[FIC] Death City [Terminé]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: [FIC] Death City [Terminé]

Message  Clara Lille le Mer 28 Mar - 9:48

Chapitre 5 : Usurpation d'Identitié

France; Paris; Le Raspoutine

Clara se trouvait maintenant dans un bon endroit, juste à coté d'un SDF qui voulait faire la conversation avec elle, pour utiliser son appareil d'écoute les conversations à l'intérieur du Raspoutine grâce au mouchard qu’elle avait posé à l'intérieur pour se faire.
Pour le plus grand bien de la compréhension, nous insérerons aussi le preuso dialogue entre le sans abris et Clara qui tente de ne pas être méchante en essayant de lui dire de se taire de façon cool. Allez c'est parti !

Colonel (Mouchard) : J'espère que vous ne trahirez pas notre confiance.

Clochard : Tu sais, je suis allé au McDo l'autre fois, hé ben hé ben figure toi que j'ai commandé une salade et bah il y avait même pas de vinaigrette avec, tu t'en rends compte !?

Maxime (M) : Rappelez moi juste votre demande pour être sûr.

Clochard : Je suis alors allé voir un type au guichet de commande pour en avoir, mais putain tu devineras pas ce qu'il m'a filé, c'était un petit truc qui ne suffisait même pas à tremper une simple feuille dedans, l'arnaque !

Colonel (M) : Nous voulons prélever votre sang histoire de de pouvoir tester le virus qui se trouve dedans et l’utiliser comme moyen de pression face à l'ONU pour nos opérations.

Clochard : Bon bah finalement j'en ai quand même pris trois à ces salauds et j'ai attendu car de toute façon j'étais mieux dedans que dehors, donc tant que je suis au chaud ça allait bien, tu comprends ?

Maxime (M) : C'est bien ce que nous avions convenu.

Clara : Oui, c'est mieux que rien.

Colonel (M) : Si vous voulez bien venir avec moi.

Raymond : Au fait moi c'est Raymond mais mes amis m’appellent Réré la Raie Manta.

Maxime (M) : Avec plaisir.

Soudain de drôles de bruits se firent entendre dont un bref cri étouffé du haut gradé de chez UNIT avant de tout le revienne au calme, ce qui inquiéta beaucoup Clara qui se rappelait ce qui était arrivé à Amin. Ce monstre l'avait assimilé pour prendre son apparence.
Finalement la voix du bien placé dans l'organisme se fit à nouveau entendre, il semblait avoir composé un numéro de téléphone pour appeler quelqu'un dont la voix n'était pas inconnu à la douée du téléphone qui écouta attentivement ce qui allait se dire.

Colonel (M) : Rob, l'autre enfoiré m'a baisé et a réussi à se tirer.

Rob (T) : Merde, bon rencontre moi comme c'était prévu à notre point de rendez vous.

Colonel (M) : D'accord ça marche et fais attention sur la route, juste ua cas où.

Rob (T) : Ne t'en fais pas, je ne laisserai un connard arrogant m'avoir.

La conversation s'arrêta puis un petit rire se fit entendre, confirmant que DarkMax95 avait bien subtiliser l'apparence du Colonel pour des fins inconnus, une chose était sûr c'est qu'il avait prévu de rencontrer le Général Rob Dealer, à la tête de toutes les forces de UNIT. Après, il fallait croire en assimilant l'autre gars il avait eu accès aux souvenirs pour pouvoir ensuite se rendre à l'endroit convenu.
Clara ne le laissera pas s'en tirer comme ça, et même si elle se doutait que la personne qu'il allait rencontré était aussi un pourri, elle ne pouvait pas laisser le bioterroriste accomplir ses méfaits en toute impunité et elle devait le stopper coûte que coûte.

Raymond : Au fait, t'as pas un briquet pour j'allumer un bout de papier, histoire de me sentir comblé ?

Clara : Plus tard, je dois sauver le monde même si parait insensé.

Elle sortit alors son téléphone et dépêcha d'appeler un véhicule Uber avec l’application en question tandis que de là où elle était, elle pouvait voir le transformiste sortir du bar avec son déguisement et se diriger vers une jeep garée au milieu d’autres véhicules plus colossaux de UNIT.
Sortant de nul part, une Citroën Xantia noire aux vitres teintés s'arrêta juste à coté deux personnage près des ordures et la portière arrière du bon coté s'ouvrir automatiquement. Clara se tourna alors vers son nouvel ami pour enfin lui prêter attention.

Clara : Si vous voulez prouver au monde qu'il ne faut pas vous ignorer, c'est le moment.

Raymond : Je prends ma flasque d'urine et j'arrive !

Ensemble, ils montèrent sur la banquette arrière du véhicule qui referma la portière juste après.

Clara : Vous êtes rapide pour une fois.

??? : Oh vous, j'étais le plus rapide de mon temps, on m'appelait même la blette sauvage !

La hackeuse reconnut cette voix qui appartenait au grand père de Lucy Dodgera, Armand.

Clara : Vous !? Mais qu'est ce que vous faites là !?

Armand : Il faut bien que je paye ma retraite car vous savez c'est pas facile de nos jours.

Le convoi de UNIT commença à démarrer pour se tirer à bonne allure.

Clara : Suivez ces types là !

Armand : D'accord, je met la gomme comme en 44 !

Il appuya sur le champignon pour une course poursuite qui risquait d'être superbe.
avatar
Clara Lille
Arrivants
Arrivants

Messages : 64
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Death City [Terminé]

Message  Claire Redfield le Mer 28 Mar - 13:29

Chapitre 6 : Le Rituel

France; Forêt Arklay; Château Redfield

Le duo et la quatuor après s'être posé pendant de longues minutes d'explications chacun de leur coté, finirent par avoir quelques réflexions sur ce qu'ils apprirent au cours de cet échange, ce qui faisait beaucoup en plus, peu importe le groupe.

Carlos : Donc Ashley a piégé cet endroit avec un sort pour faire revenir les morts, ce qui explique en partie le sas.

Claire : Est ce qu'o na pensé à faire des tirs à la tête à tous les soldats qu'on a descendu ?

Carlos : Je crois pas.

Claire : Bon bah on aura une armée de morts à notre retour, ce que j'ai l'habitude.

Michelle : Sinon je comprends bien on va devoir faire revivre une sorcière qui s'appelle Chandelle à la base pour un but personnel mais qui au final pourrait nous permettre de rompre ce sortilège de merde si elle était là avec nous ?

Carlos : C'est ça.

Michelle : Mouais pourquoi pas, j'ai vu prie comme plan foireux.

Martin : Moi je le sens pas.

Pasquale : C'est pas le moment de faire sa poule mouillé, on a pas le temps pour ça.

Kevin : Et surtout on a rien à perdre.

Claire : A part ma vie mais je suis consentante donc ça passe.

Carlos : Il faut maintenant chercher le livre qui s'intitule "Comment ressusciter des gens pour les nazes ?".

Michelle : hé bien vu la taille de cet endroit, on en a pour des siècles.

Claire : Je veux l'ouvrage "Comment ressusciter des gens pour les nazes ?" !

Comme par magie, c'était le cas de le dire, un livre quitta l'une des rangées d'une étagère et alla voler directement jusque dans les mains de la petite tête maline sous les regards surpris mais impressionnés des autres autour d'elle.

Michelle : Bien joué !

Claire : C'était tout con mais ça a marché.

Kevin : Pour le rituel, vous avez besoin de nous ?

Carlos : Non, donc vous pouvez vous écarter et observer le spectacle en silence.

Ils s'écartèrent donc pour laisser place à celui qui allait pratiquer la sorcellerie sur cette forte femme qui n'aurait jamais cru faire ça un jour et qui se mit toute nue dans le cadre du rituel, ce qui la gênait moyennement, elle n'était pas très pudique même si c'était non plus ua niveau extrême de "je m'en pas les couilles" à la Erza Josse ou Haruhi Suzumiya.
Il commença ensuite à utiliser les les différents ingrédients qu'il sortit de son sac à dos. Il étala la gelée de pomme sur son visage. Il mit ensuite la plume de phénix non pas dans son cul et sur sa chevelure. La feuille de l'arbre sacré fut mâché par elle puis avalé en même temps que le contenu de la fiole d'estus. La poudre d'os de dragon fut dispersé sur ses cheveux et il lui enfila la culotte doré alors que derrière ça se posait des questions sur leur relation aux deux.
Il ne restait plus qu'à lire l'incantation qui était sur l'une des pages du bouquin qu'il tenait entre ses mains.

Carlos : Par la barbe de Saint-François, une voiture qui parle, DIABLERIIIIE !!!

D'un coup Claire tomba à genou et sentit une terrible douleur à niveau du ventre, comme si quelque chose voulait en sortir, tel un bébé qui venait de se paumer dans son estomac. Elle fut obligé de gerber une sorte de coulée jaune scintillante qui se modela par la suite pour avoir une forme humaine et finalement prendre l’apparence de Candela.
Cette dernière semblait avoir maintenant quinze ans, ce qui surpris beaucoup celui qui l'aimait et qui était heure de pouvoir enfin la revoir et s'approcha d'elle pour toucher son visage pour voir si c'était réellement vrai, ce qui l'était et ça la fit beaucoup rire.

Candela : Je suis contente que tu ais réussi mon petit Carlos.

Carlos : Je me demandais si je te reverrai à l'age où tu es morte ou celui que tu ais censé avoir maintenant, mais ce n'est aucun des deux, je me demande pourquoi.

Candela : Parce que nous aurions eu des problèmes avec la Justice si c'était plus bas.

Carlos : Tu es toujours aussi belle et tu m’impressionnes toujours.

Il décida alors de franchir le premier pas et il déposa ses lèvres contre les siennes.
Du coté des spectateurs, les réactions étaient mitigés.

Kevin : Je préfère ne rien dire.

Martin : Elle n'a même pas 18 ans !

Pasquale : En France ce ne serait plus un problème, à part pour la mentalité de certains.

Michelle : Moi à 12 ans j'étais vraiment amoureuse d'un mec de 40 ans, donc ça dépend de la personnalité de la personne concernée.

Ils semblèrent oublier la pauvre Claire qui allait devoir se rhabiller toute seule.
avatar
Claire Redfield
Anciers
Anciers

Messages : 330
Réputation : 0
Date d'inscription : 01/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Death City [Terminé]

Message  Clara Lille le Mer 28 Mar - 14:29

Chapitre 6 : Chauffeur, si t'es champion...

France; Paris; 6ème Arondissement

La Citroën suivait le convoi de 5 véhicules comprenant 4 VBMR et une Jeep après que Clara en avait donné l'ordre. Cette dernière était en train de regarder le signal émit par le mouchard sur Maxime Neuder et réfléchissait à quoi faire, ce que son compagnon à la rue semblait avoir remarqué.

Raymond : Vous hésitez entre les suivre jusqu'à l'endroit voulu d'une façon discrète ou vous débarrassez d'eux directement pour être sur qu'ils ne posent plus de problème au risque de perdre l’autre cible éventuel ?

Clara : Oui, et vous me conseillez quoi !?

Raymond : Chauffeur, défoncez leur caisses !

Armand : Avec plaisir !

Il appuya sur un bouton de l'autoradio qui lança You Don't Mean Anything du groupe Simple Plan puis pressa encore plus sur la pédale de l'accélérateur pour très rapidement percuter l'arrière du premier véhicule blindé. Le message fut très clair et la transport accéléra de vive allure tandis que les tireurs se mrient en position pour tenter d'avoir leur poursuivant avec les tourelles.
Les balles fusèrent mais papy faisait son résistant et réussit à tout esquiver sans problème, comme dans ses meilleurs parties sur Resident Evil 6, ce qui n'était pas forcément les cas de voitures civiles qui furent criblées de toute part de leur coté.
Le groupe de bagnoles partit alors dans le Jardin du Luxembourg pour avoir une vue plus dégager sur ceux qu'ils canardaient sans merci, passant entre les différents passants qui essayèrent d’éviter tout ça mais certains étaient moins chanceux que d'autres et finirent sous les roues.
Armand ne se laissa pas abattre en ouvrit le levier de vitesse, révélant quatre bouton à l'intérieur. Il appuya sur le premier qui lança une carapace rouge sur le blindé juste en face qui tenta de l'esquiver sur le droit mais comme c'était impossible, il se le prit de plein fouet et alla finir sa course dans le bassin principal.
La poursuite retourna dans les rues de Paris pour continuer à y semer la mort et la destruction au passage, ce qui allait encore donner des excuses aux chauffeurs de taxi pour se plaindre de ceux d'Uber car ils leur volent leur travail.
Un gardien à l'extérieur du Musée d'Orsay les vit arriver d'en face alors qu'il était en train de boire un café et tirer bien vite en le lâchant pour éviter d'être fauché quand ils entrèrent dans ce domaine baignant de cultures historiques.
Les visiteurs purent assister à la destruction de beaucoup d’œuvres d'arts qui feraient avoir une syncope à tout historien présent dans la salle tellement le passé venait de se faire enculer de toute part sur ce coup là.
Comme dans un JRPG, c'était à nouveau au tour d'Armand d'agir, ce qu'il fit en appuyant sur le deuxième bouton qui lança depuis l'un des phares une Banana Bomb sur un autre blindé qui se prit une rafale d'explosions qui le propulsèrent en plein dans "L'Origine du monde" de Gustave Courbet.
Au tour de l'ennemi maintenant qui ne changea pas grand chose à sa stratégie à par laisser la Jeep aller en tête de file pour pouvoir mieux la couvrir. Ils réussirent néanmoins à quitter l'édifice profanée pour repartir en pleine zone urbaine extérieure pour ensuite se rendre sur un pont les menant à un autre quartier.
Aillant encore d’autres atout dans sa manche, le retraité appuya sur le troisième bouton qui fit sortir un Dubstep Gun du capot du véhicule pour ensuite tirer de la sono à fond sur un blindé qui se mit à danser jusqu'à aller s'envoler pour faire un petit tour dans la Seine.
Il ne restait plus qu'un bouclier à détruire pour pouvoir ensuite atteindre le cœur du problème. Ils arrivèrent donc à nouveau dans les routes plus serrées où il était très étonnant qu'un flic ne ne soit encore joint à la partie pour plus de fun.
Pas de temps à perdre, le grand père de Lucy utilisa son dernier bouton qui transforma les pneus en ressorts bien rebondissements qui permirent de rattraper le dernier VBMR pour l'écraser de plein fouet, mais s'encastrer en même temps à l'intérieur de celui ci.
A l'autre bout de la rue, devant la grille du Palais de l'Élysée, des gardes républicains eurent les jambes qui flageolèrent en aillant la peur de leur vie, voyant une situation de crise ultime s'apprêter à leur arriver dessus. N'étant pas aussi rapide que le gardien du musée, ils furent emporter avec, signant leur prochaines célébrations funéraires médiatisées pour leur rendre hommage.
Chanceux furent ceux qui occupaient ce lieu car la barrière permit au gros tas de ferraille de stopper sa cours en plein milieu de la course sans signes de vie au premier abord. Ce ne fut que plusieurs secondes après ça qu'une portière fut délogée d'un grand coup de botte et que le papy content en ressortit vainqueur.

Armand : Je les ai tous eu ces fils de putes !

Il calma bien vide ses ardeurs quand il vit de nombreuses MP5 caresser son visage de la part du peloton d'intervention qui était intervenu rapidement sur les lieux d'une très haute importance pour neutraliser cette menace terroriste qui changeait un peu de celles des barbus fous qu'il y avait habituellement.

Armand : Désolé, je me suis cru dans GTA.

Ses excuses ne suffirent pas et il fut embarquer de force pour être emmener dans un coin froid et humide.
Aucune trace de Clara et Raymond dans les restes de véhicules, comme si ils s'étaient volatilisés.
avatar
Clara Lille
Arrivants
Arrivants

Messages : 64
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Death City [Terminé]

Message  Ophelia Sarkissian le Mer 28 Mar - 23:53

Chapitre 6 : Vraiment la fin du monde telle qu'on la connait ?

France; New Raccoon City; Zoo

Un groupe de personnages assez important dans cette intrigue longeaient le mur d'une route qui donnait sur une faune plus sauvage qui se faisait entendre très fortement, surement apeuré par tout ce qui passait tout autour. En effet, les gens mourraient en nombre tout autour, à cause des entités qui s’amusaient à foutre le bordel en ville en sabotant les véhicules et autres appareils mécaniques et électrique. Quand ils parvenaient à ôter la vie d'un mortel, ils en profitaient pour s'en emparer pour faire plus de victime. Et si ça ne suffisait, ceux qui n'étaient pas possédés à temps revenait tout de même sous la forme de zombies à cause du sort de la fouteuse de merde.
Un jour sombre s’abattait sur New Raccoon City, et si on ne faisait rien, le nombre de victime serait bien plus élevé que la dernière fois et elle risquerait de se transformer ne ville fantôme, mourant une seconde fois après le désastre causé en 1998 par Umbrella.
La plupart des concitoyens tentèrent soit de fuir leur bourgade qu'ils adoraient tant tandis que d'autres préfèrent se réfugier chez eux ou dans un endroit où ils pensaient hors d’atteinte. Plus rare étaient ceux qui en profitait pour vandaliser les magasins ou voir même juste simplement péter une pile en se faisant remarquer inutilement.
Ce fut le cas d'un énergumène au beau milieu de la route, en slip, que le quatuor croisa par hasard.

Homme : C'est l'Apocalypse ! On est foutu, alors autant paraître le plus inoffensif que possible les am...

Un camion le faucha subitement, ne laissant qu'une bouillie de chaire et d'os de ce pauvre gugusse.
Par précautions, nos héros regardèrent avant de traverser la route, et foi ceci fait ils purent arriver en face du bâtiment qui les intéressé tant. Ils passèrent à coté d'un ancien poste de sécurité pour arriver à l'arrière cour qui aurait pu être vide pour leur simplifié la tache mais non, il y avait 4 corps habités par ces choses qui se trouvaient là.
Chose positive au moins, c'étaient juste des corps de civils donc aucune protection notoire, ce qui permit au plus bourrin du lot d'avoir une brillante idée. Il leur fonça dessus comme un tank puis fit un coup de pied sauté dans les airs qui propulsa les premier contre tous les autres. Une fois à terre, il n'eut qu'à tous leur écraser leur tête avec ses grosses chaussures pour bien les souiller tout en sentant le plaisir de la baston arriver à ses narines.
Fier de ses prouesses habituelles, il se tourna vers son groupe pour leur faire un signe positif du pouce, avec le sourire, ce qui fit rire intérieurement le serpent vert qui alla susurrer quelques mots à l'oreille attentive de sa protégée.

Ophelia : On est d'accord qu'il en fait des caisses ?

Sienna : On est d'accord.

La menace éliminée, elles purent avancer et entrer dans l'ancienne base militaire où elles seront bien plus tranquille puisqu'il n'y avait personne, ce qui était logique puisqu'aucune troupe n'avait été positionné ici pour surveiller le site, ce qui aurait été le cas de l'Usine si il n'y avait pas eu le bordel avec Maxime Neuder qui devait être encore ramené à son monde d'origine.
Avec ce moment de répit, Ophelia put enfin sortir toutes les questions qu’elle avait à poser à celle qu'elle aimait faire chier juste pour le plaisir de la faire car cette peste l'ouvrait beaucoup à haute voix sans pour autant faire grand chose de son coté pour améliorer la situation quand il le fallait.

Ophelia : Alors Axelle, tu vas peut être pour nous dire pourquoi tu as laisse Monsieur Face de Bzork emmener sa propre équipe sur l'autre point stratégique alors que nous on est juste quatre glandus de notre coté ?

Axelle : Je ne peux pas me permettre de perdre des troupes inutilement sur le terrain.

Ophelia : Inutilement mon cul, ce serait juste là où ils seraient le plus utile.

Axelle : Non, ils sont plus utiles à faire de leur mieux pour évacuer la population civile avec la Police.

Ophelia : Et tu peux me dire pourquoi personne de votre groupe ne surveille activement ces endroits si vous savez que ça pourrait être réactivé par le premier gros méchant de passage ?

Axelle : Ce serait contraignant d'avoir au une moins une équipe pour chacun de ces lieux, nuit et jour.

Ophelia : C'est ça, t’es juste une grosse merde en officier.

Axelle : Je t'emmerde et t'es pas la mieux placée pour me donner des conseils.

Ophelia : Et aussi, on m'avait pas du que le labo où on se rend avait été pété la dernière fois justement pour empêcher que ça ne se reproduise ?

Axelle : C'était le cas.

Ophelia : Et tu sais comment ça se fait que ça ne soit plus le cas ?

Axelle : J'en sais rien.

Ophelia : Tu m'emmerdes tu le sais avec tes réponses à la con !?

Axelle : J'en suis heureuse et si t'as rien d'autre à me demander, ferme ton claque merde.

Chris ne savait pas où se mettre face à ce combat de boxe et préféra causer avec l'innocente fleur à ses cotés.

Chris : Elles sont toujours comme ça ?

Sienna : Toujours.

Elles arrivèrent enfin au monte charge qui allait les descendre jusqu'à la prochaine zone de jeu.
La transition de fit sous un silence pesant, mais c'était toujours mieux qu'une nouvelle engueulade.
Au bout du chemin, elles arrivèrent toutes au bon endroit qui semblait vraiment fonctionnel, avec les lumières allumées plus le déco qui semblait avoir rénové il y a peu, en rajoutant à ça le condensateur qui était ne marche, ce qui s'entendait par le bruit qu'il faisait.
Devant cette machine se trouvait le corps de Gilbert Montagné avec le Boss de Créatures à l'extérieur qui se tourna vers le monte charge en ricanant quand il entendit les portes s'ouvrir. Et ce n'étaient pas les armes du groupe qui semblaient lui faire peur.

Gilbert : Tout se passe comme c'était prévu.

Ophelia : C'est vrai que c'était un peu facile de votre coté, un peu trop même à mon goût.

Gilbert : A votre avis, comment se fait il qu'on ait rencontré peu de résistance pour arriver à nos fins ?

Ophelia : Bah à moins d'être aider... Ah merde, on a un traître dans le groupe.

Sienna : Qui ?

Ophelia : A ton avis, devine.

Le canon d'une arme pointa l'arrière de la tête de celle qui avait vu juste dans son raisonnement intérieur.

Ophelia : J'aurais dû sentir le coup venir Axelle.

Axelle : C'est dommage que tu t'es contenté de m'insulter ou lieu de tirer plus tôt cette conclusion logique suite aux incohérences que tu avais soulevé. Mais bon, de ta part, je devrais déjà être surprise que tu l'es vu venir au final.

Ophelia : Tu peux frimer mais ton arme ne te protégera pas.

Axelle : Peut être, mais ça laissera le temps à mon amide vous faire tous crever comme des chiens ici même.

Sur le coup, la situation n'était clairement pas avantageuse pour les héros qui n'étaient plus que trois.
avatar
Ophelia Sarkissian
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 221
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Death City [Terminé]

Message  Clara Lille le Jeu 29 Mar - 23:04

Chapitre 7 : Triompher du Méchant

France; Paris; Arc de Triomphe

Un hélico de la Police Nationale passa au dessus du monument culte de la capitale tandis que d'autres véhicules terrestesp assèrent dans les environs, comme si quelque chose grave était ne train de se passer. En plus, des snipers de la Gendarmerie, elle même nationale, avaient été déployé pour protéger les personnes de haute importance dans le domaine politique français.
Le Général Rob Dealer qui était le marionnettiste derrière UNIT se doutait que c'était dû à Maxime Neuder, ce qu'il avait juste d'une certaine manière quand on y pense. Sur le coup il aurait pu demander à ses propres soldats de le protéger mais comme il voulait donné un petit coté officiel à cette réunion, au cas où ça tourne mal et vu le lieu où il se trouvait, il avait demandé à une connaissance, le Général d'armée Frandric Loufenne de l'Armée de Terre française d'être présent à ses hommes pour le couvrir.
Ils étaient donc sous l'immense arche, juste à coté de la tombe du soldat inconnu dont la flamme allait très bientôt être ravisé et c'est pour ça qu'une bonne partie des soldats présents, ceux plus au centre, étaient vêtus des uniformes de parade plutôt que ceux de combat.
Au final, le Colonel de l’organisation paramilitaire se montra enfin, arrivant avec sa jeep mais sans le reste du convoi, et laissant le chauffeur au volant en descendant pour ensuite marcher seul vers son supérieur et ami qui l'attendait. Ce dernier en voyant ça, se trouva vers l'autre général à ses cotés pour lui adresser qu'une seule phrase.

Rob : Demande à tes hommes de s'écarter pour qu'on soit un peu en privé.

Il acquiesça de la tête et fit signe à ses troupes de leur laisser un peu d'espace, en s'éloignant lui aussi par la même occasion. Les deux hommes de UNIT pouvaient donc discuter sans soucie d'oreilles indiscrètes de choses qui pourraient leur valoir de gros problèmes.

Rob : Comment est ce qu'il a fait pour réussir à s'échapper ?

Colonel : Il a tenté de m'attaquer mais nos hommes se sont interposé, ce qui la fait fuir en détruisant l'un des murs du bar. Il a ensuite commencer à grimper les immeubles alentours avec ses pouvoirs et nous à échapper de vue.

Rob : Il est vraiment aussi puissant que ça ?

Colonel : Bien plus que tu ne pourrais l'imaginer.

A ce moment un portail jaune s'ouvrit et deux personnes en sortir avant qu'il en se referme. C'étaient Clara et Raymond dont ce dernier avait entièrement bu sa flasque de pisse, lui permettant d'activer ce pouvoir qu'il avait en lui depuis petit comme un mutant.
Un peu secouée par le voyage brutal, la tête intelligente resta focalisé sur ses objectifs du mieux qu'elle pouvait.

Clara : C'est Maxime Neuder, ne vous en approchez pas !

Trop tard, celui qui venait d'être nommé se faufila derrière le Général puis abandonna son costume pour pouvoir transformer un de bras en lame qu'il pressa contre sa gorge mais pas trop fort, car il préférait d'abord s'occuper des autres parasites avant de se vêtir en ce gros cafard.
Les soldats qui étaient éloigné réagir au quart de tour, sans même attendre l'ordre de leur officier de s'occuper de la menace, et ils encerclèrent bien vite les quatre personnages importants dont le méchant qui n'était nullement parce que ce qui devrait être une menace à sa vie.

Maxime : Vous les humains ordinaires vous vous croyez forts mais en fait vous êtes faibles, faibles face à tellement de puissance qui vous surpassent en tout que je ne comprends pas que vous n'ayez pas honte de vous même !

Rob : Tu es fou si tu penses t'en tirer comme ça petit fumier.

Maxime : Si je meurs, d'autres élus me succéderont, et toi tu ne seras plus de ce monde pour y assister.

Clara : Maxime Neuder !

Cette accent canadien, il l'avait déjà entendu il y a quelques jours de cela.
Mais oui, c'était celle qui communiquait avec l'équipe de UNIT qu'il avait exterminé !
Tant de proies intéressantes réunies dans un même endroit, il baignait dans l’allégresse.

Maxime : Faut croire que dés que j'ai affaire à ces cons, j'ai affaire à toi qui que tu sois.

Clara : J'ai un nom et c'est Clara Lille, et câlice que tu t'en tireras pas comme ça !

Maxime : Ouais ouais, tu dis ça mais comme les autres, je n'en vois aucun boug...

Raymond : Attention ça sort par la 12 !

Le clochard du Présent eut une remonté gastrique du type liquide qu'il envoya sans le vouloir en plein sur le visage de l'antagoniste qui sentit juste après ses tissus de chair commencer à se dissoudre assez rapidement, lui causant des douleurs qu'il n'avait ressenti depuis longtemps.
Il lâcha son otage et commença à se tenir sa belle gueule qui commençait à lui tomber entre les doigts sans qu'il n'ait rien pu faire, le faisant crier de terreur pour un dernier instant de mélodrame offert à son public.

Maxime : JE FOOONNDDDS !!! Je fonds ! Je fonds...

Il rendit son dernier souffle en tombant à terre, laissant enfin paraître la face avant de son crane désormais visible.
Clara profita de ce moment pour se précipiter sur son corps à peine mort pour pouvoir croquer son dent avec l'amulette qu'elle avait sur elle, le remplissant du sang du défunt. Les soldats de l'Armée arrivèrent alors ensuite près d'elle et l'écartèrent de là où elle se trouvait sans pour autant comprendre ce qu'elle venait de faire.
Elle se retrouva à nouveau au coté de celui qui avait porté l'unique coup qui fut fatale au Bad Guy le plus important, mais il en restait un autre qui alla les voir avec un sourire plutôt sympa maintenant qu'il était à nouveau libre de ses mouvements.

Rob : Merci de m'avoir sauvé la vie.

Raymond : Pas d'quoi mec !

Clara : Ne vous reposez pas longtemps sur vos lauriers, je sais que vous manigancer quelque chose.

Rob : Le savoir est une chose, mais le prouver est une autre, et il y aurait déjà beaucoup à faire dans ce pays là.

Clara : J'ai le soutien des Avengers.

Rob : Et moi de mon organisation et même de l'Armée de plusieurs gros acteurs de la mondialisation comme vous pouvez le voir, tu ne m'auras pas qu'avec des menaces mais tu n'es pas la première à essayer.

Raymond : Je comprends pas trop ce qui se passe là !

Clara : Rien, encore un qui se croit au dessus de tous, comme celui dont t'as massacré son visage.

Cette comparaison agaça un peu le Général qui ne le laissa pas entrevoir, étant mettre de ses émotions.
Alors que les renforts de la Police et de la Gendarmerie arrivaient sur les lieux avec leurs unités d'élite, la québécoise au fort caractère fut aspirée par une sorte de brèche vers un autre endroit ressemblant étrangement à New Raccoon City qui se referma derrière elle sous le sursaut de pas mal de persos aux alentours.
Elle atterrie à la sortie d'une ruelle sombre de ce qui s'avérait être vraiment cette ville qu'elle connaissait bien mais qui semblait avoir pris un coup vu que de là où elle était elle pouvait voir la carcasse d'une voiture en train de cramer sans personne autour pour pouvoir éteindre ça.
Avant de pouvoir se demander qui l'avait ramener ici, la réponse vint d'elle même.

Facilier : Je savais bien que je pouvais compter sur vous.

Un main rapide lui chipa l'amulette, ce qui la fit se retourner pour faire face ua sorcier sournois et plutôt gaie.

Facilier : Comme promis, votre âme est sauvée.

Elle sortit avec son autre main l'objet content le sang de Clara qu'il éclata sur le sol, libérant d’étranges filins verts.

Clara : Merci beaucoup, mais ce fut éprouvant.

Facilier : Mais au moins, vous avez pu empêcher un pauvre fou de répandre ses idées démentes autour de lui. Ici aussi un jeu de cartes s’est joué avant les valets et les rois mais allez savoir qui était vraiment qui et surtout qui a gagné. Je vous laisse le plaisir d'aller vous en rendre compte de vous même, moi de mon coté j'ai d'autres âmes à récolter.

Pendant l'espace d'un instant, un homme lui ressemblant un peu mais habillé différemment mais surtout avec le peinture blanche sur le visage apparut derrière lui avant de disparaître presque immédiatement comme une image subliminale.

Facilier : Au revoir !

Il se retourna d'un coup de canne et s'effaça dans l'obscurité, en même temps que son ombre qui discutait avec une autre, féminine, avec qui elle semblait bien s'entendre.
La Puissance du Vaudou avait encore frappé.
avatar
Clara Lille
Arrivants
Arrivants

Messages : 64
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Death City [Terminé]

Message  Ophelia Sarkissian le Lun 2 Avr - 23:25

Chapitre 7 : Humeur Venimeuse

France; New Raccoon City; Base Marines Abandonnée

Le Leader des Entités, qui hésitait entre faire un grand discours pompeux de méchant ou juste les tuer pour être sûr qu'ils ne s'échapperont pas, sentit une perturbation dans la force qui le terrifia vraiment pour la première fois depuis qu'on le connaissait.

Gilbert : Il se passe quelque chose !

Axelle : Quoi !?

Gilbert : Mes amis... Ils sont en train de mourir !

Axelle : Attendez, vous pouvez mourir !?

Gilbert : Oui mais normalement les humains sont inoffensifs contre nous même avec leur technologie, ah moins que...

Soudain, une sorte de long bras noir sortit du plafond et plonger sa main en train dans le corps de Gilbert, le faisant pousser un cri inhumain et strident avant de se retirer et repartir de là où il venait, laissant le cadavre pourrir retourner à son état naturel sur le sol froid et dur de la pièce.
Le Lieutenant de UNIT fut sous le choc de ce qu'elle venait de voir, perdant son attention sur ce qu'elle faisait, faisant perdre son arme qui fut pris avec facilité par sa nemesis qu'il la jeta dans un coin de la pièce avant régler ses comptes là maintenant.
Ophelia poussa donc Axelle contre le mur avant sa force d'athlétique puis sortit son joujou mis arme blanche mis arme à feu pour commencer à enfoncer la partie lame contre son bras au niveau de l'épaule juste pour le plaisir de l'interroger ensuite.

Ophelia : Dis moi tout ce que tu nous caches !

Axelle : Jamais, tu peux crever !

Elle pressa encore plus, causant une vive douleur qui poussa la traîtresse à hurler à la mort.
Chris tenta bien d'intervenir pour calmer le jeu mais il fut violemment repoussé en arrière, tombant sur son bras, le déboîtant violemment et donc l'empêcher de retenter quelque chose. Sienna, elle, se contenta d'observer en silence, en hésitant entre de l’admiration et une certaine crainte envers son idole;

Ophelia : Allez, si tu me dis tout maintenant, tu ne souffriras plus !

Axelle : Tu le jures !?

Ophelia : Je le jure sur toutes les têtes d'Hydra dont mon mentor !

Axelle : D'accord, c'est Rob Dealer qui avait conclu une alliance avec ces entités mais j'en sais pas plus, juste qu'il comptait sur moins pour me débarrasser d'éventuels gêneurs !

Ophelia : Bah voilà c'était pas compliqué !

La tortionnaire enleva son outil de la blessure déjà bien importante de la dame en pleure.

Ophelia : Sienna, c'est l'heure de faire ton premier meurtre au sein des Avengers !

L'adolescente l'écouta mais la membre de UNIT s'affola de cette nouvelle.

Axelle : Tu m'as menti pétasse !

Ophelia : Non j'ai dit que tu ne souffriras plus, et je vais m'en assurer justement.

Sienna braqua alors l'arme qu'elle avait prise plus tôt sur vipère sur la tête d'Axelle. Cette dernière se résigne très rapidement à son sort et éprouva pour la première fois une once se sympathie pour celle avec qui elle avait l'habitude de s'engueuler pour un rien.

Axelle : Si Rob m'était tombé dessus après ça, c'est clair que j'aurais souffert.

Ophelia : Tu vois que je ne suis pas une connasse comme tu me le chantais tout le temps !

Axelle : Ouais, contrairement à moi qui ait été un peu trop confiante.

Ophelia : Je suis déjà passée par là. Tu veux fermer les yeux ou pas ?

Axelle : Non c'est bon, allez y.

Pas besoin d'en dire plus que le coup fut parti et toucha droit au but.
Voyant le corps glissé sur le mur pour finir assis, la tireuse et sa prof personnelle se regardèrent avec une certaine fierté dans le regard de chacune d'elles. Elles étaient badass et venaient de le prouver encore une fois sans ménagement.

Ophelia : J'en connu une pour qui c'est pas son premier cadavre.

Sienna : Avec les pères que j'ai, je serai déjà morte sans ça.

Ophelia : C'est clair, le Karma c'est de Famille.

Sienna : On fait quoi d'elle maintenant, on viole ce qui reste ?

Ophelia : Oh mais dis pas ces choses là, on a une paire d'oreilles sensibles juste derrière nous !

Chris : Mais aidez moi bordel de merde !

Le blessé avait besoin d'attention mais surtout de soins pour son membre amoché.
avatar
Ophelia Sarkissian
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 221
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Death City [Terminé]

Message  Kevin Ryman le Mar 3 Avr - 0:19

Épilogue : Encore du Boulot à Faire

6 Août 2018

France; New Raccoon City; Commissariat

Kevin avait pu enfin retourner à ses bureaux, mais ne ayant perdu un de leur membre, le plus adorable et qui incarnait encore plus la bonne humeur ici que lui. C'est pour que se remettre aux tristes cotés de son boulot ne l'enchantait guère mais il devait le faire, c'était son devoir ne tant que flic.
Là il allait faire comme les autres STARS, et pas qu'eux, c'est à dire prendre les dépositions de tous les citoyens survivants dans la ville, sur ce qui s'était passé aujourd'hui, et Dieu seul savait combien il y en avait car on ne semblait pas y voir le bout.
Vint au tour de deux personnes dont une qu'il connaissait bien de par leur passé en commun dans l'ancienne ville même si ils ne s'étaient pas croisés à l'époque. En plus il lui en devait une pour l'avoir dégagé lui et l'Equipe Sanitation de la Bibliothèque Magique d'Ashley Graham.
Sauf qu'en arrivant devant lui, ils n'étaient pas seuls, et la nouvelle tête pas si nouvelle que ça se présenta.

Zarick : Zarick Himaslinam, un ami de Candela, et je suis content de te revoir après tant d'années.

Candela : Moi aussi, je devine que tu as vécu d'inoubliables aventures en mon absence.

Zarick : Oui, tu n'as pas idée de à quel point la survie de notre monde a été grandement aidé par moi même.

Carlos : J'ai l’impression que vous avez un passif tous les deux.

Candela : Oui, c'est comme un père pour moi mon petit Carlos, et je me demande ce qui a bien pu l'attirer ici.

Zarick : Un ami à moi a conclu une affaire et voulait fêter un peu ça avec moi, donc je suis venu.

A ce moment là deux hommes importants entrèrent dans la salle, à savoir deux maires de deux villes différentes qui venaient causer au groupe mais surtout à la seule femme de celui ci. D'un coté on avait Wheston Yeston qui dirigeait à vie cette magnifique cité qui a failli s'écrouler en quelques heures et de l'autre Wilson Fisk à la tête de New York depuis déjà presque deux ans.

Wheston : La voilà, la magicienne qui a sauvé ma ville.

Wilson : Enchanté de vous rencontrer, ce n'est pas tous les jours qu'on peut enfin rencontrer quelque dotés d'immenses pouvoirs dans votre genre.

Candela : Ma réputation semble me précéder j'ai l'impression.

Carlos : C'est parce que t'es la meilleur !

Il lui déposa un gros bisou sur la joue puis elle enchaîna sur sa bouche comme deux beaux amoureux.

New Raccoon City; Hôpital

Chris Redfield était couché sur un lit avec un bras dans le plâtre suite à l'action plus que douteuse à ses yeux d'Ophelia Sarkissian qui avait attiré sa méfiance. Claire qui était là avait entendu parlé de ce qui s'était passé 3 000 lieux sous la terre et même si elle lui en voulait un peu d'avoir blessé son frère,e elle comprenait malgré tout la séance de torture et l’abattage froid de fin.
Maintenant son but sera de faire penser autre à cette tête de mule cloué sur place, en mettant notamment de la bonne musique italienne et en ayant cherché de la pizza personnalisée chez Pizzy Hut pour tous les deux.

Chris : Tu m'as pris Piments, Sauce Samouraï et bœuf pour moi ?

Claire : Yep, et patates, merguez et poulet pour moi.

Chris : J'ai vu qu'on pouvait collectionner des points de fidélité pour avoir des cadeaux.

Claire : Pour le moment une seule personne a pu arriver vivante jusqu’au cadeau ultime, une peluche « Cheese-Kun ».

Chris : Elle s'appelle comment cette personne ?

Claire : C.C., et j'ai déjà entendu les Avengers prononcer ce nom là.

C'est alors qu'on toqua à la vitre, ce qui normalement était impossible à moins d'être Ahah Merde qui avait activé la fonction jet pack de son fauteuil roulant parce qu'il avait la dalle, ce qui était ne fait vraiment le cas.

Ahah : J'AI FAAAAIIIMMMM !!!!

Son cri fit péter tous les vitres de l'établissement ainsi que ses propulseurs, e faisant tomber comme un dans un cartoon pour faire un gros boom en bas, sous le regard du frère et de la sœur Redfield qui ne comprenaient pas ce qui venait de se passer.

Canada; Montréal; Taco Bell

Clara avait décidé dans d'aller des tacos pour changer mais surtout pouvoir rencontrer un vieux pote de DedSec pour lui demander une requête au sujet d'un homme qu'elle révéla sur l'écran de son téléphone être Rob Dealer, le Général maléfique de UNIT.

Clara : Je veux ne savoir plus sur lui car il y a des trucs louches derrière lui et ce qu'il manigance chez UNIT.

??? : Que sais tu de lui ?

Clara : Qu'avant le premier incident impliquant des entités à New Raccoon City, il n'était qu'un toxicomane sans emploi qui avait des problèmes avec les forces de l'ordre, mais après ça, allez savoir comment, il a réussi à arriver à la tête de cette puissante organisation.

??? : Tu n'en sais pas plus sur cette transition ?

Clara : Non justement, c'est comme si on l'avait volontairement effacé des données, mais il doit ne reste des traces quelque part.

??? : Et depuis qu'il est là, les magouilles au commencé dans l'ONG ?

Clara : Exactement et le plus vieux rapport à ce sujet vient de notre ancien chef Baptiste qui avait vu avec une agent canadienne UNIT trafiquer du matériel de Red Umbrella à la Montagne de Cyprès. Les agents capturés sont tous morts d’inexplicables raisons dans la semaine qui suivait.

??? : Je pourrais déjà en chercher plus sur cet événement en particulier.

Clara : Tu pourras alors commencer par Brandon Thomson, un Colonel de UNIT au Canada, qui était impliqué dedans et qui est mort le jour même.

??? : Ça marche.

Cet homme allait refaire parler de lui, refaire parler de Ling.

France; New Raccoon City; Valiant

Ophelia et Curie avaient décidé de fêter leur victoire contre les deux fléaux qui avaient rongé la grandepetite protégée de la première, même si elles la devaient à la sorcière noire venue d'entre les morts, en compagnie de Erza Josse et Holt Valentine de passage dans le coin pour voir les progrès de Sienna.
Mais là actuellement, elles mangeaient toutes une Hawaïenne de chez Domino's Pizza tout en se racontant les dernières nouveautés de leur coté à chacun, et là c'était sur l'intervention à Sapienza d'Ailein Bartley à Sapienza dont la principale protagoniste de l'histoire n'était malheureusement pas présente pour le raconter d'elle même.

Ophelia : ...Et quand elle s'est réveillée, il y avait la sécurité du manoir qui l'entourait et plus aucun signe de l'Assassin.

Holt : Bizarre...

Erza : Normalement, aucun humain ordinaire ne peut l’assommer.

Curie : Pourquoi donc ?

Erza : C'est une Ange.

Curie : Voilà qui est plus compréhensible.

Holt : Sinon ça n'a rien à voir mais où est Lucy ? Car je me taperai bien une petite blonde si tu vois ce que je veux dire ?

Erza : Avec ou sans mousse ?

Curie : Je ne comprends pas votre phrase.

Ophelia : Elle est dans les Alpes pour une...

Sienna : Ophelia, j'ai un message pour toi !

La concernée fut la première à se tourner vers l'origine de la voix à l'entrée de la pièce. Elle vit alors sa petite protégée attendant sur le palier, les mains dans le dos avec un sourire gaie sur son visage qui annonçait surement de bonnes nouvelles.

Ophelia : Qui ça ?

Sienna : Oh, il a dit que tu le reconnaîtras surement si je te montrai ça.

Elle sortit après dire un couteau de cuisine à la poignet mauve et trancha violemment sa gorge sous les yeux écarquillés des quatre personnes présentes dans la pièce, entaillant tellement profondément qu'on pouvait voir les muscles se détacher ainsi que les os dépasser.
Vipère fut la première à se précipiter vers elle et elle lui arracha l'arme des mains pour le lancer contre un mur, mais il était trop tard, le mal était déjà fait. Tout ce qu'elle pouvait faire c'était accompagner ses derniers instants en tentant en vain de la maintenir en vie tout en déverser des larmes sur son corps agonisant.

Ophelia : Sienna, non ne me fais pas ça !! S'il te plaît non !! Respire !! Curie viens m'aider !!

Curie : J'ai bien peur que son diagnosti...

Ophelia : Ou va cherche de l'aide mais fait quelque chose !!

Sa voix devint plus calme, bien plus larmoyante.

Ophelia : Tu as encore de la vie devant toi, moi j'ai déjà bien vécu donc c'est moi qui devrait être à la place, alors nem e fais pas ça, je t'en supplie...

Elle ne bougeait déjà plus, juste quelques spasmes post mortem, les yeux grands ouverts.

Ophelia : Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi... ?

Elle se releva, le regard vide, comme en transe et elle se dirigea vers le couteau planté dans le mur, le sang coulant de sa lame, pour le vérifier tout en continuant à répéter frénétiquement ses paroles angoissées.
C'est en voyant la manche de l'arme utilisé qu'elle comprit enfin.
Elle tomba à genou, tremblant comme une feuille morte en se rappelant un passé qu'elle voudrait oublié avant finir face contre terre en étant prise de convulsions. Holt et Erza regardèrent ça également sur le choc mais pas au point de faire une crise comme elle, même si leur cœurs souffraient énormément.
Les renforts arrivèrent sur la scène, bine trop tard, quel dommage...
avatar
Kevin Ryman
Anciers
Anciers

Messages : 173
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Death City [Terminé]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum