[FIC] Inside UNIT [Terminée]

Aller en bas

[FIC] Inside UNIT [Terminée] Empty [FIC] Inside UNIT [Terminée]

Message  Lina Inverse le Mer 16 Jan - 0:32

22 Octobre 2018

Suisse; Genève; Siège Mondial UNIT

C'est le grand jour.
Après avoir passé 18 ans dans ce monde qui n'est pas celui de ma naissance, je vais pouvoir enfin avoir quelques réponses à mon amnésie et sur les circonstances de ma venue ici.
Je sais que Shabranigudu est impliqué dedans, peu importe comment.
J'espère que mon équipe va bien.
Le Roi des Ténèbres est déjà surpuissant quand on affronte un seul morceau de lui, alors si il est complet.
Le monde pourrait très bien être détruit à mon retour.
Gourry...
J'aimerais ne pas avoir à ré-invoquer la Seigneur des Cauchemars.
Ça avait failli coûté ma vie quand je l'avais fait face au Maître de l'Enfer Fibrizo.
Je pris aussi en Amelia et Zelgadiss pour s'en être sorti de leur coté.
Tout ce qui me reste à faire, c'est de passer cette porte derrière laquelle les plus grands couvre chefs de UNIT m'attendent. Il faudra que je pense à les questionner notamment sur cette drôle de vision que m'a fait voir le Clown Immortel Shabarock.
Quel nom ridicule quand même.
Allez, on y va.
...
Ouais, ils sont bien tous là.
J'aurais voulu qu'il y ait quelque absents, mais non, ils sont tous en forme.
Il faut absolument que je garde ma langue dans ma poche, au moins pour le début.
Sinon, je serais venue ici pour rien.
Alors, je vais vous les faire dans l'ordre de gauche à droite pour que vous puissiez
Vous en connaissez peut être déjà.
Il y a donc :
- La Major-général Iwata Kajalimasse, originaire du Japon, qui est sûrement celle qui est la plus à la ramasse, jouant sur la culture populaire pour tenter d'échapper aux questions gênantes qu'on lui pose. Ce qui lui arrive souvent d'ailleurs vu qu'elle n'a réponse à rien. Elle dirige la division d'Asie.
- Le Major-général Niles Bishop, originaire d'Ecosse, qui est le plus louche du tas, qui a été soupçonné de bosser en étroite collaboration et total consentement avec l'Ancien Traître Général 4 Etoiles Rob Dealer, ce qu'il réfute. Il a typiquement une tête à être méchant, même si il a un fond doux. Il dirige la division d'Europe.
- Le Lieutenant-général Ahmed Melabahr, originaire d'Iran, qui est celui qui m'est le plus sympathique dans le sens où il déjà fait montré qu'il pouvait aller à l'encontre des règles de son organisation si c'était plus juste pour lui. Et sa vision de la justice se rapproche de la mienne, donc on est bon pour nous entendre. Il dirige la division d'Amérique du Nord.
- Le Général et Directeur de UNIT Nick Fury Junior, originaire des States, est le digne héritié de son père dont il connait toutes les bases secrètes perdues au quatre coins du monde. Il ressemble beaucoup a Samuel L. Jackson et c'est d'ailleurs ce dernier qui joue une version fictive de lui dans le Marvel Cinematic Universe. Mine de rien, il est très compétent en haut de la pyramide, encore plus si l'on compare avec son prédécesseur.
- L'Ancien Général de l'Armée et Directeur de UNIT puis actuel Directeur des Secrets Warriors, un groupe d'élite de notre groupe, Nicholas Fury Senior. Originaire d'on ne sait où, il plutôt réservé et fait peu confiance aux gens, c'est à même se demander comment il a fait pour diriger tout ce beau monde. C'est lui seul qui choisit qui fera parti de son équipe et personne d'autre.
- Le Brigadier-général Gambala Zimbaboué, originaire du Petit Congo, qui est très sérieux et droit dans ses bottes dans son boulot, et assez ouvert d'esprit puisqu'il est marié à une française blanche. Je pose ça là car dans votre monde, la couleur de peau pose problème à pas mal de monde en règle générale. Il dirige la brigade d'Afrique.
- La Brigadier-général Winifred Bambera, originaire du Chili, est la plus peureuse de toutes et je le vois rien que maintenant où elle est nerveuse en raison de ma présence, sûrement parce qu'elle sait qui je suis réellement. Je ne l'aime pas trop et je ne sais pas si elle est vraiment digne de confiance. Elle dirige la brigade d'Amérique du Sud.
- La Brigadier-général Haight Woollers, originaire de Nouvelle Zélande, que je très mal donc je ne vais trop m'avancer sur elle, hormis le fait qu'elle semble professionnelle. Elle dirige la brigade d'Océanie.
Ils sont tous assis à la table, me fixant du regard, attendant que je me pose sur la chaise.
Toute cette attention sur moi, quel honneur...
Je fais ce qu'ils veulent de moi, afin de faire avancer le scénario.
Le premier à s'exprimer une fois que je assis, c'est le grand chef borgne.

Nick : Major Inverse, je pense que vous savez pour quoi vous êtes.

Watashi : J'hésite entre le fait que j'ai sauvé vos culs de l'autre démon rigolo qui a failli détruire la Nouvelle Orléans ou bien le fait que j'ai retrouvé mes pouvoir ainsi que ma mémoire à ce moment là. Est les deux ?

Nick : Vous avez vu juste, je l'admet.

Iwata : On est pas là pour parler de ce qui s'est passé à Dulvey ?

Gambala : Ce qui s'est passé là bas n'a rien à voir avec notre juridiction.

Haight : Il y avait tout de même Gilbert Montagné.

Gambala : Hormis ça, où vous vouliez en venir Kajalimasse ?

Iwata : VOUS NE PASSEREZ PAS !!!

Je vous l'avais dit qu'elle était timbré.
Vous me croyez maintenant ?

Nick : Restons sur le sujet vous le voulez bien, car nous allons aborder le cas de notre invitée très particulière.

Niles : Nous aurions dû la laisser en pâture aux requins si nous avions su.

Ahmed : Si vous lui parlez sur ce ton, il est clair que ça ne finira pas bien pour vous.

Winifred : Niles a raison, elle est une menace pour nous tous présents aujourd'hui !

Nick : Calmez vous, seul moi conclura si elle est une menace ou pas.

Lina : Si vous m'emmerdez, je vous crame tous et je vais chercher ailleurs des réponses.

Winifred : Sale sorcière !

Ahmed : Rassis toi enfin ! C'est vous qui la cherchez pour l'instant.

Niles : Tu es trop gentil Ahmed.

Nick : Arrêtons d'être dans la hiérarchie et appelons nous par nos prénoms. Lina, si tu veux des réponses, donne nous tes questions.

Lina : On va commencer par la basique. Comment j'ai atterrie ici ? Car j'ai un gros trou de mémoire entre le moment où je me promenais tranquillement en forêt avec mon compagnon et celui où je me réveille à l'hosto dans cet univers.

Nick : Je vais laisser mon père répondre à tout ça.

Le vieux en question se rapproche, révélant ses cheveux gris à tout le monde.
C'est lui qui était en charge de tout à l'époque, alors écoutons le s'exprimer.

Nicholas : C'est un bateau de pécheur qui t'a retrouvé au large des cotes islandaises, flottant grâce à vos pouvoirs à la surface. Ils vont ont emmené à l’hôpital de la capitale et très vite les rumeurs sur vos capacités ont circulé dans le coin. La branche danoise de UNIT menée par Teo Karim s'est chargée de ton cas, mais ce qu'ils ont découvert ont fait que Niles ici présent et moi avons dû nous rendre sur place.

Lina : Pourquoi ?

Nicholas : Nos scientifiques ont été époustouflés de ta puissance magique qui dépassait largement la majorité des sorciers de la planète, et qui était égale à la puissance de frappe d'un Dalek.

Haight : Ou la dangerosité de Gilbert Montagné, qui est venu après.

Nicholas : Quand il est apparu que tu étais amnésique et que sans qu'on sache pourquoi, tes pouvoirs se sont refermés automatiquement, il nous est paru indispensable de faire en sorte que tu ne retrouves pas ta mémoire, pour la survie des habitants de la Terre.

Niles : On aurait dû t'étouffer sur place quand je l'avais suggéré à la base, mais Nicholas a été plus clément.

Nicholas : Nous t'avons inventé une histoire crédible, et fait en sorte que tu sois sous notre surveillance, pour veiller à que tout se passe bien. Désolé si parait rude, mais le manga dont tu étais issu nous était inconnu et donc sans savoir qui tu étais réellement, nous ne devions prendre aucun risque.

Lina : Le risque que je sois mal intentionné était élevé je me doute.

Nicholas : C'est correcte. Il nous aura fallu des années avant de comprendre que tu faisais partie des personnages de fiction à s'être retrouvée dans notre réalité. Malgré ça, l'avis général a été de ne rien te dire, contre le mien, ce qui m'a déçu et a fait des choses qui m'ont poussé à m'en aller.

Nick : Ensuite, nous avons eu Rob Dealer dont la nomination a été inordinaire, mais ce n'est pas le sujet du jour.

Lina : Je ne vous remercie pas de m'avoir caché tout ça, même quand il n'y avait plus de raison à le faire.

Ahmed : Certains de mes collègues avaient peur du fait que tu pourrais détruire des villages ou villages sous un coup de tête comme dans le dessin animé qui représente tes aventures.

Lina : Je n'agis pas de manière aussi irréfléchie. Sauf quelques fois, mais c'étaient de leur fautes.

Ahmed : D'autres craignaient que tu finisses à révéler publiquement tes pouvoirs à la population du fait de ta personnalité et que tu finisses victime de lynchage public, ce qui aurait forcément engendré un résultat similaire.

Il n'a pas tort, je dois l'admettre.
Je connais des personnes qui ont subi ça après que UNIT ait laissé à son personnel non humain la liberté de se montrer au grand jour afin de tenter cohabiter avec notre espèce. Il y a eu des morts et carrément certaines personnes qui ont rebroussé chemin car c'était mieux du temps où ils étaient cachés.
Vous êtes vraiment ignobles quand vous vous y mettez, surtout quand il y a l'effet de foule.
Juste pour quelques différences.
Bon au moins, il y aussi qui ont eu peu de problèmes et qui vivent tranquille désormais.
Après, je ne suis pas assez bête pour lâcher mes atouts à tout le monde.

Lina : Et donc personne ici ne sait d'où je venais avant d'être retrouvée à la dérive ?

Nicholas : Non, pourtant nous avons cherché de notre coté, sans succès.

Lina : Durant mon séjour au bayou, j'ai une vision du passé de moi dans une sorte d'église avec une femme blonde et des soldats me visant moi et un gamin nommé Michael. Une voix inconnue m'a ensuite dit que je trouverai des informations du Directeur Nick Fury Senior et d'un certain Mike Tetra. Pour le moment elle a eu juste, donc c'est qui l'autre type ?

Je remarque qu'une personne à réagit à ma remarque.
Ce louche de Niles qui crispe des rides et meut ses lèvres.
Ah bah bravo Niles, bravo !
Je sais chez qui me tourner !

Lina : Toi, tu sais qui c'est, alors crache le morceau avant que je m'énerve !

Niles : On dirait qu'avant de ton aventure maritime, tu as été à Preosimiter, un état dirigé par l'organisation fasciste Crisis et plus particulièrement la Famille Clean. Tu as rencontré Samantha Clean, l'ancienne matriarche, aujourd'hui décédé.

Haight : Encore grâce à Gilbert Montagné.

Iwata : Il est partout décidément lui !

Niles : Le garçon, c'est Michael Clean, connu à l'heure actuel sous le faux nom de Mike Tetra qui mène un mouvement rebelle, Néo Crisis, afin de renverser les siens. Le reste, ce n'est pas de notre ressort.

Lina : Pourtant, Crisis a été impliqué dans l'histoire du Bunker et du Météore il y a deux mois de ça.

Niles : Oui mais à l'époque, ce qui nous intéressait, c'étaient les circonstances et certains de leur alliés du moment. Le reste du temps, ils ne sont pas connus pour utiliser des armes aliens ou surnaturelles, et leur idéologie fait qu'ils sont tous humains jusqu'à preuves du contraire.

Lina : Maintenant on sait que ils m’ont côtoyé donc nous pouvons s'y attaquer.

Niles : Attaquer un pays avec juste ton témoignage, ça ne passera jamais.

Lina : Pourtant tout le monde les attaque sans qu'il y ait de répercutions mondiales !

Niles : C'est parce qu'ils attaquent en dehors de leur territoire et se démerdent pour ne jamais avoir de problèmes vis à vis des autres gouvernements.

Lina : Ne me dites pas qu'ils vous font peurs !

Nick : Il a raison, nous ne pouvons pas s'en prendre à eux chez eux sans preuves matérielles.

Lina : Alors sans ce cas là j'vais aller trouvé les Rebelles et chercher les preuves avec leur aide, puisque je ne peux pas compter sur vous.

Winifred : Tu vas no...

Lina : Fermez là ! Sinon je fais sauter cet endroit et vous avec !

A ces mots, je m'en vais.
Il s'est fallu de peu pour qu'il faille changer les Généraux.

30 Octobre 2018

Norvège; Stavanger; Godalen Beach

Une silhouette épuisée traîne du pas sur le sable blanc obscurcie par la nuit totale.
Une main pressée envoie un message privé à un tiers via son vieux téléphone.

"Ma couverture est compromise et UNIT est impliquée."

Le texte a bien été reçu.
Juste au moment où une vague énergétique sortant de nul part traverse son corps.
Pendant quelque secondes, son squelette se révèle avant que tout redevienne normal, sauf qu'il tombe raide mort.
Aucun témoin pour témoigner de ce qui a bien pu le tuer.


Dernière édition par Lina Inverse le Ven 22 Fév - 15:59, édité 5 fois
Lina Inverse
Lina Inverse
Anciers
Anciers

Messages : 127
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/10/2018
Localisation : Où je suis ! ^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Inside UNIT [Terminée] Empty Re: [FIC] Inside UNIT [Terminée]

Message  Lina Inverse le Jeu 17 Jan - 23:47

31 Octobre 2018

Etats Unis; Miami Beach; South Beach; Nikki Beach

Un peu de temps de repos sous le soleil de Floride, ça fait du bien.
Dommage que je sois obligé de tricher un peu avec ce temps au lieu d'aller de me baigner et me promener en ville.
Bronzette, ça par contre c'est non.
J'ai jamais ce délire de se poser sur le sol et d'attendre que le soleil crame notre peau.
Je trouve ça con, surtout que j'ai horreur quand ce grand bonhomme jaune vient de frapper la gueule.
J'aurais même plutôt envie de lui en retourner une, si c'était physiquement possible.
Après, je pourrais le faire sauter, mais on serait tous morts.
C'est ballot.
Pourquoi je dis que je triche avec ce moment de détente actuelle ?
Parce que je l’utilise pour rencontrer quelqu'un dont j'en ai un peu chier pour retrouver la trace.
Il ne tenait pas vraiment à se faire localiser, mais quand il a su qui j'étais, il a immédiatement accepté qu'on se voit.
Je lui ai proposé cette endroit, comme c'est ici que je passe une partie de mes vacances imposées par mon job.
Tout ça à cause de l'angoisse que je leur ai foutu récemment.
En même temps, ils n'avaient pas qu'à me mentir.
On n'en serait pas là sinon.
Bon au moins, j'ai un peu la paix pour l'instant.
J'en profite bien bien manger dans ce bon restaurant, ça me fait patienter en attendant que l'autre n'arrive.
Et puis, j'avais faim.
Les mauvaises langues diront que j'ai tout le temps faim, mais je les couperai toutes à la racine.
Au passage, je suis seulement vêtue d'un maillot de bain orange sans rien d'autre pour couvrir mon corps.
Je dis ça parce que beaucoup de gens me matent en douce depuis que je suis entrée ici.
J'hésite à leur balancer une boule de feu, mais on va encore me passer un savon.
Pourtant, si j'ai eu à nouveau mes pouvoirs, c'est bien pour les utiliser ?
Naaan, je ne leur en veut pas.
Avec une jolie dame comme moi ici, je peux comprendre qu'ils soient envoûtés par ce qu'ils voient.
Tant qu'ils ne me draguent pas de façon lourdingue.
Bon bon bon...
Il est quelle heure ?
13H45, il est en retard de 15 minutes.
Vive la ponctualité chez lui !
Qu'est ce que je pourrais vous raconter en attendant qu'il daigne se pointer ?
Oh j'ai une idée...
Quand il faut meubler un moment où il ne se passe rien, comme celui là, je vous raconterai une petite anecdote de ma vie qui est liée avec une des multitudes d’événements qui ont eu lieu dans ce monde. Car en presque 20 ans de carrière chez UNIT, dont 10 en étant gradée, j'ai assisté à diverses choses.
Bah oui, vous croyez que je me suis tournée les pouces ces nombreuses fois où New York a été victime de terroristes sans scrupules ?
Bah non, j'ai été là sans que vous le sachiez.
Commençons par quelque chose de pas trop vieux non plus.

27 Mai 2017

Etats Unis; Manhattan; Lower East Side; Omoshiroi Yudayahito

Alors oui, c'est le nom d'un restaurant japonais, et non, il n'y a rien à dire dessus.
Donc commencez pas à m'emmerder avec mon rapport à la nourriture !
J'aime bien mangé asiatique, que ça soit vietnamien, chinois, coréen ou jap.
Enfin j'aime bien manger tout court, sauf que là c'est ma bouffe préférée de toutes.
Ça me fait pensé que ça fait longtemps que j'ai pas été chez un bon mexicain.
Bref, alors que j'hésitai entre des rāmen ou du gyūdon pour bien me bourrer l'estomac, des cris retentirent à l'extérieur, beaucoup trop de cris. J'ai su immédiatement que quelque chose n'allait, car même quand il y avait un cinglé qui se met à flinguer des gens pour un Etat Illusoire, il n'y avait pas autant d'agitation.
La problème était forcément plus gros.
J'ai accouru dehors, non sans quelques hésitations, mais ne prenant de quoi grignoter au passage, et mes craintes ont vite étaient confirmées. C'était la merde, en mode diarrhée.
Moi qui ait pourtant assisté à bon nombre de drame, c'est surement l'un de ceux où la confrontation a été la plus directe, tellement que j'ai vraiment y passer pour le coup. Alors que les passants affolés accouraient dans tous les sens autour de ma personne, comme si n'importe quel chemin menait droit en enfer.
Non, pour le coup l'Enfer était sur Terre.
Ceux qui étaient censés les protéger se transformaient peu à peu en morts marchants à leur tour.
Ils s'amassaient en nombre, dans une scène digne d'un film de George Romero avec leur lenteur caractéristique.
Bien qu'il y avait quelques différences que je remarquai assez tôt, telle le fait que leur veines sur le visage était bien visible en bleu, qu'ils semblaient avoir quelques pics d'adrénalines allant même jusqu'à pouvoir bondir sur leur victimes, et qui grognent au lieu de gémir que ceux que les sortes que j'ai plus l'habitude de voir.
Je ne vais pas vous mentir, j'en ai déjà confronté, mais comme dit, ils étaient différents.
Au vu de ce gaz jaunâtre qui enveloppait la zone, j'avais penché pour une piste virale, bien que je ne sois pas experte dans ce domaine. Sans que je le sache, les vrais experts étaient déjà en ville, bien que ça ne soit qu'une équipe de 4 soldats, d'élite par contre.
Leur équivalent de nos Secret Warriors, en moins impressionnant je trouve.
Ne j'avais ABSOLUMENT aucune idée de qui avait causé tout ça, et j'en avais un peu rien à foutre, je dois dire.
Bien que si je l'avais appris, je leur aurais surement rendu une petite visite de courtoisie.
Je me doutais juste que ça avait à voir avec ce camion de l'entreprise A-GUA Industries garé non loin de là d'où et dont le chauffeur et son partenaire étaient vêtus de combinaisons noirs style commandos avec des masque pour couvrir leur visages, ainsi que des MP5K pour leur arrières.
Allez savoir comment, j'ai tout de suite su qu'ils n'étaient pas là pour une lune de miel.
Il faut s'avoir qu'à l’époque, jusqu'à très récemment, j'étais bien plus gentille qu'à l'accoutumé.
Oui je sais que ça peut paraître bizarre pour ceux qui ont vu mes aventures en animés ou lu en roman.
Moi qui d'habitude ne pense qu'à la chose la plus importante dans le monde, après le mangé, le pognon.
La troisième chose c'est l'amour, et je suis plutôt chanceuse de ce coté là avec mon sublime corps.
Donc, dû à ma personnalité plus douce, il fallait évidemment que je sauve des vies, en plus de péter la gueule à ces deux mecs. Ce que j'aurais fait, encore aujourd'hui, de les taper un bon coup.
La première personne à portée de poings qui attendait mon secours puisqu'il fut en mauvaise position, fut l'officier de police plutôt jeune à ma droite qui était le dernier debout de tout ce qui représentait jadis l'ordre dans cette longue route mortelle.
J'aime mes effets de styles, ils sont bien trouvés.
Ce flic avait un zombie assez costaud qui lui arrivait dans le dos sans qu'il s'en rende compte puisqu'il était trop occupé à être choqué par tout ce qu'il voyait, un SIG-Sauer P228 tremblant à la main. Je ne l'aurais carrément sauvé si j'avais eu toute ma mémoire à ce moment là.
Quoi ?
Si ça ne paye pas ou que ça ne me concerne pas, ce n'est pas mes affaires.
Exception faite pour mes amies, mais lui n'en est pas un.
Enfin bon, je vais quand même vous raconter la vérité, car c'est quand même classe, malgré que ça ne me plaise pas tant que ça à la base.
J'ai dégainé mon SIG-Sauer P320 afin d’abattre sèchement le croqueur de cou d'un seule balle bien visée, et j'ai enchaîne avec deux trois autres un peu trop près à mon goûts. Tout autour les gens s'étaient éloignés, nous laissant presque seules avec cette armée des morts.
Le policier totalement paumé se tourna vers moi, l'illumination divine dans ses yeux, comme si j'étais une déesse.

Officier : Merci !

Alors qu'il prit sa radio pour enfin tenter de contacter des renforts, je vis un autre type venir vers nous, un qui n'était pas mort, et le seul hormis les deux gars louches à ne pas s'être cassé ou réfugié dans un bâtiment.

Strieber : Capitaine Strieber; 15th Precinct et Contre-terrorisme.

Moi : Vous tombez bien vous !

Minelli : Central, ici Officier Minelli, Numéro 4P589OMG7, je suis sur Grand Street et je signal un 10-155 ! Tous mes collègues sont morts tués par des zombies et il faut absolument que le BSAA intervienne !

Central : 10-4, le BSAA est déjà sur place, nous allons dépêcher le ESU, tenez bon.

Strieber : J'étais en pause là et je ne sais absolument pas ce qui se passe ici.

Moi : Couvrez moi tous les deux s'il vous plaît pendant que je m'occupe de ces deux là bas, et visez bien la tête.

Minelli : On devrait attendre les renforts.

Strieber : Non elle a raison, il faut arrêter les terroristes.

Pour appuyer ses dires, il s'arma de son Glock 19.
Sans attendre plus de leur pars, je me précipitai vers mon objectifs.
Aucun des mangeurs de chairs fraîches n'arriva à m'atteindre, grâce à mon agilité principalement, et aussi un peu à cause de l'appuie de feu de mes camarades du coup. Les deux méchants masqués virent tout ça et se décidèrent à nous faire feu dessus, pensant me vaincre.
Ils m'ont sous estimer ces cons !
J'ai volé entre les balles et réussi à en atteindre un à la tête, m'assurant qu'il ne revienne pas me tourmenter.
Son pote eut moins de chance puisque je lui en mis une bien dans la jambe, le déstabilisant suffisamment pour que je puisse l’atteindre et le désarmais en une clé de bras placée comme il faut.
Sa tête vint ensuite dire bonjour au sol, ainsi qu'à mes bottes cramponnées.
J'en profitai d'ailleurs pour lui retirer son truc du visage afin que je puisse bien le regarder dans les yeux.
M'en fichant des autres geeks rodant encore autour, je me mis à l'interroger.

Moi : Tu es qui ?

Je l'aurais posé plus vulgairement la question à l'heure actuelle.

Mercenaire : Juste un gars qu'on a payé gracieusement pour faire ça.

Moi : Pour qui est ce que tu bosses ?

Mercenaire : Glenn Arias.

Moi : Ce nom me dit rien.

Mercenaire : C'est un vendeur au marché noir un peu bizarre, mais j'me suis dit que ça me f'rait du blé et que de toute façon le BSAA s'occuperait de son cas à la fin comme toujours. Surtout que les légendaires Chris Redfield et Leon Kennedy sont présents en ville.

Moi : Je vais te laisser à ces flics, et sois bien sage.

Mercenaire : Je sortirai de cellule avant le crépuscule.

Je l'aurais tellement buté, bordel !
En tout cas, les livides se faisaient un peu plus nombreux tout autour et nous encerclait même.
Heureusement, je n'ai pas eu besoin de me fouler pour tous nous sauver l'escouade arriva au bon moment.
Deux fourgons de l'ESU et divers véhicules d'intervention arrivèrent pour nous prêter main fortes.
Les fusils d'assauts face aux cervelles peu résistantes, les vivants furent victorieux.
En plus, il y avait moins de morts que quand c'est le BSAA qui s'en occupe.
Je me moque un d'eux, mais ôtez moi pas de la bouche qu''à chaque intervention, le ratio de morts et blessé est faramineux, comparé à UNIT quand nous on fait notre job. C'est à se demander si c'est vraiment leur domaine de prédilection.
Au final, le type à la tête des escouades d’assauts vint nous voir, tandis que ses hommes emportaient le salopard.

Mario : Lieutenant Mario Green, nous avons fait le plus vite possible.

Strieber : Il faut prévenir le BSAA que Glenn Arias est l'auteur de l'attentat.

Mario : Ils le savent déjà, nous les avons d'ailleurs vu longer une route avec l'un de leur avions.

Moi : J'espère qu'ils ne causeront pas plus de dégâts que les zombies.

Minelli : Pas possible, l'Agent Kennedy est avec eux, et c'est le meilleur.

Strieber : J'ai pourtant souvenir que nous avions eu aussi droit à des zombies et d'autres phénomènes bizarres la dernière fois qu'il était de passe dans le coin. Je pense que cet homme nous apporte le malheur.

Il n'avait pas tort.
Néanmoins je dois écouter ce récit pour le moment, mais je le continuerai peut être plus tard.

31 Octobre 2018

Etats Unis; Miami Beach; South Beach; Nikki Beach

Mike Tetra est enfin là.
C'est pour cela que j'ai écourté comme une malpropre.
Je suis sur la bonne piste, il ressemble beaucoup au mioche de mon flash-back, avec plus de poils.
En effet, il est mal rasé de quelques jours, tandis que son crane est rasé et gris-brun dans la couleur.
Il semble plus vieux qu'il en a l'air, marqué sur son visage, ce qui fait que je lui donnerai la fin de trentaine, ce qui ne colle pas avec l'age qu'il semblait avoir à l'époque. Est ce que je le lui dis ?
Non, on va éviter d'ouvrir les hostilités pour l'instant.
Allez, allons droit au but.

Moi : Comment j'ai fait pour débarquer dans ce monde il y a 18 ans de cela ?

Mike : Comment est ce que je pourrais le savoir ?

Moi : Parce que je me suis rappelé de toi dans une église avec ta mère et que je vois à ton regard que tu me connais.

Mike : C'est peut être vrai.

Pour le Chef d'une Résistance, je l'aurais vu moins timide et réservé.
Il peine à trouver à trouver des mots pour continuer la conversation, en se méfiant de moi.
Le culot.
Je suis quelqu'un digne de confiance.
Enfin bon si je veux avancer un peu et ne pas attirer les flics, je vais la jouer à la cool.
Après tout, j'ai bien réussi à l'être pendant deux décennies.

Moi : On connaît ici sous le nom de naissance de Nise Gensō ou sous le faux nom de Luna Inverse, tandis que mon vrai nom est Lina Inverse. A toi de choisir comment m'appeler Michael.

Mike : Je ne porte plus ce nom Lina.

Moi : Dur d'avoir plusieurs alias, surtout quand on ne l'a pas voulu à la base.

Mike : J'ai dû mal à croire que ça soit vraiment toi, tu n'as pas vieilli. Comment est ce possible ?

Moi : Je viens d'une oeuvre fiction, sans savoir pourquoi, et comme ceux qui ont vécu la même chose, mon vieillissement extérieur s'est arrêté, contrairement à tout ce qui est en moi. Mes os et organes ont 36 ans, tandis que ma peau en a 18.

Mike : Je ne sais pas si c'est vraiment toi, surtout que quand je t'avais cherché à la base, j'avais réussi à te retrouver mais tu avais changé. Bien plus ouverte et gentille que celle que j'avais connu.

Moi : J'avais perdu la mémoire et développé une autre personnalité jusqu'à ce qui s'est passé en Louisiane le 20 de ce mois.

Mike : En Louisiane ?

Moi : Un problème ?

Mike : J'étais à Dulvey en Louisiane pour l'enterrement de Holt Valentine ce jour là.

Moi : J'étais à la Nouvelle Orléans à ce moment là. J'y étais d'ailleurs avec des amies à lui et nous nous sommes rendu au cimetière le lendemain matin après que j'ai vaincu un démon en retrouvant mes pouvoirs et ma mémoire.

Mike : J'étais déjà parti, Crisis avait lancé une attaque pour tuer tous ceux qui s'y trouvaient.

Moi : Pas de bol.

Mike : Lina, j'aurais justement besoin de ton aide pour m'aider à vaincre à mon ancienne famille et mettre fin à la Dictature Preosimitienne. Ça pourra surement t'aider à découvrir comment tu es arrivée ici, et je te promet de te décrire les moments que nous avons passé ensemble.

Moi  Ça me va pour moi.

Mike : Nous allons d'ailleurs très bien tôt intervenir car à la fin de la semaine il sera trop tard et la France bombardera les îles avec des missiles nucléaires. J'ai voulu retarder ça mais je n'ai obtenu qu'un délais de deux semaines pour agir, et c'était il y a 11 jours.

Moi : Ils ne rigolent pas.

Mike : Tu penses que ton organisation pourrait nous prêter main forte ?

Moi : Non ils n...

Niles : C'est possible.

Oh non, v'là l'autre con !
Loucheman débarque dans le resto avec quelques soldats pour s'assurer qu'il ne se chie pas dessus au passage.
On ne peut jamais manger tranquille, ni même discuter !
J'hésite à lui en foutre une, attendons de voir ce qu'il dit.

Niles : Désolé de venir gâcher votre repas, mais nous avons besoin de toi Lina.

Moi : Qu'est ce qui se passe ?

Niles : Un soldat de Crisis, tuée par une arme alien en Norvège, peut être la preuve qu'il te fallait pour pouvoir intervenir légalement sur leur territoire. Ce qui ravira ton ami ici présent pour le peu que j'ai écouté.

Mike : Vous vous connaissez bien ?

Moi : Ouais, c'est un connard.

Niles : Je serai content de la voir débarrasser le plancher et mourir au passage, donc si cet événement peut m'y aider, tant mieux.

Mike : C'est pas la joie entre vous.

Moi : On se reparlera quand je reviendrai des scandinaves, et si je trouve quelque chose qui peut t'être utile dans ta lutte, je te tiendrai au courant.

Mike : Merci.

J'ai pas vraiment ce que j'espérais niveau réponses, dommage.
Au moins, là j'ai une piste pour pourra m'être utile.
Il va cependant falloir que je me change, malheureusement.
Car là où je vais, il va faire putain de froid.


Dernière édition par Lina Inverse le Ven 22 Fév - 18:56, édité 4 fois
Lina Inverse
Lina Inverse
Anciers
Anciers

Messages : 127
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/10/2018
Localisation : Où je suis ! ^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Inside UNIT [Terminée] Empty Re: [FIC] Inside UNIT [Terminée]

Message  Lina Inverse le Lun 21 Jan - 15:38

Suède; Scanie; Starling

Il fait déjà nuit, à cause du décalage horaire.
Je suis toujours avec l'autre molosse en uniforme qui est quelque part dans cette base volante.
C'est lui qui m'a fait monter ici afin de nous rendez dans les coins frisquets de l'Europe.
Je ne sais pas ce qui va m'y attendre mais je sais que nous allons y arriver dans une demi heure.
Pour sa taille, le gros bestiaux aérien est sacrément rapide.
Ça me laissera néanmoins le temps de finir mon histoire que j'avais commencé à vous occuper.
Après elle n'a aucun rapport avec le bousin.
Nous ne sommes pas à Hollywood.

27 Mai 2017

Etats Unis; Manhattan; Hell's Kitchen; 15th Precinct

Le soleil s'était barré, nous abandonnant à notre sort.
La chaos régnait en ville à ce moment, et j'ai réussi à contacter mes supérieurs de ma situation.
Nos troupes arrivent bien à résister à la menace de leur coté, bien que ce ne soit pas ce contre quoi nous nous sommes entraîne, et de ce coté là nos collègues du bioterrorismes s'en sortent mieux quand c'est dans leur domaine.
Bien qu'ils aient trop de morts dans leur rangs pour une spécialisation.
Au moins j'étais à l'abris, entourée d’hommes et de femmes dont le métier était de me protéger.
Le Capitaine Strieber m'avait conduit jusqu’ici puis avait ordonné à son personnel de boucler la station afin d'être sûr que la menace grognante ne pénètre pas dans ce lieu sécurisé. Il ne faudrait pas nous refaire le coup de la maison dans la Nuit des Morts-Vivants.
Les deux seuls gars dont j'ai retenus les noms sont le Sergent-Detective Brett Mahoney et le Detective Eddy Costa.
Le premier est un flic typique plutôt à cheval sur la loi et intransigeant.
Le second est plus vieux et plus sympathique, donc moins d'envie de le baffer.
Je m'en rappelle d'eux comme c'étaient eux deux qui étaient chargés de s'occuper de moi et quelques autres survivants retranchés dans le poste. Des cris lointains de mauvais présages arrivaient à se faire entendre malgré le boucan ambiant.
C'est alors qu'un énorme fracas se fit entendre à l'extérieur, telle une énorme explosion bien violente.
Honnêtement, j'avais hésité à parier sur les déglingués de chez Daesh, mais leur présence aurait été peut être de trop. Ce qui était sûr, c'est que c'était pas des zombies qui avaient fait ça, car je n'en connais pas de kamikaze.
En plus, au vu du bruit, c'était bien plus qu'une simple bombe.
J'avais l'impression que pour notre terroriste bien trop charmant, ça ne suffisait pas ce qu'il me faisait endurer.
Puiqu'avec tout ça j'avais l'estomac vide, ce qui me gênait beaucoup, vraiment beaucoup.
Au bout du compte, j'avais tort, la réponse venant de la bouche d'un des officiers à l'attention du plus gradé dans la pièce qui n'était pas le capitaine puisque ce dernier s'était enfermé dans son son bureau seul à seul.

Officier 1 : Sergent-Detective Mahoney !

Brett : Oui Officier Morth ? Vous savez c'était quoi ce qu'on vient d'entendre ?

Morth : Une escarmouche a éclaté au sommet de la Wesker Tower entre le BSAA et Glenn Arias. Leur engin aérien a apparemment tiré un faisceau à énergie qui a touché 5 buildings aux alentours. Le One Liberty Plaza s'est écroulé, causant de sévères dommages. Nous ne connaissons pas encore le bilan des victimes mais sachant que ces bâtiments n'avaient pas encore été touché par l'épidémie et que les beaucoup de personnes s'y étaient réfugiés...

Un silence glacial se répandit dans la salle alors qu'il ne parvenait pas à finir sa phrase.
Ce décompte astronomique m'avait épouvanté, et même maintenant que j'ai retrouvé ma personnalité, je reconnais que mes dégâts collatéraux ne sont rien comparés à ce qui venait d'arriver. Ultérieurement, j'ai appris que le bilan des personnes tués rien que dans cette attaque s'élevait à plus de 4 000 décès.
Tu m'étonnes que le BSAA ne soit plus autorisé à intervenir sur le sol américain, déjà que c'était rare qu'ils puissent le faire vu que le gouvernement préférait envoyer l'Armée ou Blue Umbrella. Dans le même temps la moitié des habitants de New York encore vivant détestent Leon Kennedy et Chris Redfield depuis cet événement.
C'est con que tu causes une plus grande hécatombe que tes ennemis.

Brett : Ils veulent nous refaire le 11 Septembre en pire ou quoi !?

Officier 2 : Mahoney, j'ai eu le Commandant Ean Jambier de Blue Umbrella au téléphone. Son peloton a atteint les zone touchées par l'épidémie, ils vont organisés des évacuations pour mettre les civils à l'abris.

Brett : Merci Warren. Je n'aurais jamais cru devoir un jour compter sur Umbrella pour nous sortir du pétrin.

Eddy : Je vais prévenir Strieber de l'avancement de la situation.

Brett : J'espère que ma mère va bien de son coté.

Voilà, vous sentez la joie planer dans l’atmosphère ?
Mon histoire vous aurez quand même appris une chose.
Il est facile de passer du héros aimé de tous au mouton noir majoritairement destiné.
Repartons dans le Présent.

31 Octobre 2018

Norvège; Oslo; Starling

J'ai horreur de ceux qui veulent jouer aux héros mais qui n'assument pas quand ils foirent.
Pour le coup, c'est le BSAA qui est dans mon viseur, avec cette tête de macaque qui est leur icone.
Il a tenté d'étouffer l'affaire publiquement, ce qui n'a pas marché, et il s’est pris un puissant retour de force.
Pendant quelques semaines les gens lui ont craché dessus, ainsi que certains médias.
C'est pourquoi je ne joue pas les héros, je le suis, et j'assume les conséquences de quand ça se passe mal.
Bon après, en général il faut me payer pour je me bouger à vouloir aider quelqu'un, ou il faut que ça concerne un proche à moi. Je suis comme ça, je ne vais pas risquer ma vie bénévolement pour un inconnu qui pourrait me trahir à la moindre occasion.
J'ai une mentalité de mercenaire globalement.
Vous pensez peut être que je suis vraiment dénue de sens moral.
Vous auriez à moitié raison.
Mon sens moral n'est certes pas proche d'un Gandhi, mais je ne suis pas non plus en symbiose avec une Wesker.
Je ne suis pas totalement insensible.
Quand Gourry avait été capturé par le Maître de l'Enfer, j'étais au plus mal.
Alternant les phases où je me sentais vide et celles où je pleurais à chaude larme dans mon coin.
J'aime pas qu'on me voit pleurer.
Durant ce même arc narratif, j'ai été contrainte de tuer un enfant.
Certes, il n'était plus vivant donc c'était pas vraiment un meurtre comme me l'avait rappelé Sylphiel, néanmoins j'ai une vraie crise de manique sur le moment. Je n'avais jamais encore tué un môme directement de par ma lame, de façon frontale donc. Voir ça d'aussi proche, j'ai cru perdre la tête.
Quand tu tues quelqu'un avec une très grosse explosion, tu as un certain détachement vis à vis de tes victimes.
Là ce n'était pas le cas, d'autant plus que j'avais l'impression de me voir en cette personne aussi jeune.
C'est la première fois que ça m'arrivait d'être aussi dégoutté de mon acte.
Je ne pense que Chris et son équipe s'en soient rendu compte de leur actes, dû à ce détachement.
Sauf que contrairement à moi, ils n'acceptent pas le fait d'être fautifs de leur actions, tels des politiciens véreux.
Vous remarquerez que je n'ai pas cité l'Agent Kennedy depuis tout à l'heure.
Contrairement aux autres qui se défendaient becs à et ongles, lui a accepté les faits.
Il a présenté ses excuses sur le plateau d'Ellen DeGeneres, en avouant avoir merdé sur le coup.
J'ai donc plus de respect pour lui que pour tous ceux qui l'ont accompagné durant cet événement.
Enfin bon... Vous faites ce que vous voulez.
Il faudra juste assumer le violent retour dans la gueule qu'il y a dans un des chemins pris.
De mon coté, je préfère limite ceux qui au moins n'essaye pas de sauver la veuve et l'orphelin.
On pourra dire qu'est trop facile ou que c'est inhumain, c'est peut être vrai, mais c'est plus honnête.
Certains ne le sont pas, alors qu'ils ne fassent rien.
Cependant je met dans le même tas de fumier ceux qui revendiquent de nobles sauveur, sauf qu'ils ne font rien quand vient le moment fatidique. En général, ils me gonflent tellement qu'ils ne tiennent pas longtemps en ma compagnie.
Gourry, lui, est un vrai héros, bien que je ne le croyais pas de prime abord.
Il était prêt à mourir pour s'assurer que je revienne dans la bonne dimension.
A cette époque, la Seigneur des Cauchemars avait pris mon corps.
N'empêche, je dois être la seule personne encore vivantes de tous les mondes à avoir survécu à son passage.
D'habitude, si elle prend possession de ton corps, tu ne le revois plus.
Heureusement qu'aujourd'hui je maîtrise la version complète de son sort le plus puissants.
Chacune des divinités et grands démons de mon monde ont des sorts qui leur sont reliés.
Si ils disparaissent, leur sorts ne marchent plus.
Ainsi les sorts de Fibrizzo et de Garv ont été perdus, ce qui est dommage car j'aimais bien les utiliser aussi.
Bon après c'est un peu leur faute, le premier était un gros taré sadique qui jouait sur la psychologie et le second une grosse brute un peu trop vénère. Ce serait mentir de dire que nous les avons vaincu, car aucun membre de mon groupe ni même moi je l'admet, n'avons réussi à les battre.
On a eu une grosse chance de cocu à chaque fois.
Je préfère ne pas en parler, pas aujourd'hui.
Mes deux sorts préférés sont ceux du Lord of Nightmare, le Giga Slave et la Laguna Blade.
Rien que l'incantation en jette pour la première, je vais vous la rappeler.

Profond tel le crépuscule,
Plus sombre que la nuit,
Le Seigneur des Ténèbres règne sur le chaos des océans
Je vous implore,
Je vous en conjure,
Devant mes yeux
Se dresse un obstacle
Que nos pouvoirs
Peuvent vaincre ensemble !

Puis après tu balances le nom de l’attaque en gueulant de toutes des forces.
Ouais, comme dans Dragon Ball mais franchement la comparaison est nulle.
Par contre, c'est un sort très très très risqué.
Déjà parce que si tu le foire, comme moi j'ai fait jadis, la Créatrice du Monde s'empare de ton enveloppe corporelle.
Pire que ça, l’énergie générée détruira tout l’univers si Lucifer ne fait rien pour l'en empêcher.
Donc quand je l'ai utilisé dans le bayou l'autre nuit, c'était à double tranchant.
Surtout que je ne sais pas si la Seigneur des Cauchemars pourra intervenir pour empêcher que tout soit consommé.
Je sais que je peux utiliser ses pouvoirs dans ce monde, mais pas si elle peut apparaître ici.
Passons maintenant à l'autre sort qui...

Niles : Lina, nous sommes arrivé.

Ah ouais, je l'avais oublié lui.
On en reparlera une autre fois.
C'est vrai quand jetant un œil à travers la vitre, nous sommes bien arrivé dans la bonne ville.
Comparée à d'autres capitale, elle semble moins impressionnante de prime abord.
Il faut dire qu'il y a peu de grands bâtiments, par rapport à d'autres coins, rien qu'en Europe.
Elle est en fait assez atypique avec ses nombreux lacs, ses fjords et son coté boisé.
De là où je suis, je peux l'Hôtel de ville en forme de U.
Allez, je ne vais aller à causer à l'autre con avant qu'il ne s'impatiente.

Lina : Avant de descendre je veux savoir ce que je fais ici.

Niles : Je te l'ai déjà dit.

Lina : La vraie raison.

Niles : Je ne vois pas de quoi tu parles.

Lina : J'ai dû mal à croire que tu me donnes aussi gentiment la preuve pour m'attaquer à Crisis, même si ce serait pour me laisser crever là bas. Soyons sérieux deux minutes.

Niles : Fais chier.

Lina : Ouais je sais, je suis la plus maline et tout ça, je le sais déjà, maintenant crache le morceau !

Niles : L'arme qui aurait été utilisée contre le soldat de Crisis serait une arme Dalek.

Lina : Oh non...

Là j'avoue que j'ai mon clapet qui se ferme.
Les Daleks...
La pire menace de l’univers tout entier.
Une seule de ces créatures de guerre suffirait pour conquérir notre planète.
Imaginez alors si une flotte entière venait à débarquer, on serait foutu de chez foutu.
Je suis surement l'une des personnes les mieux armées sur Terre pour espérer les vaincre.

Lina : Ce n'est pas encore sûr.

Niles : Je dois quand même m'attendre au pire.

Lina : Donc si je suis là, c'est pour riposter si jamais ça s'avérait être vraie.

Niles : Pas que.

Lina : Pas que ?

Niles : Si les Daleks sont bien présents en Norvège, je suis étonné qu'ils n'aient pas encore attaqué alors que c'est dans leur mode de fonctionnement, ça cache quelque chose. Quelqu'un doit les aider et je ne pense pas qu'il n'y a que Crisis dans le coup.

Lina : Notre propre organisation serait dans le coup ?

Niles : Possible, surtout quand je vois la réticence qu'avait le Lieutenant-colonel Torø Pjarstof à nous laisser nous deux et les autres s'impliquer dans l'affaire qui concernerait uniquement la branche norvégienne.

Lina : Tu me fais réellement confiance ?

Niles : Pas pour ce qui est du bien être de notre groupe et des gens sur cette planète, mais je sais que tu n'es pas assez folle pour t'allier aux Daleks. Ça ne me plaît pas de devoir compter sur toi pour ce coup, sauf que je n'ai pas le choix.

Lina : Il y a qui d'autres hormis nous là bas ?

Niles : Si on ne compte pas le First-lieutenant Åge Wrintzer qui tient notre base sur place, nous avons trois enquêteurs de différents organismes mondiaux. Claire Redfield de TerraSave; Quint Cetcham du BSAA et Sherry Birkin de la DSO.

Lina : Je connais déjà Claire, de mes aventures à New York et au Bayou.

Niles : On peut lui faire confiance ?

Lina : Sans problème, et pour les autres faudra voir là bas, même si vu le fait qu'on ait essayé de les dissuader de venir là bas suggérerait qu'ils sont de notre coté.

Niles : Je moins confiance en celle bossant pour le gouvernement américain que les autres dont je me méfie déjà assez.

Lina : Bon, on y va quand ?

Niles : Tout de suite. Private Jenkins, tu viens avec nous !

Ross : Bien mon Général.

Niles : Une dernière chose, une fois sur place on ne se sépare pas sans se consulter d'abord, compris ?

Lina : Compris Fred Jones.

Niles : Suis moi.

C'est le guide après tout donc je ne vais pas râler.
N'empêche que tout cette histoire me fout déjà la boule au ventre.


Dernière édition par Lina Inverse le Sam 26 Jan - 10:23, édité 1 fois
Lina Inverse
Lina Inverse
Anciers
Anciers

Messages : 127
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/10/2018
Localisation : Où je suis ! ^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Inside UNIT [Terminée] Empty Re: [FIC] Inside UNIT [Terminée]

Message  Lina Inverse le Jeu 24 Jan - 12:34

Norvège; Oslo; Citadelle d'Akershus

Je me demande comment va Jackie depuis la dernière fois.
J'espère qu'il arrive enfin à vivre une vie décente avec sa copine.
Sans Ange ou Démon pour venir les embêter.
je suis contente d'avoir pu contribuer à ça.
...
Depuis quand vous êtes là !?
Je ne peux même plus avoir un moment de pensée à moi toute seule !
Passons à la suite de mes aventures, et oubliez ce que vous avez lu.
Quand nous sommes quitté, j'étais en train de suivre le Général Quejaimepas au siège de notre branche norvégienne.
Celle se situe dans un vieux bâtiment militaire qui a servi jadis de prison et aussi de position forte à la royauté.
Aujourd'hui, l'Armée l'utilise encore pour loger certains des membres de son personnel mais la citadelle sert surtout de musée avec son mausolée royal, sa partie militaire et aussi une section centrée sur la résistance du pays. Je connais pas vraiment l'histoire de cette contrée et je ne sais pas si j'en ai quelque chose à foutre, à voir.
Le QG se trouve juste en dessous de ce lieu touristique, comme à l'accoutumé, et est très bien gardé.
N'essayez jamais de vous y introduire en douce, vous allez y laisser une main.
Alors la prendre de force, ne me faites pas rire !
Je vous passe les détails car rien de folichon ne se passe sur le chemin.
En même temps, il ne fallait pas s'attendre à ce qu'il ait de la conversation, sachant que moi et mon supérieur, on ne s'entend pas du tout. Résultat, une demi heure de silence pour faire le trajet, en passant tous les contrôles nécessaires pour s'assurer qu'il n'y ait aucune violation de codes.
Ça me laissa le temps de m'interroger un peu sur la situation actuelle.
Si Dalek il y a, il y a plusieurs questions à se poser.
Certaines sont partagés par l'autre Général.
Comment sont ils venus ici sans être remarqué ?
Pourquoi n'ont ils pas attaqué à l'instant même où ils sont arrivés ?
En quoi Crisis est lié à eux ?
Est ce que UNIT les a couvert ?
Si oui, qui au sein de l'organisme militaire a participé à cette haute trahison ?
Pourquoi les Daleks accepteraient de s'allier à des membres d'une autre espèce que la leur ?
Rien ne va dans cette histoire.
Pour ceux qui ne le savent pas, les Daleks sont des armes mutantes crées par un inventeur fou à partir d'autres personnes de sont espèce dans le but de semer la mort où qu'ils passent, le tout en étant dénué d'émotions autre que la haine.
Le peu d'attirail qu'ils portent suffit quand même à en force l'une des espèces les plus dangereux de l’univers connu.
Comment je sais ?
C'est un peu mon boulot je vous rappelle.
Nous sommes en contacts avec d'autres civilisations à travers le cosmos et leur servons de représentant pour l'espèce humaine en tant de garder une situation stable diplomatiquement. Je sais, je vous entend rire, et c'est vrai qu'on est pas les mieux placés pour ça, surtout comment on s'entre tue pour un rien sur cette planète bleue.
Bon après je dis on, mais c'est plutôt vous.
De là où je viens, il y a bien des bandits, mais le racisme est chose rare voir très rare.
Ici, c'est le florilège du n'importe quoi !
Les Blancs qui tapent sur les Noirs, puis c'est l’inverse, puis on retourne encore le truc, et c'est sans fin.
Dans le tas ce sont les Hippies qui sont le plus proche de la réalité de plusieurs des autres peuples intergalactiques.

"Paix et Amour."

Ne me faites cependant pas dire ce que j'ai pas dit.
L'espèce humaine n'est pas la seule à être aussi virulente, les Daleks en sont la preuve.
Elle est par contre membre du club très fermée de celles qui s'automutile dans son propre peuple.
Les autres en général sont violentes envers les autres espèces aliens.
Pendant que vous expliquez tout ça, nous avons pénétré en plein cœur de la base.
Là je suis dans un monte charge qui nous conduit tout droite à un immense garage où se trouvent différents appareils appartenant à UNIT, que ça soient des blindés, des véhicules utilitaires, des hélicoptères ou des aéronefs. C'est assez impressionnant à voir, je dois vous l'avouer.
Le Général Cachetajoie est toujours à mes cotés, droit dans ses bottes et surtout avec son visage sévère habituel.
Derrière nous deux se trouve le soldat Ross Perkins qui fait son job correctement, à savoir couvrir nos arrières.
Bien que si ça part en couille, je pense plutôt que c'est moi qui le ferait, vu que je suis une arme vivante.
Pas facile tous les jours d'être une puissante sorcière.
Notre appareil s'arrêt au niveau du sol et s'ouvre sur un décor rempli de vies.
Des gardes qui se promènent pour patrouiller le coin et s'assurer qu'il n'y a aucune menace.
Des techniciens qui s'occupent de bon fonctionnement des innombrables objets présents rien que dans cette pièce.
Des scientifiques qui viennent discuter avec leur collègues et récupérer du matériel pour leur labos.
Vous voyez les coulisses de notre organisation pour une fois.
Je sais que vous assistez habituellement à nos interventions militaires et que rare sont les fois où nous nous concentrons sur notre personnel civil. En même temps, il sont retranchés dans nos sites d'opérations et sont peu présents sur le terrains sauf si leur présence est nécessaire.
Il manque juste nos agents qui sont nos yeux et nos oreilles un peu partout dans le monde.
Ils sont chargés de nous prévenir quand nous devons agir, de s'infiltrer quelque part si nous suspectons quelque chose, et ils sont aussi parfois relayé en tant que garde du corps de VIP quand nous voulons que notre implication ne se sache pas.
Comme attendu, nous avions un communauté d'accueille à notre arrivé dans cette place.
Quatre soldats et le tenancier de cet endroit qui j'en conclus à ce qui a été dit auparavant, se nomme Åge Wrintzer.
Plutôt belle gueule avec évidemment un petit coté scandinave dû au fait qu'il ait les yeux bleus, les cheveux mi longs blonds, un petit bouc très fin et une stature assez costaude. Il porte aussi des lunettes de vues rectangulaires sur le pif et est vêtu d'un uniforme de son rang. Son premier réflexe est de nous tendre la main pour un serrage de poignet, le tout avec un sourire bien blanc.
Mon Compagnon d'Infortune fait un signe de la tête pour répondre, m'obligeant à prendre la main de l’autre afin d'éviter de commencer sur des relations froides. Il fallait qu'il ne me facilite pas la tache, alors si on veut être discret et ne pas montrer qu'on se méfie d'eux, il faut la jouer normal.
Enfin je dis ça, mais c'est peut être "normal" pour lui.
La gueule du haut gradé, il ne mérite pas ses galons.
J'en viens à espérer qu'ils ne soient pas méchants en face car ils sont bien plus sympathique que ce crétin.
Je m'égare, écoutons ce que le First-lieutenant a à nous dire.

Åge : Enchanté de vous rencontrer mon Général, ainsi que vous Major Inverse.

Lina : Ouais, de même pour moi.

Putain, il a une sacré poigne !
Heureusement que ça n'a pas duré longtemps !

Åge : Si vous voulez bien me suivre.

Lina : Un peu qu'on veut te suivre.

On a pas fait tout ce trajet pour rien non plus.
Cette fois ci, ça va meubler pendant qu'on arpente la base souterraine.

Åge : Vous êtes les derniers arrivés, les autres vous attendent dans la salle de contrôle.

Lina : Vous connaissez bien le Lieutenant-colonel Pjarstof ?

Åge : Très bien, en même temps nous avons collaboré ensemble à de nombreuses reprises dans différentes affaires concernant notre capitale Oslo.

Lina : Comme ?

Åge : Le Troll du Frognerparken en 2014, nous avons eu du mal à faire ne sorte que ça ne s'ébruite pas et surtout à trouver une explication plausible pour le large public.

Niles : C'est de moins en moins facile, causé ne partie aux catastrophes mondiales trop visibles.

Lina : Il n'y a plus vraiment besoin de la cacher à tous, pour la raison que tu as cité, car maintenant la majeure partie des habitants de cette planète savent que les formes de vies extraterrestres existent et sont parmi nous, et qu'il y a des forces qui nous dépassent.

Niles : Je n'approuve pas cette méthode.

Lina : Il faut s'adapter à notre époque, et puis ça m’enlève une épine du pied.

Niles : J'ai toujours dû mal à croire que nous bossons pour les mêmes personnes.

Lina : Et sinon, pour continuer notre conversation, votre amie est comment ?

Åge : La plus adorable fille que j'ai jamais rencontré, et elle tient à chaque personne dans cette base, autant que sa petite sœur.

Lina:  Sa petite sœur ?

Åge : Karine.

Lina : Ça va, c'est jolie comme nom.

Åge : Elle étudie actuellement dans la Fac de Droit pour devenir avocate.

Lina : Attends, elles ont quel âge les deux ?

Åge : 25 pour le Colonel et 19 pour l'autre.

Lina : Aussi haut gradé à cette age, même moi j'ai pas réussi.

Niles : Encore heureux.

Åge : Elle n'a même pas été pistonnée, elle est juste très doué et tout le monde l'apprécie.

Lina : Ça j'attends encore de voir.

Niles : Pourquoi elle ne voulait pas qu'on interfère dans cette affaire ?

Åge : C'est juste derrière cette porte, je vous l'ouvre.

Que c'est galant.
Alors je passe en première comme il nous tient la porte et j'arrive dans cette fameuse de contrôle qui porte bien son nom. En effet, de nombreux écrans affichant le point de vue de caméras de la ville se trouvent là et de nombreux techniciens opèrent dessus sans sourciller.
Au niveau des personnages bien plus important au scénario, j'en dénombre 5.
Faisons les au pif, parce que l'ordre n'a pas d'importance.
Nous avons :
- Claire Redfield, la seule que j'ai rencontré dans le lot, qui semble assez fatiguée sans que je sache la raison. Elle porte aujourd'hui une veste brune avec marqué "Made In Heaven" dans le dos juste au dessus du dessin d'une ange blonde qui tient une sorte de bombe avec d'autres dessinées tout autour. Le reste de sa tenue reste dans le coté motarde avec jeans noir, pull de même couleur et botte brunes.
- Sherry Birkin, par élimination car la seule autre femme des trois experts, qui semble jeune et surtout innocente de par la visage. Elle est vêtue d'une doudoune grise claire encore fermée, d'un pantalon gris foncé et de bottines à talons d'un brun effacé.
- Quint Cetcham, le seul mec du trio d'enquêteurs, qui a une bonne tête de con, accentué par son crane entièrement rasé et ses lunettes teintées en jaune. Il porte une combinaison tactique du BSAA avec le logo de leur branche européenne, par dessus laquelle il a enfilé une blouse blanche afin de montrer que c'est un scientifique.
- Tore Pjarstof, je suppose, bien que je ne vois ses galons de Lieutenant-colonel nul part. Elle a les cheveux courts et bruns, à la garçonne, avec un petit pic de cheveux au sommet et avec une mèche à l'avant. Ses fringues sont un haut rose bonbon sans manche et qui laisse apparaître le ventre, une mini jupe rose foncé aux motifs fleuraux plus clairs et une paire de mule laissant sortir l'avant de son pied avec ses orteils dont les ongles garnis de cette même couleur me donnerait presque envie de les manger. Je vous laisse deviner que sa tenue n'est pas du tout réglementaire, ce qui n'est pas goût de celui qui m'a fait venir ici et qui est plus à cheval sur ça.
Devinez donc sur quoi a commencé la conversation.

Niles : Tore, que fais tu avec une telle tenue !?

Claire : Le langage militaire a bien changé, je le pensais plus soutenu.

Tore : C'est ma tenue de travail Major-général Bishop.

Niles : Ce n'est pas une tenue de travail ça ! C'est juste pour pour partir à Hawaï !

Lina : Calme toi sinon je te fous un coup Pépé Connard !

Sherry : Je crois que tu as raison Claire.

Excusez moi mais il m'a cherché c'con.
Dixit le mec qui voulait qu'on soit "discret".

Åge : Enfin on ne va pas se prendre la tête comme ça alors qu'il y a plus important en jeu.

Tore : Merci Åge, on est tous du même bord, alors s'ils vous plaît un peu de retenu.

Quint : Quelqu'un sait ce qu'est devenu Lindsay Pagano ?

Eu...
...
D'où il sort ce timbré ?
Attendez, qui pose ce genre de question comme ça sans rapport à ce moment là ?
Gilbert Montagné ne compte pas.
Je dois être la seule personne au monde à ne l'avoir jamais rencontré.

Niles : Comme vous le voulez, je regrette déjà d'être venu.

Åge : Je pense que tu vas pouvoir leur expliquer tout en détail.

Tore : Ne t'en fais pas, j'ai tout noté sur mon téléphone pour être sûr de ne pas oublié.

Lina : Ce serait con d'oublier ce pour quoi on est venu nous.

Je la vois enfiler une paire de binocles afin de l'aider à lire de près ce qui est marqué sur son portable.
C'est parti pour les explications à rallonge.

Tore : Crisis a confirmé sur les réseaux sociaux que l'homme mort sur la plage à Stavanger est l'un des leurs mais qu'ils ne savent pas la raison de son trépas. D'après les papiers sur lui et infos qu'on a trouvé en cherchant, il se nommait Jibydia Scotloy, d'origine irlandaise, il fait parti de ces rares non natifs de la Golden Country Island à avoir réussi à gagner la confiance de la Famille Clean pour faire parti des rangs de leur armée.

Claire : Je ne savais même pas que c'était possible.

Sherry : Moi aussi, je croyais qu'ils étaient trop fermé d'esprits pour se le permettre.

Tore : Il a été retrouvé mort à 23H41 cette nuit par plusieurs touristes qui passaient du bon temps sur une terrasse juste à coté et qui ont vu une énergie blanchâtre teintée de bleu émanée de la plage et ils ont immédiatement accouru afin de voir ce qui s'y tramait et ont découverts le cadavre posé sur le sable sans traces de blessures apparentes.

Lina : Alors, est ce un Dalek ou non qui a fait ça ?

Sherry : C'est quoi un Dalek ?

Lina : L'une des créatures les plus mortelles venant de l'espace.

Sherry : Ah...

Lina : Vous ne savez pas quoi nous avons affaire là ?

Claire : Non, j'ai pas l'habitude de croiser des aliens chaque matin.

Sherry : En fait, on savait juste que Crisis était dans le coup et qu'ils auraient utilisé une puissante technologie pour commettre leur méfait.

Lina : Pourquoi ne leur avez vous rien dit ?

Åge : Parce que je ne pense pas que les Daleks soient réellement impliqués.

Tore : Nous avons retrouvé des particules de leur arme de tir à l’intérieur du corps du défunt et le bruit qui a été entendu par les touristes est semblable à celui qu'ils produisent quand ils font feux. je pense sincèrement qu'ils sont dans le coup, mais ce n'est pas le cas de Åge quand vous pouvez le voir.

Åge : Je pense que Crisis a dû tomber je ne sais comment sur leur technologie et comme ce sont des fous, ils ont décidé de s'en servir en tant qu'arme. Qui sait quelles autres personnes ont été victimes de ce rayon de la mort avant ce bougre.

Quint : Est ce que vous connaissez la raison qui pourrait les avoir poussé à tuer l'un des leurs ?

Tore : Sachant qu'il ne vient de chez eux à la base pourrait dire qu'i la eu un élan de lucidité et a décidé de les trahir. Malheureusement, il en a payé le pris avant même de réussir à trouver de l'aide, c'est triste.

Claire : Qui avait il d'autres dans ses affaires personnels ?

Tore : Rien d'important globalement... Ah si, un truc bizarre, il n'avait aucun portable sur lui.

Åge : Tu sais il y a des gens qui n'ont pas de cellulaires sur eux de nos jours, ça existe.

Tore : Je sais, mais je paris plutôt qu'on a dû le lui piqué, peut être parce qu'il y avait des informations importante sur lui.

Claire : D'autres infos ?

Tore : Non, c'est tout ce qu'on a sous le coude, on est pas vraiment avancé, et après mûres réflexions, nous avons besoin de votre aide.

Åge : Si c'est tore qui le dit, je la crois. Vous avez des idées ?

Sherry : Je pense aller interroger ces touristes pour voir si il n'y aurait pas quelqu'un parmi eux qui aurait plus de choses que le reste.

Lina : Dans ce cas là je vais t'accompagner, si ça ne dérange pas une certaine personne.

Niles : Pas de problème, Ross d'accompagnera pendant que je resterai ici à discuter avec Tore.

Ross : Bien reçu mon Général.

Quint : Je vais aller vérifier le corps du défunt afin d'y apporter mon expertise et voir si je pourrais récupérer des éléments pouvant être utiles pour plus tard. Claire, tu pourras venir avec moi pour m'assister dans ma taille afin de veiller à ce que je ne me fasse pas bouffer mes bras ?

Claire : Si tu veux, même si j'ai pas capté l'allusion.

Quint : The Thing, John Carpenter, c'est un classique !

Claire : Je l'ai jamais vu.

Tore : Åge, peux tu demander à tes hommes de préparer un hélico pour Stavanger s'il te plaît ?

Åge : Sans problème. Dårlig et Drittsekk, vous les accompagnerez pour avoir un soutien, au cas où.

Lina : On va bien être protégé dis donc.

Tore : Bonne chance à tous, et espérons que ça soit moins grave que ce qu'on pense.

Je n'en suis pas convaincu.
J'ai l'impression que ça va partir en couille à un moment ou à un autre.


Dernière édition par Lina Inverse le Ven 22 Fév - 21:29, édité 10 fois
Lina Inverse
Lina Inverse
Anciers
Anciers

Messages : 127
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/10/2018
Localisation : Où je suis ! ^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Inside UNIT [Terminée] Empty Re: [FIC] Inside UNIT [Terminée]

Message  Lina Inverse le Ven 25 Jan - 16:50

Norvège; Stavanger; Godalen Beach

Le voyage à bord de l'Eurocopter EC135 noir avec logo ailé de UNIT s'est déroulé sans encombre, bien que de façon très silencieuse, presque tendue.
C'est surtout dû aux deux chiens qui nous accompagnent et qui ont un regard plutôt mauvais sur nous.
Ross, le soldat qui protège mes fesses, l'a remarqué et n'était visiblement pas serein durant ce voyage.
La Sherry a semblé hésiter à lancé une discutions, pour au final ne rien tenter.
C'est seulement une fois qu'on est arrivé à terre, non loin de l'endroit où nous voulions nous rendre, qu'elle décide de s'ouvrir à moi, allez savoir pourquoi. Je dois inspirer plus qu'au confiances que les deux gugusses qui restent un peu éloigné à l'arrière, alors que nous faisons notre chemin jusqu'à la plage.
Ross est juste ma droite au moment où la blondinette à ma gauche ouvre sa bouche pour parler.

Sherry : Alors comme ça, Claire et toi, vous vous connaissez ?

Lina : On s'est rencontré à New York où on apprit que nous, plus Leon Kennedy et Ophelia Sarkissian faisions parti d'une prophétie et qu'un sorcier vaudou avait manipulé les événements pour nous tester dans le but de nous utiliser ensuite pour invoquer le Clown Immortel dans ce monde.

Sherry : D'ac...cord...

Ross : Elle ne semble pas avoir l'habitude.

Lina : Je dois avouer que ça sortait quand même de l'ordinaire, même par rapport à ce qu'on subit d'habitude.

Ross : C'est que vous n'avez jamais pas rencontré le G-Man si je puis me permettre.

Lina : J'en ai entendu parlé, et à priori il nous a évité un beau météore cette année.

Ross : Ce n'est pas lié à ce qui c'est passé au Bunker de Strasbourg ?

Lina : Si c'est ça, ça nous a permis de faire d'une pierre, six coups et d'autres organisations telles le BSAA sont aussi très fière de cette victoire. C'est pas tous les jours que nous arrivons à nous débarrasser de notre général corrompu, de capturer la dirigeante de Crisis et de se faire d'autres salopards dans le même temps.

Sherry : Leon m'en a un peu parlé de ce qui s'est passé là bas, c'était impressionnant.

Lina : Je te rétorque la question, tu connais bien Claire, ainsi que ce Leon ?

Sherry : Ils sont un peu comme mes parents adoptifs, bien qu'officiellement ils n'aient jamais pu m'adopter à cause de l'isolement que j'ai subi du Gouvernement Américain pour me protéger d'Albert Wesker, d'Umbrella, et aussi pour leur propre intérêt personnel.

Lina : Ils sont en couple ?

Sherry : Ils l'ont été, mais les événements ne jouent jamais pour eux, et ils finissent à chaque fois dans les bras d'autres personnes. C'est dommage, j'aimerais vraiment qu'on puisse formé une famille, mais après ne le leur dis pas car je ne voudrais pas trop les déranger avec ça.

Lina : Si tu me payes, je ne dirai rien.

Sherry : Est ce que tu plaisantes ?

Lina : Pas vraiment.

Ross : J'avais souvenir que vous étiez plus bénévole que ça Major Inverse.

Lina : C'était avant que je recouvre ma mémoire, une longue histoire dont tu peux remercier tes "parents" pour l'aide qu'ils ont apporté.

Sherry : Au moins je saura aifaire gaffe à car que je dois dire en ta présence.

Lina : Tu sais tu peux aussi me payer en nourriture si tu veux acheter mon silence.

Sherry : Est ce que c'est rentable ?

Lina : Je mange autant qu'un ogre.

Sherry : Alors non, je demanderai à Jake de me donner des sous.

Lina : Ton copain ?

Sherry : Oui, qui a un sacré caractère.

Lina : Comme oui.

Sherry : Exactement, vous avez tous les deux une âme de mercenaire, bien qu'il était encore pire quand on s'est rencontré, tellement qu'il m'avait beaucoup gonflé.

Lina : C'est beau l'amour. Il faudrait qu'on se rencontre un jour.

Sherry : Au mariage de Leon et Haruhi si tu veux, je peux t'y inviter. Et Ross aussi si tu veux tant qu'on y est.

Ross : Faut pas, je suis juste là pour vous protéger, notamment des deux autres qui nous surveillent.

Sherry : Allez si, vous me semblez sympathique et j'espère avoir raison. Claire me le confirmera.

Ross : Hé bien merci, c'est gentil de votre part.

Sherry : Je dois par contre vous avertir, Gilbert Montagné sera présent.

Ross : L'Ennemi N°1 de UNIT, je l'ai déjà brièvement rencontré une fois.

Lina : Moi jamais et je comprends pourquoi on en fait autant avec ce type, il ne peut être pire qu'un Dalek !

Sherry : Pas en terme de méchanceté, mais niveau carnage et destruction ainsi que durabilité, il est très bon.

Lina : Sérieux !?

Sherry : Vous auriez dû voir ce qu'il a fait au précédent mariage de Leon, surtout que le monde entier par en vrille quand il est là.

Lina : Si tu le dis, tu me fais douter. Sinon je voulais savoir si tu souhaites me répondre, c'étaient qui tes vrais parents car ton nom de famille me dit quelque chose mais j'arrive vraiment pas remettre où je l'ai déjà entendu.

Sherry : Mes parents étaient William et Annette Birkin, deux scientifiques importants d'Umbrella Corporation.

Ross : Ce ne sont pas ceux impliqués dans l'Incident de Raccoon City ?

Sherry : Malheureusement c'est le cas.

Lina : Je ne connais pas trop cette épidémie, juste les basiques, et c'est pour ça que leur noms me disaient quelque chose, j'ai dû les entendre quand ils parlaient d'Umbrella à la TV.

Ross : Je connais bien, mes grands parents avaient déménagés là bas et son mort durant ce drame.

Sherry : Oh mince...

Ross : Ça fait longtemps, il n'y a pas besoin de s'en faire, surtout avec des personnes comme vous pour lutter contre ceux qui commettent ces crimes.

Lina : Et donc, tes parents Sherry, ils leur sont arrivés quoi ?

Sherry : Mon père s'est fait tiré dessus par les forces spéciales de son agence parce qu'il avait prévu de les trahir en donnant le Virus G qu'il a créé au Gouvernement Américain. Pour survivre, il se l'est injecté et est devenu un affreux monstre tentant de féconder ses proies à la façon alien dans le but de trouver un hôte compatible avec le virus. A priori, comme j'étais sa fille et donc pour moi c'était bon, et il me l'a injecté.

Ross : Dégueulasse.

Sherry : Je n'ai aucune idée de ce qui se serait passé si Claire et ma mère ne m'avaient pas sauvé la vie en confectionnant un antivirus pour me soigner de ce mal. Quand les ce qui est advenu de mon père et les choses qui sont sortis du ventre des hôtes non compatibles, j'en ai peur.

Lina : Je n'ai pas à me plaindre de ma situation familiale comparée à la tienne.

Sherry : Néanmoins, une part du Virus G est resté en moi et a fusionné avec mon organisme, m’octroyant un facteur de guérison super bien développé. Je suis presque invulnérable si on exagère un peu. Grâce à ça j'ai pu survivre à un morceau de métal d'avion dans le dos et à un coup de hache au même endroit de la part d'un puissant industriel.

Ross : Je vois maintenant pourquoi moi aussi j'ai l'impression de vous connaître, je vous ai vu aux infos quand ils parlaient de la Semaine Noire de New York le mois dernier où vous faisiez parties des victimes de Bill Sykes qui a péri la même nuit. Les médecins avaient justement souligné qu'ils n'avaient pas eu besoin de vous soigné et avaient pensé à un miracle.

Sherry : Je m'en rappelle, j'ai même eu le droit à la visite du Pape et quelques Cardinaux.

Lina : Sans déconner, et comment j'ai fait pour rater tout ça !? Surtout que j'étais dans le coin cette semaine là !

Nous sommes arrivée juste devant la plage, mettant fin à notre conversation plutôt riche.
J'aurais voulu poser d'autres question, comme pour le sort de sa mère, mais ça sera pour une autre fois.
L'étendu de sable est à nouveau rempli de gens pour la peupler, détruisant de possibles indices si il y en avait eu encore dans ce coin. La prochaine étape sera donc l'Hôtel Rascalov où se trouve la terrasse mentionnée précédemment où des touristes ont aperçu le tire de l'arme Dalek mais n'ont à priori rien vu.
Hé bien, c'est ce qu'on va aller voir de suite.
Je vais vous faire une ellipse jusqu'à qu'il se passe quelque chose d'intéressant.
J'ai le droit, c'est moi qui raconte !
Pour faire patienter, je peux vous dire que c'est normal si le lieu de l'établissement vous semble russe.
Il appartient en fait une famille russe officiellement dans l’hôtellerie depuis des générations, et officieusement ce serait une puissante mafieux étant aussi présente dans la mère patrie et aux states. C'est l'allié de toujours de la Famille Faustin, et ils ont tous les deux changés de chefs il y a quelques années. Le Parrain des Rascalov a péri à New Raccoon City et avant lui ce fut celui des Faustin qui a crevé à New York.
Hé oui, encore cette ville.
Je ne connais cependant pas trop les circonstances de leur morts donc continuons.
C'est maintenant un cousin à lui qui gère tout et qui est actuellement de passage dans cette ville.
Il se nomme Andrei et il est marié à Anna Faustin, la fille de l’ancien chef de l'autre famille.
Comment je peux savoir savoir ?
Vous savez, je ne me suis pas branler la nouille entre deux chapitres, surtout que je me faisais chier.
J'ai fait quelques recherches sur les alentours de la scène de crime et grâce à ces éléments, j'en suis venu à une conclusion. Jibydia, la victime, devait surement provenir de la Planque de Crisis du coin mais n'avait l'air d'avoir eu le temps d'alerter qui que ce soit pour se protéger. Ce qui voudrait dire que la plage est très proche de l'endroit où ils se terres, peut être même quelque part dans l'hôtel.
Je suppute un peu, et c'est vrai que pour l'instant, j'ai trouvé rien qui rapprocherait les Rascalov de Crisis.
On verra bien si on trouve quelqu'un qui puisse me confirmer ou non ma théorie.
Tiens, justement quand on parle du loup.
Sur les divers clients que nous avons, il y en a une qui sort du lot.
Elle semble plus nerveuse que les autres, et regarde pas mal les deux soldats louches qui nous accompagnent.
Elle sait quelque chose.
Je ne vais donc pas y aller par quatre chemin, sans prendre le temps d'expliquer aux copains la situation.
Les vilains risqueraient de se douter de quelque chose.
C'est parti !

Lina : C'est quoi ton nom ?

Lehmä : Moi ? Eu... Lehmä Haiseva.

Lina : Dis Lima...

Je me penche vers elle pour lui murmurer quelque chose.

Lina : Ces deux bougres t'ont déjà rencontré et t'ont menacé de ne rien dire, c'est ça ?

Elle approuve légèrement de la tête.
Je me tourne vers mes cibles qui sont vers l'entrée du bâtiment et isolés.
C'est parfait, comme ça personne ne pourra se plaindre de victimes collatérales.
Je m'avance vers eux en murmurant mon incantation.

Lina : Oh ténèbres,
Apportez moi l'abysse,
Détruisez l'ennemi devant moi.

Sentant le coup fourré venir, ils tentent de sortir leur misérables pétoires.
Trop tard !

Lina : Blast Ash !

Une boule blanche apparaît dans ma met et s'en est fini d'eux.
Une puissante lumière blanche avec des bandes noires, à la forme d'un bouclier, vient les frapper de plein fouet.
Elle les désintègre de part en part, vibrant de toute son énergie, sans pour autant endommager la matière inerte.
Elle finit par disparaître après plusieurs secondes où je profite de ma victoire.
Les visiteurs présents dans le hall, ainsi que les employés, restent extasiés par ce qu'ils viennent de voir.
Puis ils prennent la fuite en courant, et en criant pour certain, alors que ça va, je vais pas les tuer.
On ne me peut pas dire, j'ai toujours le goût de la mise en scène.
Mes camarades sont surpris par la tournure des événements, mais je ne leur laisse pas le temps de réfléchir.

Lina : Ross, préviens tu sais qui que tu l'autre First-lieutenant est dans le coup puisque c'est lui qui nous a foutu ces gars sur le dos alors que comme par hasard ce sont ceux qui avaient été envoyé pour faire chanté la dame juste là.

Ross : Très bien.

Il sort sa radio pour communique avec l'autre blaireau.

Lina : Sherry, cherche Andrei Rascalov et ramène le, voilà sa photo.

Je lui lance mon portable où l'un des onglets ouverts est sur la photo de ce type.

Sherry : Ça marche.

Elle part s'aventurer dans les couloirs de l'hôtel comme une grande fille.
Passons à l'interrogatoire, maintenant que le danger est temporairement écarté.

Lina : Toi la finlandaise, parle !

Lehmä : Ils vont s'en prendre à ma famille si ça se sait !

Lina : Si c'est pas eux qui le font, ce sera moi, donc causes !

Lehmä : Cette nui là, contrairement aux autres, je suis arrivé à temps sur la scène pour voir plusieurs personnes humaines s'enfuir de la scène sans que je vois bien leur apparence a cause du fait qu'il soit sombre, mais ils n'étaient pas seuls. Il y avait une étrange machine qui était à leur coté et sa déplaçait sans vraiment faire de bruit.

Lina : Un Dalek, ce qui veut dire que Crisis collabore bien avec eux. Où sont ils parti ?

Lehmä : Ils ont disparu au niveau du grand rocher à l'extrême droite de la plage, comme par magie.

Lina : Un passage secret, logique.

Lehmä : C'est tout ce que je sais, alors pitié ne faites rien à mes enfants !

Lina : Comme t'a coopéré, je ne leur ferai rien.

Je lui fis un petit clin d’œil avec un sourire, ce qui la perturbe au plus haut point.
Puisque ça c'est fait, je vais voir l'autre seule personne encore présente dans cette salle.

Lina : Alors Ross, ça donne quoi ?

Ross : Le Général va interroger la Colonel pour savoir si elle est impliquée aussi.

Lina : Espérons pour lui qu'ils ne soient pas tous des ennemis, bien que ça me ferait des vacances de ne plus revoir.

??? : Vous irez surement le rejoindre.

Encore un crétin qui vient se rajouter à la liste déjà bien longue d'autres gros nuls dans le même genre.
Celui ci porte une barbe mal rasé, à la mode au cinéma depuis quelques années, et porte une ancienne tenue de soldat semblant vieux comme Mathusalem. Dessus se trouve un drôle d'écusson qui part en lambeau tellement il est usé et qui est déjà de base assez moche. On dirait presque qu'il a été fait sur Photoshop par un aveugle sans bras.
Néanmoins je ne vais pas sous estimer cet abruti, et ce pour une très bonne raison.
Il porte une ceinture assez spéciale composée de plusieurs fioles au contenu vert qui ne m'inspirait pas confiance.
Ce pseudo terroriste se trouve à l'angle du couloir à l'opposé de celui où Sherry est partie, me confirmant en effet que comme l'autre l'a sous entendu sans le savoir, qu'il y a bel et bien la planque de Crisis dans cet Hôtel. En supputant que ce mec est de Crisis, sinon ce serait bizarre et je me demanderais bien d'où il sort.
Confirmons cette information, pendant que mon camarade lui braque son arme dessus.

Lina : Tu es de Crisis je me doute ?

Archibald : Parfaitement, Archibald Voncroft, l'un des Lieutenants de cette pétasse qui prend la relevé de Dame Samantha Clean dans notre contrée actuelle. J'aurais bien voulu que les Avengers l'éliminent dans ce Bunker il y a deux mois de ça, mais ça aurait été trop beau, n'est ce pas ?

Lina : En effet, et j'ai bien l'impression que tu n'es plus si fidèle que ça à ton organisation.

Archibald : Crisis n'est plus qu'une ombre que des rebelles couvrent de tout leur corps, elle n'en a plus pour longtemps et je regrette la belle époque. Pour le coté nostalgique, j'ai décidé de porter l'uniforme de mon arrière grand père qui a servi durant la Grande Guerre au coté de Harris Clean.

Lina : Ouais ouais intéressant histoire, mais je voudrais savoir ce que toi et tes gars vous mijotez avec les Daleks.

Archibald : Je t'ai déjà dit assez de choses. Si tu survis par miracle à mon coup, tu devras activer tes méninges pour espérer arrêter nos plans qui vont se terminer avant la tombée de la nuit.

Lina : Qu'est ce que c'est que ce liquide que tu as sur toi ?

Archibald : Des échantillons du Virus Chrysalid. Si vous le respirez, vous deviendrez des corps sans âmes.

Ross : Des ordres Major Inverse ?

Lina : Appelle moi Lina déjà pour commencer, et puis ne fais rien je vais tenter quelque chose.

J'espère que ça va marcher.
Il va falloir que je sois rapide sur ce coup là.

Archibald : Si tu tentes d’utiliser ta magie, je libère le virus.

Lina : Alors vas y ducon, nous t'attendons !

Son index presse la télécommande qu'il tient dans sa main en réponse à mon ordre.
L'instant d'après, un poison mortel dévaste toute la pièce et se répand en dehors.
Seul le son de ma voix se fait entendre avant que tout soit englouti.
Peut être même mes dernières paroles.


Dernière édition par Lina Inverse le Ven 22 Fév - 11:09, édité 2 fois
Lina Inverse
Lina Inverse
Anciers
Anciers

Messages : 127
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/10/2018
Localisation : Où je suis ! ^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Inside UNIT [Terminée] Empty Re: [FIC] Inside UNIT [Terminée]

Message  Claire Redfield le Sam 26 Jan - 23:20

30 Octobre 2018

Etats Unis; New Raccoon City; Zoo

Une promenade pour se rafraîchir un peu les idées, ça fait toujours du bien.
Surtout qu’aujourd’hui les tarifs ont changé et nous ne profitons pleinement.
4 000 000 Euros pour les Mâles Blancs Cis Hétéro et Gratuits pour les Autres.
Je trouve ça un peu con mais tant pis, si moi et Inéz, nous pouvons en profiter, c'est cool.
J'ai bien besoin de ça, surtout après m'être épuisé sur mes dernières recherches.
Celles ci concernaient une possible activité récente de ces timbrés en Norvège.
Après, je commence à me demander si ce n'est pas une fausse piste comme ça n'aboutit à rien.
Mais bon, n'y pensons plus.
Nous sommes dans le Zoo, donc profitons en un peu, surtout que celui n'est clairement pas comme les autres.
Déjà j'ai acheté de la Barbe à Maman au goût Hémorroïde pour moi et ma copine.
Vous pouvez relire autant de fois cette phrase que vous le voulez, vous avez bien lu ce qui est écrit.
Ah ah, je sais, même moi j'ai dû mal à croire qu'un tel endroit puisse exister.
Attendez de voir les attractions que nous avons prévu de visiter.
Nous avons donc dans l'ordre où nous les faisons :
- Le Space Grampuns, où ils mettent un orque dans une fusée pour l'envoyer sur la Lune. Enfin ça c'est si le mec qui est censé allumer la fusée y arrive, car là où il y a de l'enjeu, c'est qu'il est aveugle ET sourd.
- L'enclos des derniers bon scénaristes encore existants, qui sont très timides et risquent de s'éteindre d'après leur soigneurs. Les précédents occupants de cet habitat furent ce qui restait du socialisme, mais eux ont déjà disparu l'année dernière, malheureusement.
- Le Drink Penguin où il faut essayer de battre un pingouin au jeu à boire, c'est assez fun.
- Une séance de tir à l'écureuil où le gagnant devra souffler l'un des corps comme un ballon pour gagner le droit de mourir dans d'atroces souffrance 20 secondes plus tard.
- La Battle Royale où on regarde des chimpanzés s'entre tuer jusqu'à ce qu'il en ait plus qu'un qui aura comme récompense une chips.
- Et enfin, l’Étron d’Albert Wesker, inauguré ce mois ci en hommage à notre défunt ami à lunettes de soleil.
Ce programme me plaît bien.
Sherry m'a déjà dissuadé d'y aller car elle trouve qu'ils sont odieux avec les animaux.
Je pense qu'elle exagère, car je l'aurais remarqué si ça avait été réellement le cas.
Inéz, au contraire, est de tout cœur de mon avis.
Nous sommes actuellement assis sur les gradins remplis de la première étape de notre tournée.
Les animateurs sont en train de réparer quelques éléments défaillant sur la fusée, nous forçant à patienter un peu.
Ça nous permet d'échanger un peu entre nous deux, sans trop se prendre la tête.
Je vous retranscris la conversation que l'on a.

Claire : Tu le sens ta première fois ici ?

Inéz : Comme un Blaireau dans son terrier !

Claire : N'empêche je suis contente que cet endroit marche toujours, je m'y plais toujours d'y aller.

Inéz : Moi ce que je me demande, c'est si l'ancien zoo, celui de la première ville, était aussi cool que celui là.

Claire : D'après Chris c'était moins fantaisiste, mais au niveau du respect des animaux qui y vivaient, c'était à peu près pareil.

Inéz : N'empêche, je ne peux m'empêcher de dire qu'affronter des lions, éléphants, zèbres et rhinocéros zombies ça doit être tout autant génial qu’effrayant. Bien que je me ferais bien un Ours Polaire au Virus T.

Claire : A priori, c'est ce qu'ils ont prévu de faire un de ces jours.

Inéz : Sans déconner !?

Claire : Cette année, ils ont prévu de lancé une nouvelle attraction qui consistera à affronter des animaux infectés par le Virus T, et ceux qui le tenteront et qui parviendront à survivre auront le droit à un abonnement gratuit pour toute sa vie à "Trump Magazine".

Inéz : Oooohhh, dommage que la récompense soit nul, mais bon je le ferai surement juste pour l'expérience.

Claire : Je le ferai aussi, je veux voir les conneries qui se trouvent dans ce magazine en question.

Inéz : Tu dois y apprendre comment soigner ta perruque rousse.

Claire : Ouais, probablement.

Inéz : Sinon, tu crois que l'autre caca en pierre, il a l'odeur qui va avec ?

Claire : Si ce sont de vrais fans de Wesker qui l'ont fait, c'est surement le cas.

Inéz : Hé, je crois que ça commence enfin !

Claire : C'est pas trop tôt.

Nous allons pouvoir profiter du spectacle que je n'avais encore jamais vu.
Après ces semaines de boulots intenses, ça fait du bien.
Surtout quand Inéz est à mes cotés, même si j'aurais aussi voulu Leon et Sherry avec.
J'espère que ça durera encore plusieurs jours.

31 Octobre 2018

Norvège; Oslo; Citadelle d'Akershus

Ça n'a duré qu'une seule journée.
Malheureusement...
Le devoir m'appelle, toujours au mauvais moment.
J'ai reçu un appel en pleine nuit de Marilou m'informant que le corps d'un soldat de Crisis avait été retrouvé mort sur une plage à Stavanger dans le Sud de la Norvège. Me donnant enfin la confirmation que je n'étais pas à coté de la plaque.
En revanche, ça voulait aussi dire que ma nuit était écourté.
Après avoir dit au revoir à Inéz, j'ai pris le premier vol direction Oslo dans le but de rencontrer les Chefs de UNIT dans ce pays, car visiblement c'est cette NNG qui est chargée de l'affaire, sans que je sache pourquoi.
Ils doivent en avoir une et ils nous la diront sur place.
En effet, je ne saurai pas seule dans cette aventure.
D'autres personnes se sont invité à la partie, mais je ne sais pas qui ils sont.
Prions qu'il y en ait que je connaissance dans le tas.
La virée en avion s'est bien passée, malgré quelques turbulences.
Me voici enfin dans cette contrée du Grand Nord que je dois vous avouer n'avoir jamais visité auparavant.
Par contre j'ai déjà été en Suède pour un cas impliquant le Virus X.
Que de mauvais souvenirs.
C'était éprouvant de devoir traverser une forêt enneigé, sans batterie, et avec une horde de Hunter S aux alentours.
Je ne conseille à personne de vivre ça.
Bon, vous devinez que ma copine aurait voulu avoir cette expérience.
C'est son truc à elle de défoncer des armes biologiques.
Je me demande toujours pourquoi elle n'a pas rejoint le BSAA à la place.
D'après elle, ce serait parce que à la Direction, ce sont des Connards.
Je veux bien la croire, ce qui semble confirmé par ceux que je connaisse et qui sont là dedans.
Comme mon frère et celui de Jill.
Qu'il repose en paix en Paradis.
En tout cas, mon taxi m'attend devant l'aéroport avec un mec me tenant déjà la porte.
D'autres se trouvent tout autour, au nombre de deux, surement pour les autres experts dépêchés sur place.
Les véhicules, je reconnais la marque et le modèle. Ce sont des Mercedes-Benz Classe G II avec des vitres entièrement teintées pour la confidentialité et le blason du groupe sur les deux cotés de la caisse, au niveau de la portière avant.
Je trouve ça classe comme voiture à utiliser, surtout qu'elle est tout terrain.
C'est mieux que des vieilles Jeep et que les HMMWV américains.
Je sais que UNIT possède beaucoup de ressources pour ce qui est du matériel, ça m'impressionne toujours.
Un peu comme quand Clara avait poursuivi plusieurs VBMR français à travers les rues de Paris.
Ils ont même souvent accès à des prototypes comme ceux ci, bien avant que les pays qui les ont commandé ne les aient, ce qui est fort et peut être un peu flippant.
Il faut voir si on peut vraiment leur faire confiance.
Pour le coup, je vais leur accorder celle ci.
J'entre dans là où on veut que j'entre, et c'est parti pour la base cachée de ces gars.

[FIC] Inside UNIT [Terminée] Maxres10

Bah putain, il est maous ce complexe souterrain !
J'en ai rarement vu des comme ça.
Le Valiant, c'est rien à coté de ce truc.
Chapeau les artistes qui l'ont façonné et l'architecte qui l'a imaginé !
Tout en bas de cette longue descente en ascenseur m'attend le proprio du bousin.
Je me lui sers la main, ce qui semble le surprendre, et je me présente par conformité.

Claire : Claire Redfield de TerraSave.

Åge : First-lieutenant Åge Wrintzer, au plaisir de vous connaître. Suivez moi.

Je le suis.
Ce serait con de faire le contraire.

Åge : Je paris que vous devez bien connaître les individus auxquels nous avons affaire.

Claire : Crisis, ouais ça fait longtemps que j'en entends parler, un peu trop longtemps même.

Åge : Depuis combien de temps ?

Claire : Depuis que je fais parti de mon groupe, voir même depuis sa création.

Åge : Aussi vieux ?

Claire : Il paraîtrait, mais je n'en suis pas sûr, qu'ils foutaient déjà un peu le bordel bien avant l'Incident de Raccoon City, sauf que tout a changé une fois que les Virus sont arrivés sur le Marché Noir. Ils sont devenus bien plus dangereux, et fanatiques aussi.

Åge : UNIT a très peu croisé leur chemin, c'est pour ça que nous ne connaissons que peu leur histoire.

Claire : Nous essayons de prouver, car nous le croyons sincèrement, que Crisis et Umbrella ont fait des magouilles ensemble avant l'effondrement de la firme pharmaceutique. Ce qui expliquerait le fait que Samantha Clean ait été déjà en possession d'échantillons de Virus T et G avant 2003 et donc la fin d'Umbrella.

Åge : Cette hypothèse n'est pas rassurante.

Claire : Je ne sais pas ce qui serait pire en ça et l'autre supposition qu'ils aient collaborés avec Albert Wesker et/ou The Connections. Si ça se trouve, ils ont joué dans les trois camps.

Åge : Mais pourquoi ils s'allieraient avec eux ?

Claire : Pour plus de puissance je pense. Rien est clair et j'espère qu'on plus de réponses un jour.

Åge : C'est cette porte là bas où vous devez vous rendre.

Il pointe du doigt une porte métallique un peu plus loin sur la gauche.

Åge : La Lieutenant-colonel Torø Pjarstof vous y attend. Moi je dois aller accueillir les autres, à plus tard.

Claire : A plus.

Il s'en va, me laissant seule devant cette pièce inconnue.
Allons y, il n'y a rien à craindre.
A l'intérieur, je vois d'immenses panneaux avec des écrans retranscrivant les vues d'innombrables rues de la capitale où les passants se promènent innocemment sans se rendre compte que ce qu'ils font peut être vue par un nombre impressionnant de paires d'yeux rivés sur eux.
Rien que d'y penser, j'ai la chair de poule.
Seuls deux moniteurs nous montrent autre chose, à savoir les têtes en gros plan de deux personne.
Une femme que je supposerai être le Colonel dont on m'a parlé, est en train de discuter avec ces gens.
La première personne est une petite femme rondouillarde blonde qui à l'air d'être professionnel.
La seconde est un vieil homme aux cheveux dégarnis qui semble être à la fin de ses jours.
En silence, j'écoute ce qui se dit entre aux, même j’ai l'impression qu'ils arrivent en fin de conversation.

Harald V : Les autres dirigeants scandinaves voudraient se joindre à nous juste pour dire un mot de leur coté.

Erna : J'espère qu'ils n'oublieront pas qu'il ne s'agir pas de leur pays, mais du notre.

Harald V : Nous pouvons les comprendre, car les rumeurs disaient que Crisis auraient aussi des forces en présence chez eux, et donc en voyant ça s'est avéré vrai pour nous, ils ont peurs pour leur peuple.

Erna : Il ne faut cependant pas jouer l'irrationnelle et risquer les vies qui sont en jeu.

Tore : J'ai aussi le Directeur Cocoș du BSAA qui veut aussi se joindre au débat.

Erna : Ajoutons les tous.

Quatre nouvelle têtes se sont rajoutées à l'écran, divisant celui ci en six parties.
Je me suis peut être trompé sur le fait qu'ils avaient presque fini de discuter entre eux.

Tore : Premier Ministre Löfven, Premier Ministre Rasmussen, Président Niinistö et Directeur Cocoș. La Première Ministre Solberg et le Roi Harald V sont là avec moi, le Lieutenant-colonel Torø Pjarstof.

Stefan : Enchanté de vous rencontrer.

Lars : C'est rare qu'on en vienne à être aussi nombreux en visioconférence.

Sauli : Je ne vais pas y aller par quatre chemins, nous aurions dû te suivre Lars, ainsi que Guðni, quand vous avez suivi le Président Montagné dans le but d'intervenir à Preosimiter.

Cânta : Il n'est pas encore trop tard, c'est seulement dans trois jours. D'ailleurs le BSAA enverra des troupes pour épauler les Casques Bleus présents là bas.

Erna : Aucun signe de Crisis de votre coté.

Lars : Non.

Stefan : Rien pour l'instant.

Sauli : Nous avons déjà des Gilets Jaunes qui revendiquent un renforcement de nos défenses face au bioterrorisme et qui justement veulent de nous réagissions vis à vis de la prochaine action de l'ONU.

Erna : Ça me rassure, car je craignais une un retour de flammes du Gouvernement Clean dû à l'actualité.

Cânta : Nous allons envoyer quatre équipes près de Stavanger pour être prêt si jamais ils viendraient à passer à l'action. Mieux vaut être trop prudent que pas assez.

Tore : En tout cas, de notre coté nous allons nous entretenir avec les experts qui nous ont été envoyé et essayer de convenir à un plan d'action pour empêcher un désastre. Bonne chance à tous et à toutes, et que le Ciel soit de notre coté.

La communication s'arrête enfin, mais m'a permis de comprendre un peu plus les enjeux à plus grande échelle.
La haute gradée regarde sur son portable l'air inquiète avant de retourner et d'enfin me remarquer, surprise.

Tore : Oh je vous avais pas entendu entrer, désolée si je vous ai fait patienter.

Claire : Ce n'est rien, en plus ça m'a permis de voir des dirigeants se préoccuper vraiment de leur concitoyens. Je n'ai pas l'habitude de là où je viens.

Tore : La Présidente Orenji se débrouille plutôt bien je trouve de ce que j'ai vu d'elle.

Claire : Oui mais pour ses prédécesseurs, la liste est loin d'être rose.

Tore : Claire Redfield c'est ça ? Vous m’excusez si je vous laisse un moment. J'essaye de joindre ma sœur depuis ce matin et ne me répond pas alors je m'inquiète un peu.

Claire : Je comprends, j'ai moi même un frère qui m'a attiré dans bien des galères à ne jamais me répondre.

Elle s'en va juste en dehors de la pièce pour pouvoir communiquer en paix, par l'autre porte qu'il y a ici.
De celle d'où je viens, déboule quelques instants après une figure que je connais très bien, et une autre bien moins.

Claire : Sherry, ça fait plaisir de te voir là !

Sherry : Claire, je ne savais pas que tu serais là.

Claire : Hé bien moi non plus.

Quint : Je vous laisse discuter un peu entre vous vu que vous semblez bien vous connaître.

Claire : Alors, quoi de beau en ce moment ?

Sherry : Quelque que chose me tracasse en ce moment, mais c'est tout bête, c'est juste que... Comment dire ?

Claire : Tu peux tout me dire tu sais, je ne te jugerai pas, et je peux même t'aider si c'est possible.

Sherry : Tu sais, même encore maintenant j'ai dû mal à croire que mon père était un salaud.

Claire : Je sais, mais notre monde n'est pas en noir et blanc. Entre Alex Wesker et l'Abbé Pierre, il y a des gens plus gris. William était tout autant un sale arriviste égocentrique qu'un super père aimant.

Sherry : Comme Albert et Gilbert ?

Claire : Exact, et ils ont tous les deux été de bons présidents de leur pays respectifs malgré le fait de leur grosse ambiguïté morale.

Quint : Ah tu es Sherry Birkin, la Fille du Créateur du Virus G !

Sherry : On me rapporte toujours à mon père, un peu comme pour Jake.

Quint : Oh désolé mais c'est que vous voyez, je suis un peu fan de son travail, enfin je veux dire... Pas dans le sens où vous pensez. C'est juste incroyable qu'il ait réussi à créer quelque chose comme ça. Je n'ai jamais rencontré directement un Golgotha, seulement vu en image, et bordel c'est tout autant incroyable que terrifiant. Je ne sais pas vous avez faites toutes les deux pour survivre face à ce monstre. Déjà que moi des Hunters Invisibles ont suffit à me faire chier dessus.

Claire : Disons que les entrainement de mon frères avaient enfin porté leur fruit, même c'était traumatisant comme expérience. sans rajouter le Tyrant qui voulait l'échantillon du virus dans le médaillon de Sherry. J'aurais préféré que ces deux colosses se foutent sur la gueule plutôt que de nous déranger nous deux, ainsi que Leon et Ada.

A ce moment là, la Colonel revient après avoir fini de tenter de passer un coup de fils.
Au vu de sa tête, ça n'a pas semblé concluant.
Pas moyen dans savoir plus puisque l'autre porte s'ouvre au même moment.
La suite, vous la connaissez déjà.


Dernière édition par Claire Redfield le Dim 3 Fév - 21:26, édité 1 fois
Claire Redfield
Claire Redfield
Anciers
Anciers

Messages : 363
Réputation : 0
Date d'inscription : 01/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Inside UNIT [Terminée] Empty Re: [FIC] Inside UNIT [Terminée]

Message  Claire Redfield le Dim 3 Fév - 21:24

Revenons à là nous nous étions quitté quand c'était Lina qui racontait.
Alors qu'elle et ma petite Sherry sont parties dans l’autre ville norvégienne, voir de quoi il en retourne, moi et le mec du BSAA dont la tronche me dit quelque chose, nous nous rendons à la salle qui sert de morgue pour examiner le corps du défunt et voir si nous pouvons y trouver des indices.
Cependant, je dois vous avouer être un peu surprise.
Quand je me suis levé ce matin, dans le but d'avoir enquêter les activités de Crisis, je ne m'attendais pas à devoir retrouver à possiblement affronter le race d'alien la plus mortelle de tout l’univers.
Franchement, je savais bien que j'aurais dû faire la grasse mat.
C'est pas que j'ai déjà pas affronter des créatures hostiles et très dangereuses, c'est même tout moi ça, mais c'est pas pareil. D'habitude, ce sont des armes biologiques engendrées par un virus, ça je sais m'y faire.
Sauf que dès que ça tape dans la science fiction ou la fantasy, je ne sais plus où y donner de la tête.
Mes repères partent en couille.
C'est comme quand j'ai dû aider Carlos avec son sortilège.
Ou bien toute l'histoire à New York qui s'est terminé dans les marais de la Louisiane à empêcher un vieux et immonde sorcier qui voulait faire venir un Démon Clown pour son but personnel. Bien que ça ne soit pas sa faute si le type n'était... pas très beau.
Je trouve que dernièrement, on me sort beaucoup de ma zone de confort.
Puisque tout ce que je vous ai raconté, ça date seulement de cette année là, c'est pour dire.
Désolée pour le ras le bol, j'espère que vous me comprendrez.
Tant que ça reste dans la fiction, ça me dérange pas.
Quand ça empiète dans la réalité où je vis, ça ne va pas.
Enfin bref, reconcentrons nous sur le plus important, le macchabée.
Il est aussi livide que ma défunte vieille grand mère.
Posé sur sa table, couvert d'un drap blanc sur presque tout le corps, il n'attend que d'être emballé et posé pour être envoyé je ne sais où via Amazon. Un magnifique entreprise si on en croit ce qui se dit au sujet du traitement de ses salariés récemment.
Le toubib, si on peut l'appeler ainsi qui s’occupe de son coté est juste à coté, une bouteille de whisky à la main.
Il semble déjà en avoir bu pas mal au vu de ce qu'il en reste, de ses yeux qui se perdent et de son odeur qui empeste l'alcool à plein nez. Boire au travail, je vous déconseille, ça peut vite mal finir
Vous voulez que je vous décrive le corps ?
Rien d'apparent qui n'indique la cause de sa mort.
Son apparence physique ?
J'ai un peu la flemme, mais sachez juste qu'il la gueule typique d'un irlandais.
Vous allez me dire que c'est cliché et raciste, mais c'est ce que j'ai en face de moi, alors excusez moi si mes yeux me jouent des tours ou que c'est vrai. Vous avez qu'à venir voir de vous même si nous n'êtes pas content.
En parlant de pas content, je ne vais pas mentionner Greg Tabibian.
Par contre je vais souligner la tronche que tire celui qui voulait qu'on soit là.
A savoir ce Quint Cetcham qui est vraiment inquiet en regardant le défunt et semble cogiter dans sa tête.
Ah maintenant, ça me revient son visage !
C'est l'inventeur du Genesis, un appareil qui.... fait je ne sais quoi.
J'ai pas vraiment compris l'utilité du machin.
Et je ne suis pas la seule, comme il n'a duré que quelques mois avant d'être jeté à la poubelle.
Son inventeur est ainsi le premier à s'exprimer sur nous trois dans la salle.

Quint : Excusez moi, ça ne vous dérangerai pas de nous laisser seul afin de pouvoir bien nous concentrer sur le corps.

Freidrik : Oh vous savez, j'ai un nom, c'est Freidrik. Et il n'y a pas de soucie, c'est la bouteille qui fait ça, ce qui fait que les gens sont naturellement gênés en ma présence.

Quint : on pourra toujours boire un coup une fois qu'on aura fini.

Freidrik : Oooohhh bah ça c'est gentil ! J'attendrais dehors, vous me préviendrez quand ça sera bon, j'en profiterai pour préparer les verres.

Il nous fait un salut de bouteille avant de s'en aller.
Ceci fait, mon partenaire de cette occasion s'assure que personne ne nous écoute puis se tourne vers moi.

Quint : Je pense ne pas me tromper en disant que je peux te faire confiance.

Claire : Je ne sais pas trop quoi te dire, il n'y a que toi pour forger ton avis sur ma fidélité et mon honnêteté.

Il jette encore quelques coups d’œil vers l'unique porte d'entrée de cette salle d'autopsie.
Finalement, il finit par alterner du regard le corps de l'irlandais et mes yeux à moi.

Quint : Ce gars, c'était un ami à moi, et il ne s'appelait pas Jibydia Scotloy, mais en réalité Piwel Gringe.

Claire : D'accord, là ça commence à m'intriguer, continue.

Quint : Il faisait parti du BSAA et était sous couverture en mission d'infiltration au sein de Crisis afin de nous rapporter des données pour pouvoir les coincer une bonne fois pour toute. Tout c'est bien passé pendant un temps, jusqu'à qu'il rejoigne leur clique se trouvant sous l'Hôtel Rascalov à Stavanger.

Claire : Quoi !?

Quint : Quoi quoi !?

Claire : Tu sais où ils se planquent et tu...

Quint : Laisse moi finir et tu comprendras.

Claire : Vas y alors, et vas à l'essentiel.

Quint : Le fait est que ça fait quatre mois qu'on a perdu contact avec lui. Ses collègues en charge de l'opération ont même pensé qu'il s'était fait coincé et puis tué par les soldats ennemis sur place. Autant dire que ça a mis tout le monde mal à l'aise, on s'attendait même à des représailles. Jusqu'à hier où nous avons reçu un message de sa part nous indiquant qu'il avait été découvert et que UNIT était dans le coup.

Claire : C'est pour ça que tu n'as rien dit.

Quint : Oui, on ne peut pas faire confiance aux bérets rouges ailés sur ce coup là. Ici, il n'y a que en toi et la Fille des Birkin en qui je peux partager ce que je sais. J'ai l'impression d'être dans Shutter Island actuellement.

Claire : Tu es donc là pour découvrir le fin mot de l'affaire ?

Quint : C’est ça.

Claire : Pourquoi ils ont envoyé toi en particulier ? Etant donné que tu n'étais pas lié à l'affaire de base.

Quint : Pour mes compétences scientifiques, et parce que c'était mon ami.

Claire : J'aurais justement cru que comme c'était personnel, ils ne t'auraient jamais demandé ça.

Quint : Ils savent surtout que j'ai déjà perdu mon meilleur ami à cause de Crisis, et puis ils m'apprécient pas trop en vrai. Donc si ils peuvent se débarrasser des deux en même temps, ils ne se privent pas.

Claire : Ouais, charmant venant de leur part.

Quint : Qu'est ce que tu veux, quand on devient trop gros, on finit par perdre tout sens moral.

Claire : Au fait, pourquoi tu n'es pas allé directement à l'Hôtel vu que c'est là bas que se planque Crisis ?

Quint : Mes supérieurs ont déjà une excuse pour envoyer des équipes sur place. Ils attendent de voir ce que les experts envoyés sur place trouveront pour intervenir. Donc comme ton amie s'est proposé avant moi d'y aller, j'ai préféré rester ici pour approfondir cette autre piste. Il faut que l'on sache ce que UNIT et Crisis manigancent ensemble.

Claire : Oh tu sais, c'est pas la première fois qu'ils nous jouent des tours ces deux là.

Quint : L'épisode du Bunker à Strasbourg, j'en ai un peu entendu parlé, mais c'est vrai qu'ils ont déjà fait le coup il n'y a pas si longtemps. On aurait dû être plus méfiant. Pourtant même Hitchcock se tuait à nous apprendre à être vigilant de ce coté là.

Claire : Bon, maintenant on fait quoi ?

Quint : Tu gardes la porte pendant que je vérifie qu'ils ne nous aient rien caché pour mon pote mort.

Claire : Je peux faire ça en effet.

J’obéis à sa consigne, lui laissant la tache d'examiner son camarade tombé au combat.
Je me poste ainsi juste devant la porte de métal, collée afin de pouvoir entendre si quelqu'un se dirige vers nous.
Néanmoins, j'ai une question qui me vient en tête et qui me perturbe.
Voyons si il a la réponse à ça.

Claire : Il n'y a vraiment aucune infos venant du Gouvernement Preosimitien à ce sujet ?

Quint : Nos espions n'ont rien déniché, mais ne même temps ils sont un peu occupé en ce moment à ce préparer à l'intervention imminente des Nations Unis sur leurs îles.

Claire : C'est vrai que c'est pas leur semaine à eux, et tant mieux.

Quint : J'ai deux principales hypothèses à ce sujet. Soit ce qui se passe ici est une sorte de Plan B au cas où ils viendraient à échouer à protéger leur propre foyer, d'ailleurs moi souligner cette théorie, l'un de leur plus hauts membres, Nicky Packou, a quitté l'archipel il y a quelques jours et on ne sait pas où il s'est rendu.

Claire : Il pourrait s'être planqué à Stavanger.

Quint : L'autre idée, et celle vient de... Lui.

Claire : Ah...

Quint : Il soupçonnait que quelque chose de bizarre se passé en Norvège de la part de Crisis mais n'avait aucune preuve allant en ce sens, c'est pour ça qu'il a demandé à Elise Clean elle même d'être affecté ici, pour en chercher. Il avait peut être raison, et das ce cas là on est mal.

Claire : Sachant que la Famille Clean a été beaucoup débordé ces derniers mois, il aurait bien pu se passer quelque chose dans leur dos, au sein de leur propre camp, sans qu'ils s'en aperçoivent.

Quint : Je ne veux même pas imaginer ce que donnerait des traîtres à Crisis et UNIT qui s’allieraient avec de dangereux aliens pour un but encore inconnu. Déjà que les idées de base de ces dingues me font flipper, mais alors là je vais rendre mon déjeuner.

Claire : Espérons que ça soit la première hypothèse.

Quint : J'ai parfois l’impression de vivre dans une histoire du King, ce qui me fait penser qu'il y a Simetierre qui sort l'année prochaine, et j'ai hâte de le voir pour voir de quoi il en retourne.

Claire : J'ai jamais vu l'original. Bon sinon, ça donne quoi tes observations ?

Quint : Pas grand chose qui semble contredire le fait que c'est pas une arme humaine qui l'a tué. Hormis ça, j'ai remarqué un fort manque en Vitamine D dans son corps, alors que pourtant il ne fait pas dégueulasse dans cette région dernièrement. Ça veut dire qu'il n'a pas croisé de soleil pendant longtemps.

Claire : Il a dû resté enfermé dans une zone sans fenêtres pendant ces mois sans nouvelles, comme un sous sol ou un bunker.

Quint : Ça ne ressemble pas à Crisis de ne pas laisser ses membres sortir, même quand ils se méfient d'eux ou qu'ils élaborent des projets pour sauver leur culs. Je commence vraiment à penser que ce n'est pas un plan venant de leur Sainte Générale.

Claire : Tu avais raison quand tu disais qu'on est mal. Attends, j'entends des personnes arriver.

Quint : De toute façon, j'ai rien de plus à en tirer de mon pote.

Claire : Reste sur tes gardes et je te couvre si jamais ça part en sucette.

Je recule un peu, en gardant discrètement ma main près de ma solution de secours.
Un petit Makarov PM qui fait parti de nombreux flingues que j'alterne à chaque sortie.
L'accès à cette chambre mortuaire s'ouvre, révélant deux soldats en noir, un homme et une femme.
Tous les deux sont bien blonds comme on aurait pu s'y attendre, avec une coupe de cheveux assez libre.

Homme : Le Lieutenant-colonel Pjarstof veut vous voir.

Femme : Suivez nous.

Claire : Volontiers.

Quint : Je vais pouvoir lui transmettre mon analyse.

On a pas vraiment le choix, va falloir les suivre.
Bien que je sens qu'il y a anguille sous roche.
Claire Redfield
Claire Redfield
Anciers
Anciers

Messages : 363
Réputation : 0
Date d'inscription : 01/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Inside UNIT [Terminée] Empty Re: [FIC] Inside UNIT [Terminée]

Message  Ailein Bartley le Ven 8 Fév - 18:27

Norvège; Stavanger; Godalen Beach

Encore une Mission pour l'Equipe Tango de la Branche Européenne du BSAA !
Avec moi à leur tête !
Cette fois ci, nous avons affaire à une bombe au Virus C qui a explosé au sein de l'Hôtel Rascalov à Stavanger, une ville au Sud de la Norvège. L'attentat serait orchestré par Crisis, et ça tombe bien puisque depuis le jour où ils ont saccagé l'enterrement de mon Holt, je profite de chaque moment où je le peux pour le leur faire payer.
Je n'arrêterai pas tant que chaque membre de la Famille Clean n'aura pas la tête sur une pique.
Ça tombe bien pour notre intervention que nous étions déjà aux abords de la cité quand ça s'est produit.
Que ça soit ma team, ou bien les équipes Victor, Whiskey et Zero, la dernière étant l'une des meilleures d'Europe.
La preuve, ils n'ont jamais perdu de membres au combat alors que pourtant ils étaient souvent au front.
Nous sommes actuellement à bord d'un Airbus Helicopters H160 où je siège en tant que copilote histoire de libérer de la place derrière, déjà que c'est serré parce qu'on est 14 en me comptant moi tout en sachant que l’arrière est censé contenir 12 passagers.
Tango et Zero sont chargés d'explorer le point zéro, nous par l'avant, eux par l'arrière.
Je vais en profiter pour vous présenter les membres de ma famille comme je l'appelle.
Ils sont tous et toutes venus après la départ de Holtinou de sa position de Capitaine.
En même, de tous ceux qu'il y avait avant, il ne reste plus que moi encore en vie.
Pendant un temps, c'était Quincy qui s'en occupait, jusqu'à sa mort fin 2017.
Traître de Clint !
J'aurais jamais cru qu'il soit capable d'une telle chose, alors qu'on se connaissait depuis plus de 10 ans.
Holt lui même avait été surpris par ce coup de pute.
N'en parlons plus.
Si vous voulez en savoir plus, demandez à Curie, ou plutôt à Lucy pour ne pas déranger la première.
C'était sa petite amie, ça lui fera surement du mal d'y remettre le couvert.
Revenons à mes grands enfants attardés vous le voulez bien.
Chacun avait sa petite particularité qui faisait qu'on les reconnaissait facilement.
Allez je vous les fait dans le désordre :
1) Vagino, mon asexuel préféré, probablement parce que c’est le seul que je connaisse. Comme vous le connaissez déjà un peu, je vais faire vite. C'est sûrement celui avec qui j'aurais eu une chance de sortir après Holt si il n'était pas homoromantique. Ça fait beaucoup de termes à chercher n'est ce pas ? ^_^
2) Bernardo, la grande folle, qui donnerait presque l'impression d'être tout droit sorti du Dessin Animé Nicky Larson que je regardais beaucoup durant mon enfance. Dorothée me manque beaucoup. En tout cas, si il y a une chose à savoir sur lui, c'est qu'il ne sort jamais sans son écharpe rose que lui a offert sa grand mère jadis avant de mourir.
3) Grout, le gros bourrin, qui réfléchit avec ses bras quand il tape ou tire sur tout humain qui bouge avec son fusil jusqu'à en casser à force de coup. En parallèle à ça, c'est un amoureux de la nature et son grand cœur fait qu'il protège n'importe quel animal qu'il croise au péril de sa vie. Évitez d'écraser une mouche en sa présence, c'est un conseil.
4) Sylvain, l'homme à femmes, qui passe son temps à comparer les situations qu'il vit avec des expériences qu'il a vécu avec ses nombreuses ex. Je ne suis même pas sûr de l'avoir entendu une seule fois en citer une dont il en avait déjà fait mention. Malgré ça, aucun soldat de la gente féminine ne s'intéresse à lui. J'en viens à me demander si ça n'a pas justement un lien avec ses innombrables conquêtes.
5) Armana, la grosse mythomane, qui donc passe temps à raconter des bobards sur sa vie et les fameux exploits qu'elle accomplit quand comme par hasard nous avons le dos tourné. En gros, c'est Usopp au féminin et avec trente kilos en plus. En vrai, les deux ont aussi en commun le fait qu'on les voit peu en combat étant donné leur peur du danger, mais parfois ils font preuve d'un sang froid et d'un courage surprenant.
6) Tucquille, la fille endormie, souffrante de narcolepsie, ce qui pose énormément de problème sur le champ de bataille quand on la retrouve en train de pioncer dans un coin alors que des ennemis foncent sur elle pour la tuer. Ce qui fait qu'elle est toujours dans mon équipe c'est sa détermination, ne voulant pas laisser son handicap l'empêcher d’œuvrer pour créer un monde meilleur. J'admire son courage.
7) Sam, l'habile voleuse, qui est atteinte de cleptomanie, ce qui l'arrange bien à vrai dire, et elle excelle dans ce domaine dans le sens où nous mettons toujours un certain temps avant de découvrir qu'elle nous a piqué quelque chose. Heureusement qu'elle est bienveillante, quoique un peu espiègle, et finit toujours à nous rendre tout ça, même si elle attend toujours qu'on remarque la disparition au préalable.
8 ) Blodyn, la belle fleur, qui nous illumine de sa tendresse et de sa générosité, tellement que j'ai été forcée de l'assigner en tant que soigneuse dans le groupe afin qu'elle puisse servir à quelque chose, en plus d'être le soutien moral du groupe. Non car elle déteste se servir des armes et trouvait les Hunters trop mignon. Elle en avait même adopté un et avait réussi à l'éduquer, jusqu'au moment où il est passé sous un camion.
9) Fatima, l'intégriste musulmane, qui vit sa religion en permanence et il n'y pas un jour où elle ne nous en parle pas, quand elle ne vient pas se plaindre auprès nous nous pour diverses choses contraire à sa croyance. C'est pas la seule à être comme ça, mais ça craint que ça soit la principale chose qui te définisse. Si elle est encore dans notre groupe, c'est qu'elle croit fermement que je suis de par mon statut de demi ange, la Nouvelle Prophète, et elle commence à faire des efforts, quitte à vouloir me ressembler, ce qui me fait aussi un peu peur.
10) Géront, le chrétien louche, qui tient sa foi de son père, un Pasteur Protestant, et de sa mère, une Nonne Catholique. Lui aussi ne se définit que par ça, c'est à se demander pourquoi il n'en a pas fait son métier. Il est honoré se servir pour moi et à priori il savait d'une certaine manière que je n'étais pas une simple humaine depuis le début. C'est l'un des tireurs d'élites du groupe, ce qui m’impressionne toujours du fait qu'il louche.
11) Popol, l'ingénue débile, qui est apprécié de toute la famille malgré ses nombreuses conneries journalières qui nous impressionnent toujours autant par leur inventivité. Comme la fois où il a confondu ses chaussures avec des bouteilles d'eau, ou quand il a cru que le mot "Schlass" voulait dire "Juif très riche". On atteint un tel niveau qu'il faudrait lui remettre une médaille.
12) Martinez, le chanteur romantique, qui se croit dans un film Disney en permanence et ajoute donc une mélodie à chacune de ses phrase, comme pour l'égailler si l'on peut dire. Alors autant des fois c'est amusant d'écouter ce que ça soit à à nous proposer, autant que quand au cœur d'un affrontement ou après une rude journée, c'est pas du tout la même.
13) Pergta, la même chose, qui sort avec Martinez, et on peut dire qu'ils se sont trouvés les deux.
Voilà ma belle bande de bras cassés à moi.
Je vous l'avoue, c'est pas facile tous les jours avec eux.
Au moins, je peux leur accorder une chose, c'est une fidélité sans nom à lutte contre le bioterrorisme.
C'est donc, le cœur sûr, que nous survolons la zone de quarantaine où règne un brouillard bleu en train de se dissiper bien moins vite que quand il s'est répandu. J'entends déjà les râles des putréfiés tout en bas, résonner même à travers le boucan qui fat notre moyen de transport.
Pourtant, je me trouve dans le cockpit, c'est pour dire.
Nous sommes presque arrivé à notre destination, ça va être l'heure du show.
L'hélico finit par stagner au dessus de la plage se trouvant juste à coté de l'hôtel, là où il y a la place de descendre.
Je me lève pour aller voir ma clique prête au combat.
L'assurance que j'ai comme 'habitude soit se voir comme un morceau de steak collé sur le visage.
J'aurais même pas besoin de mes pouvoir sur ce coup là, juste Beretta ARX-200 en guise de compagnie.
Motivons les !

Ailein : Vous êtes prêt à en découdre !?

Presque Tous : Ouais !

Blodyn : Tucquille s'est endormie.

Tucquille : Hein quoi ? On est arrivé en Norvège ?

Popol : Je peux pas aller aux toilettes ?

Ailein : Sur pisseras sur le corps des pourris !

Il me reste juste une chose à faire avant d'intervenir.

Ailein : QG, ici Tango Leader, nous sommes sommes arrivé sur la position "Coluche".

Zero One (R) : Ici Zero Leader, nous avons infiltré l'hôtel via la position "Bigard".

Victor One (R) : Victor Leader, nous de notre coté, nous engageons de nombreux ennemis sur le point "Desproges", mais rien insurmontable pour l'instant.

Whiskey One (R) : Hé les gars, c'est Whiskey Leader, nous on croise rien, c'est navrant.

QG (R) : Tout le monde, ici le QG, nous ne savons pas encore si il reste encore des soldats de Crisis sur place, alors vous pourriez vous retrouver en feu nourri avec cs derniers. Faites attention.

Ailein : Faire attention, c'est notre talent ! C'est parti !

Mes fidèles braveurs de danger s'élancent de par leur cordes dans la jungle de sable en dessous.
Dieu que je suis inspirée quand vient l'heure de la baston !
Je les suis en dernier, ironiquement puisque je suis leur Capitaine.
Alors que ma descente se passe sans impasse, je vois déjà les éclairs de leurs armes se déchaîner.
Quand mes bottes se posent sur les grains mouvants, je vois plusieurs formes venir dans notre directement de par l'Océan, telles des sirènes échouées. Cependant, ces créatures ne viennent pas de la mer et sont bien plus croquante que leur lointaines cousines.
Mon entourage se confronte déjà ceux présents sur la terre ferme.
Ceux là sont pour moi.
Attends...
J'ai oublié un truc !
Avant d'aller au cake, je met mes écouteurs avec une musique qui me rappelle mon enfance.
Voilà, c'est bon.
Venez dire bonjour à l'Ange de la Mort.
Mes premières balles partent en direction d'une jeune blonde en maillot de bain avec des morceaux manquants sur ventre et avec des cotes qui dépassent. Ma puissance la fait se consommer dans le feu de l'Enfer.
Les prochaines touchent d'autres vacanciers malchanceux qui vont enfin reposer en paix après ça.
J'arrive à m'en faire 10 sans problème avant de devoir recharger.
Juste quelques secondes et puis ça sera bon.
Merde, d'autres arrivent.
Ils sont pressés dis donc !
Il y a en à un qui est bien plus proche que les autres.
Un bon coup dans la tête fera l'affaire.
Tiens !
Ça lui a dévissé sa tête à ce con !
Le chargeur est mis.
Prochaine sauce les cannibales !
Oh putain, je m'éclate toujours à les éclater !
Leur têtes explosent comme des ballons, j'ai l'impression de tirer des cure dents.
Leur corps bougent en rythme avec la salve.
Si seulement Holt pouvait voir ça, il serait fier de moi.
Comment vont les autres ?
Ils se débrouillent.
Je suis fière d'eux !
Allez, j'ai fini de mon coté.
Que des corps disparaissant sous les grains jaunes gisent face à moi.
Ça a été rapide je sais.
J'essaye de vous raconter ça de manière fluide et enivrante, ce qui n'est pas facile quand on le vit au même moment.
Voyons voir de plus près ma team.
Ils s'occupent de la dernière vague qui vient de l'établissement touristique en lui même.
Vagino et Féront se sont mis en position élevé et sont en train de dégommer les cibles les plus lointaines avec une précision encore meilleure que celle que j'ai. Je le reconnais.
Grout y va franco en en tabassant à coup de crosse. Il se fait mordre certes mais il s'en fout car il sait qu'il ne peut pas être infecté comme ça. Il n'y a que par voie respiratoire qu'on a une chance de se faire avoir, mais nous portons des masques à gaz actuellement.
J'ai oublié de la mentionner précédemment, désolée.
Bernardo, Armana et Blodyn sont en retrait par rapports aux autres pour leur propres raisons personnelles.
Oh bordel...
Tuc s'est encore endormie, la tête dans le sable en plus !
Heureusement que les ennemis ont tendance à l'ignorer sinon dieu seul sait si elle serait encore parmi nous aujourd'hui. En plus, elle ne ressemble à rien dans la position où elle...
Hé toi !
Tu crois que je t'ai pas vu ?
A essayer de me prendre par surprise alors que je discute par pensée avec mes lecteurs ?
J'ai encore le droit de décrire la situation pour eux.
Pas la peine de geindre, tu vas rejoindre tes camarades.
Et t'en profitera pour laver tes dents au passage.
Pan, il tombe et s'autonettoie, c'est magique.
Il est pratique ce virus, on a même pas besoin de faire le ménage après.
Par contre les Nécrophiles doivent être dégoûtés.
Bon, où j'en étais ?
Ah oui, le reste fait son taf et ils ont tous presque fini.
Je peux en informé la hiérarchie.

Ailein : Ici Tango Leader, "Coluche" est sécurisée; nous nous rendons à l'Hôtel.

QG (R) : Tango Leader, ici QG, vous allez vous retrouver avec l'équipe Zero et vérifier où se situe la planque de Crisis au sein de l'hôtel.

Zero One (R) : Zero Leader à QG, nous avons trouvé deux survivants dans la chambre froide, il s'agit de l’agent spécial de la DSO, Sherry Birkin, et Andrei Rascalov, le propriétaire de l'établissement. Nous les amenons jusqu'à l'entrée ouest pour pour nous réunir avec l'équipe Tango.

QG (R) : Bien reçu, essayez de découvrir ce qu'ils savent de l'origine de l'épidémie.

C'est parti pour un peu d'investigation.
Je change de musique et de genre pour le coup, car là ça va chier.
Ce qu'on a fait jusque là c'était une partie de jambes en l'air à coté.
Cette fois ci, je me met en tête de file, pour protéger ma clique.
Après tout, je suis plus résistance physiquement qu'eux, alors autant que je sois la plus à même d'être touchée.
Bien que Grout se met quand même à mes cotés avec un peu d'insistance avec sa tête d'ogre battu.
C'est en rythme avec la basse de Skillet que je passe le seuil de la grande porte ouverte donnant sur le hall.
Le silence est la maître de ces lieux.
Pourtant mon 8ème sens me dit qu'il doit rester des ennemis dans le coin.
Les plus chiants, pas de simples zombies.
Tant que c'est pas un Lepotitsa, ce serait cool.
J'ai horreur de l'heure gueule et de leur pustules.
...
Un bruit ?
Quelque chose bougé de derrière l'accueil.
Ce grognement inhumain et ce bruit de succion...
Oh non pas cette saloperie !

Ailein : Rasklapanje à 12 heures !

Grout : J'vais m'le faire !

Ailein : Non reste là Grout !

Grout : GGGGRRREEEEUUUUU !!!

Trop tard, il est lancé, rien ne peut plus l'arrêter.
Il fonce tel un ours sur miel et sauta juste derrière le bureau pour choper le monstre et lui faire la peau.
Je le vois gigoter dans tous les sens, en tentant de maîtriser la bête du mieux qu'il peut.
Celle ci tente de lui aspirer le visage pour le tuer et créer à autre soi, ce que je ne veux pas voir.
J'hésite à agir, ce qui pourrait le blesser.
Je peux peut être...

??? : FIREEEEEEEEEEEEEEEEE BAAAAAAAALLL !!!!!

C'est quoi ce bordel !?
Une boule lumineuse enflammée vient traverser la pièce de par la gauche avant d’exploser sur eux.
Personne ne touche à mon Grout !
Qui a fait ça !?
Quelqu'un arrive...
Une petite rousse ?
Ailein Bartley
Ailein Bartley
Anciers
Anciers

Messages : 278
Réputation : 0
Date d'inscription : 14/07/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Inside UNIT [Terminée] Empty Re: [FIC] Inside UNIT [Terminée]

Message  Lina Inverse le Ven 8 Fév - 18:59

Norvège; Stavanger; Hôtel Rascalov

Pfiou, il s'en est fallu de peu !
Si j'avais pas balancé un Windy Shield, je serais surement devenu un corps sans âme à présent.
Ça a laissé le temps suffisant à mon compagnon de fortune de se rendre utile et de nous bricoler quelques masques à gaz faits maisons, à la MacGyver.
C'est fout tout ce qu'on ne peut pas faire avec deux bouteilles d'eau, un tuyau en plastique et du charbon actif.
Merci la science !
Comme quoi, c'est pas forcément incompatible avec la vraie magie.
Je range ça dans ma boite à bonnes surprises que je peux réutiliser plus tard en anecdote lors d'une soirée quelconque.
Là dedans il y a par exemple le fait que Megumi Hayashibara, la Déesse du Doublage Japonais, ait interprété Chuck dans "Gloups ! Je suis un poisson.".
Je vous en réserve d'autres pour plus tard, en attendant on a dû se planquer pour éviter les nouvelles horreurs qui ont été créé par ce Virus Quelquechose. J'ai pas retenu son nom et c'est pas important.
Avec ce qu'on a sur le museau, c'est pas facile de respirer mais on fait avec.
J'espère juste que ce nuage mortel cessera bientôt d'exister.

Ross : Major Inverse, vous nous avez...

Lina ou Moi, j'sais pas lequel choisir : Tutoie moi.

Ross : Tu nous as sauvé la vie avec ton sort à la dernière minute, merci.

Moi, alors que tout le monde va réussir à saisir de qui il s'agit. : J'ai surtout sauvé ma vie en priorité.

Ross : C'est le résultat qui compte.

Lina, c'est plus simple comme ça, même les cons peuvent comprendre : T'aurais pas été derrière moi, tu serais mort.

Il semble persister à penser que j'ai voulu volontairement le protéger.
C'est beau la naïveté du simple soldat !
Hé ! C'était quoi ce bruit ?
On aurait dit un sanglier qui fonçait tout droit sur une Mercedes avec rage.
Oui je sais, drôle d'exemple, mais pas le temps pour ça.
Il y a peut être des secours pour moi, et qui pourront peut être retirer ce gaz de là.
Comme ça je pourrais à nouveau y voir clair et pouvoir agir comme je devrais pouvoir le faire.
Première chose que je ferais, c'est de fouiller ce maudit hôtel à la recherche du sous sol de la peur, en évitant bien évidemment les ascenseurs qui ont leur périodes et les chambres trop autonomes. Je sens déjà que ça me prendre beaucoup de temps et que ça va me saouler, ce qui veut dire que les potentiels membres de Crisis dans le coin vont morfler si j'en croise.
Si leur con de chef ne s'était pas fait sauté, on en serait pas là !
Enfin bref...
Je sors de ma planque que j'ai même pas eu le temps de présenter et j'assiste à une baston de macaques sur ma gauche. Bien qu'il y en ait un qu'il a bien plus de poils que l'autre, et qui ne ressemble pas à un grand singe.
Laissez tomber, j'ai dit de la merde.
Je vais envoyer un sort assez simple et qui demande pas beaucoup d'énergie.
faut pas déconner non plus.

Lina : FIREEEEEEEEEEEEEEEEE BAAAAAAAALLL !!!!!

Dans le mille !
J'espère les avoir eu tous les deux.
Allons vérifier !
Oh tiens, d'autres blaireaux.
Une équipe complète en plus.
je reconnais ces tenues, ce sont...

Fatina : Un Djinn !

Géront : Je vais renvoyer ce suppôt de Satan droit en Enfer, tu vas voir !

Lina : Tu vas voir si tu vas encore m'appeler longtemps sup...

Ross : Attendez, nous ne sommes pas ennemis !

Fallait qu'il intervienne lui...
Enfin bon, ça m'évitera de gâcher de l'énergie pour des moins que rien.
Par contre c'est lui qui se démerde avec les explications, j'ai pas que ça à foutre.
De toute façon, ils sont du BSAA, donc ils vont tous crever.

Ailein : Je reconnais votre tenue, vous de UNIT n'est ce pas ?

Ross : Affirmatif, nous étions ici en mission ici dans le but de découvrir les dessous de l'implication de Crisis avec les Daleks. Nos soupçons se sont confirmés et en plus, UNIT a été confirmé pour être compromise...

Pergta : C'est toujours la même chanson !

Martinez : Une chanson qui nous reste dans la tête !

Ross : C'est alors que l'un des principaux responsables de la pourriture qui traîne ici a débarqué. Archibald Voncroft, l'un des...

Ailein : L'un des lieutenants de Crisis, je le sais déjà. Mes supérieurs le soupçonnait de diriger des soldats postés ici,. C'est lui qui a fait ça ?

Ross : Il s'est fait sauté avec des bombes contenant un virus nommé Chrysalid.

Popol : Ça se mange ?

Armana : Bien sûr, j'en prends à tous mes déjeuners pour renforcer mes incroyables compétences.

Lina : C'est quoi ces cons que tu te trimbales quelquesoittonnom !?

Ailein : Mon nom c'est Ailein Bartley, et je sais qu'ils sont bizarres, mais ça reste ma famille.

Lina : Bonjour la consanguinité.

Blodyn : Tu n'es pas gentille.

Sam : C'est vrai qu'elle n'est pas très sympa.

Lina : C'est réciproque. Bon on y va Ross ?

Ross : Vous... Tu ne veux pas qu'ils nous aident ?

Lina : Pour quoi faire ?

Ross : Pour avoir de l'aide pour notre recherche.

Lina : Je ne vois pas en quoi ils pourraient nous aider.

Ailein : L'Equipe Zero est en route pour nous rejoindre. L'Agent Birkin et Andrei Rascalov sont avec eux.

Lina : Pourquoi ne pas l'avoir dit plus tôt ? Dés que Rascalov est là, on le force à coopérer et il nous mènera jusqu'à là où se planquent ceux qu'il a aidé ce collabo.

Ross : Bien Major Inverse.

Lina : Appelle moi Lina directement, j'en ai marre qu'on m'appelle par mon grade.

Vagino : Au moins, au connait maintenant son nom.

Grout : GGGRRRRAAAAAHHHH !!! On va penser à Grout !? J'ai mal !

Tucquille : Hein quoi !? C'était quoi rugissement !?

Sylvain : Ça me rappelle le cri de Tiffany, mon ex.

Bernardo : Vite, il faut ce pauvre choux !

Ailein : Armana, Bernardo, Tucquille et Blodyn. Évacuez Grout, j'appelle un hélico pour l'évacuer et le soigner.

Tucquille : Qu'est ce qui s'est passé ? J'ai rien suivi.

Armana : Je t'expliquerai en route, mais tu devines que j'ai eu un rôle important à jouer dedans.

Grout : La peau de Grout sent le cramer, j'ai la tête qui tourne.

Blodyn : Tiens bon, tu es un grand gars, tu vas t'en sortir !

Lina : Ouah... La tension est palpable.

Ailein : QG ici Tango Leader, Tango Three est grièvement blessé, nous allons devoir l'évacuer pour des soins immédiats.

Ross : Tu es un peu dur Maj... Lina.

Ailein : Très bien, j'envois une partie de mon équipe avec Tango Three au point "Coluche"

Lina : Pas ma faute, ce sont de parfaits inconnus pour moi, alors pourquoi je m'en foutrais ?

Ross : Parce que nous sommes tous humains ?

Lina : Et puis de toute façon tout le monde crève autour de moi, donc je préfère garder mes larmes pour un cercle fermé de personnes qui me sont chers.

Ross : Je...

Il n'arrive pas à terminer sa phrase, je l'ai mis en plein doute.
Après, ça ne concerne que moi et si il est comme ça, tant mieux pour lui.
Avec tout ça, une bonne partie des "Charly et Lulu" présents ici se sont barrés par la porte d'entrée.
Cependant ils ont été vite remplacés par d'autres gus venant du couloir menant à la cuisine.
Si vous galérez à suivre, c'est normal.
Ça fait un paquet de noms pour vos cerveaux fébriles, déjà que moi j'ai un peu de mal de mon coté.
Pourtant, j’essaye de faire des efforts.
Bon, revenons à la conversation.

Zero Leader : Salut Ailein, je vois que vous avez aussi trouvé des survivants.

Ailein : Salut Gérard. On a même pas eu besoin de leur mettre des masques à gaz, ils en ont déjà fabriqué de leur coté.

Sherry : C'est quoi cette odeur ? Ça me donne l'impression que la personne qui l'a utilisé auparavant a... Laissez tomber, je ne veux plus savoir.

Gérard : Qu'est ce qui s'est passé de ton coté pour que Grout finisse en pièces détachés ? Il a encore foncé bêtement dans le tas ?

Ailein : Ouais mais pas que, on a aussi cette fille là qui figure toi est Major chez UNIT, qui a réussi à lui envoyer une boule de feu dans la gueule sans que je sache comment.

Gérard : Oh putain, des effets pyrotechniques carrément !

Lina : C'est de la vraie magie connard.

Andrei : C'est pas tout ça mais j'aimerais bien être évacué, vite.

Lina : Hop hop hop toi là, tu restes ici !

Andrei : J'ai pas le temps pour discuter.

Lina : Ça tombe bien, avec toute la merde qui me tombe dessus, je n'ai plus la patience de le faire aussi; Donc on va jouer à un jeu très simple. Je te pose une question, tu réponds sans faire de détours. C'est clair ?

Andrei : Alors non, et j'v... YYYAAAAA !!!

Une forte pression là il faut, ça met tous les hommes à genoux.
On va lui reposer la question pour être sûr qu'il a bien compris.

Lina : C'est clair ?

Andrei : Oui madame !

Voilà, c'est tout de suite plus sympathique.
Je lâche tout et on continue !

Lina : Que sais tu des plans de Crisis et UNIT ici ?

Andrei : Je sais peu de choses, je devais juste m'occuper de leur fournir une seconde planque ici, tandis qu'il en avait une première à Oslo, et qu'évidemment je devais aussi me charger de garder les clients et autres indésirables loin de leur labo.

Lina : Leur labo ?

Andrei : Je ne sais pas ce qu'ils font là bas. Juste qu'ils ont kidnappé plusieurs personnes à travers le pays pour les amener là bas. Ce qui est bizarre d'ailleurs.

Lina : Bizarre pourquoi ?

Andrei : Parce que j'ai fait des recherches et ces personnes sont revenus à leur famille sans soucie et sans que ça ait de répercutions, même pas une journée après leur disparition. Pourtant je ne les ai jamais vu sortir du labo.

Lina : Quoi d'autres ?

Andrei : Il y a les deux robots qui bossent avec eux.

Lina : Des robots ?

Andrei : Une femme androïde ou cyborg, je ne saurai dire, et une boite en métal masculine.

Lina : C'est ce dernier que le témoin à a vu le soir du meurtre.

Andrei : La première venait que de temps en temps, comme elle semble vivre surtout sous la protection de UNIT, et le second logeait ici dans le labo. Tout à changé quand ils ont découvert qu'une taupe du BSAA se trouvait dans leur rangs.

Sherry : Donc Jibydia Scotloy faisait parti du BSAA, mais pourquoi nous n'avons pas été prévenu de ce fait plus tôt ?

Lina : Je pense qu'eux avaient aussi compris de leur coté qu'ils ne pouvaient pas faire confiance en UNIT sur ce coup là.

Andrei : Ils ont arrêté ce qu'ils faisaient ici et le Dalek comme vous l'appelez a été évacué juste leur autre planque. Seuls les gars de Crisis sont restés ici. Je ne sais pas pourquoi, mais maintenant j'ai vu que c'était pour servir de sacrifice. Les enfoirés !

Lina : Est ce que le Colonel Pjarstof est impliquée dans ce merdier ?

Andrei : Non, c'est Åge Wrintzer qui dirige toute l’opération du coté de UNIT.

Lina : Ross, tu restes ici et tu préviens l'autre con... Le Général de ça, c'est important.

Ross : Compris !

Lina : Andrei, conduis moi au labo et après tu auras le droit d'aller vivre ta vie tranquille avec ta copine là où tu veux.

Andrei : Je pense que je n'ai pas le choix.

Ailein : Fatima, Géront, Popol, Sam et Vagino, vous l'accompagnez.

Lina : Rrrhhhooo... Bon OK mais si vous me faites chier, vous cramez avec les chieurs de Crisis !

Fatima : 'aqtilha 'iidha hawalat shyyana.

Géront : Je me méfie de toi Démon Sans Sein.

Popol : Ah c'est pas un homme elle ?

Sam : C'est vrai que j'ai connu des vaches bien plus fournis que ça, ah ah !

Lina : Eh dis-moi, tu trouves ça marrant sale fils de pute ?

Vagino : Bon arrêtons un peu ces enfantillages et ne perdons plus de temps.

Lina : Enfin quelqu'un de censé !

Nous allons peut être enfin faire avancer l'investigation.
Plus vite j'aurais trouvé la boite de conserve, plus vite je pourrais exploser et comme ça se sera fini.
Je pourrais enfin causer tranquillement avec Mike tout en me goinfrant comme à mon jeune age.
Aaaahhh... J'ai hâte...
Je vous passe un peu le parcours que l'on se fait dans l'hôtel, c'est pas vraiment intéressant à suivre.
Arrivons directement au moment où notre guide s'arrête devant la porte donnant au sous sol.
Je perçois l'inquiète dans son regard se mêler à la rancœur déjà bien présente.
Il se tourne ensuite vers nous en ouvrant là porte qui elle donne sur un escalier froid descendant.

Andrei : C'est en bas.

Lina : Tu ne veux pas descendre en premier ?

Andrei : Je n'ai pas de flingues sur moi, et je vais me faire cribler de balles si je vais en bas.

Lina : Tu es notre canari de mineur, donc si tu n'y vas pas, je vais t'y pousser à y aller.

Andrei : Tu es vraiment odieuse.

Lina : Je suis une Odieuse Connasse, c'est ce qu'on me dit souvent, et ceux qui le disent ne restent pas assez longtemps en vie pour le regretter par la suite.

Il grince des dents et finit par faire ce pour quoi il est là, nous guider jusqu'au labo.
Les soldats autour de moi me regardent avec mépris, hormis la blonde qui se marre et le crétin qui comprend rien.

Lina : Quelque chose à dire ?

Vagino : Vous intimidez tout le monde à votre travail ? Je n'aimerais pas bosser pour vous.

Lina : Je ne te force pas à le faire.

Géront : Tu...

Lina : Oh toi ta gueule ! Si c'est encore pour me bassiner avec tes conneries de démon ou m’emmerder avec mon manque de poitrine, tu seras le premier à sauter pour montrer l'exemple aux autres.

Fatima : Tu...

Lina : Ça vaut pour toi aussi !

Sam : Pas besoin d'être aussi dur avec eux. On pourrait essayer de faire ami ami après cette mission, autour d'un bon repas, c'est moi qui paye !

Lina : Pourquoi pas, je commence à avoir une faim d'ogre.

Vagino : Comment tu fais pour qu'elle te parle normalement ?

Sam : J'ai une sœur qui lui ressemble un peu donc je sais gérer ça.

Lina : Par contre je t'ai vu faire les poches du russe avant, et je te préviens que si tu fais pareil sur moi, je me chargerai de reprendre ce que tu m'as volé. Je tiens à mon argent.

Sam : Pas de problème.

Popol : Attention !

Des tirs !
Fusils d'assauts à première vu, mais je ne saurai dire que quel modèle ou marque ça vient.
Le bruit provient d'en bas.
Pendant qu'on parlait, la tête écervelé y est descendu sans nous, en compagnie du tenancier.
C'est mauvais ça.
Je descends tout ça pour voir ce qui s'y passe.
Merde...
Le demeuré s'est fait touché, et notre guide est accroupi sur lui, vérifiant sa blessure.
Ils sont à l'angle qui donne sur un étroit couloir d'où vient les rafales.
Bien que je ne peux pas le voir d'ici, je devine que ce sont les autres membres de Crisis.
Ils n'auraient pas pu se faire sauter comme leur chef ?
Ça coûtait peut être trop cher en terme de ressources.
Qu'à cela ne tienne, je le ferai pour eux.
je sais déjà quel sort leur jeter, et là ils pourront se permettre de m'appeler sorcière si ils survivent à ça.
Je m'avance donc d'un pas ferme en commençant à réciter l'incantation.

Lina : Source de tout pouvoir,
Feu cramoisi brûlant vif,
Rassemble-toi dans ma main et deviens un enfer.

Je me met face à l'ennemi, me rendant temporairement vulnérable.
Personne ne comprend pourquoi je m'excuse, les cons.

Lina : Burst Flare !

Une boule blanche, étincellent de rouge écarlate, s'envole vers leur direction, puis dés qu'elle en touche un...
Elle explose, emportant tout sur son passage.
Je me mets vite à l'abris pour ne pas me prendre le retour de flammes, mais pour ceux en face c'est foutu.
Tout leur corps doit être en train de fondre en ce moment même, dévoré par le torrent de feu qui s'abat sur eux.
Quand le nuage disparaît, il ne reste plus que quelques flaques d'eux.
Rien d'autre.
Ce n'est pas pour rien que c'est le plus puissant sortilège de feu qui ne demande pas d'amplificateur de capacités.
Je peux remarque mes camarades bouche bée face à mon attaque, oubliant leur pote blessé.
J'en ai rien à faire de ce qu'ils pensent de ça, il y a plus important en jeu.
Un petit malin a réussi à s'enfuir à temps dans la pièce au bout du couloir.
Sa chance ne durera pas longtemps.
Je m'élance auprès de lui pour ne pas lui laisser le temps de faire un sale coup.
Sur le chemin, je jette mon masque qui n'est plus d'aucune utilité.
Je le vois tenter l'appel de la dernière chance, mais il s'en prend une avant de pouvoir y réussir.
Mes mains s'empoignent à son col et je le fixe bien dans les yeux avec mon plus effrayant regard.

Lina : Dis moi tout ce que tu sais !

Soldat : Pitié, ne me tuez pas !

Lina : Je n'ai pas de pitié !

Soldat : OK OK OK OK OK !! Regarde autour de toi, plusieurs réponses s'y trouvent déjà !

Tiens tiens tiens...
Je fais comme il me dit, en espérant qu'il ne me prend pas pour une idiote.
Des gros tubes en verre, 20 pour être plus précis.
Ils sont vides mais sont encore humides, ce qui veut qu'ils étaient remplis auparavant.
Came fait pensé à plusieurs films de science fiction ça, et en général on met des êtres vivants dedans.
Mais alors où sont les...
Oh...
Je déteste avoir raison.
Un véritable charnier.
Un gros tonneau avec 20 corps humains sans vie, nus, à l'intérieur.
Quelles expériences ont été menés ici ?
Seraient ces disparus dont avait parlé le russe ?
Ceux qui sont revenus chez eux indemnes...
Comment je n'ai pas pu y penser plus tôt !?
Bien sûr que UNIT peut faire ça surtout si il a un coup de pouce venu d'ailleurs !
Il faut prévenir le général bidule en vitesse !

Vagino : Major Inverse !

Oh qu'est ce qu'il me veut l'autre à débouler comme ça et à m'appeler par mon grade !?
J'ai pas le temps pour ça !

Lina : Quoi !?

Vagino : Quelque chose est apparu dans le ciel, et c'est problématique !

Lina : Laisse moi deviner, des aliens ?

il acquiesce.
Fais chier !


Dernière édition par Lina Inverse le Jeu 21 Fév - 18:16, édité 9 fois
Lina Inverse
Lina Inverse
Anciers
Anciers

Messages : 127
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/10/2018
Localisation : Où je suis ! ^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Inside UNIT [Terminée] Empty Re: [FIC] Inside UNIT [Terminée]

Message  Claire Redfield le Ven 15 Fév - 0:04

Norvège; Oslo; Citadelle d'Akershus

Johnny, Johnny Come Home !
...
Pardon, expliquez moi pour cette référence qui date.
C'est que le fait qu'on ait Kirsti et Kjetil qui nous accompagnent on ne sait où, ça m'a fait pensé à ça.
Au moins ça vous met une bonne mélodie dans la tête pour la suite de nos aventures.
Alors là...
Je suis sur le cul.
En effet, après avoir passé moult couloir interminables, nous sommes enfin arrivé dans ce qui semble être un laboratoire où UNIT semble mener de drôles d'expériences sordides. Avec 20 gros tubes contenant ce qui semble être du formol, ou un autre liquide du même genre, où flottent des corps non reliés à un système respiratoire garantissant leur survie.
Ces bassins sont reliés à une grosse machine faite à partir d'une technologie jamais vu encore de mes yeux.
Il y a des trucs qui font bips et qui font flashs, c'est à n'y rien comprendre.
Ce qui m'étonne d'autant plus, c'est la dizaine de scientifiques attelés à ce projet et qui sont hyper concentrés sur ce qu'ils font, ne semblant qu'écouter les ordres d'une bonne femme avec un drôle de masque sur la moitié gauche du visage qui lui sublime si l'on peut dire des cicatrices qu'elle a en dessous.
Il y a aussi quelques soldats en noir, en plus de ceux qu'on a suivi et qui garde désormais l’entrée dans la pièce, afin d'éviter qu'on puisse rebrousser chemin, car je ne suis pas conne. J'ai bien compris qu'ils trament quelque chose de pas sympa ici et que donc ils vont nous faire un long monologue avant de vouloir nous buter.
Åge Wrintzer est là aussi.
Il est bien moins joyeux et jovial que quand nous avons discuté au préalable, révélant son vrai visage qui me ferait limite considérer le Père de Sherry comme un homme plus sympathique que ça. Il discute avec deux tas de ferrailles que je vais essayer de vous décrire avec mon lexique particulier.
Nous avons une grande carcasse de métal de forme humaine qui s'exprime avec une voix presque robotique, avec quelques consonance humaine, ressemblant à celles d'une femme de notre espèce à l'accent latino d'un des pays d'Amérique du Sud car c'est là pas que j'ai déjà entendu ce type d'accent.
Nous avons ensuite un tout autre type de robot, à savoir une sorte de boite métallique avec des petits bras et un œil bleu qui elle s'exprime avec une voix tout aussi machine, bien plus masculine, ainsi que beaucoup plus déraillé et nasillarde que l'autre.
Ça forme un trio de la mort, qui ne plaît ni à moi, ni à l'autre geek à mes cotés.

Quint : J'aime pas du tout ça.

Claire : Joey, tu aimes les films sur les Gladiateurs ?

Quint : Ah elle est bonne la référence, c’est vrai qu'ils ont l'air de faire voler cet endroit aux instruments.

Claire : Tu as déjà vu un monsieur tout nu ?

Quint : Hé là bas, ce serait pas Kareem Abdul-Jabbar, le joueur du NBA ?

Claire : Tu aimes les prisons turques ?

On s'occupe comme on peut en attendant qu'on prêt attention sur eux.
Ce qui se fait enfin, grâce à ce petit coup de pouce.
Le Vilain de chez UNIT vient nous voir en étant de moyenne-bonne humeur si l'on peut dire.
J'aurais presque envie de lui casser les lunettes juste pour l'embêter.

Åge : Vous êtes aux premières loges pour la fin du monde tel que vous le connaissez.

Claire : Vous avez vendu votre cul pour des aliens, c'est charmant.

Åge : Disons que nous avons trouvé un terrain d'entente et que franchement la Terre mérite de meilleurs protecteurs quand on voit ce qu'elle se prend dans la gueule.

Claire : C'est pas comme si c'était notre haute en plus.

Quint : En plus, je trouve qu'on se débrouille encore bien pour la protéger, quand on voit ce qui nous tombe dessus.

Åge : Il y a encore quelques mois je vous aurais, jusqu'à que j’apprenne que le Général Dealer préférait se planquer sous Strasbourg pour éviter un vulgaire météore. Sa lâcheté m'a répugné. Tout ça pour ensuite pouvoir selon lui et ses amis "Reconstruire le Monde" juste derrière. Il n'y a pas besoin de le reconstruire, ma vie, nos vie est ici, il faut juste savoir le protéger.

Quint : C'est moi ou il n'a pas tort sur ce coup là ?

Claire : Je vois avouer avoir moins envie de lui casser les lunettes que de frapper Rob Dealer sans sa tombe.

Åge : C'est comme ça que je me suis lié d'amitié avec Archibald Voncroft qui lui aussi s'est senti trahi par les actions d'Élise Clean qui pour lui a trahi non seulement son peuple, mais sa puissante famille au passage. Il aurait préféré Michael ou Mylène au pouvoir, bien plus sage selon lui. Il aurait même aidé le premier à s'enfuir de l'archipel. Dommage qu'Archi ne puisse pas voir cela maintenant.

Quint : Moi qui pensait me retrouver face à un Gros Méchant à la Disney, je suis déçu.

Claire : Touchée pour la toute première fois, comme une vierge.

Quint : C'est pas Madonna ça ?

Claire : Excuse moi Åge, mais c'est qui la femme là bas ?

Åge : Le Docteur Poison qu'on a fait venir du Danemark où elle bosse en temps normal sous la direction du Colonel Karim. Elle a beaucoup aidé à notre projet, malgré ses bizarreries habituelles. Rajoutons à cela qu'elle a déjà aidé des plans diaboliques par le passé, alors la confiance est à moitié de mise.

Quint : Sinon, c'est quoi votre plan en fait ? J'essaye de mettre tout en ordre mais ça coince.

Åge : Laissons les deux tourtereaux vous l'expliquer.

Il fait signe aux deux engins de la mort de venir, ce qu'ils font.
Je m'attends déjà au pire, mais je suis peut être mauvaise langue.
Je me demande qui est le Dalek sur les deux.
Aucun ne ressemble vraiment à un danger planétaire.

Åge : Je vous présente Ruben et Laura qui sont les icônes du projet.

Claire : J'espère que votre explication quand au pourquoi de ces personnes décédés en terme d’alimentation sera convaincante.

Laura : Désolée si tout cette présentation vous semble un peu rustre, je pense que nous allons devoir nous présenter pour que vous puissiez y voir plus clair.

Ruben : Il vaut mieux que tu commences, comme tu es humaine à la base, ça passera mieux.

Quint : Il ne doit plus trop rester d'hum...

Claire : Chut ! On écoute et après on se concertera pour parler.

Laura : Je m'appelle Laura Pancratt, je suis née à Charleroi il y a 27 ans de cela, et tout allait bien dans ma vie, je tenais même une boutique de fleurs à Marcinelle où je gagnais bien ma vie. Jusqu'au jour où des Cybermen Mondasiens me sont tombés dessus alors que je me promenais aux alentours d'une usine à l'abandon. Ce qu'ils m'ont fait...

Je rêve... ?
Des larmes coulent depuis les orifices se trouvant au niveau des yeux.
Je la crois quand elle dit qu'elle était humaine avant.
Un robot ne peut pas pleurer, ça c'est clair.

Laura : Vous n'êtes pas sans savoir que toutes les espèces de Cybermen suppriment les émotions de leur individus afin d'éviter toute faiblesses, certaines ont donc un vocabulaire limité en contrepartie.

Quint : Je trouve ça con ?

Laura : Les Mondasians ne faisaient pas cela auparavant, ce n'est que très récemment qu'ils se sont mis à le faire. Avant, ils avaient des émotions et la conversion était bien douloureuse à ce qu'il parait.

Claire : Vu que vous avez pleuré, je présume que la votre s'est mal passée.

Laura : En effet, j'ai réussi à me libérer en cours de processus, mais pour mon apparence il était déjà trop tard. Me voyant comme un ratage, ils ont voulu m'éliminer. Heureusement, UNIT est arrivé à ce moment là et m'a sauvé la vie, je leur en remercie.

Åge : Celui qui dirigeait l'équipe qui l'a trouvé ne savait pas quoi faire, car il savait que ses chefs la voudraient morte, donc il l'a confié à moi et mes gars. C'était il y a 6 mois.

Quint : Et l'histoire de l'autre, c'est quoi ?

Ruben : J'étais juste un Dalek de Reconnaissance envoyé sur Terre pour préparer une future invasion, mais j'ai été découverts il y a 5 mois terriens par UNIT et ont tenté de me détruire.

Åge : Mes gars ont juste réussi à le blesser.

Ruben : Quelque chose en moi s'est cassé, ou plutôt c'est ouvert. J'ai ressenti des choses que je n'avais jamais senti auparavant. J'ai tenté de me suicider à plusieurs reprises mais ils m'ont en empêcher. Je pense à présent qu'ils ont bien fait.

Åge : Nous l'avons emmené à la base sans trop savoir quoi en faire.

Ruben : C'est là que nous nous sommes rencontré.

Laura : Ce fut merveilleux.

Ruben : La première fois que je ressentais ce que vous nommez "l'Amour".

Laura : Le coup de foudre.

Quint : Un amour intra-espèce, c'est beau le progrès.

Claire : Mon cœur balance entre le fait que c'est touchant, et le fait que ça ne justifie pas encore ces corps et possibles meurtres engendrés.

Laura : Je comprends votre désarrois, nous aurions voulu pouvoir faire autrement hélas.

Ruben : C'est me seul moyen d'alimenter les machines pour contacter nos peuples respectifs.

Quint : Contacter vos peuples, c'est pas dangereux à faire ? Et dans quel but ?

Ruben : Nous voulons les résonner pour leur montrer que l'abandon des sentiments est une bêtise qui doit être corrigé.

Laura : Nous souhaitons aussi qu'ils accordent leur protection à la Terre, sans chercher à annihiler l’Espèce Humaine.

Niels : C'est du n'importe quoi !

Tiens, cette voix là...
Le Général de UNIT qui était venu avec Lina débarque par la grande porte, suivi de près par la Colonel Pjarstof.
Le premier est en pétard et la seconde est plus que gênée.
Je me demande depuis comment de temps ils écoutent aux portes comme ça.

Niels : Les Daleks et Cybermen ne pourront jamais être raisonné, c'est de la folie !

Åge : Ça tombe bien que vous soyez là, comme ça nous sommes tous au complet.

Tore : A quoi servent toutes ces cuves ?

Laura : C'est le seul moyen que nous avons pour pouvoir contacter nos espèces.

Ruben : Notre machine est alimentée par énergie vitale pour pouvoir envoyer un signal pour qu'ils puissent venir.

Laura : Il faut environs 20 humains en bonne santé pour que cela marche.

Ruben : Celle présente ici sert à appeler l'Espèce Cyberman, et celle qui se trouvait sous l'Hôtel Rascalov aurait servi à faire venir l'Espèce Dalek.

Laura : Nous avons assez de corps à présent pour que ça marche.

Ruben : Nous devrions être prêt à envoyer le signal.

Claire : Il n'y avait vraiment pas d'autres moyens pour le faire ?

Ruben : Non, mon communicateur a été cassé durant la bataille face à UNIT, et pour en créer un, il faudrait que j'ai accès aux ressources de mon espèce.

Laura : Je ne connais pas d'autres moyen de contacter les CyberMondasians.

Claire : Je croyais que tu étais humaine à la base.

Laura : Je l'étais, mais à présent personne ici ne me considère comme des leurs, je ne suis plus qu'une Cyberman.

Quincy : Cyberwoman plutôt.

Claire : Laisse pisser ceux qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez, les plus malins sauront que tu as encore un cœur et que tu sais t'en servir.

Laura : Merci, c'est gentille à vous de me dire cela.

Tore : Attendez ! Non...

Claire : Qu'est ce qui se passe !?

Je vois la meuf en tenue d'été écarquiller les yeux et enfiler sa paire de lunettes pour mieux y voir.
Elle semble reconnaître l'une des personnes dans la cuve.
Une jeune femme, morte comme les autres, lui ressemblant pas mal.
Tore poussa alors un cri et commence à pleurer.
Serait ce !?
Serait ce sa sœur qu'elle n'arrivait pas à joindre ?
Oh merde !
Je me sens mal...

Tore : Karine ! Qu'est ce que vous lui avez fait !?

Åge : Relax Tore, il nous fallait une dernière personne pour l'expérience alors j'ai pensé à...

Tore : Qu'est ce que tu as fait Åge !?

Åge : Ne t'en fais, comme pour les autres, on la remplacera par un Synthétique.

Tore : Je ne veux pas un Snthé, je veux ma sœur !

Åge : Ecoute...

En tentant de s'approcher d'elle, il sem ange un méchant main dans le visage qui pète ses binocles.
Il tombe alors sur les fesses, un peu sonné de ce coup.

Laura : C'était votre sœur !?

Ruben : Il ne nous avait rien dit à ce sujet.

Laura : Mes condoléances.

Tore : Karine...

Niels : Il faut arrêter tout de suite vos plans ! Jamais les Daleks et Cybermen n'écouteront. Ils n'ont pas de sentiments, et vous n'arriverez jamais à le leur en donné avant qu'ils ne nous aient tous buter jusqu’au dernier.

Åge : Tu peux parler ! Tu étais l'un des chiens de Dealer !

Niels : Moi au moins je n'ai pas fait tuer en douce la odeur d'une amie comme le pire des connards. J'ai encore une dignité, et puis je n'étais pas d'accord avec tout cette histoire du Bunker. Je trouvais que c'était une idée de merde et qu'il fallait détruire le météore.

Quint : Pourtant vous n'étiez pas parmi les généraux qui ont pris par à l'assaut du Bunker.

Niels : J'ai préféré le faire depuis l'intérieur, notamment en sabotant nos opérations.

Claire : C'est la balade des traîtres heureux ici.

Tore : Pitié ! Arrêtez tout ça, je vous en supplie !

Ruben : Qu'est ce que nous devons faire Laura.

Laura : Je crois qu'ils ont raison, que ce serait destructeur ce que nous nous apprêtons à faire.

Ruben : Il serait alors plus raisonnable d'aider les Humains de par nous même, d'être les Protecteurs de la Terre.

Laura : J'apprécie ton idée Ruben.

Quoi !?
Une alarme !?
Qui a... !?
Bien entendu...

Åge : Vous m'en voyez navré, mais tous ces efforts ne peuvent être vains.

Enculé.
Je vais lui faire bouffer ses verres.
Claire Redfield
Claire Redfield
Anciers
Anciers

Messages : 363
Réputation : 0
Date d'inscription : 01/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Inside UNIT [Terminée] Empty Re: [FIC] Inside UNIT [Terminée]

Message  Claire Redfield le Ven 15 Fév - 23:57

Je résume pour ceux du fond qui auraient oublier où nous nous en étions resté la dernière fois.
Nous avons :
- Moi, lassée par toutes les trahisons qui se sont révélés en peu de temps.
- Quint Cetcham, qui a une meilleure connaissance cinématographique que moi.
- Le Docteur Poison, silencieuse en arrière plan.
- Åge Wrintzer, un salaud qui ne semble pas le comprendre.
- Niles Bishop, une autre ordure d'un autre genre.
- Tore Pjarstof, agrippée à la capsule de sa défunte sœur.
- Laura, une belge convertie en Cyberman.
- Ruben, un Dalek qui s'est trouvé des émotions.
Tous réuni dans un labo où une lumière violette vacillante vient annoncer le pire.
Le signal a été envoyé.
Le pire reste à prévoir.
Je l'imagine déjà.

Niels : Ça suffit les conneries !

Le Général dégaine alors un Heckler & Koch USP9 et le braque sur le norvégien.
Les soldats présents tout autour de nous réagissent au quart de tour en menaçant la plus haute figure d'autorité ici de leur fusils d'assaut, montrant à qui ils ont juré fidélité. Ça devient tendu d'un coup.

Åge : Tu oublies que tes alliés ne sont pas là pour te venir en aide.

Niels : Bordel de merder, à quoi tu joues !

Åge : Archibald et moi, nous n'étions ni con, ni naïf. Nous avions ce que nous risquions à faire venir les espèces les plus dangereuses de la galaxie sur notre planète. Nous avons donc préparé quelque chose dans le dos des tourtereaux rêveurs.

Laura : Åge, pourquoi ?

Ruben : Il nous a trahi.

Åge : Ne vous en faites pas, vous ne serez pas des victimes collatérales, je me suis attaché à vous.

Claire : Bien plus qu'à la sœur de Tore on dirait.

Quint : Bien envoyé Claire !

Åge : Nous nous sommes rendu compte que nous ne pouvions compter que sur nous même pour protéger cette planète, mais pas avec notre technologie actuelle. Nous avons donc construit pendant ces mois passés un appareil réglé sur les fréquences Daleks et Cybermens permettant de les griller sur des milliers de kilomètres de distance. Laura et Ruben ne seront pas affectés comme elle n'est pas complète et lui est endommagé.

Claire : Ça va être un massacre.

Quint : Les exterminateurs exterminés.

Laura : Oh non.

Ruben : Ils vont être éliminés.

Åge : Voilà pourquoi nous vous avez laissé continuer vos plans, comme vous les faisiez venir, et puis nous les aurions détruit puis nous nous serions servi sur leur cadavres pour voler leur technologies. Malheureusement, à cause d'une vilaine taupe, il faudra se concentrer une seule espèce et sans Archi. Leur sacrifices ne sera pas vain comme nous avions convenu la nuit dernière de les faire revenir en Synthétique.

Niels : Ça fait trop de fois que les Humains de Synthèse reviennent sur le tapis. Tu as prévu quoi après avoir obtenu la technologie extra-terrestre ?

Åge : Créer une armée de synthés pour remplacer les clowns au pouvoir, afin d'avoir des gens plus compétents et sous notre poche pour ensuite créer un gouvernement mondial en passant par l'ONU. Il faut arrêter se s'entre-tuer et s'entre aider pour lutter contre l'envahisseur d'un autre monde !

Quint : J'ai horreur quand un méchant à une motivation cool mais que c'est juste qu'il emploi les mauvais moyens pour y parvenir.

Claire : C'est dur de savoir des fois qui est le vrai méchant de l'histoire.

Niels : Tu ne t'en tireras pas comme ça suceur !

Åge : Oh tais toi un peu !

Le blondinet agacé sort à son tour un Ruger Blackhawk noir et tire un seul coup de .45 dans la poitrine, à notre plus grande surprise. Moi qui commençait à m'habituer à cette mauvaise gueule qui râlait tout le temps, il va me manquer.
L'impact l'a eu instantané, et seuls quelques soubresauts viennent confirmer sa mort.
Ce fut rapide au moins.

Åge : Je ne l'ai jamais apprécié, mais j'aurais apprécié qu'il set aise un peu pour ne pas avoir à faire ça.

Soldat 1 : Que faisons nous d'eux Lieutenant ?

Åge : Emmenez les dans nos cellules, j'ai plus important à faire qu'à être leur nounou.

Soldat 2 : Venez avec nous, maintenant !

Laura : Arrêtez !

Ruben : Exterminez !

Un son signe d'un film de SF résonne dans la pièce.
Un rayon bleuâtre vient frapper le méchant, nous révélant dans un effet vert, son squelette pendant quelques instants, avant qu'il ne tombe sur le sol, apparemment tué sur le coup. Je suis sur le cul, une telle arme mortelle, c'est flippant.
Alors, si on l'applique à une armée entière entraînée pour semer la mort, ça craint.
En tout cas, les soldats corrompus ont les guibolles qui flageolent en voyant ça.

Soldat 2 : On se rend, ne tirez pas !

Soldat 1 : Lâchez vos armes !

Ils obéissent tous et déposent leur armes, voir les lâches pour les plus apeurés.
Même les scientifiques, y compris le Docteur Poison, s'écartent de leur appareils, les mains en l'air.
Mine de rien, la situation vient de passer entre nos mains.
Il y a deux personnes à remercier pour cela.

Claire : Vous nous avez sauvé la mise, merci !

Laura : Tout n'est pas encore rentré dans l'ordre, le signal a attiré un Cyber-Ship vers nous, il actuellement positionné au dessus de la Norvège et surplombe plusieurs villes.

Ruben : J'ai décodé leur message et ils ont prévu d'attaquer, il faut faire quelque chose !

Quint : Nous pourrions peut être... Arg !

Merde, quoi encore !?
Oh bon dieu, manquez plus que ça !
Mon camarade du BSAA s'est fait enroulé par une créature semi humaine, semi serpentine, comme une Lamia.
Sauf qu'il s'agir en réalité d'Åge, toujours vivant si l'on peut dire, qui est ainsi devenu complètement un monstre.
Il est en train de l'étouffer en rigolant, il faut que j'intervienne !
Je sors mon Makarov et...

Tore : Arrête !

Tore ?
Qu'est ce qu'elle fout !?
Elle est trop proche de lui, elle risque sa peau !

Claire : Tore, recule !

Tore : Åge, pourquoi tu fais tout ça !?

Åge : Pour protéger la Terre !

Tore : Tu vas la détruire comme ça !

Åge : Si c'est ce qu'il faut pour la protéger, je le ferai !

Ça sert à rien de discuter avec lui, il n'est plus que l'ombre de ce qu'il était.
Alors déjà qu'il avait des défauts, mais l'instabilité mental dû au virus va en rajouter.

Åge : Je pensais que l'injection 'avait pas marché mais en fait si, il fallait juste attendre que je meurs pour que ça fasse effet. Natalya Vipèra est une brillante inventeuse, je lui reconnais ce mérite.

Claire : Il n'a plus toute sa tête, alors recule avant qu'il ne te tue !

Tore : S'il te plaît, ait encore une once de bon sens en toi et lâche le !

Åge : Je vais le lâcher.

Est ce qu'elle aurait réussi à toucher sa corde sensible ?
Ça me paraît bizarre.
Son sourire...
Quint !
Il lui a craqué le cou cet enfoiré !
Puis le voilà qu'il le lâche.

Åge : Heureuse !?

Tore : Oh non !

Elle sert des poings, tremblotante.
Quint gît non loin d'elle, décédé.
Le pauvre...
Il ne méritait pas ça.
Comment de morts faudra t-il encore aujourd'hui pour que ça s'arrête ?
Elle vient de ramasser l'une des armes jetés au sol par les soldats aux alentours.

Tore : Désolé Åge mais je suis obligé d'en venir à ça.

Ruben : Exterminez !

Le Dalek tente un nouveau tir, je le suis, Tore aussi, et pour finir la Cyberman avec son bars laser.
J'espère que ce feu nourri suffira à le défaire !
Tant qu'on a pas un Birkin 2.0, ça devrait aller !
Allez, allez !
J'ai presque plus de balles !
Mon chargeur est vide, eux aussi se sont arrêter de l'arroser.
Toujours debout !?
Il continue de sourire en plus, avec ses longues crocs venimeuses apparus dans sa bouche.

Ruben : Nos attaques ne lui font rien !

Åge : Je vais commencer par toi  et t'envoyer rejoindre ta sœur !

Il lui crache dessus !
Elle a tenait d’esquiver mais ça a touché son bras !
Putain, c'était de l'acide !
Le fils de pute !

Tore : AAAAAHHHHHH !!! MON BRAS !!!

Soldat 1 : Faut faire quelque chose !

Soldat 2 : Reprenons nos armes et incendions le !

Åge : Vous me faites pitié, je n'aurais jamais dû vous faire confiance !

De nouvelles salves tentent de le traverse mais rien n'y fait !
Peu importe la partie touchée, il semble blindé ce con !
Il ouvre grand sa bouche !
Il regard vers Tore !
Il va tenter de la mordre !
Elle est vulnérable, je vais la sauver !
Je vais y arriv...
AAAARRRHHHHHHH !!!!!
MMMMEEEEEEEEERRRDDEE !!!
AAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHH !!
ARG !!
Mon dos !
Je... je... je ne peux plus... me relever...
Ma tête tourne...
Tout tremble...
Est ce juste moi... ?
Je n'en ai pas l'impression...
Le Lamia s'est pris un truc...
Ça traverse son torse...
Tant mieux...
Qu'il crève...
...
Claire Redfield
Claire Redfield
Anciers
Anciers

Messages : 363
Réputation : 0
Date d'inscription : 01/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Inside UNIT [Terminée] Empty Re: [FIC] Inside UNIT [Terminée]

Message  Lina Inverse le Jeu 21 Fév - 18:06

Norvège; Stavanger-Oslo; Vaisseau Cybermen

Là, ça va chier sévère.
Une immense vaisseau avec deux anneaux circulaires est apparu dans le ciel.
Ce type d'infrastructure me dit quelque chose mais honnêtement, j'en ai rien à battre.
Je vais juste me charger de les descendre ces fumiers !
Là, je suis actuellement aidée par une présence ailée pour atteindre la bonne distance pour pouvoir être sûr de les toucher. Il s'agir d'Ailein, l'autre meuf du BSAA, qui serait un ange en réalité de ce que j'aurais compris, et comme elle aussi aime bien quand ça pète, elle s'est proposée de m'aider à atteindre mon objectif.
elle a donc laissé son équipe à l'Hôtel et s'est envolée en me tenant par la taille, direction la stratosphère.
Je sais déjà quel sort utiliser pour eux.
Il faut juste que je sois assez proche pour l’exécuter.

Lina : il faut que je sois plus proche !

Ailein : D'accord ! Tout va bien pour l'oxygène !?

Lina : Ça va, je ne me suis pas encore évanouie !

Ailein : Tu es sûr que ton sort va marcher !?

Lina : J'espère car après je serai à court d'énergie !

Ailein : Tu n'as pas de sorts plus puissants ?

Lina : Oui, mais il y a un un qui ne sert que pour un ennemi unique, et l'autre peut détruire l’univers alors que je ne l'utilise qu'en dernier recours contre de très grosses menaces, comme les Daleks ou des Démons.

Ailein : C'est mon frère qui va être ravi de l'apprendre, hé hé !

Lina : Au pire, si ça marche pas, tu t'en occuperas je pense !

Ailein : Ouais, des robots tueurs, je pense que je peux gérer ça !

Lina : Arrête toi là, la distance est suffisante !

Ailein : Ça marche !

Nous nous arrêtons.
Je peux désormais incanter sans soucie.

Lina : Ténèbres au-delà du crépuscule,
Pourpre au-delà du sang qui coule,
Enfoui dans le flux du temps,
En ton noble nom, je m'engage aux ténèbres,
Que tous les imbéciles qui se tiennent sur notre chemin soient détruits,
Par le pouvoir que toi et moi possédons...

Une boule d'un feu démoniaque s'est formé entre mes mains.
Ils ne savent pas ce qui leur attend.

Lina : DRAGON SLAAAAAAAAAAAAAAAAVE !!!

Je leur envoie une décharge brûlante dans la gueule, s'écoulant sur la parois de leur vaisseau.
Toute l'énergie orangée finit par s'y accumuler et former une énorme sphère qui englobe la totalité de leur engin, tuant tout ce qui se trouve à l’intérieur en moins de temps qu'il faut pour les insulter. Ce spectacle se termine sur une explosion jaune qui disperse les morceaux restants de l'épave dans toutes les directions.
C'est beau à voir.
Par contre, j'ai bien l’impression qu'il y a des bouts qui retombent sur Terre.

Ailein : Tu crois que ça va faire du dégât en bas !?

Lina : Sûrement !

On va encore m'engueuler à cause de ça, alors que je viens tout de même de leur sauver la vie.
Ils ne sont jamais reconnaissant.


Dernière édition par Lina Inverse le Ven 22 Fév - 15:33, édité 3 fois
Lina Inverse
Lina Inverse
Anciers
Anciers

Messages : 127
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/10/2018
Localisation : Où je suis ! ^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Inside UNIT [Terminée] Empty Re: [FIC] Inside UNIT [Terminée]

Message  Lina Inverse le Ven 22 Fév - 12:57

1 Novembre 2018

Suisse; Genève; Siège Mondial UNIT

Me revoilà à mon point de départ.
Assise devant le conseil de discipline, entourée par les gens qui le composent.
Teubée, Sympa, Fiston, Papa, Coincé, Stressée et Bidule sont là.
Seul Grincheux n'est pas là, comme il a péri alors que m'occupais de sauver le monde.
Son siège est donc vide.
Je suppose qu'ils vont encore m'engueuler.

Fiston : Major Inverse, de nombreuses personnes ont péri dû aux chutes des morceaux du Cyber-Vaisseau que vous avez détruit, y compris celle du First-lieutenant Åge Wrintzer. Néanmoins d'autres vies ont été sauvées, y compris celle de Claire Valentine de TerraSave qui se remet du puissant poison qu'elle a contracté et qui lui a été enlevé à temps, dans un hôpital à Oslo.

Papa : Vous avez sauvé le monde entier.

Fiston : Nous nous sommes concerté et nous avons conclu que vous méritiez d'être promu Major-général afin de remplacer Niles Bishop qui n'est plus parmi nous.

Lina : Vraiment !?

Teubée : La Force est en toi Luke.

Sympa : Tes pouvoirs seront bénéfique pour protéger tous les habitants de la Terre.

Coincé : Je suis obligé de le reconnaître.

Stressée : Moi aussi.

Bidule : On peut dire que tu es une Protectrice de notre Planète Bleue.

Lina : Bientôt Présidente de la Terre, je le sens !

Bon bah finalement c'est cool !
Je vais pouvoir ainsi aider Mike.
Mais d'abord au lit, car vous ne le voyez pas mais il est déjà minuit passé.
Comment ça ?
Les autres personnages ?
On s'en fout d'eux !
Vous les reverrez un jour pour savoir ce qu'ils deviennent, ou pas.
Allez bye !
Lina Inverse
Lina Inverse
Anciers
Anciers

Messages : 127
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/10/2018
Localisation : Où je suis ! ^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Inside UNIT [Terminée] Empty Re: [FIC] Inside UNIT [Terminée]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum