[FIC] Endgame [Terminée]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

[FIC] Endgame [Terminée] Empty [FIC] Endgame [Terminée]

Message  Kenzie Dodgera le Jeu 6 Juin - 20:11

14 Juillet 2019

Etats Unis; Jersey City; Downtown; Siège Roxxon Armament

Vous vous attendez à ce que je vous narre l'histoire d'aujourd'hui de façon ordinaire ?
Vous allez être surpris car ce n'est pas le cas.
En effet, pour une fois, je vais impliqué personnellement dans l'intrigue du jour ?
Pourquoi ?
Parce que je me fais chier.
Pour quoi ?
Pour m'amuser.
Allez, vous allez voir, ça va être drôle ! ^^
Bien évidemment je vais jouer prudemment avec l'Histoire pour ne pas trop y interférer.
Voilà pourquoi je vais délaisser mon enveloppe immatérielle pour en prendre une plus matérielle.
Là, vous devez vous demander quel sera mon rôle exactement.
Sinon, vous pouvez vous barrez de cette fic.
Hé bien je vais vous répondre à vous lecteurs et lectrices, curieux et curieuses !
Je vais être l'un des méchants de l'histoire !
Il y en aura quatre en total puisqu'à coté de ça nous aurons 4 gentils.
Je vais vous décrire qui sera forcé de m'accompagner pour cette voie.
Il y a :
1) Ahah Merde, le célèbre scientifique timbré ayant collaboré avec Hydra et qui avait été ressuscité par sa petite amie afin de continuer ses sombres projets faisant passer les Nazis pour des petits joueurs à coté.
2) Un Dalek Supreme, c'est à dire commandant des opérations sous la tutelle de l'Empereur, que je surnommerai Metaltron car c'est plus classe et ça met en valeur cette carcasse de métal qui réfléchit plus que ses confrères.
3) Peter Scarborough, le PDG d'une succursale de la Roxxon Corporation, dont nous occupons les locaux en ce moment même et qui est prêt à tout pour assurer sa position dans la hiérarchie, comme tout mauvais patron ultra-capitaliste qui se respecte.
Mettons un peu de shoegazing pour ambiancer cette rencontre arrangée par moi.
J'ai décidé de les réunir dans le bureau du haut placé dans de l'entreprise, afin de plus de convivialité.
Même si moi je suis heureux de pouvoir m'éclater un peu, ce n'est pas forcément le cas de tout le monde ici, sauf l'autre fous, mais lui il est toujours hilare donc ça ne compte pas.
Un peu de gaieté de cœur serait des bien venues.
Je fais le tour de chacun en me promenant afin de mieux les cerner.
Peter est assis à sa place, en même temps c'est un peu chez lui, tout en me jugeant du regard.
Metaltron hésite à nous tuer froidement comme n'importe lequel des individus de son espèce.
Ahah...
Hum bref, je vais enfin pouvoir leur expliquer pourquoi ils sont tous ici, ainsi qu'à vous mes lecteurs.

Narrateur : Je sais que vous voulez tous les trois être les maîtres de ce monde, mais il y a un mais dans l'histoire.

Ahah : Mmmmeeeehhhh !!!

Narrateur : Les Avengers.

Ahah : PÉDÉS !

Narrateur : Je connais le moyen de les vaincre...

Ahah : Comme les Allemands en 40 !

Narrateur : Ainsi que de devenir des Dieux.

Ahah : Je suis Belge et vous embrasse la bière !

Narrateur : Qu'en pensez vous ?

Ahah : J'en pense que...

Peter : En quoi êtes vous quelqu'un digne de confiance ?

Ahah : Je...

Peter : Vous débarquez de nul part, et vous arrivez par je ne sais quel miracle à nous réunir dans mon bureau.

Ahah : Blabla...

Metaltron : Impossible de le sonder. Il n'est pas humain. Il est...

Ahah : Un gros...

Narrateur : La forme de vie originelle, née du Big Bang en lui même.

Ahah : Je peux parler !?

Peter : Vous ne faites que ça depuis tout à l'heure.

Ahah : Ouais sale petit frisé à lunettes que tu n'es pas ! J'adore parler, la preuve la première chose que j'ai dit à ma naissance, c'est de parler, et puis ça ne m'a jamais quitté ! Alors on pourrait se mettre autour d'un bon feu de camp pour siffler de la bite avant d'al...

Narrateur : Je crois qu'il est temps de montrer l'étendu de mes pouvoirs.

Ahah ne parlera plus de tout le chapitre.
Peter porte désormais un tutu rose.
Metaltron a à présent une voix fluette.

Narrateur : Constatez.

Aucun n'apprécie ma démonstration, ce qui est logique.
Personne, hormis la Famille Manson, n'aime être privé de son libre arbitre, même pour un court instant.
Le scientifique néonazi tente de se lever avec ses jambes pour se planter dans le sol, faute d'habitude de marcher.
La patron machiavélique met ses deux mains ensemble en se tapotant les doigts, prenant un temps pour réfléchir.
L'extraterrestre psychopathe démontre pour la première fois ce qui pourrait s'apparenter à de la peur.
J'ai l'impression qu'on me prend beaucoup plus au sérieux d'un coup.

Narrateur : Vous aurez tout à gagner à accepter de collaborer avec ma personne.

Metaltron : Je vais demander à ma flotte de vous anéantir ! A la gloire des Daleks !

Narrateur : Oh pourtant je sais que vous ne le ferez pas, car vous avez toujours rêvé d'usurper la place de votre empereur, vous jugeant plus légitime pour diriger ceux de votre espace. Vous avez de meilleurs plans que lui qui pourraient vous permettre de conquérir l’univers tout entier, si un fin stratège comme vous était au sommet.

Metaltron : Vous ne pouvez pas le savoir !

Narrateur : Je sais beaucoup de chose. J'ai pu observer tant de choses au cours de ces milliards d'années d'existence, les raconter à ceux qui veulent les attendre, et très rarement, m'impliquer dedans. Vous pouvez m'appeler le Narrateur.

Peter : Si je fais parti de l'équation, alors vous devez aussi savoir ce que je veux.

Narrateur : Détrôner les Rois de l'Armement, tels Armacham, Hammer ou encore Lockheed Martin.

Peter : De nos jours, vous devez suivre le rythme des Jones. De même que ceux que vous avez cité.

Il se lève après sa phrase et contourne son bureau pour venir ma tendre la main.

Peter : Avec un grand pouvoir vient encore plus de pouvoir.

Je la lui sers, scellant son engagement dans mon projet.
On dirait que j'ai réussi à avoir l'un deux dans ma poche, reste plus qu'à voir avec la machine à flipper et la larve se tortillant au sol.
Je lâche cette prise pour me tourner vers eux.

Narrateur : Vous êtes partant aussi ?

Metaltron : Donnez moi votre plan, et je m'aviserai ensuite.

Je tape des mains, fier de pouvoir enfin tout leur expliquer.
Suivez bien pour ne pas vous perdre !

Narrateur : Vous n'aurez pas grand chose à faire de votre coté, surtout au début. Je m'occuperai de faire venir les éléments les plus importants des Avengers au New Jersey afin d'ensuite les neutraliser en un claquement de doigt, façon Thanos. C'est pour la suite que vous devez être attentif si vous voulez gagner votre part du gâteau.

Peter : On vous écoute.

Narrateur : Je vous emmènerai chacun d'entre vous dans un autre monde créé de mes mains où vous aurez ce que vous avez toujours voulu avoir. Ahah, tu auras la direction du Quatrième Reich avec tout l'attirail qui va avec. Peter, tu seras le Grand Directeur de la Plus Grosse Entreprise au Monde, pas seulement de l'armement.

Peter : Je n'aime jamais apprécié le nom d'Hugh Jones

Narrateur : Et toi Dalek, tu seras le nouvel Empereur de ta race pur.

Metaltron : Ne nous prenez pas pour des idiots, il doit y avoir un "mais".

Narrateur : Il faut faire vos preuves pour garder vos bébés entre vos mains.

Metaltron : Quelles preuves ?

Narrateur : J’enverrai un seul Avengers dans chacun de vos mondes, donc trois au total, pour que vous finissiez par vous affronter. Vous gagnez, vous garder votre bout. Vous perdez, ils reviennent ici victorieux. Je n'ai pas fait inutilement compliqué. Je laisse juste une chance à chacun de gagner, pour le spectacle.

J'ai pipeauté sur certains trucs.
A vous de découvrir sur quoi. ^^

Narrateur : Êtes vous partant ?

Peter : Je ne change pas d'avis, surtout que l'offre est encore plus intéressante à présent.

Metaltron : Les Daleks vont revivre leur heure de gloire grâce à moi !

Monsieur Merde approuve de la tête, toujours par terre.

Narrateur : Bien, appelons les Gentils alors !

Autre chanson pour clore ce chapitre sous une bonne ambiance.
La suite au prochain épisode !


Dernière édition par Kenzie Dodgera le Jeu 20 Juin - 23:45, édité 4 fois
Kenzie Dodgera
Kenzie Dodgera
Arrivants
Arrivants

Messages : 33
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/04/2019
Localisation : Dans ton cul. ^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Endgame [Terminée] Empty Re: [FIC] Endgame [Terminée]

Message  Clara Lille le Dim 16 Juin - 23:20

Jersey City; Communipaw; Lafayette Park

La chaleur insoutenable de cet été bien présent cache des ombres qui se veulent menaçantes.
Toutes m'appartiennent.
Ma diversion fait son petit effet.
Elle a consisté en l'apparition soudaine de Smourbiff, créature à la Pokémon tirée de l'Univers d'Olydri, un peu partout dans ce jolie coin de verdure. Tous les passants lucides se sont enfuis, tandis que les autres restaient là à filmer ces mignonnes boules de poils, alors que la JCPD a fait son apparition pour encercler la zone afin de préparer le terrain à ceux qu'on appelle toujours dans cette situation.
Les Vengeurs d'aucun lacs.
Je suis sûr que certains ont pensé à d'autres solutions, mais en ce moment c'est celle qui est à la mode.
Déso pas déso, vous avez perdu.
Alors que leur moyen de transport, le Whiteturtle, arrive au loin, j'ajoute la sonorité d'un vieux générique des années 80 afin de rajouter du piment à la scène. Les gens hallucinent en voyant ça et sont trop contents de voir ces supers héros intervenir chez eux, sachant qu'en temps normal ils préfèrent squatter leur ville voisine un peu trop connu, à savoir New York City pour les nuls en géo.
Le gros avion s'arrête au dessus de petit champ de verdure, affublé de bancs, pour entrer en mode stationner à la vue de ces petits points colorés qui se déplacent au sol. Allons voir à l'intérieur de ce bolide de l'air pour y retrouver quelques têtes connues vêtues de leur tenues de combats qu'on a encore jamais vu jusqu'à maintenant.
La Fières Tête de Dieu du Groupe fait face à ses troupes qui sont loin d'être au complet, les autres étant soit restés à la base pour pouvoir intervenir ailleurs si besoin, soit occupés avec leur autre vie quand ils en ont une.
Haruhi Suzumiya, la bouche ouverte avec son sourire des bons jours, est habillée en Taureau de couleur orange.
Leon Kennedy, croise les bras en écoutant attentivement, tout en portant une armure Serval avec couleur brun cachou.
Gilbert Montagné, toujours de bonne humeur comme en 40, est vêtu façon Poisson Clown vert épinard.
Shiho Miyano, toujours aussi discrète mais plus gaie de visage, a comme totem le Guépard rouge grenat.
Lucy Dodgera; triturant sa tronçonneuse en essayant de piger le briefing, en Chat bleu céleste.
Ophelia Sarkissian, se grattant le sein gauche sans gêne, accoutré d'un costume de vipère vert véronèse.
Tsuruya Kudō, trépignant d'impatience face à un peu d'action, habillée en Lynx couleur vert bouteille.
Albert Wesker, sentant ses tripes l'appeler à faire ses besoins dans peu de temps, paré comme un Caca noir.
Clara Lille, assise à sa place devant un panel d'écrans affichant les cartes de la région, ainsi que le visuel des caméras de sécurité du parc, qui... est habillée normalement car elle fait parti de ceux qui ne vont pas au front, donc ils n'en ont pas besoin.
Tout ce petit monde, au chiffre de 9 sur un nombre total de 29, écoute la figure autoritaire devant eux leur rappeler ce pour quoi ils sont là, un peu comme un Sergent Hartman aux Balls non visibles au premier regard.

Haruhi : Alors les garces, on se débouche un peu les oreilles et on écoute ce que Bibi a à vous dire !

Leon : On écoute la dame pour ne pas l'énerver.

Shiho : J'essaye, mais je dois avouer que j'ai plus envie de rire qu'autre chose.

Tsuruya : Ah bah je vois que le petit temps passé avec ma sœur a porté ses fruits !

Gilbert : Ma femme à le plus beau sourire de toute la galaxie, elle rendrait jalouse la Lune !

Albert : J'ai pas compris le lien avec son sourire !

Clara : C'est une métaphore.

Albert : UNE QUOI !!!???

Lucy : T'inquiète pas, fais comme moi. Si il y a un truc que tu comprends pas, t'as qu'à dire "C'est pas faux", et tu verras, ça marchera. J'ai chipé cette botte secrète à Perceval.

Albert : QUI !!!???

Lucy : P'tain mais même moi je trouve que t'es un cas social Alby !

Gilbert : Depuis quand elle l'appelle Alby ?

Shiho : Je ne sais pas.

Ophelia : Est ce que j'ai déjà entendu Shiho rire ne serait ce qu'une fois ?

Tsuruya : T'en es encore à ça ? Oh la la, ce qu'il y a dans ta poitrine n'est pas dans ta tête.

Leon : Haruhi, je me charge de calmer les enfants ou tu t'en occupes ?

Haruhi : Laisse, je sais m'y prendre.

Elle prend l'homme classe aux lunettes de soleil, lui fout un coup de genou dans les valseuses en guise d'exemple puis fait un gros "Hum hum hum !" bien fort pour rattirer l'attention sur elle, alors que la scatophile est en PLS, un peu comme Ahah Merde dans le chapitre précédent.

Haruhi : Il y a même pas une demi heure de cela, on nous a signalé l'apparition d'étranges créatures chelous dans le parc en dessous de nous...

Lucy : Des Smourbiff.

Haruhi : Si tu le dis.

Lucy : Purée, Noob c'est quand même un classique ! Corin Nemec et Nicholas Brendon ont même joué dedans.

Haruhi : J'ai encore le droit de ne pas l'avoir regardé.

Lucy : Non.

Haruhi : Enfin bref, la mission devrait être assez facile, bien qu'on ait aucune idée de comment ils ont pu débarquer ici. Et avec les dernières mesures prises par l'ONU, c'est dur d'en apprendre plus.

Gilbert : J'ai une question.

Haruhi : Quoi Gilbert ?

Gilbert : Pour est ce qu'on porte ces armures aujourd'hui ?

Haruhi : Tu ne vas pas recommencer !

Gilbert : Quand on est parti sauver le monde de ton double, on en portait pas.

Haruhi : Je t'ai déjà dit mille fois que c'était une erreur, et qu'on aurait pu éviter un génocide si on les avait mis ! Quand est ce que tu vas piger ça !?

Gilbert : Jamais, c'est drôle de te voir t'énerver !

Lucy : Trop !

Haruhi : Bon, si vous n'avez plus de question, je pense que...

Narrateur : Vous ne m'avez pas laissé m'exprimer.

A ces mots, deux tiers des personnes présentes dans l'avion s'endorment.
Albert se chie dessus au passage.
Tsuruya se cogne la tête contre un mur.
Clara pose sa tête contre son clavier en mastiquant un peu de la bouche.
Gilbert tombe dans les bras de sa bien aimée.
Lucy dans ses ceux de sa dulcinée.
Et Leon est obligée de se jeter pour rattraper l'élue de son cœur.
C'est assez mignon à voir, je dois vous l'avouer.

Narrateur : Enchanté de vous rencontre enfin.

Je peux vous dire que les regards qu'ils m'adressent ne sont pas tendres.
Normal, le contraire aurait été décevant.

Shiho : Qui êtes vous ?

Leon : Comment êtes vous entré ici ?

Ophelia : Pour quoi est ce que je ne vous péterai pas la gueule là maintenant ?

Narrateur : Calmez vous deux secondes, le temps que je puisse me présenter.

Ophelia : Tu as 5 secondes pour commencer à parler.

Narrateur : Je suis le Narrateur, ou la Narratrice, c’est vous qui voyez.

Ophelia : Tant qu'on part pas en écriture inclusive.

Narrateur : Je suis la plus vieille forme de vie de l’univers, et certainement la plus puissante. Je suis les vies de ceux venus après moi ,tels que vous, dans un ordre pas vraiment chronologique. Je sais donc qui vous êtes, Shiho Miyano, Leon Scott Kennedy et Ophelia Sarkissian.

Shiho : Vous ne seriez pas un cousin de Pinoulelapin.

Narrateur : Qui ?

Shiho : Vous ne savez pas tout on dirait.

Narrateur : Je n'ai jamais prétendu le contraire. Je sais dans de choses sur l’univers que j'occupe, mais dés que l'on part ailleurs, je m'y connais moins. Je n'ai pas lu les actions que vous avez faites en Mai dernier pour sauver le monde parallèle en déclin. Peut être qu'il existe, ou existait là bas un équivalent à ma personne.

Leon : Le melon est gros.

Narrateur : Maintenant que je me suis présenté, vous allez pouvoir vous reposer un peu.

Ils tombent comme des mouches sous le coup de la fatigue, finissant avec leur moitié visage collé contre celui de l'autre moitié. Ils sont encore plus beaux comme ça, leur tendre visages en sommeil qu'on rêverait de prendre dans ses mains pour pouvoir les caresser rien qu'un peu.
Je ne ferai rien ne vous en faite pas.
La tentation ne m'a jamais tenté.
A la place, je vais les em...

Jackie (Radio) : Avengers, je vous attends en bas. Ne tardez pas. Ceux qui jouent avec la patience d'Estacado ne restent pas en vie longtemps pour pouvoir s'en réjouir.

Tiens, je ne savais qu'il était là lui.
Que de belles surprises !
Cependant, il va devoir attendre longtemps.
Juste le temps de voir si nos trois amies vont réussir leur défis.
Clara Lille
Clara Lille
Anciers
Anciers

Messages : 124
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Endgame [Terminée] Empty Re: [FIC] Endgame [Terminée]

Message  Kenzie Dodgera le Mar 25 Juin - 21:41

Océan Atlantique; Île Renmen

Encore...
J'ai l’impression de vivre souvent ça cette année.
Ma faire enlever.
Le quotidien d'une vraie princesse.
Disney serait content.
Entre la fois où j'ai fini dans ce monde de barges avec Masumi et Damien, et l'autre coup avec Maxime Moulin.
Merci à ma mémoire pour avoir garder une note pour ces noms.
Masumi...
Je me demande ce qu'elle devient elle.
J'espère qu'elle a pu régler son triangle amoureux.
La tête qu'avait son homologue quand je lui avais raconté ça.
Une tronche épique.
N'empêche, j'ai encore dû mal à croire que là d'où vient Damien, je fais parti de l’univers de Detective Conan.
Punaise...
Quand tu sais que moi et Gilbert on adore copier ce dessin animé que j'ai connu durant ma première vie.
Il faudrait que je retourne dans le monde de Damien, enfin de Maxime, celui moins pourri que notre Moulin.
Je pourrais ainsi voir toutes les différences avec le DC de notre univers.
J'emmènerai Gillou avec moi.
Ouais, je l'emmènerai...
Pour cela, je dois d'abord me débrouiller pour me réveiller.
J'en profiterai aussi pour faire une collaboration avec Disney.
En espérant qu'ils n'essayent pas de racheter les Montagné Production.
C'est clair que la qualité des films changera si ça se produit.
Nos chefs d’œuvres.
Il n'y aurait jamais eu de biopic sur Lady Diana avec eux à notre tête.
Surtout avec Sarah Michelle Gellar en tête d'affiche.
...
Je crois que je commence à revenir à moi.
J'entends quelque chose.
C'est loin.
Trop loin...
Attends...
C'est....
C'est notre chanson de mariage !
Oui, c’est bien elle.
Je suis heureuse de la réentendre.
A chaque fois qu'elle passe, c'est comme si les meilleurs moments de ma vie avec Gilbert revenaient en boucle pour m'accompagner dans une danse.
Je me sens sereine...
Ouais...
Je me rappellerai toujours de ce jour, même quand je deviendrai gâteuse.
Notre union sur l'Île de ma Renaissance.
L'Île Renmen.
Ai Haibara.
Amour.
Ma clef de bras qui a scellé ce moment à jamais inoubliable.
Si on doit prendre notre retraite un jour, ce sera là bas.
Dommage que Zarick...
Je sais qu'il avait déjà bien vécu mais...
Maudit Civet de Lapin !
Heureusement que tu sois détruit sinon je m'en serai chargée moi même !
Je pourrais encore m'occuper de ce Narrateur Androgyne.
J'espère...
Il est très puissant, ce sera pas simple à faire.
Cependant, j'ai vu pire.
Ma relation avec Gin.
Le Nouvel An 2017.
Mon Pacte avec Akeno.
La Bar Mitzvah de...
Oubliez.
D'ailleurs cette odeur que je sens là.
Celle du sable chaud, de la mer au loin et de poivre fort.
Je la connais que trop bien.
Pourtant quelque chose cloche.
Je ne peux pas être là bas.
Je ne peux pas être avec lui.
Comment cela se fait ce ?
Je ne dois pas avoir peur.
Il doit bien y avoir une explication raisonnable et scientifique derrière cela.
Ce type là a dû me faire quelque chose.
J'hésite à ouvrir les yeux.
Cet parfum agréable me rappelle une grande partie de ma seconde vie.
Seul avec mon père.
Enfin mon beau-père.
Bien que j'ai plus passé de temps avec lui qu'avec mon vrai père.
Des moments uniques qui me faisaient oublier le fait d'être enchaîné pendant quatre longues années sur une île isolée des Antilles.
Seule au monde...
Sans lui, ça aurait été le résumé de ma vie.
Grâce à lui, j'ai pu vaincre mes tortionnaires, mon ex et même retrouver ma famille.
Gilbert aurait de quoi être un Sacré Prophète.
Mieux que Jésus.
Je l'aime, je l'adore.
Je lui fait confiance, il me fait rire.
Que demander de plus ?
Je sais aussi que je suis tout pour lui.
Il en a mis du temps à s'en rendre compte.
A cause de son très court mariage avec Suzanne Cordasi.
Sa meilleure amie avant moi, et qui le connaissait depuis l'enfance.
J'aurais aimé la rencontrer...
...
C'est ce fameux rêve prémonitoire qui a fait que Gillou face enfin son deuil définitif.
Il parait qu'il m'a vu mourir impuissant dedans.
Le pauvre...
Désolée...
...
...
Je devrais ouvrir les yeux.
Jouer à la Belle aux bois dormant n'est pas bon pour ma ligne.
Au mieux je gagnerai un baiser, au pire je me ferai défoncer à en avoir des mômes.
Allons y.
Arh...
Le soleil.
Je m'en rappelle, c'est bien celui de mon ancienne demeure.
Toujours aussi dur, que ça soit avec les nouveaux ou les habitués.
Il ne s'en lasse jamais, mais on fait avec.
Encore, je préfère ça que quand il y a les temps de pluies.
On a déjà eu des ouragans de folie déjoués de peu par mon sorcier protecteur.
Il m'a toujours défendu, face aux nombreux danger que j'ai eux.
Même face aux Corbeaux.
J'ai toujours été sa fille pour lui.
Je suis content qu'il ait pu rencontrer mes vrais parents avant sa mort.
Ainsi mes Akemi.
Ma sœur.
Et ma fille.
Les deux sont ensemble, en train de jouer avec Kenzie.
Elles s'entendent déjà bien comme si elles même étaient sœurs.
Espérons que ça reste de même pour le futur.
Enfin bon...
Observons un peu les environs.
...
...
...
Je suis bien de retour chez Zarick.
Allez savoir par quelle coup du stylo du Narrateur cela se fait.
En plus, même mes habits sont différents.
Je porte un haut court sans manche et pantacourt, le tout en lycra.
A mes pieds que ces pervers d'Ophelia et Maxime rêvent de lécher, se trouvent une paire de tongs noires à lanières blanches.
Une vraie tenue d'été, que je n'ai pas l'habitude de porter.
Je ne cours pas après cette élasticité digne des athlètes de sport.
Au moins, je ne porte pas de talons.
Je hais les talons.
Ça fait mal aux chevilles.
Navré pour ceux qui ont ce fétiche.
Pffff, comme si il y avait des gens qui écoutaient mes pensées.


Zarick : Shiho, tu es réveillée ?

Cette voix...
C'est bien lui.
Comment... ?
Tu es censé être....


Moi : Papa !

Je le vois arriver de la cuisine, souriant.
Vivant.
Toujours debout, s'approchant de moi avec sa démarche naturel et bienveillante.
Je...
Je ne pe...
Je ple....
Zarick !


Moi : Zarick !

Zarick : Shiho ? Qu'est ce que tu as ?

Moi : Tu m'as manqué !

M'en fout !
Je me jette dans ses bras !
Je veux à nouveau sentir cette chaleur corporelle qui m'a accompagnée pendant tant d'années !
Quand j'allais au plus mal...


Zarick : Manqué ? Mais enfin ma petit canne, tu es auprès de moi depuis près de 20 ans. Comment est ce que je pourrais te manquer ?

Moi : 20 ans ?

Zarick : Je sais que tu veux toujours rejoindre le monde extérieur mais comme je te l'ai déjà expliqué, c'est trop dangereux depuis que ces fascistes ont pris le pouvoir sur le monde entier.

Rien ne colle.
...
...
Je ne suis pas dans mon monde.
Encore une fois...
Kenzie Dodgera
Kenzie Dodgera
Arrivants
Arrivants

Messages : 33
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/04/2019
Localisation : Dans ton cul. ^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Endgame [Terminée] Empty Re: [FIC] Endgame [Terminée]

Message  Ophelia Sarkissian le Jeu 27 Juin - 20:05

Hongrie; Budapest; Danubius Hotel Gellért

...
...
Laissez moi dormir bordel.
Je dors pas beaucoup en ce moment.
De mauvaises nuits.
J'ai des périodes comme ça où mon enfance revient me frapper en pleine gueule avec virulence.
Être juive dans l'entre deux guerres, ce n'était pas l'idéal.
Né en 17 à Leidenstadt, comme le dirait l'autre.
Goldman Sachs.
Attends...
...
Non, Jean-Jacques Goldman je veux dire.
Bon après là c'est du concret, pas juste l'hypothèques de personnes qui ne l'ont pas ou que peu connu.
Je ne souhaite à personne de vivre un tel conflit.
Jamais.
Que ça soit la Première avec ses tranchées nauséabondes, saupoudrés de moutarde.
Que ça soit la Seconde avec ses camps, ses divisions blindés, ses bruits de bottes.
Que ça soit l'Indochine, le Vietnam, sous une pluie de napalm, pour ne rien gagner.
Que ça soit celle actuelle, contre le Terrorisme Islamique, qui finira en croisade.
Même un duo avec Renault ne saurait en parler assez justement.
Enfin Renaud je veux dire.
J'ai déjà vu un ami se prendre une giclée de phosphore blanc.
Sa peau qui se transforme en acide, puis le voir crever à la manière d'un film Indiana Jones.
Le point commun des deux histoires ?
Outre la fondue, ils étaient tous les deux nazis.
Juive et Troisième Reich, ça semble incompatible, pourtant j'ai été des deux.
Merci Schmidt.
Il a risqué gros pour me protéger, mais ça a porté ses fruits.
Hydra est toujours là, Hitler ne l'est plus.
Certes, certaines mouvances néo-nazis continuent à être bien présente.
Des porteurs de la croix gammée actuels, aux barbus qui se font péter un peu partout dans le monde.
Je n'aime pas ça.
...
Cette merde annonce de pires jours devant nous.
Même les Avengers sont impuissants face à ça.
On a pu le voir l'autre fois, lors de l'Enlèvement Planétaire des Femmes.
J'étais pas là ce moment là, de même pour Lucy, alors je ne peux dire que le peu que je connais concrètement.
Nous avons perdu.
Clair et net.
Si un Deus Ex Machina n'était pas venu sauvé les meubles, les méchants auraient complètement gagné.
Twist, faut pas regarder.
C'est qui qui avait dit ça ?
C'est pas Rachid Tarbouch ?
Ou bien Kamel Debbiche ?
Ouais bon on s'en fout !
Tout ça pour dire que nous allons traverser une très mauvaise période.
Il en résultera peut être du bon, or là n'est la question.
Enfin bon, j'arrête de plomber le morale avec ça.
Il est l'heure de se lever.
...
Ah bordel que ça fait du bien !
S'étirer un peu !
J'ai presque envie de courir partout, un peu comme Ed de Cowboy Bebop.
Presque.
Si Lucy était là, ce serait sûr.
Lucy...
...
Merde !
Comment j'ai pu oublier !
J'étais dans notre vaisseau quand il y a l'autre personne bizarre qui est venu et l'a endormi.
Ensuite il ou elle nous a causé, puis c'est flou.
Qu'est ce que je fous dans une chambre d'hôtel !?
Je te jure que si il m'a...
Eu...
Elle est bizarre cette chambre d'hôtel.
Trop sobre, limite sordide.
Murs gris, avec juste le strict minimum pour survivre.
Aucune TV...
Quelque chose cloche.
Ding dong !
On dirait presque une prison.
Quoique de nos jours ce sont des palaces à coté de ça.
Zéro étoiles sur TripAdvisor !
En plus avec les rideaux fermés, l'ambiance est encore plus malsaine.
Non pas que ça me dérange, mais ça fait vraiment repaire de psycho.
J'ai pas encore envie de devoir m'expliquer pendant quinze ans devant les flics.
Bon après, c'est vrai que moi et Lucy, on a un grain dans notre tête, sauf qu'on est quand même plus raffinée que ça, faut pas déconner.
Je vais ouvrir tout ça et aérer un peu car ça fouette le chat mort !
...
Voilà, là c'est m...
...
Mieux ?
...
La vache...
Bon bah je vais plutôt garder tout ça fermer.
Il vaut mieux.
On va dire que je n'ai rien vu.
Qu'il n'y a pas une dizaine de soucoupes volantes dans le ciel, et une centaine de boites ce conserves volantes.Tout Va bien pour le meilleur des mondes.
Ah ah ah ah ah ah ah !
...
Je suis dans la merde !
Il me faut un peu de musique pour me redonner du courage, et de l'alcool, et une clope tant qu'on y est !
Un bédo pourquoi pas !
Est ce que j'ai toujours mon... ?
Ouf, il est bien là.
Au prix que je l'ai acheté cet iPhone 10PD, hors de question de lep erdre !
Mon répertoire est intact ?
Intact.
Alors...
All Star ?
Non, pas le moment de faire son ogresse.
Mambo No. Five ?
Mouais...
Girlfriend ?
Pas encore.
Au DD !?
Je connais une petit blonde qui a encore touché à ça juste pour voir la tête que je ferai en le découvrant.
Dommage qu'elle ne soit pas là.
Je suis sûr qu'elle va bien.
Elle est capable de toucher un Père Fourras à 600 mètres et de botter 5 culs en un coup.
Elle tiendra jusqu’à qu'on se retrouve.
Ouais...
Ah la voilà !
La chanson qui va bien avec la confusion dans ma tête en ce moment !
C'est parti !


Ophelia : Alors si on vient tous ensemble, c'est qu'on sait quoi faire !

Où est la gnôle !?

Ophelia : On vient tous ensemble, juste pour vous chanter notre amour !

Un frigo !

Ophelia : Et si on vient tous ensemble, c'est qu'on sait quoi faire !

Du Perrier !

Ophelia : On vient tous ensemble juste pour vous !

Et glou, et glou, et glou, et glou, et un rot !
...
Ah ça fait du bien !
En plus, ça faisait longtemps que je n'en avais pas bu.
Continuons !
Santé !
Ophelia Sarkissian
Ophelia Sarkissian
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 246
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Endgame [Terminée] Empty Re: [FIC] Endgame [Terminée]

Message  Jackie Estacado le Dim 30 Juin - 0:13

Etats Unis; Minnesota; New Raccoon City; Appartement Redfield

...
...
...
J'en ai marre de tomber toujours sur des divinités.
D'abord Cthulhu, puis Dieu, puis cette Narratrice.
Ah la la...
Ma vie était tellement plus simple avant avec juste des zombies, et quelques autres abomination.
Horrible, terrifiante et épuisante, mais simple.
La Menace d'Umbrella n'est rien comparé à ce que j'ai affronté depuis que je suis dans les Avengers.
Enfin bon, depuis Raccoon City, j'avais bien conscience que ma vie ne sera plus jamais pareille et qu'il allait donc falloir que je m'y fasse à cette idée.
Il faut maintenant que je fasse comme à mon habitude, être le héros, sauver mes amies.
L'avantage, c'est que je fais souvent de belles rencontres.
Il arrive même que ça se finisse au lit après coup.
Merci à Haruhi.
J'étais prêt à faire ce sacrifice, or elle a veillé à ce que je garde un peu de liberté au niveau des coups d'un soir.
J'ai une superbe femme.
Après c'est pas facile en ce moment.
Depuis le retour de Kyon, les règles ont été chamboulés et on essaye de les refixer du mieux qu'on peut.
Je pense qu'on arrivera à faire un compromis.
Sans forcément aller au Plan à Trois.
Désolé Gilbert.
Tout le monde rêverait d'être aussi décomplexé que toi ou Shiho.
Ce n'est malheureusement pas le cas.
Si nous avions été aussi Pansexuel ou Bisexuel, ça aurait facilité la chose.
Sauf que nous sommes tous les trois hétéros.
Encore là ça va.
Ce serait pire si on ajoutait Ada ou Claire à l'équation.
Mieux vaut pas que j'imagine ça, ça risque de se produire.
La vie et la morts sont devenues des notions abstraites.
Arf....
...
Je vais ouvrir un œil pour voir je suis.
Car tout ce que je peux dire c'est que je suis dans un lit qui me rappelle étrangement celui de Claire dans son appart à Raccoon City.
Même draps, même matelas et même odeur.
Je me surprends moi même à reconnaître tout ça si facilement, tel un doberman de la brigade canine.
J'aurais dû bosser au Vice.
J'aurais fait un malheur.
Déjà qu'en tant qu'agent plus ou moins secret, j'ai tendance à battre plus fort que moi et à impression tout le monde bien plus que je ne m'impressionne moi même.
Je n'ai jamais ce sentiment de faire tant d'efforts, juste que je fais une simple tache.
Pareil pour les vies sauvées.
Pour moi aider la veuve et l'orphelin est une évidence, alors que je sais très bien que ce n'est pas le cas.
Disons que c'est bien.
Je ne suis pas une ordure.
Pour tout vous avouer, depuis que j'ai été débarrassé de cette plaie grâce à Gilbert, je vais bien mieux.
je peux enfin me concentrer sur des passe-temps, ainsi que de revenir un peu à l'anonymat.
Un peu puisque il y a quand même souvent des personnes qui me reconnaissent dans la vie, de tous profils.
Vieux, jeunes, agents de l'ordre, criminels, hommes, femmes...
Peu importe la nationalité.
Le pire c'est au Japon, je suis vraiment une super stars là bas.
Dés que je pose le pied à Tokyo, il y a une quarantaine de groupies qui me tombent dessus.
A Nishinomiya c'est plus calme, bien qu'ils me connaissent tous aussi là bas.
Des fois, ça m'agace, mais je fais toujours des efforts pour que ça ne se voit pas et pour faire plaisir à la personne en face.
Trop bon trop con comme elle le dirait.
Haruhi n'a pas se problème.
Si ça l'emmerde, elle envoie chier.
Albert le confirmerait.
Bref, voyons si ma réflexion est proche de la vérité.
...
Hmm hmm...
Je ne suis pas juste dans un lieu rappelant la chambre de Claire, mais bien dans sa chambre.
Mon odorat de m'a pas trompé.
Comment ai je atterri ici ?
La Narratrice doit jouer un rôle derrière ça.
Je demanderai les infos à mon amie si elle est là.
J'essayerai aussi de trouver les autres, en espérant qu'il ne leur ait rien arrivé.
...
Ah...
Mon corps est engourdi, il faut que je m'étire un peu.
Bras gauche, bras droit.
Jambe gauche, jambe droite.
Voilà.
Bon, il fait toujours jour donc ça va.
Par contre la déco laisse un peu à désirer par rapport à la dernière fois où je suis venu ici.
Il y a des objets par terre, de la poussière dans les coins, et même des miettes sur le lit.
D'habitude elle fait plus attention à ça.
Inèz ne laisserait pas passer ça.
Il y a quelque chose qui ne va pas.
Peut être que...
Non.
...
...
Personne dans le salon.
Même désordre.
...
...
Cuisine, pareil.
Où est ce qu'elle est... ?
Hé, cette photo.
Je ne l'ai jamais vu auparavant.
Il y a moi et Claire dessus.
Est ce Honolulu ?
Nous n'y avons jamais mis les pieds ensemble.
Pourquoi est ce que nous posons comme un couple ?
Ah moins que...
...
Narratrice...
...
J'ai compris.
Cette femme androgyne a réécrit l'histoire.
Ça colle avec sa présentation et le fait qu'elle nous ait endormi sans un geste.
Pour réécrire mon histoire ?
Est ce qu'elle a fait ça aussi pour les autres ?
Quoi d'autre à changé dans ma vie ?
Je dois trouver toutes les réponses aux innombrables questions qui me trottent dans la tête.
La mal de crane du siècle que je vais avoir.
Je...
...
Cette sonnerie.
J'aime bien cette chanson, par contre à qui appartient...
A moi visiblement.
Forcément, ma sonnerie aussi a changé.
Qui m'appelle ?
Zoro ?
Ce nom me dit quelque chose, mais ça ne me revient pas.
Tant que c'est pas un justicier masqué, ça devrait aller.


Leon : Oui ?

Zoro : Leon, c'est grave...

Leon : Quoi ?

Je peux sentir qu'il sert des dents depuis l'autre coté de la ligne.
Il va m’annoncer une mauvais nouvelle.
Je vais jouer le jeu en faisant comme si nous nous connaissions.
De toute façon, révéler la vérité maintenant serait une perte de temps.
Je le ferai quand si on se voit en vrai.
Et si je peux lui faire confiance.


Zoro : Claire, ils l'ont eu.

Leon : Elle est vraiment... ?

Zoro : Morte oui, je n'ai rien pu faire navré. Tu es veuf désormais.

Claire...
Même si ce n'est pas ma vie, c'est quand même...
Dur à entendre.
Je dois savoir qui a fait le coup, de façon subtile.


Leon : Qu'est ce qui s'est passé ? Es tu vraiment sûr que ça soit eux ?

Zoro : J'ai reconnu Ashlie, c'est une tueuse à gage bossant majoritairement pour la Roxxon dernièrement.

La Roxxon...
Anciennement connue sous le nom Roxxon Oil Company.
Cette compagnie pétrolière s'est diversifié dans plusieurs branches, développant ainsi des succursales telles que Roxxon Energy, Roxxon Pharmaceutical ou encore Roxxon Armament.
J'ai déjà eu affaire à eux lors de mon dernier voyage à New York.
Une confrontation entre des Pirates, les Feds, la Police et la Main.
La vie d'un de leur ingénieurs, Louden Swift, était en jeu car il prévoyait de dénoncer leur manigances.
Il a été abattu par un assaillant inconnu.
je crois sincèrement que c'est un assassin envoyé par eux qui a réussi à l'avoir.
Depuis, je n'ai plus mis les pieds dans leur affaires.
Jusqu'à aujourd'hui visiblement...


Leon : Est ce qu'elle a souffert ?

Zoro : Non, ne t'en fais pas.

Leon : Tu vas faire quoi de ton coté.

Zoro : Essayer de te rejoindre, si possible, mais au pire j'emporterai du monde dans ma tombe.

Leon : Fais de ton mieux.

Zoro : Si dans trente minutes je ne t'ai envoyé aucun message, c'est qu'ils m 'ont eu.

Leon : D'accord.

Zoro : Dans tous les cas, ça a été un plaisir de te venir en aide.

Leon : Merci, de même.

Zoro : Voilà leur renforts. Je vais utiliser ma technique des trois sabres. Prenez ça !

L'appel coupe.
Seule la tonalité se fait entendre.
...
J'espère qu'il sortira, qui qu'il soit.
Jackie Estacado
Jackie Estacado
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 108
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Endgame [Terminée] Empty Re: [FIC] Endgame [Terminée]

Message  Curie le Dim 30 Juin - 14:17

Océan Atlantique; Île Renmen

Ce sentiment de manque qu'il y a au fond de moi.
Je ne l'aime pas.
Je l'ai déjà plusieurs fois par le passé.
Quand Gilbert était parti en croisade contre la Famille Millione.
Quand j'étais Ai Haibara.
Quand les LMD ont tenté de nous remplacer.
Deux fois à cause de Gin.
Il me manque mon autre moitié.
Je dois me la ramener.
Nous sommes un peu des Fitz et Simmons.
Le Destin adore nous séparer.
Une fois à la maison, j'irai me détendre devant un bon film coréen, café à la main.
Kibō se mettra certainement sur mes jambes.
Cette chatte j'adore.
Par contre elle est moins friand de Gillou qu'elle a déjà mordu une fois.
J'espère que le courant finira par bien passer entre les deux.
Quand ce sera fait, je suis la scientifique la plus heureusement du monde.
Enfin...
Pas sûr que mon Prix Nobel de Chimie me soit utile dans une telle situation.
Mes talents de détectives en revanche...
Watson va devoir retrouver Holmes.
Ça me rappelle "Élémentaire, mon cher... Lock Holmes".
C'est à peu près ça notre duo.
En revanche, contrairement à la fois où j'étais miniature, et à nos enquêtes de couple, je serai seule sur ce coup.
Je ne pourrai compter que sur mes méninges à moi.
Pour sortir de ce monde...
Retrouver ma vie parfaite.
Mon mari, notre fille, ma chatte.
Il est temps de remplir mon rôle à la perfection.
Être une Jude Law, une David Burke, une Martin Freeman, une Lucy Liu !
Déjà, j'ai résumé ma situation à ce Zarick qui n'est pas celui que j'ai connu bien qu'il lui ressemble comme deux gouttes d'eau tant au niveau physique que caractériel.
Tel le vrai, il m'a cru sur parole après m'avoir écouté avec silence sans m’interrompre une seule fois.
Je suis soulagée.
J'aurais été décontenancée si ça avait été le contraire.
Au moins, je suis un peu moins seule.
Même si je reste l'unique personne d'un autre monde ici à ma connaissance.
Après, il aura sûrement des choses à me dire qui pourraient contredire ou non mes hypothèses.
Je dois les poser des questions.


Shiho : Est ce que tu peux dire quelles sont les différences par rapport à mon récit, car j'aimerai bien savoir ce que je peux bien faire ici et aussi pourquoi j'ai ma vraie apparence.

Zarick : Ce n'est pas simple...

Il sert son pantalon avec ses mains et tente de trouver les mots à placer pour me dévoiler toutes les infos, en ayant dû mal à garder son regard sur moi. Je comprends qu'il soit gêné par le fait que je suis à la fois sa fille, et en même temps pas elle.
Même pour un pratiquant de la magie vaudou de sa trempe, c'est dur à faire face.
Je me tiens devant lui, sur un petit fauteuil, les pieds sur la table basse après avoir retiré mes tongs.
J'aimerais bien l'aider, sauf que je ne sais pas comment le faire exactement.
Tentons quelque chose.
Peut être que ça marchera.


Shiho : Navrée de prendre la place de ta Shiho.

Zarick : Ce n'est pas ta faute.

Shiho : J'espère que tu la retrouveras quand je serai partie.

Zarick : J'ai peur que ça ne soit pas le cas.

Shiho : Pourquoi cela ?

Zarick : Si l'entité qui ta fait venir ici est un être aussi puissant, voir plus, que les Lwa, il a beau avoir créé cet endroit, je ne pense pas qu'il le gardera en vie après ton départ.

Shiho : Si il est tout puissant, je ne vois ce qui l'en empêcherait.

Zarick : Personne, pas même eux, n'a de pouvoir illimité.

Shiho : Tu en connais toujours un rayon à ce sujet.

Zarick : En plus, je n'ai pas de preuves fiables à cent pour-cent mais il se pourrait que les mondes que créent les Divinités qui en ont la capacité sont déjà instables de base et sont donc voués à se détruire un jour.

Shiho : Comme la fois où j'étais le monde d'un certain Pinouelalapin, mais après j'ai aucune idée de si c'était l’univers d'où il est né ou pas. Vu l'instabilité qu'il y avait là bas, avec tous les indices qui m'ont permis de savoir que tout était créé de toute pièce, la réponse devrait être non.

Zarick : Ils ne peuvent cependant pas détruire l’univers d'où ils proviennent, juste l'altérer, ce qui peut être à un très haut niveau.

Shiho : Comme Haruhi Suzumiay du temps où elle ne connaissait pas ses pouvoirs et faisaient ses petits caprices. Par contre Yuki elle avait préféré envoyer Kyon dans une terre parallèle plutôt que d'altérer la réalité. Honorable de sa part.

Zarick : J'en sais pas plus malheureusement.

Shiho : Ce que je sais de mon côté, c'est que les chamailleries de Haruhi et Sasaki ont contribué à l'apparition de plus en plus fréquente de failles menant vers d'autres réalités. Ce qui voudrait dire que jouer trop au Dieu est très mauvais pour le continuum espace-temps.

Zarick : Tu m'apprends quelque chose.

Shiho : Je comprends mieux pourquoi ces Êtres Supérieurs n’utilisent, à ma connaissance, que très peu leur pouvoirs, à l'instar de Cthulhu. Ils doivent savoir qu'un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, et que ce serait mauvais pour eux même d'en abuser.

Zarick : Merci aux Lwa alors de ne venir que quand le besoin se fait vraiment sentir.

Shiho : Assez parler de ces choses qui surchauffent mon esprit scientifique qui assimile trop de données pour le coup. Je cogiterai sur ça plus tard.

Zarick : Je vais à présent te conter un peu ta vie ici, ou plutôt celle que ce Narrateur a créé pour te piéger.

Shiho : Je suis sûre qu'elle me réserve de mauvaises surprises.

Zarick : Toute ta première vie a été la même, de ce que je sais. Pareil pour ta résurrection. Là où tout commence à changer, c'est le jour du mariage entre Gilbert Montagné et Suzanne Cordasi.

Shiho : Pourquoi est ce que je sentais que ce serait ça ?

Zarick : A la différence de ta vérité, je n'ai pas pu sauver Gilbert de la mort.

Shiho : Je le craignais, merde...

Zarick : Désolé.

Shiho : Ce n'est pas ta faute, mais celle du Narrateur qui a eu cette idée de monde à la con.

Zarick : Les autorités ont repris son corps et notre vie a continué son chemin sans problème jusqu'en 2015.

Il tourne son regard vers le poste radio qui se met à diffuser Salvation du groupe métalleux chrétien du nom de Skillet, que j'ai pris l'habitude d'entendre au fils de mes aventures. Mon Papa se lève d'un coup pour aller... Vers moi ?
Il me pose sa main sur mon épaule gauche puis se retient de verser des larmes bien que ses yeux soient humides.


Shiho : Papa ?

Zarick : L'Organisation Noire a pu retrouver ta trace.

Shiho : Quoi ?

Pourquoi ?
Pourquoi 2015 ?
Encore ?
Dans la Réalité, c'était la même chose.
Serait la preuve d'une incompétence scénaristique de ce Narrateur ?
Impossible d'y penser clairement avec mes émotions qui font parler d'elles.


Zarick : C'est de ma faute ?

Shiho : Comment ?

Zarick : Tu sais ce que c'est d'avoir une boule de poil ?

Shiho : Oui, tu finis par avoir plein de poils qui restent pour une partie même après avoir brossé, et après les autres le remarquent.

Zarick : La même chose vaut pour les êtres humains quand ils vivent avec toi, bien que les poils soient moindre.

Shiho : Attends tu veux dire que... Gin t'a croisé par hasard et qu'il a vu un cheveux à moi sur toi, et qu'il l'a reconnu ?

Zarick : Je suis toujours étonné que tu ais encore une fois déduis ça avec aussi peu de détails, mais oui.

Shiho : Rien ne m’étonne venant de lui.

Le mec m'a reconnu à la télévision alors que j'avais une apparence et une voix complètement différente.
Pire qu'un Malinois ce type.
Heureusement qu'il n'est plus de ce monde.
Enfin dans le mien pour sûr.


Zarick : Il m'a suivi jusqu'ici avec son acolyte Vodka et la nuit venu s'est introduit chez nous pour nous tuer. Je dormais à ce moment là, mais toi tu t'étais lever pour aller aux toilettes.

Shiho : Toujours au meilleur moment.

Zarick : C'est en le voyant que tes souvenirs sont revenus et que tu as repris ton apparence d’antan. La suite... Ce fut horrible pour toi.

Shiho : Je paris qu'il a pris son temps pour une fois, car c'était moi.

Zarick : En effet. C'est en entendant tes cris que j'ai été réveillé. J'ai tout de suite su que quelque chose n'allait pas, mais je n'ai pas fait l'erreur d'intervenir directement.

Shiho : Tu serais mort.

Zarick : J'ai activité une défense de la maison, je pense que devines laquelle.

Shiho : Le sceau de paralysie. J'aurais tué pour te t'en servir, depuis le temps que tu me répétais que ça servirait un jour.

Zarick : J'ai profité qu'ils ne puissent plus bouger pour les abattre froidement avec mon vieux fusil, avant de me précipiter à tes cotés pour te soigner car il t'avait déjà pas mal amoché. Au final plus de peur que de mal, et leur corps ont nourri les requins.

Shiho : Fin ironique pour celui qui imitait leur sourire.

Zarick : Voilà les changements qu'il y a eu pour nous deux, mais pour le monde en lui, il y a eu pire.

Shiho : Vu les catastrophes que les Avengers ont pu empêcher, je suis surprise que ce ne soit pas l'Apocalypse.

Zarick : Il faut dire que le groupe fasciste qui dirige se monde s'assure très bien de sa protection.

Groupe fasciste ?
Attends deux minutes...
Si on ne compte les folies de Natalya Vipèra, la première menace planétaire que notre groupe de héros a pu empêcher, quand moi et Gilbert nous n'étions pas là, c'était le Quatrième Reich.
Ce qui veut dire qu'ils ont gagné.


Shiho : Hydra...

Zarick : Tu as pu deviner ça aussi ma fille ?

Shiho : Pas de Gilbert, pas d'Avengers, donc défaite assurée.

Zarick : Ces néonazis ont donc perdu dans ta version des faits.

Shiho : Ouais, et Ophelia Sarkissian s'est reconvertie ne super héroïne. Le monde à l'envers.

Zarick : Je te rassure, nous avons peu de contact avec eux, surtout toi. Je les croise évidemment quand je fais mon tour du monde, mais je n'ai jamais eu de problème. Au final, ce n'est pas aussi dérangeant que de vivre sous l'Allemagne d'Hitler. Ce serait plus comme l'URSS après Staline.

Shiho : Je vois.

Zarick : Cela pourrait être pire.

Shiho : Au moins, la Secte Antiracisme ne semble pas prendre le pouvoir par ici.

Zarick : Qu'est ce que c'est ?

Shiho : Nos barges à nous en 2019 qui rêvent de prendre le pouvoir en jouant sur les discriminations raciales, avec un coupable désigné d'avance. Vu comme ils sont allergiques à la Science, je peux te dire qu'ils m'ont dans le collimateur, surtout avec mon franc parlé. Impossible de réellement argumenté avec eux, alors je les tourne en dérision pour les ridiculiser.

Zarick : Ma pauvre...

Shiho : Ne t'en fais pas, j'ai connu pire.

Je lui souris, ce qui semble suffire à le rassurer.
Tant mieux.
Je n'aime pas le voir triste.
C'est mon papounet en même temps.


Shiho : Maintenant reste plus qu'à savoir ce que je dois faire pour retourner dans mon monde.

Zarick : J'aimerai bien t'aider mais la voyage entre univers parallèles, ce n'est pas mon truc.

Shiho : Hydra par contre...

Zarick : Tu ne penses quand même pas demander leur aide Shiho ?

Shiho : Je n'ai pas meilleure solution et la qualité germanique n’est plus à prouver.

Zarick : Je ne sais pas, c'est un peu...

Il se tait soudainement.
Je comprends très vite pourquoi.
Un bruit de pales, de moteur, se rapproche de nous.
Un hélico.


Shiho : Ce n'est pas b...

Arf !
Je suis touchée.
Une seringue ?
Mince...
Je sens mon corps faiblir, la tête tourner.
Je ne dois pas m'endormir.


Zarick : Shiho tiens bon, les défenses devraient les empêcher de te faire du mal.

J'espère.
Pourtant je doute.
Le tir est passé à travers la fenêtre derrière moi.
Un tireur d'élite a dû agir depuis les airs.
Des bottes...
Elles arrivent...
Des soldats en rouge et noir, avec ce symbole...
Un type à lunettes avec chemise blanche...
Je ne peux plus...
Je...
Curie
Curie
Anciers
Anciers

Messages : 262
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Endgame [Terminée] Empty Re: [FIC] Endgame [Terminée]

Message  Kenzie Dodgera le Mer 3 Juil - 23:54

Hongrie; Budapest; Danubius Hotel Gellért

Ayez, l'alcool me monte à la tête !
Il aura fallu 3 bouteilles culs sec mais me voici enfin beurré !
La tête qui tourne, l'envie de gerbe, la vie quoi !
De toute façon, quitte à crever, autant être dans l'ambiance !
Les aliens nous ont envahi !
C'est la fin du monde !
Encore une fois !
Sauf que là le ciel n'est pas rouge, mais bleu de bleu !
Lucy, je vais te rejoindre !
Ouais je sais que tu n'as pas pu survivre !
Personne n'a survécu !
A part moi !
Comme d'hab !
Chienne de vie !
C'est ma blancheur qui pose problème !?
Ou encore ma religion !?
Ou les deux !?
Putain de Blanchitude !


Ophelia : Je vous emmerde !

Allez contre la f'nêtre la bouteille !
Ah ah !
Je t'ai eu !
Tu me briseras moins les verres toi !


Ophelia : Formidable ! Foormidable ! Tu étais formidable ! For me, formidable ! J'étais fort minable !

Un monde sans toi n'est pas un vrai monde !
A quoi bon tuer des aliens si t'es pas là !?
A rien !
A rrriiieeen !


Ophelia : Tu m'entends, hein !? Je vais te rejoindre !

Ensemble, notre couleur vaincra !
La verte, la jaune, les deux blanches !
Ouais !
Ouais...
Es tu vraiment morte ?
Lucy ?
Lucy !?
Hé oh réponds moi !


Ophelia : Réponds moi s'il te plaît ! Allez ! S'te plaît !

Pourquoi tu réponds pas Lucy !?
Hein pourquoi tu réponds pas !?
Je t'aime !
Je t'aime...
...
...
Qu'est ce que j'ai dans ma poche !?
Un bout de papier !
On dirait un journal.
Le Magyar Hírlap...
Hé mais ça parle de l'accident de Lucy !
En 2015 quand ces piafs noirs ont voulu lui prendre sa vie !
Ha !
Gilbert et Shiho leur ont mis une branlée de ouf !
J'aurais voulu être là !
Mais pourquoi j'ai ça sur moi !?
Attends, c'est pas normal ce qui y est marqué en hongroie !
Ils disent que ça lui a coûté la vie !
C'est faux !
Non...
Cette photo...
Ton corps...
Tu es vraiment morte...
Trop tôt...
Comment... ?


Ophelia : Non !

Non !

Ophelia : NON !!

LUCY !!!

Ophelia : LUCYYYYY !!!! PAS TOI !!!

PUTAIN !!
PUTAIN !!
Putain !
Putain...
...
...
Allez tous vous faire foutre !
TOUS !!
Tous autant que vous êtes !
Je vous hais !
Je vous hais, vous m'entendez !?
Putain de racistes !


Ophelia : CREVEZ !!

Putain de lit !

Ophelia : Dégage !

Putain de frigo !

Ophelia : Va voir en bas si j'y suis !

Tiens, je crois que j'ai attiré l'attention des envahisseurs !
J'en entends arriver par la porte.
Vous arrivez au mauvais moment pour me faire chier !
Je vais vous exploser !
Ah les voilà !
Oh c'est juste trois vulgaires boites de conserves rouillés !
Trop simple !
Peu importe ce que vous direz, je vous vaincrai !


Daleks : Exterminer !

Ouais ouais c'est ça !
Exterminer !
Comment tu vas faire pour m'avoir sans ton gros œil !?
Hé hé !
Je vais l'utiliser pour frapper ton pote de gauche, tu vas voir !
Ou pas !


Ophelia : Tiens ! Tiens ! Tiens !

Et toi là, mon poing dans ta face de ferraille !
Pooouuuaaaahhh !
Il a traversé le mur c'te con !
Il ne reste plus que l'aveugle à terminer !


Ophelia : This is Ophelia !

Coup de pied dans sa gueule !
Il part rejoindre le frigo loin en bas !
J'ai réussi !
Réussi...


Ophelia : Lucy...

...
...
...
Je vais te rejoindre.
La porte est juste devant moi.
...
...
Adieu monde de merde.
Kenzie Dodgera
Kenzie Dodgera
Arrivants
Arrivants

Messages : 33
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/04/2019
Localisation : Dans ton cul. ^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Endgame [Terminée] Empty Re: [FIC] Endgame [Terminée]

Message  Ophelia Sarkissian le Lun 8 Juil - 23:35

Etats Unis; Minnesota; New Raccoon City; Appartement Redfield

Cette version de ma vie créée de toute pièce me rappelle une histoire que m'avait raconté Kyon.
La fois où il s'était réveillé dans une vie qui n'était pas la sienne.
Où l'ambiance était plus morne, ses camarades malades à cause d'une épidémie de grippe.
Et surtout, où la Brigade SOS n'a jamais existé.
Il n'avait jamais rencontré Haruhi Suzumiya, Yuki Nagato, Mikuru Asahina et Itsuki Koizumi.
Pour ce dernier, même sa classe s'était évaporé.
Il était revenu à une vie d'humaine normale, assez banale, pourtant il ne pouvait pas l'accepter.
Pour la première fois de sa vie, il se rendait compte que malgré tous les désaccords qu'il a pu avoir avec la petite brune capricieuse, il ne pouvait plus se passer des étrangetés qui l'entoure.
Qu'il donnerait tout pour la revoir, même si son comportement autoritaire égoïste peut l'exaspérer parfois.
Ils ont néanmoins partagé de supers moments ensemble, rien que tous les deux, ou avec leur trois camarades.
Ces moments sont plus nombreux que les moments de dispute.
Ce sentiment de manque était lié à l'amour qu'il avait développé pour elle, ainsi que la profonde amitié du groupe.
Heureusement, il a pu les retrouver, et seule Haruhi se souvenait de qui il était après remis sur le tapis leur rencontre trois ans auparavant quand ils avaient dessiné ensemble un message à l'attention des êtres venus d'ailleurs dans la cour du collège où elle se trouvait.
A l'époque, il avait voyagé dans le temps et s'était présenté comme un certain "John Smith".
Ça n'a pas été facile, il s'est même pris un croche patte et un coup de boule, mais au final lui et les versions alternatives de son entourage se sont alliés pour lui permettre de retourner dans sa propre vie.
Il faudra attendre plusieurs années avant que les retrouvailles ne se fassent.
Maintenant il y a deux Haruhi, une étant plus facile à vivre que l'autre.
Je ne dirai pas laquelle.
Je tiens à mon existence.
En revanche, bien que ça ne soit pas la même situation.
Kyon ayant été transporté par Yuki dans une autre terre où elle a supprimé le Kyon qui s'y trouvait pour qu'il puisse prendre sa place.
Moi, on a créé cet endroit pour m'y piéger.
Cette Narratrice.
J'aimerais lui toucher quelques mots à ce sujet.
Si je parviens à la retrouver.
Avant tout je dois comprendre la vie dans laquelle je me suis retrouvé.
Je trouverai peut être ce que dois faire pour revenir chez moi.
Quelque chose me dit que ça impliquera la Roxxon a un moment ou à un autre.
Il doit y avoir des indices dans cet appart.
Où ça ?
Je vais essayer dans la chambre.
...
...
Le tiroir à côté du lit ?
...
Non, rien à part des sous vêtements féminins.
Je ne pense pas que ça m'appartient.
Ou alors cette Narratrice devrait apprendre à analyser avant d'écrire.
La travestisme ou ce fétiche, c'est pas mon genre.
De toute façon, j'ai reconnu à qui appartient ces slips rouges.
Claire...
Je dois rester concentrer.
La vraie Claire est encore vivante.
Ceci est juste fait pour me déstabiliser.
Je ne serai guère surpris d'apprendre qu'Ada et/ou Haruhi aient connu le même destin ici.
Normal, si elles étaient là, j'aurais tous les espoirs de mon côte.
Malin, mais pas assez pour me déstabiliser.
J'ai déjà perdu de vrais personnes sur qui je tenais, trop même.
Marvin, Krauser, Luis, JD, Adam, ma vraie Ada et tant d'autres.
Tout ce qui se passe ici, c'est des conneries.
Tout est faux, hormis le fait que je peux crever.
Je dois assurer ma survie, c'est tout ce qui compte.
Après, je ne vais pas non plus zigouiller des innocents gratuitement.
Je ne m'appelle pas Leon Wesker.
Bon, l'armoire n'a rien non plus.
Sous le lit ?
...
Une boite en carton.
Assez poussiéreuse.
Elle ne me dit rien, pourtant mon nom est dessus.
Je pense que j'ai trouvé un très gros indice.
Le Scooby-Gang devrait me recruter.
Hum...
On dirait une sorte de journal intime.
Ce serait le mien ?
Oui, c'est le cas.
C'est mon écriture.
Il date de 98.
Peu après mon entrée de force dans les forces secrète du gouvernement américain.
Ça parle de Raccoon City.
Logique.
...
...
Oh...
Ada...


Journal :

Je revois encore les yeux vides d'Ada posés sur moi après que le T-00 l'ait balancé contre la console de commande, la tuant dans d'atroces souffrance, électrocutée. J'entends toujours son cri résonner encore et encore dans ma tête à chaque je ferme les yeux.
Cette odeur qui a suivi, celle de chair humaine brûlée...
C'était dégoûtant.
J'ai vomi toutes mes tripes sur le sol.
Désolée Ada.
J'aurais aimé qu'il en soit autrement.
Pardonne moi de ne pas avoir pu te protéger jusqu'au bout.
J'ai perdu trop de personnes ce jour là...

Je vois...
Comme je m'en doutais, Ada est morte ici.
Cela pose problème.
Comment suis je encore vivant ?
Comment ce monde tient il toujours debout ?
Ada a beaucoup contribué à ma survie, et à celle du monde.
En voici quelques exemples.
Elle m'a balancé le Stinger permettant de vaincre Mister X.
Elle a tué définitivement Krauser, bien que j'aurais aimé pourvoir le raisonner.
Elle m'a envoyé le RPG 7 pour en finir avec Saddler.
Elle a empêché son doppelgänger de se répandre à travers Lanshiang après avoir muté.
Elle nous a aidé dans l'affrontement contre l’Increvable Simmons.
Elle a soutenu Henri à éviter qu'un puissant virus alien se répande à New Raccoon City.
Est ce que la Narratrice a pensé à tout ça en écrivant ce scénario ?
J'ai un doute.
Tiens...
J'entends des pas dans l'appart.
Venant du salon.
Un intrus.
Pas un chat, ni le vent.
Ils s'approchent d'ici.
Surement un assassin
Ça ne peut pas être l'homme au téléphone.
Par contre, je n'ai pas d'armes sur moi.
C'est gênant.
Je me prépare à foncer à l'autre bout de la pièce pour l'attaque si c'est vraiment une menace.
Voilà une silhouette.


??? : Leon, te voilà.

Une voix grave, teintée d'un petit accent suisse, s'adresse à moi.
Je vois une personne se tenir à quelques mètres devant moi.
Une femme d'une trentaine d'année dont tout plaisir a disparu depuis bien trop longtemps, ne laissant que l'instinct guider ses actes sans jamais esquisser un seul sourire, sauf à moi.
Ses cheveux courts de couleur violet prune sont plus longs à l'avant, avec une mèche cachant le milieu du front.
Son œil gauche est livide avec une cicatrice de couteau pour lui tenir compagnie, que celui de droite est toujours intact, étant complètement noir.
La clope au bec, elle arbore en dessous un collier de chien à son cou.
Très chaudement vêtu, elle n'a qu'un top noir découvrant le ventre sans brettelles accompagné d'une mini-jupe très courte, avec un holster à sa taille où se trouve un SIG-Sauer P226R.
A ses pieds se trouvent une paire de Tropéziennes noires avec brides et semelle en cuir, plus un talon d'un centimètre et une très bonne attacha qui permet d'aérer cette partie du corps tout en pouvant continuer à se déplacer rapidement sans handicape.
Cette jolie femme, je la connais.
Dahlia Maire.
Une assassin professionnelle bossant pour l'agence spécialisée dans ce domaine, l'ICA.
J'ai déjà rencontré plusieurs tueurs et mercenaires bossant pour eux au cours de ma longue carrière à la DSO, mais elle, je l'ai beaucoup vu.
Pas que vu, même goûtée.
Un bon coup, dommage que ce ne soit ni le lieu, ni le moment.
J'aime aussi converser avec elle, elle a une sincérité et un franc parlé que j'aime bien.
Rassurez vous, je n'ai pas prévu de quitter Haruhi.
Je ne quitterai jamais une Déesse pour un Ange.
Je suis déjà heureux de pouvoir mener cette vie libertine.
Merci mon Dieu.
Au moins cette fois ci, je n'aurais pas besoin de mythoner comme avant ua téléphone.
Car de un, nous sommes amis, et de deux, elle me croira si je lui dis la vérité.
Elle peut lire dans le regard des autres, mais n'essayez pas de vous mêler à sa vie privée, vous en mourriez.
Je suis une exception, d'habitude elle ne parle à personne et a une vie sociale disons aussi existante qu'un énorme nerd jouant 20 heures par jours à WOW.
Mon moyen de décompression de 2004 à 2006.
N'empêche, je vais vous avouer un truc.
En 2014, j'avais assisté à une mission visant à enquêter sur Steven Air, un Sénateur du Maryland soupçonné de faire parti de la Famille.
Pour une fois, je n'étais pas le seul agent en mission, mais j'aurais voulu que ça soit le contraire.
Nous avons été compromis, je n'ai jamais su par qui.
Peut être par le Président de l'époque lui même.
Peter Welson.
Je ne me suis toujours méfier de lui quand j'ai servis sous son mandat.
Après sa mort, j'ai appris que c'était lui qui avait autorisé le bombardement du mariage de Glenn Arias.
On ne saura peut être jamais le fin mot de l'histoire.
Dans tous les cas, des bombes ont pété, et j'ai été le seul survivant de mon équipe.
Quand je allé voir leur dépouilles à la morgue, certaines se sont relevés.
Les bombes contenaient du Virus T sous forme de gaz qui a mis du temps à agir.
Les fumiers.
Ils ont fait en sorte que ça se dissipe vite après l'explosion pour ne pas que ça se remarque.
Résultat, trois ans plus tard, j'étais ne dépression.
Il y avait bien sûr d'autres facteurs, mais mon moral était déjà bien entamé quand j'ai dû tuer celui qui était mon meilleur ami avant Gilbert.
Ceci, certains d'entre vous doivent déjà le savoir, en revanche il y a une chose que vous ne savez.
Dahlia est celle qui m'a sauvé la vie ce jour là.
On l'avait envoyé justement pour un contrat visant à éliminer Steven Air.
Elle l'a fait, or la piège était déjà en place.
Découvrant ce qui allait se passe grâce à des documents trouvés sur place et apprenant que je ferai parti du lot, elle a tout fait pour qu'il y ait au moins moi qui survive.
J'ai été grandement surpris de ce sauvetage de sa part.
C'est ce qui nous a vraiment permis de passer de simples connaissances à amis.
Vous remarquerez par contre que vous ne l'avez jamais vu à mes cotés auparavant, y compris à mes mariages, c'est parce que c'est pas son truc à elle.
Moi elle m'apprécie beaucoup, pas les autres.
Je ne vais pas la forcer.
Si un jour elle veut s'ouvrir, elle le fera.
Je sais ce qui lui est arrivé par le passé, et je suis déjà content qu'elle soit vivante et pas dans un asile.
Au moins, avec elle, mes chances de survie ont doublés.
Déjà qu'à moi tout seul, je me débrouille très bien.
Je m'approche d'elle et je lui tends la main qu'elle me sert avec une sacrée poigne.


Leon : Content de te voir.

Dahlia : Zoro m'a demandé de te chercher, mais je ne pense pas qu'il survivra à Ashlie, elle est très dangereuse.

Si Dahlia le dit, j'imagine le pire.
Pauvre gars.
Enfin, je dois lui dire la vérité.
Ça simplifiera les choses.


Leon : J'ai quelque chose à te révéler.

Dahlia : Après, Peter a envoyé des nettoyeurs s'occuper de ton compte.

Leon : Besoin d'aide pour les gérer ?

Dahlia : Non, il s'agit de Shoreline, une armée privée d'amateurs.

Leon : Alors je reste là te regarder les éliminer.

Elle approuve de la tête puis retourne au salon pendant que moi je reste au pas de la porte.
Je la vois alors sortir son baladeur MP3 et mettre les écouteurs à ses oreilles.
Elle aime bien écouter de la musique en tuant des gens dés que la mission le lui permet.
Je me demande quelle sera la chanson cette fois ci.


Dahlia : J'ai un gros calibre.

Elle revérifie son arme en étant prudente.

Dahlia : Je le tiens de mon seigneur.

Elle se positionne quelques mètres devant la porte d'entrée.

Dahlia : Marre de la justice.

Elle braque celle ci alors que l’attroupement arrive l'autre coté.

Dahlia : Je veux te sentir.

Elle tire une première salve sur les ennemis pris par surprise.

Dahlia : Je suis ton ange.

Ils répliquent, mais elle avance en esquivant les coups avec aisance.

Dahlia : Seulement ta bonne étoile.

Un des gus défonce la porte, permettant à ses potes survivants, présentant pour une partie des couvre chefs rouges, le temps de rentrer.

Dahlia : Tu m'incites à être violente !

Il se prend une balle en pleine tête de la part de la T-X.

Dahlia : Peu importe qui tu es !

Un mec se prend un Hiza Geri qui lui casse les dents.

Dahlia : Cela ne dépend que de toi.

Un autre essaye de l'attaque mais se prend un Kata Dori qui fait renverse deux camarades au passage.

Dahlia : Personne ne vit éternellement.

Dahlia tranche la gorge d'un soldat qui tentait de l'avoir par surprise par derrière un un seul mouvement clairet net.

Dahlia : Brulé en Enfer.

Elle passe à des techniques propres au Jeet Kune Do, avec des doigts dans les yeux, des mains qui tapent à la gorge, tout en assurant sa propre défense.

Dahlia : Par tous ces enfoirés.

Pas besoin d'arme, elle en est une vivante.

Dahlia : Ca à toujours été l'Enfer.

Elle se les enchaîne à une vitesse, en achevant ceux encore vivant d’une balle dans la tête façon John Wick.

Dahlia : Depuis que je suis née.

Un des dernier gugusses se prend un direct droit avant dans le visage, j'aimerais pas à sa place.

Dahlia : C'est eux qui m'incitent à être violente !

Elle connait beaucoup de techniques de combat, comme là un Ura Uchi.

Dahlia : Peu importe qui ils sont !

Mon amie termine par un Xié Tī Tuǐ qui envoie traverser le dernier lascar par l'une des fenêtres, le faisant atterrir violemment sur une voiture en bas dont l'alarme se met à sonner.
Efficace.
Dahlia se retourne vers moi en enlevant ses écouteurs.
Je peux voir un morceau de déception dans son œil.


Dahlia : Je n'ai pas pu atteindre le refrain de la chanson.

Leon : On pourra l'écouter ensemble plus tard, sur le trajet.

Elle s'arrête devant moi, un regard inexpressif en premier lieu.
Puis dans un second temps, je la vois esquisser un mignon petit sourire qui embellit son visage.


Dernière édition par Ophelia Sarkissian le Ven 26 Juil - 18:01, édité 4 fois
Ophelia Sarkissian
Ophelia Sarkissian
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 246
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Endgame [Terminée] Empty Re: [FIC] Endgame [Terminée]

Message  Jackie Estacado le Mar 9 Juil - 22:46

Quatrième Reich; Belgique; Wallonie; Saint-Ghislain



Encore dans les bras de Morphée.
Ce sera le running gag.
J’imagine déjà le pire qu’on puisse faire à mon corps à son état de repas.
L’habitude.
Ça n’a jamais déranger le Squale.
Jamais.
J’ai failli craquer plusieurs fois.
Pourtant j’ai résisté.
Pour ma sœur.
Tant qu’il ne lui arrive rien.
Maintenant qu’elle est à nouveau là, je ferai tout pour la protéger.
Elle, Gillou, Kibō, Leon, Lucy…
Mes amies…


Je dois lutter.
Me réveiller.
Faire quelque chose.
Être prête à affronter une armée de Sumériens.
Comme la Tribus de Dana.
Dés que le vent soufflera sur les plaines de la Bretagne armoricaine, je repartira.
Nous nous en aillerons, de lapin.
Je connais mes classiques.
Ça m’aide à reprendre mes esprits.
Ces Nazis ne pourront que difficilement pire que les Corbeaux.
Certes ils m’ont pris Gilbert, mais ce n’est que temporairement.
Je dois garder cela en tête.
Ceci n’est pas le monde où j’ai grandi.
C’est le Narrateur qui m’y a mis dedans.
Il ne gagnera pas.
Je vais lui apprendre la vie et la mort.
Car, comme il y a Gilbert et Gillou.
Il y a Shiho et Esma.
Il ne verra que trop tard sa défaite.

J’entends une chanson.
L’une des voix me dit quelque chose.
C’est….
Oui c’est bien Greg Tabibian de la chaîne « J'suis pas content TV ».
C’est la première que je l’entends celle là.
Ça résume assez bien la folie de ce monde.
Au moins, c’est la preuve que je reprends conscience.
Je vais pouvoir dans peu de temps aller tâter du Mâle Blanc Cis Hétéro Oppresseur.
Pfff…
J’ai envie de me taper rien qu’à penser ces cinq mots alignés.
Je ne sais pas comment ils font à Evergreen.
Pour ceux qui ne font pas encore partis de la Secte et qui n’ont pas perdu toute volonté propre.
Enfin bref…
Je sens la lumière BLANCHE traverser mon œil.
Le réveil arrive.
Enfin !

Il faut que mes yeux se réadaptent à toute cette luminosité.
Ma vue est tellement flouté qu’on dirait un film pornographique sur Canal Plus, tard le soir.
J’en ai regardé oui.
Voilà, là c’est mieux.
Bon…
Je suis solidement attachée à une chaise avec du ruban adhésif.
Je vais essayer de voir si il y a une faille là dessus.
En tout cas, le décor tout autour de moi ne me plaît pas, il s’agit d’un studio de photographie on ne peut plus classique avec une toile blanche derrière moi et tout un tas de matériels dont je ne suis pas une spécialiste pour vous dire à quoi tout sert exactement.
J’ai fait chimie, ce n’est pas la même chose.
Chacun son domaine.
Il y a un ventilo à quelques mètres devant moi.
Allez savoir en quoi brasser de l’air sur mes orteils va servir à quelque chose à ce photographe que je n’ai pas engagé pour mon mariage.
Cet appareil à vent possède un câble qui mène à une multiprise.
Celle est juste en dessous d’une commode où se trouve une bouteille d’eau.
Intéressant…
Un trépied où se trouve un appareil photo se trouve à droit du ventilateur, donc à ma gauche.
Tout à ma droite se trouve des mannequins et une penderie, les deux ayant des vêtements qui me feraient plaisir si c’était Gilbert qui me proposait.
A la limite, avec Lucy aussi ça irait.
Mais là ça ne va pas.
Au moins, pour l’instant j’ai toujours les mêmes habits que j’avais avant de sombrer dans l’inconscience.
Pour l’instant…

J’entends quelqu’un arriver.
Sûrement mon tortionnaire du jour.
Le voici.
Déjà je peux dire qu’il n’a pas la méchanceté gravé sur son visage.
On est pas au niveau d’un Saddler ou Simmons.
Pourtant mon 6ème sens d’araignée me dit qu’il est tout aussi mauvais qu’eux.
Décrivons un peu sa bonne tête.
Beau brun à la courte barbe entourant ses lèvres inférieures et supérieures, soutenue par une coupe de cheveux courte, propre et soignée.
Sur son nez est posée une paire de lunettes noires aux branches blanches.
Ce photographe aux allures professionnels porte une chemise blanche légèrement déboutonnée, alors qu’un détail moins rassurant se trouve sur ses mains, à savoir une paire de gants en latex blancs.
Je ne sais pas si c’est coutume dans le milieu d’avoir ça.
Je ne vais rien supposer, mais ça ne paraît pas hypercacher.
Il s’approche de son précieux, pour vérifier que tout est en ordre, avant de finalement porter son attention sur ma personne sans noter que j’essaye de rompre mes liens en douce.
Il sourit, presque de façon sympathique, bien que ses yeux révèlent un coté sociopathe que je déteste.
Dommage que je ne puisse pas me transformer en canne pour régler cette situation en deux secondes.
Depuis que je suis ici, je n’ai pas pu reprendre cette apparence.
J’aurais dû le demander à Zarick quand j’avais encore le temps.
J’espère que cette version de lui s’en est sorti.
Bien que je crois plutôt qu’il a rejoint ma version au domaine des âmes défuntes.
N’empêche, ça me rappelle la fois où j’avais découvert ma vraie identité.
C’était pareil, je n’arriverai plus à redevenir cette forme surpuissante.
C’est seulement quand j‘ai chassé mes démons que c’est revenu.
J’espère que...


Mark : Bonjour Shiho.

Shiho : Salut Quiquetusois.

Mark : Je vais me présenter, ça simplifiera notre conversation. Mark Jefferson.

Shiho : J’aurais parié sur Ted Bundy, car comme lui tu es l’exemple même que toute cette blancheur qui doit être effacé de notre société moderne !

Ouais, je la joue Social Justice Warrior.
Ça me fera gagner ud temps pendant que je tortille mes doigts.
Il faut juste que j‘évite d’éclater de rire.
Ce qui ne devrait pas trop dur me connaissant.


Mark : Ça ne prend pas avec moi, même l’ambiance musicale est parfaite pour coller avec tes propos.

Shiho : Tu représentes tout ce qui ne va pas dans cette Phallocratie !

Il lève un petit sourcil en lâchant un court et bas rire à tendance psychotique.
Je crois que ma tentative de me faire passer pour une néo-féministe raciste ne marche pas.


Mark : Je sais qui tu es Shiho Miyano.

Shiho : Plus cliché comme phrase, tu meurs.

Mark : Plutôt malin quand même d’avoir essayer de jouer un rôle pour me piéger, mais je me suis beaucoup renseigné à ton sujet donc ça ne prend pas.

Shiho : Tu es du genre à bien planifier tes actes.

Sa réaction un poil flattée approuve mes dires.
Il part rapidement éteindre la radio, me privant du bonheur d’entendre l’un de mes youtubers préférés, pour à la place écouter ce gars avec une tête de prof universitaire de gauche.
Il revient ensuite vers moi en se remettant derrière son joujou pour l’allumer et préparer à une séance de top modèle que je n’ai jamais demandé.
Bon après je n’ai pas mon mot à dire ici, vu ma position.


Mark : Vois tu Shiho, c’est le moment où le grand méchant va te faire son long discours révélant ses motivations. Sauf que les miennes vont être courtes, ce sera plus une petite confidence.

Shiho : Prends ton temps, je n’ai pas prévu de partir tout de suite.

Mark : J’ai toujours eu cette obsession au fond de moi qui veut que je capture cette image de l’innocence qu’il y a chez les autres. Plus précisément

Shiho : Je rajoute Psychopathe à ton CV qui possède déjà la mention Sociopathe.

Mark : Tu es loin d’être la première à me le dire, car vous ne comprenez jamais ce que ça peut faire. Sauf Ahah Merde, lui a compris mon potentiel et m’a laissé intégrer ses rangs.

Shiho : Oh mais je comprends, tu es loin d’être le seul taré à avoir un goût prononcé dans l’art. Hitler aimait bien peindre, et c’est d’ailleurs en l’envoyant bouler que le prie est arrivé plus tard. Ironie quand tu nous tiens.

Mark : Contrairement à lui, j’ai percé dans mon domaine.

Shiho : Donc tu es moins pardonnable que lui. Intéressant…

Mark : N’essaye pas de me faire craquer, tu n’y arriveras pas.

Shiho : Autant essayer.

Avant, il a dit un nom que je connais bien.
Ahah Merde.
Scientifique fou belge qui est connu pour avoir une armée ce mercenaire au nom à rallonge et pourri à sa solde.
Son bras droit s’appelle Connard, véridique, et sa femme Barbie Turick.
Je ne l’ai jamais confronté car i la principalement sévi durant l’émergence du Quatrième Reich, quand moi et Gilbert on empruntait le chemin du temps pour partir sans le vouloir dans un futur proche.
Mort à cette époque, il a été ressuscité par sa douce qui s’avère être une Puissante Mage Blanche.
Depuis il se fait très discret, hormis un cas une fois à Paris dont je connais pas les détails.
Je dois en savoir plus sur sa présence dans cette histoire.
Mon petit orteil me dit que c’est important, et que le souffle du ventilateur me gonfle tout doucement.


Shiho : Quel est ta relation précise avec Ahah Merde ?

Mark : Professionnelle et assez respectueuse l’un envers l‘autre. Je suis un de ses Lieutenants préférés.

Shiho : Rappelle moi juste sa position au sein d’Hydra s’il te plaît ?

Mark : Il est l’une des plus hautes têtes d’Hydra.

Shiho : Intéressant…

Mark : Je ne t’en dirai pas plus car là nous allons arriver à ma partie préférée.

Je doute que ça soit celle où il me laisse partir en paix en me révélant que tout ceci n’était qu’une caméra cachée très efficace de Rémi Gaillard.
Non, je devine déjà ce qu’il va faire.

C’est bien ça.
Je me prends des coups de flash dans le gueule pour son plus grand plaisir de pervers.
Prévisible.
Enfin bon…
Il n’a pas remarqué que j’ai réussi à presque déchirer le bas du scotch sur tous ses liens.
Malheureusement, si je me libère maintenant, je serai en mauvaise posture face à lui.
Pour le bien de mon plan, il me faudrait une distraction.
Il est temps de prier les tous puissants.
Dieu, Cthulhu, Zeus, Shiva, Papa Legba, Monstre en Spaghetti Volant...
Si vous voulez faire quelque chose pour m’aider, c’est maintenant ou jamais.

Je rêve où c’est des coups de feux que j’entends ?
Oui, s’en est bien !
Ça a marché !
Putain, j’y crois pas !
Hum…
Marky Mark est distrait, c’est le moment ou jamais !
Tada !
Telle Wonder Woman, je m’élève les poings vers le plafond.
Vite, la bouteille !
Je…
Arg !
Enfoiré…
Il avait un flingue sur lui…
Un AMT Backup (http://www.imfdb.org/images/2/27/AMT_BackupRight.jpg)…
Fils de p...


Mark : Je crois que nous allons devoir écouter notre séance, inopportunément. Au moins j’aurais quelque clich…

Shiho : Ta mère ne t’as pas appris à te la fermer !?

Coup de pied !
Ah, il tombe ce connard !
Il s’est trop approche et comme il y avait les câbles à ses pieds, mon geste l’a fait s’emmêler dedans et le voilà désormais à ma merci.


Shiho : Une petite soif ?

Mark : Quoi ?

J’ouvre la bouteille en plastique d’un petit tour de main, puis avec l‘autre je verse son contenu sur le prise devant moi qui est au contact avec les vêtements conducteurs du photographe.
L’artiste voit sa carrière tourner court quand tout son corps passe à 230 Volts.
En temps normal, il pourrait survivre.
Mais avec ce liquide et ses fringues, il crame en beauté, faisant tout plein d’étincelles.
Après une dizaine de secondes d’agonie, le voilà qui s’éteint pour de bon.
Dommage qu’il n’ait pas pu immortaliser ce moment.
Ouais…
Je…
Oulah !
Je dois me tenir.
L’adrénaline redescend et la douleur revient au quart de tour.
Fais chier.
Je dois sortir d’ici et me soigner au plus vite.
En espérant que ceux qui créé ma diversion parfaite soient toujours vivants et pas hostiles à ma présence.
Il faut que je puisse bouger.
Allez !
La porte est juste en face, je peux le faire.
Je lâche dans 3, 2, 1…

Mince…
Je suis tombée…
Allez !
Si il faut, j’irai en rampant !
Je vais vivre pour toujours !
Je vais apprendre à voler !
Je sens que ça vient ensemble !
Les gens me verront et pleureront !
Je vais aller au paradis !
Allumer le ciel comme une flamme !
Je vais vivre pour toujours !
Bébé, rappelle-toi de mon nom !
La porte s’ouvre…
Des gens…
Une femme plus petite que moi…
De magnifiques cheveux mi longs dorés…
Des yeux gris perçant comme les nuages…
Un grand sourire à la Harley Quinn…
Elle me tend sa main…
Un tatouage sur l’avant bras droit avec une tache bleu…
Où est écrit en kanji 死者 avec des pétales roses l’entourant…
Je la prends…
Merci...
Jackie Estacado
Jackie Estacado
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 108
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Endgame [Terminée] Empty Re: [FIC] Endgame [Terminée]

Message  Clara Lille le Jeu 11 Juil - 22:45

Japon; Yokohama; Cathédrale du Sacré-Cœur





Suis je morte ?
Normalement oui.




Y a t-il une vie après la mort ?
Je le croyais.
Je commence à douter…


Lucy…
POURQUOI PERSONNE NE ME LAISSE TE VOIR !!!???
On ne s’appelle pas Fitz & Simmons.
Je l‘ai déjà dit !
Rendez la moi !
Que je puisse passer le restant de mes jours avec elle !
Qu’est ce que je dis !?
L’éternité carrément !
Ne me laissez pas me perdre dans un néant noir seule !
Putain !
Je ne veux pas crever sans pouvoir la serrer dans mes bras une dernière fois.
Ne me faites pas ça !
Je ne veux pas !
Lucy, c’est…
C’est la meilleure personne que je n‘ai jamais rencontré au monde !
Elle…
Elle m’a redonné goût à la vie, à mes rêves.
En 2015, j’avais perdu mes espoirs d’autant, tout n’était qu’illusion.
J’ai laissé Strucker et sa clique mener la danse.
Laisser Hydra devenir une multitude d’idéalogies contradictoires.
Que ça soit la Secte de Malick ou bien les Dégénérés à la solde de Merde.
Tout est parti en vrille dans cette famille qui m’a adopté jadis alors que j’aurais été bon à finir au camp.
Je n’ai rien fait pour empêcher le naufrage du navire, alors que pourtant j’avais les compétences, et la force, pour.
J’ai déçu ceux qui avaient confiances en moi tel Reinhardt.
Personne n’a pu me remonter le morale.
Pas même Danielle, alors que pourtant à l’époque elle était la personne vivante en qui je croyais le plus.
Vu que Schmidt était toujours six pieds sous terre à l’époque.
Arf…
Qui aurait cru que ce jour du 20 Août 2015 aurait celui où j’aurais rencontrée ma geekette préférée.
Tout avait commencé comme un jour ordinaire, enfin selon moi.
A vrai dire, c’était plus que ça, mais mon coté blasé ne voyait pas la différence.
List m’avait envoyé en mission pour sauver les miches de Strucker qui avait été auparavant capturé par ma future équipe, les Avengers, et envoyé à la case prison où il est moins facile d’en sortir qu’au Monopoly.
Umbrella voulait le tuer récupérer un de nos alliés, Jérôme Colonel, pour utiliser ses connaissances à leur avantage.
On parle tout de même de l’inventeur du Virus Xénophile.
Évidemment j’en avais rien à foutre et l’autre doc le savait, donc il a envoyé un de ses dresseurs pour essayer de bien me tenir en laisse comme une chienne.
Il s’agissait du fils de Wilson Fisk.
Dés que j’en ai eu l’occasion, je l’ai laissé crevé.
En achevant ses souffrance au passage.
Ce n’était pas généreux, je voulais juste m’assurer qu’il ne survive pas.
Et j’ai pu rejeter la faute sur nos ennemis du jour, donc tout était bon.
Et puis un mois plus tard de tout façon je faisais un peu de ménage au sein de mon organisation, pour éliminer les nuisibles, ne laissant que ceux en qui j’avais de la sympathie.
Autant dire que le ménage a été efficace.
Finalement, en m’approchant de l’entrée de la prison fédérale, j’ai remarqué une silhouette s’en approcher, et je l’ai suivi, tout en soulignant quelques faux raccords.
C’était la mode à l’époque.
C’est là, en arrivant dans le couleur que j’ai pu la rencontrer.
Découvrir cette beauté sans nom.
J’ai été instantanément sous le charme de son charisme.
Tenant fébrilement mon vieux pistolet chargée magnum chocolat sur sa petite tête fine.
En même, il y avait de quoi avoir son cœur battant la chamade.
Ses longues couettes blondes soyeuses et bougeant à un rythme soignée, qui ferait bander un certain membre de la Famille Clean.
Ses yeux bleus éclatants dont lesquels tu te perds en ouvrant bêtement la bouche avec un filet de bave qui en sort.
Sa grande taille, accouplée à son corps affiné sans être non plus anorexique comme les filles dans la série Batman de 97, qui est la même que la mienne et nous permet donc de nous embrasser sans torticolis.
La douceur de sa peau contre laquelle j’adore me frotter car j’ai l’impression de m’étaler contre du cachemire.
Ses petites oreilles, son minuscule nez, sa faible poitrine bien ferme…
Son sourire…
Oh son sourire, je le kiffe !
Tu m’étonnes que j’ai toujours envie de lui rouler une pelle !
C’est celui d’un Ange, tout droit tombé du ciel avec sa tronçonneuse.
Un ange qui partage une passion meurtrière avec moi, bien qu’en étant bien plus virulente, ce qui me surprend toujours mais peut s’exprimer par ce qu’elle a subi par son passé.
Elle a besoin de compenser.
Et puis, il y a le meilleur pour la fin, que je n’ai découvert qu’ultérieurement.
Ses pieds putains !
Égyptiens, petits, soignés, fins…
Son deuxième orteil du pied gauche est penché vers le gros, et le plus petit est vraiment petit.
Il paraît que c’est un signe que tu es enfantin.
Cela ne pouvait pas être plus vrai.
Au niveau du caractère, il y a tout pour me plaire !
Certains points sont d’ailleurs en commun avec Danielle quand j’y pense.
Par quoi je commence ?
J'ai déjà parlé de son côté "Je tue pour tuer" car c'est ce qui la fait vivre.
Bien que depuis que l'on est en couple, elle tout comme ma propre personne, s'est calmé sur ça.
On essaye de tuer principalement des vilains monsieurs.
Parfois on s'accorde une petite liberté pour s'amuser un peu, même si Lucy lance plus les hostilités que moi.
Après quand je le fais je suis plus bourrin et sèche, elle c'est gai et cartoonesque.
Un peu comme la fois où nous avons tenté de voler le Sapin du Marché de Noël de Strasbourg.
Le même jour que l'attentat.
Le bol car c'est le terroriste qui a tout pris.
Par contre ces débiles de Préfet et Maire ont annulé l'événement.
Je sais qu'en plus ce que j'ai mentionné, il y avait eu quelques jours auparavant un Saint Nicolas tueur qui avait massacré des gens, mais quand même.
D'ailleurs tant que j'en parle, trois généraux français faisaient partis des victimes.
Les "complotistes" attestent une autre version.
Impliquant UNIT et un assassin légendaire du nom de 47.
De nombreux témoignages vont dans ce sens.
Or les Merdias n'en parlent pas.
Comme d'hab.
Quand il faut tacler le Brexit, Frexit et les tweets de Vice Président Trump il y a du monde d'un coup.
Deux poids, deux mesures.
Retournons à ma dulcinée avant que je ne m'énerve.
Au pire, je vous filerai ma page Tweeter ou WK à vous là qui écoutaient mes pensées perdues dans les lymbes.
La gentillesse de la française me plaît énormément, car en dehors des fréquents bains de sang qu'elle cause, elle est adorable.
Toujours le bon mot pour me faire et oublier la douleur quand je vais mal.
Toujours à mes côtés à me soutenir dans mes combats.
Toujours là à écouter mes complaintes.
Toujours prête à pardonner mes actes sans me juger.
Nos disputes sont rares.
Elle a l'innocence d'un enfant et la bonté de Dieu.
Enfin, c'est ce qu'elle a et que eux sont censés avoir mais qu'ils n'ont pas vraiment.
Autre trait de personnalité qui me plaît chez elle, sa Perversité.
On parle quand même de celle qui note les tours de poitrine de ses camarades pendant leur sommeil.
Ce qui ne leur plaît pas en règle générale.
Je ne sais si ses parents étaient comme ça mais si ce n'est pas le cas, alors elle doit tenir d'Armand.
Lui quand il picole trop, ça donne de beaux spectacles vivants.
Une fois, il s'est retrouvé à poil dans les rues de Carcassonne sous - 10 degrés avec le braquemard collé au lampadaire.
La gueule des pompiers quand ils ont dû le décoincer.
Il a fait un tour en cellule de dégrisement après ça, avec une bonne douche froide.
Ça ne rigole pas.
Pour notre part, Lucy et moi nous buvons modérément.
Bien que quand elle prend bien sa cuite, elle devient encore plus Kawaii que ce qu'elle n'est déjà.
Dernier point sur ma grande Lucy.
Je l'ai déjà évoqué tout à l'heure, c'est côté geek sans être Nolife.
Passionnée de jeux vidéos, mangas, films, séries .
Elle m'a ouvert la voie à ce domaine.
Sachant que quand je suis née, la plupart de ces choses n'existaient pas encore.
Oui, je suis plus vieille que j'en ai l'air.
Faut dire qu'à mon réveil de la cryostase, je connaissais surtout Méliès, Keaton et Riefenstahl.
Que j'adore toujours, là n'est pas la question.
Je suis contente de les avoir pu faire découvrir à Lucy.
Bien qu'elle n'est pas fan de l'allemande.
Trop de mecs au torse musculeux et seyant pour elle.
Je n'ai pas ce souci.
J'aimerais tellement pouvoir mater la fin du dernier arc de SAO avec elle...
...

Tu la reverras.



OH PUTAAAAIIINNN !!!
QUI A PARLÉ !!?

Moi.
Oh fasz !
Arrête de me foutre les boules !
A me parler sans prévenir et à apparaître devant moi comme ça !
Qui que tu sais !

Ne fais pas un arrête cardiaque.
Je ne t’ai pas ressuscité pour rien.

Je ne suis pas morte ?
Non.
Grâce à moi.

Cette jap aux cheveux noirs est louche.
Je sais qu’il existe des gens qui ont des cheveux tellement long que ça touche leur pieds.
Mais là, même attaché en queue de cheval, ça touche le sol.
Ce n’est pas Raiponce mais tout de même.
C’est quoi cet uniforme scolaire ?
C’est la première fois que j’en vois un comme ça ?
Bon les yeux violets, ça fait très animé quand même.
Sauvée par une lycéenne...

Tu as fini de me décrire à tes amies imaginaires ?
Que je sache si je dois m’en aller et revenir plus tard.

És megérted, mit mondok kurva ?
Oui je comprends Bakanaonna.
Bon alors c’est quoi ton blase et pourquoi tu m’empêches de rejoindre ma blondinette à moi dans la mort ?
Je m’appelle Akeno Himejima.
C’est tout ce que tu as besoin de savoir.

Tu commences mal.
Exprès je vais t’appelle Raoul-chan.

Si je t’ai fait revivre, c’est parce que tu n’es pas chez toi.
L’entité suprême qui se nomme le Narrateur a créé cet univers éphémère de toute pièce pour jouer avec toi.
A première vue, il s’ennuie beaucoup et a passé à pacte avec plusieurs personnes mal intentionnées, y compris le Commandant d’une Flotte Dalek.
Il se trouve ici, dans ce même monde que toi.
Tu dois le vaincre pour pouvoir retourner avec lui chez toi.
Là où Lucy est toujours vivante, quoique plongée dans un sommeil magique.

Donc tout ce que j’ai vécu depuis mon réveil est fondamentalement faux.
Techniquement oui.
Mais si tu meurs ici, tu meurs dans la vrai vie.

C’est bon.
SAO, ça me connaît.
J’ai aussi d’autres mangas dérivés du même concept.
Même Matrix n’a qu’à bien se tenir, surtout que lui même un copié un animé.

Tu dois te réveiller.
Et confronter le Dalek.

Si tu me dis que en tapant le chef des boites de conserve, je retrouverai ma Lulu.
Hé bien Charly est prête.
Je veux juste savoir une chose avant de reprendre conscience.

Quoi ?
Pourquoi est ce tu m’aides ?
Ça t’apporte quoi ?

Cette vie est une illusion.
La vraie moi ne doit certainement pas avoir conscience de ce qui se passe ici.
De toute façon, ce plan de l‘existence est voué à s’effondrer.
Autant accélérer le processus.

Pourquoi moi et pas aider l’autre Balek là ?
Je préfère aider une humaine qu’un extra-terrestre génocidaire.
Question de prince.

Ça se tient.
Bon alors…
On se dit à jamais ?

A jamais Sarkissian-san.
Tout devient flou.
Elle disparaît…


Houlà !
Mon cœur a sauté un battement !
Putain de réveil brusque !
Et ce sol glacial bordel !
Je ne suis clairement plus à l’hôtel miteux d’avant.
Ni même si un pavé de trottoir rempli de chewing-gum.
Non, c’est plus une église chrétienne au vu de la gueule du lieux.
Avec tout plein de vitraux pour raconter des histoires qui me rappelle mes vieilles croyances.
Je ne saurais dire que style d’architecture c’est, ni même à quelle mouvance chrétienne on a affaire.
A vrai dire, je m’en bas la chatte de ça.
Ça me fait juste penser encore plus à elle.
Ouais…
Il y a peu, on a commencé à réfléchir à la prochaine étape de notre vie amoureuse.
Si l’on devait se marier.
On est partagée.
Je voudrais me marier officiellement à la Mairie, comme ça au niveau de la paperasse avec Kenzie, c’est plus simple.
Je ne veux pas faire un grand truc.
Lucy de son coté voudrait juste faire un Mariage Shintō au Sanctuaire Suwa-jinja de Nagasaki.
Sauf que pour le faire, il faut déjà avoir fait un mariage civil.
Nous ne nous sommes pas encore décidé…
Je crois que ces évènements vont m’aider à faire un compromis.
On fera les deux.
Pas grave si la partie Japon me plaît moins, ça me permettra de voir Lucy sourire et de peut être vivre un moment juste magique.
Oui, on fera ça.
Je te le promet mon ange.
Je vais te faire décoller jusqu’au 7ème ciel.
Tu verras ça au lit.
Allez !
On se lève et courage !
Ah ah !
Ah…


Où c’est pour lutter contre les Baleks ?

Bien sûr, elle est partie à présent.
Sans me filer l’une des infos les plus importantes pour réussir le plan.
Je fais comment là !?
Je marche au pif jusqu’à les trouver !?
Ça ne marche que dans un FPS ça !
Bordel de merde !
Rrrhhhoooo…
Même pas un petit signe pour m’indiquer la bonne direction ?


??? : Ah te voilà ! On va pouvoir partir à l’aventure comme en 40 !

Cette voix… ?
Nnnnaaaaannnn ???
Vous déconnez là !?
J’aime bien Armand, il est sympa, mais en allié c’est un boulot.
Certes il survit toujours aux pires des dangers, mais il est trop bourrin.
C’est le PNJ qui tire au pistolet sans silencieux sur des ennemis alors que t’es au beau milieu du camp ennemi en mode infiltration.
Vous n’avez pas meilleur ?
Parce que là, vous me donnez à nouveau envie de sauter par la fenêtre.
Bon, au moins ça renflouera mon abonnement chez les Tuvaches.
Je vais lui répondre.


Ophelia : Ouais ouais !

Voyons les cotés positifs.
Je ne suis pas dans l’équipe Noob.


Clara Lille
Clara Lille
Anciers
Anciers

Messages : 124
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Endgame [Terminée] Empty Re: [FIC] Endgame [Terminée]

Message  Ophelia Sarkissian le Sam 13 Juil - 23:16

États Unis; Minnesota, Highway 16

Les lueurs des voitures créent un jeu de couleur assez impressionnant à voir depuis l’intérieur de la vieille Chrysler Cordoba des Années 80.
La nuit étant tombée, ce spectacle obtient encore plus un coté agréable dans son observation.
Je peux aussi voir les arbres défiler le long de la route alors qu’on traverse une forêt de conifères avec des pin et sapins notamment.
La brume recouvre l’ensemble de la zone, nous plongeant dans une atmosphère me rappelant fortement Silent Hill, bien que cette ville soit dans le Maire.
Plus jamais j’y ai remis les pieds depuis 2014.
Pas que j’ai peur.
Ce serait juste débile de tenter le diable pour aucun raison.
Sachant que j’ai déjà fait mes preuves là bas quand ces visions d’horreurs sont venues m’attaque et me hanter.
Malgré l’épuisement que ça a été comme expérience, je retiens une chose de bonne de celle ci.
Ma relation avec Gilbert s’est amélioré à partir de là.
Il faut dire que nous avions commencé sur un mauvais pieds et nos rencontres suivantes n’avaient pas aidé.
Je peux vous citer quelques exemples.
Lui et Erza n’ont pas arrêté de pété ma clôture.
Je commence par le moins pire.
Il a tenté de tuer Ada pour aucune raison, m’obligeant à déménager alors que je venais d’à peine emménager.
Dommage, j’aimais bien cette baraque.
Au pire je pourrais toujours tenté de la reprendre.
Je pourrais aussi tenter de faire reconstruire mon manoir.
Je peux aussi tenter les deux.
Faire mon gros richard avec 20 baraques, un compte en Suisse, et une île à mon nom.
Un rêve qui n’est pas le mien.
Je veux juste jardiner et qu’on me foute la paix.
Tout en sauvant le monde une fois par semaine pour maintenir ma forme.
Quelques plateaux télés à la limite.
J’avais bien aimé mon passage chez Ellen DeGeneres.
Bien que la Montre Ada en Rose était pas le meilleur des cadeaux.
Surtout en présence de Haruhi.
Heureusement qu’elle calme sa jalousie.
Je suis fier de voir ce qu’elle est devenu.
Je ne m’étais pas trompé sur sa personne.
Pas comme Gill.
Revenons à lui d’ailleurs.
Il y avait aussi notre mission ensemble contre les Entités de l’Inframonde.
Mission qui maintenant que j‘y pense établissait beaucoup de choses qui reviendront dans le futur.
Les Projets autour de l’Inframonde d’abord tenu par les Nazis, puis Hydra, l’US Army, les Marines et en dernier lieu Armacham.
UNIT que je n’avais pas l’habitude de côtoyer à ce moment là, mais qui a présent font limite autant voir plus partie de ma vie quotidienne.
Les Entités de cette autre dimension qui tenteront d’envahir New Raccoon City à deux reprises.
Deux fois où je n’étais pas en ville malheureusement.
La première fois à cause de ma routine de la DSO, et la seconde fois pour déclarer mon amour à ma copine actuelle.
De vieux souvenirs.
Je vous passerai mon mariage avec mon Espionne Faussement Chinoise Préférée.
Je crois que le Maire, toujours en place, a toujours une petite bosse sur sa tête.
Lui aussi est devenu un visage commun à voir.
Tant mieux, il n’est pas trop pourri par rapport à d’autres au même poste.
Ni aussi demeuré que celui des Supers Nanas.
Néanmoins malgré ces mauvais moments de départ, Shiho m’avait demandé de lui laisser une chance en nous expliquant à moi et Ada quand fait la réalité était tout autre.
La folie de Gilbert était un masque qu’il se mettait sur le visage pour ne pas avoir à faire face à la mort de sa femme des mains du syndicat Millione.
Elle nous avait d’ailleurs résumé la tragédie en détail.
Ces dires m’ont fait douté.
J’ai partagé mes pensées avec ma femme après un coup au lit.
Grâce à son soutien, j’ai voulu lui laisse une chance, une dernière.
Je n’ai pas regretté.
Pas Silent Hill.
Cette ville touriste indescriptible connue pour ses mystérieuses disparitions et ses apparitions de fantôme ou autres créatures folkloriques.
Je peux vous dire que ce que j’ai vu là bas a commencé à me faire revoir ma vision des choses, de regarder ce monde sous un nouvel angle.
Depuis j’ai vécu des phénomènes semblables, et d’autres plus incroyables.
Notamment en rejoignant cette équipe qui est un peu comme une famille pour moi.
Bien plus que ma vraie famille.
Dommage que Fagin ait commis cette trahison, car ça a empiré la situation déjà peu cordiale.
J’ai essayé de prendre au mieuxs a défense.
Herf…
J’espère qu’il va bien.
Je devrais essayer de le revoir une fois sorti de ma situation actuelle.
Il doit toujours logé dans son bateau amarré à New York.
Ce n’est pas loin de notre lieu de mission.
J’ai hâte de retrouver Haruhi, et les autres.
Ah la la…
C’est décidé.
Je ferai vraiment reconstruire le manoir.
Ce n’est pas la première fois que pense à le faire, mais le projet est resté au placard jusqu’à présent.
Il fallait un déclic pour faire bouger mon cul.
Le voici.
Je le ferai, pour moi déjà, mais pas que.
Pour notre Déesse Haruhi…
Plus j’y pense, plus que je me dis que l’évolution de notre relation suit le même que elle avec Kyon, en plus rapide.
D’abord, nous étions des alliés réticents qui s’engueulaient fréquemment, jusqu’à aller de peu aux mains à de très rares occasions.
Ensuite, elle a fait des efforts pour calmer ses mauvais côtés.
En parallèle, je me suis rendu compte que vivre à ses cotés remettait un peu de vigueur de ma tasse de thé.
Pour finir, nous nous sommes mis ensemble.
Dans les deux parcours, il y a eu un moment choc qui a beaucoup marqué la relation.
Pour leur couple, c’est la fois où il s’est retrouvé séparé d’elle dont une réalité dénué de sens.
Avant ça, Kyon en avait marre d’être dans le Brigade SOS, et après ça, il s’y éclatait en étant plus actif.
Pour notre couple, c’est la séquence de torture du Albert Wesker qui n’est pas mon ami.
Avant ça, j’avais envie de quitter les Avengers pour mener les choses de mon coté, et puis après ça je n’ai jamais été aussi content d’en faire parti.
Haruhi…
Plus le temps passe, plus tues facile à vivre.
D’habitude, c’est l’inverse qui se produit.
Il faut croire que tu n’es vraiment pas comme les autres.
Toi qui a horreur d’être coincée dans la routine d’une existence ordinaire.
Honnêtement, je comprends très bien qu’elle ait une certaine affection pour Gilbert.
Je veux bien croire qu’il ait le feu du diable au lit.
Shiho dit pareil.
Je ne testerai pas.
Je suis liberté mais pas homo.
Ce serait plus facile si nous étions tous pansexuel.
J’inviterai d’autres personnes à loger à notre Manoir car de toute façon une vingtaine de personnes pouvait déjà y vivre à l’époque au vu de sa taille.
L’aveugle et la chimiste déjà car ils préféreraient être sur la terre ferme que sur le Valiant, au cas où il y aurait un problème de moteur.
Kyon, c’est évidemment.
Lui et l’autre Haruhi cherchent un coin stable pour vivre.
Et même si il est en relation avec la version humaine de notre brunette excentrique, il est clair pour tout le monde qu’il y a encore quelque chose entre lui et notre Dieu.
Ce sera l’occasion de suivre les conseils de Gill.
Pour l’échangisme, on verra ça plus tard.
Pour le gang bang, un jour peut être, peut être pas.
Tant que c’est pas sur moi.
Je crois que les autres pensent pareil.
Autant dire que le sujet est clos pour cette pratique.
Tant qu’on y est, je proposerai aussi à Fagin, pour l’aider.
Et puis à Claire et Inéz.
Je dois bien ça à mon amie qui a toujours été là pour moi.
Si il y avait pas eu Ada et Haruhi, ça aurait elle.
De ce côté, la Narratrice ne s’est pas trompée.
Même si j’ai plus de mal à me confier à elle qu’aux deux vraies élues de mon cœur.
Les deux seules avec qui je me suis marié.
Dure la vie amoureuse.
Pire qu’un manga Ecchi.
Je pourrais aussi inviter la Ada avec qui je n’ai pas passé l’anneau aux doigts.
Nous serions dix, ce qui est parfait.
Je ne demanderai pas au Albert Wesker qui est mon ami.
Je tiens à mes WC.
C’est pas sa faute, mais ils les flinguent chaque jour.
Les plombiers sont devenus nos plus fidèles clients, voir amis.
Il nous faudra un majordome sur le tas.
J’imagine bien Kyon faire ce boulot.
Je ne sais pas pourquoi.


Dahlia : Tu penses à quoi ?

Leon : Hein ?

Plongé au plus profond de mes pensées, j’en ai oublié où je me trouvais, et surtout avec qui.
Dahlia, qui a pu nous trouver une véhicule pour la fuite qui ne devrait pas nous permettre d’être identifier pour l’instant, selon ses dires.
D’ailleurs, j’ai joué cartes sur table avec elle.
Comme je m’y attendais, très peu de réaction venant d’elle.
Même pas une pointe de surprise, ce qui a été confirmé par ses propres mots en me révélant qu’elle soupçonnait que quelque chose n’allait avec tout ça depuis plusieurs heures déjà.
Un scénario auquel elle ne pouvait croire.
Preuve que cette réalité ne convint pas tout le monde.
Je vais encore une fois être honnête avec elle.


Leon : Je réfléchis à mon avenir.

Dahlia : Bien. Je ne peux pas espérer en avoir un, ni même mon vrai moi je suppose.

Leon : Même en n’étant pas la vraie, tu restes trop dure avec toi même.

Dahlia : Je suis réaliste, c’est tout ?

Leon : Tu viens de me donner une idée.

Dahlia : Laquelle ?

Leon : Propose le job de majordome à ton autre toi. Tu penses qu’elle acceptera ?

Dahlia : Si elle t’apprécie, je pense que oui. Elle mettra juste ud temps avant de s’y consacrer en temps plein, en arrêtant d’être une tueuse.

Leon : Au moins, ça dissuadera les voleurs de sévir chez nous.

Dahlia : Si tu peux lui permettre d’avoir l’avenir que je ne peux avoir, fais le. S’il te plaît.

Leon : Je le ferai. Je le fais toujours.

Dahlia : Merci.

Deuxième sourire de la journée, encore une fois pour moi.
J’ai de la chance d’avoir autant de femmes aux caractères si différents qui m’adressent autant de chaleur.
La moitié du temps, cela va plus loin.
D’après elles je ne suis pas juste une belle gueule baratineur.
Je veux bien les croire.
Ça me rassure.
Dans tous les cas, cela fait une personne de plus dans ma future nouvelle ancienne maison.
Je sens que ce ne sera pas la dernière.
Haruhi voudra certainement y installer aussi sa brigade à elle pour les avoir 24 heures du 24 à ses cotés.
Nous allons y être nombreux.
Une très grande famille.
Une famille bizarre.
Une Famille Adams.
Ce sera bien.
En attendant, il reste encore une étape importante.
Sortir d’ici.
Heureusement, le scénario est simple.
Il faut s’en prendre à la tête de la Roxxon Corporation d’ici.
Peter Scarborough.
Il tient un dîner de charité cette nuit à la Roxxon Tower dans l’Upper West Side.
Le bâtiment sera gardé par leur sécurité privée[ et Shoreline sera là aussi.
Il y aura peut être Ashlie aussi, bien que ce ne soit pas certain.
Si nous appliquons ici une logique de jeu vidéo.
Si je vaincs le Boss, je devrais retourner dans ma propre réalité.
Je n’ai aucune garantie que cela fonctionnera de cette manière.
Qui ne tente rien n’a rien.
Direction New York.
Je vais me reposer un peu, le temps qu’on arrive.
Ophelia Sarkissian
Ophelia Sarkissian
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 246
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Endgame [Terminée] Empty Re: [FIC] Endgame [Terminée]

Message  Kenzie Dodgera le Mar 23 Juil - 23:47

Quatrième Reich; Belgique; Wallonie; Saint-Ghislain; Repère Résistance

Son humour me manque.
J’aimerais bien une petite blague pour désamorcer la situation.
Il est le spécialiste en la matière.
Son absence se ressent beaucoup de ce côté là.
Par contre, peut importe ce que l’on lui.
Même sans lui, ce monde reste dans son essence même assez absurde.
Absurde sans être tout aussi drôle.
Niveau Sarah Kyrine.
La Sorcière Incohérente.
Je me demande ce qu’elle devient, vu que cela fait un bon moment que nous ne l’avons pas vu.
Enfin bon…

Que vaut la vie sans une petite touche de gaieté ?
C’est un peu le dicton de bien aimé mari.
Quand j’ai repris mes souvenirs d’antan, il fut vraiment dur pour moi de suivre ce diction de sa part.
Surtout quand la menace du Corbeau Argenté planait toujours au dessus de moi.
Désormais, avec leur aide, la participation au groupe de soutien, et le dernier Tanabata, je me sens enfin épanouie.
J’essaye d’être moins sur mes gardes, bien que ça soit une habitude très difficile à enlever.
Leon me le confirmera.
Merci Gilbert.
Merci…
Tu es vraiment la meilleure chose qui me soit arrivée dans toutes mes vies.
Je serai pour toi tout ce que l’autre connard aurait voulu que je sois pour lui.
Sans y être forcée.
Je serai toujours à tes côtés.
Jusqu’à la mort, la vraie.
Si nous y arrivons un jour.
L’avancé de la Science n’aidant pas pour ça.
La preuve étant nos corps synthétiques, précédés de ceux de robots, puis de nos véritables enveloppes corporelles.
J’adore tout ça, bien que je sois conscience de l’Homme risque de l’utiliser à mauvais escient, comme c’est déjà le cas avec les drones et la nanotechnologie.
Pourtant de nombreux cas nous montrent à quel point cela peut être bénéfique pour nous, pour cette planète.
Prenons l’exemple des personnes qui utilisent les drones pour dénoncer le manque de sécurité dans nos centrales nucléaires, ou aussi pour fertiliser les champs.
L’avancé de la médecine orchestrée par le Docteur Angela Ziegler qui a révolutionné la médecine moderne et permet de mieux soigner différents types de blessures, plus ou moins grave, à une vitesse hallucinante.
Nous avons perfectionné les intelligences artificielles, et Curie est le meilleur exemple que je connaisse où il n’y a que du positif, vu qu’elle même pu vivre une relation amoureuse avec un humaine ordinaire.
A contrario, je mettrai sous le tapis le scandale des Life Model Decoy.
Il vaut mieux.
Le projet de tout une vie réduit à néant par deux esprits obscures.
Holden Radcliffe était profondément anéanti après tout ça.
Depuis, il a repris du poil de la bête mais il peine à trouver un nouveau projet à lancer pour la suite de parcours.
Surtout que UNIT, continue à le dépasser dans tout ce qu’il veut entreprendre, comme avec les Synthétiques.
Je suis impressionnée qu’on puisse déjà créer de vrais personnes à partir de matériaux de synthèse.
La réalité a dépassé la science fiction.
Terminator et Metropolis sont déjà de l’ordre du passé.
Nous avons suivi une évolution étonnamment similaire à Blade Runner avec les Réplicants.
D’ailleurs…
Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?
Qui sait ?
Par contre, j’ai quand même la crainte qu’on finisse comme dans Soleil Vert.
Enfin…
On y est peut être déjà.
C’est la fin du monde telle que tu la connais Raph.
Nous arrivons à un tel niveau de technologie que je me demande ce que seront les prochaines avancées, hormis les voiture et skates volants.
Qu’est ce qui sortira de nos têtes de génies ?
Le frisson est là, tant rassurant qu’affolant.
Arrêtons de parler de choses fâcheuses, puis concentrons nous sur les bienfaits de nos travaux, pour éviter de sombrer dans le nihilisme le plus total.
Je discute de ça avec une vieille connaissance qui ici ne me connaît pas du tout.
Il s’agit du Célèbre Physicien Américain, Sheldon Cooper, de la California Institute of Technology de Pasadena.
Nous nous sommes déjà rencontré plusieurs fois par la passé, avec sa version de lui que je connais, et bien qu’il nous arrive de nous prendre le bec sur divers sujets, nous avons tout de même un certain respect en commun.
Comme beaucoup d’autres personnes, il a été dur de communiquer avec lui en premier lieu dû à sa personnalité particulière, c’est le mot.
Imbu de lui même, très critique envers les autres, ultra méthodique, super antipathique…
De quoi repousser l’invincible armée de Gengis Khan en les saoulant à mort.
Étonnamment, il a cru à la vérité sur toute cette histoire quand le lui ai raconté.
D’après ses propres calcules, ceci est l’hypothèse la plus crédible au vu des éléments de preuves qu’il a remarqué jusqu’alors.
Je n’aurais pas cru qu’il y aurait autant d’indications que ce monde a été créée de toute pièce pour moi, car pour l’instant je n’ai ai presque pas vu par rapport à l’autre fois avec Pinoulelapin.
J’ai juste remarqué des zones floues et coïncidences trop facile dans les récits des personnes interrogés.
Oui, j’ai pu conversé avec plusieurs personnes depuis la dernière fois.
Je me rends compte que je ne vous ai pas détaillé ce qui s’est pas depuis mon sauvetage du cercueil de la part ces mystérieuses personnes.
Revenons un peu en arrière si le voulez bien.
J’étais donc tombé dans les pommes suite à la blessure que m’avait infligé le psychophotopraphe.
J’ai cru m’éteindre à jamais, consumé par les flammes de l’Enfer.
Mais non, tout va bien.
A peu près.
Je me suis réveillé dans une infirmerie crasseuse digne des squats de HLM dans nos banlieues françaises.
Même odeur et un niveau de vie similaire.
En revanche, ses occupants ont des fringues un peu différents, plus clochards traditionnels, parlent très bien le français, plus que certains ministres, et en plus ils sont sympas et n’essayent pas de te violer parce que tu as osé ne pas répondre à leur technique de drague plus flatteuse.
En même temps, vaut mieux pas pour leur santé.
Si j’entends le moindre « Hé mad’moiselle, tu baises !? » venant d’une de leur bouche, je broie leur bijoux avec une seule main pour m’assurer qu’ils ne pourront jamais se reproduire.
Que leur espèce disparaisse, on ne pourra que mieux s’en porter.
Non, ce n’est pas un propos déplacé.
Je peux faire vachement pire.
Je n’ai même pas mentionné leur teint de peau, origine ethnique ou religion.
Là ça fait fait vendre, là fait le buzz.
Je devrais écrire un bouquin autobiographique.
Je ferai mieux qu’un Sarkozy ou un Hollande.
C’est pas compliqué d’ailleurs, rajoutons à cela que j’ai le soutien du public par rapport à eux.
Beaucoup de fans de mes travaux veulent que je m’y lance.
Si je le fais, ce ne sera pas juste pour parler de ma passion qui est au passage mon travail principal, avant celui de super héroïne.
J’ai déjà fait une thèse et remporté le Prix Nobel de Chimie sur ma découverte des Formes de Vie Intraphotocellulaires, pas besoin de rallonger la pâte jusqu’à ce qu’elle se déchire.
Il y aurait tellement de choses à raconter.
Ouais…
Déjà que nos films ont dû à tout détailler en eux même, j’imagine la chose.
Des milliers de pages.
Il me faudrait un titre plutôt stylée…
Je pourrais reprendre celui du poème que j’ai fait.
« L'Oiseau à la Cage d'Or »
Très poétique, très français, peut être trop d’ailleurs.
Cela fait un peu intellectuel.
C’est tout moi.
J’ai besoin de l’aide de Gillou pour ça.
Il est doué pour trouver des titres à la con qui percent.
Pour cela, je vais arrêté de digresser.
Encore une fois.
Ce sera sûrement long, prenez un siège.
J’étais donc sur mon lit de non mort à reprendre doucement conscience, mes yeux se réhabituant à la lumière, tandis que je les frottais d’une main fragile.
Il faut dire que j’ai perdu beaucoup de sang.
Mon état est pas le meilleur, mais je peux tenir débout tant que je ne fais pas trop d’effort.
Heureusement que ces types ont l’air d’être des alliés.
J’en aurais bien besoin.
Certes, mon grand ennemi du jour est un handicapé, mais avec mon état, il est capable de me vaincre à lui seul.
Sachant qu’il a tout une clique armée jusqu’aux dents et équipés de matériels de qualités nazis, alors autant me jeter dans les escaliers, ça reviendra au même résultat que d’y aller seule.
L’infirmière improvisée qui s’occupe de moi[ m’a vite fait expliqué la situation.
Mes sauveurs se nomment les « Petits Suisses », une faction rebelle belge de Wallonie.
Si vous avez bugué sur cette phrase, c’est normal.
J’ai moi même levé un grand sourcil en l’entendant.
Ces rebelles renverser le régime en place, ainsi que reprendre Bruxelles.
En effet, leur ancienne capitale est devenue celle de la Frandre qui est un pays indépendant créé grâce à une entente entre le dernier gouvernement de Belgique et le Quatrième Reich.
De bons gros collabos.
Les tensions entre les Flamands et les Wallons est donc au plus au point.
C’est fou tout ce que l’on peut encore découvrir sur le monde dans lequel on vit.
Je découvre des choses sur ce petit pays dont personne n‘a a rien à faire.
Enfin si, on pense à eux quand il s’agit de cracher sur l’Union Européenne puisse que leur siège est là bas.
Toujours rattaché à ça, je les plains.
Eux me connaissent.
Comment ?
Je n’en sais rien.
Leur chef viendra me voir en temps voulu.
C’est cette femme que j’ai vu avant de perdre connaissance.
Stéphanie, c’est tout ce que j’ai pu obtenir en info supplémentaire sur elle.
Son prénom en sommes.
Pour l’infirmière, c’est Louise.
Visiblement, ils sont allergiques aux noms de familles ici.
Ou alors ce sont des clones.
J’ai vu plus improbable en scénario.
En plus, ils existent dans mon univers, et ils s’ajoutent aux progrès de la science que je parlais tout à l’heure.
Dommage que ça soit des personnes comme Natalya Vipèra qui s’en servent en règle général.
Tout le sérieux et le concret de la chose sont vont de façon fantasmagorique.
Bref…
Nous voilà reparti vers le Présent.
Sheldon, voulant me rencontrer, est venu de lui même pour qu’on échange nos points de vues de chercheurs [sur divers sujets.
Cela fait plusieurs minutes qu’il déblatère son vécu dans un monologue interminable.
Je crois que je vais l’arrêté un peu en partant sur un autre sujet.


Shiho : Et sinon, tu en penses quoi des autres secteurs de la recherche comme le mien ?

Sheldon : Je dois avouer n‘avoir que récemment cerner l’utilité des autres domaines scientifiques que je jugeais inférieurs à la physique théorique. Grâce à mes amies si je puis dire.

Shiho : C’est bien de revoir ses connaissance que l’on pensait acquise pour obtenir un autre point de vue sur ce qui nous entoure.

Sheldon : Il est vrai que j’en viens même à penser que nos collègues Ingénieurs sont même parfois supérieurs à nous.

Shiho : Tu es sûr que… ?

Sheldon : Bazinga !

Shiho : Je me disais aussi.

Sheldon : Que je suis drôle !

Juste quand je me disais qu’il avait fait énormément de progrès.
Mieux vaut un peu que trop, ce serait bizarre.
Laissons rire un peu, ça lui fera du bien.
Quand à moi je vais me concentrer sur quelque de bien plus sérieux.
En ayant jeté un petit coup d’œil à ma droite, j’ai aperçu Louise en train de discuter avec la sosie d’Harley Quinn tout en me jetant quelques regards.
On dirait que notre conversation ne sera qu’une question de secondes.
Mon infirmière fait alors signe de la main au Docteur Cooper de s’en aller, ce qu’il fait en me saluant de la tête avec sa petite grimace qui lui sert de sourire.
Au final je me retrouve seule avec la blonde qui m’a dirigé mon sauvetage, et je vais enfin savoir pourquoi moi, et comment ils me connaissent.
Je ne suis pas censée être connue par ici.
Elle s’approche de moi sans perdre sa beauté et sa gaieté pour se poser à mes cotés.
J’essaye de me mettre à peu près droit pour converser convenablement avec elle.


Stéphanie : Salut, moi c’est Stéphanie, surtout connue sous le pseudonyme de Keilove, mais ceux qui me connaissent très bien m’appelle en général Steph.

Shiho : Je peux t‘appeller Stéphie ?

Stéphanie : Tiens, personne ne m’avait appelé comme ça auparavant. Pourquoi pas.

Shiho : Tu fais quoi dans la vie Stéphie à part dirigé cette troupe ?

Stéphanie : On commence par moi ? D’accord. Hé bien…

D’un coup, elle sort un paquet de clope d’une de ses poches pour s’en griller une tranquillement, avant de débuter son discours.
Bien évidemment, elle me le tend gentiment après s’être servie.


Stéphanie : T’en veux une ?

Shiho : Non, j’ai déjà ma drogue avec le Café.

Stéphane : Ah d’accord.

Shiho : Je ne préfère pas cumuler, contrairement aux hommes politiques.

Ma remarque la fait rire.
Le feu au bout des lèvres, elle détaille un peu plus qui elle est.


Stéphanie : Avant j’écrivais beaucoup de petites fanfictions sur des univers que j’aime bien comme Life Is Strange ou Detective Conan, mais l’inspiration est vite retombées avec tous les ennuis qui ont commencé à me tomber dessus, notamment à cause des actions de ce gouvernement de lâches.

Shiho : Tu n’as donc plus de hobbies pour l’instant ?

Stéphanie : Je dessine un peu, mais rien de jolie.

Shiho : Tu pourras m’en montrer ?

Stéphanie : Peut être. Si on parvientà renverser le pouvoir en plus.

Shiho : Cela risque d’être dur, tu coupes une tête d’Hydra et une autre repousse.

En plus, il y a le fait que ce monde s’effondra quand tout sera fini.
Si Stéphanie n’existe pas de là où je viens, je n’aurais jamais l’occasion.
Il faut que je dise ce qui se passe vraiment ici.
Qu’elle me croit ou pas.


Shiho : Écoute…

Stéphanie : Je suis vraiment contente de t’avoir enfin en face de moi, depuis le temps que je croyais en la Prophétie annonçant ton arriver pour battre le Mal qui nous ronge actuellement. Personne ne me croyait jusqu’à ce que la première partie finisse par se produire.

Shiho : Qu’elle prophétie ?

Elle sort un parchemin ancien d’une autre de ses poches.
D’étranges caractères y sont marqués dans une sorte de rébus incompréhensible.


Stéphanie : Il est écrit « Seule Shiho peut vaincre Ahah ».

Shiho : Ouais…

Cela me semble beaucoup tiré par les cheveux ce truc quand même.
Elle finit par ranger son précieux bout de papier, me laissant le temps d’en placer une.


Shiho : Ce monde est faux.

Stéphanie : Ah… ?

Elle me regarde pendant quelques secondes avec des gros yeux de merlan frit.
Finalement, elle se met à rire, en croyant pas à un seul mot de ce que je viens de dire, ce qui est compréhension de sa part, bien qu’avec mon statut un peu particulier à ses yeux, j’aurais espéré qu’elle me croit sans sourciller.


Stéphanie : Je ne suis pas aussi crédule que tu le penses.

Shiho : Donc tu crois un vieux torchon tout pourri, et pas la parole du prophète ? La cohérence de ta croyance prouve justement qu’il y a quelque chose qui cloche avec cet univers.

Stéphanie : Eu…

Shiho : Les coïncidences sont de trop grosses ficelles faciles qui prouvent que le Narrateur veut que je gagner. Votre arrivée soudaine avec l’excuse la plus bidon que j’ai jamais vu de ma vie, la présence inopinée de Sheldon dans votre groupe, et je paris que comme par hasard c’est aujourd’hui que nous allons lancer un assaut contre le grand méchant ?

Stéphanie : C’est justement ce qui est au programme…

Shiho : Toutes les chances sont tellement de mon côté que ma blessure grave n’est rien.

Espérons que j’ai juste.
Je me concentre un peu.
J’ai foi en mon jugement.
Mes pieds touchent le solen un bond, le reste suit.
Je tiens debout.
Pas même un gémissement de douleur.
J’avais raison, j’en souris même.
Par contre, la chef de rebelles est choquée d’apprendre la vérité sur son monde.


Stéphanie : Tu as raison…

J’y étais petit être un peu trop fort.
Après il était préférable de le lui dire plutôt que de mentir allégrement.
Je vais essayer de la rassurer car là je vois très clairement qu’elle va nous faire un malaise.
Je m’approche de d’elle et je…
Je lui fait une accolade.
Amicale bien sûr.


Shiho : Tu as l’impression que tout ton monde s’écroule autour de toi n’est ce pas ?

Stéphanie : Exact…

Shiho : J’ai vécu quelque chose de similaire quand les souvenirs de ma première vie me sont revenus à moi. Bien sûr, ce n’est pas la même chose que de découvrir que tout ce que l’on vit est un mensonge et que tout s’écroulera autour de nous au bout du compte.

Stéphanie : Il n’y a pas un moyen d’empêcher ça ?

Shiho : Je ne crois pas. Tu peux en revanche faire en sorte d’accomplir ton but de renverser le pouvoir en place pour me permettre de revenir de là d’où je viens, sauvant par la même occasion ton possible double exemplaire de toi là bas.

Stéphanie : Je vais faire ça, pour toi au moins.

Shiho : Merci.

Stéphanie : Il ne faut pas le dire aux autres, sinon ils risquent de déserter.

Shiho : D’accord.

Je relâche la pression qu’exerce nos deux corps, l’un contre l’autre, pour lui permettre de respirer un peu.
Bien que cela se voit qu’elle reste chamboulé par la nouvelle, elle essaye de faire un effort pour ce qu’elle juge être le bien commun.
J’aimerais avoir tort pour une fois.
Que ce monde puisse survivre à mon départ.
J’aimerais vraiment.
Pour elle, pour Zarick...


Shiho : Est ce que le Zarick d’ici est toujours vivant ?

Stéphanie : Zarick ? Je ne sais pas. C’est la première fois que j’entends ce nom.

Shiho : C’était juste pour savoir.

Connaissant un peu l’Hydre, je suppose qui n’existe déjà plus, si il n’a pas été sorti de force du scénario par son auteur.
On va devoir faire avec…


Shiho : Tu vas pouvoir enfin me dévoiler le plan pour vaincre le Boss final.

Passons aux choses sérieuses.
Voir si il va falloir que j’implique dans la prochaine attaque, en changeant quelques détails.
Il faudra être prudent.
Pas la moindre erreur.
Stéphie m’adresse un sourire avant de lâcher les dés sur le terrain.
Prête autant que moi à mettre fin à ce cinéma.
Kenzie Dodgera
Kenzie Dodgera
Arrivants
Arrivants

Messages : 33
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/04/2019
Localisation : Dans ton cul. ^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Endgame [Terminée] Empty Re: [FIC] Endgame [Terminée]

Message  Ophelia Sarkissian le Jeu 25 Juil - 23:45

Japon; Yokohama; Chinatown

On est paumé !
Bien évidemment !
Quelle idée j’ai eu de suivre Armand à l’instinct sans réfléchir !?
Sous le coup de l’adrénaline, on peut n’importe quoi !
Si Lucy était là, je lui demanderai de m’en coller une.
Putain…
J’aime bien son Grand Père, mais pour ce qui est du sens de l’orientation, on y repassera.
On pas loin d’un niveau à la Zoro avec un R.
Celui de One Piece.
Non parce que si c’était celui avec deux R qui signe son nom d’un Z de la pointe de l’épée, je te jure que je serai déjà rentrée à la maison depuis d’une heure.
Non, à la place on a perdu un temps monstrueux à éviter si possible les monstruosités monoculaires et à défourailler celles qu’on ne pouvait pas esquiver pour au bout du compte revenir au point de départ.
La même ville !
Il fait soir en plus maintenant, le soleil se couche.
Je hais ma vie !
Tuez moi !

Hé !
Je vous vois rire dans le fond là !
Ça vous fait marrer comment je menace de me faire crever à chaque fois !?
C’est ça, riez bande de veaux !
Gruik gruik !
Non attends ça c’est le cochon.
Hé merde…
Je me ridiculise de plus en plus.
Fait chier…
J’ai l’impression d’avoir le QI d’un Trisomique.
Je dois me concentrer.
Ça m’évitera de faire d’autres conneries dans le même genre.
« GUEEEUUU !!! SUIVONS LE VIEUX FOU, JE SUIS SUR QUE TOUT VA BIEN SE PASSER ! »
J’ai perdu la main depuis que je ne m’occupe plus des affaires de ma famille.
Mon mentor me passerait un savon si il me voyait là comme ça.
Je le mériterais.
Enfin bon…
Cessons de geindre.
Où on est exactement là ?
On ne dirait pas qu’on est encore au Japon mais plutôt en Chine.
Je ne savais pas qu’ils avaient des quartiers comme ça ici.
Je croyais qu’ils se détestaient trop pour ça.
Première nouvelle, merci de nous prévenir.
Sympa comme coin n’empêche.
Dommage que ça soit vidé de ses habitants, tout ça à cause de ces Baleks.
Ceux là qui font planer leur existence sur la notre depuis le ciel.
Avec toutes ces soucoupes volantes.
Ce serait donc eux depuis le début ces affaires d’apparitions de vaisseaux de petits gris qu’on entend parlé depuis des lustres ?
Roswell aussi ?
Si c’est le cas, pour ne pas nous avoir envahi à l’époque, surtout si ce sont des aliens génocidaires sans scrupules.
Hmmmm…
Comme d’hab, je n’aurais sûrement jamais la réponse.
L’Armée Américaine garde bien secret tout ce jolie bordel bien enterré au fond de la Zone 51 où ils essayent de reproduire en douce cette technologie venue d’ailleurs.
Il faudrait qu’on aille visiter cette base un jour ,pour percer ces secrets et les révéler au grand jour.
Je suis sûre qu’on pourra créer le plus gros scandale d’état du siècle.
Même l’ONU bougera son cul pour l’occasion.
Il faut juste qu’on arrive à trouver le moyen d’atteindre leur chef.
Je me demande à quoi il ressemble.
Est ce qu’il est plus gros, voir même énorme que ses subordonnés ?
Un peu comme dans un jeu vidéo où le boss en impose plus que les simples ennemis que tu expédies vite fait bien fait.
Je sens que je vais être déçue, si ça se trouve on est plus proche de Fable II avec le vieux que tu vaincs en une pichenette.
Ce qui est sûr, c’est le vaisseau mère, lui il pèse son poids en couilles de chameaux.
Il est bien plus facile à voir que les autres, bien plus rikikis.
J’ai presque envie d’aller faire un tour dans l’espace pour avoir une meilleure position pour prendre cette flotte en photo afin de le montrer à Lulu quand je serai à nouveau avec elle.
On dirait qu’il faudra que je me contente de ma position.
Ouais, je le prendre en photo.
J’ai déjà demandé à Armand de me prendre en photo auparavant en train de maraver ces robots galactiques.
Avec un peu de chance, elles seront toujours là quand je me réveillerai de ce cauchemar.
Un petit souvenir positif de ce[te situation déplaisante.
J’en ai aussi pris une de son grand-père.
Ça la fera rire de le voir vêtu de la sorte.
A la Rambo.
C’est pas tout ça mais je vais me poser un peu après toute cette marche inutile qui ne m’aura apporté qu’un peu d’action, bien que je préfère les victimes plus vivantes.
Là il y a un banc en pierre.

Aaaaaahhhhh…
Ça fait du bien !
Mes jambes peuvent enfin respirer.
Par contre, juste un détail.
Dans cette uchronie, je me demande si il  y a d’autres survivants ?
Ce serait vraiment bizarre que il y ait juste moi et Papy Sénile qui aient survécu.
Encore une question sans réponse.
Ce scénario n’est pas bien foutu.


Armand : Je me s’asseoir à tes côtés ?

Ophelia : Bien sûr, prends place.

Je me pousse un peu pour qu’il puisse y mettre ses fesses.
Avec son âge, ça doit être difficile de parcourir des kilomètres comme ça.
Bien qu’il garde la forme quand même le salaud.
J’aimerai être comme lui à son âge, sans le côté cent neurones en moins.


Armand : Franchement, tu m’impressionnes quand tu te débarrasses de ces fours sur pattes.

Ophelia : A ce point ?

Armand : Il faut dire que je ne me rappelai pas que tu avais une puissance capable de soulever une voiture pour la balancer sur les connards.

Ophelia : Moi non plus. Faut croire que ça fonctionne comme ça ici. Quand tu veux, tu peux.

Armand : Tu penses que l’on peut arriver à destination avec facilité si on y croit à fond ?

Ophelia : Peut être…

Tiens tiens tiens, cette courte conversation vient de me donner une superbe idée.
Je crois que le Destin, ou plutôt une force invisible est de mon côté pour le coup, car il y a même comme par hasard une vieille Volkswagen Combi aux couleurs flashy stationnée plus loin dans l’allée qui dénote du reste de l’architecture, avec son gong et ses lanternes chinoises, par son look hippy.
Allez savoir si c’est ce trans aux pouvoirs exagérés qui est derrière cette mystérieuse aide, ce qui serait bizarre vu qu’il est celui qui m'a amené ici, mais bon là je m’en fous.
Tout ce que je veux, c’est revoir ma Lucy.
Et faire un tour au Nevada afin d’assouvir ma soif de curiosité
Les questions, je les laisserai à mes camarades, comme Leon ou Shiho.
Ah moins que je ne croise le concerné sur ma route.
Là maintenant, je m’en vais aller défoncer le Grand Vizir planqué dans son palais là haut.
Pour se faire, je vais me lever et ricaner fortement histoire d’attirer toute l’attention sur ma personne pour faire venir les cocottes sur pattes à moi, en ayant plus de charisme qu’une Natalya Vipèra.
Est ce qu’elle est déjà encore vivante celle là ?
Je sais plus.
Est ce que c’est vraiment important de le savoir ?
Je ne crois pas.
Allez, c’est parti mon kiki !



N.D.A. : J’ai dû réécrire ce passage à cause de libre office qui m’a fait un coup de pute.
Je ne suis pas trop fier de ma réécriture.
L’original était mieux formulé, bien que toutes les idées y soient.
J’espère que ça vous ira.


Ophelia : Et les Baleks, je m’en bas les couilles ! MWA AH AH AH AH AH !!!

Armand : MWA AH AH AH AH !!!

Il rigole aussi !
Je sais pas pourquoi !
C’est magique !
C’est contagieux !
Oh tiens là bas, justement quand ont parle des clodos, en voilà un !
Un tas de ferraille ambulant pointe le bout de son œil en faisant la grossière erreur d’être seul, déjà qu’à cinq ils n’ont aucun chance face à mon skill.
Il ne le sait pas encore mais il va m'être utile.
Un duel de regarde entre lui et moi.


Dalek : Horoboshimasu !

Ophelia : Viens voir maman !

Je fonce à la Naruto sur sa gueule, esquivant ses tirs avec brio, avant de lui sauter dessus pour le reverser, le déstabilisant grandement.
Incapable de me viser, j'en profite pour le désarmer sans problème en lui arrachant les bras un peu comme j'arrachais les ailes d'une libellule dans mon enfance pour me tenir chance.
Désormais inoffensif, à ma connaissance, je vais pouvoir m'amuser un peu en trofouillant ses entrailles après y avoir fait un trou au préalable.
D'ailleurs, qu'est ce que c'est que poulpe avec des yeux à l'intérieur ?


Dalek : Retirez vos membres antérieurs de là !

Ophelia : C'est qu'il sait parler anglais le Coquinou !

Dalek : Vous serez emmenée sur Skaro pour y être torturée !

Ophelia : C'est ça, comme ça je pourrais éliminer votre race inférieur.

Dalek : NOUS SOMMES SUPÉRIEURS À TOUTES RACES !!

Ophelia : On dirait que j'aI touché une corde sensible. Tu sais, j'ai déjà rencontré un moustachu allemand qui avait votre même façon de penser.

Dalek : Vous allez retiré le système d'autodestruction !

Ophelia : Ah c'était ça cette petite merde !? Au moins comme ça je n'aurais pas de mauvaise surprise.

Dalek : Arrêtez tout de suite vos actions.

Ophelia : Je crois que j'ai compris comment te virer de là pour y faire de la place.

Dalek : NNNNOOOONNNNN !!!

Ophelia : SSSSIIIIIIIII !!!

Je retire la pieuvre mutante de son jolie nid douillet.
C'est qu'elle tente de se rebeller cette mocheté !?
Tiens !
Couchée !
Et tiens !
Tu sens bien ma semelle !?
Grosse truie !
Gruik gruik !
Là c'est bon !
Bon, allons voir mon compagnon d'aventure.
Ce dernier m'observe depuis derrière le banc avec un vieux fusil de mon époque déployé pour ouvrir le feu si mon petit combat avait dégénéré en ma défaveur.
Toujours là pour couvrir mes arrières ce vétéran.


Ophelia : Pas eu besoin de toi pour le coup.

Armand : Dommage, je voulais me rendre utile après nous avoir fait perdre du temps avec ma mémoire défaillante.

Ophelia : En fait, tu vas pouvoir être utile.

Armand : Je t'écoute.

Ophelia : J'ai besoin d'un pilote pour cette armure afin de nous permettre de rejoindre leur vaisseau mère en volant.

Armand : Je ne crois pas qu'il y ait la place pour nous deux là dedans.

Ophelia : Je te chevaucherai.

Armand : Oh oui !

Ophelia : Je parle de la carcasse avec toi à l'intérieur.

Armand : Oh non...

Ophelia : Prêt ! ?

Armand : Toujours pour Collaborer, comme au bon vieux temps !

Il accourt vers la boîte vide pour s'y faufiler.
On dirait un gamin qui a eu son nouveau jouet.
Lucy tient définitivement beaucoup de lui.
Il est temps de faire une courte ellipse le temps tout préparer, en vous mettant la chanson qui m'a inspiré ce plan de génie.



"Est-ce que tu viens d'une terre là-bas en dessous ?
Où les femmes rayonnent et les hommes pillent ?
N'entend tu pas le tonnerre ?
Tu ferais mieux de courir, de t'abriter.
Je viens d'une terre là-bas en dessous.
Où la bière coule à flots et les hommes dégueulent.
N'entend tu pas le tonnerre ?
Tu ferais mieux de courir, tu ferais mieux de te cacher ouais."


Moi : Je VOOOOOLLLEEEE !!!

Je gueule bien fort pour être sur qu’ils m‘entendent.
Je veux qu’ils sachent qu’on arrive.
Sinon c’est pas drôle si on les prend par surprise.
Et puis, l’infiltration, c’est pour ceux qui ne sont pas doués au front, ce qui n’est pas le cas pour ma part.
Je reste donc bien accroché sur cette armure volante, bien meilleur que celle de Pégase.
Ma cible bien en vue.
Le sol est déjà bien loin en dessous de moi.
Un peu comme le dit les paroles de la chanson.
Dommage que je n’ai pas de la zombie sur moi, ça m’aurait bien dans l‘ambiance pour la suite.
Ah !
Je crois que mon coup a marché, les voilà en train de faire feu sur notre position.
Plusieurs soucoupes sont à notre cul, nous ratant telles des Stormtroopers.
Bande de nulles !
Certains Baleks essayent de nous avoir en venant d’eux même grâce à leur habilité à voler, mais ils ne valent pas mieux en précision.
C’est peut être aussi parce que Armand manœuvre notre engin du feu de Dieu.
Papy fait la Collaboration.
Ayez, nous ne sommes plus très loin de leur quartier général.
Même si l’air devrait techniquement manquer à cet altitude, ce n’est pas le cas.
Si je veux de l’air, j’en ai.
Une fois que t’as compris comment fonctionne ce monde, c’est à dire en ta faveur, ça devient trop facile.
Je sais déjà que j’ai gagné.
Reste plus qu’à mettre en scène ma victoire.


Dernière édition par Ophelia Sarkissian le Ven 2 Aoû - 22:49, édité 1 fois
Ophelia Sarkissian
Ophelia Sarkissian
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 246
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Endgame [Terminée] Empty Re: [FIC] Endgame [Terminée]

Message  Aiko Kudō le Ven 26 Juil - 23:38

États Unis; New York City; Manhattan; Upper West Side; WarnerMedia Tower

Toujours la nuit.
Ne voulant jamais se termine.
Comme si il n’était pas prévu qu’un autre jour se lève.
Pas grave, je verrai quand même la lumière du soleil dans peu de temps.
Pour le moment, seule la Lune est visible sous forme de croissant.
C’est la principale source de lumière de là où nous nous trouvons.
J’ai déjà été en haut d’un building à New York, mais je dois avouer que ça impressionne toujours d’être perché aussi hauts, avec les rues à peine visible loin en bas, alors que les passants sont comme de vulgaires fourmis à cette distance là.
Si j’étais un aigle, je pourrais y voir plus clair.
Je ne suis pas un aigle.
Encore heureux.
Un aigle qui parle anglais et quia une mèche blonde, c’est pas commun.
L’humour, c’est important de le maintenant, pour éviter de sombrer dans la dépression.
Croyez par expérience.
En tout cas, si je me trouve actuellement en haute altitude, à parler tout seul dans ma tête, ce n’est pas parce que je me fais et que je n’ai rien à faire.
Vous n’avez rien suivi si c’est le cas.
J’essaye toujours de rentrer chez moi.
Cela fait juste parti du plan de Dahlia.
Elle a jugé plus prudent d’éviter de s’infiltrer directement dans la Roxxon Tower et a préféré nous faire monter sur l’une des tours voisines dans l’angle de vue serait parfait par rapport à l’étage où se situe le dîne charité.
Une fois, en position, il suffit juste d’attendre que Peter Scarborough pointe le bout de son nez et il n’en aura plus.
Ma partenaire est positionnée à ma gauche, couchée sur le flanc, avec son œil appuyée contre le lunette du Accuracy International Arctic Warfare 50 équipé d’un silencieux qu’elle avait planqué dans le coffre de sa voiture et a ensuite sorti pour nous le manier avec efficacité.
Je n’ai pas de mal à croire qu’elle réussira en un seul coup.
Sa réputation est grandement méritée.
Je suis bien content d’être de son côte et pas dans le camp adverse.
Elle pourrait se faire à main nu Rambo et Lara Croft sans problème.
Vous comprendrez que j’admire beaucoup ses compétences et aussi sa résistance mental face à tout ce qu’elle a subi par le passé, déjà que moi j’ai eu du mal à tenir avec ma vie bien moins tragique.
Je maintiens mes propos.
Il faudra que je vous en raconte plus ultérieurement, à moins que la Narratrice ne s’en charge à ma place.
Sinon de mon côté, j’ai obtenu un Colt Double Eagle pour ma propre défense, au cas où nous aurions de la visite très proche, ou pour la fuite. C’est aussi à moi qu’est confié le rôle d’observateur, à savoir scruter les autres toits avec des jumelles afin de s’assurer que notre cible n’ait pas prévu de nous la mettre à l’envers.
Tout ce passe bien pour l’instant, rien à signaler.
Juste quelques pigeons qui volent de droite à gauche, et inversement.
Je reste prudent, bien que tout semble aller dans notre sens.
Un peu trop même.
C’est facile, extrêmement facile.
A part la scène d’action dans l’appartement de Claire, il n’y eu aucun danger.
Est ce que celle derrière tout ça veut vraiment mettre ma vie en jeu ?
Où est ce justement rien qu’un jeu et que ma victoire est déjà écrite ?
Je me le demande.
Jamais dans toute ma carrière, je n’ai eu une mission où j’avais ce sentiment d’être tranquille.
Que je ne craignais rien.
Jamais.
Je me fis toujours à mon instinct dans ces coups là, et je n’aime pas ça.
Soit j’ai raison, et retournerai bien plus vite que ce que je ne pensais dans ma réalité.
Soit j’ai tort, et tous les ennuis du monde vont se déverser sur ma gueule juste pour le final.
Serais je chanceux ?
Tant qu’il n’y a pas de zombies, ça me va.
J’en ai ras le cul de ces morts vivants et de leurs amies armes bio-organiques.
Rejouer tous les scénarios de Romero, ça va bien 20 secondes, pas 20 ans.
En plus, plus on avance et plus on s’oriente vers d’autres réalisations qui ne sont pas de lui.
J’ai déjà eu affaire a des infectés plus proches de « 28 Jours Plus Tard », donc moins morts et aussi fragile qu’un être humain, bien que la contagion soit bien plus rapide en contrepartie.
Il me manque des supers-revenants comme dans « World War Z », le film, qui sont capables de courir plus vite que des vivants et de former des colonnes pour franchir des murs. Je tuerai le fou qui arrive à créer cette espèce aussi puissante, si je ne péris pas avec le reste du monde avant cela.
En parlant d’abusé, il y aussi ceux du « Retour des Morts-Vivants » dont je n’ai pas encore croisé d’équivalent mais à en croire que certains dossiers que j’ai lu, il y aurait eu des cas qui s’en rapprochent.
Capable de parler, résistant à des dommages allant jusqu’à la décapitation, dévorant les cerveaux des personnes fraîches et pouvant courir.
Le cauchemar.
A quand les zombies capables de plus de discernement, voir même de faire de gentillesse ?
Un peu comme dans « Warm Bodies », « iZombie » ou « Le Jour des Morts-Vivants ».
Ça changerait un peu la donne, même si ça me ferait bizarre de discuter avec un cadavre ambulant et m’allier avec lui.
Vraiment m’allier, pas comme Arias avec son virus un peu spécial.
Je peux toujours rêver.
Si seulement la fiction restait de la fiction.
Regarder ces films avec mon vécu, ce n’est pas chose facile.
Cela me rappelle souvent de mauvais souvenirs.
Enfin bon…
Si je dois vous conseiller une lecture, c’est « World War Z », le livre.
Vous verrez, rien à voir avec son adaptation.
Rare sont les cas aussi flagrants où on se demande pourquoi ils ont payé les droits si c’est pour faire quelque chose qui n’a rien à voir, hormis pour surfer sur un titre connu.
Malheureusement, le film a marché.
Il y a même eu un jeu récemment.
J’ai plus envie de jouer à celui que « The Walking Dead » que ça.
Quoique…
Avec Albert, Gilbert et Lucy, ça peut devenir amusant.
Je garde ça dans un coin de la tête car là j’ai quelqu’un en visuel.
Une femme brune habillée en agent d’entretien avec un nom inscrit sur son uniforme de travail, celui d’Ashlie…
C’est celle qui a affronté Zoro.
Celle que Dahlia redoute.
Et elle a sur elle un Barrett M99 dont elle va se servir.
Je dois prévenir mon amie.
Si on arrive à l’abattre, nous n’aurons plus grand-chose à craindre.


Leon : Dahlia, j’ai Ashlie à 11 heures. Tu peux la voir ?

Seuls les klaxon lointains me répondant.
Quelque chose cloche.


Leon : Dahlia ?

Je regarde vers sa position.
Personne.


Leon : C’est quoi ce bordel ?

Ma paranoïa s’éveille.
Aussitôt mise en alerte.
L’impossible se produit.
Elle ne peut avoir rationnellement disparu comme ça, sans laisser de trace, sans que je ne le remarque.
Il n’y a qu’une seule explication logique à cette histoire.
J’avais tort…
Arg !
Touché dans flanc droit !
Encore une chose dont je m’habituerai jamais...
Me prendre une balle…
Calibre 50 en plus…
Ça ne pardonne pas…
Je vais crever…
Sans jamais revoir ces visages qui me sont familiers….
Que j’adore avoir à mes côtés…
Mes potes…
Gill…
Alb…
Chris…
Mes amours…
Ada…
Claire…
Haruhi…
Bous allez me manquer...


Non…
Non.
Non, je ne peux tomber sans avoir combattu !
Je dois croire en la théorie qui va dans mon sens !
Je vais aller mieux !
Je suis invincible !


Leon : Même pas mal.

Je me lève sans problème.
Revigoré.
La blessure ayant été effacée, à l’instar de Dahlia.
J’avais raison.
Si je doute, et que je suis pessimiste, je perds.
Si j’ai foi, et que je suis optimiste, je suis gagnant.
Drôle de jeu.
Je vais pouvoir enfin y jouer avec les bonnes cartes en main.


Leon : Hé Ashlie, essaye de me retirer dessus pour voir.

Sans même avec avoir besoin de jeter un œil dans sa direction, je sens ses balles me toucher sans que ça ne me déplace une côte.
J’arrive même à recracher les morceaux coincés dans mon corps.
A mon tour, comme un vieux jeu de rôle sur console.
Je plisse des yeux afin de pouvoir très bien la voir, chose infaisable dans ma réalité.
Les règles ne sont pas les mêmes ici.
Mon esprit trop raisonné a failli me coûter la vie.
Parfois, comme le dirait un certain aveugle, il faut juste laisser la folie agir.
C’est pour cela que je pointe de l’index la tueuse à gage qui essaye de s’enfuir après avoir flippé en constatant ma forte résistance à son gros calibre.
Mon doigt s’allonge à une vitesse étonnante, jusqu’à la transpercer mortellement dans le dos, puis je le fait revenir à une taille normale.


Leon : Il est vrai que ça ne se fait pas de pointer quelqu’un du doigt.

Pas ma meilleure blague.
Elle aura le mérite de me faire un peu rire.
Au tour de ma cible principale.
Je vais me lâcher pour le grand final.


Dahlia : Tu es prêt Leon ?

J’oriente mon attention vers ma partenaire à nouveau là.
A la différence près qu’elle a cette fois ci des ailes de chauve-souris dans le dos.


Leon : Je suis prêt.

D’un battement d’aile précis, elle annonce son décollage.
Sans casque, je grimpe sur ce bolide, sans y attacher ma ceinture.
L’instant d’après nous voici partis pour un peu d’amusement.
Même pas besoin de m’y accrocher, j’ai juste à bien tenir mon gun pendant qu’elle tient son fusil entre les mains.
L’ombre de notre présence s’annonce à l’étage où tout le monde est réuni, effrayant instantanément les convives, surtout quand ils découvrent à qui elle appartient.
Très vite, les gardes et mercenaires rappliquent pour tenter d’amorcer les premières volées de balles, sauf que c’est à nous l’honneur de cette initiative.
Sans réfléchir, je tire et ne pose pas de question.
Je suis juste mon instinct qui me dit de tout arroser.
Pour une fois, je m’en fiche de toucher des innocents.
Tout est faux, alors pourquoi s’en faire ?
Mon premier impact se fait se fait dans l’œil d’un pauvre bougre qui ne l’avait pas vu venir et qui finit aussi rouge que le couvre chef qu’il porte.
Les autres se dispersèrent sur différents membres de la sécurité, les neutralisant tous, que ça soit de façon définitive ou juste temporaire.
De toute façon, nous n’avons pas prévu de nous attarder ici.
Les lignes de feux vont de tous les sens, atteignant leur buts de façon presque magique.
Pas besoin de visé quand on joue en très facile.
Leur projectiles à eux en revanche nous esquivent, préfèrent se loger dans les murs, ou dans des dommages collatéraux.
Personne n’arrive à nous toucher alors que la panique nous entoure de la part de ceux qui ne sont pas armés, et progressivement de ceux qui le sont quand même.
Les rats finissent par quitter le navire en milieu de parcours, nous laissant le champ libre pour dévisser la tête du patron de la Roxxon qui se tient droit devant.
L’homme en question est devant son pupitre avec micro, visiblement interrompu en plein discours, et il reste figé par la peur.
Voyant la mort de rapprocher de lui sous forme de brume.
Ou plutôt de moi qui saute hors de Dahlia, pied droit en avant, pour faire rentrer ma chaussure dans son visage, l’accompagnant jusqu’à l’écran juste derrière où le blanc laisse place au rouge, donnant lieu à une peinture contemporaine digne de cette soirée.
Je ré-atterrie sur ma jambes, les semelles collant, pour découvrir ce qui reste de sa face qui pour le coup fait plus Picasso.
Là, il aura dû mal à me faire croire qu’il est encore vivant.
J’ai enfin réussi à faire ce qui fallait pour briser cette réalité.
Enfin je crois.

Oui, je crois.
Le doute n’est pas permis.
Juste avant de partie.
J’ai un dernier mot à dire à ma camarade alors qu’elle ramasse ses douilles.


Leon : Merci Dahlia.

Dahlia : Pas de soucie.

Leon : Je tiendrai ma parole pour ton vrai toi.

Dahlia : Je n’en doute pas.

Leon : Une dernière chose à dire avant que je retourne dans mon chez moi ?

Dahlia : Tu auras intérêt à bien me payer quand je serais ta majordome.

Leon : Ne t’en fais pas pour ça.

Dahlia : Je suis plus à craindre que ta propre femme.

C’est sur ces mots que ma vision se floute.
Ce qui veut dire que je veux enfin la revoir.
Enfin…
Je me demande si elle est toujours en train de dormir.
Elle est étonnamment mignonne dans ces moments là.
Quand elle se réveillera ce sera une autre histoire.
Il ne faut pas jouer avec la patience de Dieu sinon on récolte sa foudre.
Ah, les Femmes...
Aiko Kudō
Aiko Kudō
Arrivants
Arrivants

Messages : 22
Réputation : 0
Date d'inscription : 19/05/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Endgame [Terminée] Empty Re: [FIC] Endgame [Terminée]

Message  Jackie Estacado le Mar 30 Juil - 23:24

Flandre; Bruxelles; Le Lambermont

La dernière étape de mon long parcours depuis l’île de ma solitude.
La victoire n’est plus très loin, plus précisant dans le bâtiment auquel on fait face.
De ce qu’on m’a dit, c’est le résidence personnelle du Président de la Flandre, à savoir un certain Charles Michel.
J’ai vu sa photo, elle m’a fait rire.
On dirait un gros benêt, un peu comme François Hollande.
Et comme pour ce dernier, il y a un enculé de première qui se cache derrière cette maladresse apparente.
Vous voulez voir sa tête ?
La voici :


[FIC] Endgame [Terminée] B9716910

Le problème, c’est que l’endroit est bien bien.
Entre les soldats d’Hydra postés à l’extérieur, et la protection rapprochée du Flan Belge à l’intérieur, ce ne sera pas simple de parvenir à notre cible, Ahah Merde.
Ce serait oublier que j’ai ma botte secrète dans ma manche.

Heureusement que je ne l’ai pas dit à voix haute, sinon ça aurait sonné très con comme phrase mais passons.
Vous vous demandez sûrement où je suis, et si je suis bien accompagné de mes fidèles alléis wallons.
C’est bien le cas.
Moi et les Petits Sui… Et les Rebelles, nous nous trouvons caché derrière un camion de livraison garé sur le trottoir d’en face ud logement présidentiel qu’un de nos agents infiltrés à placé exprès pour qu’on puisse sortir d’une bouche d’égouts sans être vue.
Cela paraît con, ça l’est.
N’oubliez pas si nous étions dans notre univers, je serais encore branchée à l’infirmerie avec la blessure j’ai reçu plus tôt dans la même journée.
La logique est tout autre dans le coin.
Honnêtement, déjà que la cohérence partait en vrille en présence de Gilbert, Holt ou les clones de Lara Croft, j’ai l’habitude que rien ne tienne debout.
Sauf que là, tout ira selon mon bon vouloir.
En tout cas j’aime bien les nouveaux fringues que j’ai pour l’occasion.
Stéphie me les a prêté gentiment, ça lui appartient.
C’est le cosplay de Nana Ōsaki, l’une des héroïne du manga Nana dont j’ai beaucoup entendu parlé et qui ne semble pas être super gai, peut être pas au point d’un Evangellion ou Death Note, mais quand même.
Kei est fan de cette œuvre à ce que j’ai pu comprendre.
Rien de me voir la porter, ça lui a donné envie de me dessiner avec.
Pourquoi pas.
Bien que je ne pourrai jamais voir le résultat.
Normalement.
En attendant, il vous faudra vous contenter de ça :


[FIC] Endgame [Terminée] Ap550x10

Tant qu’on parle d’elle, elle est à mes côtés justement, en tête de peloton.
Toute la clique est bien là, il reste juste à se refaire vite fait le plan à l’orale.
Histoire de vous l’expliquer en même temps.
Comme c’est pratique.


Stéphanie : Le plan… C’est qu’on suit les actions de Shiho à la letre. Vous avez compris ?

Les Autres : Oui.

Stéphanie : Bien, à ton tour de jouer ma muse.

Shiho : D’accord, il faut juste que je fasse un truc avant ça.

Je prends mon portable.
J’appuie sur un bouton.
Une petite mélodie se lance.
Puis c’est parti !



On bouge son corps !
On va de l’avant !
En rythme avec la musique !
Et c’est là que je commence à chanter de plus belle voix !


Shiho : Je rentre à la maison, dans la lumière du matin ma mère dit "tu feras ce que tu veux quand tu iras vivre ta vie" ! Oh ma chère mère nous ne sommes pas les chanceuses ! Et les filles veulent s'amuser ! Oh les filles veulent juste s'amuseeeeeeer !

Notre moove attire tous les regards des habitants de la capital qui finissent par entrer dans la danse sans savoir pourquoi.
La magie de Disney.
Même les dangereux fascistes commencent à mouvoir leur épaules en souvent notre rythme.
Ça va passer crème.


Stéphanie : Le téléphone sonne, au milieu de la nuit mon père huuuuuurle "Que vas tu faire de ta vie" !? Oh cher papa tu sais que tu es et resteras le numéro un ! Mais les filles veulent s'amuser ! Oh les filles veulent juste s'amuser !

La folie du samedi soir entraîne tout ce beau monde à nos côtes.
Nous pénétrons sans problème dans la demeure privée et hautement protégée.
Les gardes à l’intérieur font de même, abandonnant leur poste.
Nous allons entamer une petite montée d’escaliers.


Shiho + Stéphanie : C'est tout ce qu'elles veulent vraimeeeeeeeeent ! De l'amusemeeeeeeeent ! Quand la journée de travail est finie les filles veulent s'amuser ! Oh les filles veulent juste s'amuser !

Une double porte en bois finit par me faire face.
Tant pis pour elle, je la défonce à coup de pied, comme le ferait mon mari.
Elle n’avait pas qu’à être au bout milieu de mon chemin, c’est tout.
Derrière celle ci se trouve un petit salon de thé où justement deux personnes sont interrompus en plein conversation tout en en buvant.
Il s’agit du Président Jenesersàrien qui part se planquer derrière son siège pour y rester je pense pendant le reste de ce scénario d’attardés.
Et de celui que je cherche, Ahah Merde, confortablement assis dans son fauteuil roulant en rigolant tel un malade mental en nous voyant nous approcher de lui alors que n‘importe quel individu un peu sain d’esprit se chierait dessus dans une telle situation.
Je coupe la musique, faisant s’arrêter la parade derrière moi.
A présent, sans l’ébahissement le plus total des ennemis qui se rendent compte que j’ai complètement niqué leur système de sécurité, je prendre la place à présent vacance.
Mes délicates fesses se posent donc sur le siège ne face de l’handicapé.
Étrangement, je dois vous avouer que je m’attendais à autre chose sur la fin, un peu de résistance si vous voyez ce que je veux dire.
Là on dirait presque que le grand méchant de l’histoire est content de me voir venir le salaud
Attendez de voir ce qu’il a à dire.


Ahah : Je t’attendais Shiho !

Shiho : Cliché.

Ahah : Appareil photo ! Et toc, dans tes dents, ma belle pute aux cheveux soyeux que je tremperai bien dans mon sperme !

Stéphanie : Hé oh tu… !

Shiho : Laisse Stéphie, je gère. Assure toi plutôt que ses hommes ne tentent aucun faux coup.

Hésitante, elle finit par approuver de la tête avant de donner des ordres à ses camarades.
Me laissant un peu en tête à tête avec mon compère scientifique, si on exclu l’autre lâche planqué derrière moi.


Shiho : De ce qu’on m’avait dit de toi, je t’imaginais accompagné d’une mage blanche à Final Fantasy et d’un colosse digne d’un James Bond.

Ahah : Ils sont en train de faire le tour des magasins pour trouver une paire de pantoufles à seulement 666 Deutsche Mark !

Shiho : C’est pas en Euro ?

Ahah : Pas depuis que j’ai fait interdire cette monnaie de l’Enfer jusque dans le cheminée du Père Noël, et il faut toujours vénérer l’utilité du symbole du Kaiser, ya !

Shiho : Tu es Allemande ou Belge ?

Ahah : Flamand ! Rose !

Shiho : Tu crois être amusant à sortir juste des jeux de mots pourris et des phrases sans sens ? J’ai l’habitude d’un travail mieux fait avec…

Ahah : Gilbert Montagné !?


Il sait.
Forcément, c’est lui le grand boss donc il est dans le coup avec le Narrateur.
Je dois lui sortir les vers du nez.


Shiho : Tu viens du vrai monde n’est ce pas ?

Ahah : Tu es vraiment aussi malien que ce que j’espérais, ah ah ah ! TROP COOL !!! On va se marrer !

Shiho : Tu me connais si bien que ça ?

Ahah : Je me suis beaucoup renseigné sur ce que j‘appelle le Couple le Plus Délirant de l’Univers, afin d’être préparé à vous affronter un jour car après tout je suis le Méchant le Plus Délirant de l’Univers ! La preuve !

Il réussit à faire un salto arrière avec sa chaise.
Me demandez pas comment.
Question futile.
N’empêche, je vais le tester pour voir si ce qu’il dit est vrai.


Shiho : Quel fut mon ennemi juré ?

Ahah : Gin, ou de son vrai nom… !

Shiho : D’où vient l’entité qui a habité le corps de mon mari ?

Ahah : De l’Inframonde !

Shiho : Combien font quatre plus quatre ?

Ahah : Huit !

Shiho : Tu es bien un belge.

Ahah : Ça t’en bouche un groin cochonne !?

Shiho : Ca prouve que tu vraiment bien renseigné sur nous.

Ahah : Je le savais, ça t’y rahAHAHAH !!!

Shiho : Et maintenant, tu vas faire quoi ?

Ahah : J’attends de voir ce que tu vas faire avec impatience, comme une mule à qui on oublie la charrue avant le bœuf, sauf Samedi car j’ai piscine !

Shiho : Je ne vais rien faire.

Ahah : HEIN !!!???

Shiho : Pourquoi est ce que ce serait à moi de faire quelque chose ?

Ahah : Bah parce que !

Shiho : Je vais patienter, on a tout le temps du monde de toute façon.

Ahah : OK !!

Shiho : Je vais boire le thé que l’autre n’a pas fini.

Il joue au con avec moi avec sa pseudo folie qui est peut être vrai, je n’e sais rien.
En revanche, je sais que je suis forte à ce jeu.
Alors prenez vous aussi une place car le temps va être long avant qu’on sorte d’ici.
De toute façon, je ne crois pas que Gilbert soit spécialement en danger, et avec un peu de chance il arrivera à trouver un moyen de me libérer de cette simulation.
Navrée pour ceux qui espéraient avoir un super combat de fin.
Il n’a pas prévu ça, moi non plus.
Je vais jouer sur sa patience.
C’est parti.


Shiho : Sinon comment va ton fosse ?

Ahah : Oh les gosses ça va ça vient, comme les chattes !

Shiho : Oh pourtant ils ont de sacrés promos à Carrefour, j’en même vu au prix d’une chaussure seule et abandonnée.

Ahah : Moi je les fume à coup de pipe les spécimens comme celle ci, de toutes façons elles sont toutes juives et donc incompatibles avec le Sida !

Shiho : Le Téléthon, c’est pour les thons.

Ahah : « Perruche » criait le Perroquet !

Stéphanie : On sent bien le QI supérieur au notre qui émane de ces deux là.

Shiho : J’ai chié sur Emmanuel Macron, il a rit comme une vache qui pète, hé hé hé !

Ahah : Si tu veux voir mon bel uniforme de la Wehrmacht, i les fait manger par des neggers au KFC !

Stéphanie : Il y a tellement de termes compliqués que je n’arrive pas à suivre.

Je n‘arrive pas à savoir si ses remarques sont ironiques ou non.
Pas important.
Mon duel ne fait que comment.
Et il est bien parti pour durer.
Jackie Estacado
Jackie Estacado
Admininstrateurs
Admininstrateurs

Messages : 108
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[FIC] Endgame [Terminée] Empty Re: [FIC] Endgame [Terminée]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum