjà adulte à cette époque là. Il s'amusa donc à danser avec ses larbins, ce qui le surprenait même.
D'habitude il les aurait déjà trahi, en demandant à ses gars armés juste dehors d'éliminer tout le monde. Sauf qu'aujourd'hui il était d'humeur généreuse, et puis ça fera plaisir à sa chérie.
Wesker but un coup dans son verre qui n'était ne fait pas le sien et l'eau avait un drôle de gout, donc il le reposa au final sur la table et alla cracher son contenu ailleurs.
Ceci fait, il vit trois personnes entrer dans la pièce et il rehaussa ses lunettes de soleil en leur présence.
Par eux se trouvaient deux personnes dont je cacherai volontairement leur apparence pour que vous ne puissiez pas les reconnaître tandis que l'autre personne était celle pour qui le cœur du super vilain avait craqué.
Cette dernière portait de vieilles bottes qu'elle n'avait plus mis depuis la dernière fois qu'elle était en Espagne, elle avait aussi un manteau rouge foncé, un tee shirt noir en dessous et une jupe courte bleue foncée.
Elle remarqua l'ambiance festive qu'il y avait ici alors que la chanson approchait de sa fin et elle savait grâce à qui elle avait pu aller si loin dans son Plan de Vengeance Personnelle.

Chérie : Albert, je vois que tu y ai enfin arrivé.

Wesker : Juste à temps.

Chérie : En effet, j'ai presque cru qu'on aurait dû retarder nos plans à une autre fois.

Wesker : Pourtant tu sais bien que je tiens toujours ma parole.

Chérie : C'est que pour le peu que tu la donnes, tu la respecte.

Wesker : On passe à la suite du schéma ?

Chérie : Avec plaisir.

Elle jeta brièvement un œil vers chacune des personnes qui l'accompagnaient, juste pour leur parler.

Chérie : Vous pouvez vous rendre à l'endroit prévu pour pouvoir être dans la masse quand on actionnera cette machine.

Ils acquiescèrent de la tête et quittèrent la pièce sans dire un mot.
Maintenant plus en intimité, le couple put échanger quelques mots en privé.

Wesker : Tu leur fait vraiment confiance ?

Chérie : Assez oui.

Wesker : Au pire je pourrai me débarrasser d'eux si besoin est.

Chérie : Bien sûr mais en attendant je mène le jeu.

Un air musical semblant sortir d'un jeu vidéo commença à se jouer dans ce laboratoire et les hommes de science commencèrent à danser dessus tandis que la Méchante prenait le micro, prête à chanter.

Scientifiques : Qui est la voisine qui vit dans la maison hantée !?

Chérie : Vous feriez mieux de le savoir car c'est...

Tous : ASHLEY !!!

Scientifiques : Elle connait les plus terribles sorts et prépare les potions les plus vils !

Ashley : Tu pourrais être l'ingrédient que je cherche !

Scientifiques : Ne te laisse pas tromper par ses manières innocentes !

Ashley : Vous devriez être effrayé par la Grande...

Tous : ASHLEY !!!

Scientifiques : Elle ne joue pas avec des poupées et ne se brosse jamais les cheveux !

Ashley : Qui a le temps pour ces choses de fillettes !?

Elle commence à se servir parmi les choses sur la table devant elle.

Ashley : Œil de triton ! Je te jette un sort !

Elle met alors un objet sur sa tête.

Ashley : La perruque de grand mère, cela te rendra grand !

Elle touche ensuite le corps d'un anima mort qui est là.

Ashley : Salive de chaton, bientôt ton pantalon ne tiendra plus !

Elle se retourne d'un coup avec une drôle de baguette magique.

Ashley : Pantalones Giganticus ! Oh non, pas encore...

Elle la jette par terre, déçue.

Scientifiques : Elle peut régner sur le monde et finir tous ses devoirs !

Ashley : Tout le monde sait que je suis la Grande...

Tous : ASHLEY !!!

Scientifiques : Vous feriez mieux de regarder là où vous allez ou elle vous lancera un sort !

Ashley : J'ai transformé mon prof en cuillère !

Elle s'approche de son petit ami avec un regard tournoyant sur lui même.

Ashley : Je suis prisonnière de mes sorts... Et oui c'est vrai !

Elle lui prend la main gauche avec une sorte de tendresse.

Ashley : Je n'ai pas beaucoup d'amis comme toi, mais je pense que tu es gentil et peut être que l'on pourrait être ami !?

Ses yeux passent alors d'une extrême gentillesse à une vilenie certaine alors que son visage se rapproche du sien.

Ashley : Et si tu dis non, tu es cuit !

Elle le lâcha et retourne auprès du chœur de la chanson.

Scientifiques : Qui est la voisine qui vit dans la maison hantée !?

Ashley : Vous feriez mieux de le savoir car c'est...

Tous : ASHLEY !!!

Scientifiques : Rappelez vous de ça quand vous la croiserez dans la rue.

Ashley : Je suis la fille la plus cool que vous n'ayez jamais vue !

Des potions sur les tables commencent à exploser, créant un magnifique feu d'artifice qui vint clore ce chapitre.
avatar
Curie
Anciers
Anciers

Messages : 256
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Quatre Univers en Un ! [Terminé]

Message  Curie le Sam 10 Fév - 0:58

Chapitre 3 : Souvenirs

23 Juillet 2018

France; New Raccoon City, Valiant

Leon se tenait assis sur son lit, dans la chambre qu'il occupait au sein du vaisseau volant de UNIT qui servait de QG à eux, les Avengers. Celle ci était plutôt sobre en terme de couleur, du brun sombre et n'était décoré que par plusieurs photos sur les murs qui retraçaient ses différentes mésaventures du passé.
Il y en avait une de lui avec sa tenue d'officier de police de Racoon City qu'il avait pris juste avant de partir en Enfer, car c'était son premier jour après tout et il avait fait ça pour en garder un "bon" souvenir.
Il y avait celle aussi qui avait été prise par Krauser après les événements de leur première rencontre où on pouvait voir l'agent secret à coté d'un hélicoptère, tenant dans ses bras la fille du trafiquant de drogue qu'ils avaient sauvé.
Je ne vais pas toutes les citer mais il en reste encore deux d'intéressantes. Il y a celle qui avait été prise devant le Manoir Kennedy lors de son achat où on pouvait voir Leon tenir sa récente femme Ada dans ses bras.
Était aussi visible sur l'image mais c'était bien moins chaleureux, la figure d'un crane formé par les nuages, laissant présager le sang qui sera coulé à l'intérieur plusieurs mois après. Notre héros n'était pas du genre superstitieux mais sur le coup, ça l'avait quand même un peu retourné.
Et puis on la dernière photo en date est celle prise le mois dernier où on peut voir le tombeur s’entraîner au tir dans un club avec à ses cotés Claire Redfield, la sœur du célèbre Capitaine Chris, et les deux semblaient s'amuser à voir qui tirerait le mieux.
Finalement c'était lui qui avait gagné mais il fut impressionné par la précision de sa partenaire qui s'était quand même plutôt bien débrouiller de son coté. Ça explique qu'ils soient tous les deux des Survivants.
Là, l'homme de 40 ans s'apprêtait à se déshabiller pour dormir mais avant cela, il fit une coutume qu'il avait l'habitude de faire avant d'aller se coucher et qu'il espérait pouvoir bientôt se débarrasser.
Il contemplait d'un regard nostalgique la photo qu'il tenait entre ses mains une énième photo, sauf que celle ci possédait encore une part importante de son cœur ainsi qu'un morceau de souvenir de sa mémoire.
Elle avait été prise le jour de son mariage avec la sublime et mystérieuse Ada Wong qui fut celle pour qui il avait envie de continuer à vivre bien après son premier jour en ville alors qu'il aurait pu se suicider à plusieurs reprises.
L'autre personne qui l'avait bien aidé à vire était le Président Adam Benford, lui aussi est mort à l'heure actuel.
L'Histoire de Leon et Ada est assez particulière et plutôt unique.
Elle à commencé à Raccoon City, la première ville, lors de l'incident...
A l'époque il ne la connaissait presque pas, et maintenant il est surement celui qui la connaissait le plus.
Il avait même réussi à apprendre son vrai nom que pourtant elle ne révélait à personne d'autre.
Tout ça pourtant, c'est désormais l'ordre du Passé.
Tout ça à cause de ces fichus robots !
Seulement Leon ne savait pas qu'Alain Verger avait bien aidé avec ça car c'est lui qui s'était débarrassé d'elle.
Maintenant le meilleur souvenir d'elle était cette photo où on les voyait s'embrasser juste devant le Maire qui se tenait l'arrière de la tête qui était bandé pour une raison que certains connaîtront.
Le veuf soupira en repoussant encore une fois à ce bon vieux temps et leur 3 années de mariages. Il aurait voulu que ça dure plus longtemps mais la vie est trop injuste.
Maintenant le mieux à faire était de passer à autre chose, ce qu'il tentait de faire, notamment en commençant une relation avec Claire, mais les problèmes continuaient à revenir.
Il n'arrivait pas à passer le cap, ce qu'il avait pu faire avec les autres morts laissés derrière lui, mais pas avec elle.
Son chagrin était en train de le tuer par son poids et avait songé à se confier à plusieurs personnes qui pourront le comprendre :
- Claire qui est elle aussi là depuis le jour où sa vie est devenu un enfer.
- Gilbert qui a lui aussi était veuf de façon brutale et surtout rapide. Surtout que lui aussi avait eu de sacrés problèmes à surmonter le deuil.
- Shiho qui a dû justement aider son mari à surmonter tout ça.
Pourtant, il n'en avait encore rien fait.
Il ne savait pas ce qu'il attendait.
Alors qu'il continuait à penser à tout, une main ferme vint toquer à sa porte à cette heure tardive.
Leon leva ses yeux fatigués vers la porte avec un coup de stress au bas ventre, comme si on le surprenait en train de faire une action dont il aurait honte que ça se sache.
Il pose rapidement le cadre qu'il tenait juste à coté de lui de façon à ce qu'on ne puisse pas y voir la photo. Puis il se leva plutôt lentement du lit et une fois debout s'exprima.

Leon : Qui est ce ?

Haruhi : C'est Haruhi, je veux te parler seul à seule.

Le Membre des Avengers était plutôt étonné. Leur chef voulait lui parler ?
C'était bizarre puisqu'en général ils n'avaient rien à se dire et donc ne s'adressaient peu la parole en dehors des missions. Même si il n'y a aucune hostilité entre les deux, c'est juste qu'il n'ont pas encore trouvé de choses communes entre eux.
Le ton de sa voix au moment de lui répondre était doublement surprenant puisqu'il semblait dégager de l'inquiétude et donc de la douceur, ce qui était bien rare chez cette Dieu qui souvent était rude et énergique dans sa façon parler.
Au moins elle était plutôt cash et honnête, et même si il pouvait lui arriver de faire des crasses et choses horribles, Leon l'appréciait bien. Après tout, il a bien laissé pisser les innombrables crimes de Gilbert parce qu'il sait que ce dernier à un bon fond et veut se racheter donc bon.
Une chose est sûr, il devait se dépêcher de lui ouvrir pour être sûr qu'elle ne se mette pas en rogne et commence à chercher un moyen de forcer la porte d'elle même.
Une fois la porte entre ouverte, le visage exténué par la tristesse de l'Agent rencontra celui de la Meneuse qui était remplie de compassion et bienveillance à son encontre.
Sans même réfléchir, ils surent à cet instant qu'ils avaient un point commun et surtout une chose bien importante, ils avaient envie de confier leur peine respective l'un à l'autre.
Ils n'avaient même pas besoin de s'inventer une excuse, ils y allèrent franchement.

Leon : Ada me manque.

Haruhi : Je ne sais plus quoi faire sans Kyon.

Il la laissa passer sans ajouter le moindre mot, elle alla s'asseoir sur le lit, de l'autre coté de la photo.
L'homme triste ferma la porte, assombrissant la pièce, puis se remit à sa place.
Seul le cadre les séparaient, pourtant ils semblaient bien plus proche qu'ils ne l'étaient auparavant.
Ils ne s'adressèrent plus le moindre regard, pourtant leur cœurs étaient lié par la perte d'un être cher.
Le son de leur voix finit par retentir dans ce lieu privé de vie.

Leon : Ada était la seule femme à avoir réussi à me comprendre, et inversement j'étais celui qui la comprenait le plus. Nous avions réussi à braver tant de dangers, nous étions si fort, et pourtant je n'ai pas pu l'empêcher d'être remplacer par un robot. Pire que ça, je n'ai même pas su voir la supercherie...

Haruhi : Kyon est celui qui m'a donné l'envie de vivre, et je crois même que c'est grâce à lui que je détiens mes pouvoirs. Il sont arrivés à peu près en même temps que notre vraie première rencontre. Maintenant il n'est plus là, et c'est comme si une importante part de moi était partie...

Leon : Je voudrais passer le cap, être avec Claire qui pourrait aussi me comprendre, mais je n'y arrive pas.

Haruhi : Gilbert est surement ce qui se rapproche le plus de ce que j'ai cherché pendant tant d'années, mais sans Kyon je n'ai pas le courage de m'y engager pleinement.

Ils soupirèrent en même temps, versant chacun une larme qui se déposèrent à leur pieds.
A ce moment là, un air mélancolique à la guitare vint accompagner leur vie qui l'était beaucoup. Plein de questions se posèrent dans leur tête, les mêmes, mais la dure réalité avait du mal à passer pour cette fois.
Heureusement, pour faire passer la crème, il faut parler.
Ils se décidèrent à faire même mieux que ça, à chanter pour accompagner cette mélodie.

Leon : J'reste !
Avec mes souvenirs !
Ces morceaux du passé !
Comme un miroir en éclats de veeeeeeeeeereeeeerre !!
Mais a quoi ça sert !?
C'que j'voulais dire !
Reste sur des pages blanches !
Sur lesquelles je peux tirer un traaaaaaaaaaaiiiiiiiiiit !!
C'était juste hier !

Leon + Haruhi : Tu ne m'as pas laissé le temps !
De te dire tout c'que je t'aime !
Et tout c'que tu me manques !
On devrait toujours dire avant !
L'importance que les gens prennent !
Tant qu'il est encore temps !
Mais tu ne m'as pas laissé le temps...

Haruhi : Toi !
Qui m'as tout appris !
Et m'as tant donné !
C'est dans tes yeux que je grandissaaaaaaaaaiiiiiiiiiis !!
Et me sentais fier !
Pourquoi sans prévenir !?
Un jour tout s'arrête !
Et vous laisse encore plus seul sur teeeeeeeeeeeeeeeeeeeerre !!
Sans savoir quoi faire !

Leon + Haruhi : Tu ne m'as pas laissé le temps !
De te dire tout c'que je t'aime !
Et tout c'que tu me manques !
On devrait toujours dire avant !
L'importance que les gens prennent !
Tant qu'il est encore temps !
Mais tu ne m'as pas laissé le teeeeeeeeeeeeeeeeemps !!!

Après ce moment de relachement, le poids qu'il y avait dans le corps semblait s'être dissipé, ce qui était bon signe.
La réaction du veuf fut un petit sourire du coin de lèvre puis il tourna le regard vers celle qui lui avait fourni une aide inopinée et surtout magique.
Celle de la Déesse fut une immense joie qui se lisait sur son visage et ses yeux spontanés se tournèrent vers l'ami inattendu à qui elle devait tout ça.
Elle le serra d'un geste vif dans ses bras avec une force à casser un mur qui remit un peu droit certaines vertèbres de celui touché.

Haruhi : Merci Réon !

Leon : Au moins je pourrais dire que Dieu m'a remercié.

Il entendit son rire distinct juste derrière sa nuque, la où la tête de la dame se trouvait.

Haruhi : Ne me fais pas regretter ces paroles.

Leon : Sache que je te retourne tes remerciements.

Avant de prolonger plus leur amitié naissante, une lueur rouge se mit à illuminer toute la chambre de sa vivacité alors qu'au même moment une forte alarme retentit dans toute la base pour signaler qu'il était l'heure de bosser.
Suzumiya se retira de son câlin et regarda la loupiote rouge avec regard plein d'aventure tandis que Kennedy se frotter les yeux qui commençaient à se fermer malgré lui car c'était pas le moment de s'endormir.

Haruhi : On reprendra ça plus tard.

Leon : Pas de repos pour les hér...

Sans même finir sa phrase, une poigne herculéenne l'agrippa et l’entraîna à vitesse folle hors de sa piaule, le faisant traverser tous les couloirs jusqu'à se rendre à la bonne salle qui n'était pas à coté.
Il faut dire quand la Chef de la Brigade SOS a quelque chose en tête, elle l'a pas ailleurs.
avatar
Curie
Anciers
Anciers

Messages : 256
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Quatre Univers en Un ! [Terminé]

Message  Mylène Farmer le Dim 11 Fév - 23:35

Chapitre 4 : Situation d'Urgence

Un peu partout dans la salle de crise il y avait des centaines de voyants qui font bling, qui font bip et qui font flash sans arrêt !!! ET ILS FONT BIP ET ILS FONT FLASH ET ILS FONT FLASH ET ILS FONT BIP ET FLASH !! ILS VEULENT MA MORT !!! ILS FONT BLINK ET ILS  FONT BIP ET PUIS FLASH !!!
Ça va aller, ça a va aller.
Hum, comme je disais, un peu partie des écrans clignotaient au même rythme que la lumière dans un geste de va et vient incessant, juste pour signaler qu'il y avait un possible danger à régler en vitesse.
Des membres de l'équipe technique de UNIT étaient là pour s'occuper des panneaux de contrôle et tenir informer de la situation. Ils portaient tous une simple chemise noir avec le badge UNIT en bronze sur le sein droit, tandis que l'ancien logo de l'organisme était porté comme un patch sur la manche gauche.
Il n'y avait pas qu'eux dans la pièce, car outre deux soldats standards qui gardaient l'entrée de la pièce, nous avions aussi le Colonel Marion Price qui avait monté en grade depuis la dernière fois. Elle s'occupait désormais de la partie étasunienne du groupe et elle portait l'uniforme standard d'officier UNIT.
Néanmoins il n'y avait pas que des membres de ce groupe dans la pièce, les Avengers étaient aussi dans la place ou du moins trois du lot pour l'instant.
On avait Gilbert Montagné qui portait une chemise hawaïenne rouge aux motifs de fleurs blanches, un jeans noir et des sandales grises. On avait vraiment l'impression qu'il était en vacance, comme toujours.
Sa compagne Shiho comme habituellement sa blouse sous la quelle se trouvait un débardeur rouge foncé. Elle avait aussi une casque noir avec un dessin d'une licorne étranglant un chameau avec une corde à piano, un pantacourt bleu foncé et des derbys sans chaussettes.
Albert Wesker était torse nu pour bien voir ses pectoraux luisant qu'il aimait bien exhiber devant tout le monde pour prouver qu'il les avait les plus gros. Il portait seulement un pantalon noir et des santiags de la même couleur ainsi qu'un Borsalino gris en plus de ses lunettes de soleil habituelles.
Finalement, deux autres formes de présence déboulèrent en trombe dans le coin, l'une aillant entraîner de force l'autre avec lui alors qu'il serait quand même venu de toute façon.
Leon S. Kennedy portait une chemise grise foncée sans manche légèrement ouverte ainsi qu'un manteau en cuir brun par dessus. Avec ça, il avait un simple jeans bleu et des chaussures de sécurité car on en sait jamais sur quoi l'on va marcher.
Haruhi Suzumiya de son coté, outre son foulard orange autour de la tête, était vêtue d'un t-shirt vert à manche courte et col rond qui laissait bien voir le collier rose autour de son cou avec un pendentif représentant le Symbole de la Brigade SOS.  En bas, elle avait un mini-short blanc ainsi qu'une paire de sandales à talon court et lanières blanches.
Elle lâcha son otage au milieu de ce beau monde et puis sans scrupule elle monta sur l'une des tables, dégagea d'un coup de pied les objets qui s'y trouvaient et qui la gênaient, puis prit la parole avec sa voix qui pouvait être aussi douce qu'irritable pour certains comme pour d'autres.

Haruhi : Avengers et Membres de la Brigade SOS, l'heure est venu pour nous de sauver encore une fois le monde d'une menace qui j'espère sera hors de l’ordinaire !

Albert : Caca !

Haruhi : Non mais tu saoules toi avec ta scatophile, va chier un coup dans ton coin puis revient quand tu arrêteras de nous répandre ta diarrhée physique dans notre gueule !

Albert : Mais... Mais... Mais...

Wesker qui était connu d'un temps pour être super virile et surtout charismatique, tomba en pleur comme une petite fille de 5 ans avant de se rouler en boule en faisant le plus de bruit possible, ce qui énerva tout le monde dont celle qui fallait pas.
La Japonaise savait comment régler ses problèmes efficacement, et même si du temps de Kyon ça ne plaisait pas à ce dernier, il n'était plus là pour s'interposer et put donc sans relâche dessiner un petit sourire cruelle sur son sourire avant de faire un saut pieds joints dans la face de l'homme à terre.
Quelques prothèses dentaires volèrent en éclat et une chose est sûr, plus de larmoiement en vue, ce qui comme d'habitude avait tendance à refroidir tout le monde dans la pièce. Excepté Shiho qui pouvait facilement triompher face à elle et Leon qui se rappelait maintenant la raison de pourquoi ils ne s'étaient jamais vraiment parler avant.
En réalité il essayait d'éviter de partir en mission avec elle ne général, car il savait que si ça se faisait, il y aurait de fortes chances qu'il y aient conflits entre eux deux. Pour plusieurs raisons qui vont être énumérés.
Haruhi peut être insensiblement cruelle, très autoritaire, irascible, vraiment égoïste et surtout impulsive. Ce qui est tout le contraire de l'agent secret qui a tendance à s'emporter face à ses personnes.
En effet, certains des ennemis qu'il a affronté par le passé avaient des points communs avec elle, tel Saddler, Salazar, Arias ou encore Javier. Sauf qu'elle était techniquement du camp des gentils et qu'une simple lycéenne.
Pour bien voir la différences entre les deux figures importantes du groupe de héros, prenons une situation en exemple. Un vieil homme, qui est clairement un vrai clochard, leur demande juste une petite pièce.
Leon, lui, il verra si il en a une à lui donner et si il peut il essayera même de faire un geste supplémentaire comme lui donner un peu de nourriture si il en a, ou plus qu'une pièce.
Haruhi, elle, lui foutra un coup de genou dans les couilles car il est sur son chemin et donc la gêne fortement.
Malgré tous ces défauts, Leon reconnaissait quand même certains qualités à cette meneuse de groupe.
Il est intelligente et plutôt maline, peut être même plus que certains des méchants cités plus hauts et donc ses coups de putes sont très bien pensés, de manière à ce que ça ne lui retombe jamais dessus. Surtout qu'elle aime le chantage et la manipulation quand ça peut l'arranger.
L'autre chose, elle débordé beaucoup d'énergie et à un coté athlétique dont on vient de voir les preuves à l'instant même. Même si elle à tendance à passer de manière imprévisible d'une mélancolie funeste à un optimisme débordant.
Et pourtant Leon garde quelques espoirs sur elle, car de ce qu'il a entendu dire de l'époque où Kyon était encore vivant, elle avait réussi à s’adoucir et même faire preuve d'une rare bonté qui ne collait pas à son personnage décrit.
Peut être arrivera t-il à la résonner lui aussi, mais il lui faudra peut être un peu d'aide sur ce coup, faudra voir.
Toujours est il que Wesker était à l'agonie sur le sol, bavant un peu sang, et que la tête de mule remonta sur sa table car elle était bien en hauteur face aux autres et qu'au moins l'attention serait bine porté sur elle.

Haruhi : Alors toi, dis nous quelle est la mission du jour !?

Marion : Des nouvelles failles se sont ouvertes, trois plus précisément, et mes hommes sont en train d'essayer de géolocaliser la posi...

Technicienne : Colonel, je l’ai trouvé !

Tous les regards se tournèrent vers la femme qui venait de parler et qui levait son doigt depuis son siège pour que sa supérieure vienne voir de plus près la localisation, ce qu'elle fit.

Marion : Lucia, vous avez trouvés les trois endroits où les failles se sont ouvertes ?

Lucia : En réalité Colonel il y a un hic dans tout ça ?

Marion : Quel est-il ?

Lucia : Elles se sont toutes ouvertes au même endroit, l'Usine Désaffectée au Nord de la New Raccoon City.

Marion : Ce n'est pas possible, jamais plusieurs ne se sont ouvertes dans un mêle lieu.

Lucia : Pourtant je vous assure mon Colonel que c'est bien le cas.

A ce moment là deux éclairs de génies se firent en même temps dans deux êtes différentes et ils firent leur conclusion exactement au même instant.

Haruhi + Leon : C'est un coup monté !

Un point d'interrogation s'afficha sur leur tête et ils se regardèrent avec un sourcil levé, ce qui fit beaucoup rire Gilbert qui s'écroula par terre comme un fou, tandis que sa femme ne put s'empêcher d'en rajouter une couche.

Shiho : C'est ainsi qu'une belle histoire d'amour qui commence.

Haruhi : Bah non idiote, il est trop vieux pour moi !

Leon : J'évite les plus jeunes comme elle.

Shiho : Oh pourtant Haruhi tu fricotes bien avec mon époux et toi Leon tu t'es fais Manuela Hidalgo qui avait pourtant 16 ans à l'époque.

Leon : Je l'ai dragué certes mais il ne s'est rien passé entre nous.

Haruhi : Arrête tes conneries !

Une sandales vola droit vers le visage la chimiste qui sut la rattraper en vol et n'en fut que plus contente.

Shiho : Baka.

A ce moment là Wesker se releva d'un élan surnaturel comme un film d'horreur pour se remettre droit sur ses pattes, la bouche toujours laissant dépasser un filet hémoglobine.

Albert : CACA !!!

Un coup de chaussure dans la gueule, il fut à nouveau sonné et c'était mieux ainsi.
avatar
Mylène Farmer
Anciers
Anciers

Messages : 193
Réputation : 0
Date d'inscription : 05/11/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Quatre Univers en Un ! [Terminé]

Message  G-Man le Lun 12 Fév - 11:51

Chapitre 5 : Beaucoup Trop de Visiteurs

New Raccoon City; Usine Désaffectée

Dans une grande pièce laissée à l'abandon à la hâte quelques années auparavant, il n'y avait aucun objet, juste vide. l'endroit idéal pour trois failles menant à d'autres mondes faire leur apparitions pour venir plusieurs personnes avant de repartir d'où elles venaient.
Avant de découvrir la réaction de tout ce beau monde qui venait de débarquer, il me faut encore vous les présenter pour que vous ne soyez pas trop perdu même si ça risque de l'être quand même. Mes excuses.
De la première faille qui menait à un univers futuriste où le monde est bord de la guerre entre deux puissances mondiales venaient 7 personnages, dont certains vous diront quelques choses si vous n'avez pas la mémoire courte :
- Leon Scott Kennedy, encore un sauf que celui là avait vécu une vie bien tragique.
Déjà il eut officiellement sombré dans le coma de 2001 jusqu'à 2025 dans son monde, ne vivant pas une bonne partie des aventures qui lui sont dédiés, et c'est lui qui a confronté Wesker dans le volcan en 2009 à Kijuju, même si là encore ce dernier a trouvé un moyen de survivre.
Comment est ce possible alors qu'il était dans le coma ? Hé bien c'est un secret d'état.
Il s'est marié à Sarah Crowy, un personnage bien détestable, le genre à toujours gueuler et prendre la mauvaise décision. Leur union aura duré longtemps, jusqu'à 2052 à sa mort.
Cette perte aura beaucoup chagriné le pauvre homme, peut être même plus celle du Leon de notre monde.
Coté physique, il fait bien plus jeune que ce qu'il censé avoir, même plus son homologue d'ici. Pourtant, dans ses yeux et même sur son visage globalement, on sent la fatigue du temps se jouer sur lui et ça fait peine à voir.
Coté vêtement, il porte à peu près la même tenue que dans Resident Evil Vendetta.
- Jewel Blake, une femme aux cheveux noir et au teint métissé qui brille fortement comme son nom l'indique.
Elle est membre des STARS de son univers et est plutôt doué dans son domaine, peu être même un peu trop. Son équipe craint souvent qu'on al mette en colère car quand elle est énervé elle peut avoir dû mal à canaliser sa force et peut vite partir en vrille.
Elle porte d'ailleurs la tenue de sa team, ce qui veut dire qu'elle était en train de faire son boulot quand elle eut atterrie précipitamment dans la faille. En arme, elle avait une MP5A2 et un Glock 47 à son holster.
Elle a une solide amitié avec Leon du temps où il était membre des STARS. Car oui il a enchaîné plusieurs boulots, dont membre de l'équipe Echo du BSAA Nord Américain.
- Gally, hé oui comme la commentatrice du début de FIC.
C'était la même sauf que dans cette histoire, elle n'a jamais embrassé sa passion du catch et s'est plutôt tourné vers la lutte contre le bioterrorisme en rejoignant une organisation du nom de S.A.J.S.
C'est l'acronyme de quoi ?
Aucune idée, même elle ne le sait pas.
Une chose est sûr c'est les rivaux du BSAA et en quelques sorte les remplaçants de TerraSave.
Ils possèdent une technologie militaire avancé dont des Panthères Robots. Gally avait aussi réussi à domestiquer un Licker et l'avait même appeler Oddy. C'est un peu bizarre, surtout qu'on on sait que ces créatures sont des humains à la base.
Bon au final il est mort et depuis elle n'a pas réussi à calmer sa frustration. Ce qui ajouté à son fort caractère de garçon manqué, son visage allant de même, ça donne un magnifique tank en armure.
- Megan Shay, l'autre commentatrice de Catch.
Ses parents veulent sa morts.
Pourquoi ?
On sait pas.
Elle a commencé une relation avec Matthieu Sommet qui n'est pas un célèbre youtuber chez elle mais un gangster français qui se fait surnommer "Le Patron", d'ailleurs elle même est française.
Ensemble, ils essayent de découvrir le pot aux roses des agissements de ses parents, ce qui n'avance pas.
Elle portait un tee shirt manche longue, un simple pantalon et des converses.
- Matthieu Sommet dont je n'ai pas trop besoin de m'attarder.
Si vous le connaissez, vous connaissez le personnage du Patron de SLG.
Voilà c'est juste ça, au suivant.
- Léa Moulin, dont le nom de famille vous évoquera quelque chose si vous connaissez bien ce forum ou que vous avez vu l'autre FIC CrossOver entre Univers.
C'est la fille du Maxime Moulin de son monde qui est loin d'être le boulet que vous connaissez tous. En effet celui là était plutôt courageux surtout du fait qu'il avait été soldat durant al Troisième Guerre Mondiale et que ça l'avait beaucoup marqué.
Elle avait hérité de certaines choses de ce dernier, dont son courage, sa franchise et son sens du clash envers ceux qu'ils n'aiment pas. Elle a aussi hérité d'une certaine malchance avec les gens qu'elle côtoie.
Elle a perdu ses deux derniers amours dont l'homme avec qui elle s'est marié et qu'elle a eu un enfant.
Physiquement parlant elle était canon dans les normes de la société actuel et elle portait des vêtements très légers qui laissaient voir beaucoup de son corps nu. De quoi plaire à de nombreux baveurs et peut être même certaines baveuses.
- Dark Max, le clone de Maxime créé par un scientifique d'Armacham.
Et pas juste un tocard, on parle quand même du mec qui a réussi à faire en sorte que des zombies reprennent leur habitudes d'autrefois et arrêtent même d'essayer de manger les gens. Du progrès.
En tout cas déjà l'original est fort, celui l'est encore plus. Il peut défoncer des murs à coup de poings, soulever des voiture et en plus son sang est capable de résister à de nombreux virus. Il est cheaté en gros mais c'est pas le pire.
Son costume est celui d'un médecin de la peste, le bon truc à sortir à Halloween.
Ceci était dit pour cet univers, passons à la deuxième faille.
Là, nous n'avons que deux personnes qui en venaient, deux qui se connaissaient bien trop d'ailleurs.
Alcatraz et Maxime Neuder qui encore une fois renvoient à la séquence de catch du début.
Elle ne servait pas qu'à décoré, vous êtes surpris ?
Commençons par le deuxième pour mieux comprendre l'histoire du premier.
Dans son monde, Max était le fils d'un chercheur bossant pour Néo Umbrella, l'organisation de Carla Radames, qui dés son enfance était bien trop curieux. Dans le sac de son père, il trouva le Dossier "Prototype" et il suivit aussi discrètement ce dernier jusqu'à un bâtiment de recherche.
Il s'y infiltra la nuit et découvrit les horreur biologiques qu'il contenait. Il découvrit ensuite le labo personnel de son père et là il trouva une souche du virus de ce mystérieux projet.
Son père débarqua avec des agents et ceux ci braquèrent l'enfant sans défense alors que l’homme de science ne faisait rien pour les dissuader. N'ayant pas d'autres choix, Max s'injecta le virus en lui et réussit à tuer tout le monde grâce à ses nouveaux pouvoirs.
Il s'échappa ensuite, grièvement blessé et tomba sur une femme civile qu'il tua pour assimiler son corps et ainsi guérir de ce qui aurait pu lui être mortel. Devenant ainsi une créature presque invincible, il se fixa comme objectif de détruire Néo Umbrella pour qu'aucune créature ne soit créé pour lui tenir tête.
L’organisation ennemi le surnomma alors DarkMax95.
Assez similaire au clone de Maxime Moulin ce pseudo, le monde est petit.
Globalement, le corps de Max en B.O.W. est une véritable arme. Il peut transforme son bras en bouclier, lame, griffes ou fouet tranchant à une vitesse impressionnante. Il peut même prendre l'apparence de la dernière personne assimilée et gagner ses souvenirs aussi.
Tout ça, Alcatraz allait l'apprendre à ses dépens.
Son histoire à ce franco-japonais débuta en 2010 quand il partit aux USA pour rejoindre les Marines tandis que dans le même temps, Max commençait à se faire connaître en infectant une grande partie du japon avec un virus inconnu faisant de lui un bioterroriste.
En 2016, lors d'une mission de sauvetage et nettoyage avec son équipe, tous sauf lui furent tuer par DarkMax95. Un homme prénommé Toshio réussi à le trouver et le cacha alors qu'il était évanouie tout au lui enfilant une combinaison protectrice.
Au réveil du soldat, l'homme était mort, ne laissant que ses souvenirs gravés à l'intérieur de cette combinaison. Celle ci permettait lui donner une force accrue, une vitesse supérieure et la possibilité de se rendre invisible.
Depuis ce jour, il jura de trouver des réponses sur ce mystérieux virus et de tuer Maxime Neuder.
En terme les deux étaient très différents.
Max avait un ego assez prononcé et il voulait détruire ce monde qui ne méritait pas d'être sauvé. Il était aussi sang chaud et n'hésitera pas à tuer même quand la situation ne le nécessite pas forcément.
Al est plus calme et posé, en plus d'être énigmatique. En effet, il était muet, personne ne connaissait son vrai nom et surtout il ne veut plus enlever cette combinaison devant d'autres personnes depuis qu'il l'a, cachant son visage des autres.
Déjà qu'avec ces deux là ça promettait de la tension, rajoutons ceux qui venaient de la dernière faille.
Cinq personnes qui vous connaissez déjà si vous avec lu la précédente FIC CrossOver, et si ce n'est pas déjà fait, allez ça de suite avec le lien juste en dessous bien en évidence.


Maintenant que c'est fait, décrivons juste comment ils étaient aujourd'hui.
Maxime Moulin qui était fringué comme un naze avec tout de dépareillé et surtout la peau bien grasse.
Stive People en tenue gothique sataniste avec un tee shirt "Satan est cool, Dieu est pédé" qui était de très bonne humeur pour l'instant car aucune race inférieur en vue pour l'instant, ce qui lui plaisait bien.
Il n'avait pas encore fait gaffe à Jewel c'est pour ça.
Claire qui portait une robe noire sans manche et avec des sandales à plateforme de la même couleur. Elle était déjà agacé par le fait de débarquer dans un endroit inconnu comme ça subitement.
Chloé, était en serviette, le corps encore mouillé du fait qu'elle venait tout juste de sortir de la douche. Malgré cette situation peu enviant, ça ne lui posait pas problème et ne pensa même pas au fait que si c'était arrivé une minute plus tôt ça aurait été le nu intégral.
Et pour finir Alexandrine qui portait juste un débardeur batman et un short marron foncé, le tout pied nu complété par le fait qu'elle était la seule à dormir. Visiblement le fait d'avoir voyager dans un autre univers n'a pas interrompu sa sieste.
Tous étaient donc présentes et tous étaient différents mais avaient comme point commun d'avoir débarqué au même moment dans cet endroit, sans prévenir.
Tous ?
Si vous n'avez pas Alzheimer, vous savez que parmi ces moutons se cachaient deux loups qui faisaient semblant de faire partie du troupeau et agissaient en tant que tel alors qu'ils bossent en réalité pour les méchants.
Saurez vous trouver qui sont les traîtres ?
avatar
G-Man
Arrivants
Arrivants

Messages : 61
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Quatre Univers en Un ! [Terminé]

Message  Clara Lille le Lun 12 Fév - 22:33

Chapitre 6 : Albert VS Wesker

France; Montagnes Arklay; Château Redfield

L'endroit où se trouvaient le Méchant Albert Wesker était bien envie d'Haruhi et sa fidèle brigade derrière elle d'un pas plus essoufflé et moins sûr qu'elle qui était complètement aux anges.
Son sourire mémorable était là pour dire qu'elle se sentait vivante et sa très célèbre mélancolie n'était pas prête à se pointer pour l'instant, dû il faut l'espérer.
Non là Suzumiya-chan avait les yeux plein d'espoirs et de rêves. Pourvoir enfin botter le cul à un Wesker comme dans ce qu'on lui avait tant décrit lui ferait le plus grand des plaisirs, enfin affronter un ennemi à sa hauteur.
C'est sur que c'est pas avec la grosse crotte à ses cotés qui est censé être le même qu'elle aura ça.
Si elle n'avait pas envie qu'on lui fasse une remarque dessus, elle aurait bien pleuré de joie, mais elle se retint de le faire parce qu'elle n'a pas envie de se s'énerver que tout retombe par terre.
De là où elle était elle pouvait voir de la lumière émaner du château, ne laissant aucun doute au fait que c'était là.
Elle crut même voir dans les nuages derrière celui ci, la silhouette de Kyon qui semblait lui exprimer sa joie de la voir dans un pareil état en allant vers son objectif, ou bien était ce plutôt de l'inquiétude ?
Elle secoua sa tête de la gauche vers la droite.
Aucun moyen que ça soit ça, sa première interprétation était la bonne.
Finalement le premier de ses sbires arriva à son niveau et c'était justement l'homme qui se croyait virile en montrant ses pectoraux mais qui faisait tache, surtout avec l'arme qu'il tenait dans ses mains qui semblait être un fusil ordinaire mais qui dégageait une odeur très désagréable.
Haruhi voulait vraiment lui tordre un de ses tétons pour lui faire comprendre qu'il la saoulait beaucoup aujourd'hui, elle ria même intérieur en imaginant la scène et la douleur lui procurant.
Ce fut la voix grave et un peu déraillé de ce con qui la sortit de ses pensées joyeuses.

Albert : C'est encore loin !?

Haruhi : Oh si tu veux pas suivre, tu peux encore rejoindre l'autre lâche de Réon qui nous a abandonné quand on devait être soudé.

Albert : Enfin pour être soudé, il faudrait qu'on puisse te suivre facilement, parce que là MES COUILLES ME GRATTENT....

Il se mangea un pain dur bien de campagne dans la tronche qui lui fit encore sauté un plomb.

Haruhi : T'en a pas marre de crier comme ça crétin !? Tu peux pas juste parler normalement !?

Albert : Mais c'est pas ma faute, il FAUT qu'on ME COMPRENNE BIEN SINON LES AVEUGLES....

Un téton bien enroulé, elle se tut instantanément et n'osa plus l'ouvrir après.
Le regard pesant de la divinité envers lui le transforma ensuite en gentil petit chaton adorable qui ne fera rien pour embêter sa gentille maîtresse, surtout si il ne veut pas sep rendre un coup de pied dans le cul.
Elle commença alors à lui grattouille la tête en rigolant alors qu'il ronronnait de plaisir.
A l'arrière, les Deux Montagnés ne savaient pas quoi bien penser de ça.

Shiho : C'est moi ou depuis 1 an, donc depuis qu’elle a perdu son amour, elle semble se détériorer au fur et à mesure que le temps passe.

Gilbert : Peut être, je sais pas.

Shiho : Car avant elle était facilement gérable, mais là j'arrive même plus à converser avec elle sans risquer de me prendre un objet dans la gueule au moindre désaccord.

Gilbert : T'as surement raison.

Shiho : En plus ça me gênerait de devoir la planter avec mon scalpel dans ma poche.

Gilbert : Il faut réussir du premier coup si tu ne veux pas qu'elle t'efface de la réalité.

Shiho : Ouais t'as raison Gillou.... Hé mais attends, je rêve ou tu viens de me donner un conseil pour la tuer ?

Gilbert : Ah ouais désolé mais j'aime bien analyser les faiblesses de tout le monde pour savoir comment les tuer si ils venaient à se retourner contre moi ou si juste l'envie m'y prend.

Shiho : Rassure moi que t'as pas une méthode pour moi.

Gilbert : Hé bien... En vérité...

Shiho : OK c'est bon, pas besoin d'en rajouter.

Gilbert : T'inquiète ce sera propre si je devais te....

Un puissant coup de sandale dans les feuilles vertes au sol vint couper sa parole.
Visiblement il allait être l'heure de repartir à la marche, ce qui était soutenu par les puissantes riffs de guitare qui commençaient à résonner dans la forêt brumeuse qui les entourait.
La Figure de Proue des Héros commença à taper du pied en rythme avant de piquer un sprint digne d'un épisode de Naruto tout droit, faisant soupire tout ceux derrière qui allaient encore devoir se dépêcher de suivre.
Sur le chemin, entre les arbre, la voix agaçante commença à entamer la chanson.

Haruhi : Jour par Jour !
Je suis tellement malade !
Vous n'êtes pas obligé de me dire comment !

Un écureuil qui était en train de ramener un gland chez lui ne put s'empêcher d'écouter cette mélodie qu'il appréciait puis il siffla pour rameter tous ses amis pour qu'ils écoutent cette humaine dans cet élan de comédie musical.

Haruhi : Oh mon garçon !
Je devrais certainement mentir !
Je ne peux pas sortir avec toi !

Sentant une pointe de tristesse dans ses paroles joyeuses, les animaux de la forêt qui arrivaient à percevoir ceci décidèrent de la suivre dans son périple et de l'aider au moment venu car ils étaient cool.

Haruhi : Je l'ai trouvé par moi même et j'aime ça !
Tout est merdique te je vais tout décider !

Animaux : Je dis, je dis mon paradis !

C'est à ce moment qu'elle sortit enfin du sentier de forêt pour se retrouver face à l'entrée du château qui heureusement ne contenait pas de douves, mais par contre il y avait une dizaines de soldats de l'HCF qui étaient présents.
Quelle ne fut par leur surprise de voir sortir de derrière la fille téméraire 3 fois plus d'animaux qu'eux qui se dirigeaient en plus dans leur direction pour le faire la misère. sans pour autant perdre le fils de la chanson.

Haruhi : N'oubliez pas de quitter votre destination !!

Une biche fit un coup de sabot à l'un des hommes et une fois celui ci à terre, elle commença à le piétiner à mort.

Haruhi : Impossibleeee !!

Animaux : Vous ne m'arrêterez pas !

Un grand polatouche agrippa un autre type ua visage pour le faire tomber droit sur un porc-épic.

Haruhi : Sauter par-dessuuuuusss !!

Un lapin sauta à la gorge d'un mec pour commença à lui grignoter la jugulaire.

Haruhi : Allez y doucement, allez y !

Encore un autre larbin remarqua qu'on venait de lui chiper son pistolet et l'auteur était un raton laveur qui lui en logea une dans le crane.

Haruhi : Bien sûr, n'ayant aucune idée de quoi que ce soit !

Un énième gugusse commença à se prendre une volée de gland sur le visage, tirés depuis la cime des arbres.

Haruhi : Réunion de réadaptatioooonnnn !!

Animaux : Retour à l'état sauvage !

Un grand pic se posa sur l'épaule d'un soldat et commença à lui picorer la tête incessamment.

Haruhi : C'est plus que ça !!

Voyant que la voie se dégageait et qu'il n'y avait donc plus d'obstacle, elle entra dans cette immense demeure.
Son objectif était maintenant de trouver l'endroit où se trouvait sa cible tant convoité.

Haruhi : Même cela semble être celui-ci à la foooooiiiiissss !!
Qu'avez-vous fait avec tout le cercleeeeeeee !!??

Alors que les paroles commençaient à sentir le google trad sans scrupule, les guitares arrêtèrent de jouer quand la sprinteuse déboula sans être fatiguée dans ce qui semblait la salle du trône. Un trône, mais pour qui ?
Bah déjà, en arrivant elle put voir quelqu'un assis dans celui du roi qui se mit à l'applaudir à son entrée remarquée.
Le sourire de la victoire s’afficha en un éclair d’œil sur le visage de l’Héroïne qui avec un coup de talon pointa le responsable de toutes ses conneries, prêt à faire son imitation de Detective Conan.

Haruhi : C'est vous le coupable !

Visé par ce doigt accusateur, Albert Wesker décida de se lever un peu tout en redressant ses lunettes avec son index, laissant transparaître ses yeux de chats orangés, avant de regarder à nouveau celle qui le faisait bien rire.

Wesker : Tu ne penses pas que tout ceci est aussi simple ?

Haruhi : J'ai mon équipé avec moi pour te faire ta fête si tu fais le malin !

Avec de l'assurance, elle montra d'un geste de la main ses valets qui venaient tout juste d'arriver, exténués mais bien là au moins, sinon elle aurait eu l'air conne mais ne lui dites pas que j'ai dit merci.
Les cartes de poker semblaient aller en sa faveur, elle en était persuadé.
Pourtant, l'homme venu d'un autre monde ne perdait pas sa confiance.
Elle crut que c'était juste parce qu'il ne voulait pas admettre qu'il avait perdu, un classique.

Haruhi : Et maintenant tu dis quoi !?

Wesker : Je dis qu'il me suffit juste d'appuyer sur un bouton et...

Dans son dos, il appuya discrètement sur la touche d'un télécommande et d'un coup un flash bleu se répandit dans toute la pièce comme par magie. Cependant ça semblait ne pas avoir affecté Haruhi qui ne perdit donc pas sa bonne humeur.
Ce qui baissa son sourire, c'est quand elle entendit deux corps tomber au sol et en tournant la tête, vit que c'étaient les Montagnés qui semblaient avoir perdu connaissance à cause de cette impulsion.
Le rire du génie scientifique fut alors entendu, il était clairement maléfique.
Il énerva Suzumiya qui détestait qu'on s'en prenne à ses esclaves.

Haruhi : Qu'est ce que tu leur as fait !?

Wesker : Une simple IEM qui s'est propagé dans la pièce, désactivant ces robots aussi bien fait qu'ils soient.

Haruhi : OK c'est bon tu m'as cherché enfoiré, Albert défonce le !

Albert : OUAIS ENFIN MON TOUR !!!

Il se mit en avant et arma bien son fusil pour viser son homologue avant de tirer... Du caca.
C'est logique d'un coté mais je me demande quand même d'où il sort toute cette merde.
Ne me répondez pas s'il vous plaît.
Le résultat fut pas très probant car le Mec Stylé en face avait déjà senti l'odeur corporel de Chris Redfield et l’haleine de Barry Burton qui étaient bien pire que ça, donc il put non sans mal avancer jusqu'au tireur pour le choper par le cou sans qu'il s'y attende puisque pris par le feu de  l'action.
Le poing d'acier sera ce cou qui était bien plus fragile depuis un bain de volcan. Notre Albert tenta de trouver une solution à ce problème comme il l'avait déjà fait par le passé mais il fut coupé cour par une drôle de sensation.
C'était comme si son cœur s'était détaché de son corps.
Il baissa les yeux et vit le bras de son homologue lui traversé le torse tel ce qu'il avait fait jadis à Oswell E. Spencer.
Quelle ironie.

Wesker : Je suis déçu d'être devenu une loque tel que toi dans ce monde ci.

Albert : Au moins... je ne suis plus... un sans couille...

Wesker : Tu l'ouvres beaucoup je trouve.

Albert : Va chier...

Le peu d’essence vitale dans son corps le quitta, et celui ci tomba lourdement sur le tapis par terre.
L'organe tenu par la main de son assassin fut pressé comme une orange, sans respect.
Tout ceci cause une paralysie du corps de la Chef Suzumiya.
C'était pas du tout ce qui était prévu dans ces plans !
Elle ne pouvait pas perdre, ce n'était pas possible !
Pourtant, Albert venait de crever sous ses yeux et les deux autres atouts étaient hors service.
Il ne restait plus qu'elle...
Pas de choix !
Elle prit son courage à deux mains et voulut utiliser ce pouvoir qu'elle possédait et qu'elle avait juré à Gilbert ne n’utiliser que en dernier recours, et là justement c'était la situation propice pour ça.
Elle pointa sa main vers Albert et aspira plein d'air pour le ressortir aussitôt.

Haruhi : DISPARAIS !!!

Rien en se passa.
Wesker rigola en voyant la tête qu'elle faisait en ce moment même.
Elle retenta car ça doit marcher.

Haruhi : J'AI DIT DISPARAIS !!!

Toujours rien.
Ce n'était pas possible !
Ça a toujours marché, ces pouvoirs de Dieu, mais là ils ne répondent plus !
Comment se fait ce !?
La réponse vint d'une voix douce mais pourtant hostile.

??? : C'est inutile...

Elle venait de derrière la trône de la reine d'où sortit une femme blonde aux mauvaises intentions et bien plus égocentrique que notre héroïne. Peut être même autant que son copain, ce qui les a surement rapproché.
Elle s'avança vers celle qui a ses yeux étaient vaincu, juste pour l'achever par quelques paroles.

Ashley : J'ai désactivé tes pouvoirs.

Haruhi : C'est impossible, tu te fous de ma gueule !

Ashley : Pas du tout, et tu pourras remercier Sasaki pour ça.

Haruhi : Cette pute !

Ashley : Maintenant abandonne, c'est pour ton bien.

Haruhi : Jamais !!

Obstinée comme elle l'était, elle tenta de foncer vers cette nouvelle tête, seulement pour être arrêter en cours de route par une force bien plus rapide et surtout par une sensation froide sur son front qui fit couler un peu de liquide.
Wesker était maintenant derrière elle, la maîtrisant d'une seule main tandis que l'autre avait un couteau dont le coté coupant de la lame était un peu enfoncé au niveau de son front. Elle ne pouvait plus rien.
Suzumiya se refusa de l'admettre car elle ne pensait pas cela possible, mais elle avait perdu.
avatar
Clara Lille
Arrivants
Arrivants

Messages : 62
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Quatre Univers en Un ! [Terminé]

Message  G-Man le Mar 13 Fév - 11:59

Chapitre 7 : Tensions Palpables

France; New Raccoon City; Usine Désaffectée

Quinze personnages se trouvaient dans cette pièce bien éclairé malgré le fait qu'elle ne devrait pas l'être, mais ce qui ne devrait pas l'être non plus, c'était leur présence en ce lieu.
Très rapidement deux gros groupes se formèrent pour savoir chacun de leur coté ce qu'il fallait faire face à cette situation impromptue. Excluant Alcatraz qui restait immobile sans bouger à regarder Maxime Neuder en respirant lourdement et ce dernier qui lui retournait un regard sadique tout en examinant les autres potentielles victimes pour lui.
L'un des groupes représentant ceux qui venaient du futur, donc pour ceux qui n'ont pas suivi, il s'agissait de :
- Leon Scott Kennedy qu'on appellera Kennedy pour pas confondre avec l'autre.
- Jewel Blake du STARS.
- Gally du SAJS.
- Megan Shay qui n'aime pas ses parents.
- Mathieu Sommet le gangster.
- Léa Moulin la poissarde.
- Dark Max le clone.
Écoutons un peu ce qu'ils avaient à dire.

Léa : Moi je dis qu'il faudrait tous les flinguer juste pour être sûr qu'ils ne nous causeront pas de soucie.

Dark Max : On pourrait peut être discuter avant d'employer la force, non ?

Matthieu : Moi je suis d'accord la fille de l'autre connard que je détestais, il faut profiter de l'effet de surprise.

Kennedy : Non c'est Max qui a raison, on ne les connait pas et si ça se trouve ils sont plus fort que nous.

Gally : J'ai de sérieux doute pour la fille gothique aux cheveux noirs et pour le binoclard qui a l'air demeuré.

Megan : Il faut se méfier de la rousse en serviette, elle cache surement son jeu.

Jewel : Si il y a besoin de partir à l'action, signalez moi je suis prête.

Gally : Ouais pareil.

Matthieu : De même pour moi.

Kennedy : Pourquoi toujours besoin de causer morts ?

Léa : Parce que c'est rapdie et efficace.

Kennedy : Comme pour Sarah quand tu l'as tué ?

Léa : Je t'ai déjà dit que c'était sa vie ou celle de ma fille, tu aurais fait pareil à ma place.

Dark Max : Elle n'a pas tort là Leon.

Kennedy : Vous avez raison, je suis encore à cran pardon.

Jewel : Ne t'en fais pas Leon, perdre sa femme c'est toujours dur.

Kennedy : Merci Jewel.

Gally : Bon alors on y va ou pas !?

Megan : J'ai pas l'impression.

Matthieu : Dommage.

Du coté de l'autre groupe, le dialogue était tout autre.

Stive : La meuf qui brille d'une couleur trop brune à mon gout me fait peur.

Claire : Toujours aussi raciste à ce que je vois.

Stive : C'est pas ma faute si nous blancs sommes supérieurs à eux.

Claire : Si tu le dis...

Chloé : Moi ce qui me fait chier c'est que j'ai pas mon arme sur moi.

Maxime : Ne t'en fait pas Cloclo, même toute nue je sais que tu peux tous leur botter le cul sans problème !

Chloé : Oh enfin pour le moment ils ont pas l'air méchants, mais c'est vrai que je pourrai les écraser si besoin est.

Alexandrine : Alors on fait quoi ?

Maxime : On fait des câlins !

Stive : Mais non Maxime, il faut tous les déshabiller !

Maxime : Câlin !

Stive : Déshabillage !

Alexandrine : Hé tu calme les gars !

Chloé : Je pense qu'il faut surtout s’occuper de ce mec avec un sweat à capuche qui observe l'autre en armure intégral, c'est le plus louche.

Claire : C'est vrai que les deux ne semblent pas se quitter du regard.

Maxime : J'ai une idée, laissez moi faire !

Claire : Oh non...

Sans attendra le jeune homme plein de bonne volonté mais surtout de conneries s'approcha vers DarkMax95 les bras écartes et ce dernier ne le vit pas venir et fut extrêmement surpris en se prenant une attaque câlin de niveau 2 sur son corps qui lui donna une envie irrésistible de tuer.
Mais avant qu'il ne puisse le faire, Chloé intervint en retirant son petit ami de force, ce qui lui permit d’éviter un coup de lame qui lui aurait été fatal, même si il avait l'habitude de mourir.
Là le regard de tous sauf Alcatraz fut attiré par ce nouveau détail qui pouvait glacer le sang.
C'est finalement l'un des plus cons dans la salle qui s'exprima pour le signaler.

Stive : Oh il a changé son bras ne lame, est ce qu'il peut aussi devenir une glace !?

Cette connerie fit beaucoup marrer intérieurement le plus vilain de tous qui en les voyant pour la plupart inquiet de cette découverte, fit tout ressortir par le biais de sa bouche. Ce rire qui suivit était digne d'un psychopathe et pouvait briser l'âme d'une personne en deux.
A cela se rajouta une réponse à la question qui venait d'être posé.

Neuder : Bien sûr, approche et je te montrerais ça.

Alexandrine : Ne le fais pas Stive !

Stive : Ah bon pourquoi !?

Alexandrine : Il veut te tuer !

Stive : Ah bon !?

Neuder : Pourquoi il faut toujours qu'on me complique la tache !?

Chléo : T'es qui toi de toute façon !?

Neuder : Ça dépendra de mon humeur, soit vous ferez parti de moi soit vous serez mes esclaves et je serai donc votre Dieu.

Claire : Encore un mégalomane...

Neuder : Je vais commencer par toi là vu que tu viens de l'ouvrir.

Il avança lentement vers elle en faisant exprès de jouer avec leur nerf pour attaquer où moment propice.
Malheureusement, sa soif de meurtre naissante l'empêcha de voir son ennemi de toujours lui foncer dessus et lui asséner un puissant coup de poing au visage à lui en faire décrocher la mâchoire.
Son corps fit une pirouette en arrière avant de cogner contre un mort et tomber lourdement inconscient sur le sol.
Alcatraz venait de réussit pour la première fois de sa vie à triompher d'un combat face à lui et il devait cette victoire à ces nouveaux alliés qu'il en connaissait pas encore. Il fit alors un merci de la tête façon japonaise aux deux groupes puis il alla s'approche du corps de son ennemi pour s'assurer qu'il ne se réveille pas.
Tout ça avait été rapide mais avait laissé une forte impression juste derrière.

Dark Max : Merci de nous avoir épargné un combat qui aurait peut être eu raison de certains de nous.

Claire : Bavard le type masqué.

Matthieu : Tu sais gamine, je préfère ça à un type qui dit que des conneries.

Stive : C'est ce qu'on dit souvent de moi.

Maxime : Et de moi !

Alexandrine : Max, dis merci à Chloé.

Maxime : Merci Chloé.

Chloé : Heureusement que j'ai été rapide pour te sauver.

Léa : Hé pardon de vous interrompre mais toi là à lunette tu me rappelles un peu mon père au niveau du visage mais en plus gros, gras et moche. C'est quoi ton nom ?

Maxime : Maxime Moulin.

Léa : Ah bah comme mon père ! Moi c'est Léa, sa fille.

Chloé : Tu es très jolie Léa.

Léa : Eu... Merci... ?

Chloé : Chloé Kraeminger, celle à ma droite c’est Alexandrine et à ma gauche c'est Claire, nous sommes les petites amies de Maxime.

Matthieu : Hé bien il en a de la chance dit moi ce gamin !

Megan : Celui qui vient de parler c'est Matt...

Matthieu : Je préfère qu'on m'appelle le Patron.

Megan : Et moi c'est Megan.

Stive : Comme la voiture !

Maxime : Hé mais attends, t'es Matthieu Sommet le Youtuber.

Matthieu : Hein ? Tu dois me confondre avec quelqu'un d'autre.

Maxime : Ah...

Stive : Moi c'est Stive avec un I et j'y tiens.

Gally : Tant qu'on est aux présentation, vous pouvez m’appeler Gally et c'est tout ce que vous avez à savoir de moi.

Jewel : Jewel Blake, je suis contente que la menace ait été éliminé.

Dark Max : Dark Max, le clone du père de Léa.

Leon : Et je suis...

Maxime : LEON SCOTT KENNEDY !!!

L'enfant trop content lui sauta littéralement dans les bras suivi de tout près par un Stive en mode chien mendiant.

Maxime : Tu es mon personnage de Resident Evil préféré, je peux avoir un autographe !

Stive : Et moi aussi, ma copine me croira pas quand je la lui raconterais !

Leon : Si vous voulez, même si je sais pas de quoi vous parlez, mais d'abord lâchez moi un peu s'il vous plaît.

Maxime : Oh tout de suite il prend de la hauteur !

Stive : La Célébrité lui est monté à la tête !

Maxime : Tu as trop changé !

Stive : Viens Maxime, il vaut plus le coup !

Max lui cracha au visage et descendit de ses bras pour retourner voir ses copines en compagnies de ses petites amies qui ne préféraient rien dire tant la situation était folle et drôle à la fois.
L'agent secret s'essuya sa joue avec un mouchoir sans trop comprendre ce qui venait de lui arriver.
Maintenant que tout le monde sauf le muet et le méchant assommé s'étaient présentés, il était tant de donner un coup de pouce au scénario en déclenchant un événement imprévisible.
De toutes les entrées de la pièce vinrent de nombreux soldats vêtus de noir avec l'emblème de UNIT sur eux et ils encerclèrent bien vite tout le monde avec leur armes qui étaient pour certaines sophistiqués.
l'un d'eux, à première vue, un sergent-chef s'adressa à tous pour être clair sur la situation.

Sergent-chef : Ne bougez pas et il ne vous sera fait aucun mal !

Ils obéirent à cet instruction même les plus réticents car de toute façon ces types pourront très certainement les aider à comprendre sur qui leur était arrivé et donc le fin mot de cette histoire.
avatar
G-Man
Arrivants
Arrivants

Messages : 61
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Quatre Univers en Un ! [Terminé]

Message  Clara Lille le Mar 13 Fév - 22:53

Chapitre 8 : Torture Divine

France; Montagnes Arklay; Château Redfield

Tout était de sa faute.
Le Leadeuse des Avengers le savait et lui en voulait beaucoup.
Si Leon n'était pas parti en mission solitaire, elle et son équipé auraient été au complet pour affronter Wesker et sa copine blonde. Personne ne serait mort.
Du profond de son être, elle le blâmait pour la mort d'Albert.
Certes elle appréciait peu ce dernier mais la raison pour laquelle elle le tolérait la plupart du temps était qu'il était un pion indispensable pour le groupe et sa disparition les marquera pour toujours.
Tout ça parce que Leon n'avait pas souhaité la décence de l'écouter et avait osé même lever le ton contre elle et disputer ses ordres alors que c'est elle qui dirige il en faut pas l'oublier.
Et maintenant si elle était en si mauvaise posture, c'était à cause de son irresponsabilité à lui et surtout sa débilité, et rien d'autre. Elle le maudissait beaucoup dans sa tête.
La prochaine fois qu'elle le croisera, il se mangera sa droite en pleine figure, c'est sûr.
Elle se demandait d'ailleurs si ses conneries l'avaient pas déjà consumés et que si ça se trouve il était lui aussi mort à l'heure qu'il est, ce qui lui serait une bonne leçon.
Mais ça, même Dieu ne le savait pas.
Elle l’espérait du moins, bien fait pour lui.
Dire qu'elle avait commencé à ressentir de l'affection pour lui, la même qu'elle ressentait jadis pour Kyon et que donc elle avait eu lors de leur conversation dans sa chambre dans la nuit.
Maintenant, tout ce qu'elle avait pu éprouver pour lui n'était que la haine qu'elle voulait déchargé à son encontre même si il était très certainement à l’état de cadavre au moment où elle pensait.
Oh oui elle bouillonnait, sauf que les sangles l'empêchaient s'assouvir ses pulsions destructrices.
Si elle avait eu encore ses pouvoirs, il en aurait été tout autrement.
Si seulement…
Elle voulait les ravoir.
Elle espérait pouvoir être à nouveau maîtresse du monde.
Ça, il n'y a pas que Leon qui était fautif, mais aussi cette Sasaki qui avait visiblement aidé ses ennemis à ce sujet là. La salope !
Dés le premier jour où elle l'avait vu, elle avait su qu'elle n'état pas net.
Déjà c'était une vieille connaissance de Kyon et les deux semblaient un peu trop proche.
Après quand il fut révélé qu'elle avait aussi des pouvoirs divins et qu'elle le savait depuis le début, la méfiance fut accrue et jamais plus Haruhi ne la laissa seule avec son équipé.
En plus, Sasaki avait aussi la sienne avec aussi un esper, une alien et un voyageur temporel.
Elle avait tout copié sur elle, c'était pas du jeu !
A plusieurs reprises, le Dirigeante de la Brigade SOS avait formenté des sales coups contre elle mais au final elle s'était résignée à laisser pisser, surtout que leur équipes avaient arrêté de ce croiser.
Au final, elle aurait dû le faire, ça aurait évité toute cette histoire.
Comme elle aurait dû asséner un coup à l'arrière du crane de l'Agent Kennedy pour qu'il vienne de force avec elle car ce qu'il aurait fallu faire.
En sommes, elle avait été trop gentil et cool avec eux.
Elle ne fera pas deux fois la même erreur.
Mais bon, pour le moment elle ne pouvait rien faire de là où elle était.
En effet, son corps était attaché à une sorte de table d'opération où ses mains et ses pieds étaient solidement attachés à celle par des poignes d'acier, rendant le moindre mouvement impossible.
Si ça avait été une simple corde ou un truc plus rouillé, elle aurait déjà pu s'en défaire et s'échapper pour se venger de ses agresseurs mais là c'était pas le cas.
En plus sa colère la déconcentrait un peu pour pouvoir mettre au point un plan d'évasion.
Elle se rendit compte de ça seulement à ce moment là et se mit à contrôler son rythme respiratoire comme elle l'avait appris au Club de Yoga de son lycée pour pouvoir être plus apte à réfléchir.
Après quelques inspirations et expirations, ce fut bon, son esprit s'était vidé de ses ondes négatives, ce qui fait qu'elle était bien plus calme à présent.
Elle regarda autour d'elle pour analyser le décor.
Elle voyait une seule entrée dans la pièce avec une porte automatique, ainsi que plusieurs accessoires médicales et aussi de bricolage qui étaient posés sur un chariot tout près d'elle.
Si elle réussissait à l’atteindre par un quelconque moyen, elle pourrait sûrement prendre l'un de ces outils pour lui permettre de se défaire de ses liens. Encore faut il trouver un moyen de le faire.
Hormis ça il n'y avait rien d'intéressants sur les autres meubles présents dans cette pièce qui faisait très médicale, juste des papiers et des verres, pas utile pour son évasion.
A cet instant là, elle sentit un coup de froid au niveau de son front et se rappela que le Méchant Wesker lui avait entaillé une partie de celui ci. Cependant, en l'absence de miroir, il lui était impossible de voir la profondeur de la plaie.
Si elle y arrivait, elle pourra sans problème constater des dégâts grâce à son temps passé au Club de Médecine. Maintenant qu'elle y pensait, elle aurait dû utilisé ce qu’elle a appris à celui à celui d'Arts Martiaux pour se défaire de son ennemi quand il la tenait fermement.
Le choc de sa défaite l'avait déconcentré, encore une fois à cause de la bêtise de Leon.
N'empêche, si elle couplait les deux ensemble, elle pourrait s'enfuir sans problème.
Sauf que rien à faire, elle ne trouvait par le moment un quelconque moyen d'atteindre le chariot qui pouvait la délivrer de cette table de merde qui commençait à l'agacer à nouveau !
Faut croire que sa colère persistait à revenir.
La porte de la pièce s'ouvrit toute seule, puis quelqu'un se fit entendre en train de s'approcher de la séquestrée qui ne put le voir que quand il fut assez proche d'elle et elle le reconnut instantanément.
C'était le Bad Wesker, vêtu d'une tenue de chirurgien pour ne pas se tacher mais il était quand même très reconnaissable, surtout à cause de ses lunettes de soleil qu'il n'enlevait jamais.
Il se trouvait désormais juste à coté d'elle et il amena le chariot un peu plus proche de lui puisque visiblement il allait se servir de ce qui avait dessus, ce qui ne réjouissait pas celle qui allait en faire les frais.
C'était le bon moment pour tenter une conversation plus mais surtout moins amicale avec ce type pas cool pour essayer de le convaincre que c'était une mauvaise idée ce qu'il préparait. Faut bien profiter du fait qu'elle puisse encore s'exprimer et qu'on ne l'avait pas encore bâillonné.
Peut être parce qu'ils étaient dans un coin perdu de la montagne, et que donc personne ne l'entendra crier.

Haruhi : Hé, si tu crois que je vais te laisser mettre tes sales pattes sur moi, tu peux aller te faire foutre ailleurs !

Wesker : Si tu crois que je ce sont mes mains qui vont te toucher, tu te trompes, ce sont mes outils qui vont le faire.

Haruhi : T'as très bien compris ce que je voulais dire, maintenant libère moi c'est un ordre !

Wesker : Tu ne donnes plus d'ordre maintenant.

Haruhi : Je t'emmerde !

Wesker : Allons, entre nous on est assez semblable.

Haruhi : Tu as fumé tes lunettes ou quoi !? D'où on est semblable !?

Wesker : Oh pourtant, nous avons tout les deux beaucoup d'estime pour nous même. Ainsi qu’une soif de pouvoir immense où nous voulons même prendre le contrôle de ce monde presque à nos pieds. Et en plus nous avons tous les deux dirigés composés d'idiots pour la plupart.

Haruhi : Ouais mais... mais.... mais....

Wesker : Mais quoi ?

Haruhi : Attends j'essaye de trouver un contre argument.

Wesker : Tu n'en trouveras pas.

Il ne pouvait pas avoir raison.
Pourtant en ressassent ses souvenirs, Haruhi vit beaucoup de moment égoïstes qui auraient pu être facilement commis par un Wesker, ce semblait aller dans le sens de ses dire.
Non non, il doit bien y avoir quelque chose !
Mais quoi !?

Wesker : Dommage de devoir en arrivé à ça mais Ashley, je suis le premier à en être étonné, mais je l'aime beaucoup cette fille. Si elle n'avait pas été là, c'est avec toi que j'aurais accepté de contrôler cette Terre, mais tu es venue trop tard, désolé.

Haruhi : Ouais ouais, et tu vas faire quoi là !? T'amuser à l'apprentie chirurgien !?

Wesker : Non, je garde ça pour plus tard. Commençons par celui d'éleveur.

Haruhi : Nani !?

Il sortit alors de son attirail une sorte de tige en fer où l’extrémité avait une forme de H et qui était surtout anormalement brûlante comme si on venait de la chauffer dans une forge, ce qui n'était pas possible puisque tout ce matériel n'avait pas bogué depuis que Suzumiya était là.
En tout cas, son possesseur releva une partie du t'shirt de cette dernière et marqua au fer chaud la zone juste en dessous de nombril. Le contact avec sa peau la fit gémir de douleur à un niveau déjà assez important.
C'était comme si elle mettait sa main dans une casserole à haute température mais que c'était quelqu'un d'autre qui décidait quand est ce qu'elle pourrait retirer sa main pour éviter une brûlure au troisième degré.
La sensation de froid qui suivit le départ du marqueur fut soulagente même si la marqué elle même était bien là.
Un H pour Haruhi, leur amour énervait celle qui en faisait les frais.

Haruhi : Pauvre con, je suis pas une vache moi !

Wesker : Bien sûr que non, je dirais plus que tu es un coq vu comment tu nous casses les oreille à crier comme ça.

Haruhi : Je te jure que je vais te laisser un beau W sur ton front, tu ne l'oublieras jamais !

Wesker : Jouons au boucher maintenant.

Oh non !
Elle redoutait le pire.
Surtout qu'elle avait en vu un gros couteau qui avait bien la taille pour coller avec ce métier.
C'était bien celui ci qu'il prit pour la prochaine étape de son plan de torture.
Elle craignait la zone qu'il choisirait, puis remarqua qui centrait son regard sur sa main gauche qu'elle s'empressa de fermer fortement pour pas qu'il lui arrive quelque chose.

Haruhi : N'y pense même pas !

Wesker : Tu préfères perdre une main ou un doigt ?

C'était quoi sa question à la con !?
Il était sérieux là !?
Après un court laps de temps de réflexion, elle conclut que oui c'était un vrai choix qu'il lui imposait.
Soit elle se laissait faire et y perdait juste un doigt.
Soit elle résistait mais dirait adieu à sa main.
Il n'y avait aucun garantie qu'il épargne sa main en faisant la première option mais c'était quand même le meilleur choix apprendre. La décision qui suivit, elle le fit avec le cœur lourd.
Elle ferma les yeux et desserra son poing, laissant ses doigts libres de profiter de l'air ambiant.
Seul l'un d'eux, l'auriculaire vit sa vie défiler devant lui en regardant le lame de la guillotine venir vers lui, lui tranchant la tête d'un coup sec. Ça, elle n'en sentit rien tellement se fit fait de façon pro et efficace.
C'est que quand elle sentit un tampon se mettre au niveau de la base pour empêcher le sang de couler, qu’elle sut qu'il n'était plus là. Elle n'avait plus que quatre doigts à sa main gauche.
Il lui manquera beaucoup mais au moins les autres étaient toujours présent.
Elle rouvrit les yeux, seulement pour voir son bourreau reposer le couteau sanglant à sa place.

Haruhi : Je devine que c'est loin d'être fini, c'est ça ?

Wesker : Oui car ma méthode prend 6 étape et je présent mes excuse d'avance.

Haruhi : Laisse tomber tes excuses, j'en veux pas.

Wesker : Toujours gronchonne mais au moins tu gueules plus, c'est bien.

Haruhi : C'est quoi maintenant ?

Wesker : Un petit tour chez le dentiste.

Elle vit sa main prendre une pince dans la caisse à outil et elle soupira.
dans quelle merde était elle encore tombée ?
Encore une fois se débattre ne ferait d'augmenter la douleur, elle décida de se laisser faire. Elle referma les yeux et ouvrit grand sa bouche avant de ralentir sa respiration comme elle avait appris au Club de Survie.
Ouais, elle avait fait tous les clubs de son lycée et elle était bonne dans une bonne partie d'entre eux.
Ce qu'elle devait faire ensuite, c'était de penser à autre chose pour minimiser la douleur ressenti.
Très vite, elle sentit une lame froide de métal toucher sa temps et commencer à serrer. C'est là qu'elle devait appliquer sa méthode.
Mais à quoi penser alors que la douleur commençait déjà à venir !?
Les Mystères, ça c'est bien !
Suzumiya adore les mystères, c'est pour ça qu’elle a créé la Brigade SOS.
Prenons par exemple le Monstre du Lock Ness...
Ah non c'est pas un bon exemple car lui c'est clair que c'est du fake.
La première photo de lui était d'ailleurs elle même fausse et était juste un simple jouet.
Pour le reste, c'était des branches, un chien ou un tas d'autres trucs banals.
Choisissons vite autre chose car c'est au tour de la deuxième dent !
Bigfoot tiens !
C'est surement un homme singe qui a réussi à se terrer dans les forêts américaines sans se faire remarquer.
Si on ne l'a pas tant vu que ça, c'est parce qu'il veut nous éviter et ça c'est normal, après tout on a déjà détruit la moitié des espèces vertébrés en moins de 50 ans, c'est fort ça !
Aille, la troisième dent !
Après on a son cousin neigeux, le Yéti.
Bon après lui au vu des témoignages, ce serait plus une espèce d’ours ou un truc du genre qu'il vit en haute montagne.
Il est plutôt gentil vu qu'il aurait sauvé plusieurs personnes pendant des décennies.
Oh putain, pourquoi aller jusqu'à quatre !?
Après après après on a les aliens !
Genre Roswell le plus connu.
C'est sûr que le gouvernement américain nous cache des choses, n'est ce pas !?
Ouais ouais c'est ça !
Ouais...
C'est bon c'est fini ?
Suzumiya ne sentit plus aucune de ses dents être violée, juste une marre rouge se déverser sur l'océan.
Celle ci fut très vite éponger pour permettre à elle de survivre à ce qu'elle venait de vivre et ce qu’elle allait vivre.

Wesker : Je vais devoir vous opérer de l’œil, donc ouvrez les.

Haruhi : Si fous foulez...

Personne ne viendra la sauver de toute façon.
Elle rouvrit son regard qui se porta sur l'apprenti chirurgien comme elle l'avait mentionné plus tôt qui cette fois ci se pencha sur elle avec un scalpel pour voir du coté de son œil gauche.
Le bout de lame vint vite rencontrer l'iris pour l'envahir d'une façon plutôt violente et en fracassant les murs, le faisant très vite pleurer des larmes sanglantes accompagnés de douleurs cinglantes.
Suzumiya grinça du peu de dents qui lui restait et espérait que quelqu'un vienne vienne la sauver de tout ceci.
N'importe qui, même Leon !
Oui même lui, ce con, elle était près à tout lui pardonner si il venait le démêler des fils qu'il avait lui même entrecroiser de façon bordélique et où elle s'était empêtrée.
Elle attendait maintenant que cette foutue lame se retire pour qu'elle puisse y voir quelque chose mais c'est alors que de son autre œil elle vit justement Wesker l'essuyer et la ranger dans sa boite diabolique.
Bizarre, elle continuait à ne pas de voir son œil gauc...
Oh non...
Ce n'est pas possible !
Mon œil, je vois plus rien de celui ci !
C'est pas possible, j'ai perdu la vue d'un coté !
Comment ferais je si je survis !?
Pourtant là était la question... Survivra t-elle ?
Quand elle entendit son tortionnaire testait faiblement le bout d'un marteau dans la paume de sa main, elle redoutait le pire. Elle avait lu et vu Misery, et elle tenait beaucoup à ses chevilles.
Elle ferma ses deux yeux, même si elle ne vit que la moitié se faire, et tenta de se rassurer vainement.
Après ça, ça ne pourra pas être pire...
En fait si ça peut toujours être pire !
On peut m'enfoncer des tiges dans les ongles, me faire la torture chinoise, me rôtir, m'arracher un bras ou encore me faire du waterboarding !
Je...
Un premier coup interrompit ses pensées quand le marteau démoniaque frappa une premier fois son tibias, la faisant pousser un haut le cœur tellement ce fut fort, douloureux et surprenant.
Le second coup ainsi que le troisième la firent hurler de douleur comme jamais elle ne l'avait fait.
Le quatrième fracassa en deux l'os qui avait bien résisté jusque là, coupant toute sensation en bas de rupture.
Elle ne pouvait plus bouger son pied, ce qu'i l'attrista beaucoup.
Elle perdait de plus en plus de facultés et ça lui faisait extrêmement mal.
Wesker lui, continuait à prendre plaisir à faire son boulot, même si il ne s'en vantait très peu pour une fois et respectait même le silence de sa victime. Il avait peut être raison quand il montrait auparavant de l'appréciation à son égard.
Au moins c'était ça en moins pour elle, elle n'entendra pas de remarques à la con de sa part.
Qu'est ce qu'il allait faire ensuite ?
Le bruit d'une scie circulaire retentit dans toute la pièce et arriva au oreille des oreilles de la pauvre fille qui sentait au plus profond de son être qu'un autre de ses membres allait y passer. Elle ne voulait pas savoir lequel.
Le son allait vers sa droite et continua au de là de sa jambe en sale état.
Là, c'était clair pour elle que le membre dont elle allait se passer était...

Haruhi : AAAAAAHHHHHHHHH !!!!!!

... son bras droit.
Une giclade de sang survint par la suite et la fit sombrer dans l'inconscience après avoir perdu tant de hémoglobine avec tout ce qu'elle pris jusque là, la faisant sombrer entièrement dans le noir total.
D'un coté, elle put enfin trouver la paix. Du moins pendant quelques temps.
Quand sa conscience commença à enfin à revenir, une voix qu'elle n'avait plus entendu depuis 1 an se mit à raisonner dans tout son esprit, comme si celle ci venait de son corps lui même.
C'était celle de...

Haruhi : Kyon ?

Kyon : Haruhi, enfin tu m'entends.

Haruhi : Mais tu es mort Kyon, comment tu...

Kyon : Ce n'est pas important et tu le sais bien.

Haruhi : Ouais, ça fait un nouveau mystère à résoudre.

Kyon : Tu l'as bien dit.

Haruhi : en tout cas je pense bien tôt te rejoindre vu comment je...

Kyon : C'est faux.

Haruhi : Quoi ?

Kyon : Tu es forte Haruhi et j'admire toujours cette force, donc tu dois survivre.

Haruhi : Pour quoi faire ? Personne ne viendra me sauver...

Kyon : Tu as tort à ce sujet là, écoute donc.

Leon : Mince, qu'est ce qu'il t'a fait ?

Haruhi : Réon ?

Kyon : Oui c'est bien lui, maintenant ouvre tes yeux.

Elle ouvrit ses deux paupières et d'un seul œil elle vit le visage encore jeune du quarantenaire la regardait avec un profond chagrin et remord qui montraient l'inquiétude qu'il avait pour elle à ce moment là.
C'est de sa faible voix, qu'elle se fit entendre à lui.

Haruhi : Réon... ?

Leon : Reste avec moi, je vais te sortir d'ici.

Voyant celui qu'elle n'avait pas arrêté de blâmer en début de chapitre la sortir de ce supplicie qu'elle vivait, une larme ne put s'empêcher de couler de son œil droit pour glisse jusqu'à sa main à lui.
Une vraie larme de soulagement pur.
avatar
Clara Lille
Arrivants
Arrivants

Messages : 62
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Quatre Univers en Un ! [Terminé]

Message  Claire Redfield le Mer 14 Fév - 23:43

Chapitre 9 : Amours du Passé

France; New Raccoon City, Valiant

Un Bell UH-1Y Venom de UNIT décolla de la base aérienne pour se rendre à l'Usine Désaffectée au Nord de New Racoon City. Celle là même qui avait connu deux RP assez importants par le passé.
Pour ceux qui les ont raté, la première fois c'était quand l'armée américaine occupé l’endroit et que leur recherche sur une autre Dimension, l'Inframonde, sauf que ça avait dégénéré et qu'une équipe composé seulement de Léon et Gilbert avait dû s'y rendre pour régler ça.
C'est à partir de ces événements qu'ils ont commencé une certaine amitié même si il y avait encore beaucoup de progrès à faire. Depuis, 4 ans s'étaient écoulés et ils s'étaient énormément rapproché.
Leur amitié était désormais solide comme un rock que même Chris Redfield ne pourrait pas défoncer à ses poings.
Le deuxième événement important qui y avait eu lieu fut la première vraie grosse mission des Avengers qui leur avait apporté une hausse de réputation juste après l'avoir réussi.
En effet plusieurs de leur ennemis s'étaient rendu là bas, maintenant que l’endroit avait été délaissé par le gouvernement, dans le but de s'entre aider à faire un tas de saloperie.
Grâce aux Avengers, dont certains membres présents là bas à l'époque ne sont plus là aujourd'hui, tous avaient été tués ou capturés, hormis la chef de Green Umbrella, Natalya Vipèra, qui avait l'art de s'en sortir par des invraisemblances scénaristiques.
Là où au moins avec Gilbert c'était volontairement drôle, avec elle ça l'était involontairement.
En bref, depuis ça, la lieu avait été laissé à l'abandon et il n'y avait presque plus eu d'activité.
Jusqu'à ce jour, où visiblement quelques surprises allaient attendre nos héros préférés.
Ces derniers étaient dans l'appareil qui venait de décoller et ils allaient rejoindre sur place les unités qui étaient parties avant eux pour voir ce qui avait bien pu débouler des trois failles qui s'étaient ouvertes.
Pour Suzumiya, c'était la première fois qu'elle avait affaire à quelque chose de ce genre, contrairement à Leon qui comme mentionné plus tôt, avait déjà dû régler un problème de dimension de merde. Il s'était aussi retrouvé une autre fois dans un univers parallèle après que Gilbert ait changé le passé pour faire n'importe quoi.
Je vous raconterai ça une autre, j'ai pas encore décidé si c'était en JDR, RP ou FIC que je le ferais.
Une chose est sûr, vous l'aimerez beaucoup. ^_^
Revenons aux vengeurs qui étaient chacun occupés à faire des trucs durant ce court trajet.
Tonton Albert se mettait de l'huile sur le corps pour qu'il soit bien glissant et soyeux, il faut bien qu'il profite d'être torse nu et d'être surement le plus canon des gens ici d'après son propre et unique point de vue.
Gilbert était en train de ronfler fortement la bouche grande ouverte car il se faisait vieux quand même le chanteur.
Shiho aiguisait la lame de son katana avec son scalpel de manière très précise. Il faut dire que depuis qu'elle avait un corps d’androïde, elle ne pouvait plus se transformer en canné épée de la mort qui tue et donc elle avait dû trouver une autre solution pour décapiter des têtes.
Haruhi avait le regard collé à l'extérieur, là où la nuit régnait en maître, et celui ci semblait être un peu blasé. Elle avait aussi une paire d'écouteurs posées sur ses oreilles reliées à son téléphone pour écouter une musique qu'elle aimait beaucoup.
C'était un remix de Numa qu’elle avait découvert sur la chaîne de ShadowLeggy.
Grâce à cette chanson, elle put revivre un moment de son passé qu'il fit avoir une pointe de sourire.

7 Mars 2017

Japon; Tokyo; 8bit Cafe

Un crime allait être résolu dans l'arrondissement de Shinjuku.
A l'intérieur de cette endroit nostalgique pour les geeks, l'Assistante Inspectrice Miwako Satō et le Sergent Wataru Takagi de la Police Metropolitaine de Tokyo attendaient le verdict de la Détective en Herbe tandis que le reste de la Brigade SOS observait la scène à distance.
Avec son doigt incontrable, elle pointa celui qui parmi les trois suspects était forcément le coupable.

Haruhi : C'est vous Yūzaino le coupable !

Yūzaino : Mais non, pourquoi ça pourrait pas être les autres !?

Haruhi : Kukku est allergique au caramel, or Giseisha s'était couverte de cette substance pour le lol, donc il n'aurait jamais pu s'en approcher pour la tuer sans faire une crise dû à son allergie.

Yūzaino : Et Sābā !?

Haruhi : Une caméra l'a filmé en train de se taper une pute dans la ruelle arrière au moment du crime et la pute nous l'a confirmé après quelques menaces bien placées.

Yūzaino : Je clame mon innocence !

Haruhi : Et moi je pointe la preuve de ton crime !

Elle jeta alors une Playstation 4 dans la gueule du type qui fut assommé sur le coup.

Haruhi : C'est ta PS4 et c'est elle qui a servi d'arme du crime, o na trouvé du sang dessus. Maintenant avoue ton crime !

Takagi se pencha sur le coupable pour lui passer les menottes malgré son état un peu amoché.

Wataru : Il ne pourra pas vous répondre pour l'instant.

Miwako : Bravo Suzumiya-san, vous avez du bon boulot sur ce coup ci.

Haruhi : Je sais, il faut savoir aider les autres à résoudre les mystères qu’ils ne peuvent résoudre tout seul, c'est ce qu'on appelle l'entre-aide !

Miwako : Je ne suis pas tout à fait d'accord avec votre définition mais je vous remercie quand même pour l'aide apporté.

Haruhi : Allez à la prochaine les flics !

Elle leur fit un salut de la main et commença à se rendre vers la porte de sortie, seulement pour remarquer que la plupart des membres de sa brigade étaient partis, ne restant plus que Kyon qui semblait avoir attendu patiemment qu'elle finisse pour lui dire quelque chose.

Haruhi : Qu'est ce qu'il y a Kyon ? Où sont les autres ?

Kyon : Je leur ai demandé d'attendre dehors pour que je puisse te parler de quelque chose.

Haruhi : D'quoi veux tu m'parler ?

Kyon : Tout d'abord d'un fait que j'aurais dû te dire depuis le longtemps, surtout depuis que tu sais que tu as des pouvoirs, mais j'en avais pas eu le courage jusque là.

Haruhi : Allez accouche.

Kyon : Je suis John Smith.

Le cœur s'arrêta une fraction de seconde en attendant ce nom.
John Smith.
Ce mystérieux homme l'avait aidé à dessiné une fresque sur la cour du East Junior High la nuit de Tanabata. Cette fresque signifiait "Je suis juste ici" et était important à ses yeux.
John lui avait ensuite conseillé d'aller à North High car il y aurait des gens intéressent et des événements mystérieux là bas. Au final, tout ce qu'il avait dit s'était révélé être vrai à 100%.
La dernière phrase qu'il lui avait dit, elle s'en rappelait très bien.

John : Bravo pour sauver le monde en le surchargeant avec amusement avec John Smith !

Depuis ce jour, elle chercha dans toutes écoles de al ville, en vain.
Elle avait donc suivi ses conseils et c'est comme ça qu'elle rencontra ceux avec qui elle créera la Brigade SOS et surtout Kyon qui lui en avait donné l'envie et qui devint la chose la plus chère à son cœur.
Au fond d'elle, elle l'avait toujours su en le rencontrant mais s'était refusée de le croire.

Haruhi : J'avais toujours eu cette impression que vous étiez la même personne, et depuis que Gilbert m'a révélé mes pouvoir j'ai commencé à en être plus que sûr ,et je contente d'en avoir la certitude maintenant. Merci Kyon, mais garde moi encore la surprise de comment tu as fait pour pas vieillir d'un poil depuis.

Kyon : Je voulais aussi te dire autre chose avec ça, pour aboutir sur une troisième chose.

Haruhi : Allez vas y, avant que les autres ne crèvent d’hypothermie dehors.

Kyon : Peu de temps après qu'on se soit rencontré, tu étais très mélancolique, tu t'en rappelles ?

Haruhi : Oui ?

Kyon : Tu as fais un étrange rêve où nous avions plus que deux dans ce monde et où il y avaient des géants, et ce rêve s'est terminé quand je t'ai embrassé subitement. Ce n'était pas un rêvé, ce monde était un espace clos que tu avais créé et qui aurait pu détruire ce monde qu'on connait, et ces géants étaient les Celestes dont on a parlé il y a peu.

Haruhi : Attends mais alors... Tu m'as vraiment embrassé ?

Kyon : Oui c'était le seul moyen pour que tu ne puisses pas tout détruire, et je n'ai jamais regretté ce baiser.

Ça faisait beaucoup à apprendre en un seul coup, mais la tête dur continua à suivre en essayant de contenir ses émotions qui étaient ne train de déborder et qui allaient éclater d'un moment à un autre.

Kyon : Je t'aime Haruhi Suzumiya, et je ne veux surtout pas te perdre. Je me suis déjà retrouvé monde où notre brigade n'existait pas et où tu semblais n'avoir jamais existé. C'était horrible, j'étais désespéré à ce moment là et c'est bien ce jour là que j'ai vraiment constaté à quel point je ne pouvais plus me passer ta folie habituelle et excentricité remarquable. Je ne sais pas si c'est réciproque mais...

Il eut bien vite sa réponse quand les lèvres de Dieu vint rencontrer les siennes dans un élan de joie.
L'instant qui suivit sembla durer une éternité et ne fut arrêté que quand une voix de l'autre coté de la porte les invita à se dépêcher un peu pour qu'on puisse partir, surtout parce que depuis 1 ou 2 minutes les deux amoureux n'avait pas exprimé un seul mot.
Quand ils interrompirent leur geste, ils continuèrent à se regarder un peu contemplatif jusqu'à ce que la puissance divine vint ramener à la raison, aussi étonnant que ça pouvait le paraître.

Haruhi : Allez les rejoindre, on reprendra ça plus tard.

Kyon : Ça marche.

Elle le prit par la main pour l'emmener à la sortie sans qu'il n'eut rien faire pour s'en dépêtre.

23 Juillet 2018

France; New Raccoon City, Ciel

Leon, le dernier sur la liste, était lui de son coté en train d'écouter une autre variante de Numa aussi faite ShadowLeggy avec son casque sur les oreilles grâce à son ordinateur portable qu'il emmenait toujours sur lui mais qui était en général dans sa mallette.
Quelle mallette ? Bonn question.
Personne n'avait jamais réussi à savoir où il la rangeait, et peut être qu'on ne voulait pas le savoir.
En tout cas lui était était plutôt songeur et cette chanson lui rappela aussi un doux souvenir.

10 Septembre 2010

Japon; Tokyo; Maison

Dans une demeure traditionnelle de ce pays plongée dans la pénombre, deux faisceaux de lumière venaient tout juste d'y pénétrer après avoir avoir tenté de signaler leur présence à l'habitant du lieu sans parvenir à une réponse.
La première torche la plus en avant était celle de l'agent secret qui se remémorait ce moment de son passé, qui était évidemment présent ici pas juste pour des vacances mais bien pour une mission donné par son gouvernement.
Il devait aller à la rencontre d'un homme, Guro Sukon, un membre de The Connections, un syndicat du crime branché sur les armes biologiques, qui a accepté de vendre toutes les infos qu'il avait contre la protection du gouvernement américain.
Il aurait dû se rendre sur un lieu de rendez vous plus tôt dans la journée où Leon devait le rejoindre. Sauf qu’une fois sur place, il n'y avait eu personne mais aucun piège ne s'était refermé sur lui, ce qui était très étrange.
L'Agent Kennedy a alors informé sa contact de la situation puis a décidé de se rendre à la résidence du type mais non sans être accompagné. Il a décidé de se renseigner sur les membres des forces de l'ordre du coin pour ensuite informer celui qu'il jugeait le plus digne de confiance.
La deuxième torche appartenait donc à l'Inspecteur Iowa Kanagawa, un homme qui était dans la police depuis un bon moment déjà et qui en avait vu des vertes et des mures durant toute sa carrière. Dernièrement, i lavait participé à une affaire qui dépassait clairement le commun des mortels.
Ensemble ils étaient donc rendu là-bas sauf qu'entre temps la nuit était tombée et rendait donc l'endroit bien sympa à explorer, surtout qu'il en semblait y avoir personne à l’intérieur. Il fallait cependant être prudent, car qui sait ce qui pourrait se passer.
Une fois dans le premier couloir, ils ne virent rien de particulier mais alors qu'ils y progressaient ils commencèrent à entendre quelque chose venir d'une des pièges avoisinante. Une sorte de bruit de mastication qui venait de la gauche.
Leon s'arrêta juste la porte y menant et fit signe à son partenaire de le couvrir alors qu'il ouvrit un geste de la main la porte en papier fin qui révéla un salon plutôt commun qui contenait quelque chose qui ne l'était pas.
En effet, il vit ce qui semblait être deux geishas agenouillées sur une troisième personne couchée sur le ventre dont le visage était caché par leurs corps, ne laissant que ses pieds dépasser.
Le corps de ces femmes bougeaient de façon à ce qu'on avait l’impression qu'elle était de le... dévorer.
Sans attendre, le flingue de l'agent fit armé et et disposé en direction de ces dernières.
L'Inspecteur juste derrière lui commença alors à s'interroger sur ce qui se passait actuellement.

Iowa : Il y a un danger ?

Leon : Oui, deux même.

Entendant cette discutions, les deux Geishas arrêtèrent leur action commencer à se retourner lentement en leur direction tout en se relevant. Elles révélèrent au grand jour leur visage couvert d'un sang qui n'était pas le leur, leur yeux blancs vitraux et leur bouche entre ouverte prêtre à mordre le prochain bras qui passerait devant.
Il n'y avait aucun doute sur ce qu'elles devenues à leur dépens.
Assez rapidement, elles reçurent chacune un projectile dans le ciboulot qui les cloua au sol définitivement. Il n'y avait pas de temps à perdre les zombies, plus vite c'était fait te plus vite ils pourraient reposer enfin en paix.
Prenant très vite ses précautions, le tireur s'approche des trois cadavres et tira à nouveau un cou, cette fois porté sur le crane du mec qu’elles étaient en train de grignoter juste pour être sûr qu'il en se relèvera pas.
Dans le même temps, il put prendre conscience de son visage et le reconnaître.

Leon : C'était Guro Sukon, il s'est fait avoir.

Iowa : Mince, ses employeurs nous ont devancé.

Leon : Il faudra prévenir le BSAA pour qu'ils fouillent les environs et s'assurent qu'il n'ait pas d'autres morts qui se baladent dans le coin.

Iowa : Je le ferai, ne vous ne faites pas.

L'Agent de la DSO rangea son arme et se tourna vers son partenaire qui était un peu pale sur le coup.

Leon : La première fois que vous affaire à des zombies ?

Iowa : Oui, ça fait bizarre, mais c'est toujours mieux que des fantômes vengeurs.

Leon : Ca va aller ?

Iowa : Oui, je vais juste prendre l'air un petit peu et prévenir les supérieur pour qu'ils informent le BSAA.

Après ses mots, il quitta la pièce ne faisant demi tour, laissant notre héros retourner auprès du mort qui l'intéressait pour le fouiller te s'assurer qu'il n'avait rien qui pourrait servir sur lui.
Mais qu'il faisait ça, la porte en face de lui s'ouvrit subitement.
Il dégaina en vitesse pour tenir en joue la personne qui venait de le surprendre, pour se rendre compte qu'il la connaissait et pas qu'un peu.

Leon : Ada ?

Ada : Tiens salut Leon.

La célèbre espionne chinoise qui aimait balancé son faux nom à tout le monde était bien présente elle aussi ici. Elle portait d'ailleurs un kimono rose foncée qui collait bien à ses goûts et elle avait pensé à enlever ses chaussures comme ce qui se faisait traditionnellement dans ce pays.
Tout ça donnait l’impression qu'elle ne venait juste pas débarquer dans cette maison mais qu'elle y était déjà depuis un certains temps. Restait à savoir combien de temps exactement.
Elle s'approcha de sa souris favorite pour la taquiner comme à son habitude.

Ada : C'est comme ça qu'on traite son hôte ?

Leon : Il m'avait posé un lapin, je n'ai pas eu le choix.

Ada : Je suis au courant pour votre rendez vous, il me l'a dit.

Leon : Vous vous connaissiez ?

Ada : En quelques sortes.

Leon : Allez aide moi un peu, tu sais bien que je peux être long à la détente.

Ada : On va dire qu'on se connaissait assez bien, c'est pourquoi il m'a appelé pour me dire qu'il avait des infos au sujet de The Connections qu'il souhaitait bien me dire au cas où il lui arrivait quelque chose lors de sa rencontre avec un certain agent américain.

Leon : Il t'a donné ses infos ?

Ada : Non, il allait me le dire mais il devait s'occuper de deux invités qui n'allaient pas bien. J'ai donc attendu à l'étage mais quand j'ai entendu son cri, j'ai tout de suite su que quelque chose se tramait en bas.

Leon : Tu ne l'as pas aidé ?

Ada : Pas vraiment, je me suis dit qu'il valait mieux pour moi de fouiller sa demeure de fond en comble pendant qu'il était occupé ailleurs.

Leon : Et tu as touché le jackpot ?

Ada : Malheureusement non. Je pense que tout ce qu'il y avait d’intéressant, il l'avait gardé dans sa tête. C'est dommage, j'aurais peut être dû lui venir en aide tout compte fait.

Leon : Au final, nous voilà bien avancé.

Ada : Oh après j'ai pas à m'en faire, je ne suis pas réellement en mission pour une fois.

Leon : Je crois bien que c'est la première fois je te croise en dehors de ton boulot.

Ada : C'est bien vrai. Tu pourras aussi remercie ton ami Chris qui m'a enlevé pas mal de contrats en éliminant Wesker.

Leon : Je lui ferai savoir.

Après cet échange qui semblait normal malgré le peu de fois qu'ils se voyaient, la jolie asiatique commença à se rendre vers la sortie juste derrière, seulement pour être stoppée par une phrase qu'elle avait déjà bien entendu par le passé.

Leon : Ada attends !

Ada : Quoi ?

Leon : Si un jour, tu veux qu'on aille boire un verre ensemble ou quelque chose de ce genre, sache que je suis partant.

Ada : J'y réfléchirai promis, à plus Leon.

C'est ainsi que comme à son habitude elle disparut telle une ombre, laissant son amour seul derrière elle.

23 Juillet 2018

France; New Raccoon City, Usine Désaffectée

Après avoir repensé à leur amours passés à chacun, ils sentirent le sol toucher l'appareil où ils étaient.
Ils étaient enfin arrivés.
avatar
Claire Redfield
Anciers
Anciers

Messages : 328
Réputation : 0
Date d'inscription : 01/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Quatre Univers en Un ! [Terminé]

Message  Clara Lille le Ven 16 Fév - 20:51

Chapitre 10 : Mauvaises Nouvelles

Les Avengers étaient enfin arrivés là où on les avait demander.
L'hélico les avait déposé à l'entrée arrière de l'usine, tout prêt de la Circular River et à l'Est du Parc de la ville. D’ailleurs on la surnommait l'Usine Morte, déjà du fait qu'elle était en général à l'abandon, mais aussi du fait de son inaccessibilité de base.
En effet c'était encore pire que dans la première ville car en plus d'être séparé du reste du parc par la rivière et donc juste un pont de bois qui mène à l’entrée arrière, son entré avant se trouvait dans un coin délabré de la ville où ne se trouve principalement que des sans abris et des gens peu recommandables.
Pas étonnant donc qu’elle fut très vite abandonné par le personnel chargé officiellement de l’endroit et refourgué à l'armée pour construire une autre usine d'élimination des déchets au bordure du sud de la ville. Sauf que eux aussi l'abandonnèrent au final.
C'est la seule usine qui fut obligé de faire ça alors que celle d'élimination des eaux usées était toujours au centre ville et celle de traitement de l'eau était ua Nord. Pour l'instant, il était prévu qu'elles n'y bougent pas.
Tout ça pour dire que l’endroit ressemblé à un lieu hanté digne d'un Scooby-Doo et que la nuit n'arrangeait à rien. Surtout qu'un vent fort soufflait et laissé paraître à court intervalle des bribes de murmure qui semblaient surnaturel.
Autant presque tous les membres de cette team ne prêtaient pas attention ça, surtout la leadeuse qui voulait se dépêcher d'enquêter sur ce nouveau mystère, mais Gilbert lui prêta attention à ce bruit qui résonnait à ses oreilles.
Il s'arrêta alors juste devant la porte menant à l'intérieur que ses camarades venaient d’emprunter et se retourna d'un coup croyant avoir entendu quelque chose. Il ne vit que quelques soldats de UNIT patrouiller le secteur, c'était tout.
Croyant pendant un instant que son esprit déjanté lui jouait des tours, son ouïe sur-développé lui confirma le contraire. Une voix d'outre tombe s'appuya sur son épaule et fut très pesante sur lui et l'autre âme qui reposait au sein de son corps.

??? : Tu crois t'être débarrassé de lui mais notre chef reviendra, bien plus tôt que tu ne le crois.

Gilbert : Qui êtes vous ?

Il n'eut aucune réponse.
La pression fut très vite relâche comme si il n'y avait jamais rien, pourtant il n'avait rien fumé sur ce coup là.
Ne voulant pas être seul à ces PNJ qui servaient à rien, il entra dans ce lieu qu'il avait déjà visité une fois il y a 4 ans.
Le premier couleur était cette fois ci bien plus éclairée, avec aussi moins de taches rouges sur les murs.
Il arriva finalement à la salle avec l'ascenceur qui descendait originellement au labo de l'US Army mais qui était depuis son dernier passage hors service. C'étaient les autres portes dans la pièce qui allaient intéresser son groupe cette fois ci, surtout une devant laquelle ils s'étaient arrêtés.
En effet, ils n'attendaient plus que lui, pour pouvoir laisser le Sergent-chef Amin Lacoste s'exprimer.
Je vous laisse deviner qui était le plus agacé sur le tas.

Haruhi : Non mais Gilbert si t'arrives plus à suivre la rythme, je te tous en maison de retraite et comme ça le problème est réglé !

Gilbert : Non mais il y a une voix qui m'a appelé et parlait d'un chef qui...

Haruhi : Ouais ouais et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d’alu, sors pas d'excuses bidons !

Shiho : Je peux discuter avec lui ?

Haruhi : Si tu veux, les autres vous écoutez l'autre là.

Amin : J'ai un nom.

Haruhi : C'est pas important ça, allez cause !

Amin : Donc on a quinze personnes dans la pièce après le couloir derrière la porte dans mon dos. On a un peu discuté avec elles et visiblement elles viennent de plusieurs autres univers alternatifs au vue de leur témoignage. Certaines d'un futur, d'autre d'un monde sans bioterrorisme style zombie...

Haruhi : Il y a des casseurs de couilles parmi eux ?

Amin : L'un d'eux possède d'importants pouvoirs et est très dangereux, il a même essayer de les tuer avant qu'on arrive. Vous ne pourrez pas lui parler car on est en train de l'embarquer pour notre base pour plus de sécurité. Sinon à part, les autres ne semblent pas menaçant pour l'instant.

Haruhi : Très bien, laissez nous passer !

Amin : Bien reçu, moi je retourne à la base avec le convoi transportant le prisonnier.

Haruhi : En avant les gars !

Une épine vint alors se coincer dans son pied cérébrale quand la meneuse se rendit compte que seul Wesker était vraiment avec alors, tandis que Leon était plutôt préoccuper par les discutions au seins du Couple Montagné qui semblait annoncer de mauvaise augure.
Sentant que c'était pas gagné, elle râla un peu.

Haruhi : Quand vous voudrez venir, vous saurez à me trouver !

Et elle partit sans attendre personne, n'étant juste rattraper que par son chien-chien torse poil qu'elle aimait martyriser sans raison, juste parce qu'il était un peu con et surtout très addict de la matière fécale.
Le Beau Brun la regarda partir et soupira, il avait quelque chose de plus important à ce préoccupé.
Il savait que son pote Gilbert était le pro de la déconnade et de la fumette en douce, néanmoins il aimait quand même écouter ses inquiétudes car la plupart du temps elles se révélées justes et très importantes.
Comme la fois où il avait rêvé d'une Fin du Monde causée par Suzumiya elle même qui avait vraiment failli se produire, et qui d'après Shiho et quelques autres, c'étaient réellement produite de leur point de vue à eux.
Donc, même si elle était une vraie tête de mule, il était un peu surpris qu'elle ne prenne même pas en considération les inquiétudes de celui que pourtant elle considérait que la meilleure chose qui lui était arrivé dans sa vie.
Espérions qu'elle la perde pas d'ailleurs à trop vouloir foncer tête baisser dans le tas, alors qu'elle le niveau suffisant pour réfléchir de bons plans, quand elle le veut. ce qui n'est pas si courant que ça il faut se l'avouer.
En tout cas, l'Agent Kennedy s'approcha de ses deux amies pour leur parler enfin de mieux comprendre le truc.

Leon : Qu'est ce qui se passe ?

Shiho : Leon, tu te rappelles de l'entité qui vivait dans le corps de Gilbert ?

Leon : Comment ne pas se rappeler de quelque chose qui a coûté la vie à la moitié des habitants de cette ville ?

Shiho : Une autre entité a réussi à contacter Gilbert, surement parce qu'on est proche de l'endroit où il y avait eu une des failles de l'Inframonde, et elle a averti que leur chef, c'est à dire celle qui est dans son corps, était en train d'hiberner en quelques sortes et qu'elle allait bientôt faire son réveil.

Leon : C'est pas bon ça.

Shiho : Clairement.

Gilbert : On fait quoi ?

Shiho : Pour le moment on règle le problème de ses failles et puis...

Leon : Attendez !

Shiho : Quoi ?

Leon : Gilbert n'est plus dans son corps alors comment pourrait il...

Shiho : Oh non...

Leon : J'ai raison ?

Shiho : Oui et un peu trop même.

Gilbert : Je suis plus là.

Shiho : Je dois y réfléchir, je vous expliquerai quand on aura fini avec notre mission, on y va.

Très préoccupé par ses déclarations et les nouvelles questions qu'il se posait, l'agent américain aurait voulu en savoir plus. Notamment sur comment une entité à pu discuter avec Gilbert puisque c'est maintenant un robot.
Peut être qu’elle voulait juste parler à lui et qu'en vrai elle aurait pu parler à tout le monde dans ce périmètre ?
Si c'est le cas, comment leur chef peut revenir si Gilbert n'a plus son corps d'origine ?
Viendra t'elle du corps plus très frais et enterré de ce dernier alors ?
Au bout de compte, il devait laisser ça de coté pour une autre aventure.
Ensemble, ils arrivèrent à rejoindre Haruhi et Albert dans la grande pièce contenant les visiteurs d'autres mondes.
Le regard de celui qu'on suivait se porta en premier sur la personne qui logiquement allait attirer son attention le plus que n'importe qui ici. A savoir pour ceux qui sont longs à la détente, son propre double en plus jeune, ce qui était très très bizarre.
Le sentiment fut réciproque et nul d'entre eux ne savait qui devait commencer par prendre la parole.
Finalement, c'était celui qu'on s'attendait le moins qui le fit, suivi par d'autres aussi con que lui.

Albert : Hé Leon, tu m'avais pas dit que t'avais un frère jumeaux caché.

Maxime : C'est vrai qu'ils sont très ressemblants.

Stive : Je pense que c'est juste une illusion d'optique.

Léa : Moi je pense juste que vous tous un peu con en fait.

Haruhi : Tiens, enfin quelqu'un avec un peu de ciboulot par ici.

Dark Max : C'est vrai que c'est quelque chose qui manque beaucoup par ici.

Les deux identiques du premier coup d’œil s'approchèrent pour essayer de repérer des différences juste pour voir.

Leon : Je n'ai pas cette cicatrice là.

Kennedy : Et moi pas encore perdu mes cheveux dans ce coin là.

Haruhi : Hé oh vous deux, on se reluquera une autre fois.

Elle tapa alors du talon de sa sandale droite sur le sol qui fit vibrer un écho en profondeur dans la pièce.

Haruhi : Tous, sauf mes laqués Avengers, contre le mur, et vite !

Chloé : J'ai pas envie.

Claire : On se croirait comme en 40.

Matthieu : Bien dit gamine !

Alexandrine : Tu as une vois à fumer 5 clopes par jour toi.

Megan : En fait c'est 10 qu'il fume à chaque journée.

Gally : Moi j'ai pas d'ordre à recevoir d'une minette comme toi !

Haruhi : M'énervez pas sinon vous allez me trouver !

Jewel : J'attends de voir ça.

Haruhi : Et toi là Zoro, tu veux aussi l'ouvrir un peu !?

Alcatraz resta muet face à cette situation, une vieille habitude.

Haruhi : C'est bien, enfin un qui a compris qu'il faut se taire quand je donne un ordre qui est pourtant très clair.

C'est alors qu'un ricanement semblant sortir des tréfonds du sol vint résonner dans toute la zone.
Elle semblait venir des murs, mais nul ne savait d'où exactement.
Une chose est sûr, ce rire était bien familier à quelqu'un en particulier.

Albert : Hé mais c'est moi !

Wesker (???) : Bien joué, je suis content de voir qu'il reste un peu de cervelle dans ce corps qui a visiblement souffert d'un épisode en Afrique.

Albert : Hé, c'est CHRIIIIIIISSSSS le coupable, pas moi !

Wesker (???) : Je sais, c'est pour ça que je l'ai tué dans mon univers.

Albert : Oh trop cool, tu pourras me dire comment ut fais car moi j'arrive jamais !?

Wesker (???) : Une autre fois peut être.

Haruhi : Comme si on avait besoin d'un autre Wesker sur les bras !

Wesker (???) : Vous rigolerez moins quand vous serez confronté au choix que je vous impose.

Leon : Quel choix ?

Wesker (???) : Sauver des Innocents ou Arrêter les Méchants ?

Haruhi : Qu'est ce que tu racontes !?

Wesker (???) : Voyez vous, dans quelques minutes, de nombreux Hunters seront lâchés dans la caserne de pompier de la ville. Il faudra bien s'occuper de ça mais attention !
Si vous vous y rendez, alors dans ce cas je vous ne pourrez plus me rejoindre à ma planque au Château Redfield à l'Est de la Ville. Car je serai alors parti en ne laissant rien derrière moi, vous empêchant de me retrouver.
En plus sachez que vous si quelqu'un d'autre que les Avengers décident de se rendre à ma planque, je ferai de même que si vous aviez choisi la première option, car j'ai l’œil sur vous et je le saurai si vous essayez de me doubler.
Donc maintenant un choix se pose à vous.
Vous vous occupez de la menace bioterroriste ?
Vous vous occupez du terroriste en lui même ?
Ou vous vous séparez à vos risques et périls en sachant que vous n'êtes QUE cinq ?
Réfléchissez vite.

Plus rien après ces mots, si ce n'est qu'un vide rempli de divergence sur quoi faire maintenant.
avatar
Clara Lille
Arrivants
Arrivants

Messages : 62
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Quatre Univers en Un ! [Terminé]

Message  Clara Lille le Dim 18 Fév - 23:09

Chapitre 11 : Le Choix

Dans l'Usine normalement vide de vie, plusieurs étaient en train de papoter ensemble sur la situation actuelle.
Ceux qui étaient d'un autre monde parlaient essentiellement de choses banales pour passer le temps ou de comment ils allaient faire pour entrer chez eux. Quelques rares discutaient du dilemme imposé par ce Deuxième Wesker juste avant.
Les Avengers eux, regardaient en silence leur chef qui était occupé au téléphone avec le Colonel Price sur la situation et au grand damne de ses oreilles c'étaient surtout des mauvaises nouvelles qui y entraient sans qu'il en ait de bonne qui ressortent.
Ce fut la dernière phrase de la haut gradé qui irrita le plus celle à la patience faible.

Haruhi : Comment ça vous êtes débordé !?

Marion (T) : Oui, le Général Dealer mobilise beaucoup de troupes pour un projet spécial et...

Haruhi : Mais c'est important notre galère !

Marion (T) : Je suis désolée mais je peux pas centrer la priorité dessus surtout que ça ne nous concerne pas.

Haruhi : Ah oui !? Pourtant le grand méchant vient d'un autre univers, c'est un peu votre domaine en partie non !?

Marion (T) : Oui mais vous avez dit vous même qu'il saura si on vient pour s’occuper de lui.

Haruhi : Alors envoyez au moins des gars pour s'occuper des quinze personnes qui voudraient revenir à leur monde !

Marion (T) : Je ne peux pas le faire maintenant et il y a déjà une dizaine de soldats là bas pour les garder en attendant que je puisse mobiliser plus de personnes dont l'équipe scientifique à leur sujet.

Haruhi : Vous servez à que dalle en gros.

Marion (T) : Je voudrais vous y voir vous, vous n'avez pas un chef susceptible sur le dos.

Haruhi : Non, mais si vous continuez comme ça vous m'aurez en plus, c'est ce que vous voulez !?

Marion (T) : Vos menaces ne me font pas peur.

Haruhi : Oh mais je sais ce que vous avez fait à Detroit avec cet enfant de 5 ans.

Marion (T) : Quoi, mais comment vous...

Haruhi : Ah vous m’écoutez bien maintenant.

Marion (T) : Vous êtes vraiment odieuse.

Haruhi : Je sais, maintenant aidez nous.

Marion (T) : Hé bien, ce que je peux faire, c'est de prévenir la Police et Blue Umbrella pour qu'ils envoient des troupes à la caserne mais c'est tout ce que je peux faire là. Je vous le jure.

Haruhi : Ça suffira.

Avec un sourire malicieux et surtout victorieux, Suzumiya raccrocha au nez de celle qu'elle avait eu.
Maintenant que pour elle, le problème des Hunters était réglé, elle l'avait plus aucun poids sur la conscience et pouvait se concentrer sur l'autre étape. Elle était très loin de ce douté qu'une certaine personne ne serait pas de son avis sur le sujet.
Fière d'elle, elle s'approcha de son équipe et avec sa joie ordinaire, elle leur adressa la parole.

Haruhi : UNIT prévient Umbrella et les Flics pour la Caserne, on peut se rendre au château, en route !

Elle commença à se rendre vers la deuxième sortie de la pièce, celle dont ils ne venaient pas à la base, mais elle se tourna juste avant de partir, pour adresser un regard à tous les autres dont elle avait presque failli oublier leur existence.

Haruhi : Ah et vous vous restez là jusqu'à ce qu'on revienne, bye bye !

C'est bon, elle pouvait partir.
Sa Team la suivit de près, surtout Wesker son gentil toutou.
Tout se passa bien dans un premier temps sur leur chemin qui n'avait aucun obstacle, mais en arrivant dans la salle d'arcade du site, quelqu'un qui cachait sa frustration jusqu'à maintenant décida enfin s'arrêter ses pas pour exprimer son désaccord sur le point soulevé avant.

Leon : Tu as tort Haruhi !

Cette dernière s'arrêta d'un net coup, en plein mouvement.
Les autres s'arrêtèrent aussi en tournant leur regard vers leur pote derrière, en étant un peu inquiet du regard car ils sentaient bien que la discutions qui allait suivre n'allait point être recouverte de paillettes mais plus tachée d'encre.

Haruhi : Qu'est ce que tu as dit ?

Leon : J'ai dit que tu avais tort de penser que juste parce que tu as refilé le merdier à quelqu'un d'autre.

Haruhi : Ah bon, et pourquoi ça ?

Leon : Déjà parce que la Police n'est pas taillée pour affronter ce type d'arme biologique, surtout que le STARS est actuellement en vacance. Et en plus je n'ai pas envie de laisser Blue Umbrella régler ça tout seul car je sens que ça va déborder quelque part.

Haruhi : Et si je te disais que je m'en foutais ?

Leon : Quoi ?

Finalement, elle décida enfin de se tourner vers lui, une expression grave sur son visage, accentué par des sourcils froncés et un regard prêt à exploser, tandis que ses poings étaient serrés.

Haruhi : Tu crois vraiment que ces pompiers importent plus qu'un terroriste qui pourrait en faire plus !?

Leon : Oui je le pense.

Haruhi : T'es bien le premier des débiles dans ce cas là. On peut sacrifier des vies si c'est pour en sauver plus.

Leon : Tu as tort à ce propos, on peut toujours essayer de sauver le plus de vies innocentes possibles.

Haruhi : Et comment, en se séparant !?

Leon : C'est une idée envisageable.

Haruhi : Mais oui, ça marche beaucoup dans les films d'horreurs ! On se divise en deux groupes pour chacun crever de son coté sans rien réussir ! C'est ce que tu veux !? Que Wesker se barre et que tes pompiers meurent ne même temps !? Qu'il gagne !?

Leon : Non mais on a pas vraiment le choix.

Haruhi : Si on a le choix ! Le choix d'y aller cash et de lui péter sa gueule de con.

Albert : Enfin c'est quand même moi alors je...

Haruhi : Ferme là ou toi aussi je te fait subir le même sort !

Leon : Est ce que c'est ce que Kyon ferait ?

Haruhi : Non mais Ada si.

Les deux répliques faisaient mal à l'un et à l'autre, il manquait juste une touche pour qu'ils se foutent sur la gueule.

Leon : Ada me comprendrait au moins et respecterait mon choix, me laissant partir. Mais tu es vraiment sûr que Kyon te laisserait partir à l’abattage comme ça, non ?

Haruhi : Tu ne connais pas Kyon.

Leon : Et toi tu ne connais pas Ada, pourtant ça ne t'empêche pas de l'ouvrir inutilement ?

Haruhi : Toi...

Leon : Et pour ta gouverne, j'ai beaucoup discuté avec lui de son vivant, et j'ai l'impression de mieux le connaître que toi.

Haruhi : Ferme...

Leon : Quand je pense que ses efforts pour te rendre plus humaine ont été si vain, il doit se retourner dans sa tombe à l'heure qu'il est.

Haruhi : Ta...

Leon : En vrai, c'est mieux qu'il soit mort pour qu'il ne voit pas ça.

Il esquissa un sourire à ce moment là, ce fut le coup de pied qui renversa le vase.
Elle lui fonça dessus à une vitesse athlétique tout en gueuler de larme un seul mot.

Haruhi : GUUUUUEEEEEEEEUUUUUUULE !!!!!!!

Elle déversa toute son énergie sur un puissant coup qui... ne brassa malheureusement que de l'air.
Par contre son ventre lui se prit un coup de pied qui la fit tomber à genou sous le coup de la douleur.
Leon qui avait fait ça d'un trait, repris une posture normal, le visage de marbre qui montra son calme.

Leon : Je pensais que tu étais une meilleure leader que ça, il te faudra te rattraper.

Il tourna ses chaussures vers le chemin d'où il venait mais adressa une dernière parole à celle qu'il venait de casser sans broncher avant d'y aller, car il n'était pas non plus un connard.

Leon : Si tu veux y aller, ce sera sans moi, mais alors fait preuve de plus de stratégie que là maintenant, car là bas si tu te fais avoir, tu risques d’avoir bien pire qu'un bleu.

Il disparut alors à l'encochure de la porte en saluant ses amies.
Suite à ce moment plein d'émotions, il retourna dans la grande salle où personne n'avait bougé, à la surprise de ses derniers, et il s'adressa à tous en réclamant un peu de silence.

Leon : Vous allez devoir rester ici le temps qu'on règle le cas de celui qui vous a certainement fait venir ici, ensuite vous pourrez revenir chez vous.

Kennedy : D'accord, bonne chance alors de votre coté.

Leon : Merci, et ne vous ennuyez pas trop.

Léa : T'inquiète, on va surement faire la teuf !

Certains étaient d'accord avec elle, d'autres moins.
Une chose est sûr, notre Leon avait des gens à sauver.


Dernière édition par Clara Lille le Mar 20 Fév - 10:39, édité 1 fois
avatar
Clara Lille
Arrivants
Arrivants

Messages : 62
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Quatre Univers en Un ! [Terminé]

Message  Clara Lille le Lun 19 Fév - 0:00

Chapitre 12 : Remise en Question

30 Juillet 2018

Japon; Nishinomiya; Maison Suzumiya

Je vous laisse imaginer l'horreur des parents de la lycéenne quand ils la virent débarquer du jour au lendemain après avoir passé un appel en larme, dans un état effroyable que personne ne devrait subir.
Son front était entaillé, laissant une belle cicatrice à peine cachée par les cheveux.
Sa peau au niveau du bas ventre était marquée au fer rouge, ce qui ne s'enlevait pas en frottant un peu.
Son petit doigt de la main gauche n'était plus là et il ne reviendra plus jamais.
Certaines de ses dents n'étaient plus là, laissant un petit soufflement sur certaines lettres qui sortaient de sa bouche.
Son œil gauche était crevé donc désormais aussi vitreux que de celui d'un vulgaire zombie.
Sa jambe droite était cassée pour toujours, la laissant avec une béquille pour se maintenir.
Et surtout, son bras droit avait disparu, ne laissant qu'un minuscule moignon permettant de se maintenir ne équilibre.
Ils étaient en larme quand ils la virent passer le pas de la porte, ce qui était le cas d'elle aussi en voyant leur réaction.
Le choc était bien pire que quand ils avaient découverts ses vraies pouvoirs qu'elle n'avait plus maintenant pour la première fois.
Peut être que ses potes Avengers avec la robotique et la médecine arriveront à remplacer les trous manquants ainsi que le membre inactif. Mais pour l'instant elle devra faire comme ça, c'était le jeu.
Elle expliqua à ses parents ce qui était arrivé et elle leur présenta ses excuses, ce qui n'était pas nécessaire de faire selon leur dire. Elle rajouta qu'elle restera ici pendant un temps, pour pouvoir réfléchir à son avenir.
On se retrouva donc à ce moment là de l'histoire, une semaine après sa torture qui a laissé des séquelles.
Haruhi était sur sol lire, couchée sur le dos, regardant le plafond beige qui contenait certaines cassures lui aussi.
Elle repensait à ces événements et essentiellement au comportement qu'elle avait eu à ce moment.
Pourquoi ?
Pourquoi ai je été aussi têtu ?
Leon avait raison sur un point, Kyon ne l'aurait pas voulu et aurait été surement de son coté voir à sa place.
Pourtant je ne l'ai jamais frappé...
Peut être parce que je l'aimais ?
Non, ça n'excuse pas tout.
Je ne me suis jamais emporté de la sorte.
Alors pour quoi là maintenant je suis allé aussi loin ?
J'ai même tenté de la frappe, ce que j'évite toujours de faire.
car il y a toujours de meilleurs moyens de briser son ennemi que d'y aller au poing.
C'est la première fois que je m'emportais de la sorte.
Kyon avait failli faire ça une fois mais il s'était retenu lui au moins.
Je parle beaucoup de lui et il n'est plus là...
C'est peut être ça.
Comment je n'ai pas pu le voir plus tôt !?
La mort de Kyon me hante toujours et je refoule ça par un comportement plus violent et vulgaire que la normal !
Leon avait encore raison sur une chose.
Kyon n'aurait jamais voulu me voir comme ça, je l'aurais énormément dessus.
En fait, en y repensant, j'ai déçu tout le monde comme ça.
Shiho qui a dû remarquer mon attitude puisqu'elle est très maline, surement même plus que moi même à mon grand damne.
Gilbert et Albert aussi, ce qui a coûté la vie de ce dernier.
Le plus déçu devait être Leon.
C'était lui qui était le plus dans le vrai que n'importe qui.
Et en plus j'ai essayé de me convaincre que la mort d'Albert était de sa faute...
Non, c'était la mienne...
Je crains vraiment ne tant que chez de ces héros...
J'ai foncé ans le tas, prise par l'adrénaline sans penser tactique et ça a coûté une vie...
J'y ai aussi laissé une part de moi là bas, dans ce château...
J'aurais dû écouter le conseil de Leon mais je l'ai jeté à l'eau comme une vulgaire pierre...
Plus j'y penser, plus que me dis qu'il avait raison le vieux.
Sur le coup, c'est vrai que c'était lui qui savait le mieux ce que Kyon aurait fait dans cette situation.
En même, il lui ressemble beaucoup sur plusieurs points, en étant un poil plus courageux que lui.
Pour les pompiers aussi, il avait le bon raisonnement en lui.
Il était humain, pas comme moi qui ait pensé qu'à ma gueule, comme d'habitude.
Il fallait prendre la troisième option et se séparer, tout en prenant des précautions pour ne pas mourir.
En aucun cas il ne fallait soit laisser les pompiers dans la merde en la filant à quelqu'un d'autre, ou soit laisser les connards derrière tout ça par élan de bonté. Il fallait être rusé, ce qu'il a su l'être.
Au bout du compte, je l'admire beaucoup pour ça.
Il ferait un meilleur chef que moi.
Il ne le veut très certainement pas l'être, mais c'est à ça aussi qu'on les reconnait.
Quand je rentrerai, je l'annoncerai aux autres.
J'espère qu'il sera ravis.
J'en profiterai aussi pour présenter mes excuses pour mon comportement.
J'espère qu'il les acceptera...
Tant que parle de Leon, j'aurais voulu être là quand il a claqué la nuque à cette pimbêche ou quand il logé un projectile dans le crane de mon tortionnaire. Ça devait être magique.
D'ailleurs je me demande où ils avaient rangés Gilbert et Shiho ?
Je poserai al question à mon retour.
Pour ne revenir à Leon ou Léon comme dirait justement Gilbert, ou bien encore Réon comme j'ai tendance à ne le prononcer avec mon accent japonais. Les L et les R, c'est pas facile croyez moi.
J'avoue avoir été impressionné par tout ce qu'il a fait depuis ses débuts.
Il a quand même survécu à ce que tout ceux qui ont été aussi de son cas ont surnommé l'Enfer sur Terre.
En plus le premier jour lors de service de police, alors qu'il n'était qu'un bleu.
Alors que pourtant j'ai vu les dessins des créatures qu'il a affronté et je serais surement morte face à elles.
Je devrais d'ailleurs demander conseil à Claire ou Jill pour qu'elles m'apprennent à survivre dans ce genre de situation.
Il a aussi arrêté un baron de la drogue qui portait un peu trop sa fille à cœur, tout en sauvant cette dernière.
Il a l'art de sauver et faire plus si affinité avec des jolies femmes.
Je devrais être jalouse, et je le suis un peu, mais ça va je peux comprendre sa mentalité.
C'est vrai quoi, il fait un métier dangereux et ne peut pas vivre une vie de vraie couple.
C'est comme James Bond en quelques sortes, même si Leon est plus cool que ce dernier.
Il a sauvé aussi la fille du président des Etats Unis en détruisant une puissante secte.
Au final il aurait dû la laisser crever, ça nous aurait éviter cette galère.
Mais bon, il ne pouvait pas le deviner.
Je trouve en plus que sa réaction était un peu abusée, quand tu vois ce qu’elle a fait juste parce qu'il ne voulait pas sortir avec elle.
Elle a tué de nombreuses personnes juste pour ça.
Je sais que moi aussi j'abusais assez souvent, mais pas à ce point non plus.
Un truc que j'adore beaucoup chez mon Réon, c'est son sens du clash.
Il est bien meilleur que moi à ce niveau là et m'a même battu à plate couture.
Que ça soit un Simmons, un Saddler si c'est bien son nom, ou bien Chris Redfield lui même, il arrivera toujours à révéler la bêtise de leur propos et à les tourner dans le ridicule. Ce qu'il m'a fait aussi, et j'aurais aimé le comprendre sur le coup.
Je dois maintenant prendre exemple sur lui.
Je vais profiter de mon retour dans ma ville natale pour me reposer déjà un peu parce que je suis un peu crevé.
Mais surtout pour tenter de faire de moi une meilleure personne, ce que Kyon aurait voulu et ce que Réon voudrait.
Cette remise en question m'a fait du grand bien !
dés demain, je vais faire le tour du quartier pour voir si des gens ont besoin d'aide !
Et sans rien demander en retour !
Ça fait bizarre de me dire ça dans mon tête, ça sonne à peu faux.
Je m'y habituerai.
Aaaahhhh, j'ai hâte d'être à demain !
Ça sera super cool et...
Ses paupières s'étaient déjà fermées depuis peu mais maintenant son esprit dormait tranquillement.
Elle ronflait un peu mais au moins elle semblait calme dans son sommeil, il lui fallait bien ça.
Ses parents jetèrent un œil pour voir si elle allait bien, et en la voyant comme ça, eurent un petit sourire qui dessina sur leur visage. Ils s'échangèrent un regard complaisant puis fermèrent la porte pour bien la laisser en dormir, tout éteignant la lumière au passage.
Le Diable allait peut être enfin réellement devenir un Dieu.


Dernière édition par Clara Lille le Mar 6 Mar - 22:17, édité 2 fois
avatar
Clara Lille
Arrivants
Arrivants

Messages : 62
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Quatre Univers en Un ! [Terminé]

Message  Clara Lille le Lun 19 Fév - 11:33

Chapitre 13 : Menace dans l'Ombre

23 Juillet 2018

France; New Raccoon City, Usine Désaffectée

Tous les venus d'un autre monde décidèrent chacun de leur coté de partir à l'exploration de cet endroit qui était assez grand pour s'occuper un peu en entendant qu'on vienne s'occuper de leur cas qui visiblement pouvait attendre pour le moment.
Léa, Jewel et le Leon de leur monde découvrirent au détour d'un couloir une sorte de bar qui devait servir aux employés pour s'amuser, discuter et s'étancher leur soif. Il y avait aussi un billard où de nombreuses toiles d’araignées recouvraient désormais le jeu qui s'y trouvait.
Au de là de cette poussière accablante, on pouvait quand même dire que c'était une bonne découverte.

Léa : Cool un billard !

Jewel : J'ai jamais joué à ce jeu.

Léa : Tu veux que je t’apprenne à y jouer ?

Jewel : Pourquoi pas.

Kennedy : Il y a un vieux Jukebox là bas, je vais voir ce qu'il y a en musique.

Alors que les filles s’occupaient de dépoussiérer tout ce qui était sur la table, c'est à dire le set de billes, le triangle et les deux queues qui s'y trouvaient, notre homme veuf s'approcha de la vieille machine qui possédait encore du jus pour voir déjà si elle fonctionnait encore.
Après vérification, il s'avérait que c'était bien le cas et il put voir les morceaux qu'elle possédait.
Il n'y avait que des morceaux des années 80 et seulement des morceaux français dont les noms ne lui disaient rien.

Kennedy : "Les Yeux de Laura" ? Et pourquoi pas les cheveux de Miguel aussi ?
"Et tu danses avec lui" ? Non sans façon.
"Sous les Sunlights des Tropiques" ? Seul un fou pourrait sortir une chanson avec un nom pareil.
Allez va pour "Au bout de mes rêves" !

Il enclencha le bon bouton et finalement cet air d'un célèbre parolier français se répandit dans toute la salle, installant une ambiance bien décontracté tout en étant un peu punchy. Léa était surement la seule ici à la connaître et elle commença à siffler les paroles tout en finissant de préparer le jeu.
Leon se rendit ensuite derrière le bar où se trouvait une porte qui devait mener à une réserve.

Kennedy : Je vais voir si il y a de l’alcool, je reviens tout de suite !

Léa : OK toi tu vas mourir vu la phrase que tu viens de sortir !

Kennedy : Ouais ça, qu'ils essayent !

Jewel : Ramène un Pinard si il y en a !

Il disparut alors de leur vue, tandis que la partie allait commencer, n'attendant que la préparation des joueurs.

Léa : Allez met toi en position.

Jewel : Je veux bien mais...

Léa : Ah ouais, à ce point là.

Jewel : Désolée.

Après un soupir, celle qui avait plus l'allure d'une experte commença les explications à rallonge sur ce jeu emblématique à la débutante qui pensa à prendre quelques notes grâce à un petit carnet dont elle ne se séparait jamais.
Entre temps dans un autre coin de l'usine, dans la salle d'arcade que les Avengers s'étaient disputés plus tôt, les 5 qui venaient de l'Univers de Courts Métrages de Maxime Moulin s'y trouvaient.
D'ailleurs vu qu'on me paille pour faire cette pub, voici le lien de la playlist : https://www.youtube.com/playlist?list=PLQr8FUg_2UwdVxOoK-DgEC7MeAgwnWc3F
Quoi !? Vous pouvez me juger, je m'en fiche.
Enfin bref Maxime et Chloé étaient en train de jouer à Zombie Bluster Assaut, un jeu méconnut car il n'y a qu'une seule machine où il pouvait se jouer et donc c'était celle là, ça prouve qu'il est unique.
Le garçon était dans le Clan des Zombies Marcheurs et il était en train de crisper du visage par la défaite qui s'annonçait à ses yeux injectés de sang et bonne humeur bien évidemment.
La fille était dans celui des Zombies Coureurs et on peut dire qu'elle s'amusait beaucoup, bougeant son corps comme une mouette faisant sa ronde dans le ciel, sans jamais s'arrêter.
Stive était derrière eux et il les encourageait du mieux qu'il pouvait, sur une personne ne particulier.

Stive : Allez la Rousse, tu peux lui niquer son zombie qui pue et qu'est tout naze !

Maxime : Va te faire enculer Stive !

Stive : OK.

Et il partit sans rien dire, le visage content, en passant juste à coté d'Alexandrine qui se posait beaucoup de questions sur la stupidité mentale de son ex qui on le rappellera pour ceux qui n'étaient là à l'époque, n'avait même vu qu'elle s'était fait enlevé alors qu'ils étaient en couple.
Il a fallu 5 mois et que quelqu'un d'autre le fasse pour qu'il le remarque.
Ne parlons pas des choses qui fâchent et dirigeons nous plutôt vers Claire qui écoutait Sans Logique de Mylène Farmer avec son lecteur MP3 sans remarquer qu'on avait envie de lui parler.
C'est seulement quand une main finit par lui tapoter l'épaule, qu'elle se retirer de la musique pour mieux entendre la voix en face d'elle qui semblait préoccupé par quelque chose, ce qui pouvait se comprendre.

Claire : Qu'est ce qui a Alex ?

Alexandrine : Franchement, entre nous, ça ne me rassure pas comment ces types nous ont traité et surtout comment on est obligé de rester avec ces gens qu'on connait et qui pourrait nous causer des problèmes.

Claire : Je sais.

Alexandrine : Et ça te fait rien ?

Claire : Ecoute Alex, pour le moment on est coincé là et visiblement on va pas pouvoir rentrer chez nous en un claquement de doigts. Donc moi la première ça me fait chier mais pour l'instant on a pas vraiment le choix, même si c'est pas pour autant que je leur fait confiance et que ne reste pas sous une vigilance extrême.

Alexandrine : D'ailleurs, c'est quoi ces UNIT là ? J'en ai jamais entendu parlé dans notre monde.

Claire : Moi ça me fait pensé à Doctor Who mais ce serait trop beau pour être vrai.

Alexandrine : Bon après on a visiblement aussi les Avengers donc bon...

Claire : Ils ont le sens de l'humour ici.

N'aillant pas vraiment de choix, elles jouèrent à ce petit jeu pour le moment, en étant ensemble avec les leurs.
Passons sur Gally qui entre ce moment là et sa dernière apparition s'était dirigé vers la sortie ouest du site sans que je le sache, elle en avait même profité pour ajouter à son tour une couche musical à l'ambiance dont le sens allait bien avec les persos d'avant.
En effet, elle écoutait Polyamorous de Breaking Benjamin avec son téléphone dont elle avait mis le son à fond, ce qui faisait que tout le monde pouvait l'entendre mais elle s'en fichait, de toute façon pour l'instant elle était à priori seule.
Elle dansait même dessus tout en marchant la porte qui signifiait la sortit de la map.
En arrivant à l'intérieur, elle put voir deux mecs de UNIT au loin qui semblaient garder le pont qui menait au reste du parc, sauf que là ils étaient surtout occupés à papoter entre eux comme deux vieux potes qui s'appréciaient beaucoup.

Soldat 1 : N'empêche, le coin a vachement changé en trois ans !

Soldat 2 : Je sais pas, je suis jamais venu ici.

Soldat 1 : A l'époque, on pouvait encore venir en voiture ici et les entrées Nord et Sud étaient encore fonctionnels.

Soldat 2 : Pourquoi ça s'est dégradé comme ça ?

Soldat 1 : Hé bien les gens ont arrêté de venir ici après que des terroristes se soient réuni dans cette usine et que ça ait fait beaucoup de bruit.

Soldat 2 : C'est vrai que ça fait un bon repère de vilain.

Soldat 1 : Si j'en crois un pote qui était dans le coin quand ça s'est produit, c'était beau à voir, et les Avengers étaient même au cœur de l'action contre les méchants.

Soldat 2 : Cette team de bras cassés, sérieusement ?

Soldat 1 : Oui je déconne pas et même qu'ils ont fait crashé un hélic... Hé regarde une personne, je vais pouvoir faire un troc avec mon Jeu de Cartes Yeti112

Soldat 2 : Fais gaffe, tu vas lui faire peur si c'est comme d'habitude...

L'homme fier de son paquet s'approche de la dame qui n'avait rien demander en lui tendant deux cartes.

Soldat 1 : Je t'échange la Carte "Albert Wesker est coincé sous la Machine à Café" et celle de "Chris Redfield en Combinaison Féminine" si tu as les cartes "Détecteur de Trouble de Barry Burton" et "Zombie mangeant un Twix" sur toi !

Gally : Sérieux, c'est ça la collection de cartes à la mode maintenant ? Je vais regretter le temps de Yu-Gi-Oh!.

Soldat 2 : Elle t'a cassé.

Gally : Bon maintenant laissez moi passer.

Soldat 1 : Hé vous n'avez pas le droit d'aller par là !

Gally : T'inquiète, je vais juste me poser sur un banc, t'auras qu'à me chercher quand des couilles t'auront poussé.

Soldat 2 : Je l'aime déjà bien cette femme.

Elle passa donc sans problème et emprunta le vieux pont qui semblait morflé avec le temps.
Son dialogue avec les deux gusses avait été observé à distance par le silencieux Alcatraz qui visiblement la suivait pour une obscure raison qu'on ne connaîtra surement jamais à moins d'être dans son esprit.
Il attendait un tout petit peu que les deux mecs retournent à leur patrouille, tout en s'échangeant à propos de cette rencontre, pour se faufiler sur jusqu'au long pont de bois qui reliait les deux cotés de la rivière qui était plusieurs mètres en bas.
Une chute pourrait fatale à cette hauteur, mais c'est pas ce qui pourrait faire peur à un soldat de sa trempe.
Malgré tout, il prit quelques précautions dut à son armure qui pesait quand même lourd.
Il posa d'abord un premier pied sur la planche de bois qui venait en priorité pour tester la solidité du matériaux. Visiblement ça semblait tenir le coup, malgré le fait que ça été abandonné pendant 3 ans sans entretien.
Il commença donc à faire quelques autres pas sur ce chemin plus solide que prévu mais il s'arrêta en attendant une planche qu'il avait passé grincer à nouveau sans raison comme si quelqu'un venait de mettre le pied dessus.
Pensant d'abord qu'un membre de UNIT l'avait repéré, il s'étonna du peu de parole prononcer par cette mystérieuse personne, ce qui pouvait faire écho à lui même si on y pense.
Il se retourna donc pour lui faire face mais la seule réponse qu'il reçut fut un coup de pioche dans le torse qui lui déglingua instantanément poumons et cœur sans management, le privant assez rapidement de sa vie qui avait pourtant déjà connu son lot de tragédie.
Comme si ça ne suffisait pas, un bon coup de pied pour retirer l'objet coincé en lui, le fit partir en arrière et tomber par dessus la rambarde jusqu'à l'eau trouble en dessous, le faisant être emporté bien plus loin en direction de la forêt où un randonneur le retrouverait surement.
Le Mystérieux Tueur continua sa route, sa prochaine victime étant déjà toute trouvée.
avatar
Clara Lille
Arrivants
Arrivants

Messages : 62
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Quatre Univers en Un ! [Terminé]

Message  Clara Lille le Mar 20 Fév - 23:55

Chapitre 14 : Carlos, Man Of Love

New Raccoon City; Caserne de Pompier

Situé plus à l'Ouest de la ville, Leon avait dû se dépêcher un peu pour rejoindre ce lieu, en sprintant un peu devant des passants qui étaient confus soit par le fait qu'il semblait drôlement pressé soit par le fait que c'était ce célèbre agent secret américain dont tout le monde parle à la TV.
En parlant de TV, quand il arriva enfin dans la bonne rue pour venir en aide aux pompiers qui ne se doutaient de rien, il remarqua qu'il y avait déjà du monde à cet endroit et que ils n'étaient pas là pour faire jolie.
En effet, il sautait très vite auxy eux de son esprit que l'attaque orchestré par l'autre Wesker devait avoir eu lieu mais il était quand même surpris à la vitesse à laquelle tout le monde était déjà venu sur les lieux pour s'occuper du cas.
Alors soit il avait été très lent sur le chemin, soit ils étaient très rapide, ou bien les deux.
Il y avait la NRPD qui avait visiblement déjà délimiter la zone avec leurs rubans de scène de crime pour veiller à ce que personne d'indésirable ne passe pour foutre encore plus le zbeul à la situation qui était déjà assez merdique en soi.
La presse et les journaux TV étaient déjà là pour faire le buzz autour de l’événement en informant le moins possible le public ciblé car pour le moment il n'y avait pas trop de chose à dire mais ça n'empêchait pas de l'ouvrir. Bon après c'était surtout pour les seconds, les premiers avaient moins ce problème là même si la plupart ne pouvaient pas vraiment se vanter d'être "journaliste".
Leon remarqua aussi un véhicule de TerraSave présent au de là des banderoles et il était le seul ici.
Est ce que ça pouvait être la personne auquel il pensait ?
On verra bien si la chance lui sourit à ce point.
En tout cas, une chose était sûr, il allait devoir traversé le champ de rapaces pour arriver en terre sacré et il se préparait mentalement à ça car sinon il risquait très vite d'être écroulé par le poids des questions.
Une fois qu'il était bien échauffé, il se lança dans la bataille et à peine il fut arrivé à 5 mètres des vautours que ceux ci le reconnurent et trouvèrent l'occasion en or de faire encore parler leur chaîne ou leur tribune.
Donc c'est sans scrupule qu'ils 'encerclèrent pour commencer à le picorer avec acharnement jusqu'à la moelle.

Christine : Christine Everhart de WHiH World News, pourquoi est ce que vous êtes seul à venir sur les lieux sans vos amies Avengers ?

Terri : Terri Morales de Raccoon 7 News, est ce que les Avengers ont décidé de ne plus venir aide à la population ?

Journaliste 3 : La Gazette de Raccoon souhaiterait savoir si les récents scandales d'agressions sexuelles en votre encontre sont vrais ?

Journaliste 4 : NTS, pensez vous vous retirer de la vie actif après ces scandales ?

Leon réussit finalement à passer cette barrière humaine plutôt résistante, sans piger un traître mot de sur quoi ils parlaient à la fin, mais bon ça pouvait attendre pour le moment, il était désormais en sécurité.
Les policiers, habitués à le voir les venir en aide, le laissèrent passer sans problème pour qu'il soit en zone sûre.
Une fois là il pouvait constater que les forces de Blue Umbrella n'étaient pas encore là ,ce qui lui laissait le temps de se renseigner sur l'avancement des choses ici avant de pouvoir y intervenir avec sa classe légendaire.
Il vit ensuite le Sergent Garcia de la Police Locale non loin de lui, en train de discuter avec la représentante de l'ONG bien connue sur place qui était comme il l'avait bien deviné par un coup de poker, Claire Redfield, avec qui il entretenait une relation plus intime depuis quelques temps.
Il alla alors à leur rencontre car c'est avec eux qu'il pouvait le mieux se renseigner sur tout ça.

Leon : Bonsoir, je suis venu du mieux que j'ai pu.

Claire : Salut Leon.

Leon : Salut Claire.

Garcia : Vous êtes tout seul Señor Kennedy ?

Leon : Ouais, ma "chef" jugeait plus important de s'occuper du responsable de ce merdier maintenant qu'on le savait, mais j'étais de cet avis donc me voilà là.

Claire : Je vois que c'est toujours aussi tendu vos relations.

Leon : Sinon, quel est l'état de la situation ?

Garcia : Une équipe du SWAT a réussi à faire sortir une bonne partie des pompiers encore piégé à l'intérieur mais ils ont dû plier bagage à cause de nombre important de Hunters encore présent à l'intérieur.

Leon : Je devine qu'il reste encore des pompiers retranchés dans la carne ?

Garcia : C'est le cas, 5 d'entre eux se trouvent dans le bureau du Capitaine Sue Duval avec cette dernière, et donc nous attendons l'arrivé des renforts de Blue Umbrella qui normalement viendront avec un membre du BSAA attaché à leur équipe mais j'en sais pas plus.

Leon : Très bien, merci des renseignements Sergent Garcia.

Garcia : Bon, je vais vous laisser discuter un peu entre vous eux si vous avez des choses à vous dire.

Il s'en alla, les laissant les deux bons amies ensemble en privé.
Claire remarqua bien vite une inquiétude portée sur le visage de son copain de sexe qui ne semblait pas seulement porté sur les pompiers mais aussi sur autre chose. Elle devina très vite de quoi il s'agit.

Claire : Qu'est ce qui s'est passé entre toi et Haruhi Suzumiya ? Je croyais que vous ne vous parliez pas beaucoup.

Leon : On s'est disputé sur quoi faire dans cette situation et elle en est venue aux mains, j'ai dû répliquer et puis partir. Je sais pas si elle écoutera les conseils que je lui ai donné sur le moment et j'ai peur qu'il lui arrive quelque chose à elle et aux autres.

Claire : Ecoute, si tu veux les rejoindre, tu peux, je pense que je pourrais régler ce problème ici sans toi si c'est nécessaire.

Leon : Non c'est bon, je veux quand même aider ces civils car leur vie m'importe beaucoup mais dans tout les cas je m'inquiète beaucoup.

Claire : Leon, tu sais que c'est cette partie humaine que j'aime beaucoup chez toi, tu voudras toujours sauver le plus d'innocents possibles même si dans certains c'est dur sans avoir le don d’ubiquité, un peu comme là où tu voudrais aussi protéger ton équipe sans le pouvoir.

Leon : Des fois, j'aimerai bien l'avoir ce don.

Claire : Allez, essaye de faire confiance en ta "chef" sur ce coup là, même si votre dispute est visiblement allé loin.

Leon : C'est dommage d'ailleurs car nous avions eu une discutions plus tôt sur la perte d'un être cher que nous avions subi, et j'avais l'impression qu'on s'était un peu rapprocher. Je sais plus trop quoi en penser.

Claire : Ecoute, tu pourras réfléchir à tout ça en paix après qu'on est réglé le cas des survivants à l'intérieur puis tu me diras ce que tu penses honnêtement d'elle. Tant que tu me dis la vérité, ça passe avec moi.

Leon : Merci Claire, je suis quand même content que tu sois là.

Claire : Ouais mais te réjouis pas trop vite, voilà la cavalerie qui arrive.

Le Séducteur se tourna vers la direction qu'elle fixait du regard pour voir une grosse chose noire s'approcher d'eux. On aurait dit un hélico mais il était bigrement gros le salaud. Il en avait déjà entendu parlé mais n'en avait jamais vu de ses propres yeux.
C'était un Sikorsky MH-53 Pave Low, surnommé « Super Jolly Green Giant », qui était un modèle normalement mis en retrait en 2008, ce qui faisait encore plus surprenant d'en voir un en circulation.
Il survola la zone devant le caserne et stationna juste au dessus des têtes des forces de l'ordre. C'est ensuite que de nombreuses cordes commencèrent à être envoyées au sol et qu'une trentaine de personnes se succédèrent pour en descendre.
Le Commandant de ces forces ainsi que le représentant du BSAA furent les dernier à quitter l'appareil avant que celui ci ne reparte pour aller se poser quelque part pour éviter de tomber à court de carburant.
Ces deux derniers étaient vêtus comme tous les autres de la combinaison qui avait au moins le mérite de différer de celle de Red Umbrella qui ressemblait d'ailleurs beaucoup à leur ennemi Shén Yā Pharmaceutical.
Le premier à retirer son masque pour les présentations fut celui qui était à la tête des troupes sur place.
Il avait un visage un peu familier des deux survivants de Raccoon City, comme si ils l'avaient déjà vu sur une photo quelque part mais ils n'auraient su dire où exactement.
Pour les aider, il prit la parole.

Nikolai : Nikolai Zinoviev, je suis content de pouvoir rencontrer deux survivants de votre trempe, dommage que j'ai pas eu l'occasion de vous affronter à l'époque de l'Incident.

Ça y est, ça leur revenait de pourquoi sa tronche leur disait quelque chose.
C'était l'une des figures les plus importantes de l'UBCS du temps où elle existait et c'était surtout une belle enflure qui a causé beaucoup de soucie notamment à Jill Valentine et Carlos Oliveira. Ils avaient déjà vu des fichiers sur lui et ils le pensaient morts depuis le temps où ils n'avaient plus de nouvelle de lui.
La surprise pouvait se lire sur leur visage en voyant qu'il se tenait là devant eux sans problème.
Cette réaction de leur part le fit beaucoup rire ainsi que l'homme à ses cotés qui était encore masqué.

Nikolai : Je sais que ça doit faire beaucoup pour vous mais je suis du coté des gentils maintenant.

Claire : Pince moi je rêve, le monde est devenu fou.

Leon : J'aurais dû m'en douter dés le jour où j'ai rencontré Gilbert Montagné.

Nikolai : Bon pendant que vous vous remettez de vos émotions, je vais laisser mon "ami" se présenter à vous.

L'Homme du BSAA s’exécuta à sa phrase et révéla son apparence encore bien conservé avec le temps et qui selon ses propres dire servait à conquérir toutes les filles du la Terre entière sans aucun soucie.
Il lança un sourire droit à la femme qu'il avait dans le viseur et qui connaissait assez ce type pour le détester. Et pourtant d'un autre coté il lui rappela d'une certaine façon Steve Burnside, avec un peu moins de charisme et un faux accent latino américain qu'il perdait à l'occasion.
Il s'approcha de son visage avec aisance et commença sa drague à deux balles.

Carlos : Bonsoir !

D'un geste vif il s'approcha suffisamment près de son visage pour lui caresser le menton.

Carlos : Ton rêve est ici, car je suis Carlos.

Il recule un peu et commence à danser.

Carlos : Tu penses que je suis sexy, et tu as raison !

Il fait alors un geste de la main pour lui demander de s'approcher.

Carlos : Viens un petit peu plus proche, je ne mordrais pas !

Il fixe ensuite ses yeux avec une coté plutôt malsain.

Carlos : J'ai vu l’amour qu'il y a dans vos yeux !

Il écarta ensuite ses deux membres inférieurs en pointant des doigts un autre qui se tenait entre.

Carlos : Entre mes jambes, vous trouverez un prix !

Leon frappa son visage avec sa main droite pour se facepalmer.

Carlos : Car je suis ce dont tu rêves !

Il se rapprocha à nouveau un peu trop près de sa proie qu'il pensait faible.

Carlos : Parce que je suis Carlos, homme d'amour !

L'homme d'amour sentit son bonheur se perdre quand son "prix" se prit un coup qui défia toute concurrence.
Il recula alors en couinant un peu comme un chien blessé avec la queue entre les jambes et retourna auprès de son ancien ennemi pour se tenir calmement cette fois, ce qui faisait plaisir à tous.
Le Russe était prêt à en découdre et il avait un NeoStead 2000 prêt à décharger du plomb.

Nikolai : C'est quand vous êtes prêt que nous interviendrons.

Claire : Pour moi c'est bon.

Leon : Pour moi aussi.

Nikolai : Dans ce cas, allons chasser les chasseurs.

Il gueula ensuite quelque chose en russe qui n'était compréhensif que par deux ou trois personnes dans le groupe de soldats, mais malgré ça ils répondirent tous à la positif par un cri de guerre commun le fusil levé vers le haut en formant une croix avec l'un de leur bras.
Ils faisaient toujours ça sous son commandement avant d'entrer dans une zone de mission, c'était leur truc.
La troupe d'assaut commença donc le raid de l'endroit pour sauver les VIP et éliminer les menaces avec à l'avant leur commandant qui menait toujours la marche. Ceux qui furent les derniers à entrer furent les deux vieux amis qui firent signe au latino dragueur d'y aller avant eux juste pour pouvoir à nouveau un moment d'intimité.
Sans vouloir faire traîner la chose, l'agent américain fut très clair sur une chose avec sa copine de sexe.

Leon : Reste près de Carlos, il est peut être relou voir même détraqué sexuel sur les bords mais il m'inquiète moins que Nikolai et ses hommes.

Claire : Tu veux donc t'en occuper seul ?

Leon : Ouais si ça te dérange pas, et au moins tu pourras comme ça garder aussi un œil sur les agissements de Carlos pour être sûr qu'il essaye pas de se taper une pompière sans consentement.

Claire : Vu sous cet angle, j'accepte.

Ils entrèrent à leur tour dans la caserne pour éliminer les armes biologiques, sauver des personne mais aussi et surtout s'assurer que l'ennemi ne se cache pas sous leur nez avant de sep rendre un coup de couteau dans le dos.


Dernière édition par Clara Lille le Sam 24 Fév - 21:59, édité 2 fois
avatar
Clara Lille
Arrivants
Arrivants

Messages : 62
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Quatre Univers en Un ! [Terminé]

Message  Mylène Farmer le Sam 24 Fév - 0:04

Chapitre 15 : Danger Supplémentaire

France; New Raccoon City, Usine Désaffectée

Le lourd pesant de la clim était tout ce qui se faisait entendre dans les toilettes pour d'âme de cet ancien lieu de travail, ce qui donnait une atmosphère malsaine surtout quand les faibles lumières se déclenchèrent tout en vacillant un peu comme dans un film d'horreur.
En même temps, il fallait se dire que ça faisait plusieurs années qu'elles n'avaient pas été entretenu.
La personne qui entrait en cet temple sacré de la commission ne fut que Jewel Blake qui avait dû interrompre brutalement sa partie de billard avec Léa à cause d'une vessie prête à exploser à tout moment.
A peine elle fut entrée qu'elle se grouilla de foncer en se tenant l'entre jambe vers la première cabine qui était ouvert et très sale, mais pas le temps pour ça, elle baissa très vite son pantalon et commença à tout faire sortir pour le plus grand des soulagements.
Elle avait cette jouissance qui se faisait toujours ressentir en telle occasion.
Sauf que celle ci disparut un peu quand le bruit de la porte d'entrée se fit entendre, la signalant d’une autre présence.
Était ce Léa qui voulait voulait lui faire une farce comme elle était connue de faire ?
Peut être quelqu'un qui l'avait vu entrer dans les toilettes et qui voulait la voir pour une obscure raison ?
Ou bien juste quelqu'un qui par hasard voulait aussi utiliser cette pièce à son utilité principale ?
Elle ne savait pas bien quoi choisir, puis dans le doute elle ferma la porte avec le loquet.
A peine quelques seconde après avoir fait ça qu'on était déjà entrain de toquer fermement à celle ci.
Visiblement, vu quel es autres cabinets étaient ouverts, c'était soit l'Option A, soit la B.
Elle préféra poser cette fameuse question qui n'avait jamais de réponse en général.

Jewel : Qui est ce ? C'est toi Léa ? Ou bien c'est un ces autres types d'un autre monde et si c'est le cas vous n'avez pas intérêt à m'énerver.

Aucune réponse, hormis encore une poigne ferme qui vint taper le dur métal de l'obstacle entre eux deux.
Ça commençait à bien l'agacer cette histoire, surtout que sa vessie était maintenant à sec.
Au bout de la troisième reprise, elle remonte tout son attirail et décida de déverrouiller la porte te l'ouvrir pour enfin confronter ce plaisantin qui lui tapait sur le système et pas qu'un peu.
Sauf qu'elle l'avait un peu sous estimer cette personne qui se révéla être vêtue de la tenue de Ghostface de la Série de Films Scream dont la Saison 3 de la Série TV avait déjà été diffusée cette année.
Très vite, al lame de son Buck 120 alla se fondre dans son haut ventre, lui bousillant déjà bien l'estomac mais les 4 autres coups de couteau eurent raison d'elle et son corps agonisant tomba sur ces chiottes qu'elle venait à peine de quitter sans tirer la chasse d'eau.
Son Tueur, voyant qu'elle ne tiendrait même pas une minute de plus, décida de partir, la laissant sur le trône.
Assez loin de cette usine de malheur, la femme aux cheveux rosés et à l'allure masculine répandant au nom de Gally était ne train de promener dans le parc et s'était donc bien éloigné de son lieu de départ sans s'en soucier.
A cette heure là de la nuit il n'y avait presque personne, hormis quelque types louches, et aussi des sans abris qui dormaient là car au moins ils avaient un peu la paix ici et on n'essayerait pas de les virer comme des malpropres.
Elle passa à coté de l'un d'eux qui se reposait sur un banc, couché, et qui était bien couvert malgré la chaleur étouffante qu'il y avait même à une heure pareil. Espérons qu'il ne se déshydratera pas.
Elle prit finalement le reposoir de la même nature juste à coté pour pouvoir prendre une pause dans sa marche.
Une fois installée, elle put en profiter aussi pour réfléchir un peu sur sa vie et ce qui lui arrivait là.
En effet, elle avait à peine pu faire son deuil de sa meilleure amie, Sarah Crowy, que la voila dans un nouveau merdier qui la dépassait grandement. Au moins, il y avait le mari de cette dernière ici et ils pourront peut être ressasser le passer ensemble si elle le croiser.
Ils se sont peu côtoyés malgré cette connaissance commune mais elle l'appréciait bien, bien plus que Léa, la fille de l'homme qui lui avait sauvé la vie le jour où ils s'étaient rencontrés.
Maxime Moulin, même si il avait son petit caractère, était quelqu'un de confiance, dû moins dans ce monde là.
Par contre, celles en qui elle n'accordait aucune confiance étaient ces mecs de UNIT qui existent aussi dans son univers.
Que ça soit chez elle ou bien ici, ils semblent toujours fourrés dans des sales coups qui dépassent l'imaginaire ordinaire. Vous me direz que c'est en quelque sorte leur boulot, mais pour elle ça ne suffisait pas surtout qu'ils faisaient d'étranges expériences en secret.
Si elle n'avait pas autre chose à foutre que vouloir entrer chez elle, elle voudrait bien enquêter sur eux.
En tout cas, elle était contente de faire parti du S.A.J.S. dont elle connaissait le sens des initiales contrairement à beaucoup de membre dont Sarah elle même ou bien la sœur de cette dernière.
C'était la Société des Abrutis Joviaux Secrets qui contrairement à son nom était loin de contenir des membres très gaie et plutôt du genre à vous tirer dessus si vous posez trop de questions.
Hormis le fait que ce nom semblait bien pourri, trois des quatre termes étaient bien utilisés.
Le mot Société représentait bien le coté sectaire du groupe où il ne fallait surtout pas leur faire de reproches si l'on ne voulait pas disparaître mystérieuse ou mourir dans un accident dans les jours qui viennent.
Le coté Abruti était bien représenté par le QI moyen des membres qui ferait rire aux éclats tous les Dauphins de la Planète juste parce que c'est ridicule. Et quand on voit les mauvaises décisions qu'ils prennent toujours, c'est compréhensible.
Le terme Secret allait bien avec le peu d'infos sur l'organisation qui coûta cher à celle ci quand il fut révélé qu'elle était dirigé en coulisse par l'Ordre du Phoenix, des extrémistes chrétiens du Vatican qui sont des bioterroristes en puissance.
Ça la fout mal quand le principal objectif du groupe est justement de débarrasser le Terre du bioterrorisme.
En y repensant, elle se demandait comment elle faisait pour bosser encore pour cet organisme.
Quand elle avait encore Oddy, son Licker Domestique, ça pouvait encore se comprendre car il était une B.O.W. mais maintenant qu'il est parti, plus rien de la retenait là bas et elle pourrait partir au BSAA où elle aurait mieux sa place.
Plus elle y réfléchissait et plus ça coulait de sens, même pour elle.
Sauf que le Destin était un véritable enculé car l'une des pointes d'une rivelaine vint percer d'arrière de son crane, pour ressortir par son œil gauche avec celui en bout de pic. Tout ça sous le regard d'un couple qui passait par là au loin.
Ils virent son meurtrier, un homme vêtu d'une vieille tenue de Mineur, qui se tenait debout de sa grande taille juste derrière le banc et qui semblait sortir tout droit d'un petit film d'horreur canadien.
La femme prit l'homme dans ses bras, prit par la peur qui consumait son corps.

Femme : Johnny, il faut partir !

Johnny : Tu as raison Barbara !

Ils prirent la fuite alors que l'ombre qui les avait effrayé n'était déjà plus présence là où elle était juste avant.
Le clochard, lui, était imperturbable dans son sommeil.
Revenons à l'usine où dans le bar la fille du héros de son monde était en train d'attendre le retour de celle qui était partie en pleine partie et qui semblait prendre son temps, ce qui l'ennuyait un peu.
Elle s'appuya sur sa queue en posant le regard vers la porte donnant à la réserve où son autre ami qui voulait visiblement pas revenir non plus, ce qui faisait qu'elle était seule pour l'instant.
Ça la faisait un peu chier mais elle n'était pas Dieu et ne pouvait rien faire pour ça.
Heureusement pour elle la chance souriait, puisque l'autre porte s'ouvrit à ce moment là, révélant Dark Max, le clone de son père et non pas l'autre fou qui peut assimiler les gens et qui était normalement déjà dans le base de UNIT en ce moment même.
Celui ci était surpris de la voir ici, seule surtout, et il s'exprima en premier avec un peu de chaleur dans sa voix.

Dark Max : Léa, tu joues avec un Fantôme ou bien tu attendais qu'un adversaire arrive pour le confronter ?

Léa : En fait j'attends que Jewel ou revienne Léon reviennent mais ils prennent leur temps les salauds.

Dark Max : Tu veux qu'on aille discuter au comptoir pour être bien installé ?

Léa : Tu joues le barman et moi la cliente, ou l'inverse ?

Dark Max : Je pensais plutôt à ce qu'on soit tous les deux des clients.

Léa : Ça marche alors.

Elle lâcha son bout de bois et alla rejoindre son ami drôlement accoutré qui avait eu au moins la décence de retirer son masque qui n'était pas là pour rassurer. Au fois les deux sur un tabouret chacun, ils purent parler comme de vrais piliers de bar mais alcool non compris.

Dark Max : Il n'y a pas de quoi boire ici ?

Léa : Si, c'est Léon qui est allé chercher ça mais j'ai l'impression qu'il est en train de tout s'enfiler pour lui tout seul.

Dark Max : Avec ce qu'il a vécu, ça peut se comprendre.

Léa : Ouais... Mais bon Sarah n'est pas une grosse perte.

Le jukebox qu'on avait oublié commença à jouer une autre mélodie française.

Lea : Femme immonde ou bien crétin.
Qui bien souvent l'ouvre beaucoup.
Femmes odieuse, mesquine et colérique.
Elle s'énerve pour rien, je la hais.

Même avec l'hélico de son fils.
Qui pouvait voyager jusqu'au passé.
Elle ne savait pas quoi faire.
Y aller ou pas du tout.

Car aucune femme sur la planète.
N’s’ra jamais plus con qu'un banquier.
Ni plus fière ni plus malhonnête.
A part peut-être, Sarah Crowy.

Elle fit un geste du doigt pour dire que c'était à son ami d'enchaîner.

Dark Max : Sarah j'te fais parce que.
Tu es capable de faire une guerre.
Juste pour le corps d'une comateuse
Sans penser aux conséquences.

Cette fanatique, folle furieuse.
Est prête à protéger son organisation.
Devenant juste un simple pantin.
Pour le compte de vrais salauds.

Y’a pas de gonzesse hooligan.
Imbécile et meurtrière.
Y’en a pas, même aux Etats Unis.
A part, bien sûr, Sarah Crowy.

Après ces quelques paroles pleine de poésies, les deux chanteurs explosèrent de rire en même temps.
C'était sympa à voir, sans compter le fait que tout était vrai dans ce qui avait été dit.
C'est bien ça le pire.
avatar
Mylène Farmer
Anciers
Anciers

Messages : 193
Réputation : 0
Date d'inscription : 05/11/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Quatre Univers en Un ! [Terminé]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum